"Déconstruire la France"

À la télévision américaine, l’ultime trahison d’Emmanuel Macron

...par Christian Vanneste - Le 20/04/2021.

 

 

Dans son récent débat avec Zemmour, Philippe de Villiers disait l’importance du « roman national » parce qu’il est indispensable à la construction d’un imaginaire collectif, et que celui-ci est nécessaire pour qu’il y ait un peuple, un « démos », conscient de son unité et de sa continuité.

Face à ce roc, il y a eu l’inconsistant Président que les Français subissent. Entré dans un véritable délire de la repentance par rapport à l’Algérie ou au , Macron a prétendu, dans les pages du Figaro, qu’il n’était « ni dans la repentance, ni dans le déni ». Dans le plus « pur » style mitterrandien du ni-ni, c’est-à-dire d’un mélange de rouerie et d’impuissance, il a voulu rassurer l’électorat modéré dont il souhaite bénéficier de l’aveuglement une nouvelle fois. Mais il est, au contraire, passé aux aveux sur la chaîne américaine CBS en osant proclamer qu’il fallait « déconstruire » l’Histoire de , autrement dit, qu’il fallait passer notre roman national, notre identité à la grande lessiveuse de cerveaux.

La première réaction devant une telle énormité est la stupeur. Comment les Français ont-ils pu élire un homme qui trahit à ce point la mission qui lui a été confiée ? Un homme d’État à la tête d’une nation se doit de viser à l’unité et à la continuité de celle-ci, à la fierté de ses membres fondée sur la richesse d’une Histoire capable de soulever l’espérance, de générer un avenir commun. Les Français découvrent leur « Président » allant sur une chaîne étrangère dire qu’il faut jeter leur Histoire par-dessus bord parce qu’elle est vraiment trop moche.

 est le porte-parole local d’une idéologie, le mondialisme progressiste, qui prétend unifier le monde en l’américanisant. Pour aller dans cette direction, il faut faire sauter le verrou des exceptions françaises, et le culte de l’Histoire en est une. Criminels en Algérie, complices du génocide au Rwanda, héritiers de l’esclavage et de la colonisation, il faut que les Français dégurgitent leur Histoire, n’en conservent qu’une mémoire souffrante et coupable afin de devenir de simples humains dans un espace juridique sans frontière pour l’instant plus ou moins limité à l’. L’arrivée massive d’autres humains facilitera le mélange et le broyage des identités.

Avec le terme de « déconstruction », le « Président » se gargarise comme d’habitude d’un mot précieux, philosophique dont il doit être ravi, et sans songer, semble-t-il, que ce n’est pas du tout ce qu’on lui demande. Mais derrière ce mot, il révèle une ignorance, une incompétence qui font frémir. Ainsi donc, la France souffrirait comme les États-Unis du racisme, mais elle n’y aurait pas répondu de la même manière parce qu’elle est une ancienne puissance coloniale qui n’est pas libérée de son passé colonial.

Il est vrai que la France subit l’influence actuelle des modes idéologiques américaines du « wokisme », de la cancel , du racialisme. Cette importation est artificielle car, précisément, les États-Unis et la France sont totalement différents. La France a été marginalement coloniale, les États-Unis sont une colonie où les colons sont devenus la population.

Les Noirs sont des descendants d’esclaves, pour la plupart, qui ont subi longtemps une discrimination y compris juridique alors qu’ils n’ont pas choisi d’être là. Leur « identité » réside, au premier chef, dans la couleur. À part dans les îles, où les Noirs sont majoritaires et occupent souvent le pouvoir local, rien de tel n’existe en France. La couleur n’est pas une identité. En revanche, dans la diversité des immigrations, qui n’ont rien de nécessaire, il y a des identités différentes, avec une difficulté principale qui repose non sur l’apparence physique mais sur la culture, essentiellement déterminée par la religion. Et c’est en ne saisissant pas cette différence que Macron se trompe lourdement : on peut lutter contre le racisme lorsque celui-ci est univoque. Lorsqu’il s’agit d’un  qui dresse des communautés mues par des cultures opposées, l’action unilatérale aura un effet destructeur.

Comme le montre Malika Sorel, lorsque l’Occident chrétien croit faire preuve de compassion en se battant la coulpe et en s’agenouillant, beaucoup d’autres civilisations y voient une faiblesse contraire à la fierté et à l’honneur qui les animent. Qu’un chef de l’État ne comprenne pas ça est affligeant !

 Lire aussi : 

Repentance mémorielle : « Emmanuel Macron est le porte-voix de la déconstruction de l’histoire »


Dès que Macron parle à l’étranger, il faut qu’il salisse notre France millénaire

...par Jacques Guillemain - Le 20/04/2021.

 

Capture d’écran fournie par la chaîne CBS, de l’entretien d’Emmanuel Macron par Margaret Brennan, dans l’émission « Face The Nation », diffusée sur CBS News, le 18 avril.

