BRICS

BRICS 2024 et la marche de la multipolarité

Source : RzO International - Le 10/01/2024

par Mikhail Gamandiy-Egorov

L’élargissement de l’alliance des BRICS en direction de nouveaux pays représente désormais la nouvelle étape importante pour l’ordre multipolaire international. Et pendant que les prétendus experts d’un monde révolu continuent à lui chercher des failles, l’essentiel étant que l’agenda du bloc pro-multipolarité continue sa marche résolue vers l’avant. Le tout en sachant que les étapes d’élargissement de l’alliance sont bien loin d’être terminées.

Les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) se sont officiellement élargis en faveur de cinq nouveaux membres, à savoir l’Iran, l’Arabie saoudite, l’Égypte, l’Éthiopie et les Émirats arabes unis. Représentant désormais ensemble près de 30% de la surface terrestre et 45% de la population mondiale. Comme le note d’ailleurs Bloomberg, l’organisation internationale regroupe désormais certains des plus grands producteurs d’énergie de la planète, de même que certains des plus importants consommateurs parmi les pays dits «en développement», renforçant par la même occasion l’influence économique du groupe dans un monde «dominé par les États-Unis».

Évidemment et là où l’instrument médiatique et financier étasunien se trompe considérablement, c’est précisément quant au monde prétendument «dominé» par les USA. Cette réalité est révolue et ne fera que prendre encore plus d’ampleur dans les mois et les années à venir. Comme prévu, les experts autoproclamés de la minorité planétaire occidentale continuent à tenter de chercher des «failles» au sein de l’alliance des BRICS. Stipulant à chaque fois que les pays membres ont beaucoup de différences et de particularités sur les plans culturel, politique ou économique.

Le souci pour la minorité occidentale est qu’elle n’arrive justement pas à comprendre que la force d’organisations internationales telles que les BRICS réside précisément dans la diversité, la véritable diversité. Et cette diversité représente désormais un contrepoids de très grande taille aux tentatives occidentales à vouloir unifier le monde sous la coupe de fausses valeurs de l’Occident. Des valeurs dont l’écrasante majorité des peuples non-occidentaux, et donc de la large majorité mondiale – ne souhaite pas.

En parlant d’ailleurs toujours de cette diversité au sein des BRICS – l’a-t-elle empêché de dépasser le club d’un autre âge regroupant plusieurs régimes occidentaux + Japon du G7 en termes de PIB combiné ? Et ce en passant uniquement sur la base des cinq premiers membres de l’organisation. Cette diversité véritable a-t-elle empêché le groupe pro-multipolaire à lancer et développer activement le processus de dédollarisation ? Une dédollarisation à laquelle d’ailleurs se joignent d’autres nations du Sud global – pas encore membres des BRICS – mais qui aspirent à le devenir.

Un processus par la même occasion qui ne se limite pas uniquement à l’aspect très important de dédollarisation, mais qui concerne désormais plus globalement parlant l’indépendance vis-à-vis des instruments financiers occidentaux. Ajoutons effectivement à cela le rôle actualisé des BRICS sur le marché énergétique international, qui peut d’ailleurs, outre le pétrole et le gaz, être étendu à d’autres ressources stratégiques appartenant aux peuples représentant la majorité planétaire – et le tour est joué.

Le tout évidemment sans oublier une coordination de plus en plus accrue entre les nations concernées dans les affaires internationales sur les plans politique, géopolitique ou encore sécuritaire. Et ce pas uniquement sur la base d’une coordination stratégique internationale reconnue entre la Chine et la Russie – deux membres permanents du Conseil de sécurité onusien. Tout cela représente quelques des éléments de réponse aux «doutes» émis par les nostalgiques de l’unipolarité quant à l’avenir des BRICS. Des pseudo-doutes qu’ils ne font d’ailleurs qu’exprimer depuis déjà de longues années, mais avec à chaque fois des erreurs évidentes de calculs. Y compris en matière en prévision du timing lorsque les BRICS auront dépassé économiquement le G7… À la plus grande amertume des analystes occidentaux, cela est arrivé non pas à partir de 2030, mais précisément à l’issue de… 2022. Pour l’anecdote durant la fameuse période où l’establishment occidental espérait si fortement mettre la Russie «à genoux» économiquement, via des sanctions unilatérales illégales.

En parlant justement de sanctions – la réalité contemporaine démontre en ce moment même que lesdites sanctions ne sont plus le monopole exclusif de la minorité occidentale. Comme le confirme d’ailleurs l’annonce par la Chine en ce 7 janvier 2024 de sanctions à l’encontre de cinq entreprises étasuniennes de l’industrie de la défense, pour avoir livré des armes à la région chinoise de Taïwan, ainsi qu’en réponse à l’imposition par Washington de plusieurs sanctions contre Beijing, encore une fois unilatérales et illégales.

