L'Europe verte des bisounours

...par Renaud Girard - Le 31/07/2020.

Source : Géopragma

 

Chronique internationale de Renaud Girard* publiée dans le Figaro le 28/07/2020

A Bruxelles, le 21 juillet 2020, après une longue et dure négociation, les dirigeants des Etats membres de l’Union européenne (UE) ont adopté un plan de relance économique sans précédent dans l’histoire du vieux continent. Fondé, pour la première fois, sur un emprunt commun, il prévoit d’accorder pour 750 milliards d’euros de prêts et de subventions aux économies de l’UE. La Commission européenne lui a donné le nom de « Next Generation EU ». Il s’agit d’« investir pour la nouvelle génération », c’est-à-dire de préparer un avenir meilleur aux enfants de cette Europe qui a été affaiblie, depuis le début du millénaire, par un triple déclin relatif face aux autres continents (démographique, industriel, technologique). Ces sommes considérables s’ajouteront au budget pluriannuel de l’UE, qui prévoit de dépenser quelque 1100 milliards d’euros de 2021 à 2027.

La légitime ambition de ce New Deal enfanté à Bruxelles est de rendre le vieux continent plus « résilient ». Les peuples européens réclament de l’UE davantage de protections. Ils ont été choqués de constater qu’elle s’était montrée incapable d’anticiper, et ensuite de bien gérer, trois grandes crises successives :  la crise financière de 2008 venue des Etats-Unis ; la crise migratoire de 2015 venue des rives arabo-islamiques de la Méditerranée ; la crise sanitaire de 2020, venue de Chine.

Sur le principe d’un sursaut de l’Europe, nous ne pouvons qu’être d’accord. Mais sur la forme et sur le fond, on est en droit de questionner le travail réalisé pour le moment par la Commission et le Conseil européens. Sur la forme : qu’est ce qui nous garantit que l’argent ira dans des infrastructures pérennes et non dans des actions de saupoudrage destinées, en bout de ligne, à camoufler des régimes sociaux structurellement déséquilibrés ? Sur le fond : l’UE a-t-elle dessiné une hiérarchie crédible de ses priorités ?

Le document de la Commission sur lequel ont travaillé les dirigeants européens dit que la stratégie de relance de l’UE est, en premier, fondée sur un « pacte vert européen ». Qui ne serait d’accord avec la « vague de rénovation de nos bâtiments et de nos infrastructures » que propose le pacte ? Ou avec ses « projets d’énergie renouvelable » et son « économie de l’hydrogène propre » ? Ou avec ses « transports et une logistique plus propres, y compris l’installation d’un million de points de recharge pour les véhicules électriques » et son « coup de fouet au transport ferroviaire et à la mobilité propre dans nos villes et régions » ?

Il n’y a aucun mal à vouloir faire de l’Europe un paradis vert. Mais cette action doit être le résultat, et non la prémisse, d’une réelle stratégie de relance. Laquelle doit viser à renforcer la recherche et l’innovation, à restaurer l’industrie européenne, à lui redonner une compétitivité pérenne, afin de créer la prospérité qui permettra, dans un second temps, de financer la révolution verte. L’objectif prioritaire de l’Europe aujourd’hui devrait être de construire chez elle un modèle productif ouvert, horizontal, supérieur en efficacité au modèle chinois vertical. S’ils veulent être pris au sérieux à Washington, Pékin, Tokyo, Delhi ou Moscou, les Européens ne peuvent se borner à faire de leur continent un gigantesque parc d’attractions décarboné.

Il est grand temps que les Européens se convertissent au réalisme et qu’ils regardent le monde tel qu’il est. C’est un univers de compétition impitoyable pour la suprématie technologique et industrielle, laquelle finit toujours par se transformer en suprématie politique. Dans ce gigantesque combat, la Chine, l’Inde, la Russie – et même leur alliée l’Amérique – ne leur feront aucun cadeau.

A travers ce « Next Generation EU », on ne voit hélas pas l’UE investir massivement dans les biotechnologies, dans l’intelligence artificielle, dans l’espace, dans la défense. On ne voit pas de relance proprement industrielle. L’Allemagne est-elle indifférente, parce qu’elle a déjà son propre programme, excellent, intitulé Industrie 4.0, où elle va produire les usines connectées de demain, avec des machines intelligentes coordonnant de façon autonome les chaînes de production ?

A écouter les interventions récentes des dirigeants français, on les sent sous l’emprise d’une nouvelle idéologie verte. Une sorte de maoïsme écologique. Déjà, il y a eu des décisions aberrantes, comme la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim. Veut-on à présent construire l’Europe verte des bisounours ? 

L’UE grignote ses dépenses de défense. Cela ne correspond pas à la réalité conflictuelle de notre nouvelle décennie. Le virage néo-ottoman de la Turquie devrait nous faire réfléchir. L’Union soviétique est morte des excès de son idéologie rouge. Notre Europe doit se sauver des excès de son idéologie verte. 

* Renaud Girard est membre du Conseil d’orientation stratégique de Geopragma


Benoît Rittaud sur Cnews

...Source : https://www.climato-realistes.fr/benoit-rittaud-sur-cnews/


L'enfumage de la transition écologique ?

...par Guillaume Pitron - Le 18/12/2019

Commentaires: 0