KALININGRAD

 

Dans un article intitulé : "Suwalki entre Borussie et Biélorussie" datant du 21 mars 2022, "Stratediplo" attirait notre attention sur la trouée de Suwalki, entre Kaliningrad, la Pologne et la Lituanie, selon lui probale foyer d'une guerre future en continuité du conflit Ukranien.

 

Aujourd'hui, les évènements tendent à vérifier ces prévisions dramatiques.

 

Défaits en Ukraine, les USA n'ont pas abandonné leur objectif : Détruire la Russie politique, économique et militaire pour tenter de conserver leur domination du Monde !

 

Avec l'aide de l'Union Européenne, ils déplacent donc le conflit dans les pays Baltes, espérant sans doute impliquer la totalité des membres de l'OTAN...

 

...les milliers de morts en Ukraine ne leur suffisent pas !

 

JMR

 

Cet article est disponible sur la page "Le billet de Stratediplo" de ce site.

Voir aussi "Dans la tête de V. Poutine"


Fermeture de la Baltique ! Le 14/08/2022.

L'OTAN et ses membres livrent une nouvelle bataille contre la Russie

 

Tallinn et Helsinki ont discuté de l'intégration de batteries de missiles côtiers qui permettraient aux deux Etats occidentaux de bloquer la marine russe dans le golfe de Finlande, a annoncé vendredi le ministre estonien de la Défense.

Cela transformerait la mer Baltique en une «mer intérieure de l'OTAN», a déclaré le responsable, faisant écho aux commentaires faits plus tôt par les dirigeants polonais et lituaniens.

La Finlande a demandé à rejoindre le bloc militaire dirigé par les États-Unis.

« Nous devons intégrer nos défenses côtières. La portée de vol des missiles estoniens et finlandais est supérieure à la largeur du golfe de Finlande », a déclaré le ministre estonien de la Défense Hanno Pevkur au journal finlandais Iltalehti.

L’échec du blocus de Kaliningrad par la Lituanie constitue une défaite pour les États-Unis

Par Andrew Korybko − Le 17 juillet 2022 − Source Oriental Review

andrew-korybko

Il serait erroné de supposer que ce développement induit une séparation transatlantique entre l’UE et les États-Unis : il ne se passe rien de tel. Au lieu de cela, contrairement à ce que l’on aurait pu attendre, l’UE a repoussé les États-Unis après que ceux-ci ont outrepassé leurs droits en provoquant une crise majeure entre la Russie et le bloc en exploitant la situation de la Lituanie.

La Commission européenne a clarifié une chose : la Lituanie ne devrait pas interpréter les sanctions anti-russes prononcées par l’instance exécutive européenne comme un feu vert à pratiquer un blocus sur Kaliningrad. Cette clarification suggère que le bloc européen n’est pas à l’aise avec l’influence déstabilisatrice que les États-Unis sont soupçonnés d’exercer sur ce pays balte. Vilnius avait interprété unilatéralement ces restrictions comme un prétexte à fermer les connexions routières et ferrées entre la Russie et l’enclave russe de Kaliningrad ; il s’agissait davantage d’une provocation politique orchestrée par Washington dans l’objectif de manipuler les esprits des Occidentaux qu’une tentative de porter un coup aux conditions de vie des habitants de cette région, comme le présent auteur l’avait déjà expliqué à l’époque. La décision prise par Vilnius de se ranger derrière Bruxelles sur cette affaire constitue par conséquent une défaite plutôt inattendue pour l’hégémonie unipolaire en déclin.

Les États-Unis sont parvenus à réaffirmer leur hégémonie sur l’UE au travers d’un prétexte anti-russe au moment du début de l’opération militaire spéciale lancée par Moscou en Ukraine : ils ont réussi à amener leurs vassaux européens à sanctionner, en dépit de leurs intérêts, leur principal fournisseur de matières premières, et par là à déclencher une crise économique qui était tout à fait évitable, et qui a déjà amené l’euro à parité avec le dollar pour la première fois depuis vingt ans. Si des entreprises européennes finissent par mettre la clé sous la porte dans un avenir proche, leurs concurrentes étasuniennes ou britanniques en profiteront. En un mot, les États-Unis contrôlent pour l’instant presque totalement l’UE, mais ils ont fini par outrepasser leurs droits en amenant la Lituanie à pratiquer un blocus sur Kaliningrad, chose qui a provoqué une crise majeure entre la Russie et le bloc européen.

C’en a été trop pour les « Trois Grands » (la France, l’Allemagne et l’Italie), qui sont intervenues rapidement au travers des institutions européennes pour réaffirmer leur propre hégémonie plus directe sur ce pays balte, en clarifiant que les sanctions prononcées par le bloc ne peuvent pas être exploitées pour couper le transit de produits civils à destination de l’enclave russe par voie ferrée. Bien que la Lituanie soit un État vassal des États-Unis, elle est encore plus vassalisée à l’UE lorsque les choses s’aggravent. Vilnius n’a pas les moyens de défier la commission européenne, si bien qu’elle s’est rangée à la clarification édictée par celle-ci, et est revenue en arrière sur la volonté prononcée par Washington. La seule raison pour laquelle les choses se sont produites ainsi est que les « Trois Grands » ont estimé inacceptable de provoquer la Russie d’une manière aussi hardie, ce qui en dit long sur leur positionnement plus pragmatique vis-à-vis du conflit ukrainien.

