"Où en est votre armée...?"

La situation de nos armées est grave !

Les dramatiques événements de ces jours derniers à Paris et à Dammartin-en-Goële et les décisions de renforcer le dispositif militaire de sécurité sur notre territoire national, me conduisent à faire part de ma réflexion sur l’état de nos armées, sur l’état de VOS armées.

 

Après 37 ans de carrière au Service de la Nation et après avoir tenu des postes de haute responsabilité les dernières années, je me sens tout à fait autorisé à exprimer mes craintes quant à la capacité de notre pays à assurer sa défense et sa sécurité dans le temps. J’estime que c’est pour moi un Devoir.

 

A voir le magnifique défilé du 14 juillet chaque année sur les Champs Elysées, avec ces hommes, ces femmes et ces matériels si rutilants, on pourrait encore croire que nos armées sont celles d’un très grand pays. Malheureusement, si des décisions drastiques d’augmentation des budgets dévolus à la Défense ne sont pas prises, la France n’aura bientôt plus les moyens d’assurer sa sécurité et ne pourra que parader sur la plus belle avenue du monde…

 

Le « Livre Blanc sur la Défense et la sécurité » a été revu en 2013 pour redéfinir les menaces et les moyens qu’il faut consacrer pour s’en prémunir. Alors que c’est bien avec cette logique de besoin qu’il aurait fallu le construire, c’est avec une logique de ressources qu’il l’a été. C’est sous la tyrannie et le dicta de Bercy que se font aujourd’hui plus que jamais les budgets de la Défense. L’objectif est simple et clair : il est prioritairement de réduire la masse salariale et non de parer à des menaces de plus en plus réelles et importantes! Qui d’entre nous aurait l’idée de faire des économies sur ses assurances ? C’est bien de cela qu’il s’agit pour la France, c’est de faire des économies sur ses moyens de Défense !

 

Il y a quelques années, sur le ton de la plaisanterie, et sans doute pour se rassurer, nous disions (les militaires de l’armée de Terre- la plus « nombreuse ») que nous finirions par tous tenir dans le stade de France. Nous y sommes puisque les seules « forces opérationnelles » (66 000 hommes) peuvent facilement y tenir.

 

Nos responsables politiques viennent de décider d’engager 10 000 hommes sur le territoire national. Il n’est pas question pour moi de nier ce besoin, bien au contraire. Les armées sont là pour assurer la sécurité de leurs concitoyens. Mais il faut savoir que c’est le contrat opérationnel maximum que prévoit aujourd’hui le Livre Blanc pour la sécurité de notre territoire national. Il faut aussi savoir que cet engagement va évidemment durer dans le temps et qu’il faudra relever ces hommes, les remplacer au bout de quelques semaines ou quelques mois. Dans le même temps nous sommes engagés en Afrique et au Proche et Moyen Orient pour lutter aussi contre le terrorisme, à sa racine. Ce sont ainsi plus de 8000 hommes et femmes qui sont engagés. Pour que ces 18 000 militaires puissent être engagés, il en faut en fait trois fois plus. En effet, 18 000 s’entraînent pour être prêts au combat et 18 000 se « remettent en condition » après avoir été engagés (congés, formation continue, …). Les effectifs des armées d’aujourd’hui ne permettront pas longtemps de tenir un rythme aussi soutenu (en espérant que d’autres crises ne se déclenchent pas par ailleurs…).

 

Après la chute du mur de Berlin et la confrontation Est-Ouest, et jusqu’à aujourd’hui encore, on a voulu vous faire croire que les guerres étaient loin de nous et qu’il n’y avait donc plus lieu d’avoir des forces armées « pléthoriques ». Il est quand même paradoxal de constater que notre gouvernement actuel, qui a eu une propension à vouloir réduire encore plus nos armées, les engage (à juste titre) comme jamais cela n’a été… Où est la cohérence ???

 

Il est temps que notre représentation nationale se rende à l’évidence avant qu’il ne soit trop tard (en espérant qu’il ne le soit déjà pas) et décide enfin de redresser la situation dangereuse de nos armées (et donc de notre pays) en leur donnant les moyens nécessaires et suffisants. Car ils ne le sont plus depuis déjà un bon moment. Incapacité de doter tous nos soldats des meilleurs équipements, incapacité d’entretenir les matériels (disponibilité moyenne bien souvent très inférieure à 50% !), difficultés pour s’entraîner, conditions de vie parfois déplorables…

 

Les Français ont de la chance d’avoir des militaires ayant un sens aussi élevé du Devoir, du Service et avec une telle abnégation. Il y a bien longtemps que d’autres grands corps de l’Etat se seraient fait entendre…

Comme nos policiers et nos gendarmes, les soldats de la France sont prêts à donner leur vie pour leurs Pays et leurs compatriotes. Mais qu’on ait la décence de leur donner tous les moyens nécessaires pour assurer leur missions et notre sécurité !

 

En complément de ces quelques lignes je voudrais vous citer les propos prémonitoires tenus par le chef d’état-major de l’armée de Terre fin novembre, le général d’armée Jean-Pierre Bosser, qui vous permettront de compléter votre réflexion sur ce sujet très grave : « Il me semble raisonnable de considérer que la nature des opérations et l’envergure des défis sécuritaires inscrivent l’action militaire, hors et désormais à l’intérieur de nos frontières, durablement ».

 

N’ayons pas peur des mots, notre pays est en guerre pour de nombreuses années et ce n’est pas le moment de baisser la garde. C’est pourtant bien ce que font nos politiques aujourd’hui et certainement pas les chefs militaires (qui ne sont qu’aux ordres, conformément aux principes de la démocratie et de la République). Les chefs militaires en fonction aujourd’hui ne peuvent qu’alerter nos politiques (ce qu’ils ont toujours fait avec vigueur et qu’ils continuent à faire, je peux en témoigner). C’est bien à nos dirigeants politiques de prendre leurs responsabilités et surtout de faire preuve de courage dans les lourdes décisions qu’ils devront prendre pour faire que la France puisse toujours tenir son rang sur la scène internationale et surtout pour assurer la sécurité de tous les Français ! La paix et la sécurité comme la vie n’ont pas de prix. Il faudrait enfin que nos dirigeants en prennent conscience !

 

Général (2s) Yann PERTUISEL

 

 

 


Écrire commentaire

Commentaires : 0