Voici les plus grands mensonges sur le changement climatique et le réchauffement de la planète

...par Hannibal GENSERIC - le 06/05/2019.

Tout ce qui vous a été dit sur le réchauffement de la planète, le changement climatique et le dioxyde de carbone par les médias traditionnels – et la «science» traditionnelle – est un mensonge absolu. Loin d’être un poison dangereux, le dioxyde de carbone est un nutriment miraculeux, indispensable à la vie des plantes. L’augmentation du dioxyde de carbone aide en fait à «verdir» la planète, comme le sait déjà toute science légitime. Sans CO2 dans l’atmosphère, presque toute la vie sur la planète s’effondrerait, y compris la vie humaine et la vie végétale. (Voir mes nombreuses vidéos scientifiques, ci-dessous, qui expliquent tout cela en détail.)

Un entretien révélateur a maintenant vu le jour, mettant en vedette István Markó, chercheur en chimie organique et professeur à l’Université catholique de Louvain. Il a récemment été interviewé par Grégoire Canlorbe, journaliste scientifique et penseur hors du commun. Je publie des extraits de l’interview ci-dessous et je vous encourage à lire l’interview complète sur GregoireCanlorbe.com.

Tous les mots ci-dessous sont de István Markó, à l’exception des titres du sous-titre, qui sont les miens:

La vérité sur le dioxyde de carbone

Encore une fois, le CO2 n’est pas et n’a jamais été un poison. Chacune de nos respirations, émet une quantité astronomique de CO2 proportionnelle à celle de l’atmosphère (environ> 40 000 ppm); et il est très clair que l’air que nous expirons ne tue pas ceux qui se tiennent devant nous. Ce qu’il faut comprendre, en outre, c’est que le CO2 est l’aliment élémentaire des plantes. Sans CO2, il n’y aurait pas de plantes, et sans plantes, il n’y aurait pas d’oxygène et donc pas d’humain. L’équation est aussi simple que cela.

Les plantes ont besoin de CO2, d’eau et de lumière du jour. Ce sont les mécanismes de la photosynthèse, qui génèrent les sucres qui leur fourniront des aliments de base et des blocs de construction. Ce fait fondamental de la botanique est l’une des principales raisons pour lesquelles toute personne qui s’engage sincèrement à préserver le «monde naturel» devrait s’abstenir de diaboliser le CO2. Au cours des 30 dernières années, le niveau de CO2 a augmenté progressivement. Mais on observe également que malgré la déforestation, la végétation de la planète a augmenté d’environ 20%. Cette expansion de la végétation sur la planète, les amoureux de la nature la doivent en grande partie à l’augmentation de la concentration de CO2 dans l’atmosphère.

Si nous étudions cependant ce qui se passe au niveau géologique depuis plusieurs millions d’années, nous réalisons que la période actuelle est caractérisée par un niveau de CO2 extrêmement bas. Au cours du Jurassique, du Trias, etc., le niveau de CO2 a atteint des valeurs parfois de l’ordre de 7000, 8000, 9000 ppm, ce qui dépasse de loin les dérisoires 400 ppm que nous avons aujourd’hui. Non seulement la vie existait, en ces temps lointains où le CO2 était si présent en forte concentration dans l’atmosphère, mais des plantes telles que les fougères atteignaient généralement une hauteur de 25 mètres. Réciproquement, loin de profiter à la végétation actuelle, la réduction de la présence de CO2 dans l’atmosphère risquerait de compromettre la santé, voire la survie de nombreuses plantes. Passer sous le seuil de 280 ou 240 ppm conduirait clairement à l’extinction d’une grande variété de nos espèces végétales.

De plus, notre croisade incessante pour réduire le CO2 pourrait être plus nocive pour la nature, car les plantes ne sont pas les seuls organismes à se baser sur le CO2 pour se nourrir. Les espèces de phytoplancton se nourrissent également de CO2, en utilisant le carbone du CO2 comme unité de construction et en libérant de l’oxygène. En passant, il convient de rappeler qu’environ 70% de l’oxygène présent dans l’atmosphère provient du phytoplancton, et non des arbres: contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas les forêts, mais les océans, qui constituent les «poumons» de la Terre.

La vérité sur «l’effet de serre»

À propos du lien supposé entre le réchauffement de la planète et les émissions de CO2, il n’est tout simplement pas vrai que le CO2 a un effet de serre important. Il convient de rappeler, ici aussi, que le CO2 est un gaz mineur. Aujourd’hui, il ne représente que 0,04% de la composition de l’air; et on attribue à son effet de serre la valeur 1. Le principal gaz à effet de serre dans l’atmosphère est la vapeur d’eau, qui est dix fois plus puissante que l’effet de serre du CO2. La vapeur d’eau est présente à raison de 2% dans l’atmosphère. Ces faits sont, en principe, enseignés à l’école et à l’université, mais l’on parvient toujours à incriminer le CO2 en dans cet apprentissage, en utilisant un mauvais tour qui présente l’effet de réchauffement du CO2 comme mineur mais exacerbé, par des boucles de rétroaction, par d’autres effets de serre.

