Les @mers du CESM

Le 16/03/2020.

Chères abonnées, chers abonnés,

 

Les @mers continuent ! Néanmoins, compte tenu de la situation actuelle, le mode de diffusion évolue. Vous pouvez désormais nous retrouver chaque mardi et vendredi dès 15h sur les réseaux sociaux.

 

Merci pour votre fidélité,

Respectueusement/Cordialement,

 

Les éditions du CESM

 


Le 01/02/2022.

 
 · 1er FÉVRIER 2022 ·
février 2022
Naissance de l'amiral Blas de Lezo

Originaire du Pays Basque espagnol, Blas de Lezo y Olavarrieta entre dans la Marine française comme aspirant en 1701, sous les ordres du comte de Toulouse. Il participe à la guerre de Succession d’Espagne (1701-1713). Tout au long du conflit, il fait preuve de courage et d’ingéniosité, ce qui lui vaut d’être promu au rang d’enseigne de vaisseau. Passé dans la Marine espagnole en 1711, il y est promu capitaine, à l’âge de 24 ans. En 1723, il prend le commandement de la flotte des mers du Sud à bord du navire amiral Lanfranco. Patrouillant dans le Pacifique, il combat des pirates britanniques et néerlandais le long des côtes des Amériques. En 1730, Blas de Lezo est promu commandant de la flotte de Méditerranée. A sa tête, il combat les corsaires barbaresques sur la côte algérienne. En 1734, il est nommé lieutenant général de la Marine espagnole. Gouverneur de Carthagène des Indes, il défend la ville avec succès de mars à mai 1741 contre les forces britanniques, largement supérieures en nombre. Cette bataille constitue sa plus grande victoire. Blas de Lezo meurt cependant de la peste quelques mois plus tard.

 

L'AMER DU JOUR

 

 

Le 26 janvier 2022, le gouvernement argentin a approuvé l'attribution de fonds au chantier naval d’État de Tandanor, afin de concevoir et de construire le nouveau navire polaire qui devra assurer l’approvisionnement des bases argentines en Antarctique. D’une longueur prévue de 135 mètres, le nouveau navire sera construit en collaboration avec la compagnie finlandaise d’architecture navale Aker Arctic. Il pourra embarquer 130 membres d’équipage et 60 passagers (MercoPress). Toujours dans le cadre de l’affirmation de la présence argentine en Antarctique, l’ARA Canal Beagle, cargo de la Marine argentine, a pris la mer le 28 janvier avec du matériel destiné à la base antarctique de Petrel, actuellement en reconstruction. L’objectif de Buenos Aires est d’en faire une base permanente et un centre logistique majeur du continent blanc (InfoDefensa).

GÉOPOLITIQUE & STRATÉGIE

Italie

L’Italie a réalisé le 27 janvier 2022 un entraînement interarmées sur l’île de Pantelleria. Les F35-B de la Marine et de l’armée de l’air ont effectué ensemble une série d’exercices conjoints afin de renforcer leurs capacités opérationnelles et leur interopérabilité. L’accent était mis sur le décollage depuis une zone difficile et sur les opérations de soutien aux unités de surface. Cet exercice fait suite à celui réalisé en novembre 2021 avec le porte-avions HMS Queen Elizabeth. L’armée italienne souhaite déployer à terme 30 F-35B (Aviationniste).

États-Unis/Pakistan

Les 25 et 26 janvier 2022, l’USS Squall et l’USS Whirlwind, bâtiments de classe cyclone, ont fait escale à Karachi. Ils se sont exercés aux opérations de visite aux côtés de la marine pakistanaise. Les deux pays ont ensuite mené une patrouille conjointe (focused maritime security operation) de plusieurs jours en mer d’Arabie, avec le soutien des forces aériennes et terrestres du Pakistan. Ces interactions renforcent la coopération entre les deux Marines, alors que le Pakistan vient de prendre le commandement de la  CTF150, force opérationnelle internationale engagée dans la lutte contre le terrorisme et les trafics en océan Indien et en mer d’Arabie  (TheInternationalNews).

États-Unis/Philippines

Du 27 janvier au 2 février 2022, les forces armées philippines, l’US Navy et le Corps de Marines des États-Unis ont mené l’exercice bilatéral MAREX 2022. Cet entraînement vise à développer les capacités amphibies des forces américaines et philippines, notamment dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et de l’assistance humanitaire en cas de catastrophe (TheManilaTimes).

Russie

Le lundi 31 janvier 2022, après 5 jours d’exercices en mer Noire, plusieurs bâtiments de la Flotte de la mer Noire (BSF) de la Marine russe ont regagné leur base en Crimée et à Novorossiysk. En tout, plus de 20 navires de guerre ont participé aux entraînements (PortNews). A l’extrémité du territoire russe, en mer de Barents, se déroule actuellement un exercice de grande envergure avec le groupe expéditionnaire arctique de la Marine russe, impliquant 1 200 personnes, 140 unités de combat, 20 aéronefs, 30 navires, sous-marins et navires de soutien (NavalToday).

INDUSTRIE DE DÉFENSE

Le 28 janvier 2022, TKMS a livré à la marine allemande sa dernière frégate nouvelle génération de type F125. Construites pour des opérations de longue durée, qu’il s’agisse de prévention, d’intervention ou de stabilisation, les F125 sont dotées d’un hélicoptère et d’un système de défense anti-aérien, et accueillent un équipage réduit grâce à leur haut niveau d’automatisation (NavalToday).

L'US Naval Sea Systems Command (NAVSEA) a annoncé le début de la construction du premier transport rapide expéditionnaire (EPF) de classe Spearhead dans sa configuration Flight II. Cette nouvelle version inclut une amélioration des caractéristiques actuelles de l'EPF, et des installations de santé, notamment une unité de soins intensifs intégrant une capacité de réanimation. L’US Navy et le Corps des Marines pourront bénéficier ainsi d’un accès plus rapide aux soins médicaux (NavalTechnology)

MARINE MARCHANDE & DOMAINE MARITIME

Le port de Thessalonique, deuxième ville de Grèce, et la zone économique du canal de Suez (SCZone) - zone industrielle regroupant six ports égyptiens autour du canal - ont signé un accord de coopération pour le développement du commerce international sur la route maritime reliant l'Europe et l'Asie. L’accord vise notamment la création de lignes de commerce de marchandises et le développement du transport de passagers. Athènes et Le Caire entretiennent depuis de nombreuses années des relations diplomatiques et économiques étroites (OffshoreEnergy).

Shanghai Electric, premier fabricant de turbines éoliennes du marché chinois, a choisi le groupe norvégien Ulstein pour la conception des deux premiers navires de service pour l’éolien en mer voulus par la Chine. Les navires seront fabriqués sur le chantier chinois ZPMC et seront dotés de l'étrave inversée X-Bow et de la poupe inversée X-Stern. La Chine possède aujourd’hui le premier parc éolien offshore au monde, avec une capacité de 11.2 GW (MerEtMarine).

