Le GIEC ou les faits ?

..par Claude Brasseur - le 11/06/2019.

 

Mathématicien.

A enseigné à l'université de Lubumbashi en facultés des Sciences, Polytechnique et Médecine.

Créateur d'un centre de recherches en énergies renouvelables.

Les annonces de chaleurs insupportables, d’inondations, de sécheresses et autres catastrophes  « pour demain » si nous continuons à produire du CO2, n’ont aucune base  scientifique mais elles ont un double avantage : elles rapportent des fortunes aux producteurs d’énergies « vertes » (1) et nous détournent des vrais problèmes comme la pollution et la surpopulation (2).

Évidemment, « savoir » que la Terre se réchauffe par notre action nous donne de l’importance. Cette importance grandit chaque jour grâce aux médias  financés par ceux qui ont intérêt à nous voir accepter des « énergies vertes »… à installer un gouvernement mondial où l’Occidental obéissant sauve Gaïa ! (3) Les textes de « climatosceptiques »  sont tout simplement ignorés de  la presse muselée.

Des astronomes nous disent que le dernier réchauffement est lié à l’activité du soleil, des agronomes, des physiciens démontrent que le CO2 est utile à la nature, ne joue aucun rôle dans la température de la Terre. Eunice Newton et Svante Arrhénius, chercheurs du XIXe siècle, sont à la base des affirmations du GIEC, aucun esprit scientifique donc sceptique n’a le droit de les remettre en question.

Assez vieux pour ne pas risquer de perdre ma place ou mes subsides, aimant la vérité, je cherchais depuis 10 ans la preuve ou la critique de ce qu’affirment Eunice Newton et Svante Arrhénius. Une preuve irréfutable de leur erreur existe ! L’objet des « recherches » du GIEC, culpabiliser l’Occident,  a disparu, une preuve est rappelée par  Blair Macdonald (4) et je vais tenter de la rendre compréhensible pour ceux qui n’ont pas de bases solides en physique mais qui veulent savoir :

Le GIEC est catégorique : l’azote et l’oxygène (99 % de l’air sec) sont totalement transparents aux photons venus du soleil ou aux photons infrarouges émis par le sol. Seules les molécules triples (ou plus) auraient des raies dans les infrarouges. Il s’agit du H2O, CO2, CH4 etc.

Pourtant, la spectroscopie laser Raman constate dès 1960 (!) qu’il n’en est pas ainsi avec, par exemple, les raies de 4,2 micron de l’azote et 6,25 micron de l’oxygène. Blair Macdonald synthétise ces observations. Azote et oxygène ne sont pas plus « transparents » que H2O, CO2, CH4 etc…

Il n’est pas inutile de rappeler que la seule « preuve » thermique dont disposaient les fonctionnaires du GIEC date de 1848 ! Eunice Newton observait que sa bouteille remplie de CO2 se réchauffait plus vite et plus fort au soleil que celle remplie d’air. Si elle avait pu disposer d’une bouteille d’argon – découvert 50 ans plus tard – elle aurait constaté que celui-ci se réchauffe comme le CO2 parce qu’il a presque  la même masse atomique (5) ! Rappelons surtout que, selon le GIEC, l’argon, comme les autres gaz mono ou diatomiques, serait parfaitement transparent aux photons…

Bref, grâce à des travaux précis, permis par l’existence de moyens modernes, le CO2 est relégué, sur le plan thermique, à un rôle minime lié à sa quantité toujours très faible dans l’air. L’ensemble  des gaz dans l’air crée  la couche d’isolant qui nous protège du  froid de l’univers.

À l’heure actuelle, personne ne mettrait en doute que l’eau bout à une température de 100°C au niveau de la mer. Grâce à Chandrashekhara Venkata Râman et Leonid Mandelstam nous ne pouvons plus mettre en doute que tous les gaz de l’atmosphère ont des raies d’absorption, donc d’émission dans l’infrarouge proche, qu’ils ont des rôles similaires… qu’un réchauffement du climat par l’émission de CO2 anthropique est une illusion.

Et il est peut-être temps de s’occuper des vrais problèmes des Terriens – surpopulation et pollution – au lieu de croire passivement ce que veulent nous faire croire les escrocs du climat. Cessons  de nous ruiner pour les enrichir !

Claude Brasseur

(1) À cause de l’intermittence du vent, les éoliennes sont associées à des centrales thermiques souples. Ce couple pollue nettement plus que des centrales thermiques seules, peu souples mais à bien meilleur rendement. Qu’on installe des turbines – vapeur si on veut vraiment produire moins de CO2 !

(2)  « Toutes les menaces qui pèsent sur l’avenir de l’humanité sont, directement ou indirectement, la conséquence de l’expansion démesurée de la population. » Chr. de Duve, prix Nobel de médecine en 1974.

(3) En France, la Constitution a été changée dans ce sens. La COP21 accorde aux pays « émergents » tels la Chine et l’Inde,  le droit de produire librement le CO2…

(4) Blair D. Macdonald, Quantum Mechanics and Raman Spectroscopy Refute Greenhouse Theory

(5) Thomas Allmendinger, The Refutation of the Climate Greenhouse Theory and a Proposal for a Hopeful Alternative

 Source : https://ripostelaique.com/le-giec-ou-les-faits.html

 

Commentaires: 0