Un "écolo" au 13° RDP...!


...En ces temps troublés l'actualité est fertile en événements tous plus farfelus les uns que les autres...

Jean-Vincent Placé, ancien dirigeant écologiste, anti-militariste par construction, demande à intégrer la réserve citoyenne du 13° Régiment de Dragons Parachutistes, élément des Forces Spéciales, unité particulièrement sensible, où la moindre information est au minimum Confidentiel Défense...!

J'en reste pantois ! JMR


Jean-Vincent Placé, colonel dans les forces spéciales

Source "L'Opinion" du 19/05/2016 : http://www.lopinion.fr/edition/politique/jean-vincent-place-colonel-dans-forces-speciales-103029


Jean-Vincent Placé, ministre et... bientôt colonel dans les forces spéciales



L'ex-sénateur écologiste va intégrer un régiment des forces spéciales de l'armée de terre comme "réserviste citoyen". Et pas comme simple troufion par Lucas Burel

Au rapport !

Fraîche recrue du gouvernement et désormais soldat zélé du Hollandisme, Jean-Vincent Placé, secrétaire d’Etat chargé de la réforme de l’Etat et de la simplification, souhaite intégrer le 13e régiment de dragons parachutistes comme "réserviste citoyen", révèle ce jeudi 19 mai "L'Opinion".

Contacté par "L'Obs", l'ancien sénateur écolo dit vouloir oeuvrer pour le "rapprochement de la société civile et l'armée". 

 

Bombardé colonel

"J'ai une grande sympathie pour l'histoire de notre pays. Ce régiment est particulier car il est l'héritier des dragons de l'Impératrice Eugénie", précise Jean-Vincent Placé. Considéré comme l'une des unités les plus prestigieuses de l'armée de terre française, le 13e RDP est un régiment d'élite spécialisé dans le renseignement.

Et la promotion de Jean-Vincent Placé au sein des forces spéciales s'annonce fracassante : rien de moins que le grade de "Colonel de la réserve citoyenne".

"C'est une procédure accessible à certains acteurs de la vie publique dont les parlementaires. J'avais rencontré le chef d'état-major de l'armée de terre à la mi-février mais comme j'ai été nommé au gouvernement, les choses ont un peu traîné", explique-t-il.

Une nouvelle rencontre avec le chef de corps du 13e RDP serait prévue pour le moins de juillet afin de finaliser l'incorporation du soldat Jean-Vincent Placé.

 

"Discrétion" et "humilité"

En revanche, peu de chances de découvrir bientôt des photos du secrétaire d'Etat, tapis dans les fougères, le visage camouflé et le Famas à la hanche. En tant que réserviste "citoyen" - et non pas "opérationnel" -, Jean-Vincent Placé - qui a effectué son service dans le 1er régiment du train - ne devrait pas prendre part aux activités militaires de sa future unité.

Le secrétaire d'Etat ne s'interdit pas pour autant de regarder "avec attention", les différentes formations militaires qui lui seront proposées dans les semaines à venir. "Vous imaginez que j'ai quand même d'autres priorités", tempère-t-il.

En attendant, l'impressionnante vidéo de présentation du 13e RDP, permet de découvrir les quatre vertus principales des commandos : "rusticité", "autonomie" et... "discrétion" et "humilité".

Qualités qui ne collent pas franchement à l'image du néo secrétaire d'Etat, souvent qualifié de squatteurs de plateaux de télévision et moqué pour ses efforts - supposés - acharnés pour enfin intégrer les gouvernements de Jean-Marc Ayrault puis de Manuel Valls.

 

Quoique. La devise du 13e RDP pourrait parfaitement s'appliquer au destin politique de l'ancien sénateur mal-aimé devenu secrétaire d'Etat : "Au-delà du possible".

 


Après Black M à Verdun, Placé est nommé colonel réserviste !

Par Nicolas Kirkitadze - le 20/05/2016.



Jean-Vincent Placé, nouveau Secrétaire d’État chargé de la Réforme de l’État et de la Simplification, nous a réservé une belle surprise qui en d’autres temps prêterait à rire.