A partir de février 2022, le lancement d'un service de fret direct entre le port de Chattogram (Bangladesh) et l'Europe permettra de réduire les coûts de transport et d'import-export, y compris les coûts fixes d'exploitation des navires. Cela renforcera par ailleurs la position du Bangladesh sur le marché concurrentiel du vêtement. Actuellement, les porte-conteneurs en provenance du Bangladesh et à destination de l’Europe doivent transiter par des ports de transbordement asiatiques. Le premier navire de cette nouvelle ligne quittera Chattogram pour le port de Ravenne au cours de la première semaine du mois de février (HellenicShippingNews).

Le 22/01/2022.



 
 · 21 JANVIER 2022 ·
23 janvier 1795
Capture de la flotte hollandaise au Helder

En janvier 1795, le général français Pichegru mène la campagne de la Hollande dans le cadre de la guerre de la Première Coalition. Entré à Amsterdam le 19 janvier, Pichegru apprend qu’une flotte néerlandaise stationne entre le continent et l’île de Texel, à côté de la ville du Helder. Il y dépêche le général de brigade Jean-Guillaume de Winter, afin d’empêcher une occupation britannique du Helder ou la fuite de la flotte néerlandaise vers la Grande-Bretagne. Arrivé sur place dans la nuit du 23 janvier, de Winter découvre la flotte ennemie prise dans les glaces. L'hiver extrêmement rigoureux avait en effet gelé les fleuves et les côtes, emprisonnant les navires. La décision est prise d’attaquer ces derniers : hussards et infanterie légère s’avancent sur la glace vers les vaisseaux néerlandais pour les aborder. Les navires étant figés en position inclinée, leur artillerie est inutile. Les équipages se rendent, permettant aux Français de prendre toute la flotte – 5 vaisseaux de ligne, 3 frégates, 6 corvettes et plusieurs navires marchands – sans aucune perte de part et d’autre. La capture d’une flotte par une charge de cavalerie constitue un cas unique dans l’Histoire militaire.

 

L'AMER DU JOUR

 

 

Après l’éruption sous-marine survenue dans l’océan Pacifique sud, l’unique câble sous-marin reliant les îles Tonga au reste du monde a été rompu. Un navire de réparation a appareillé depuis la Papouasie-Nouvelle-Guinée, mais les télécommunications ne devraient pas être rétablies avant « au moins » quatre semaines. L’un des deux points de rupture se trouve près du volcan, ce qui complique sa réparation. Pour rappel, 98% des télécommunications mondiales passent par les câbles sous-marins (LeFigaro). L’éruption a provoqué un tsunami ressenti jusqu’aux côtes péruviennes, où il a fait deux morts. L’étendue des dégâts et le bilan humain aux îles Tonga ne sont pas encore connus avec précision. Les marines néo-zélandaise, australienne et malaisienne ont déployé plusieurs navires afin d’apporter leur aide. La France s’associe également à l’effort humanitaire vers les îles dévastées (USNINews). 

GÉOPOLITIQUE & STRATÉGIE

États-Unis/Russie

La sixième flotte de l’US Navy a révélé l’emplacement de l’USS Georgia, ancien SNLE reconverti en sous-marin nucléaire lanceur de missiles de croisière (SSGN), alors qu’il se trouvait à proximité de l’île de Chypre. Cette communication inhabituelle peut être analysée comme une mise en garde, dans un contexte de tensions internationales. La visite de l’USS Georgia à Chypre coïncide avec le déploiement de l’USS Harry S. Truman, navire de tête du Carrier Strike Group 8 dans la zone (TheDrive).

États-Unis/Brunei

Le Groupe aéronaval de l’USS Carl Vinson et le groupe amphibie Essex de l'US Navy ont terminé des exercices conjoints en mer de Chine méridionale. Les opérations comprenaient des missions de frappe maritime, de lutte anti-sous-marine et de ravitaillement en mer (NavalToday). L'USS Jackson et le KDB Daruttaqwa, un patrouilleur hauturier de classe Darussalam du Brunei, ont également effectué des exercices bilatéraux en mer de Chine méridionale, afin de renforcer leur interopérabilité (NavalToday). Cette présence et ces exercices conjoints illustrent l'engagement de l'US Navy en Indopacifique.
Inde/Japon
L’Inde et le Japon ont mené un exercice naval bilatéral dans le golfe du Bengale, intégrant des entraînements aux manœuvres de ravitaillement et à la lutte anti-surface et anti-aérienne. Depuis 2012, les deux marines organisent un exercice annuel, JIMEX (Japan-India Maritime Exercise), afin de renforcer leur interopérabilité et leur compréhension mutuelle (PGURUS).
INDUSTRIE DE DÉFENSE
Le 13 janvier 2022, le ministère de la Défense d’Israël a annoncé avoir signé un accord avec l’entreprise de construction navale allemande ThyssenKrupp Marine Systems (TKMS) pour le développement et la construction de trois sous-marins de classe Dakar. La Marine israélienne possède déjà 6 sous-marins classiques de classe Dolphin. Les nouveaux submersibles renforceront ses capacités et « contribueront à la sécurité d'Israël dans la région » (TheJerusalemPost).
La Russie développe actuellement un navire autonome lance-torpilles, capable de détecter et d'éliminer des sous-marins ennemis. Le navire pourra être contrôlé à distance par des opérateurs installés à bord d’un navire ou dans un centre côtier. Cette nouvelle arme doit permettre de ne pas engager des forces anti-sous-marines classiques et de renforcer la défense des bases navales. Par ailleurs, Moscou prévoit une version du robot torpilleur dotée d’une coque renforcée, ce qui lui permettra de naviguer à travers les eaux arctiques (Tass). 
Le 11 janvier 2022, le Parlement de Taïwan a voté un budget de 8.55 milliards de dollars, destiné à l’achat d’armement pour la marine : des missiles anti-navires de type Hai Feng et des corvettes de classe Tuo-Chiang. Le budget prévoit également l’achat de systèmes d'armes pour équiper les patrouilleurs de classe Anping des Garde-côtes, tels que des missiles anti-navires Hsiung Feng II et Hsiung Feng III ou encore le système d’arme rapproché Phalanx CIWS (NavalNews).
MARINE MARCHANDE & DOMAINE MARITIME
Le HMS Protector, navire de recherche polaire de la Royal Navy, a achevé sa première mission de l'année en Antarctique. Il a été missionné pour cinq ans, afin de soutenir la recherche internationale sur la faune et les eaux de l’Antarctique, et évaluer les effets du changement climatique dans la zone. La présence de ce navire permet aussi au Royaume-Uni de maintenir son engagement dans cette région du monde (NavalToday).
La Marine du Ghana a signé un protocole d’entente avec l’entreprise Tullow Ghana, filière de la compagnie de prospection pétrolière et gazière Tullow Oil. Le protocole d’entente porte sur la fourniture de services de sécurité dans les eaux du Ghana, plus précisément autour des champs pétroliers offshores Jubilee et TEN exploités par Tullow Ghana (NavalToday). 