Comment la science du statu quo lave les cerveaux et les transforme en robots obéissants qui sortent une absurdité scientifique

Je crois en la science: je veux dire en la possibilité de connaître objectivement la réalité à travers la science. Je crois qu’il y a du vrai et du faux, que la science nous permet de distinguer les deux et que la vérité doit être connue. cette connaissance scientifique doit être mise entre les mains de la population. Je crois aussi en la liberté. Je crois que tout homme a le droit de mener sa vie et de gérer ses biens comme il l’entend, et que le contrôle socio-économique étatique est aussi moralement répréhensible qu’il est préjudiciable sur le plan économique et social. et sur les conséquences environnementales.

Je remarque deux choses qui me chagrinent: premièrement, la population est de plus en plus mal informée scientifiquement; et deuxièmement, les médias et les gouvernements en profitent pour propager une théorie douteuse, à savoir le réchauffement anthropique, et pour promouvoir des mesures coercitives en son nom. Peu de gens prennent le temps d’obtenir des informations vitales sur l’empreinte CO2 réelle; et peu de gens, plus généralement, s’intéressent encore à la science. Je regrette profondément que nos sociétés occidentales aient réussi à entretenir une telle méfiance à l’égard de la science: une telle répugnance à croire en sa capacité à connaître le monde de manière objective et à le transformer de manière positive.

La théorie du réchauffement anthropique se veut scientifique; mais si les gens acceptent cette théorie, s’ils la considèrent comme telle, ce n’est clairement pas par intérêt pour la science. Une théorie aussi fragile, à la lumière des faits sur le CO2 que je vous ai présentés ci-dessus, n’aurait jamais pu être acceptée par des gens qui s’intéressent vraiment à la science; et qui possèdent une compréhension profonde dans ce domaine. À mes yeux, il y a deux raisons principales – ou si vous préférez, deux types principaux de sentiments – qui poussent les gens à se laisser séduire par la théorie du réchauffement anthropique si facilement. En premier lieula religion catholique est en déclin dans le monde occidental; et ce que j’appelle l’écologisme vient le remplacer.

En deuxième lieu, les Occidentaux ont un goût prononcé pour l’auto-flagellation; et la théorie du réchauffement anthropique justifie cette tendance, probablement ancrée dans notre héritage judéo-chrétien. Donc, d’un côté, nous avons des sentiments religieux: la foi en un nouveau système de pensée, qui est l’écologisme; la vénération d’une nouvelle divinité, qui est la nature bienveillante et protectrice. Par ailleurs, nous éprouvons un sentiment de culpabilité, convaincus que si le climat se réchauffe, c’est de notre faute. et que si nous ne limitons pas immédiatement nos émissions de CO2, nous aurons souillé et défiguré notre planète.

La montée des océans et la fonte des calottes glaciaires

Au cours des 12000 dernières années, nous avons assisté à une oscillation entre les périodes chaudes et froides, donc les périodes de montée et de baisse du niveau de la mer. Incontestablement, les niveaux de la mer et des océans sont à la hausse depuis la fin du petit âge glaciaire qui s’est déroulé approximativement du début du XIVe siècle à la fin du XIXe siècle. À la fin de cette période, les températures mondiales ont commencé à augmenter. Cela dit, l’augmentation enregistrée est de 0,8 degré Celsius et n’a donc rien d’extraordinaire. Si la température monte, l’eau des océans se dilate évidemment et certains glaciers reculent. C’est quelque chose que les glaciers ont toujours fait, et non une spécificité de notre temps.

Ainsi, à l’époque romaine, les glaciers étaient beaucoup plus petits que ceux que nous connaissons de nos jours. J’invite le lecteur à consulter les documents remontant à l’époque de Hannibal, qui a réussi à traverser les Alpes avec ses éléphants parce qu’il n’a pas rencontré de glace sur son chemin vers Rome (sauf pendant une tempête de neige juste avant d’arriver dans la plaine italienne). Aujourd’hui, vous ne pouvez plus faire le voyage de Hannibal. S’il a pu réaliser un tel exploit, c’est précisément parce qu’il faisait plus chaud à l’époque romaine que maintenant.

