Demain la guerre...à Calais

le 23/10/2016.

Demain la guerre...

à Calais...!

 Voilà, tout est expliqué, même les effectifs de police mis en oeuvre....

 

Démantèlement de la "Jungle de Calais" : comment doit se dérouler l'évacuation

http://www.sudouest.fr/2016/10/22/evacuation-risques-d-affrontement-demantelement-de-la-jungle-mode-d-emploi-2544169-6116.php 

Pour ne citer que ce média...

 

...Qui peut penser sérieusement que ces 6 à 8000 hommes qui n'ont rien à perdre, prévenus depuis de nombreux jours, bien motivés par les "No-Borders" et autres "ONG" d'extrême gauche, qui ont eu le temps de s'organiser et à n'en pas douter, de s'armer, vont se laisser faire sans réagir...?

Ils ont, en outre, reçu le soutien des "écologistes/zadistes" de Notre Dame des Landes, experts en résistance armée, à qui on peut accorder toute confiance pour "dialoguer gentiment" avec les forces de l'ordre....

 

Si nous faisons bien les comptes, ce sont environ 5 à 6000 hommes, au minimum, qui vont s'opposer aux 1250 gendarmes et CRS...rapport de forces tout à fait défavorable s'il en est.

 

Donc, intervention à grand risque dans des conditions tout à fait défavorables qui a toutes les chances de dégénérer. 

Je ne serai pas surpris qu'il y ait mort d'homme  chez les migrants, mais aussi parmi les forces de l'Ordre.

Quelle sera alors leur réaction ? Seront-ils prêts à mourir pour un gouvernement qui ne les soutien pas ? Je ne parie par un centime d'Euro.

En comparaison, les échauffourées de Sivens et NDDL risquent de passer pour de simples échanges de civilités !

Enfin, tant qu'à noircir le tableau, je ne serai pas surpris que cette "guerre de Calais" constitue le point de départ d'une insurrection de certaines, voire de toutes les "zones de non-droit" de l'hexagone...

J'espère de tout cœur me tromper.

JMR

 

 


Lundi 24 octobre 2016 - 11 h 30


 

Calais : L'opération de démantèlement semble se dérouler paisiblement.

Je me suis donc trompé...tant mieux !

 

Quelques questions restent néanmoins en suspend :

  • Pourquoi, les associations "No-Border & Co" n'ont-elles pas réagit ?

Elles œuvrent depuis des années à soutenir les migrants dans leurs tentatives de traversée de la Manche. et soudainement, elles laissent démolir leur "vitrine" !

 

  • Quelles peuvent en être les raisons ?

 - Soit elles n'ont pas réussi à motiver les migrants, ce qui ne serait pas étonnant vu les conditions déplorables dans lesquelles ils vivent,

- Soit une action largement en amont a été entreprise auprès d'elles pour les dissuader d'agir...Par qui ? Comment ?

 

  • Pourquoi cette opération n'a pas été déclenchée plus tôt ?

Cette "jungle de Calais" était bout de territoire national échappant aux lois françaises depuis de trop nombreuses années, une sorte de cancer bien localisé. Il est a craindre que la dispersion de ses éléments constitutifs sur l'ensemble du territoire ne se transforment en autant de métastases malignes entrant en conflit avec les habitants des lieux d'accueil (imposés !).

 

L'avenir nous le dira sans doute, mais je reste pessimiste !

 

Dans tous les cas, cette opération est un modèle du genre, médiatiquement très bien orchestrée...à quelques mois de la présidentielle...! "Ça eu payé...!"

 

 

 

 


Jeudi 27 octobre 2016 - 10 h


OUI?  que leur a-t-on promis pour qu'ils soient si dociles ?

Tous ces hommes fermement décidés depuis de longs mois à passer au Royaume-Unis, qui ont risqué leur vie, engagé des dépenses folles pour payer les passeurs... transformés en doux agneaux...!

Ces "No-border" hargneux et vindicatifs qui se conforment gentiment aux injonctions des forces de l'ordre.

Quelles promesses ? Quelles compensations ? 

La réponse me semble évidente maintenant : Des papiers en règle...et un petit pécule pour pouvoir franchir la Manche en toute légalité...!

Tout cela dans la discrétion des centres d'accueil dispersés sur le territoire national, pendant les fêtes de fin d'année, quand tout le monde aura oublié jusqu'à l'existence du problème.

Tout le monde y trouve son compte : les migrants qui réalisent leur rêve, les "no-borders" qui obtiennent la satisfaction de leurs revendications, le gouvernement à quelques mois des élections...et accessoirement "punissant" les "Brits" pour avoir osé le "Brexit".

Bien joué !

JMR



La poussière sous le tapis

...par François Jourdier - le 28/10/2016.

