Espionne au service dela France libre



FSP1ONNE AU SERVICE DE LA FRANCE LIBRE Marthe Cohn, née Hoffnung, comme espoir...

 

C'est une grande darne de la Résistance qui revient à 92 ans,du 26 au 30 mars à Metz, dans sa ville natale. Marthe Cohn, née Hoffnung a été une espionne juive pour les Forces françaises libres durant la Seconde Guerre mondiale. En 2002, elle a écrit un livre relatant son histoire pour mettre fin à un demi-siècle de silence.

Née à Metz le 13 avril1 920, Marthe Hoffnung (un nom qui se traduit par espoir) n'est qu'une petite fille de six ans quand elle se fait traiter de "sale juive", près de la synagogue de Metz. La famille habite alors... rue du Maréchal -Pétain qui sera rebaptisée rue du XX' Corps Américain après la libération.

En 1940, après l'invasion de la France par l'Allemagne, sa famille doit fuir Metz pour se réfugier à Poitiers où elle ouvrira une bonneterie. Marthe se rendra plus tard dans la région de Vichy où elle pourra vivre grâce à de faux papiers. Son fiancé, Jacques Delaunay, étudiant en médecine, un résistant rencontré à Poitiers, et qui aida de nombreuses personnes à fuir la zone occupée, sera fusillé en octobre 1943 sur le Mont Valérien.

Stéphanie, la sœur de Marthe sera déportée à Auschwitz. Elle n'en reviendra pas, comme une trentaine de ses proches.

Infiltrer les lignes ennemies Un torrent de douleurs et d'épreuves... Et pourtant, ou peut-être à cause de tout cela Marthe, infirmière, va devenir à 24 ans espionne pour les Forces françaises libres. Infiltrée en Allemagne sous le pseudonyme de Martha Ulrich, elle obtient de précieuses informations qui facilitent grandement l'avancée des troupes françaises. Sa blondeur naturelle, sa parfaite maîtrise de l'allemand, et un passé fabriqué de toutes pièces lui permettent d'infiltrer les lignes ennemies. Elle a notamment averti de l'abandon de la ligne Siegfried et signalé une importante embuscade de la Wehrmacht en Forêt Noire. Pour ces actes, elle obtient la Croix de Guerre en 1945, la Médaille militaire en 1999 le grade de chevalier de la Légion d'honneur en 2004 puis la Médaille de reconnaissance de la Nation en 2006.

 

En 1956, elle part pour les Etats-Unis. Elle épouse le Major Lloyd Cohn, un médecin américain en 1958 et aura deux enfants Stephan et Benjamin. Elle vit actuellement en Californie où elle a écrit, à la demande de son frère, Fred, son histoire restée secrète. "Derrière les lignes ennemies. Une espionne juive dans l'Allemagne nazie" publié en 2005, puis traduit en 2009 en France, raconte la tranche de vie de cette jeune Messine, née Marthe Hoffnung, surnommée Chichinette ou Fraulein Ulrich. La petite blonde qui a bravé tous les dangers de la guerre - le froid, la faim, les guets-apens - et de l'espionnage - les manipulations, les dénonciations, les machinations, l'attente de l'action,  l'angoisse du danger qui rôde - pour transmettre aux forces alliées les renseignements décisifs qui permettront de détruire l'ennemi. Rédigés à la manière d'un récit épique, ces Mémoires témoignent du destin singulier d'une femme hors du commun qui mena une lutte acharnée contre le mal.

 

5 jours en région messine Infirmière retraitée à l'âge... de 78 ans, Marthe Cohn donne aujourd'hui encore, à 92 ans des conférences un peu partout dans le monde. Elle est revenue à Metz en février dernier pour les 100 ans de la synagogue polonaise, l'Adass Yéchouroun fondée en 1912 par son grand-père Moïsché Bleitrach.

Elle revient le lundi 26 mars sur sa terre natale et répondra d'abord aux questions des journalistes au mess des officiers avant d'être reçue à midi au lycée hôtelier Raymond Mondon à Metz et à 17h, au Conseil régional de Lorraine. Mardi elle sera au lycée Julie Daubié de Rombas puis en mairie de Montigny. Mercredi, réception à la mairie de Metz. Le lendemain, jeudi elle livrera son témoignage au lycée Robert Schuman et le vendredi 30 devant le personnel militaire de la base de défense de Metz au quartier Coislin. L'occasion de rencontrer une Messine hors du commun, une femme de l' ombre, qui est aussi une femme d'exception.

 

Jacky Denger


Partager : 

Écrire commentaire

Commentaires : 0