Le niveau de la mer est actuellement à la hausse; mais c’est un phénomène surestimé. L’augmentation enregistrée est de 1,5 millimètre par an, soit 1,5 cm tous les dix ans, et n’est donc pas spectaculaire du tout. En effet, il arrive que des îles entières soient englouties; mais dans 99% des cas, cela est dû à un phénomène classique d’érosion [2] et non à l’élévation du niveau de la mer. En ce qui concerne la ville italienne de Venise, le fait qu’elle soit confrontée à des problèmes d’eau n’est pas dû à une augmentation du niveau de la lagune; ce n’est que la manifestation de la triste réalité selon laquelle «la Cité des Doges» est en train de s’enfoncer sous son poids. Encore une fois, le niveau de la mer et des océans augmente. mais la menace effectivement représentée par ce phénomène est loin d’être tangible. Je constate que les îles Tuvalu, dont l’engloutissement avait été annoncé comme imminent, non seulement n’ont pas été englouties, mais ont vu leur propre niveau de terre s’élever par rapport à celui des eaux les entourant.

Un autre phénomène que nous avons tendance à exagérer est la fonte des calottes polaires. La quantité de glace dans l’Arctique n’a pas diminué depuis 10 ans: on peut très bien observer, d’une année sur l’autre, les fluctuations du niveau de la glace, mais en moyenne, ce niveau est resté constant. Juste après le petit âge glaciaire, depuis que la température a augmenté, l’Arctique a commencé à fondre; mais le niveau de glace dans l’Arctique s’est finalement stabilisé. En outre, la glace s’est étendue en Antarctique au cours des 30 dernières années; De même, nous observons au Groenland que la quantité de glace a augmenté de 112 millions de kilomètres cubes l’année dernière.

À l’échelle mondiale, les glaciers comptent pour peu de chose, la plus grande partie de la glace se situant en Antarctique et au Groenland. On ne peut que constater que le niveau de glace reste presque inchangé sur des centaines d’années.

… On nous dit que le niveau d’eau va augmenter dans le monde entier, au point de submerger une grande partie de nos continents. Comme l’a montré Hans von Storch, l’un des principaux modélisateurs du climat au monde, les modèles à l’appui de ces prévisions sont, pour 98%, totalement faux. On nous dit que l’air que nous respirons dans les grandes villes n’a jamais été aussi pollué. Il suffit de consulter soi-même les documents sur l’air que respiraient les habitants de Londres dans les années 60 pour comprendre à quel point la pollution urbaine avait diminué. À Pékin, souvent critiquée pour la qualité médiocre de son air, il se produit de temps en temps un brouillard rappelant le smog londonien. Mais même cette pollution à Pékin est loin de rivaliser avec celle qui régnait il y a peu de temps à Londres.

Modèles de «réchauffement» global et de température

De nombreux autres mythes et légendes sur le climat existent. Des tempêtes aux tornades, les événements extrêmes se produisent dans le monde entier. et quand ils se produisent, leur niveau est aussi beaucoup plus bas. Comme l’explique Richard Lindzen, physicien au MIT, la réduction du différentiel de température entre l’hémisphère nord et la partie équatoriale de notre planète rend l’énergie cyclonique beaucoup plus petite: l’importance et la fréquence des événements extrêmes tendent donc à diminuer. Mais encore une fois, la hausse des températures montre une magnitude considérablement inférieure à celle que nous projetons actuellement.

Si vous regardez les données satellitaires et les mesures de ballon météo, vous remarquerez que la hausse de température dans le monde est relativement modeste; qu’elle est bien inférieure à l’augmentation prévue par les autorités et que ces prévisions reposent sur des calculs très incertains. En effet, les entrées de simulation ne peuvent pas prendre en compte les températures passées (pour lesquelles il n’y a pas de données précises [3]), sauf en ajustant subjectivement les données x, y, z qui ne sont pas toujours connues.

Les récentes pointes de température mesurées par les satellites et les ballons font partie d’un phénomène naturel classique appelé El Niño. Ce phénomène à court terme consiste en un retour des eaux très chaudes à la surface de l’océan Pacifique équatorial.

La chaleur ainsi libérée dans l’atmosphère fait monter la température globale et le CO2 ne joue aucun rôle dans ce processus.

Une autre question que je voudrais aborder: les déserts actuels, loin de s’étendre, se retirent; et ils reculent en raison de la plus grande quantité de CO2 disponible dans l’air. Il s’avère que les exploitants de serres injectent volontairement trois fois plus de CO2 dans la serre que dans l’atmosphère. Le résultat que nous pouvons observer est que les plantes poussent plus vite et sont plus grandes, qu’elles résistent mieux aux maladies et aux insectes destructeurs, que leur photosynthèse est bien plus efficace et qu’elles consomment donc moins d’eau. De même, la hausse du niveau de CO2 dans l’atmosphère fait que les plantes ont besoin de moins d’eau et peuvent donc se permettre de coloniser des régions arides.