Il serait cependant erroné de supposer que ce développement induit une séparation transatlantique entre l’UE et les États-Unis : il ne se passe rien de tel. Au lieu de cela, contrairement à ce que l’on aurait pu attendre, l’UE a repoussé les États-Unis après que ceux-ci ont outrepassé leurs droits en provoquant une crise majeure entre la Russie et le bloc en exploitant la situation de la Lituanie. Cette situation démontre que les plus grands vassaux européens des États-Unis accepteront à peu près n’importe quelle exigence prononcée par leur Seigneur, sauf si cela induit un risque de provoquer un conflit direct contre la Russie dans un scénario du pire ; c’est bien cela que craignaient certains observateurs avec le blocus de Kaliningrad orchestré par les États-Unis et prononcé par la Lituanie. En de tels cas, les « Trois Grands » ont prouvé qu’ils disposaient de la volonté politique pour intervenir de manière décisive a contrario des désirs de Washington.

Cinq enseignements sont à retirer de cet incident.

Pour commencer, les États-Unis vont exploiter les plus petits et les plus russophobes de leurs vassaux de l’UE pour provoquer une crise entre la Russie et le bloc européen.

Deuxièmement, si la crise est considérée par les décideurs des « Trois Grands » comme présentant un risque de conflit direct contre la Russie dans le pire des cas, ils vont intervenir de manière décisive pour l’éviter.

Troisièmement, cette intervention prend la forme d’une réaffirmation de leur propre hégémonie, sur le vassal choisi par les États-Unis pour provoquer la crise.

Quatrièmement, on ne s’attend pas à voir les États-Unis se quereller avec l’UE lorsque cela va se produire, car cela présenterait le risque de morceler l’unité du bloc, et affaiblir la plateforme du niveau plus élevé qui exploite le bloc pour « contenir » la Russie.

Et dernier point, ces différences inattendues entre l’UE et les États-Unis ne sont pas à interpréter comme induisant un écart entre eux.

Andrew Korybko est un analyste politique étasunien, établi à Moscou, spécialisé dans les relations entre la stratégie étasunienne en Afrique et en Eurasie, les nouvelles Routes de la soie chinoises, et la Guerre hybride.

Traduit par José Martí, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Accord UE-Russie sur l’approvisionnement de Kaliningrad - Le 13/07/2022.

Source : RzO Voltaire.

Un accord a été enfin conclu entre l’Union européenne et la Fédération de Russie sur l’approvisionnement de Kaliningrad.

Les Traités internationaux font obligation à la Pologne et à la Lituanie d’autoriser le transit via le corridor polonais de Suwalki et via les chemins de fer lituaniens.

Cependant les « sanctions » illégales de l’UE contre la Russie avaient dans un premier temps conduit à stopper le transit. Puis la Pologne avait rouvert le corridor de Suwalki à la circulation, mais le Lituanie avait maintenu la fouille des trains et l’interdiction des marchandises sous embargo.

L’impossibilité pour Moscou d’approvisionner son enclave de Kaliningrad était un motif légitime de guerre.

L’accord, qui établit une dispense aux « sanctions », semble satisfaire pleinement les deux parties.

La Lituanie poursuit le blocus de Kaliningrad

 | 7 JUILLET 2022

En application des sanctions unilatérales de l’Union européenne contre la Russie, le trafic entre la Fédération et son exclave de Kaliningrad par le corridor polonais de Suwalki et par les chemins de fer lituaniens a été interrompu.

Pourtant les Traités internationaux font obligation à la Pologne et à la Lituanie de garantir l’approvisionnement de Kaliningrad.

 

Un discret accord est intervenu entre Moscou et la Commission de Bruxelles qui a rétabli le transport sous condition par le corridor de Suwalki, mais la Lituanie refuse de l’appliquer considérant que le Conseil des chefs d’État européens ne l’a pas approuvé.

La politique de la corde raide de la Lituanie

par Scott Ritter - Le 02/07/2022.

Le rétablissement de la liaison ferroviaire entre la Russie et Kaliningrad est une nécessité urgente pour éviter un conflit dans les pays baltes qui inquiète l’OTAN depuis longtemps.

Le 18 juin, le gouvernement lituanien a donné suite à une décision de la Commission européenne selon laquelle les marchandises et le fret faisant l’objet de sanctions de l’Union européenne pouvaient être interdits de transit d’une partie de la Russie à l’autre, pour autant qu’ils passent par le territoire de l’UE.

Presque immédiatement, la Lituanie a pris des mesures pour empêcher la Russie d’expédier certaines catégories de marchandises et de matériaux par voie ferroviaire vers l’enclave russe de Kaliningrad, qui englobe l’ancienne ville portuaire de Konigsberg, en Prusse orientale, sur la Baltique, et ses environs. La Russie proprement dite les a absorbés à titre de réparations de guerre à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

La Lituanie a invoqué son obligation légale, en tant que membre de l’UE, d’appliquer les sanctions de l’UE visant la Russie. La Russie, invoquant un traité conclu en 2002 avec la Lituanie qui interdit ostensiblement une telle action, a qualifié la démarche lituanienne de blocus et a menacé de riposter militairement.