Contre amiral (2°S) 

Ecole navale (1949)

Directeur du Centre d'Essais de la Méditerranée (1981-1986)

Inspection des Armements nucléaires (1978-1980)

Commandant du Bâtiment Atelier Jules Verne (1975-1976)

Etat-major des Forces Françaises du Sud de l'Océan Indien  à Madagascar puis à la Réunion (1972-1974)

Commandement du bâtiment de débarquement de chars (BDC) Bidassoa (1968-1969)

Ecole des Applications militaires de l'énergie atomique (1963-1968)

Divers embarquements

Guerre d'Indochine dans les forces fluviales du Sud VietNam (1952-1954)

Ouvrages

La désinformation et le journal Le Monde  (2004) Indochine 1952-1954 - Les Luc Binh - Souvenirs d'un marin du fleuve  (2008)

De Judas à Tartuffe - Lettres au Monde  (2009)

 

Distinctions 

Officier de la Légion d'Honneur

Officier de l'Ordre National du Mérite

Croix de guerre des TOE (Théâtre des opérations extérieures)

Chevalier des palmes académiques


L’opération en cours pour évacuer les "migrants" de la jungle calaisienne consiste littéralement à mettre la poussière sous le tapis.

On les disperse en province dans des centaines de CAO, (centres d’accueil et d’orientation), pour beaucoup dans des colonies de vacances qu’il faudra libérer avant l’été.

On est sensé y trier ceux qui peuvent prétendre au droit d’asile, quelques pour-cent, et les autres. Ceux-ci, que vont-ils devenir ? On va les expulser ? Sûrement pas, ils deviendront des "sans –papiers" et beaucoup retourneront à Calais.

On impute au régime de Vichy la création de centres d’internement comme celui des Milles près d’Aix en Provence et on veut faire croire qu’il avait été créé pour interner les juifs. Mais ce n’est pas Vichy qui a créé le Camp des Milles où, à la déclaration de guerre en 1939 on interna les ressortissants de pays ennemis, Allemands, Autrichiens, Hongrois, qu’ils soient juifs ou pas.

 

Le 12 novembre 1938, la Chambre des Députés, sous le gouvernement Daladier,  avait voté un décret permettant l’internement des "étrangers indésirables". Ce décret sera mis en application en 1939 au moment de la "Retirada", l’exil des républicains espagnols qui fuyaient le régime de Franco, il y en aura 450 000. En mars I939, il y a 264 000 Espagnols dans les camps du sud-ouest de la France dont le plus important fut celui de Gurs dans les Basses-Pyrénées.

Aux Milles on interna indifféremment des opposants au régime nazi (communistes, socialistes, opposants divers, Juifs allemands ou autrichiens), des personnes favorables au régime hitlérien, ou des combattants allemands. Au départ l’internement dans les camps n’avait donc aucun caractère raciste. Dans toute la France il y eut plusieurs dizaines de camps d’internement de ressortissants étrangers.

Peut-être le décret de Daladier n’a-t-il jamais été annulé ? Il serait beaucoup plus efficace de reprendre cette solution en aménageant des camps d’un confort suffisant, cela permettrait le tri à tête reposée et l’expulsion des déboutés.

D’ailleurs les réfugiés qui sont restés près de leur pays sont hébergés dans des camps en Jordanie, en Turquie, au Kurdistan.

 

Pendant ce temps-là en Méditerranée l’opération européenne Frontex, chargée de protéger les approches maritimes européennes, est complètement détournée de son but et est devenue le complice objectif des passeurs libyens ou égyptiens. Les bâtiments qui lui sont affectés vont chercher au-delà des eaux territoriales, des naufragés volontaires abandonnés dans des embarcation surchargées incapables de faire la traversée vers l’Europe comptant bien être récupérés par les bâtiments de

Frontex et d’organisations "humanitaires" irresponsables et subventionnées, qui les amèneront à destination. En 2015 on en a ainsi introduit 150 000 pour la plupart venant d’Afrique subsaharienne et dont personne ne veut ; certains cherchent à franchir la frontière française.

Si on veut arrêter ce phénomène, il faut ne récupérer que les naufragés réellement en danger sans aller les chercher près de leur point de départ et les ramener en Libye et en Egypte. La pompe se désamorcera.

Où en serions-nous si Viktor Orban n’avait pas coupé la route des Balkans ? Sait-on qu’il y a des Allemands qui se réfugient en Hongrie pour y retrouver la tranquillité ?

L’Europe aux grands sentiments est en train de se laisser envahir d’une façon suicidaire.

 


Partager : 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Stratediplo (jeudi, 27 octobre 2016 04:28)

    Je me suis trompé moi aussi il y a quelques mois, en pensant que Calais serait abandonnée dès le lendemain du referendum britannique, sans même en attendre les résultats. La dissémination des occupants de l'enclave sert les objectifs d'extension et d'islamisation du gouvernement, cependant il n'a pas dû être possible de déplacer ces colons sans leur avoir d'abord promis de les reloger en mieux, leur avoir garanti le maintien de leur anonymat, leur avoir fait miroiter de belles propositions de légalisation et d'allocations, et les avoir assurés de l'impunité de l'incendie de grande ampleur par lequel ils promettent de ne laisser que cendres derrière eux si on les mute encore. Et si les cadres du camp de radicalisation ne le relèvent pas, sur place ou ailleurs sur la côte, c'est qu'on les aura convaincus d'un meilleur futur pour leurs protégés en France qu'au Royaume-Uni.