L’ex-sénateur EELV va en effet intégrer les forces spéciales en qualité de « citoyen réserviste ». C’est le 13ème Régiment de dragons parachutistes qui aura l’honneur d’incorporer dans ses rangs ce fidèle soldat du hollandisme. Son choix, le ministre l’explique par un souci de « rapprochement entre l’armée et la société civile ».

Ce n’est pas tout. M. Placé n’aura pas le rang d’un simple soldat, mais celui de colonel, en vertu d’une procédure permettant à « certains acteurs de la vie publique dont les parlementaires » d’intégrer une unité militaire avec un grade d’officier. Celui qui martelait en 2013 qu’il fallait « diminuer les effectifs de l’armée de terre » se voit conférer aujourd’hui un grade juste en-dessous de celui de général.

Peu de chances toutefois de le voir faire des pompes à 6 heures du matin en pataugeant dans la boue avec ses frères d’arme. En effet, il fait partie de la « réserve citoyenne » et n’est pas « opérationnel » à ce titre. Il est même peu probable que M. Placé participe aux diverses formations militaires proposées aux réservistes. « Vous imaginez que j’ai quand-même d’autres priorités » déclare-t-il aux journalistes de l’Obs. En outre, puisque la réserve citoyenne est basée sur le bénévolat, il ne percevra aucun salaire, nonobstant son grade.

Si l’argent n’est pas de mise, le prestige est là. Pour un homme dépourvu de toute expérience militaire, se voir flanqué de galons d’officier supérieur est toujours gratifiant. Comme d’autres amoncèlent des doctorats honoris causa, pour se donner des airs d’intellectuels.

Et puis, il y a le coté « mise en scène ». Quelques photos du ministre tapi dans les buissons, mitraillette à la main, ou un saut en parachute bien sécurisé, et le tour est joué. Non seulement cela augmente le sex-appeal, mais ça donne l’image d’un décideur, d’un patriote, voire – pourquoi pas – d’un présidentiable.

Tout au long de l’histoire, les politicards se sont montrés soucieux d’accumuler les honneurs. C’est ainsi que Brejnev s’était autoproclamé maréchal et ne se montrait en public que couvert de médailles en tous genres. Amin Dada, le dictateur ougandais,  s’était quant à lui proclamé « hadji », « docteur », « généralissime » mais aussi « seigneur de toutes les bêtes de la Terre, et des poissons de toutes les mers »… Quant à Kim-Jong-Un, non content de détenir une pléthore de titres tels que « Grand Soleil de la Vie » et « Cerveau de la Révolution », il s’est montré à entre autres aux commandes d’un avion, juché sur un cheval, ou jouant de la guitare…

Entre l’invitation de Black M à Verdun, et la promotion du colonel Placé, on peut se demander jusqu’à quand nos soldats supporteront la profanation de leur armée par le pouvoir socialiste.

Nicolas Kirkitadze


Soldat Placé au rapport !

par Henri Saint-Amand - le 21/05/2016.



 

C’est la nouvelle de la semaine. Et quelle nouvelle !

 

Jean-Vincent Placé, secrétaire d’État chargé de la Réforme de l’État, souhaite devenir réserviste citoyen au 13° Régiment de Dragons Parachutistes (13°

RDP). Mais pas à n’importe quel grade. Compte tenu de son état d’ancien parlementaire et aujourd’hui de ministre, il sera directement bombardé au grade de colonel.

 

Que faut-il penser d’une telle initiative ?

En ces temps où l’armée a besoin de soutien, où elle est prise à partie en marge des manifestations contre la loi El Khomri, tous les soutiens sont bons. Car l’armée est neutre, apolitique et au service entier de la nation.

La décision de cet ancien radical de gauche d’intégrer la réserve est plutôt insolite, dans la mesure où les écologistes dont il se réclame aujourd’hui sont, dans leur immense majorité, antimilitaristes et pacifistes.

On se souvient, en particulier, du Larzac dans les années 70, de Xavier Cantat (compagnon de Cécile Duflot) appelant à supprimer le défilé du 14 Juillet et aussi du conseiller de Paris (Sylvain Garel) s’en prenant à la présence des hommes du 1°Régiment d’Infanterie de Marine (1er RIMa) dans les rues de la capitale, le 14 juillet 2011, etc.