Le 19/11/2021.

 

19 novembre 1941 : Bataille entre le Sydney et le Kormoran

En novembre 1941, le Kormoran, un croiseur auxiliaire de la Kriegsmarine – c’est-à-dire un cargo transformé en navire de guerre puis déguisé en navire de commerce – navigue vers le port australien de Fremantle pour y mouiller des mines. Le 19 de ce mois, vers 16h, il est repéré par le croiseur léger australien HMAS Sydney au large de l’Australie-Occidentale. Le Sydney se rapproche progressivement du bâtiment allemand camouflé, si bien qu’à 17h30 son commandant, le capitaine de frégate Theodor Detmers, décide d’engager le combat. Il fait hisser le pavillon allemand avant d’ouvrir le feu sur le Sydney, qui ne se trouve désormais qu’à 1 000 mètres. La précision des artilleurs allemands inflige de nombreuses pertes et dommages aux Australiens, qui ripostent. Le Sydney, frappé au moins 87 fois par les canons du Kormoran, se retire à 18h00. Il coule dans la soirée avec tout son équipage. Detmers décide quant à lui d’abandonner le croiseur auxiliaire, en proie aux flammes. Les Allemands survivants réussissent à atteindre l’Australie et y sont fait prisonniers. Des navires alliés perdus avec tout leur équipage pendant la Seconde Guerre mondiale, le Sydney est le plus grand.

 

 

GÉOPOLITIQUE ET STRATÉGIE

 

Japon/Philippine/États-Unis :

Le Japon multiplie les exercices navals dans ses mers proches. La Japan Maritime Self-Defense Force (JMSDF) a récemment conduit avec la marine des Philippines un exercice naval en mer des Philippines afin renforcer la coopération entre les deux marines. La Garde côtière du Japon participera également à un exercice avec ses homologues philippins en Asie du Sud-Est (Inquirer.net). Par ailleurs, la JMSDF et l'US Navy mèneront ce week-end leur premier exercice anti-sous-marin commun en mer de Chine méridionale. La JMSDF a par ailleurs affirmé qu'elle participera à un exercice de guerre des mines avec l'US Navy du 18 au 28 novembre en mer de Hyūga, et à deux exercices multilatéraux qui rassembleront les marines des États-Unis, l'Australie, le Royaume-Uni, le Canada, et l'Allemagne (USNINews).

 

Inde/Singapour/Thaïlande :

Du 15 au 16 novembre, les marines de l’Inde, de Singapour et de la Thaïlande ont participé à l’exercice trilatéral SITMEX 21 en mer d’Andaman. Hébergé par la Thaïlande, l’exercice – dont c’est la troisième édition – a permis aux trois marines de mener conjointement des manœuvres navales et des exercices de guerre de surface. L’objectif de SITMEX 21 est d’améliorer les relations maritimes entre les trois pays et l'interopérabilité de leurs marines (NavalTechnology).

 

 

INDUSTRIE DE DÉFENSE

 

Le constructeur naval taïwanais CSBC Corporation a posé la quille du premier sous-marin de fabrication nationale, connu sous le nom d'Indigenous Defense Submarine (IDS), et dont la livraison est prévue en  2025. Selon les déclarations de la marine taïwanaise, il est prévu que ce sous-marin soit armé de torpilles lourdes MK-48 Mod 6 et de missiles anti-navires Harpoon Block II. Il sera en outre équipé de systèmes de combat et de sonars fournis par les industriels de défense américains Lockheed Martin et Raytheon (NavalNews).

 

L’entreprise de construction navale Damen Shipyards a lancé un navire de débarquement de type LST 100 aux chantiers navals de Charjah, aux Émirats arabes unis. Construit pour le compte de la marine nigériane, le nouveau bâtiment, long de 100 mètres, est armé par 32 membres d’équipage et peut transporter 250 soldats. Il permet à la marine nigériane d’augmenter ses capacités de déploiement en appui d’opérations de sécurité maritime, mais aussi d'évacuation et de secours en cas de catastrophe (NavalTechnology).

 

Fincantieri a signé le 15 novembre un contrat avec les garde-côtes italiens pour la construction d'un patrouilleur hauturier multirôle (OPV), avec une option pour la construction de deux unités supplémentaires. Le bâtiment assurera des missions de longue durée en haute mer. Son rôle principal sera la coordination des moyens aériens et navals dans les zones d'opérations, contribuant à l'amélioration des capacités opérationnelles des garde-côtes italiens (NavalToday).

 

Singapore Technologies Engineering a obtenu le 15 novembre 2021 un contrat de sous-traitance avec Abu Dhabi Ship Building PJSC (ADSB) pour la conception, l'équipement et l'assistance technique à la construction de quatre patrouilleurs offshore de classe Falaj 3. Ces navires seront construits par ADSB pour la marine des Émirats arabes unis, ils assureront des missions de sécurité maritime et des opérations de recherche et de sauvetage (NavyRecognition).

 

 

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

 

La compagnie maritime russe Baltiysky Zavod va débuter les essais en  mer de son premier brise-glace nucléaire du Projet 22220, le Sibir. Ce dernier a quitté le chantier naval de Baltiysky Zavod le 16 novembre, pour se diriger vers le golfe de Finlande. Cette période d'essais en mer de trois semaines va permettre à l’entreprise de tester le fonctionnement des systèmes et équipements du brise-glace, notamment la turbine à vapeur et le système de propulsion (Portnews).

 

Après 6 mois de négociations, les exploitants du futur port à conteneurs en eau profonde de Plaquemines Parish, en Louisiane, ont annoncé le 17 novembre que les installations portuaires seront exploitées par APM Terminals, une société du groupe Maersk. D’une superficie de plus de 404 hectares, le nouveau terminal pourra accueillir les porte-conteneurs de type Megamax-24. Futur lien entre le Mississippi et le golfe du Mexique, le projet constitue une « formidable opportunité » pour le commerce entre les régions américaines du sud et du Midwest et l’étranger (TheMaritimeExecutive).

 

Le 16 novembre, lAgence fédérale des réseaux a annoncé la suspension de la procédure de certification du gazoduc Nord Stream 2, reliant la Russie à lAllemagne via la Baltique sur 1 230 km, ultime étape avant sa mise en service. LAgence allemande affirme que la certification ne sera possible « que si lopérateur est organisé sous une forme juridique de droit allemand ». La mise en service du gazoduc pourrait de ce fait être retardée jusqu’à mars 2022 (LeMarin). 