En tant que membre de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord, ou OTAN, la Lituanie bénéficie des garanties de sécurité collective énoncées à l’article 5 de la Charte de l’OTAN, qui stipule qu’une attaque contre un membre est une attaque contre tous. Par ses actions, la Lituanie a risqué d’amener la Russie et l’OTAN au bord d’un conflit armé, dont les conséquences pourraient être terribles pour le monde entier compte tenu des arsenaux nucléaires respectifs des deux parties.

Depuis le moment où la Russie a lancé son « opération militaire spéciale » en Ukraine, les nations qui composent l’OTAN ont été engagées dans une danse délicate autour de la question de savoir comment soutenir l’Ukraine et punir la Russie sans franchir la ligne de commettre un acte de guerre manifeste qui pourrait inciter la Russie à répondre militairement, déclenchant ainsi une série d’actions de cause à effet qui pourraient conduire à un conflit européen général, voire à la Troisième Guerre mondiale.

Une formation d’avions de chasse de l’OTAN survolant la Lituanie en 2015. (OTAN).

Rétrospectivement, les premiers débats dans les allées du pouvoir européen sur l’opportunité de fournir à l’Ukraine des armes lourdes semblent presque innocents par rapport à l’infusion massive d’armes qui a lieu aujourd’hui.

Même la Russie a adouci sa position intransigeante, alors qu’elle avait menacé de conséquences inimaginables toute nation qui interférerait avec son opération militaire en Ukraine.

Aujourd’hui, la situation a évolué au point que l’OTAN est engagée dans un conflit de facto par procuration avec la Russie sur le sol ukrainien, qui vise, pour parler franchement, à tuer autant de soldats russes que possible.

Les objectifs de la Russie 

La Russie, pour sa part, a adapté sa posture de manière à pouvoir absorber ces coups liés à l’OTAN tout en poursuivant ses objectifs militaires et politiques déclarés en Ukraine dans un but unique.

L’Ukraine a utilisé les armes et les renseignements fournis par l’OTAN avec un effet mortel sur le champ de bataille, tuant plusieurs généraux russes, coulant le navire amiral de la flotte russe de la mer Noire et tuant et blessant des milliers de soldats russes tout en détruisant des centaines, voire des milliers, de véhicules et d’équipements militaires.

La relative retenue de l’approche russe est évidente lorsqu’on la compare à l’hystérie des États-Unis pendant leurs deux guerres en Irak et en Afghanistan.

Qassem Soleimani, un général iranien qui a supervisé une résistance irakienne contre l’occupation américaine de l’Irak au milieu des années 2000 et qui aurait été responsable de la mort de centaines de militaires américains, a été assassiné par le gouvernement américain plus de dix ans après ses activités présumées. Et il y a seulement un an, les médias américains étaient en émoi devant les allégations (qui se sont avérées fausses par la suite) selon lesquelles la Russie offrait des primes aux Taliban pour tuer des soldats américains stationnés en Afghanistan.

Cette dernière affirmation illustre parfaitement l’hypocrisie des États-Unis aujourd’hui. La revendication de la « prime » était fondée sur une seule attaque qui a fait trois morts parmi les militaires américains. Aujourd’hui, les États-Unis se vantent ouvertement d’avoir tué des centaines de Russes en Ukraine.

Lignes rouges

Les lignes rouges de la Russie en Ukraine ont évolué pour englober deux principes de base : aucune intervention militaire directe des forces de l’OTAN sur le sol ou dans l’espace aérien ukrainien et aucune attaque contre la Russie proprement dite.

Même dans ce domaine, la Russie a fait preuve d’une grande patience, tolérant la présence des forces d’opérations spéciales américaines en Ukraine et se retenant lorsque les forces ukrainiennes, très probablement soutenues par des renseignements fournis par l’OTAN, se livrent à des attaques limitées contre des cibles situées en Russie.

Plutôt que de répondre en attaquant les « centres de décision » hors d’Ukraine responsables du soutien de ces actions, la Russie s’est engagée dans une campagne graduée d’escalade à l’intérieur de l’Ukraine, frappant les armes mêmes livrées sous la surveillance des commandos américains et des forces ukrainiennes qui les utilisent.

C’est dans ce contexte que la décision lituanienne d’imposer un blocus ferroviaire à la Russie semble s’écarter radicalement de la politique actuelle de l’OTAN et de l’UE.

La Russie a immédiatement fait connaître sa colère, indiquant qu’elle considérait les actions lituaniennes comme un acte de guerre manifeste qui, s’il n’était pas inversé, entraînerait des mesures « pratiques » en dehors du domaine de la diplomatie pour rectifier la situation.

La rhétorique est cependant montée d’un cran lorsque Andrey Klimov, un sénateur russe qui préside la Commission pour la défense de la souveraineté de l’État, a qualifié l’action lituanienne d’« acte d’agression » qui amènerait la Russie à chercher à « résoudre le problème du transit de Kaliningrad créé par la Lituanie par TOUT moyen choisi par nous ».