En ce qui concerne les maladies et autres phénomènes étranges imputés à la hâte au réchauffement climatique, il existe un site Web “globalwarminghoax.com,” si je me souviens bien, qui recueille les différentes rumeurs et réflexions sur ce thème. Le fait que la fertilité masculine diminue; le fait que les ailes des oiseaux rétrécissent; le fait qu’un requin soit apparu dans la Mer du Nord; absolument tout est susceptible d’être lié au changement climatique si l’on fait preuve de suffisamment de malhonnêteté intellectuelle. C’est là que les journalistes honnêtes entrent en jeu: votre rôle est d’enquêter sur la vraie raison du phénomène et de démystifier la pensée toute faite que les forces financières et politiques demandent aux médias de canaliser servilement.

Les maladies liées au climat sont relativement rares. et même le paludisme ne dépend pas directement du climat, mais de la manière dont nous permettons au parasite de se reproduire et au moustique de prospérer à l’endroit où nous nous trouvons. Si vous vous trouvez dans une zone marécageuse, le risque de contracter le paludisme est élevé; Si vous avez drainé le marécage et que vous n’avez plus cette zone humide, les chances que vous contractiez la maladie sont très faibles. En fin de compte, imputer automatiquement la résurgence de certaines maladies au changement climatique revient à cacher la responsabilité personnelle des personnes impliquées: par exemple, nier que leur refus des vaccinations, ou leur manque d’hygiène, puisse faire partie du problème .

L’échec économique de l’énergie éolienne

L’industrie éolienne, sur laquelle les écologistes se pâment, produit des rendements hautement imprévisibles, en fonction de l’intensité du vent. Même dans de bonnes conditions atmosphériques, le vent fournit trop peu d’électricité pour être une industrie rentable en soi. Warren Buffet, propriétaire de l’un des plus grands parcs éoliens de l’Iowa, a déclaré sans embarras: «En ce qui concerne l’énergie éolienne, nous obtenons un crédit d’impôt si nous construisons de nombreux parcs éoliens. C’est la seule raison pour les construire. Ils n’ont pas de sens sans crédit d’impôt. » Le bilan écologique est tout aussi mauvais: les éoliennes terrestres tuent des centaines de milliers, voire des millions d’oiseaux et de chauves-souris par an. Les éoliennes en mer, quant à elles, tuent de nombreux mammifères marins, toujours dans l’indifférence même des écologistes.

Réflexions sur le gouvernement mondial et l’éco-tyrannie

De nombreuses personnes, généralement issues de l’ancien bloc de l’Est, se sont laissé séduire par l’idée que la résolution de nos problèmes environnementaux serait celle de la gouvernance mondiale. À bien des égards, l’écologisme est une sorte de communisme du 21ème siècle. De la même manière que l’islamisme, il occupe la place laissée vacante par le déclin nationalisme arabe. Je remarque d’ailleurs que nous avons déjà l’équivalent, à une moindre échelle, du « califat écologique mondial ». Je pense à l’Union européenne, qui nous donne un avant-goût de la gouvernance bureaucratique, globale et totalitaire que l’ONU cherche manifestement à mettre en place.

Puisque nous parlons de mondialisation, envisagée sous son aspect politique, de la perspective d’un gouvernement mondial, mais également sous son aspect économique et, disons, informationnel – la mise en réseau, parfois instantanée, d’êtres humains, de biens et d’idées -, je voudrais signaler un possible effet pervers. À mesure que les cultures et les mentalités se mêlent, la religion écologiste (ou gaianiste) des Occidentaux, ainsi que leur penchant pour la repentance, semblent même toucher certains des peuples asiatiques. Le Japon, qui est sorti spirituellement émasculé de la Seconde Guerre Mondiale, est plus enclin à se laisser envahir par cette sanctification occidentale du renoncement à soi de l’écologisme.

L’agenda mondial de dépopulation

L’accord de la COP 21 de Paris n’a pas été signé pour sauver la planète et nous empêcher de rôtir à cause d’une augmentation imaginaire de la température de + 2 ° C. Derrière toute cette mascarade se cache, comme toujours, la face laide du pouvoir, de la cupidité et du profit. Tous les industriels qui sont favorables à cet engagement, qui ruinera l’Europe et appauvrira énormément ses citoyens, le font pour la bonne raison qu’ils y trouvent une source de revenus énorme et facile. Quant aux ONG, lorsqu’elles ne sont pas simplement motivées par la cupidité, leur motivation réside dans une idéologie résolument malthusienne. Leur objectif est de ramener le monde à une très petite population, de l’ordre de quelques centaines de millions de personnes. Pour ce faire, ils appauvrissent le monde, suppriment le pouvoir des énergies fossiles et garantissent ainsi une augmentation du nombre de décès.

### Fin de l’interview.

Source All the biggest lies about climate change and global warming DEBUNKED in one astonishing interview

Hannibal GENSERIC

Source : https://reseauinternational.net/voici-les-plus-grands-mensonges-sur-le-changement-climatique-et-le-rechauffement-de-la-planete/

Commentaires: 0