 

La machine houlomotrice de 20 mètres de long et de 38 tonnes – appeléBlue X – de la société écossaise Mocean Energy a été remorquée de Kirkwall au site dessai du Centre européen des énergies marines à Scapa Flow, où elle a été amarrée avec succès et mise en service pour les premiers essais en mer. En 2022, il est prévu de connecter le dispositif à une batterie sous-marine qui sera utilisée pour alimenter un véhicule sous-marin autonome télécommandé (EnergyVoice)

 

                                                                                                                

Pour vous abonner ou abonner vos relations, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur LinkedinFacebook et Twitter.

Le 17/11/2021.

 

17 novembre 1183: Bataille navale de Mizushima.
En 1183, l’archipel japonais est le théâtre d’une guerre civile entre les clans Taira et Minamoto : c’est la guerre de Genpei. L’objectif des deux belligérants est le contrôle de la cour impériale, et donc du Japon dans son ensemble. Après la perte en 1181 de leur leader Taira no Kiyomori et leur défaite lors de la bataille de Kurikara, le clan Taira est en difficulté. Confiants, les Minamoto décident d’attaquer une base des Taira établie sur une île au large de l’actuelle province de Bitchū, dans la mer intérieure de Seto. Leur flotte, commandée par Yoshiyasu Yada, est cependant arrêtée par Taira no Tomomori et Taira no Noritsune. Ces derniers font attacher leurs bateaux ensemble et font installer des planchers entre eux pour créer une surface de combat plane. Ils y placent leurs guerriers, qui criblent les navires Minamoto de flèches. Puis, les embarcations s’étant suffisamment rapprochées, un corps-à-corps s’engage. Vainqueurs, les Taira débarquent sur la côte, et mettent en déroute les dernières forces ennemies grâce aux chevaux qu’ils ont emmenés avec eux. Malgré le répit offert par cette victoire, les Taira perdent finalement la guerre deux ans plus tard.


GÉOPOLITIQUE ET STRATÉGIE

Australie/Indonésie:
En ce mois de novembre, la frégate australienne HMAS Anzac s’est entraînée avec deux bâtiments de la marine indonésienne, la frégate KRI Gusti Ngurah Rai et la corvette KRI Malahayati, dans le cadre de l’exercice biennal New Horizon. Celui-ci vise à renforcer l’interopérabilité et les compétences des deux marines en matière de lutte antisurface. Les trois bâtiments ont notamment effectué des opérations héliportées et des exercices de tir d’artillerie (AustralianGovernment).

Pérou/Équateur/Colombie/Mexique:
Les marines du Pérou, de l’Équateur, de la Colombie et du Mexique ont mené du 7 au 24 octobre l’exercice SOLIDAREX II, dans le but d’évaluer et de renforcer leurs capacités d'intervention en cas de catastrophe naturelle. Déployant des milliers de militaires, ainsi que des moyens navals et aéronavals, les quatre pays ont participé à cet exercice en trois phases dans le Pacifique, incluant des simulations de réponse humanitaire à un séisme et un tsunami, ainsi qu’un débarquement amphibie (Diálogo).

États-Unis/ Émirats-Arabes-Unis/ Bahreïn/Israël :
Du 10 au 15 novembre, un exercice naval multilatéral s’est déroulé en Mer Rouge, réunissant le commandement central des forces navales américaines (US NAVCENT) et des bâtiments déployés par les Émirats-Arabes-Unis, Bahreïn et Israël. Placé sous la direction de la 5e flotte des États-Unis, cet exercice de sécurité maritime incluait des entraînements tactiques et techniques liés à la recherche et à la saisie, afin d’améliorer l’interopérabilité entre les forces d’interdiction maritime des nations participantes (NavalTechnology).


INDUSTRIE DE DÉFENSE

L'Iran a procédé avec succès au test de son missile de croisière antinavire de moyenne portée Qader, lors d'un exercice inter-armée qui s'est déroulé dans une zone située à l'est du détroit d'Ormuz. Le missile a été tiré par la marine iranienne depuis les côtes de la région de Makran, et aurait parcouru une distance de 200 kilomètres avant d'atteindre sa cible. Version améliorée du Noor, le Qader a une portée maximale de 300 kilomètres (NavyRecognition).

La marine pakistanaise a admis au service actif sa première frégate multi-rôle baptisée Tughril, navire de tête de la classe éponyme. L a cérémonie s'est tenue le 8 novembre à Shanghai, en présence du constructeur naval chinois Hudong Zhonghua Shipbuilding. Elle s'inscrit dans le programme de modernisation de la marine pakistanaise. Cette frégate est une adaptation de la classe Jiangkai II (Type 054A) de la marine chinoise (DefenceNews).

L'US Navy est en train de tester à Guam le système de défense anti-missile de conception israélienne connu sous le nom de « Dôme de Fer ». Ceci intervient après que des hauts représentants de l'US Navy aient averti des dangers que représentent les missiles nucléaires hypersoniques chinois. Le Congrès avait acheté en 2019 deux de ces systèmes, dont un devait être déployé fin 2021. Afin de renforcer les capacités anti-missiles des Etats-Unis, la société Dynetics, a été chargée de créer des prototypes de systèmes de défense similaires (NewYorkPost).

Le 7 octobre, le constructeur naval sud-coréen DSME a lancé la construction d’un navire auxiliaire de sauvetage sous-marin (ASR-II) au profit de la marine de la République de Corée. Le Gangwha-do devrait être opérationnel en 2023 après de nombreux essais. Le navire fait 120 mètres de long et 19 mètres de large pour un déplacement de 5 600 tonnes. Il pourra accueillir 130 membres d'équipage et embarquer un hélicoptère de taille moyenne (Navalnews).


MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

La Chine lance la conception d'un brise-glace lourd et de navires-grues lourds semi-submersibles capables de transporter d'autres navires. Ces nouveaux bâtiments s'inscrivent dans le cadre du plan de développement quinquennal visant à stimuler les industries maritimes. Le brise-glace sera conçu pour les expéditions le long de la « Route de la soie polaire », qui fait partie de l'ambitieuse « Belt and Road Initiative » (TheEurasiaTimes).

L'Observatoire océanographique norvégien se compose d’un réseau sous-marin de surveillance composé de cinq « nœuds » de capteurs sous-marins, reliés entre eux par des câbles électriques et des fibres optiques. Mi-novembre, un communiqué a révélé la mise hors service du réseau, mentionnant la disparition de 4,3 km de câble, soit l’équivalent de 9,5 tonnes. Même si la piste accidentelle n’est pas entièrement exclue, l’hypothèse d’un sabotage est privilégiée. Cet événement fait suite à deux autres incidents, en avril et septembre 2021. Ils ont été signalés à la police et au PST [Politiets Sikkerhetstjeneste – contre-espionnage norvégien] (Opex360).

