Afghanistan et maintenant ?

...par Patricia Lalonde - le 30/01/2018.

 

Députée Européenne, membre de l'Union des démocrates et indépendants


En moins de dix jours, l’Afghanistan a vécu quatre attaques sanglantes, dont trois dans des lieux stratégiques et symboliques de Kaboul. Les victimes se comptent par centaines. Depuis plus d’une année, la violence augmente à un point tel que Donald Trump a décidé, en août 2017, d’envoyer des troupes supplémentaires au lieu de les retirer comme il l’avait pourtant promis lors de sa campagne électorale. A l’évidence, ce renforcement militaire des Etats-Unis, n’apporte pas les effets escomptés et la situation sécuritaire continue de se dégrader. Quelles sont les causes de cette escalade ? Quels sont les risques ? Pour répondre à ces questions, l’IVERIS propose un entretien avec Patricia Lalonde, député européen, spécialiste de l’Afghanistan. 

 

Source : https://www.iveris.eu/list/entretiens/309-afghanistan_et_maintenant__/


Quelles sont raisons qui ont poussé les terroristes à perpétrer des attentats si meurtriers dans le centre de la capitale afghane ces derniers jours ? 

Il y a des attentats presque tous les jours en Afghanistan, néanmoins, il est vrai que ceux de ces derniers jours sont d’une toute autre ampleur. Comment les terroristes ont-ils pu organiser trois attentats aussi sophistiqués en une seule semaine dans le centre de la capitale afghane ? Cela prouve plusieurs choses : les terroristes sont dans Kaboul, les assaillants sont très bien organisés et tout l’appareil d’Etat est infiltré.

Les raisons sont nombreuses et s’enchevêtrent les unes dans les autres. C’est cette accumulation et cette imbrication qui engendrent la situation explosive actuelle. 

Premièrement, le pays ne se remet pas de la fraude, qui a dépassé l’entendement, lors de l’élection présidentielle de juin 2014. Ashraf Ghani a été déclaré vainqueur alors qu’en réalité, c’est Abdullah Abdullah qui avait gagné. Cette triche a déclenché une crise politique majeure. Sous les auspices de John Kerry, un compromis a été trouvé en septembre de la même année et un gouvernement d’union nationale a été mis en place. Ashraf Ghani restait Président et Abdullah Abdullah devenait Premier ministre. Sauf que pour cela, il fallait changer la constitution et cela n’a jamais été fait. Le Chef de l’Etat agit donc comme s’il gouvernait seul, se sentant conforté par le soutien américain. Abdullah Abdullah a le titre de conseiller exécutif mais dans les faits, il n’a pas la main sur les principaux dossiers et il est reproché au Président de continuer la politique de pachtounisation du pays ; c’est une déception terrible pour tous les partisans d’Abdullah.

Deuxièmement, Ashraf Ghani a commis une erreur en rappelant Gulbuddin Hekmatyar, chef du réseau Hezb-i-Islami, qui était en exil, pour l’aider à faire une réconciliation avec les Taliban. Pour rappel, Gulbuddin Hekmatyar était, depuis 2003 jusqu’en février 2017, sur la liste des terroristes des USA, de l’Union européenne et sous sanctions de l’ONU, pour autant, il a toujours gardé des liens avec les Taliban du réseau Haqqani, un groupe qui aurait revendiqué l’attentat de samedi dernier avec une ambulance piégée. Récemment le Gouvernement a  libéré 95 terroristes du Hezb -i- Islami. Il est important de souligner également, que le conseiller sécurité du Président afghan, et le chef des services secrets (DNS) ont joué un rôle dans le retour de Gulbudin Hekmatyar.

Dès que le chef du Hezb-i-islami est arrivé à Kaboul, il a fait un discours contre Massoud et cela a été un vrai point de rupture avec le peuple afghan. La faiblesse du gouvernement, la montée en puissance d’une opposition forte, la recrudescence de l'insécurité, l’échec des négociations avec les talibans barrent la route aux desseins de Gulbuddin Hekmatyar. Dès lors, il est légitime de penser qu’il puisse avoir une responsabilité dans les attentats qui ont ensanglanté Kaboul.        

Troisièmement, même si le gouvernement mène une politique favorisant la création d’infrastructures et certes contribue à moderniser l’Etat, la population n’en profite pas, n’en voit pas les dividendes et se désespère de la corruption endémique. Les Afghans se sentent en insécurité. De nombreux attentats ont lieux en province mais comme ils sont moins spectaculaires que ces derniers jours, personne n’en parle. Pour toutes ces raisons, l’exécutif est très affaibli. Cette situation politique fait naître une vraie résistance, avec une importante mobilisation dans les provinces de Balkh , Kandahar, Djalalabad, Herat. Noor Ustad Atta, chef du parti Jamiat-e islami et gouverneur récemment déchu de la riche province du Nord, fédère les mécontents et cela fait beaucoup de monde. Il semble vouloir reprendre le combat du commandant Massoud.

