Communiqué du 11 novembre 2017.

...par le Gal. Antoine Martinez.


Communiqué du 11 novembre 2017

des généraux Christian Piquemal et Antoine Martinez

 

Le rôle noble du politique et donc sa responsabilité première est d'assurer la sécurité et la  protection de la nation dont il conduit la destinée. Cela consiste à garantir par tous les moyens la protection à l'extérieur et la concorde à l'intérieur.

Or, force est de constater, qu'en raison du laxisme, du manque de clairvoyance, de l'absence de vision, de la collaboration avec une idéologie mortifère, du déni de réalité manifestés par nos élites politiques depuis plusieurs décennies, ce rôle protecteur de la collectivité n'est plus

assuré. Il faut bien reconnaître que depuis trop longtemps non seulement l'Etat néglige la première de ses missions régaliennes, mais il malmène, voire trahit – et cela s'est accéléré ces dernières années – l'âme de la France sérieusement menacée car aujourd'hui défigurée et martyrisée.

 

Malgré le sens du devoir, le professionnalisme, l'abnégation et le dévouement de nos soldats –

à quelque niveau que ce soit – au service du pays, nos forces armées ne disposent plus des

moyens nécessaires pour accomplir les missions assignées. Leur démantèlement depuis la fin

de la Guerre froide a réduit de façon irresponsable et coupable les capacités et l'autonomie de

notre outil de défense.

Quant à la concorde, nous en sommes bien loin et pour longtemps car, de l'aveu même de ceux

qui ont récemment gouverné ou qui gouvernent aujourd'hui, nous sommes en guerre contre un

ennemi qu'ils sont incapables de nommer mais qui est à l'origine en trois ans d'une vingtaine

d'attentats ayant causé des centaines de morts et de blessés sur le sol français. Et le lien de

l'aggravation de la situation et de la mise en danger des Français avec cette immigration hostile,

massive, incontrôlée, injustifiée, aggravée par l'invasion migratoire depuis 2015 qui constitue

une attaque sans précédent des peuples européens décidée par l'Etat islamique en décembre

2014, ne peut pas être occulté. Car cette immigration, modelée par une culture incompatible

avec la démocratie et nos traditions, a démontré progressivement et sous le nombre son

hostilité et elle devient à présent un danger mortel pour la nation et pour les nations

européennes.

 

L'état d'urgence, en vigueur pendant deux ans et qui vient d'être levé, n'aura servi à rien

puisque les mesures radicales et nécessaires qui auraient dû être appliquées ne l'ont pas été.

La décision irresponsable et incompréhensible de la réouverture, avec la fin de l'état d'urgence,

de quelques mosquées salafistes fermées récemment en est un exemple alors que plus d'une

centaine de ces mosquées radicalisées auraient dû être fermées définitivement dès novembre

2015. Il serait, en effet, temps de soumettre l'islam en France à nos règles et de lui poser nos

conditions. Et ceux qui ne les acceptent pas doivent partir.

 

Alors, face à une situation qui se détériore de jour en jour, nos gouvernants ne pourront pas se

soustraire indéfiniment à ce dilemme pour la France : la survie qui nécessite un sursaut ou le

suicide. Car l'ennemi, lui, poursuit sa marche. C'est pourquoi, après une réflexion et des

discussions entamées il y a quelques mois, fidèles à l'héritage historique, spirituel et culturel de

cette France charnelle que nous aimons et que nous continuerons à servir, conscients de la

nécessité de défendre cette identité et de combattre ceux qui nous veulent du mal, nous avons

décidé d'unir nos efforts en rapprochant nos deux organisations (Cercle de Citoyens Patriotes et

Volontaires Pour la France). Cette alliance, de nature apolitique, est un appel à la résistance

contre le renoncement et la démission de nos élites politiques face à une idéologie totalitaire et

conquérante qui met en danger notre nation et doit constituer un signal pour tous les citoyens

patriotes pour rejoindre en masse nos rangs et permettre la reconquête.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0