La compagnie pétrolière et gazière turque (TPAO) a acheté à DSME le navire de forage de 7e génération Cobalt Explorer, construit en 2015 et jamais utilisé. Il s’ajoute à sa flotte existante de trois navires de 6e génération. A la suite de la découverte d’une réserve de gaz de 135 milliards de mètres cubes dans le champ de Sakarya, en mer Noire, la Turquie s'efforce de mettre en œuvre des moyens pour explorer au mieux ces ressources d'ici 2023. C’est là que devrait être déployé le Cobalt Explorer (TheMaritimeExecutive).


Pour vous abonner ou abonner vos relations, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr
Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur
 LinkedinFacebook et Twitter.

Le 26/10/2021.

 



27 octobre 1981 : échouement du sous-marin soviétique S-363 en Suède
Lancé en 1956, le S-363 – classe Whiskey – est un sous-marin à propulsion diesel appartenant à la flotte soviétique de la Baltique. Le 27 octobre 1981, il heurte des rochers immergés, à environ 2km de la base navale suédoise de Karlskrona, et doit faire surface. Face à cette violation des eaux territoriales suédoises, Stockholm demande des explications au commandant du navire. Ce dernier prétend que des défaillances des instruments de navigation ont provoqué l’incident. De son côté, la marine soviétique envoie une équipe de sauvetage constituée de plusieurs navires de guerre, mais une batterie côtière suédoise les dissuade de pénétrer dans les eaux territoriales. Les enquêteurs suédois détectent par ailleurs des traces d’uranium 238 au niveau des tubes lance-torpilles du S-363, tandis que les autorités soviétiques démentent la présence d’armes nucléaires à bord. Le sous-marin reste échoué jusqu’au 5 novembre, puis est dégagé par des remorqueurs suédois, escorté dans les eaux internationales et remis aux soviétiques. L’incident est considéré à l’époque comme une preuve des infiltrations constantes de la flotte soviétique au large des côtes suédoises.


GÉOPOLITIQUE ET STRATÉGIE

Australie/Indonésie/Japon/États-Unis/Royaume-Uni/Singapour :
La marine australienne a multiplié ces dernières semaines ses participations dans des exercices multilatéraux en région indopacifique. Le patrouilleur de classe Armidale, l’HMAS Ararat, a ainsi effectué un exercice de patrouille avec deux navires indonésiens, au cœur des espaces marins séparant les deux pays (AustralianMoD). Par ailleurs, les frégates de classe Anzac HMAS Ballarat et Sirius, se sont jointes à l’exercice Maritime Partnership Exercise (MPX) 2021, aux côtés des marines japonaise, américaine et britannique. L’exercice avait pour objectif d’améliorer leur interopérabilité dans les missions visant la stabilité et la sécurité de la région (NavalNews). Enfin, les forces armées singapouriennes ont mené leur exercice annuel Wallaby 21, comportant un volet naval, dans la baie australienne de Shoalwater, témoignant également des liens étroits entre les armées des deux pays (NavalTechnology).

Russie/Chine/Japon:
Le 18 octobre, des bâtiments russes et chinois ont traversé ensemble le détroit de Tsugaru, qui sépare les îles japonaises d’Honshu et d’Hokkaido, ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. La veille, les même marines avaient terminé l’exercice Maritime Interaction-2021, mené conjointement du 14 et 17 octobre en mer du Japon. Le franchissement du détroit par la flottille sino-russe s’est fait via une étroite bande d’eaux internationales, mais la force d’autodéfense maritime japonaise a été mise en alerte pour surveiller ces activités (Opex360).


INDUSTRIE DE DÉFENSE

Selon des informations rendues publiques par le ministère chinois de la défense le 23 octobre, la Chine a mis en service le premier exemplaire de ses patrouilleurs de « classe 10 000 tonnes ». Nommé Haixun 09, le navire est attaché à l’administration de sécurité maritime de la province de Guangdong. D’une longueur de 165 mètres pour un déplacement de 13 000 tonnes, le Haixun 09 devra assurer des patrouilles maritimes, des missions de recherche et de sauvetage en mer ainsi que des missions de prévention et de lutte contre la pollution (NavyRecognition).

Le sous-marin nucléaire lanceur d'engins russe Knyaz Oleg, de la classe Borei-A, a procédé à un tir d'essai d'un missile balistique intercontinental (ICBMBulava. Ce tir, effectué en position sous-marine depuis la mer Blanche vers le champ de tir de Kura au Kamtchatka, s'est déroulé avec succès (Tass).

La marine turque a réceptionné son premier drone Aksungur, fabriqué par l'entreprise Turkish Aerospace Industries, après que celui-ci ait passé avec succès tous les tests. Le drone de 750 kg a une autonomie d’au moins 50 heures et est chargé de 12 munitions intelligentes MAM-L. Il sera déployé sur la base aéronavale de Dalaman à Mugla. La marine turque compte désormais dix-sept drones (Navalnews).


MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

Les actes de brigandage et de piraterie sont en hausse dans le secteur Est du détroit de Singapour. Le jeudi 21 octobre, le centre d'information de l'Organisation asiatique de lutte contre la piraterie a publié un rapport recensant 32 incidents depuis le début de l'année. Il souligne également une concentration des incidents (22) au large de Tanjung Pergam. Aucune arrestation n’ayant pu avoir lieu, l'organisation prévient que ces actes pourraient se reproduire (MeretMarine).

Le port de Salalah et l'entreprise de transport maritime Maersk ont décidé de lancer un nouveau plan de transport multimodal reliant le secteur portuaire à la zone franche d'Al-Mazyunah. L'ouverture de cette ligne logistique a pour objectif de soutenir le développement des petites et moyennes entreprises de la région au Sultanat d’Oman et au Yémen (PortNews).


Pour vous abonner ou abonner vos relations, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr
Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur Linkedin, Facebook et Twitter.

Cliquez ici si vous souhaitez ne plus recevoir nos publications.

Le 02/10/2020.

 

DÉFENSE ET STRATÉGIE

 

Chine/Japon/Taiwan :

Dans le cadre des tensions sino-japonaises autour des îles Diaoyu / Senkaku, un groupe parlementaire japonais a demandé à son gouvernement de lancer une série de mesures pour affirmer la souveraineté japonaise sur ces îles. Parmi ces recommandations, on peut relever le lancement d'un exercice naval américano-japonais en mer de Chine orientale, mais aussi le développement de nouvelles capacités amphibies et des efforts à faire en matière de drones de surveillance et d’équipements défensifs (BusinessWorld). Dans le même temps, des activistes taiwanais ont fait route vers les Diaoyu / Senkaku pour protester contre la décision des autorités japonaises de renommer celles-ci. En effet, Taïwan revendique également la souveraineté sur ces îles, situées au Nord-Est de ses côtes (TaiwanNews).