Pour finir, le seul petit point «positif» dont aimeraient se vanter les élites de l’Occident étant le désistement de l’Argentine à rejoindre les BRICS suite à l’élection d’un nouveau président résolument pro-occidental. Ceci étant dit et là aussi les faux exceptionnels de l’Ouest se retrouvent face une situation plutôt désagréable – sachant que le pouvoir argentin actuel a déjà affirmé vouloir récupérer les îles Malouines au régime britannique, appelées «îles Falkland» par ce dernier. Pas très aimable d’ailleurs vis-à-vis «d’amis» anglo-étasuniens.

Dans tous les cas et pendant que Buenos Aires dans sa nouvelle configuration aura à discuter de l’avenir des dits territoires avec Washington et Londres, tout en ayant à gérer une situation économique difficile surtout après les opportunités perdues, du moins pour le moment – les BRICS version 2024 sous la présidence de Moscou auront beaucoup de travail sérieux à accomplir.

Mikhail Gamandiy-Egorov

source : Observateur Continental

BRICS : Cette initiative voulue par la Russie va tout bouleverser

 

Source : RzO International - Le 06/01/2024.

par Luc Michel

À l’heure où les dynamiques géopolitiques mondiales évoluent rapidement, la Russie, membre influent des BRICS, démontre son ambition de redéfinir les règles du jeu international, non seulement dans le domaine économique mais aussi agricole et pétrolier.

Récemment, la Russie a intensifié ses efforts de dédollarisation en dialoguant avec l’Arabie saoudite, nouveau membre potentiel des BRICS, pour utiliser leurs monnaies nationales dans les échanges commerciaux, une stratégie visant à réduire leur dépendance au dollar américain.

Cette démarche, particulièrement pertinente dans le contexte des sanctions internationales et des fluctuations du marché pétrolier, témoigne de la volonté russe de diversifier et de renforcer ses alliances économiques.

Le domaine agricole rentre dans la danse

Dans ce contexte, la Russie a pris des mesures audacieuses dans le secteur agricole. Cette année, le pays a exporté 62,5 millions de tonnes de céréales, enregistrant une augmentation substantielle par rapport à l’année précédente. Parallèlement, la Russie a fait preuve de solidarité envers les pays africains en proie à l’insécurité alimentaire, en fournissant gratuitement du blé à six nations nécessiteuses.

Dans un contexte international tendu, où de plus en plus de zones de tensions apparaissent… S’appuyant sur cette dynamique, la Russie a proposé la création d’une bourse des céréales BRICS, dans le cadre de sa présidence de l’organisation en 2024.

L’objectif est de mettre en place une infrastructure commerciale et de compensation unifiée pour les échanges de céréales entre les pays membres. Cette initiative est d’autant plus pertinente que les pays du BRICS produisent plus d’un milliard de tonnes de céréales par an, représentant une part importante de la production et de la consommation mondiale.

L’initiative de créer une bourse des céréales BRICS est une réponse directe à la prédominance actuelle des infrastructures du marché mondial des céréales, largement influencées par les États-Unis depuis la Seconde Guerre mondiale. Les prix mondiaux des céréales, essentiels pour la sécurité alimentaire et l’économie des pays du BRICS, sont souvent formés et manipulés dans des pays tiers, avec une dépendance marquée envers le dollar américain. La création de cette bourse pourrait donc rééquilibrer le pouvoir dans ce secteur vital.

L’initiative de la Russie de créer une bourse des céréales BRICS, couplée aux efforts de dédollarisation, illustre la stratégie multifacette de Moscou pour renforcer son influence économique et géopolitique dans un contexte de sanctions sévères.

En jouant un rôle de premier plan dans des secteurs aussi divers que l’agriculture, l’énergie et les finances, la Russie se positionne sur tous les fronts, cherchant à façonner un nouvel ordre mondial où les BRICS joueraient un rôle central. Ces développements pourraient non seulement transformer le marché (mondial) des céréales, mais également modifier de manière significative les équilibres géopolitiques et économiques à l’échelle mondiale.

source : Luc Michel’s Transnational Action

Les BRICS appellent à une trêve à Gaza

Source : Le Courrier des Stratèges - par Edopuard Husson - Le 21/11/2023.

Les BRICS appellent à une trêve à Gaza

Réunis dans un sommet virtuel extraordinaire, les BRICS ont fermement appelé à une trêve humanitaire à Gaza. Le président sud-africain, qui exerce la présidence du groupe jusqu’à la fin de l’année, est allé jusqu’à dénoncer un génocide commis par les Israéliens. Les médias occidentaux se plaisent à souligner, par contraste, la position en retrait de l’Inde. En réalité, le résumé de la discussion est important parce qu’il répète l’importance des résolutions de l’ONU et appellent à la création d’un Etat palestinien. Cette déclaration survient à un moment où l’on parle de plus en plus d’un cessez-le-feu provisoire pour un échange d’otages, sous l’égide du Qatar.