 

Les mauvaises langues pourront toujours dire qu’un Vert dans les « kékés » (buissons ou bosquet, à Saint-Cyr-Coëtquidan) ou dans « la Verte », ça ne dénotera jamais.

Mais il y a peu de chance de voir le fringant ministre de 48 ans prendre la tenue FÉLIN, les rangers, le béret rouge et le HK416 ou 417 pour "chouffer" dans les talwegs ou sur la ligne de crête. Car notre homme n’est que réserviste citoyen. Son « travail » ne consistera qu’à contribuer au renforcement du lien entre la nation et les forces armées, en direction des collectivités locales, du monde de l’éducation, de l’entreprise et de la jeunesse. Il a dépassé l’âge pour intégrer la réserve opérationnelle qui est beaucoup plus exigeante.

 

On reste partagé sur la volonté de l’actuel ministre (ex-compagnon de Cécile Duflot) d’intégrer dans la réserve citoyenne l’un des plus prestigieux régiments de France. Car le 13° RDP, dont l’histoire remonte à 1676 (le régiment du Languedoc du marquis de Barbezières) fait partie des forces spéciales et ses vertus de « rusticité », d’« humilité », de « discrétion » sont loin de se superposer avec celles du nouvel impétrant, toujours intrigant, qui a fait des pieds et des mains pour obtenir son maroquin, quitte à trahir ses frères d’armes écolos !

 

Quant au grade de colonel, il n’est conféré qu’« ad honores ». Il ne permet pas d’exercer un commandement ni de porter l’uniforme. C’est un grade généralement réservé par l’autorité militaire aux personnalités (députés, sénateurs, président de département).

 

Outre la disponibilité du ministre pour exercer ce nouveau « job relationnel » et porter les valeurs du 13° RDP, faut-il voir dans la démarche de Jean-Vincent Placé la volonté affichée de réconcilier écologie et armée ? Si c’était vrai, il incarnerait alors très bien la devise du 13e RDP : « Au-delà du possible » !


Jean-Vincent Placé, colonel du 13e Régiment de Dragons Parachutistes

Par Georges Gourdin - Le 21/05/2016.


- Rédacteur en chef de "Nice - Provence"

- Ancien aspirant au 13° RDP



 

« Les cons, ça ose tout, c’est même à cela qu’on les reconnaît » fait dire Michel Audiard à Lino Ventura dans une désormais mythique réplique des Tontons flingueurs (1963).

 

On se demande chaque jour qu’est-ce que n’oseront pas faire encore nos dirigeants politiques tellement tout et son contraire a été dit.

Mais chaque jour — ou presque — apporte un nouveau caquetage. À peine remis de Pierre Moscovici qui avance que « l’Europe n’est pas chrétienne » et qu’il « ne croit pas aux racines chrétiennes de l’Europe », voici qu’une autre figure de l’opportunisme politicien, Jean-Vincent Placé, ancien dirigeant d’Europe Écologie les Verts (EELV), ancien sénateur de l’Essonne et actuel secrétaire d’État chargé de la réforme de l’État auprès du Premier ministre, a émis le souhait d’être officier de réserve. Jean-Vincent Placé

Nous ne connaissions pas le penchant « fana mili » de ce leader écolo. Pourquoi pas ? Après tout ce n’est pas incompatible. Jean-Vincent Placé a bien effectué son service militaire dans le 1er régiment du train. Mais cela en devient comique lorsqu’on apprend que notre secrétaire d’État se bombarde de facto, tenez vous bien : colonel !

Et là accrochez-vous bien : au 13e Régiment de Dragons Parachutistes ! Le mythique « 13 », dont la devise est « Au delà du possible », est considéré à juste titre comme l’un des régiments les plus prestigieux de notre armée.

Il a pour vocation la collecte du renseignement en zone d’insécurité.

 

Il se trouve que j’y ai effectué mon service militaire en 1973 en tant qu’officier appelé (aspirant). Je connais bien ce régiment dont je garde un souvenir émerveillé et très fort.