 

États-Unis/Ukraine :

Mardi 29 septembre, le destroyer américain USS Roosevelt, la vedette ukrainienne Starobilsk, les canonnières Nikopol et Kastopol, – elles aussi ukrainiennes – ainsi que des hélicoptères des deux pays, ont participé à des exercices conjoints en mer Noire. Cet exercice est, selon l’US Navy, une opportunité pour les forces navales américaines et ukrainiennes de renforcer leurs capacités de manœuvre et de coopération, l’objectif étant de garantir plus efficacement la sécurité maritime régionale (USNINews).

 

États-Unis :

Un exercice américain interarmées a été organisé il y a quelques jours en mer des Philippines. Dans la continuité du précédent exercice, Valiant Shield, il avait pour objectif d'appuyer les opérations de la VIIe flotte américaine en Indo-Pacifique. Les forces en présence ont mené de nombreuses manœuvres et exercices de tir (NavalTimes).

 

 

INDUSTRIE DE DÉFENSE

 

Le chantier naval de Canton a livré un patrouilleur de 10 000 tonnes à la Guangdong Maritime Safety Administration, une agence régionale affiliée au ministère des Transports, en charge des affaires et du transport maritimes. Baptisé Haixun et équipé d'une plateforme hélicoptère, il est le plus imposant patrouilleur chinois. Il devrait être admis au service actif très prochainement et son rôle sera de mener des missions de police, mais aussi de coordonner l'assistance en mer et la lutte contre la pollution (NavalNews).

 

Le 29 septembre a été mené avec succès le premier tir d’essai du missile de croisière antinavire turc ATMACA, équipé de systèmes de navigation inertielle et GPS. Son développement avait été engagé en 2009 avec la signature d’un contrat entre le gouvernement turc et l’entreprise d’armement nationale Roketsan, confiant à cette dernière la conception et la production d’un missile de croisière pour les forces navales turques. Une fois produit, il équipera des patrouilleurs, corvettes et frégates (NavyRecognition).

 

À l'occasion d'une cérémonie le 23 septembre à Bandar Abbas, la marine iranienne a reçu 188 drones et hélicoptères navals. Trois nouveaux modèles de drones à décollage et atterrissage verticaux (VTOL) ont été dévoilés : le Sepehr, le Shabab-2, et l'Hodhod-4. La sixième version du drone Mojaher, désormais dotée d'une capacité d'emport de 4 missiles, a également rejoint la flotte de Téhéran à cette occasion. En marge de la cérémonie, le commandant du Corps des Gardiens de la révolution islamique a par ailleurs déclaré qu'un de leurs drones avait détecté et pris des clichés du porte-avions USS Nimitz (CaspianNews).

 

 

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

 

L’épave du sous-marin Ariane, submersible de 410 tonnes coulé le 19 juin 1917 par un sous-marin allemand au large de Tunis, a été retrouvée à 50 mètres de profondeur au large du cap Ras Adar. Le sous-marin, commandé par le lieutenant de vaisseau Léon Viort, avait pour mission de patrouiller les eaux tunisiennes, parcourues par les submersibles allemands. Seulement 8 marins sur les 30 présents à bord survécurent au naufrage (Opex360).

 

Dans le cadre des nouvelles routes de la soie, le port de Rotterdam a récemment obtenu sa première connexion ferroviaire avec la ville chinoise de Xi'An. Le port de Rotterdam constitue un hub stratégique, notamment pour le déchargement de marchandises en provenance d’Irlande, qui peuvent ensuite être expédiées vers la Chine par le rail. (PortNews).

 

La compagnie française CMA-CGM a fait l'objet le 28 septembre d'une cyberattaque massive par le rançongiciel Ragnar Locker. De nombreux sites et filiales ont été touchés, poussant l'armateur à interrompre temporairement les accès externes à son réseau et à ses applications informatiques. Selon un communiqué de la société publié deux jours plus tard, la situation serait toutefois partiellement rétablie, notamment au niveau des communications (MeretMarine).

 

 

Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des @mers, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur Facebook et Twitter.

Le 29/09/2020.

 

29 septembre 1513 :

Vasco Nuñez de Balboa atteint le premier l'Océan Pacifique. Né en Espagne en 1475 et inspiré par l'expédition menée par Christophe Colomb en Amérique, Nuñez de Balboa parcourt dès 1501 les côtes de la mer des Caraïbes. À partir de 1509, au nom de la couronne espagnole, il participe à la conquête de la « Tierra Firme », qui correspond aux actuels Vénézuela, Panama et Colombie. Sur cette dernière, il établit une première colonie permanente à Santa Maria la Antigua, un an plus tard. Dans sa volonté d’accroître de nouveaux espaces au profit de l’Espagne, il entreprend une nouvelle expédition à travers l'isthme de Panama en 1513. Celle-ci a pour but de découvrir la « mer du Sud », le futur océan Pacifique. Atteinte le 29 septembre 1513, elle devient le jour-même une possession du roi d’Espagne. Si Vasco Nuñez de Balboa est exécuté pour traîtrise envers la monarchie espagnole en 1519, sa découverte de l’océan Pacifique est l’un des faits majeurs de son époque après celle de l’Amérique.

 

           

DÉFENSE ET STRATÉGIE

 

États-Unis :
À l'occasion de l'audition plénière du 23 septembre de la Commission des forces armées des États-Unis (HASC), un groupe d'experts issu de plusieurs think tank a soutenu la nécessité de renforcer la présence militaire américaine dans l'océan Pacifique. Selon eux, la récente proposition des Palaos d'autoriser les États-Unis à construire des bases militaires sur leur archipel serait pour Washington une opportunité stratégique, permettant de contrer l'expansion chinoise dans l'océan Pacifique (USNI).

 

France/OTAN :

L'exercice Dynamic-Mariner 20 – rassemblant d'importants moyens de surface, sous-marins et aériens, issus de sept marines de l’alliance – est en cours au large des côtes françaises. Celui-ci vise à certifier la capacité de la Force aéromaritime française de réaction rapide (FRMARFOR) à assurer le commandement de la composante maritime de la Force de réaction de l’OTAN (NRF), en vue de sa prise d’alerte pour un an, à partir du 1er janvier 2021 (MinistèredesArmées)

 

Inde/Japon :

Le ministère de la Défense indien a annoncé le déroulement d'un exercice bilatéral indo-japonais en mer d'Arabie, du 26 au 28 septembre. Baptisé JIMEX 20, celui-ci a vu le déploiement de divers bâtiments de surface dont un porte-hélicoptères de classe Izumo, deux destroyers et une frégate, ainsi qu'un avion de patrouille maritime P-8I. C'est la quatrième édition de cet exercice, qui a lieu tous les deux ans et qui vise à renforcer l'interopérabilité des deux marines (NavyRecognition).