La fente de Suwalki
La fente de Suwalki. (Jakub Luczak, Wikimedia Commons).

Depuis des années, l’OTAN s’inquiète de la possibilité d’une guerre avec la Russie dans les pays baltes. Une grande partie de l’attention de l’OTAN s’est concentrée sur la défense de la « fente de Suwalki », une portion de frontière de 96 kilomètres entre la Pologne et la Lituanie qui sépare la Biélorussie de Kaliningrad. Les experts militaires occidentaux ont longtemps supposé qu’en cas de conflit entre la Russie et l’OTAN, les forces russes chercheraient à avancer sur la fente de Suwalki, joignant Kaliningrad à la Biélorussie et coupant les trois pays baltes du reste de l’Europe.

Mais alors que l’OTAN s’est concentrée sur la défense de la fente de Sulwaki, un législateur russe a suggéré que toute attaque militaire russe dans les pays baltes éviterait d’impliquer la Biélorussie. Elle viserait plutôt à sécuriser un pont terrestre entre Kaliningrad et la Russie en remontant vers le nord, le long de la côte baltique, jusqu’à Saint-Pétersbourg.

Une série de jeux de guerre menés par RAND vers 2014 a montré que l’OTAN n’était, à l’époque, pas en mesure de défendre correctement les pays baltes contre une attaque russe concertée. Selon les résultats des jeux de guerre, les forces russes ont pu envahir les pays baltes en une soixantaine d’heures.

Des projections similaires des prouesses offensives russes contre l’Ukraine – où certains responsables militaires, dont le président américain des chefs d’état-major interarmées, le général Mark Miley, ont prédit que les forces russes prendraient Kiev en 72 heures – se sont révélées fausses. Mais la réalité est que les armées des trois pays baltes ne sont pas à la hauteur de celles de l’Ukraine, ni en qualité ni en quantité, et il ne fait guère de doute que la Russie, même distraite en Ukraine, pourrait porter un coup fatal aux armées des trois pays baltes.

L’escalade de la rhétorique
Vladimir Dzhabarov en 2021. (Council.gov.ru, CC BY 4.0, Wikimedia Commons).

La rhétorique de la Russie continue de s’intensifier. Vladimir Dzhabarov, chef adjoint de la Commission des affaires étrangères de la chambre basse du Parlement russe, a menacé que toute poursuite du blocus de Kaliningrad « pourrait conduire à un conflit armé », notant que « l’État russe doit protéger son territoire et assurer sa sécurité. Si nous constatons qu’une menace pour notre sécurité se traduit par une perte de territoire, nous prendrons certainement des mesures extrêmes, et rien ne nous arrêtera ».

S’il y a une chose à retenir de l’opération militaire russe en Ukraine, c’est que la Russie ne bluffe pas. L’OTAN et le reste de l’Europe peuvent être assurés qu’à moins qu’une solution ne soit trouvée pour mettre fin au blocus de Kaliningrad par la Lituanie, il y aura une guerre entre l’OTAN et la Russie.

En gardant cette réalité à l’esprit, l’UE travaille à un arrangement de compromis avec la Lituanie qui vise à ce que la connexion ferroviaire russe avec Kaliningrad revienne à la normale dans un avenir proche. Cet accord doit toutefois être satisfaisant pour la Russie, ce qui est encore incertain.

Contrairement au conflit ukrainien, une guerre dans les Balkans aura des aspects existentiels pour les deux parties, ce qui implique la possibilité – voire la probabilité – de l’utilisation d’armes nucléaires. C’est une issue qui ne profite à personne et qui menace tout le monde.

source : Consortium News

traduction Réseau International

La Lituanie pourrait avoir allumé la mèche de la troisième guerre mondiale

 

par Larry Johnson - Le 21/06/2022.

Dans un geste d’une stupidité et d’un orgueil stupéfiants, la Lituanie a interdit le transit de marchandises russes vers Kaliningrad à compter du 18 juin 2022. Kaliningrad, qui est coincée entre la Pologne à l’ouest et la Lituanie à l’est, abrite près d’un demi-million de Russes et constitue le quartier général de la force de la marine russe en mer Baltique.

La Lituanie affirme qu’elle ne fait que se conformer aux sanctions imposées par l’Union européenne. Après tout, la Lituanie est membre de l’Union européenne et de l’OTAN. Mais c’est bien là le problème. Il s’agit d’une provocation délibérée. Elle assiège économiquement un intérêt vital de la Russie. Bien qu’il n’y ait pas de danger immédiat pour la population russe de Kaliningrad, il s’agit d’un point chaud qui pourrait conduire à une véritable guerre, par opposition à une opération militaire spéciale.

Quelle est la différence entre une opération militaire spéciale et une guerre ? Dans le cadre d’une opération militaire spéciale, les communications, l’infrastructure électrique, l’infrastructure de transport et les dépôts de carburant restent largement intacts. Dans une opération militaire spéciale, vous essayez de minimiser les pertes civiles et militaires.

