Club des Chefs Paras au Feu

Bulletin n° 126 - Décembre 2019

Communiqué par  Roger Neusius le 23/12/2019.

Télécharger
Club-des-chefs-paras-au-feu-Bulletin-126
Document Adobe Acrobat 2.2 MB

Une homélie qui tranche...

Extraite du bulletin n°126

MESSE DE LA SAINT MICHEL À SAINT AUGUSTIN

 

Ce 25 octobre, Saint Michel était bien présent à Saint-Augustin. Le sérieux et le recueillement qui y régnaient, en témoignent.

- Pas seulement, parce que nos camarades disparus depuis un an, Defline, Constant, Douchet, Gros  et Marchant, l’entouraient.

- Pas seulement, parce que la prière du para s’élevait, grave et solennelle sous la voûte et qu’on évoquait la vie et la mort de son créateur.

- Pas seulement, parce que les intentions de prières qui montaient vers le ciel faisaient la part des périls qui insidieusement menacent plus qu’une invasion militaire, la cohésion de la nation, sa culture et sa spiritualité, forgées au cours des siècles,

- Pas seulement, parce que les paroles du Livre de Daniel prophétisaient la venue de « Michel, chef des Anges qui veille sur le peuple du Seigneur, au temps d’une détresse comme il n’y en aura jamais eu depuis que les nations existent. »

- Pas seulement, parce que résonnait, d’une manière particulièrement actuelle, l’apostrophe de Jésus à ces experts sentencieux qui prétendent tout expliquer et tout prévoir, sauf l’essentiel : « Hypocrites ! Vous savez interpréter l’aspect de la terre et du ciel, mais ce moment-ci, pourquoi ne savez-vous pas l’interpréter ? Et pourquoi ne jugez-vous pas par vous-mêmes ce qui est juste ? Mais aussi, et surtout par la rude, claire et franche homélie du Père Richard Kalka qui tranche avec la prudente sémantique en usage dans la plupart de nos paroisses.

 

Les trois nouvelles religions qui défient notre civilisation. Le père Kalka ne cherche pas à plaire. Il

affronte à bras le corps les questions fondamentales qui affectent nos sociétés, ces trois nouvelles religions qui défient notre civilisation : l’islamisme, en tant que conquête « ethnico-religieuse », le «nazisme anthropologique » représenté par l’imposition de la LGBT,  le « totalitarisme écologique » qui n’admet aucune contradiction.

• L’accueil de l’étranger de passage, ou de l’exilé est prôné par toutes les religions et est une obligation morale de l’hospitalité biblique : « mais elle n’a rien à voir avec l’invasion programmée de l’islamisme dont le dessein, à terme, est de renouer avec son esclavagisme d’origine...

 • Le « puissant lobby à caractère communautariste » qui nie la différence des sexes est en train d’opérer, avec le soutien de la loi et des institutions qui la protègent, une véritable transmutation du genre. « Nous assistons ainsi à une rupture anthropologique majeure, la marchandisation de l’être humain. Dieu remplacé par l’homme, « être suprême » et animé par « un

ego sans limite. »

• Quant à la dévotion écologique, s’il est vrai que depuis des millions d’années les changements climatiques s’opèrent « selon des cycles naturels, connus, décrits et indépendants des activités humaines », des « ayatollahs verts » imposent leurs « prophéties hallucinatoires » et répétitives, à travers un matraquage médiatique permanent.

« Il en résulte que, depuis quelques temps, la Vierge Marie a été avantageusement remplacée par Sainte Greta, l’autiste suédoise. »

 

Prostitution....

 

Et le Père Kalka nous prévient : Nous entrons dans une ère de médiocrité et d’idolâtrie que, rappelle-t-il, les juifs qualifient de « prostitution ».

« Adhérer à la bien-bien-pensance de notre époque, relève de la prostitution.

  Être d’accord avec tout le monde et en tout, relève de la prostitution.

  Fermer les yeux pour ne pas voir, relève aussi de la prostitution... »

 

Quel est le sens de ce « moment-ci » évoqué par le Seigneur dans l’Evangile de Luc ?

En d’autres termes :

Comment interpréter les évènements et les changements de paradigmes dont je suis acteur ou spectateur ?

Que puis-je faire ? Il nous reste la prière et la parole : « Ai-je le courage de dire calmement mais haut et fort ce que je crois juste ? » «

Le problème, ajoute-t-il, c’est que nous exaltons et brandissons un courage que nous n’avons pas... »

« Alors que Dieu ait pitié de nous et que l’Archange Michel notre Saint Patron des combats de jadis nous accompagne dans les tourmentes d’aujourd’hui. »

 

Merci au Père Kalka de ces vérités et de ces avertissements.

Chacun sait que le Seigneur qui laissait à César ce qui lui appartenait, ne pratiquait pas la langue de bois ni le politiquement correct...

 

PB

Commentaires: 0