Source : Riposte Laïque

Une fois de plus, monsieur Macron vient de cracher sur la France et sur le peuple français, déclarant sur la chaîne américaine CBS : “Nous devons déconstruire notre propre histoire”. C’est sidérant.

Macron interrogé par la chaîne américaine CBS : “Nous devons déconstruire notre propre histoire”

C’est plus fort que lui. Dès que notre Président est à l’étranger, c’est pour salir notre France millénaire, pour la dénigrer, pour l’humilier. Il ne se contrôle plus. Il a la haine des nations et son vœu le plus cher est d’être réélu pour pouvoir poursuivre son œuvre machiavélique de démolition.

Mais dès qu’il voit que ses propos ignobles scandalisent et blessent les Français, ses services de communication tentent aussitôt de déminer le terrain en nous expliquant que nous n’avons rien compris à son message. Pitoyable !

Mais le message est pourtant clair : Macron n’a jamais aimé la France ni son peuple. C’est un Européen et un citoyen du monde avant d’être un Français.

Ce qu’il vient de dire dépasse l’entendement. Après avoir nié la culture française, Macron crache sur l’héritage que nos ancêtres nous ont légué.

Un héritage d’une valeur inestimable, construit dans le sang et les larmes au fil des siècles. C’est une ignominie de plus.

Il est clair que les habits de la magistrature suprême sont trop grands pour lui, tant il est petit dans ses comportements.

Les plus illustres personnages de notre histoire, qui ont forgé les siècles de grandeur de notre chère France, doivent se retourner dans leur tombe en l’écoutant cracher sans cesse sur notre pays, c’est-à- dire le pays qu’il est censé protéger et faire rayonner.

Emmanuel Macron nous parle de race, d’inégalités et de discours de haine.

Mais ce n’est pas en faisant l’éternel procès de la France que nous réussirons l’intégration. Avec Macron, c’est le seul peuple français qui est raciste. Mais qui diffuse la haine de la France ?

Qui a chassé les Juifs de nos banlieues ?

Qui organise des ateliers interdits aux Blancs ?

Qui a chassé les autochtones des cités, tout en se plaignant aujourd’hui qu’il n’y ait plus de mixité ?

Qui a mené de multiples attentats sanglants au cri de “Allahu akbar” ?

Qui est parti combattre la France sous la bannière noire de l’État slamique ?

Quand 74 % des jeunes musulmans préfèrent la charia à la loi républicaine, il est où,  le crime des Français ?

Quand un sans-papiers est mieux soigné qu’un natif qui travaille et cotise, il est où, le privilège d’être blanc ?

Quand un immigré de 65 ans perçoit une retraite de 900 euros sans avoir jamais travaillé ni cotisé en France, il est où, le racisme institutionnel ?

Quand un paysan crève de faim avec 350 euros par mois, alors que chaque mineur isolé coûte 50 000 euros par an au contribuable, elle est où, l’inégalité ?

Alors, faut-il déconstruire notre Histoire pour mieux vivre ensemble ?

L’esclavage ? 

Mais tous les peuples l’ont pratiqué depuis l’Antiquité. La France l’a aboli en 1848 et a reconnu que c’était un crime contre l’humanité. Quel pays arabe ou africain en a fait autant ?

L’esclavage est le crime le mieux partagé de l’humanité. Il perdure en Afrique et au Moyen-Orient mais seule la France est coupable.

La colonisation ?

J’aimerais savoir si les Arabes ont dit aux Berbères et autres peuples qu’ils ont soumis que la colonisation était un crime contre l’humanité.

Il y a deux sortes d’immigrés, quelle que soit leur race ou leur religion.

Ceux qui veulent s’intégrer et veulent devenir des Français de cœur.

Et ceux qui quittent leur pays en perdition, viennent en France pour mieux vivre, mais refusent de s’intégrer et nous reprochent d’être blancs !

Et le plus anti-Blancs de tous, c’est Macron qui donne des gages au discours décolonial et indigéniste.

Nous avons élu un mondialiste qui considère les patriotes comme une menace pour la cohésion nationale.

C’est un total renversement des valeurs, où les natifs sont coupables de ne pas s’effacer devant d’autres cultures, au nom du “vivre-ensemble”.

Mais si le “vivre-ensemble” signifie la destruction de la civilisation occidentale et le reniement de notre patrimoine culturel, cela ne peut que mener au chaos.

La France, c’est un peuple avec ses racines et sa culture, une langue, un territoire, une longue Histoire et des traditions ancestrales.

Déconstruire l’Histoire de notre France millénaire, c’est oublier ce que nous sommes, c’est un génocide culturel absolu. C’est donc un crime.

Repentance et génuflexions permanentes sont des aveux de faiblesse porteurs de lendemains tragiques.