D’un autre côté, la guerre est terrifiante. Si la Russie opte pour la guerre, la retenue qui a caractérisé ses activités en Ukraine sera remplacée par une attaque en règle contre les installations et les moyens militaires clés de la région, ainsi que par la destruction des ressources de l’adversaire en matière de communications, d’électricité, de transport et de carburant. Cela inclut probablement la mise hors service des systèmes critiques de communication par satellite et de collecte de renseignements des États-Unis et de l’Europe.

Kaliningrad, anciennement connue sous le nom de Königsberg, a été placée sous le contrôle de l’Union soviétique en 1945, conformément aux termes de l’accord de Potsdam, qui était soutenu par les États-Unis et la Grande-Bretagne. Le peuple russe a payé de son sang cette terre en 1945 et ne va pas l’abandonner face aux brimades ou aux menaces de l’Ouest. Si vous voulez donner un coup de bâton à un ours en colère, il vaut mieux être sûr que cet ours est enfermé et qu’il ne peut pas vous attraper. La Russie n’est certainement pas enfermée dans une cage.

source : Sonar 21

traduction Réseau International

« Le siège de Kaliningrad va-t-il déclencher la 3ème guerre mondiale ? »

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Kaliningrad.

 

Ce lieu est peu connu du grand public.

 

Mais, dans les prochaines semaines, il est fort probable que tous les Européens sachent placer Kaliningrad sur la carte parce qu’il se pourrait fort bien que nous nous acheminions vers un nouveau blocus de Berlin mais cette fois à l’envers.

 

L’histoire sait se montrer particulièrement ironique.

 

L’Otan avait du ravitailler Berlin par les airs suite au blocus des Soviétiques de cette enclave de l’Ouest à l’Est.

 

La fin de la guerre froide a enfanté une nouvelle enclave. Elle est d’ailleurs appelée « exclave » par les Russes.

 

C’est Kaliningrad, un territoire russe perdu en plein cœur de l’Union Européenne, et encerclé entre la Lituanie au nord et la Pologne au sud et sans accès direct avec la Russie dont la première ville se trouve à 600 kilomètres. Vous voyez également la proximité avec l’Ukraine et la Biélorussie.

 

Pourquoi vous parler de Kaliningrad aujourd’hui ?

 

D’abord parce qu’il ne fallait pas être grand clerc pour savoir qu’il fallait garder un œil attentif sur cette zone terriblement stratégique et terriblement problématique pour l’ensemble des parties en présence.

 

Ensuite parce que ce qui était prévisible est en train de se matérialiser.

 

Alors que le conflit entre la Russie et l’Union Européenne continue de s’amplifier et que personne ne semble vouloir négocier quoi que ce soit, comment voulez-vous que l’Europe face l’impasse sur cette enclave russe dans au sein de son territoire, une enclave russe ou les avions de chasse russes peuvent décoller et menacer Berlin ou Varsovie en quelques secondes, un lieu ou rien n’empêche la Russie de disposer des missiles hypersoniques et nucléaire si elle le souhaite.

 

Du côté russe, la présence de cette ile russe au cœur même de l’Europe est un sacré atout stratégique et une épine qu’elle peut aimablement triturer dans le pied des Européens.

 

Kaliningrad est une double basse russe.

 

Une base navale, siège de la flotte russe de la Baltique et aussi une base militaire aérienne.

 

Ci-dessous vous avez la base navale de l’armée russe quand vous regardez la carte c’est à la gauche de Kaliningrad sur une sorte de presqu’ile. 

Au-dessus de la ville de Kaliningrad, vous avez également l’aéroport, ou il y a plus d’avions de chasse que d’avions civils !

 

Nous allons donc avoir un gros problème avec cette enclave de Kaliningrad.

D’ailleurs, cela vient de commencer, ce week-end, puisque la Lituanie vient d’annoncer la mise en place d’un blocus pour le moment partiel concernant Kaliningrad et les approvisionnements par voies terrestres et notamment via les chemins de fer.

La Lituanie déclare que les sanctions sur les marchandises à destination de Kaliningrad entrent en vigueur

Voici ce que rapporte l’agence Reuters.

« Les autorités lituaniennes ont déclaré qu’une interdiction du transit par leur territoire vers l’enclave russe de Kaliningrad de marchandises faisant l’objet de sanctions de l’UE devait entrer en vigueur samedi.

La nouvelle de l’interdiction est tombée vendredi, via une vidéo publiée par le gouverneur de la région, Anton Alikhanov.

La liste des sanctions de l’UE comprend notamment le charbon, les métaux, les matériaux de construction et les technologies de pointe, et Alikhanov a déclaré que l’interdiction couvrirait environ 50 % des articles importés par Kaliningrad.

Son démarrage immédiat a été confirmé par la branche fret des chemins de fer nationaux lituaniens dans une lettre aux clients suite à une « clarification » de la Commission européenne sur le mécanisme d’application des sanctions.

Exhortant les citoyens à ne pas recourir aux achats de panique, Alikhanov a déclaré que deux navires transportaient déjà des marchandises entre Kaliningrad et Saint-Pétersbourg, et sept autres seraient en service d’ici la fin de l’année.

« Nos ferries traiteront toute la cargaison », a-t-il déclaré samedi.