 

« C’est une procédure accessible à certains acteurs de la vie publique dont les parlementaires. J’avais rencontré le chef d’état-major de l’armée de terre à la mi-février, mais comme j’ai été nommé au gouvernement, les choses ont un peu traîné » se lamente le futur colonel.

Quelles épreuves passera-t-il pour accéder à ce rang dans ce régiment : Combien de sauts en parachute ? Sauts d’entraînement ? Sauts opérationnels ? De nuit ? Quel temps au parcours commando ?

Puisque la devise du « 13 » est « Au delà du possible », jusqu’où ira le candidat Placé pour la mériter ?

S’entraîne-t-il déjà d’arrache-pied pour perdre les quelques kilos qui lui permettront de troquer son costume anthracite du carriériste pour le treillis camouflage du combattant ?

Rien de tout cela.

 

Alors pourquoi précisément le « 13 » ?

Ce régiment particulier a pour vocation la collecte du renseignement en zone d’insécurité. Monsieur Placé souhaite-t-il parfaire sa formation pour mieux se camoufler afin de glaner des renseignements auprès des différents ministères du gouvernement ?

Celui que tout le monde considère comme un « hollandiste » part-il en mission sur ordre de son chef ? Mais alors se sent-il au gouvernement en « zone d’insécurité » ?

Peut-être est-il en mission secrète au profit d’une puissance étrangère ? La Corée par exemple, son pays d’origine.

 

Plus sérieusement tout le monde considère que notre sémillant secrétaire d’État ne sera colonel que pour la galerie. Pourquoi le « 13 » ? Parce-qu’il en a envie. Pour le fun. Pendant que les vrais dragons s’exerceront dans la rigueur et l’honneur, lui épatera la galerie. C’est comme cela que tout fonctionne à présent chez nos dirigeants : on est colonel pour le fun, ministre pour le fun, président pour le fun.

Tandis que les Français sont bidasses pour de vrai, au turbin pour de vrai, chômeurs pour de vrai, humiliés pour de vrai.

 

Georges Gourdin


Lettre ouverte au MINDEF.

par Marc Louboutin - le 17/06/2016.


Monsieur le Ministre de la Défense,

C’est avec une profonde consternation qu’hier j’ai lu que Monsieur Jean-Vincent Placé, opportun secrétaire d’État chargé de la réforme de l’État depuis le 11 février 2016, allait être nommé au grade de colonel de la réserve citoyenne au 13ème Régiment de Dragons Parachutistes. A sa demande, tant sur la fonction que sur l’affectation. Rien que cela...

Vous le savez, Monsieur le Ministre, les Bretons sont en général à cheval sur les principes et sur les valeurs. J’en suis depuis aussi loin que remonte ma généalogie et je n’ai guère démonté depuis ma majorité. Il y a sur nos terres autant de rudesse chez les hommes que sur le granit qui nous porte depuis toujours. Mes propos en seront donc aussi rugueux que notre berceau.

En préambule, je sais Monsieur le Ministre, quelle valeur la majorité de vos amis du gouvernement, dont Monsieur Placé et vous-même, apportez aux «symboles». Je ne crois pas en effet que cette annonce médiatique soit due au hasard et encore moins à l’envie de servir. Elle n’est qu’un jeu. Avoué par l’intéressé lui-même déclarant qu’il avait tout de même autre chose à faire de plus important que de s’impliquer pleinement dans la réserve citoyenne. Cette plaisanterie perpétuelle entre initiés consiste à ridiculiser, avec une constance enfantine, toutes les valeurs traditionnelles de notre pays. L’annonce de cette nomination le jour même de l’anniversaire de la création de la Légion d’Honneur est encore plus malheureuse. Nous savions que les décorations étaient de nos jours distribuées à la volée à qui voulait en porter et par simple copinage des "parrains". Nous apprenons désormais que les grades militaires le sont aussi, et attribués au premier venu.