La déclaration des BRICS sur le conflit à Gaza

La bataille du Proche-Orient

Lu sur “Rybar In English”:

Escalade dans la zone de conflit israélo-palestinienne – chronique des événements jusqu’au 20 novembre 2023

Les troupes israéliennes poursuivent leurs opérations terrestres dans la bande de Gaza. Dans le secteur nord, un groupe blindé de l’IDF a atteint l’ hôpital indonésien. L’établissement médical, qui accueille plus d’un millier de patients, a été privé d’électricité tout au long de la journée.

Dans les prochains jours, nous pourrions assister à une situation similaire à l’hôpital Al-Shifa, où environ 200 personnes sont mortes en raison de la défaillance des systèmes de maintien en vie. Actuellement, les soldats des FDI occupent les bâtiments proches de l’hôpital et tirent sur tout mouvement à proximité de l’établissement médical.

Des images ont également été diffusées sur Internet, confirmant l’avancée israélienne au sud de Gaza. D’après ces images, des unités des Forces de défense israéliennes sont positionnées dans la zone de la Cour suprême. Il est possible que le bâtiment subisse le même sort que d’autres installations administratives détruites par les FDI pour éliminer les sorties des tunnels souterrains.

Pendant ce temps, les tensions restent vives à la frontière nord d’Israël. Aujourd’hui, les combattants du Hezbollah ont à nouveau utilisé des missiles Burkan, ciblant cette fois avec succès la caserne située sur le terrain de la base militaire de Biranit. Tout au long de la journée, le groupe a lancé plus de 40 missiles et trois drones.

https://t.me/rybar_in_english

Les tirs depuis les deux côtés de la frontière du Liban ont continué:

 

Les Houthis (yéménites) s’emparent d’un navire marchand israélien avec un équipage étranger

Sur Infobrics, Lucas Leiroz tire un bilan mitigé de l’effort militaire israélien depuis le 7 octobre. Il revient en particulier sur l’arraisonnement par les Houthis:d’un navire marchand israélien:

Il apparaît de plus en plus clairement que le conflit en Palestine n’est pas une tâche facile pour Israël. Outre les difficultés à progresser sur le champ de bataille et les lourdes pertes subies par les FDI lors des affrontements avec les troupes palestiniennes, des défaites en mer commencent à se produire. Les forces yéménites, qui avaient auparavant déclaré leur soutien total à la Palestine, ont capturé un important navire marchand israélien, prenant de nouveaux otages et renforçant le pouvoir de négociation des Palestiniens dans le processus de négociation de l’échange de prisonniers.

Il ne fait aucun doute qu’Israël est plus fort que ses adversaires dans la guerre palestinienne actuelle. Tel-Aviv est un État doté d’une structure complexe et organisée, d’une armée nationale régulière et d’une force suffisante pour vaincre les milices armées telles que le Hamas et de nombreux autres groupes armés palestiniens. Le problème est que les combats ne sont pas symétriques et que, malgré des avancées territoriales, Israël subit manifestement des dommages importants, ce qui pourrait engendrer de grandes difficultés dans un avenir proche.

Les Brigades Al-Qassam, la branche militaire du Hamas, annoncent fréquemment la neutralisation de soldats et de chars israéliens. Plusieurs vidéos ont été publiées sur les médias sociaux montrant des combattants du Hamas utilisant des roquettes et des grenades contre des chars israéliens et les mettant instantanément hors d’état de nuire. Confirmant les prévisions des analystes, Israël éprouve des difficultés à utiliser ses véhicules de combat dans une zone urbaine pleine de débris. Les bombardements de Tsahal ont détruit des bâtiments civils, rendant le terrain de Gaza difficile pour les chars, qui finissent par devenir une cible facile pour le Hamas.

De même, il est important de rappeler qu’Israël n’a pas encore réussi à pénétrer dans les tunnels du Hamas. Les FDI ont prétendu que la Résistance palestinienne utilisait l’hôpital Al Shifa et d’autres installations civiles comme bouclier humain. Avec ces excuses, plusieurs bombardements ont été effectués contre des hôpitaux, mais aucun bunker n’a été trouvé. Dans la pratique, les FDI sont incapables de trouver le bon moyen d’atteindre le système souterrain de l’ennemi. Les bombardements contre les civils n’ont donc aucune valeur stratégique.

Cependant, la situation n’est pas seulement compliquée sur le champ de bataille terrestre. En mer, les choses s’aggravent pour l’État sioniste, qui commence à subir des pertes non seulement militaires mais aussi commerciales. Le 19 novembre, les forces armées houthies du Yémen ont capturé un important navire marchand israélien en mer Rouge. Le navire appartient à un homme d’affaires israélien et était exploité par des employés de sociétés allemandes et japonaises pour un voyage de la Turquie à l’Inde.