Un porte-parole du service ferroviaire lituanien a confirmé le contenu de la lettre mais a refusé de commenter davantage. Le ministère des Affaires étrangères n’a pas répondu à une demande de commentaires de Reuters.

Le vice-ministre lituanien des Affaires étrangères, Mantas Adomenas, a déclaré à la chaîne publique que son institution attendait « des éclaircissements de la Commission européenne sur l’application des sanctions européennes au transit de marchandises à Kaliningrad ».

Prise en sandwich entre la Pologne et la Lituanie, membres de l’UE et de l’OTAN, Kaliningrad est approvisionnée par la Russie via des rails et des gazoducs à travers la Lituanie.

Abritant le quartier général de la flotte russe de la mer Baltique, l’enclave a été prise à l’Allemagne nazie par l’Armée rouge en avril 1945 et cédée à l’Union soviétique après la Seconde Guerre mondiale ».

Point de la situation au 20 juin 2022.

Kaliningrad n’est pas coupée du monde mais va subir une réduction massive de ses approvisionnements.

L’Union Européenne dans le cadre de ses sanctions pourrait-être tentée d’aller encore plus loin.

Les Russes ont annoncé qu’ils allaient ravitailler Kaliningrad non pas par un pont aérien comme ce fut le cas pour Berlin, mais par la mer avec un « pont » maritime.

L’Union Européenne pourrait-être tentée de monter les enchères et de déclarer une forme de blocus maritime ou de zone d’exclusion avec fouille des navires pour s’assurer que les Russes ne transportent pas d’armements susceptibles de menacer l’Union Européenne.

En effet, si les Russes se sentent menacés par l’Otan en Ukraine, l’Union Européenne peut se sentir « légitimement » menacée par Kaliningrad.

La Russie veut un bout de l’Ukraine?

L’Europe veut Kaliningrad.

Je ne vous parle pas ici de moralité mais de diplomatie, de négociations et de réalité géostratégique.

Kaliningrad va devenir un sujet, et cela pourrait même, en fonction de l’évolution de la situation devenir un prétexte de guerre et d’extension du conflit.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

 

 

Charles SANNAT

« La Russie prépare sa riposte au blocus de Kaliningrad ! L’Europe soutien la Lituanie. »

Logiquement, le sujet de l’enclave russe de Kaliningrad vient de s’inviter dans l’actualité.

Que s’est-il passé aujourd’hui ?

C’est très simple.

La Russie a annoncé qu’elle allait répondre à ce qu’elle considère comme un acte hostile à l’égard du territoire russe. Pendant ce temps, l’Union Européenne a apporté tout son soutien au blocus partiel initié par la Lituanie.

C’est ce que l’on appelle une montée des tensions ce qui n’a jamais cessé en réalité depuis le 24 février du début de l’intervention « spéciale » russe en Ukraine.

La Russie menace déjà ouvertement la Lituanie pour sa décision. Le, 20 juin, la chargée d’affaires de Lituanie Virginia Umbrasene a été convoquée au ministère russe des Affaires étrangères. Elle a reçu une « forte protestation » et les actions de la Lituanie ont été considérées comme « ouvertement hostiles ».

« Si dans un proche avenir le transit de fret entre l’oblast de Kaliningrad et le reste de la Fédération de Russie via la Lituanie n’est pas entièrement rétabli, la Russie se réserve le droit de prendre des mesures pour protéger ses intérêts nationaux », a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

Le porte-parole de Poutine, Peskov, a qualifié la décision de la Lituanie d’illégale, notant que la Russie est déjà en train de déterminer la réponse. Le conseil de la fédération affirme que la Russie sera « libre de résoudre le problème par tous les moyens » si l’UE ne rectifie pas la situation avec le « blocus de Kaliningrad ».

Le gouverneur de l’oblast de Kaliningrad, Anton Alikhanov, a déclaré que les autorités travaillaient sur des « mesures de représailles » qui pourraient affecter le « complexe de transport » des États baltes.

 

 

 

Une dynamique qui peut embraser l’Europe ! 

Les options russes sont très nombreuses. A priori au moment où j’écris ces lignes (nous sommes le mardi 21 juin 17h30), une réunion de sécurité d’urgence européenne va se tenir à partir de 18h30 tant les pressions exercées contre la Lituanie par la Russie sont jugées « préoccupantes ».

La Lituanie est membre de l’Otan et la Russie s’est engagée à garantir les frontières de la Lituanie à condition que cette dernière permette toujours le libre ravitaillement de l’enclave de Kaliningrad. 1 million de Russes habitent dans l’enclave. Jamais la Russie n’abandonnera un million de ses concitoyens.

La marine russe de la Baltique serait en train de se déployer de même que les troupes au sol au sein de l’enclave de Kaliningrad où des manœuvres auraient commencé.

La Russie peut également encercler les pays baltes, ou encore réduire leurs approvisionnements.

La Russie peut occuper Vilnius rapidement. Regardez où se trouve Vilnius par rapport à la Russie.

La Russie peut aussi « s’amuser » à déployer des missiles balistiques à Kaliningrad, ce qui ne laissera que quelques secondes à Berlin ou Paris pour réagir.

