"Petit message pour la p'tite hystérique Greta Thunberg"

...par le Col (er) Maurice Beaune - le 27/10/2019.

Bonjour,
Je remercie Jean pour sa retransmission (en fin du présent message) et y réagis à ma manière.
=================================================
M'enfin, Greta !...
Ce n'est pas tout à fait comme cela que "votre" développement "écolo" deviendra plus durable que le nôtre.
Dans la perspective de tes responsabilités futures, commence par accorder un peu de respect à tes aïeux, tes aînés, tes prédécesseurs, à qui tu as asséné tes reproches si véhéments ! 
Comme toi, ils ont rêvé d'un monde meilleur.
Sache que, généralement, ils ont fait de leur mieux, certes avec / malgré leurs insuffisances inhérentes à la nature humaine, pour contribuer au progrès intellectuel (scientifique, technologique, philosophique), social et matériel dont tu bénéficies grassement, sans même t'en apercevoir, aujourd'hui.
.../...
Ils furent ce que nous sommes,
Poussière, jouet du vent !
Fragiles comme des hommes,
Faibles comme le néant !
.../...
Alphonse de Lamartine
Ne sombre pas dans la régression morale, mentale, spirituelle et sociétale suscitées par les sirènes de l'altermondialisme, à la fois révolutionnaire et libertaire, qui, dans une fuite en avant effrénée, assaillent un peu à l'excès, trop vite, trop prématurément, trop radicalement, ton esprit juvénile légitimement épris d'idéalisme novateur.
Alors, très chère Greta, au cœur de l'automne de notre hémisphère boréal et à l'approche de la Toussaint, plutôt qu'aux harangues et réquisitoires accusateurs envers les hommes et femmes en charge de la laborieuse marche d'un monde encore très perfectible, c'est à la méditation que je te convie, en quête de l'inaccessible sagesse dont les écologistes n'ont pas le monopole et que nous préconisons tous ! 
La lecture méditative de ce long poème, peu connu, de Lamartine (en pièce jointe), à certains égards humblement écologiste avant l'heure, pourrait, d'une part, modérer ton jugement péremptoire à l'égard des générations précédentes que tu vilipendes sans ménagement et, peut-être d'autre part, mieux canaliser ton énergie, ton talent et ta vivacité d'esprit pour, lorsque ta génération aura accédé aux responsabilités, efficacement remédier aux errances et dérives de l'humanité que, dans les vicissitudes de notre existence terrestre, nous constatons et déplorons tous.
.../...
Les mondes que tu répares
Devant toi vont rajeunir,
Et jamais tu ne sépares
Le passé de l'avenir
.../...
Alphonse de Lamartine
Cordialement
Maurice Beaune

A chacun sa vérité :

Petit message pour la p'tite hystérique Greta Thunberg. On t'a soi-disant volé tes rêves et ta jeunesse.

Premièrement : Ta place est à l'école pour le moment.

Secondement : Range ta chambre avant d'essayer de ranger le monde. Et pour répondre à ton discours véhément, à notre époque (oui nous les vieux qui avons ruiné ton futur) on retournait les bouteilles de verre consignées au magasin. Le magasin les renvoyait à l'usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau : bouteilles étaient recyclées, mais on ne connaissait pas le mouvement écologique, de mon temps, on montait l'escalier à pied : on n'avait pas d'escaliers roulants et peu d'ascenseurs.

On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu'il fallait se déplacer de deux rues :

On marchait jusqu'à l'épicerie du coin.

Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

On ne connaissait pas les couches jetables :

On lavait les couches des bébés.

On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde

On avait un réveil qu'on remontait le soir.

Dans la cuisine, on s'activait pour préparer les repas ; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu'ENGIE en produit.

Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boîtes ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.

On n'avait pas de tondeuses à essence autopropulsées ou auto portées :

On utilisait l'huile de coude pour tondre le gazon. Quand on vidait les w.c., c'était dans le jardin pour faire de l'engrais. On travaillait physiquement ; on n'avait pas besoin d'aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l'électricité.

Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

On buvait de l'eau à la fontaine quand on avait soif.

On n'utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter.

On remplissait les stylos dans une bouteille d'encre au lieu d'acheter un nouveau stylo.

On remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir entier après quelques utilisations.

Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

Les gens prenaient le bus, le métro, le train et les enfants se rendaient à l'école à vélo ou à pied au lieu d'utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi 24 H sur 24. Les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d'une année sur l'autre, les crayons de couleurs, gommes, taille- crayon et autres accessoires duraient tant qu'ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers jetés fin juin, de nouveaux crayons et gommes.

Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste !

On n'avait qu'une prise de courant par pièce, et pas de bande multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d'aujourd'hui.

ALORS ARRÊTE DE ME FAIRE CHIER AVEC TES IDÉES ET SLOGANS À LA CON ET TON MOUVEMENT ÉCOLOGISTE !

Tout ce qu’on regrette, c’est de ne pas avoir eu assez tôt la pilule, pour éviter d’engendrer la génération des jeunes cons comme vous, qui s’imagine avoir tout inventé, à commencer par le travail, qui ne savent pas écrire 10 lignes sans faire 20 fautes d’orthographe, qui n’ont jamais ouvert un bouquin autre que des bandes dessinées, qui ne savent pas qui a écrit le Boléro de Ravel…(pensent même que c’est un grand couturier), qui ne savent pas mieux où passe le Danube quand on leur propose Vienne ou Athènes, etc. mais qui croient tout de même pouvoir donner des leçons aux autres, du haut de leur ignorance !

BANDE DE P'TITS CONS

Merci de ne pas imprimer ce message afin de préserver l'environnement, mais ne vous privez pas de faire suivre !

Télécharger
Pensée des morts - Alphonse de LAMARTINE
Document Microsoft Word 19.0 KB
Commentaires: 0