Le porte-parole militaire des Houthis, Yahya Saree, a déclaré sur les réseaux sociaux que cette capture était une réponse aux “actes odieux commis contre nos frères palestiniens à Gaza et en Cisjordanie”, ajoutant que “si la communauté internationale se préoccupe de la sécurité et de la stabilité régionales, elle devrait mettre fin à l’agression d’Israël contre Gaza au lieu d’étendre le conflit”.

Vingt-cinq personnes auraient été faites prisonnières par les Houthis. Aucun membre de l’équipage ne serait citoyen israélien, ce qui rend l’affaire encore plus complexe. En capturant un navire israélien avec un équipage étranger, les Houthis créent une situation d’instabilité diplomatique pour Tel-Aviv. Les pays dont les citoyens ont été capturés exigeront une opération de sauvetage rapide et sûre, mais il est pratiquement impossible d’y parvenir par des moyens militaires. Le pouvoir de négociation des Palestiniens s’en trouve donc renforcé. Pour éviter une crise diplomatique et la mort éventuelle d’étrangers lors d’une opération navale, Israël devra accepter de libérer des prisonniers palestiniens, de se retirer militairement ou de répondre à toute autre demande des Yéménites.

Tous ces facteurs placent Israël dans une situation diplomatiquement et militairement difficile. Tsahal doit faire face à une longue usure militaire, à de lourdes pertes et, parallèlement, Tel-Aviv connaît une grande instabilité diplomatique et politique. Le gouvernement Netanyahou est le plus touché par cette crise, car toutes ses actions se retournent contre lui. Si Netanyahou augmente les attaques, il est critiqué pour violation des droits de l’homme et fomentation de la guerre. S’il réduit l’intensité des combats, ses adversaires le qualifient de dirigeant faible et incapable d’atteindre les objectifs d’Israël.(…)

infobrics, 20 novembre 2023

Il a commencé à neiger sur la ligne de front en Ukraine

Lu sur southfront.org:

Le froid s’installe sur les lignes de front ukrainiennes. La première neige est tombée sur le champ de bataille dans certaines zones, tandis que les pluies continuent dans d’autres. La détérioration du temps affecte certainement les hostilités en cours. Cependant, alors que l’armée de Kiev tente de justifier ses défaites dans la bataille par “des buissons et de la boue”, selon les services de renseignement britanniques, et que l’OTAN reproche hystériquement à Poutine d’utiliser le gel comme arme, l’armée russe continue d’avancer dans les bastions ukrainiens lourdement fortifiés dans le Donbass.

Ces derniers jours, les forces russes ont réalisé de nouveaux gains à Avdeevka. Elles ont percé les défenses ukrainiennes dans la zone industrielle au sud de la ville. Les combattants russes ont pris le contrôle de nouvelles positions près de la station Yasinovataya-2, que l’armée ukrainienne renforçait depuis des années dans le cadre de l’opération antiterroriste menée contre la population du Donbass. Malgré la résistance acharnée des Ukrainiens, l’opération de nettoyage se poursuit dans cette zone.

Les combattants russes conservent également l’initiative militaire sur le flanc nord d’Avdeevka. Au cours de la semaine dernière, l’armée russe a étendu sa zone de contrôle le long et au-delà de la ligne de chemin de fer, et les combats ont également approché la périphérie de Novokalinovo. À Avdeevka même, les forces russes ont pris le contrôle de bâtiments industriels dans la zone de la décharge de cendres et ont pénétré sur le territoire de l’usine de coke et de produits chimiques. Les soldats ukrainiens sont contraints de se cacher dans les sous-sols d’une immense usine, comme ils l’ont fait à Azovstal, à Marioupol.

Après de longs mois d’attaques sanglantes autour de Bakhmut, les militaires ukrainiens ont perdu l’initiative dans cette zone et se sont finalement mis sur la défensive. Les troupes russes poursuivent leur assaut sur Kleshcheevka et avancent sur sa partie nord. Les batailles pour le bastion principal au nord-ouest du village se poursuivent. Andreevka est à nouveau passé dans la zone grise. Sur le flanc nord de Bakhmut, les forces russes ont pris le contrôle total du territoire autour du réservoir de Berkhovka et visent à couper la route stratégiquement importante utilisée par le groupe ukrainien à Khromovo.

La semaine dernière a été marquée par les tentatives des forces ukrainiennes de lancer des attaques près de Gorlovka. Plusieurs de leurs assauts ont été repoussés à la périphérie ouest de la ville. Ces opérations visent très probablement à forcer le commandement russe à transférer des réserves d’autres zones.

Pendant ce temps, les combats se poursuivent dans la région de Zaporozhye. Les militaires russes repoussent les assauts et les contre-attaques ukrainiens. Aucun des deux camps n’a l’avantage pour le moment, mais les forces ukrainiennes n’abandonnent pas leurs tentatives de percer la défense russe.