Notez que j’étais plutôt favorable à la création de la réserve citoyenne de défense et de sécurité. Après tout pourquoi ne pas faire profiter l’institution militaire des compétences civiles bénévoles ?
« Constituée de volontaires agréés auprès d'autorités militaires en raison de leurs compétences, de leur expérience, mais aussi de leur intérêt pour les questions relevant de la défense et de la sécurité nationale, les réservistes citoyens de défense et de sécurité ont pour mission principale de contribuer à la diffusion de l'esprit de défense et au renforcement du lien entre la Nation et son armée.»
J’ai également appris, sans vraiment tousser, qu’un grade honorifique leur était attribué, et cela sans pouvoir (heureusement) porter l’uniforme. Après tout pourquoi pas ? Naïvement, je pensais qu’il s’agissait de grades subalternes tout à fait de principe et en reconnaissance d’un apport certifié et constant dans le temps. Je me rends compte aujourd’hui qu’il existe une équivalence de grades d'officiers supérieurs en fonction du mandat politique exercé, et/ou de diplômes et cela sans aucune contrepartie de compétences. Avouez qu’un secrétaire d’État issu d’un parti politique traditionnellement antimilitariste, lui-même peu enclin depuis jeune à la moindre sympathie envers la chose militaire, nommé colonel (la majuscule manque volontairement) dans une des plus prestigieuses unités de notre armée est un immature pied-de-nez. Comme beaucoup de mes camarades (j’y viens) j’aimerais d’ailleurs qu’en tant que Ministre de la Défense vous puissiez nous exposer officiellement la réalité du parcours de Service National de Monsieur Placé quand il était en âge de le faire pour juger de la pertinence de cette nomination de circonstance.

Voyez-vous, Monsieur le Ministre, j’ai été Officier de Réserve. Je le suis d’ailleurs toujours par la force des choses. J’ai bénéficié, au fort de Vincennes, à l’issue de mes « trois jours » comme volontaire pour une préparation militaire parachutiste, d’un entretien avec un Capitaine au vu des résultats obtenus lors des différents tests de base. Mes notes étant suffisamment bonnes, il me demandait si j’étais également partant pour le peloton préparatoire aux EOR, dérogeant au principe général d'avoir fait une PMS pour accéder à cette formation. Par respect envers mes aînés j’ai accepté. C’est ainsi que je me suis retrouvé, ma PMP validée, dans ce que l’armée appelait alors « la promotion du peuple », une par an, à St Cyr Coëtquidan. Elle était composée pour majorité de non-bacheliers, et comme moi de beaucoup de volontaires issus de banlieue, mais aussi de zones rurales éloignées des grands centres urbains. Je vous passe, Monsieur le Ministre, les épreuves par lesquelles il nous a fallu passer, tous, au côté desquelles le film « Full metal jacket » dans sa partie formation est une plaisanterie, pour que la moitié d’entre nous seulement sorte avec des galons d’Aspirants. J’ai d’ailleurs donné le nom de mon grand-oncle, Charles Priolet, mort le 3 mai 1945 à Mauthausen pour hauts faits de résistance, à cette 305ème promotion en 1983. Après un contrat de Sous-lieutenant VSL, j’ai quitté le 92ème d’infanterie que j’avais choisi pertinemment, seul régiment d’appelés à l’époque à partir en Opex, pour rentrer dans la foulée à l’école d’Inspecteurs de Police dont j’avais obtenu le concours. Je n’ai donc jamais servi dans la réserve active, ayant eu vite à utiliser la grande majorité de mon temps à une autre activité opérationnelle.

Il a pourtant fallu que je mérite vraiment, de même que mes camarades, au sens propre du terme, dans la sueur, la douleur, l’épuisement physique, le manque de sommeil continuel, les punitions diverses, sous la pluie battante et dans la boue durant des jours de rang et avec abnégation durant de longs mois d’école, mon galon d’officier de réserve d’Infanterie. Quel est celui de Monsieur Placé pour devenir officier supérieur parachutiste même à titre honorifique? Aucun. Si ce n’est celui de l’opportunisme politique, d’un don pour le reniement et le manque de parole et surtout une visible très haute idée de lui-même. A peu près tout ce que je méprise, et je suis loin d’être le seul à le penser.

La réserve citoyenne, malgré la bonne volonté sans doute de la majorité de ses volontaires, est donc devenue une machine à mousse égotique. Une simple imprimante de cartes de visite officielles pompeuses. Un miroir à pignoles.