En 2022, dans l’isoloir, il conviendra de se souvenir de cette énième trahison d’Emmanuel Macron.

Jacques Guillemain

Macron : Jamais aucun Président n’avait renié le passé de son pays…

...par Josiane Filio - Le 20/04/2021.

Source : Riposte laïque

Ce mec est un vil imposteur et rien d’autre.

Jamais encore dans l’histoire du monde cela n’avait existé : le président d’une Nation mettant tout en œuvre pour renier le passé de son pays et le remplacer, en l’enlaidissant selon ses propres goûts et préférences, répugnant !

Selon sa bonne vieille habitude de fourbe, ascendant lâche, c’est quasiment « depuis l’étranger », puisque interrogé sur CBS, chaîne américaine, que l’imposteur de l’Élysée crache une nouvelle fois sur la France et son Histoire !

Interrogé depuis l’Élysée par la journaliste Margaret Brennan, Emmanuel Macron était en effet le grand invité de l’émission « Face the Nation » sur CBS News ce dimanche 18 avril.

Revenant sur plusieurs sujets, il s’est surtout lâché au moment d’évoquer la question raciale, et l’histoire de la France, sujet sur lequel l’a lancé la journaliste, il a osé annoncer tout net aux Américains ce qu’il cache aux Français : la déconstruction de notre Histoire, donc du pays, carrément !

« Monsieur le Président, la question raciale est un sujet très chaud dans le pays en ce moment. Vous avez dit : « Je suis sûr d’une chose, nous ne sommes pas les États-Unis d’Amérique. Nous avons une préférence pour l’égalité, que nous ne trouvons pas aux États-Unis […] Nous sommes attachés à la social-démocratie, à plus d’égalité. » « Qu’entendez-vous par là ? », lui a demandé la journaliste.

La réponse du cancrelat se prenant pour le roi du monde est à la hauteur de ce minable !

 

https://twitter.com/i/status/1383904952691552256

Osant prétendre que les États-Unis avaient résolu le problème de la ségrégation, mais que cela n’a pas été le cas de la France, le fourbe a rappelé « que les histoires des deux pays étaient « très différentes » parce qu’un pays comme la France était un État « colonial » et que, de par son passé, l’Hexagone appartient toujours à la catégorie « des pays coloniaux (*) avec toujours de l’immigration, avec beaucoup de gens venant des anciennes colonies etpar exempledu continent africain. »

(*) Qu’il arrête donc de nous emmerder avec sa sempiternelle “repentance” si rien ne pourra nous “racheter” à ses yeux !

Nouvelle démonstration de son écœurante préférence pour le continent africain et ses habitants « colorés », dont il nous gave de maintes manières, en pratiquant une honteuse préférence n’échappant qu’aux crétins irrémédiablement aveugles, mais surtout pas aux patriotes n’en pouvant plus d’avoir à subir les véritables injustices sociales du pire de ses représentants au plus haut niveau… même si avant lui, ses prédécesseurs avaient bien nivelé le terrain.

Le pire étant qu’une nouvelle fois, c’est sans vergogne et fier de lui qu’il ose prétendre « nous avons une préférence pour l’égalité » (*), démontrant ainsi l’étendue de son aveuglement (s’il croit lui-même à ses bobards), ou de sa rouerie (s’il est conscient qu’il ne roule pas du tout pour la France) !

(*) Sauf qu’avec lui, « certains » sont bien plus égaux que les autres : les étrangers !

Peu importe d’ailleurs, ce que ce déchet pense ou non, ce qui est important, c’est que les citoyens français à qui cela aurait échappé doivent enfin prendre conscience de l’étendue de la duplicité de ce félon, mis en place par manigances peu ragoûtantes par les marionnettistes de l’ombre, pires ennemis des peuples, dont celui de France, qu’ils ont bien  l’intention d’anéantir… ne gardant pour leur usage que quelques millions de moutons, dûment lobotomisés, acceptant leur nouvel état d’esclaves du NOM !

Parmi de nombreux commentaires, édifiants, suivant les différents articles traitant le sujet, et bien qu’ignorant de qui émane celui-ci, je le porte à votre connaissance, puisque résumant admirablement la véritable abjection qu’est Macron, ce charlatan s’étant fait élire pour réaliser l’inverse de ses arguments de campagne : détruire la France !

« On voit là la politique génocidaire des élites occidentales. Mettre sans arrêt sur la table des sujets qui ne concernent que des minorités pour éclipser les vrais problèmes et continuer d’oppresser la majorité, la dépouiller de ses moyens de production, de son indépendance et de ses sources de revenus, par l’ouverture des frontières économique et la mise en concurrence d’économie du tiers monde avec des économies avancées.