Sur la rive orientale du Dniepr, les combats se poursuivent dans la tête de pont ukrainienne de Krynki. La partie centrale du village reste sous le contrôle des forces ukrainiennes, qui étendent parfois leur zone de contrôle. Elles ont légèrement progressé vers le nord mais ont été presque repoussées des zones forestières au sud.

southfront.org, 21 novembre 2023

Le monde multipolaire en gestation

Source : The Saker francophone - Par Moon of Alabama − Le 23 octobre 2023

 

En 2007, lors de son célèbre discours de Munich, le président russe Vladimir Poutine a souligné la montée inéluctable d’un monde multipolaire.

Il a commencé par définir l’état opposé :

Mais qu’est-ce qu’un monde unipolaire ? Quelle que soit la manière dont on embellit ce terme, il se réfère en fin de compte à un type de situation, à savoir un centre d’autorité, un centre de force, un centre de décision.

C’est un monde où il n’y a qu’un seul maître, un seul souverain. Et en fin de compte, c’est pernicieux non seulement pour tous ceux qui font partie de ce système, mais aussi pour le souverain lui-même, parce qu’il se détruit de l’intérieur.

 

Les tendances unilatérales des États-Unis et de l’Occident en général ont été décrites comme des impasses :

Ce qui se passe dans le monde d’aujourd’hui – et nous venons juste de commencer à en discuter – est une tentative d’introduire précisément ce concept dans les affaires internationales, le concept d’un monde unipolaire.

Et avec quels résultats ?

Les actions unilatérales et souvent illégitimes n’ont résolu aucun problème. En outre, elles ont provoqué de nouvelles tragédies humaines et créé de nouveaux foyers de tension.

Nous assistons à un mépris de plus en plus grand des principes fondamentaux du droit international. Et les normes juridiques indépendantes se rapprochent de plus en plus du système juridique d’un État. Un État, et bien sûr en premier lieu les États-Unis, a dépassé ses frontières nationales dans tous les domaines. Cela se voit dans les politiques économiques, politiques, culturelles et éducatives qu’ils imposent aux autres nations. Mais qui aime cela ? Qui s’en réjouit ?

Il a souligné les changements inévitables qui se produisent dans le monde pour contrer cette tendance :

Le PIB combiné, mesuré en parité de pouvoir d’achat, de pays comme l’Inde et la Chine est déjà supérieur à celui des États-Unis. Et un calcul similaire avec le PIB des pays BRIC – Brésil, Russie, Inde et Chine – dépasse le PIB cumulé de l’UE. Et selon les experts, cet écart ne fera que s’accroître à l’avenir.

Il n’y a aucune raison de douter que le potentiel économique des nouveaux centres de croissance économique mondiale sera inévitablement converti en influence politique et renforcera la multipolarité.

Voilà la multipolarité, le “gros mot” que les États-Unis n’ont pas osé prendre au sérieux. Poutine a été moqué, puis condamné, pour avoir fait ces prédictions très claires.

Mais aujourd’hui, la multipolarité a progressé.

Nous vivons aujourd’hui dans un monde multilatéral. Nous voyons la Russie, la Chine et de nombreux petits pays unis dans leur volonté de préserver leurs droits et leur sécurité. La guerre froide est terminée. Les décennies quelque peu unilatérales qui l’ont suivie sont désormais révolues. Nous avons besoin d’un nouvel ordre mondial.

Aux États-Unis, cet état d’esprit a enfin commencé à être compris.

Mais pas totalement. Nous ne savons pas encore s’il va prédominer.

Il y a deux jours, le président américain Joe Biden a pris la parole lors d’une soirée de campagne. Parmi les nombreux bla-bla habituels, ce paragraphe a retenu l’attention :

Pendant 50 ans, nous avons connu une période d’après-guerre qui a très bien fonctionné, mais elle s’est en quelque sorte essoufflée. Il faut un nouvel – un nouvel ordre mondial en quelque sorte, comme c’était le cas pour l’ordre mondial.

Et voilà – on peut voir le doute s’installer.

Les États-Unis ont peu de temps pour préserver une partie de leur influence dans le nouvel ordre mondial qui se met en place :

Écoutez, nous sommes à un point d’inflexion de l’histoire – littéralement un point d’inflexion de l’histoire – car les décisions que nous prendrons dans les quatre ou cinq prochaines années détermineront ce à quoi ressembleront les quatre ou cinq prochaines décennies. Et c’est – c’est un fait.

Le site d’information ukrainien Strana, qui a été le premier à relever la reconnaissance du changement global par Biden, décrit les implications de cette réflexion (traduction automatique) :

Il convient de noter que la “sacrée bonne” paix d’après-guerre de 50 ans dont a parlé Biden est le résultat de la guerre la plus brutale de l’histoire de l’humanité. Elle est également apparue à la suite des accords conclus entre l’URSS et les États-Unis, qui ont essentiellement divisé les sphères d’influence en Europe.

Si nous partons de ce contexte historique, il s’avère que Biden propose soit de remporter une victoire militaire sur la Fédération de Russie et la Chine, avec lesquelles les États-Unis sont actuellement en froid, soit de négocier avec elles et d’organiser un “nouveau Yalta” avec la division du monde en sphères d’influence.

