Celui qui dit la vérité doit être exécuté

par le Gal. Antoine Martinez - le 29/09/2017

 

      Après la récente « exécution » du général Pierre de Villiers pour avoir dit la vérité, personne ne doit oublier les circonstances et le contexte qui ont conduit à l'arrestation mouvementée du général Christian Piquemal, le 6 février 2016 à Calais, pour avoir également crié la vérité au cours d'une manifestation organisée dans le cadre des journées européennes contre l'islamisation et l'invasion migratoire. Il faut

rappeler que ces manifestations se déroulaient dans de nombreuses villes européennes et que pour la France elles étaient programmées à Bordeaux, Montpellier, Saint-Brieuc, Calais et Paris/Rungis (journée-meeting pour cette dernière, le 7 février). Les pouvoirs publics décidaient d'interdire pour des raisons fallacieuses les manifestations à Saint-Brieuc et surtout à Calais en invoquant l'impossibilité d'assurer la sécurité. Curieusement, une semaine plus tôt, une manifestation de milliers de clandestins installés dans la « jungle » encadrés et motivés par les antifas et autres no-borders déferlaient sur la ville en exerçant des violences sans que les forces de l'ordre présentes n'interviennent car elles en avaient reçu l'ordre. On notera la différence de traitement entre une manifestation de protestation non violente de quelques centaines de participants en soutien des habitants de Calais avec des arrestations dont celle du général et une manifestation marquée par un déferlement de violences de la part de milliers

d'individus encadrés par l'extrême-gauche et répandant la peur sur la ville et ses habitants sans aucune réaction des forces de l'ordre.

Cela dit, hormis le fait que les « juges » du Conseil d'Etat manquent à tous leurs devoirs en matière de respect des règles élémentaires de bienséance en diffusant le 22 septembre – sans informer le général Christian Piquemal – un communiqué notifiant le rejet de son recours et confirmant sa radiation des cadres par mesure disciplinaire, le message est limpide. Le Conseil d'Etat confirme la volonté du pouvoir de museler la liberté d'expression des généraux et donc, par l'exemple, de les faire taire. Cette absence d'égards et de tact dans la communication d'une telle décision semble refléter un certain mépris à l'égard d'un grand serviteur de l'Etat et de la Nation de la part d'une institution comme le Conseil d'Etat censé dire le droit. Mais ce mépris avait déjà été manifesté au plus haut niveau de l'Etat. En effet, cette attitude discourtoise et choquante avait été employée par le président de la République lui-même qui signait le 23 août 2016 le décret de radiation des cadres ou « d'exécution » du général Christian Piquemal. Ce dernier ne l'apprenait que le 17 septembre, près d'un mois après ! Cerise sur le gâteau, le décret – signé en catimini – n'était pas publié au journal officiel. Cette bassesse et cette hypocrisie qui traduisent en fin

de compte un manque évident de discernement et de sagesse de la part du pouvoir, d'autant plus que le général avait été relaxé par le tribunal trois mois plus tôt, le 26 mai 2016 et que le Parquet n'avait pas fait appel ! Cette radiation apparaît d'ailleurs comme un désaveu scandaleux de l'institution judiciaire, ce qui en dit long sur la pratique contestable du pouvoir. Il faut bien comprendre ici l'acharnement des autorités politiques contre ce général, finalement relaxé par le tribunal, mais qui avait osé défier leur autorité par sa présence à Calais le 6 février 2016. Ce crime de lèse-majesté était insupportable et ne pouvait pas rester impuni. Celui qui dit la vérité doit être exécuté.

Mais la défiance de ce soldat loyal à l'Etat et à la Nation qu'il a servis pendant toute sa carrière n'était-elle pas légitime face à un pouvoir qui se dérobait à ses devoirs dans une gestion calamiteuse de la crise migratoire, en particulier à Calais et dans le Calaisis ? Car la responsabilité de cette situation déplorable n'incombe-t-elle pas au pouvoir politique qui non seulement n'a pas assumé ses devoirs mais a voulu, de surcroît, faire taire ceux qui dénoncent des faits inacceptables dans un Etat de droit ? Peut-on être surpris qu'un officier général, qui comme tout serviteur de l’Etat ayant servi ou servant sous l'uniforme, attaché viscéralement à la légalité et au respect du règlement, ait considéré qu'il était de son devoir de dénoncer précisément le non-respect de l'état de droit qui fonde notre démocratie ? Qui est le

plus coupable ? Ce général qui a enfreint l'interdiction de manifester ou ceux qui n'ont pas fait appliquer la loi et ont participé à l'aggravation de la situation ? Car c'est bien la loi républicaine qui n'a pas été appliquée – et qui ne l'est toujours pas aujourd'hui d'ailleurs – par nos responsables politiques face à l'entrée illégale de clandestins sur notre territoire. N'oublions pas que notre Constitution précise en son article V que le Président de la République est le garant de l'intégrité du territoire. Sa responsabilité ne peut donc pas être ignorée dès lors que des migrants clandestins, donc illégaux, entrent massivement sur le territoire français. Et le nouveau pouvoir issu des dernières élections présidentielles ne doit pas l'oublier car des centaines de clandestins pénètrent chaque jour sur notre territoire et ne sont pas expulsés. Et il ne devra pas l'oublier au moment de la levée suicidaire du contrôle des frontières intérieures de l'Union européenne annoncée pour le début du mois de novembre 2017. Car ce serait la submersion migratoire assurée par des clandestins encore retenus tant bien que mal aux frontières sud, nord et est de notre pays. Alors, devant l'abandon par l'Etat de ses responsabilités régaliennes, les lois

de la République n'étant pas respectées, le général Christian Piquemal s'était rendu sur place pour

constater et dénoncer l'impuissance, le renoncement, voire la capitulation des pouvoirs publics face à la chienlit, en un mot crier la vérité.