Puis achever la bête en la dépouillant de ses barrières politique et culturelle. L’arracher à son identité et son patrimoine en noyant sa population de souche sous un flot continu de migrants toujours plus haineux et vindicatifs que leur nombre augmente. Macron est un traître de la pire espèce, le digne héritier de Mitterrand, Giscard, Chirac, Sarkozy. Aucune différence, 50 ans qu’on est dirigé par les mêmes pourris qui prennent plaisir à humilier les Français. »

https://www.valeursactuelles.com/politique/video-nous-devons-deconstruire-notre-propre-histoire-macron-se-lache-a-la-television-americaine/

https://www.fdesouche.com/2021/04/19/macron-interroge-par-la-chaine-americaine-cbs-nous-devons-deconstruire-notre-propre-histoire/

Les “fines bouches” se régaleront également de l’analyse de Christian Vanneste, député honoraire et président du RPF, dont voici une mise en bouche avant dégustation :

Avec le terme de “déconstruction”, le “Président” se gargarise comme d’habitude d’un mot précieux, philosophique dont il doit être ravi, et sans songer, semble-t-il, que ce n’est pas du tout ce qu’on lui demande. Mais derrière ce mot, il révèle une ignorance, une incompétence qui font frémir. Ainsi donc, nous serions comme les États-Unis, mais pas tout à fait. La France souffrirait comme les États-Unis du racisme, mais elle n’y aurait pas répondu de la même manière parce qu’elle est une ancienne puissance coloniale qui n’est pas libérée de son passé colonial. […]

À part dans les îles, où les Noirs sont majoritaires et occupent souvent le pouvoir local, rien de tel n’existe en France. La couleur n’est pas une identité. En revanche, dans la diversité des immigrations, qui n’ont rien de nécessaire, il y a des identités différentes, avec une difficulté principale qui repose non sur l’apparence physique mais sur la culture, essentiellement déterminée par la religion. Et c’est en ne saisissant pas cette différence que Macron se trompe lourdement

Roman national contre déconstruction de notre histoire !

Pour finir, en réponse à cette énième saloperie émanant d’un cerveau gravement malade, désirant oublier tout de cette belle France qu’il saccage… s’il y a bien une chose, ou plutôt deux, que je souhaite de tout cœur pouvoir un jour oublier… ce sont :

1/ Que j’ai un jour stupidement voté pour le traître Sarkozy en 2007, persuadée qu’avec son Karcher il nous débarrasserait des racailles en tous genres, en commençant par les étrangers en situation irrégulière, et ceux qui, même naturalisés, se moquent comme d’une guigne de nos lois, pour mieux y substituer la leur, unique et inique ; la charia !

Car je n’avais pas vu venir, à la place du Karcher, sa méga-trahison du référendum de 2005 sur le refus majoritaire de l’Europe, telle que les félons la souhaitaient, mais qu’il nous a imposée, avec toutes ses injustices, ses attentats meurtriers, égorgements, décapitations… pour lesquels lui et ses complices ont sur les mains le sang des innombrables victimes !

2/ Que même sans avoir voté pour le vil cancrelat que tu es, Emmanuel Macron, tu as fait tant de mal à la France et à tous ceux qui, ici ou ailleurs, l’aiment et la respectent, que je voudrais oublier jusqu’à ton nom… sauf s’il parade, en première page d’un dictionnaire, à paraître, sur tous les traîtres à la Nation… de même que sur un écriteau devant la fosse à purin où tu seras jeté, si seulement les citoyens retrouvent un jour un relent du courage dispensé au cours des siècles par nos aïeux, pour faire de la France ce qu’elle était… avant ta venue au monde !

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression… et de la Légitime défense !

 

Le traître Macron se rend coupable de deux nouvelles forfaitures

...par Pierre Cassen - Le 20/04/2021.

Normalement, Emmanuel Macron a été élu président de la République, le 7 mai 2017, pour défendre la France et son peuple. Sauf que, depuis quatre ans, il fait tout le contraire, multipliant les décisions et les prises de parole contraires aux intérêts de notre pays.

Ses paroles sur la déconstruction de l’Histoire de France, sur l’esclavage et le colonialisme, et sa visite dans un quartier islamisé de Montpellier sont deux nouvelles preuves que notre pays est dirigé par un homme qui, quotidiennement, accélère sa disparition.

https://francais.rt.com/france/85800-mon-fils-ma-demande-si-pierre-existait-vraiment-macron-interpelle-mixite

https://francais.rt.com/france/85773-deconstruire-propre-histoire-macron-evoque-passe-colonial-france-cbs

Clemenceau disait que, en temps de guerre, c’était douze balles pour les traîtres, et que pour les demi-traîtres, six balles suffiraient…

Source : Riposte laïque

Macron confirme son intention d’effacer et de détruire la France

...par Laurent Droit - Le 20/04/2021.