 

Chine/Équateur/Pérou :

La marine équatorienne a confirmé la présence d’une large flotte de pêche chinoise, comptant près de 300 navires, dans les Galápagos. Cette flotte a quitté l’archipel, où elle pêchait illégalement, pour les eaux internationales au large du Pérou. La présence d’une flotte aussi importante représente un danger pour la sécurité alimentaire de ces pays, très dépendants des ressources halieutiques. La taille réduite des marines régionales ne permet d’ailleurs pas une défense efficace de ces ressources face à la pêche illégale (VOANews).

 

 

INDUSTRIE DE DÉFENSE


Une photographie postée sur les réseaux sociaux chinois montre un trimaran très similaire au navire de surface autonome (USV) Sea Hunter de l'US Navy. La principale mission de l'USV américain consiste à « se verrouiller » sur un sous-marin diesel-électrique – les sous-marins nucléaires étant trop rapides – afin de le poursuivre en continu. La Chine pourrait ainsi vouloir obtenir les mêmes capacités que celles du Sea Hunter américain (USNI).

D'après les éléments préliminaires d'un rapport à paraître, le Future Navy Force Study, l'U.S Navy devrait accroître ses capacités de plus de 30 % pour atteindre un nombre de bâtiments compris entre 480 et 534 éléments. Pour ce faire, une des pistes explorées est la construction de bâtiments plus légers, mais aussi sans pilote, afin de faciliter leur mise en œuvre. Ce rapport, commandé par le secrétaire à la Défense des États-Unis, est fondé sur un long travail de modélisation et de wargaming par ordinateur (DefenseNews).

La société norvégienne Vestdavit, principal fournisseur de bossoirs dans le monde, a conclu un accord avec l’entreprise de construction navale Austal AustraliaVestdavit doit fournir à cette dernière douze systèmes de mise à l’eau et de récupération de bateaux. Ces systèmes seront installés sur six nouveaux navires de patrouille de classe Cape (CCPB), en cours de construction pour la marine australienne dans le chantier naval d’Austal en Australie-Occidentale (gCaptain).

 

 

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

 

Une lettre de l'Arabie saoudite adressée au Conseil de sécurité des Nations unies (CSNU) fait état de la présence d'une nappe de pétrole à environ 50 km à l'ouest du Yémen, au large d'Al-Hodeïda. Elle serait issue de la fuite d'un pipeline attaché au navire de stockage et de déchargement de pétrole (FSO) yéménite Safer. Ce pétrolier vieillissant, qui préoccupe depuis quelques temps le CSNU, n'aurait pas été entretenu depuis 2015 à cause de la guerre civile (OffshoreEnergy).        

Malgré les sanctions commerciales imposées par les États-Unis à l'Iran, les exportations iraniennes de brut ont augmenté en septembre 2020. L'Iran arrive en effet à contourner les sanctions qui impactent fortement son économie en falsifiant certains documents pétroliers, permettant ainsi de cacher l'origine des cargaisons. D’autres procédés consistent à couper les système AIS des pétroliers iraniens pendant leurs voyages ou à stocker les invendus à l’étranger, comme par exemple en Chine (MarineLink).

 

A partir de la fin de l’année, le chantier naval sibérien Zvezda construira dix méthaniers brise-glace de classe Arc 7. Ces navires sont destinés au projet Arctic LNG 2, qui désigne la construction d’une gigantesque usine de liquéfaction de gaz naturel sur la péninsule de Gydan, dans les régions arctiques russes. Les méthaniers de classe Arc 7 feront 300 m de long, 48,8 m de large et pourront transporter 172 600 m3 de gaz naturel liquéfié chacun (PortNews).

 

 

Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des @mers, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur Facebook et Twitter.

Le 25/09/2020.

 

27 septembre 1748 :

Dissolution du corps des galères en France. Créé sous le règne de Charles IX en 1560, le corps des galères royales atteint son apogée sous Louis XIV, avec plus de 40 unités au début du XVIIIe siècle. Alors qu’il s’agit avant tout d’un instrument de répression pénale en France, une partie de son équipage, la chiourme, est constitué de condamnés de droit commun ou politiques. Dès le XVIe siècle, la galère, dépassée technologiquement, est supplantée pour les navigations océaniques et les combats par les vaisseaux de haut bord. Sans réelle efficacité militaire et considéré comme trop onéreux, le corps des galères est alors dissous et intégré dans la Marine royale par une ordonnance de Louis XV, le 27 septembre 1748.

 

 

DÉFENSE ET STRATÉGIE

 

États-Unis/Iran :

En dépit d'une situation très tendue entre les États-Unis et l'Iran dans le détroit d'Ormuz, la Marine américaine souligne qu'il n'y a pas eu d'altercation récente malgré le survol du porte-avions USS Nimitz par un drone iranien lors de son passage dans le détroit d’Ormuz. La Marine américaine reste néanmoins extrêmement prudente et prête à intervenir en cas d'éventuelle agression iranienne (NavyTimes).

 

Royaume-Uni/États-Unis :

Le porte-aéronefs britannique HMS Queen Elizabeth va participer à un exercice de l’OTAN au large de la côte Nord-Est de l’Écosse. À cette occasion, il accueillera deux flottilles de F-35B : une escadrille de la Royal Air Force et une autre du corps des Marines américains. Le navire transportera au total  14 avions et 8 hélicoptères, ce qui représente la plus grande concentration d’avions de combat à opérer en mer à partir d’un porte-avions de la Royal Navy depuis 1983 (DefenseWorld.net).

Inde/Australie :
Les marines indienne et australienne ont participé cette semaine à un exercice naval conjoint de deux jours dans l’Est de l’Océan indien. À cette fin furent mobilisés une frégate, une corvette et un patrouilleur indiens ainsi qu’un destroyer australien, accompagnés d’hélicoptères des deux pays. L’exercice, destiné à améliorer leurs capacités manœuvrières et de combat, constitue une nouvelle étape dans le renforcement de la coopération en matière de défense entre Canberra et New Delhi (TheTimesOfIndia).

Corée du Nord/Corée du Sud  :
Le 24 septembre, le ministère de la Défense sud-coréen a déclaré qu’un fonctionnaire appartenant au ministère des Océans et des Pêches avait été abattu par des marins nord-coréens. En service à bord d'un navire d'inspection de 500 tonnes, celui-ci se serait jeté à l’eau et aurait tenté de faire défection vers le Nord. Même si de nombreux incidents ont déjà eu lieu dans les eaux situées au large de l'île frontalière de Yeonpyeong, celui-ci est intervenu dans le cadre particulier de la surveillance accrue des frontières du Nord, afin de prévenir l’arrivée de porteurs de la covid-19 dans le pays (
TheNewYorkTimes).