Depuis des mois Noor Ustad Atta réclame un changement de constitution, une commission électorale impartiale, la fabrication de nouvelles cartes d’identité pour en finir avec ces élections où la démocratie est mal menée. Certes, ces manipulations ont fonctionné pendant très longtemps, mais maintenant cela commence à se voir…

Quel est le jeu du Pakistan dans ce décor ?

Il n’est pas possible de parler « du Pakistan » tant les pouvoirs sont différents entre le gouvernement et les services secrets. En général, le gouvernement se comporte plutôt bien, c’est l’ISI qui pose problème. Les services secrets sont mêlés à la fois dans l’islamisme radical et dans le trafic d’opium, ce sont eux qui tirent les ficelles. Ils jouent un double jeu, d’un côté, ils disent lutter contre le terrorisme et de l’autre, ils font l’inverse. Lorsque les USA s’énerve, ils arrêtent un ou deux terroristes, ils le mettent en prison et après ça recommence…

Quel est le rôle des USA actuellement ?

Donald Trump a pris les choses en main, il a fait de grandes déclarations évoquant sa volonté de combattre le terrorisme. Il a renvoyé des troupes supplémentaires alors que Barack Obama souhaitait se retirer.  Il a tapé du poing sur la table en dénonçant le double jeu du Pakistan et a supprimé toutes les aides qui lui sont octroyées dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Cette décision a sans doute déclenché la fureur de l’ISI et contribué à alimenter le sentiment anti américain. Dans quelles mesures les attentats récents de Kaboul n’ont pas été une revanche ? Par ailleurs, Donald Trump vient d’annoncer qu’il ne veut plus négocier avec les talibans, c’est le minimum qu’il puisse dire après des années de tentatives et d’échecs de négociations 

Il est d’usage de parler « des Taliban » comme s’ils composaient un groupe homogène, mais est-ce le cas ?

Bien sûr que non. Est-ce que l’on peut considérer les rebelles syriens comme un groupe homogène ?  C’est un peu la tarte à la crème. Il y a plusieurs groupes :

Les Taliban nationalistes qui n’aiment pas les USA, mais ne cherchent pas à faire le djihad international. Ils sont certes islamisés mais ne sont pas des radicaux purs et durs, avec ceux-là, il est possible de négocier.

Les Taliban pakistanais  du TTK ( Tehrik e Taliban) liés à l’ISI et ce sont eux qui mènent les opérations depuis le Pakistan et les zones tribales.

Les Taliban qui forme le réseau Haqqani dirigé par Sirajuddin Haqqani, eux, sont des terroristes qui ont des liens à la fois avec l’ISI et ont eu des liens avec  Gulbuddin Hekmatyar.  

L’arrivée des combattants de Daech complique encore la donne…

L’arrivée des combattants de Daech est concomitante avec la libération des villes de Mossoul et Raqqa et est directement liée avec la fuite des djihadistes, même s’il y avait déjà dès 2003 quelques éléments de Daesh dans la région. L' Asie centrale est une terre de djihad parfaite pour eux, d’autant que le réseau Haqqani ne les voit pas comme des concurrents mais comme des alliés. Ils cherchent également à faire des alliances avec le Mouvement Islamique d’Ouzbékistan (MIO) et ont le projet d’établir un califat en Asie centrale, le Khorasan…

Avec le tableau qui vient d’être dépeint comment envisager l’avenir à court terme ?

Le calendrier prévu, qui devait se faire de manière douce, avec des négociations avec les Taliban, est perturbé par le mécontentement du peuple et l’insécurité. Que va-t-il se passer ? Les USA et leurs alliés dans la région, sont dans une situation difficile. Que vont-ils faire ? Continuer à maintenir le Président Ghani et Abdullah Abdullah sous perfusion et aller contre la volonté du peuple ? Pour l’instant, ils font ce qu’ils peuvent pour minimiser l’ampleur des événements et le nombre de victimes, qui sont beaucoup plus importantes que ne le rapportent les journaux occidentaux. Selon des sources afghanes le bilan de l’attentat de samedi dernier près de la célèbre Chicken street (lors de l’attentat avec l’ambulance) dépasserait largement la centaine de morts.  .

Patricia Lalonde

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Alain (lundi, 05 février 2018 14:03)

    On se désespère d'entendre encore des responsables prétendre "combattre le terrorisme" qui n'est qu'un procédé utilisé par le faible contre le fort, ces rôles pouvant s'inverser au grès des soutiens . De ce constat on peut tirer bien des conclusions .