Source : Riposte laîque

On a le Président qu’on mérite…

« Macron confirme son intention initiale (2016) d’abolir, d’effacer et de détruire la France »

En 2016, il avait déclaré publiquement qu’il avait été missionné pour « détruire ce qu’est la France. »
Les articles que j’ai publiés sur ces propos gravissimes :
17 04 2021 = https://ripostelaique.com/emprisonner-et-empoisonner-la-solution-finale-de-macron-contre-les-francais.html
16 09 2020 = https://ripostelaique.com/pour-macron-detruire-ce-quest-la-france-est-une-mission.html
12 07 2019 = https://ripostelaique.com/la-police-de-la-propagande-ampute-une-interview-de-macron-sur-youtube.html
24 03 2019 = https://ripostelaique.com/comprendre-la-folie-destructrice-du-plan-macron.html

Aujourd’hui, il confirme cette mission devant une chaîne de TV américaine :
« Macron interrogé par la chaîne américaine CBS : “Nous devons déconstruire notre propre histoire »
https://www.fdesouche.com/2021/04/19/macron-interroge-par-la-chaine-americaine-cbs-nous-devons-deconstruire-notre-propre-histoire/

Cette page récapitule un certain nombre de moyens qui sont déjà mis en œuvre par les oligarques pour parvenir à ce résultat de destruction, d’effacement, d’abolition…
« Monde d’après : entre Élus et damnés, la sélection a déjà commencé »
https://www.egaliteetreconciliation.fr/Monde-d-apres-entre-Elus-et-damnes-la-selection-a-deja-commence-63661.html

Autre article éclairant :
« Roman national contre déconstruction de notre histoire ! »
https://www.christianvanneste.fr/2021/04/20/roman-national-contre-deconstruction-de-notre-histoire/?fbclid=IwAR3rS7l0taF5-6ir5ci20CSVlbxP4qn7noBHRCVapuADAfb5iNszcqXja3s

Qu’entend donc Macron, dans son sabir hermétique par « nous devons déconstruire notre propre histoire ? » C’est ce que nous allons tenter d’éclaircir.

D’abord, définir « ce qu’est la France » :

Un pays qui a plus de 2 000 ans d’histoire. Mais seulement 1 000 ans d’histoire à peu près stabilisée.
Un pays qui a un territoire délimité par des frontières surveillées et gardées, des régions et des départements, une population, une langue, une Constitution, des lois, des coutumes, des traditions, une religion (chrétienne), un roi ou un chef d’État, une justice, un Parlement, une armée, une police, un drapeau, un hymne national, une culture qui est dispensée par une école efficace sous la forme de toutes les connaissances qui sont enseignées aux enfants, aux adolescents et aux adultes à l’Université, etc.
Un pays qui a donné au monde de nombreux savants, artistes, inventeurs, découvreurs et grands voyageurs.
Un pays qui a conquis des terres lointaines pour agrandir son territoire, exploiter et rapporter les ressources potentielles de ces terres et apporter aussi à leurs populations les bienfaits de la civilisation française sous de nombreuses formes, enseignement, santé, métiers, arts, protection, technologies tous les métiers utiles.

La colonisation est aujourd’hui une chose très discutée, critiquée et débattue, mais à ces époques elle était naturelle pour tous les pays avancés du monde. Je ne parle pas de l’esclavage.
Mais si certains prétendent que la colonisation a été une mauvaise chose, voire même un crime contre l’humanité, comme Macron, en ce temps-là le concept même de crime contre l’humanité n’existait pas et donc cette accusation est sans objet.

Les colonies ont pu avoir à souffrir d’une certaine façon de la présence française, mais elles en ont aussi beaucoup plus largement tiré profit (tout particulièrement comme l’Algérie) et se sont développées et modernisées à ce titre, il ne faut pas l’oublier.

Pour ce qui est de l’Algérie qui passe son temps à pleurnicher, à se lamenter sur son sort et à exiger une ridicule repentance au lieu d’essayer d’avancer vers la civilisation et de se développer, elle ne doit pas oublier qu’en terme de guerre, de violences et de tueries à la fin de son occupation par la France, personne n’a à lui donner de leçons…
Surtout qu’elle n’a même pas été capable de maintenir en état les cadeaux extraordinaires qu’elle a reçus pendant cette occupation de son sol.

Si par la suite elle a mis à sa tête des communistes et ensuite des musulmans, c’est bien son problème et cela montre la stupidité de ce peuple.

Voilà ce que fut la France et ce qu’elle est aujourd’hui.
La France est un pays magnifique et merveilleux où il fait bon vivre, la preuve en est que toutes les vermines et les racailles paresseuses et bonnes à rien de la planète s’y précipitent pour profiter de ce gâteau inespéré qu’est notre système social de solidarité.

Mais il y a un temps pour chaque chose, un temps pour l’accueil et le sourire, un temps pour l’abus, le vol, le viol et le meurtre et un temps pour l’expulsion de millions de parasites. Et ce dernier temps viendra, croyez-moi !