De quel côté penchera la balance ? Du côté nouvelle guerre mondiale ? Ou du côté nouvelles négociations ?

Conférence de Yalta

Nous ne le savons pas encore.

Poutine avait prédit que la poursuite d’un pouvoir unilatéral conduirait automatiquement à la fin de celui qui le recherche. Comme le reconnaît Biden, les États-Unis, dans leur illusion, sont en train de se déchirer.

Avant l’événement de la campagne, Joe Biden avait prononcé un discours public depuis la Maison Blanche.

Adam Tooze y a réfléchit :

Biden :

Le leadership américain est ce qui maintient l’unité du monde.

Le président n’a pas improvisé. Il n’a pas prononcé beaucoup de discours depuis le Bureau ovale. C’est une équipe de rédacteurs qui a conçu cette phrase extraordinaire.

Elle reflète les convictions profondes de Washington. En février 2021, le nouveau secrétaire d’État Antony Blinken a prononcé plusieurs discours et interviews dans lesquels il a répété cette phrase :

Le monde ne s’organise pas tout seul. Lorsque nous ne nous engageons pas, lorsque nous ne prenons pas l’initiative, deux choses se produisent : soit un autre pays essaie de prendre notre place, mais probablement pas d’une manière qui favorise nos intérêts et nos valeurs, soit personne ne le fait, et c’est alors le chaos.

Cette idée, selon laquelle il existe une “place” dans le monde, qui est celle de “l’Amérique en tant qu’organisateur“, et que si l’Amérique n’occupe pas cette place et ne fait pas son travail, le monde s’effondrera, ou une autre puissance prendra la place de l’Amérique en tant qu’organisatrice, est profondément ancrée dans le cercle politique américain.

En tant que proposition métaphysique, elle est stupide et illusoire. Il est bizarre d’imaginer que le monde a besoin de l’Amérique pour “tenir ensemble“. L’Amérique elle-même est loin d’être en un seul morceau.

L’auteur décrit les conséquences mondiales négatives de cette pensée américaine délirante pour ensuite s’interroger sur ses résultats :

Quel est l’impact d’un système politique américain dysfonctionnel, où l’aile la plus raisonnable de l’élite dirigeante s’accroche à des idées systématiquement illusoires sur le rôle de l’Amérique ? On pourrait dire que l’hypocrisie est normale. C’est le péché capital du libéralisme. Mais à la lumière de l’ampleur des problèmes mondiaux qui se profilent à l’horizon et de la modification de l’équilibre des pouvoirs qui s’est déjà produite, sans parler de celle qui est peut-être encore à venir, combien de temps cette tension pourra-t-elle être maintenue et quel en sera le prix ?

Il semble se demander si les choses changeront un jour :

La seule chose qui semble certaine est que nous devrions éviter de tomber dans le piège de ce que j’ai appelé la fin-fiction ou la fin-fi, qui suppose que parce que ces tensions semblent insupportables, elles doivent par conséquent se résoudre d’une manière logique, par exemple dans la spéculation sur la fin de l’hégémonie du dollar ou ce qui semble être le fantasme de Biden d’un retour à la normalité du leadership américain.

Je suis même sceptique à l’idée d’invoquer des termes tels que “interrègne“, signifiant un hiatus temporaire entre deux ordres de pouvoir.

Qu’est-ce qui nous permet de croire que notre situation actuelle est temporaire et qu’un nouvel ordre, semblable à l’ancien, émergera ?

Ne s’agit-il pas d’une autre version du type de pensée qui affirme que le monde “a besoin d’être organisé” par une puissance assise à la tête de la table – à la “place de l’Amérique” ?

Cette question me semble passer à côté de ce que signifie réellement le multilatéralisme. Il ne s’agit pas d’un unilatéralisme dirigé par un autre pays. Il s’agit d’un système de Nations unies quelque peu démocratique, avec un Conseil de sécurité élargi qui inclut les pays les plus peuplés de chaque continent.

Cela signifie qu’il faut respecter le droit international.

Les États-Unis participeront-ils à ce système ? Ou faudra-t-il une guerre mondiale pour en décider ?

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

 

 

La puissance des BRICS dans le domaine des matières premières peut-elle imposer un nouvel “ordre” économique ?

Source : The Saker francophone.

 

Qui contrôle désormais l’inflation aux États-Unis ? Une Fed piégée ou le nouveau roi des matières premières ?


Par Alastair Crooke – Le 18 septembre 2023 – Source Strategic Culture

Un “tournant” tranquille s’est produit. Il n’y a rien eu d’éclatant, beaucoup l’ont peut-être à peine remarqué, mais il est pourtant significatif. Le G20 n’a pas sombré dans la confrontation sordide attendue, les États du G7 (que Jake Sullivan a qualifié de “comité directeur du monde libre”) exigeant une condamnation explicite de la Russie au sujet de l’Ukraine, contre le Reste – comme cela s’est produit l’année dernière à Bali. Non, le G7 s’est “rendu” de manière inattendue à un “non-Occident” mondial en pleine ascension, qui a insisté de manière cohérente sur sa position collective.