Que Diable Monsieur le Ministre ! Quitte à se moquer du monde, allez au bout : nommez le Général et autorisez-le par dérogation à en porter l’uniforme. Je pense pouvoir ouvrir pour lui une collecte d’objets divers, porte-clefs, emballages vides de bonbons et autres babioles clinquantes pour donner à son « placard » une image rutilante. Au-delà de distraire le monde sur les photos officielles, il aura peut-être le mérite de tenter de servir d’épouvantail aux oiseaux de mauvais augure qui promettent avec un certain bon sens à votre Parti une très sévère déculottée en 2017.

Voyez-vous, cette nomination, vous qui aimez tant la «symbolique», est celle que l’an prochain nous aurons sans doute à choisir entre la peste, le choléra et un apparent perpétuel delirium tremens comme aujourd’hui. Malgré mon amour de la nature, et l’enterrement - il y a désormais très longtemps - de mes convictions de gauche, je fais partie de ceux pour lesquels l’extinction des éléphants roses est devenu un objectif politique déterminé. Cela renforcé encore par cette volonté du PS et ses supplétifs de visiblement vouloir ridiculiser les dernières valeurs traditionnelles qu’il nous reste en France et qui n’ont rien à voir, contrairement à ce que la presse veut bien en raconter, avec un présumé «fascisme»…

Je ne vous en veux pas, Monsieur le Drian, d’être le Ministre de la Défense qui va signer cette nomination ridicule, cette bouffonnerie. Il faut, après tout, des animateurs pour la gouvernementale kermesse continuelle et officielle à laquelle les citoyens assistent impuissants. Je vous en veux, par contre, de vous réclamer de chez nous en piétinant ainsi des principes républicains de respect de l’Armée, pour lesquels nos ancêtres communs se sont sacrifiés, et cela pour des raisons à peine électoralistes et des convictions qui n’ont rien à voir avec notre pays. A cause du gouvernement auquel vous appartenez, aujourd’hui, je suis Français par défaut plus que par adhésion. Parce qu’il faut bien être quelque chose.

Mais j'ai trop d'amitié et de profond respect pour mes anciens camarades, notamment pour ceux d'entre eux qui sont devenus colonels, et pour mon beau-père qui l'était également en passant par le rang, la majorité à force d'opérations extérieures, pour laisser passer un tel affront, fut-il de simple appellation mythomaniaque.

Pendant que j’y suis, étant encore théoriquement mobilisable en tant que Lieutenant de Réserve, et ne voulant absolument pas, par principe et même par osmose de vocabulaire, faire partie du même corps d’officiers de réserve que le colonel Placé, pourriez-vous avoir l’obligeance de me rayer définitivement des cadres ? Si cela vous pose un problème administratif, contentez-vous, au vu de l’impertinence de ce courrier au Ministre de la Défense que vous êtes, de me casser de mon grade. Là aussi, tout est question de symbole et j’en serais heureux. Je vous annexe donc avec ce courrier mon fascicule de mobilisation pour un classement définitif.

Enfin, si je marque ainsi mes distances avec cette institution militaire que j’ai aimée, mais qui permet telle imposture d’un ridicule sans fond, je garde évidemment tout mon soutien et mon profond respect aux soldats, gradés, sous-officiers et vrais officiers du 13ème RDP qui, même si la boue est leur univers, ne méritaient pas une telle tache sur leur image. Et à tous ceux qui se battent sous le même uniforme, dans d'autres unités, pour des valeurs pourtant ouvertement bafouées. Ma «fraternité» naturelle ne s’adresse qu’à eux.

Comme l’écrivait si justement Pierre-Henri Simon : «Voyez-vous, j’ai le nez fin pour certaines nuances d’odeur, et je souffre trop quand cela cesse de sentir le soldat pour puer le militaire.»

Cela n’a jamais été aussi vrai pour moi que depuis hier.

Très respectueusement.

Marc Louboutin. Ex-Lieutenant de réserve.

(Cela sera posté demain avec AR. Cela ne servira à rien. Mais c'est une question de principe)

 

 


Partager : 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    TERRIBILE Patrick (lundi, 31 juillet 2017 18:40)

    merci