Mais alors, qu’a donc voulu dire celui qui se fait passer pour un Président par cette phrase :
« Nous devons déconstruire notre propre histoire. »
Propos édifiants de Macron sur CBS qui a expliqué que la France souffre de racisme, l’a liée à son passé colonial et a justifié un projet de « déconstruction de notre histoire » (!) https://twitter.com/JL7508/status/1383904952691552256

J’ai bien lu et essayé de comprendre la réponse de Macron à la journaliste de CBS, Margaret Brennan, mais j’avoue avoir trouvé cette réponse assez confuse, obscure et pas du tout convaincante.

J’essaie de rester poli, pour une fois, mais je ne vois pas ce que Macron a voulu dire ni expliquer.

Les « problèmes des races », toute personne intelligente sait qu’on ne les a jamais réglés et qu’on ne le fera jamais.
Parce que dans les races, il y a des hommes de toutes sortes, de bonne volonté ou de mauvaise volonté. Et ce sont ces derniers qui ont toujours attisé et attiseront toujours la haine pour dresser les races différentes les unes contre les autres.
La conclusion est que les races doivent éviter de se côtoyer si elles veulent vivre en paix sur leurs territoires respectifs. Il en va de même des religions, des sectes et des idéologies politiques.
C’est aussi pourquoi le multiculturalisme fondé sur la race ou la religion et voulu par les gauchistes sera toujours un échec.

La ségrégation aux USA, Macron estime que « ça a été réglé par une action positive et affirmative et des politiques nucléaires, afin de faire face à ce phénomène… »
Là, incompréhension totale !!!
Ça ne veut strictement rien dire.
Macron est encore reparti dans ses délires, faute d’avoir quelque chose d’utile ou d’intelligent à dire.

Plus loin Macron dit :
« C’est pourquoi j’ai lancé de nouvelles plateformes pour lutter contre la discrimination, le racisme, etc. »
Moi, j’appelle cela jeter de l’huile sur le feu.
Les races, les religions et les cultures très différentes ne sont pas faites pour cohabiter ni coexister.
Le but est donc bien de ruiner la culture française et notre civilisation bimillénaire pour déconstruire la France.

« Mais nous devons lancer de nouvelles politiques, concrètes et déterminées, pour nous débarrasser du racisme dans notre société. »
Absurde, que dire d’autre ?

« … en encourageant, je dirais, une sorte de construction où une nation serait l’addition de différentes races ou l’addition de différentes minorités. »
Toujours absurde. C’est vouloir la confrontation permanente. 

« Je pense qu’une nation est basée sur l’unité avec les différences, est basée sur l’unité des projets, et nous ne devrions jamais accepter la fragmentation de ce projet à travers toutes ces différences et spécificités. »
Là, il s’écoute clairement parler dans le vide. Le vide abyssal de son cerveau malade.

« Nous avons besoin d’une certaine manière des deux côtés de l’Atlantique, c’est d’une politique de reconnaissance, de construire notre unité en étant plus efficace contre les inégalités, contre la discrimination. »
On l’a déjà vu à l’œuvre. Dresser les communautés les unes contre les autres en favorisant certaines au détriment des autres.
Favoriser les Africains, les Arabes et les musulmans et défavoriser méthodiquement les Blancs, les chrétiens, les juifs et les vrais Français de souche descendants de générations de vrais Français que furent nos ancêtres.
Favoriser l’immigration par le Pacte de Marrakech créé uniquement pour défavoriser les Français de souche, écraser et ruiner la France de nos pères.
Ce verbiage oiseux, incohérent et absurde est bien le reflet de la folie destructrice qui habite cet homme qui ne mérite que la corde.
Il n’est même pas utile de tenter une analyse plus avancée.

Une autre information préoccupante :

Au moment où, à cause de la Covid-19 le pays prend l’eau économiquement, au moment où les caisses de la France se vident et où la dette explose, Macron vient de signer discrètement un décret pour que des instituteurs tunisiens soient recrutés en Tunisie et payés par la France pour enseigner l’arabe en cours élémentaires en France.
De surcroît, l’apprentissage de la langue arabe classique se fera sur des textes du Coran.
Cette information nous renvoie à une autre information, des financements pour aider une centaine d’ONG qui font pression sur Bruxelles pour obtenir d’augmenter les flux de migrants et un engagement avec Bruxelles pour développer le port de Marseille afin d’y établir une plateforme européenne d’accueil des migrants.