Les prémisses de l’insurrection étaient évidentes depuis le sommet des BRICS au mois d’août – le message était clair. Le non-Occident ne se laisserait pas corrompre ou contraindre à soutenir la “ligne” du G7 à l’égard de la Russie. La guerre en Ukraine a été à peine mentionnée dans la déclaration finale – commune – et l’exportation de céréales (russes et ukrainiennes) a été traitée de manière équitable. C’était un chef-d’œuvre de diplomatie de la part de l’Inde.

Le G7 a manifestement décidé que le “jeu des points” à propos de l’Ukraine n’en valait pas la chandelle. Il a donné la priorité à la recherche d’un consensus, plutôt que de faire échouer le G20 (peut-être “finalement” , avec une déclaration en suspens).

Mais pour que les choses soient claires, ce n’est pas la minimisation de l’Ukraine qui a marqué le “tournant” . Le changement de cap sur l’Ukraine – désormais consolidé dans le cadre d’un changement plus large de la politique américaine à l’égard de l’Ukraine – était très important mais pas primordial.

Ce qui a été “primordial” , c’est que l’ensemble des pays non occidentaux a pu se rassembler autour de sa demande urgente d’une réforme radicale du système mondial. Ils veulent un changement dans l’architecture économique mondiale ; ils contestent les structures (c’est-à-dire les systèmes de vote qui se cachent derrière ces structures institutionnelles telles que l’OMC, la Banque mondiale et le FMI) – et surtout ils s’opposent à l’hégémonie militarisée du dollar.

La demande – pour dire les choses clairement – est d’avoir un siège à la table des négociations. Point final.

Rien de tout cela n’est nouveau, cela germe depuis la fameuse déclaration de Bandung (1955), dont la résolution a jeté les bases du mouvement des non-alignés. À l’époque, ces États n’avaient pas le poids nécessaire pour atteindre leurs objectifs. Il en va autrement aujourd’hui : menés par la Chine, la Russie, l’Inde et le Brésil, les BRICS ont le poids économique et la “position de première ligne face à l’Occident” nécessaires pour contester l’“ordre fondé sur des règles” et insister sur le fait que s’il doit y avoir des “règles” , elles doivent être consensuelles.

Il s’agit là d’un programme véritablement radical. Une fois encore, le “tournant” est que le non-Occident, même en l’absence des présidents Xi ou Poutine, a montré qu’il avait le poids nécessaire pour faire tomber le G7.

C’est une bonne chose en théorie, mais il faut maintenant passer au concret : l’Inde aspire à un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies. Beaucoup diront que l’Inde est bien qualifiée. La structure du Conseil de sécurité tend aujourd’hui à ressembler à une relique fossilisée de l’après-guerre.

Pourtant, qui se porterait volontaire pour céder son siège à une Inde qui se respecte ? Le Brésil (surprise, surprise) pense que l’Amérique du Sud devrait également avoir son mot à dire au sein du Conseil. En somme, la réforme du Conseil est une question qui, du moins jusqu’à présent, restait “intouchable” . Mais les temps changent. Il s’agit d’une question sur laquelle le Sud global s’acharne et continuera à s’acharner, quoi qu’il en soit, à la manière d’un terrier.

Il y a ensuite la question des “deux sphères” . Les déclarations des BRICS et du G20 insistent toutes deux sur le fait que leur objectif n’est pas de supplanter l’“ordre” existant, mais de l’habiter dans des conditions équitables, après une reconstruction et une réorientation majeures.

L’Inde, en particulier, est réticente à l’idée de brûler tous les ponts avec l’Occident et penche en faveur d’une réforme progressive de la structure économique mondiale, conduisant à l’établissement d’une sphère commerciale unique (l’Inde a de nombreux intérêts en Occident). D’autres États des BRICS partagent également ce point de vue. Ils refusent d’être contraints de choisir entre deux sphères incompatibles. (La Chine était de cet avis, mais elle constate aujourd’hui que ce sont les États-Unis, malgré leurs dénégations, qui ont l’intention de brûler les ponts avec la Chine !)

Mais n’est-il pas un peu naïf d’attendre de l’Occident qu’il abjure son colonialisme furtif ?

La primauté occidentale repose sur les piliers que sont la menace d’une guerre financière et de sanctions, le monopole des brevets technologiques, les normes et protocoles réglementaires, ainsi que la détention et le maintien d’une “avance technologique” mondiale. Le Premier ministre Modi pense-t-il vraiment que l’Occident peut être incité à renoncer à ces atouts simplement parce que le Sud le lui demande ?

Cela semble “tiré par les cheveux” (même s’il ne fait aucun doute que Xi et Poutine ont expliqué à Modi certains de ces “choses financières de la vie”).