Mais, après la décision du Conseil d'Etat confirmant la radiation des cadres du général Christian

Piquemal, la véritable question qui doit être posée est celle-ci : est-ce transgresser et dénier le devoir de réserve que de dénoncer des faits inacceptables dans un Etat de droit alors que le pouvoir politique, incapable de garantir l'intégrité du territoire face à l'entrée illégale de milliers de clandestins, ne respecte pas la Constitution et bafoue les lois de la République ? Que le pouvoir politique se réfère en permanence au sacro-saint devoir de réserve dans une telle situation, alors que ni le secret militaire, ni la neutralité politique ne sont mis en cause parce qu'on dénonce le non-respect de l'état de droit, relève de la malhonnêteté, de l'hypocrisie et même de l'abus de pouvoir. Cela est d'autant plus vrai et condamnable que ce non-respect de l'état de droit par ceux qui ont précisément à l'appliquer et à le faire respecter a conduit à l'instauration d'un état de non-droit. Mais peut-on rappeler à l'ancien président de la République – qui a voulu punir le général Christian Piquemal – que l'état de droit dont il ne cessait de se prévaloir, en plein état d'urgence, pour ne rien faire a plongé la France dans un état de faiblesse extrême ? Par sa présence à Calais le 6 février 2016, le général ne dénonçait-il pas également, par anticipation, l'aveu incroyable d'un président inconscient et irresponsable fait quelques mois plus tard à deux journalistes sur la partition du pays qu'il considérait comme bien engagée ? Quelle désinvolture, quelle imprévoyance et quelle lâcheté ! Cette seule déclaration aurait, dans une vraie démocratie, mené

le Parlement à engager une procédure de destitution. Car un responsable politique à ce niveau de l'Etat peut-il impunément, non seulement refuser de voir le danger, mais en être conscient et ne pas agir en conséquence ? Il s'agit de démission coupable, en langage militaire de trahison puisqu'il s'agit réellement d'un manquement à ses devoirs incompatible avec l'exercice de son mandat. C'est bien cela que le général Christian Piquemal dénonçait à Calais. Et ce manquement à ses devoirs est aggravé par la divulgation à ces mêmes deux journalistes d'informations militaires hautement confidentielles violant délibérément l'obligation de discrétion et de réserve portant sur des informations classifiées relevant de la Défense. Il s'agit d'une faute lourde, d'autant plus grave que le président, de par ses fonctions, est le Chef des armées et donc dépositaire, à ce titre, d'éléments couverts par le secret de la défense nationale. Il n'avait pas le droit de communiquer ces éléments à des personnes non qualifiées ni habilitées. Mais son immunité présidentielle l'a préservé d'une poursuite du chef de compromission prévu par le code pénal (articles 413-9 à 413-12). Il n'est cependant plus couvert par cette immunité aujourd'hui. Ce délit qui est hautement plus grave qu'une transgression de son devoir de réserve par un général restera-t-il impuni ?

Dans L'esprit des lois, Montesquieu affirmait que « La démocratie est fondée sur la vertu ». Il semble malheureusement qu'on en soit bien loin aujourd'hui. En effet, la sanction administrative qui frappe le général Christian Piquemal, alors que pénalement il avait été relaxé, pose un sérieux problème éthique et déontologique que le pouvoir politique et la classe politique dans son ensemble seraient bien avisés de prendre en considération. Car dans le cas de ce général, c'est bien le pouvoir politique qui est coupable du fait de ses manquements à ses devoirs en ne respectant ni la Constitution ni les lois de la République, en provoquant par sa passivité, alors que le pays est en état d'urgence, l'affaiblissement de l'état de droit et la mise en danger de la vie des citoyens. La prétendue transgression du devoir de réserve par ce général lanceur d'alerte ne constituait-elle pas plutôt une démarche citoyenne pour rappeler au pouvoir politique ses devoirs ? Si la loi n'est pas respectée ni appliquée par ceux qui détiennent le pouvoir et qui ne sont – faut-il le leur rappeler – que les fondés de pouvoir d'un souverain, le peuple, on ne peut pas reprocher à ceux qui ont servi sous l'uniforme et qui ont un sens aigu du devoir à l'égard de l'Etat et de la Nation de dénoncer ce qui est illégal.

 

Le 29 septembre 2017

 

Général (2s) Antoine MARTINEZ

Coprésident des Volontaires Pour la France

et président du Comité de soutien au général Piquemal

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0