Le lien officiel sur Légifrance :

Décret n° 2020-498 du 30 avril 2020 portant publication de l’accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République tunisienne dans le domaine de l’enseignement de la langue arabe à l’école élémentaire en France.
https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000041841288

Ce qui est « intéressant », ici, c’est la façon de procéder de Macron pour arriver à ses fins de déconstruction et de pourrissement de la France.
Importer des enseignants tunisiens qui vont enseigner l’arabe et l’islam à l’école élémentaire en France et donc normaliser l’invasion de la France par les musulmans.
L’étape suivante, après avoir lavé le cerveau de nos chers petits, sera de leur faire admettre que la charia est une très belle chose.
Ensuite, comme en Suède, l’État décrètera, par exemple, le droit au mariage des hommes adultes avec des enfants de moins de 10 ans, garçon ou filles.
Le but des musulmans pour faire voter des lois permissives est bien de permettre par la loi l’application légale de la pédophilie si chère à ces populations inspirées par leur « beau modèle » pédophile et d’engendrer un terrible recul culturel et civilisationnel.
Avec un Président lui-même victime d’une femme pédophile à 14 ans…

Si vous ne pensez pas que Macron y va un peu fort, continuez à voter Macron en mars 2022.

Laurent Droit


En finir avec la «déconstruction» de la France, enjeu vital de 2022

...par David Angevin - Le 23/04/2021.

Qu’est-il arrivé à Emmanuel Macron depuis son élection ?


Sur l’échiquier politique français, et ses pièces majoritairement confites, l’ancien ministre de l’Économie incarnait la modernité. On allait voir ce qu’on allait voir. L’esprit de conquête devait réveiller l’hexagone. Et qu’a-t-on vu ? Le contraire du réformiste ambitieux, droit dans ses bottes, et imperméable à la pression qu’on imaginait. Nous avons découvert au fil du mandat une girouette idéologique, adaptant son discours en fonction des interlocuteurs, adepte du « en-même-tempstisme » permanent sur tous les sujets.

Le «en même temps», c’est l’absence de convictions

À vouloir donner des gages à chacun, le président a embourbé le pays. Les calamiteux comités Théodule qui ont marqué ce quinquennat en sont l’illustration : la tristement célèbre « Convention citoyenne » (avec le khmer vert Cyril Dion), sans doute une des pires idées politiques de tous les temps, avec  le « Conseil présidentiel des banlieues » (qui mit en vedette l’entrepreneur identitaire Yassine Belattar). L’absence de convictions identifiables du chef de l’État a de quoi inquiéter. Que pense-t-il vraiment ? Sa conversion écolo radicale est-elle électoraliste ou le fruit d’une illumination ? Pense-t-il sincèrement, comme sa ministre, qu’il est souhaitable de sacrifier notre industrie nucléaire au profit des ENR, avec ces éoliennes qui transforment nos paysages terrestres et maritimes en zone industrielle? Mesure-t-il que programmer la fin des moteurs thermiques est un choix politique qui s’avérera désastreux pour notre industrie automobile — 9% des emplois de la population active— et sur le plan écologique, comme l’expliquait le patron de PSA Carlos Tavares ? Personne ne sait ce que pense vraiment le président. Mais le sait-il lui-même ?

A lire aussi: Sheila sauvera-t-elle le soldat Astra Zeneca?

La « déconstruction » systématique des valeurs et des richesses industrielles de la France sur l’autel de la bien-pensance woke et écolo, constitue le fait marquant de son quinquennat tournée vers un projet pour lequel personne n’a voté : conduire un « changement de civilisation ». Rien de moins.

Make the planet great again

Changer de civilisation au point de sacrifier notre industrie nucléaire, automobile et aérienne. « Quoi qu’il en coûte », y compris en millions de chômeurs, est le nouveau mot d’ordre de ces politiques irrationnelles pour le climat. Make the planet great again, disait Emmanuel Macron, président d’un des pays les moins pollueurs de la planète grâce au nucléaire. La ligne politique est claire et dépasse le cadre industriel : il faut « changer de civilisation », et donc déconstruire l’existant, rééduquer les masses, y compris par le biais de l’Éducation nationale, comme l’a dit ouvertement Barbara Pompili. Car pour les gourous qui nous gouvernent, l’ancienne civilisation — guidée par la rationalité, le continuum scientifique, le goût du progrès partagé — n’était pas bonne pour le « climat ». Le Français moyen et sa Clio diesel, qui ne crache pas sur un petit voyage en avion quand il en a les moyens, devra accepter sa rééducation ou disparaître. Bientôt, il ne pourra même plus circuler dans les centres-villes, sauf à s’offrir une voiture électrique, avec sa batterie lithium-ion « Made in China ».