Bref, nous allons vivre des heures compliquées et logiquement le niveau de tension des jours à venir devrait être assez similaire à celui de la crise des missiles de Cuba.

Attachez vos ceintures, et faites vos provisions.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT

Maria Zakharova avertit la Lituanie des répercussions de l’interdiction du transit ferroviaire à Kaliningrad

Source : RzO International. - Le 22/06/2022.

La Lituanie a informé Kaliningrad que le transit de certaines marchandises en provenance de Russie vers la région serait limité à partir du 18 juin en raison des sanctions de l’UE.

La Lituanie aurait dû se rendre compte qu’elle serait confrontée à de graves conséquences pour avoir restreint le transit ferroviaire de marchandises vers la région exclave russe de Kaliningrad, a déclaré mardi la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

« Ils devraient être conscients des conséquences, et les conséquences suivront, malheureusement », a déclaré Maria Zakharova à la chaîne de télévision Solovyov Live.

Si la Russie qualifie les décisions des autres pays de « ouvertement hostiles », il n’y aura aucune tentative de trouver une « formule » pour désamorcer la situation, a déclaré Zakharova.

« De telles démarches sont inadmissibles, elles entraîneront une réponse appropriée », a déclaré la diplomate.

La Lituanie a informé Kaliningrad que le transit de certaines marchandises en provenance de Russie vers la région serait limité à partir du 18 juin en raison des sanctions de l’UE, a déclaré le gouverneur de la région de Kaliningrad, Antron Alikhanov, le 17 juin. Il a déclaré que cette mesure était illégitime car elle violait les accords auxquels le pays s’était engagé lors de son adhésion à l’UE.

Andrey Klishas, qui préside le comité du Conseil de la Fédération russe sur la législation constitutionnelle et la construction de l’État, a qualifié les actions de la Lituanie de blocus et a noté que cela pourrait obliger la Russie à riposter avec des mesures très dures et absolument légitimes. Le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a déclaré que la décision de la Lituanie nécessitait une analyse sérieuse à la suite de laquelle la Russie élaborerait des mesures de rétorsion.

source : TASS


L’OTAN s’engage dans une agression directe contre la Russie

 

par Paul Craig Roberts - Le 23/06/2022.

Dans cet article, j’écris que selon la doctrine néoconservatrice Wolfowitz d’hégémonie américaine, « le Kremlin a deux choix. La Russie peut renoncer à sa souveraineté ou la Russie peut détruire l’Occident. La Russie n’a pas d’autre alternative. Le monde entier doit le comprendre ». Je ne préconise pas que la Russie détruise l’Occident. Je fais simplement remarquer que depuis trois décennies, l’Occident a confronté la Russie à ce choix limité. Poutine lui-même s’en est plaint à maintes reprises. Je trouve étonnant que la « communauté de la politique étrangère » occidentale, quelle qu’elle soit, ait permis une politique qui accule de la sorte une puissance nucléaire telle que la Russie. Et cela continue. Maintenant, nous avons la Lituanie qui bloque l’accès de la Russie à une partie de la Russie. C’est de la folie. Cela confirme les conclusions russes selon lesquelles seule la force peut contraindre l’Occident.

L’objectif de Washington est une guerre plus large

Comme je l’ai écrit à plusieurs reprises, l’opération du Kremlin en Ukraine ne peut être limitée. Washington ne permettra pas qu’elle le soit. Washington a déjà élargi le conflit, et il est en train de l’élargir encore. Les néoconservateurs juifs déments qui contrôlent la politique étrangère américaine ont convaincu la petite Lituanie, impuissante, de violer l’accord avec la Russie pour la mise à disposition de Kaliningrad et ont reçu un ultimatum russe. Le porte-parole abruti du département d’État, Ned Price, a qualifié l’ultimatum de « fanfaronnade ». L’idiot de la Maison Blanche dit que Washington soutient la Lituanie. En d’autres termes, Washington incite à une guerre plus large.

Le conflit dans le Donbass s’est déroulé lentement, car il s’agit d’une guerre au milieu d’un peuple russe rattaché à l’Ukraine par les dirigeants soviétiques. Les troupes russes se battent avec des restrictions pour minimiser la mort et la destruction dans la région du Donbass, d’où les forces ukrainiennes sont chassées et détruites. Une guerre plus large ne sera pas menée au sein des populations russes. Le monde n’a jamais vu une telle insouciance que celle dont Washington et l’OTAN font preuve. Les démocrates sordides et totalement corrompus ont désespérément besoin d’une guerre afin de rallier les Américains au gouvernement et d’empêcher un effacement des démocrates lors des élections. Dans leur effort pour s’accrocher au pouvoir, les démocrates et les médias prostitués élargissent la guerre. C’est dangereux au-delà de toute croyance. Le gouvernement russe a déclaré il y a quelque temps que la Russie ne mènerait plus jamais de guerre sur son territoire.

