Pour en terminer...!


Le rideau est tombé, les portes du Panthéon se sont refermées sur les nouveaux entrants, en particulier Jean ZAY, avec son « torche-cul » sur le ventre…

Je ne reprendrai pas les arguments des « pour » et des « contre », je précise simplement que je ne transige pas avec le RESPECT que tout un chacun doit au Drapeau, emblème de notre France, en tout temps et en tout lieu, quelques soient les circonstances.

En revanche, je relève que ce personnage nous a été imposé par un Président de la République qui est passé outre l’avis de nombreuses associations représentant des dizaines de milliers de citoyens attachés au respect de leurs trois couleurs.

Assez "effaré" par cette affaire, j’en viens maintenant à me demander, quels ont été les ressorts réels de cette décision qui, immanquablement, allait provoquer une levée de boucliers au sein de la société ?

Comment imaginer que Jean ZAY, tout bon ministre qu’il ait été, échapperait aux conséquences de ses écrits de jeunesse ?

Comment apprécier les contorsions des « pour » tentant de lui « construire » un passé de « résistant » complètement usurpé ?

Le Président pouvait-il ignorer que cette proposition de panthéonisation ne manquerait de rouvrir le dossier du « procès éternel » de Jean ZAY comme le titre « Le Point ».

Peut-il même s’abriter derrière son équipe de conseillers pour plaider l’ignorance ?

Je ne le pense pas. Cela ne me semble pas de mise pour un chef d’Etat.

Reste une dernière hypothèse : Le caprice d’un « homme normal » enfermé dans ses certitudes sectaires, persuadé d’avoir raison envers et contre tout, et qui, plus grave, méprise le Peuple, quantité négligeable…

Vous avez dit : « les Sans-Dents »… ? !


JMR