Le 26/04/2015.

      Je souhaiterais aujourd’hui vous communiquer les réflexions qui ont été les miennes suite à l’insertion sur notre site, rubrique « Flash Info », de la note de service du chef de corps de la base de défense de Creil instaurant une bourse aux vêtements à l’usage des militaires.

     Pour moi, ce fait divers n’a rien d’anodin : En clair, nos soldats ont de plus en plus de mal à s’habiller correctement et réglementairement.

     Ce n’est malheureusement  pas une situation nouvelle : Déjà, au cours de la campagne du Mali, nos soldats manquaient de chaussures et de vêtements de rechange, le 12 décembre dernier, le CSFM soulignait la médiocrité du soutient du combattant, les jeunes recrues ne touchent trop souvent que des paquetages incomplets, les installations de vie sont délabrées et le Service du commissariat ne pense pas pouvoir améliorer la situation avant plusieurs mois…sous-entendu, faute de crédits, tout le monde aura deviné.

     Faudra-t-il avant peu organiser un « grand vide grenier national » pour que chaque soldat puisse se procurer qui une paire de rangers, qui une veste de treillis encore présentables ?

     Faudra-t-il, comme en 14, remettre nos grands-mères au tricot pour réaliser chaussettes et petits pulls à l’attention de nos soldats ?

     Sans parler des véhicules de combat qui sont tellement usés que quelques cadres se sont risqué à ironiser : L’opération « Serval », c’est comme courir le Paris Dakar avec des voitures de collections.

     D’autre part, j’ai déjà rendu hommage au Lcl Bret pour son courage à exposer la réalité affligeante de la vie des unités, mais je suis désolé de lui faire remarquer qu’il se trompe de cible. Ce n’est pas le CEMAT qui doit être visé.

     Pour suivre depuis quelques mois les auditions des commissions « Défense » du Sénat et de l’Assemblée Nationale, tous les intervenants militaires, le CEMA, les CEM des Armées de Terre, Air, Mer, quelques généraux (2S), décrivent la situation de nos armées avec réalisme et conviction. Ils présentent des solutions compatibles avec le contexte économique et stratégique du moment tout en sachant qu’un mot de trop, ou compris de travers par le « politique » peut déclencher le « siège éjectable ».

     Quelques généraux en ont d’ailleurs fait les frais ces derniers temps, remplacés séance tenante par aussi compétents qu’eux certainement mais beaucoup plus dociles…Et au cas ou ils ne seraient pas…Retour à l’article premier !

     Devant la COM DEF de l’AN, le 27 janvier dernier, l’Amiral B. Rogel a été très clair : Il lui manque, entre autres moyens, 3 patrouilleurs aujourd’hui, et 6 en 2020, c'est-à-dire demain, plus quelques autres moyens qu’il serait trop long d’énumérer.

     Nos marins en sont à couler du béton dans les cales pour boucher les trous dans les coques de navires hors d’âge.

     Au regard des missions qui lui sont confiées, le CEMAT a besoin de 5 000 hommes d’ici la fin de l’année, 11 000 à terme avec les moyens matériels et financiers qui vont avec « sinon, dans 5 ans nous n’aurons plus d’armée Serval… » a-t-il clairement exposé au « pouvoir » le 8 avril dernier.

     Il y a fort à parier que les Aviateurs ont des besoins similaires et urgents, mais bizarrement, je ne retrouve plus l’audition du CEMAA dans les prévisions de la commission ad hoc…C’était pourtant prévu vers la mi-avril…Peut-être ai-je fait erreur ?

     Au bilan, toutes ces belles prestations se perdent dans le vide « sidéral » de notre représentation nationale. Même Le Président de la République, pourtant si prompt à envoyer nos soldats risquer leur vie, ne se préoccupe même pas de savoir si « la logistique et les effectifs suivent ».

     Non, l’objectif prioritaire de tout ce « beau monde » reste la publicité que l’on peut tirer d’une hypothétique « victoire » en vue de la prochaine échéance électorale.

     Alors, quoi faire ?

Et bien, je n’ai qu’une seule solution à vous proposer : La Défense étant une responsabilité de Citoyen, NOUS devons EXIGER DIRECTEMENT de nos représentants nationaux, en particulier du Président de la République, chef des Armées, de prendre en compte sérieusement notre Défense : Celle de l’avant (OPEX) et suite aux évènements de janvier notre défense rapprochée. (OPINT)

     Mesdames, Messieurs, visiteurs assidus ou occasionnels de ce site, militaires d’active, de réserve, retraités, Citoyens Français de tous horizons, la carte d'électeur dans une main le clavier ou le stylo dans l’autre, écrivons au député de notre circonscription, au Président de la République, diffusons autour de nous, dans les médias autant de lettres ouvertes que possible expliquant, nos préoccupations et notre exigence Réaliser l’adéquation des moyens et des missions données à nos soldats.

Il n’y a qu’à ce prix que nous pourrons appuyer le commandement militaire dans ses demandes pour sauver ce qui peut encore l’être.

  

Pour terminer, je reprendrai la citation du Gal. Desportes en page d’accueil de notre site : 

<<La France ne retrouvera une défense correspondant à ses intérêts et à ses besoins de sécurité que lorsque cette question sera redevenue une question citoyenne et donc politique, ce qui n'est plus le cas...>>

 

JMR

  


Commentaires : 0