Il est étonnant que le Kremlin ait cru que son intervention dans le Donbass pouvait être limitée. Il est inexplicable que le Kremlin ait réussi à se méprendre sur l’Occident après un rejet aussi total des efforts du Kremlin pour parvenir à un accord de sécurité mutuelle avec l’Occident. Apparemment, le Kremlin n’a pas pris au sérieux la Doctrine Wolfowitz. Le Kremlin et les intégristes atlantistes russes doivent l’apprendre par cœur et la répéter tous les matins au réveil, car il s’agit de la doctrine opérationnelle. Selon cette doctrine, le Kremlin a deux choix. La Russie peut renoncer à sa souveraineté ou la Russie peut détruire l’Occident. La Russie n’a pas d’autre alternative. Le monde entier doit comprendre cela.

Je pose à nouveau la question : l’Occident pousse-t-il la Russie trop loin ? Lisez ces déclarations russes de haut niveau et répondez à cette question par vous-même :

« Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a noté lundi que la décision de Vilnius était « sans précédent » et « une violation de tout et n’importe quoi ». »

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré que les actions « provocatrices » de Vilnius constituaient une violation des obligations juridiques internationales du pays visant à permettre le transit de marchandises entre la Russie et Kaliningrad. Elle a déclaré que la Russie considère cette démarche comme « ouvertement hostile » et que si la Lituanie ne lève pas immédiatement ces restrictions, la Russie se réserve le droit de « défendre ses intérêts nationaux. »

Le chef de la commission russe pour la défense de la souveraineté de l’État, Andrey Klimov, a affirmé que la décision de la Lituanie était un acte d’« agression directe » contre Moscou et que si l’UE ne mettait pas son État membre au pas, la Russie aurait le champ libre pour « résoudre le problème du transit de Kaliningrad créé par la Lituanie par TOUS les moyens de son choix ».

Washington et ses marionnettes européennes provoquent intentionnellement un conflit entre la Lituanie et la Russie.

L’attitude des Russes se durcit

Les néoconservateurs fous qui contrôlent la politique étrangère américaine nous conduisent à la guerre nucléaire.

« La Russie ne fera plus jamais confiance à l’Occident » (Kremlin)

Je ne connais aucune raison, autre que l’illusion de pouvoir, pour que Washington attende de la Russie et de la Chine qu’elles subordonnent leur souveraineté et leurs intérêts à Washington. Cette attente totalement irréelle des néoconservateurs conduit à l’Armageddon.

Discours de Poutine : Le peuple russe est-il prêt à faire son devoir et à détruire l’Occident dépravé et maléfique ?

Paul Craig Roberts

source : Paul Craig Roberts

traduction Réseau International

L’UE débute le blocus de Kaliningrad

Source : RzO Voltaire. le 23/06/2022.

 

L’Union européenne a exigé de la Pologne et de la Lituanie qu’elles interdisent le transit de marchandises de la Russie métropolitaine vers la Russie de Kaliningrad.

Il avait été précisé, lors de l’adhésion de la Lituanie à l’Union européenne, que cet Etat balte devait garantir le transit vers l’enclave russe de Kalinningrad.

Actuellement le corridor polonais de Suwalki n’est déjà plus utilisable. Kaliningrad n’est plus accessible que par la mer Baltique.

En 1945, Köningsberg fut rattachée à l’URSS au titre des dommages de guerre. Cette région prussienne constitue désormais l’oblast de Kaliningrad.

 

 

Borrell : L’UE réexaminera un certain nombre de directives de sanctions restreignant le transit vers la région de Kaliningrad

Le 24/06/2022.

 

Il y a des rapports de Bruxelles sur la situation du transit de marchandises russes vers la région de Kaliningrad et retour. Rappelons que ce sujet s’est intensifié au cours de la semaine en raison du fait que les autorités lituaniennes ont imposé une interdiction de transit par chemin de fer et pour les camions sur les routes pour un certain nombre de types de produits. Sous l’interdiction de transit à travers le territoire de la Lituanie se trouvaient des métaux, des matériaux de construction, de l’énergie et bien plus encore.

Dans le même temps, Vilnius a déclaré qu’elle respecte « seulement » les directives de la Commission européenne pour maintenir le régime de sanctions contre la Fédération de Russie. Et la Commission européenne a indiqué qu’il s’agissait « d’une interprétation de la Lituanie elle-même ».

Les autorités russes ont souligné que si l’interdiction de transit de marchandises d’une région russe à une autre et vice versa n’était pas levée, la réponse pourrait être aussi dure que possible. En tant que proposition, par exemple, l’idée était de commencer des exercices militaires à long terme de la marine russe dans la Baltique avec la fermeture pour les navires civils (pour leur sécurité, bien sûr…) des approches du port de Klaipeda et d’autres ports de Lituanie.

Aujourd’hui, le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a déclaré que l’Union européenne « va revoir un certain nombre de directives de sanctions qui restreignent le transit vers la région de Kaliningrad. On peut parler du fait que la Lituanie a quand même été épinglée par des responsables européens, conseillant de ne pas aggraver la situation. »

Le fait est que si les États-Unis et la Grande-Bretagne ouvraient volontiers un deuxième front anti-russe, alors les pays de l’UE ne sont manifestement pas prêts pour cela, réalisant que cela pourrait tout simplement faire exploser toute l’Europe.

source : Top War

Commentaires: 0