Le but ultime n’est plus la création de richesses et d’emplois, la protection de notre culture et de nos valeurs, la réduction de la dette ou la réforme de l’Etat, mais de se situer, quoi qu’il en coûte, dans le camp du bien autoproclamé. Quitte à raconter absolument n’importe quoi. Ainsi, pour lutter contre le racisme et les discriminations systémiques qui rongeraient la France, le Président de la République proposait-il sur la chaîne américaine CBS de « déconstruire notre propre Histoire »…

Nous en sommes arrivés, sur le plan de la lâcheté politique, à un point de non-retour. Le 7 décembre 2020, le président Macron déclarait sans rire “je n’ai pas de problème à répéter le terme de violences policières, mais je le déconstruis ». L’autorité de l’État, par la volonté même de celui-ci, n’est plus acceptable. Information reçue 5 sur 5 par les casseurs qui narguent la police, pourrissent la vie des Français, et font les beaux jours des chaînes d’info continue : petites frappes de banlieue, casseurs de flics antifas, Gilets jaunes radicaux, activistes Black Blocs, Extinction Rébellion ou Greenpeace… Chacun l’a constaté pendant des mois à l’occasion des samedis jaunes : la police nationale doit se laisser caillasser, humilier, sans pouvoir répondre à la violence par la force, dont elle est pourtant le seul dépositaire légitime. Le chiffre de dix mille blessés par an dans les rangs des forces de l’ordre n’émeut plus grand monde au sommet de l’État. La « déconstruction » passe avant la défense inconditionnelle de l’autorité de l’État. En clair, mieux vaut sacrifier les centres-villes et les commerçants de Paris, Bordeaux, ou Nantes que de prêter le flanc aux critiques de Jérôme Rodriguez, de l’extrême gauche et des médias. Des illuminés peuvent tranquillement repeindre en vert des avions de ligne d’Air France sur les pistes de Roissy sans que personne ne bouge. L’autorité est sacrifiée dans le seul but de ne pas déplaire à une petite minorité bruyante. Les fauteurs de troubles se sentent plus à l’aise que jamais : ils n’ont rien de pire à craindre qu’une invitation chez Cyril Hanouna.

Aéroport Roissy Charles de Gaulle, le 5 mars 2021 © Alain JOCARD / AFP.

Zadisation de la France

Face à ce « changement de civilisation » imposé, la majorité silencieuse — qui ne casse rien, respecte la police, paye ses impôts— observe l’effondrement accéléré de la France sans en perdre une miette.  Ce projet présidentiel calamiteux aura créé les conditions d’un séisme politique : les sondages donnent pour la première fois Le Pen gagnante au deuxième tour face à n’importe quel candidat de gauche, et à deux doigts (deux attentats, deux manifs, deux mesures liberticides de plus…) de battre le président sortant. La majorité silencieuse à un message clair à faire passer : nous ne voulons pas de votre « monde d’après » ; la planète était déjà « great » avant vous ; nous ne sommes pas dupes du clientélisme de la gauche ; l’ensauvagement de la société n’est pas une invention de l’extrême droite ; nous ne voulons pas d’une zadisation de la France ; nous préférons la liberté d’expression à la cancel culture et au voile islamique ; nous aimons nos voitures thermiques et les avions tout en respectant la nature ; nous ne sommes ni racistes ni islamophobes ; et nous en avons plus que marre du climat insurrectionnel, de la violence et des incivilités qui pourrissent nos vies. Tellement marre que nous sommes prêts à voter Marine le Pen, dont tout le monde sait qu’elle est incompétente.

A lire aussi: David Lisnard: la culture sauvera les Français

Sauf surprise, le re-match Macron/Le Pen se profile. Pour des raisons différentes, la victoire de l’un ou de l’autre amplifierait le déclin de la France. Un deuxième mandat de Macron verrait se poursuivre ce projet écolo-woke délirant de « changement de civilisation » pour lequel, rappelons-le, personne n’a voté en 2017. Une victoire de Le Pen marquerait la victoire par défaut d’un populisme nationaliste, étriqué et réactionnaire, incapable de gérer les défis vertigineux du 21e siècle. Le Pen à l’Élysée se résumerait à  cinq ans d’une grève permanente qui achèverait un pays déjà bien mal en point.

Malade, complètement malade

La France est malade, fracturée de toute part, et économiquement à la dérive (le « quoi qu’il en coûte » de la Covidette s’élève à lui seul à 340 milliards d’euros). Le moral des Français est en berne, et la difficile sortie de crise sanitaire qui s’annonce ne manquera pas d’alimenter la gueule de bois et les tentations populistes. Après les Français, c’est le pays lui-même qui aura bientôt besoin d’un lit en réanimation.

Le duel Macron/Le Pen est-il inévitable ? Il existe un large espace politique, de la gauche républicaine et laïque jusqu’à la droite, pour un projet politique sérieux et ambitieux de sauvetage de la France. Un projet susceptible de rallier à lui une large majorité de Français. Reste à savoir si une personnalité charismatique, assumant des convictions majoritaires dans le pays — pro autorité de l’État, pro liberté, pro entreprise, pro science, pro laïcité, pro universalisme, pro écologie rationnelle — est en mesure de réaliser cet exploit dont la France a besoin pour sa survie.

Source : CAUSEUR

Commentaires: 0