 

 

INDUSTRIE DE DÉFENSE

 

D'après le ministère de la Défense russe, la corvette de classe Buyan-M Graivoron de la flotte de la mer Noire a commencé ses premiers essais à la mer. Armé du missile de croisière Kalibr-NK et ayant un déplacement de 949 tonnes, elle sera le quatrième bâtiment de sa classe à rejoindre Sébastopol et le huitième à rejoindre la flotte russe. Ce type de corvette est également présent au sein des flottes des mers Caspienne et Baltique (NavalNews).

 

L'entreprise française ECA Robotics a récemment signé un contrat pour la construction de 12 navires sans pilotes, dans le cadre du programme de renouvellement de navires de guerre des mines des marines belge et néerlandaise. Ces nouveaux navires, conçus par le consortium belgo-néerlandais Belgium Naval and Robotics, seront équipés de systèmes destinés à la chasse aux mines comprenant des drones de surface, sous-marins et aériens (NavalNews).

 

Ce 15 septembre, l’escadron d’hélicoptères de combat 22 de l’US Navy (HSC-22), basé sur la côte Est des États-Unis, a reçu son premier hélicoptère sans pilote MQ-8C Fire Scout. Le MQ-8C, développé par la compagnie Northrop Grumman, doit permettre à l’escadron d’assurer ses missions de soutien à la flotte avec plus d’efficacité. Il est en effet conçu pour remplir automatiquement des missions de reconnaissance, d’appui-feu aérien ou encore d’aide au ciblage de précision (NavyRecognition).

 

 

MARINE MARCHANDE ET DOMAINE MARITIME

 

Le Joint war committee du marché de l'assurance britannique Lloyd's et de l'International Underwriting Association of London, représentant les autres compagnies du marché londonien de l'assurance, a étendu la zone considérée à risques pour les armateurs dans le golfe de Guinée. Cette décision, intervient à la suite de l'augmentation des enlèvements dans la région et devrait avoir un impact conséquent sur les conditions de couvertures des armateurs et le montant de leurs assurances (MeretMarine).

 

Le 24 septembre, alors qu'un épais brouillard recouvrait les eaux à proximité de l'Øresund bridge - le pont reliant le Danemark à la Suède -, la frégate légère russe Kazanets 311 de classe Parchim est entrée en collision avec le navire frigorifique danois Ice Rose. La frégate russe n'aurait apparemment pas fait usage de son système d'identification automatique (AIS), conçu afin d'éviter les collisions (NavalNews).

 

Dans le cadre du soutien à la base brésilienne de Comandante Ferraz située en Antarctique, les entreprises Damen et Wilson Sons ont décidé de conclure un partenariat stratégique. En effet, ces dernières ont répondu à un appel d'offres qui prévoit la construction du nouveau navire de soutien antarctique (NapAnt). Ce bâtiment, destiné à assurer un soutien logistique à la base implantée sur le continent, pourra transporter un important volume de cargaisons (NavalToday).

 

Pour vous abonner, abonner vos relations ou vous désabonner des @mers, envoyez un mail à l’adresse suivante : cesm.editions.fct@intradef.gouv.fr

Retrouvez également l’ensemble de nos publications et activités sur Facebook et Twitter.

Le 22/09/2020.

24 septembre 1877 :

Bataille de Shiroyama, ultime soubresaut de la rébellion de Satsuma au cours de laquelle la classe des samouraïs s’oppose à la modernisation du Japon. La bataille de Shiroyama, près de la ville de Kagoshima, voit s’affronter les derniers samouraïs du seigneur Saigō aux troupes gouvernementales le 24 septembre 1877. Face aux retranchements complexes et à la crainte de la maîtrise du sabre par leurs adversaires, les troupes gouvernementales font précéder leur assaut d’une intense préparation d’artillerie. Celle-ci se relève particulièrement efficace grâce à la précision des tirs des cinq navires de guerre de la marine impériale embossés dans la baie. À l’issue des quelques heures de combat qui suivent, les unités de marins engagées à terre aux côtés de l’armée japonaise annihilent définitivement toute résistance des forces rebelles.

 

 

DÉFENSE ET STRATÉGIE

 

États-Unis/Golfe Arabo-Persique :

La Ve flotte américaine a annoncé le déploiement de l’USS Nimitz dans le golfe Arabo-Persique. Celui-ci est donc le premier porte-avions américain à franchir le détroit d’Ormuz depuis 10 mois, le dernier étant l'USS Abraham Lincoln en novembre 2019. Accompagné de deux croiseurs et d'un destroyer, il mènera des exercices avec les marines régionales et apportera un soutien aérien à l'opération Inherent Resolve dans le cadre de la coalition internationale en Irak et en Syrie. Le dernier capital ship américain dans la région, l'USS Eisenhower, avait ainsi maintenu une présence en mer d'Arabie sans jamais pénétrer dans le golfe (USNINews).

 

Chine/Indonésie :

Du 12 au 14 septembre, un navire des garde-côtes chinois a pénétré dans la ZEE de l’archipel indonésien des îles Natuna, au sud de la mer de Chine méridionale. Face à cette nouvelle intrusion, la marine indonésienne a décidé d’augmenter le nombre de patrouilles dans la zone. Si l’archipel des Natuna ne fait pas partie des revendications territoriales chinoises dans la région, Pékin s’intéresse toutefois à sa ZEE et à  ses importantes ressources halieutiques (News.com.au).

 

États-Unis/Vénézuéla :

Dans le cadre des tensions diplomatiques entre le Vénézuéla et le Guyana, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo s'est rendu chez son homologue guyanien. Les deux parties ont convenu de procéder au lancement d'opérations maritimes conjointes sur la frontière entre le Guyana et le Vénézuéla, fortement contestée par le gouvernement de Caracas. Ces opérations visent également à la protection des installations pétrolières américaines et guyaniennes, ainsi qu'à la lutte contre le trafic de drogue (MarineLink).

 

 

INDUSTRIE DE DÉFENSE

 

Le ministère de la Défense russe a annoncé que le brise-glace à propulsion nucléaire Arktika venait d'achever ses essais à la mer dans le golfe de Finlande et en mer Baltique. Issu d'un projet lancé en 2013, il interviendra dans la zone occidentale de l'Arctique, dans les mers de Barents, de Pechora et de Kara. Il est doté de deux réacteurs nucléaires et est capable d'avancer sans interruption dans une épaisseur de glace allant jusqu’à 2,8 mètres. À l’issue de ces essais, d’ici quelques jours, il devrait rejoindre le port de Mourmansk (NavalNews).

 

À la suite à de nombreux essais menés en Écosse, la Royal Navy a annoncé la mise en service prochaine de la version modernisée de ses torpilles lourdes Spearfish. Ces torpilles constituent l’arme principale des sous-marins britanniques depuis le début des années 1990. Leur modernisation, menée par BAE Systems depuis six ans, les a notamment dotées d’une nouvelle ogive plus puissante, censée augmenter leur efficacité contre les frégates, destroyers et autres navires de taille similaire (