Eh bien, ces “choses de la vie” , que certains membres des BRICS ne sont pas encore prêts à intérioriser, sont précisément la raison pour laquelle la Russie et la Chine préparent une sphère économique alternative, totalement séparée du dollar et du système bancaire et financier lié au dollar. Il s’agit d’un plan “B” , qui peut facilement devenir un plan “A” .

Ce débat (une sphère commerciale unique ou deux) pourrait devenir la question clé à laquelle seront confrontés les BRICS et l’Occident. C’est la réaction de l’Occident qui est en jeu : sera-t-il possible de contraindre les États-Unis à procéder à des réformes aussi radicales des institutions et structures actuelles alignées sur les États-Unis, de sorte qu’une sphère économique non occidentale tout à fait distincte ne soit plus nécessaire ?

Ces questions pourraient faire surface plus tôt que prévu – peut-être même lors de l’Assemblée générale des Nations unies la semaine prochaine.

Pour parler franchement, la dure réalité est que si les États-Unis cèdent leur emprise sur l’architecture financière mondiale, on peut s’attendre à ce que le niveau de vie des Américains baisse de manière significative à mesure que la demande de dollars diminuera (avec l’augmentation des échanges de devises propres au niveau mondial). Bien entendu, la demande de dollars ne disparaîtra pas complètement.

Cette demande collective d’une nouvelle architecture financière – un nouvel accord de Bretton Woods – ne pouvait pas arriver à un moment plus délicat pour l’Occident. Un heureux hasard pour la Russie et la Chine… ?

De nombreux Occidentaux pensent que tout va bien, que la Fed américaine va probablement maîtriser l’inflation et qu’elle va bientôt réduire les taux d’intérêt. Pourtant, les prix du pétrole ont augmenté de 37 % et continuent de grimper. C’est le cas depuis que les prix ont atteint leur niveau le plus bas il y a quelques mois. “Les gens oublient que les prix du pétrole ont chuté de près de 50 % par rapport à leur sommet, et que cette chute s’est terminée en mai de cette année. Et cette forte baisse des prix du pétrole a été le principal facteur qui a fait passer l’inflation globale de 9 % à 3 %” . L’énergie est un coût important qui doit être répercuté sur les consommateurs. Il en va de même pour les intérêts de la dette, qui augmentent à mesure que les taux d’intérêt augmentent dans l’ensemble de l’économie.

Tout le monde attend que la Fed réduise ses taux, car la seule façon pour le gouvernement américain, les consommateurs américains et les entreprises de gérer leur dette actuelle (sur laquelle ils se sont engagés – à taux zéro) est que les taux d’intérêt baissent. Les gens peuvent comprendre cela, mais ils supposent simplement que ce ne sera pas un problème parce que, bien sûr, la Fed “va réduire les taux” .

Il est cependant très peu probable que les autorités occidentales soient en mesure de ramener les taux à zéro. La vente de pétrole supplémentaire à partir de la réserve stratégique américaine n’est tout simplement pas envisageable : à l’heure actuelle, l’économie américaine ne peut fonctionner que pendant 20 jours avec ses réserves de pétrole actuelles.

Et la Fed ne sera pas en mesure de lancer une nouvelle campagne d’impression monétaire si l’économie devait tomber en récession. La Fed peut tenter de sauver l’économie de cette manière, mais lorsque l’inflation est le problème, il n’est pas possible de résoudre un problème d’inflation en créant davantage d’inflation. L’inflation (et les taux d’intérêt), après un court délai, augmenterait à nouveau.

Le fait est qu’une grande partie des couches dirigeantes n’a toujours pas “capté” : l’expérience de décennies d’inflation quasi nulle que l’Occident a connue s’est imprimée dans l’esprit collectif – mais ce monde où l’on gagnait de l’argent sans effort était une aberration, et non une norme. En clair, l’Occident est aujourd’hui en quelque sorte pris au piège de divers mécanismes financiers, tels que l’épuisement budgétaire (le déficit américain a atteint 8,5 % du PIB).

S’il est vrai que de nombreux Occidentaux ne comprennent pas que l’ère de l’inflation zéro était une aberration, causée par des facteurs qui ne sont plus d’actualité, il est certain que cette aberration est bien comprise à Pékin et à Moscou.

Liam Halligan note également que les prix du pétrole ont augmenté de près d’un tiers au cours des trois derniers mois : “Il s’agit d’une augmentation extrêmement importante qui pourrait sérieusement aggraver la crise du coût de la vie. Pourtant, cette hausse semble avoir été à peine remarquée par une grande partie de notre classe politique et médiatique” .

Les marchés du brut ont commencé à se resserrer au début de l’été, après que le groupe des exportateurs de l’OPEP a décidé de suspendre l’approvisionnement en pétrole pour tenter de faire monter les prix, et Halligan fait une observation acerbe : “Quiconque minimise le pouvoir de l’OPEP ne connaît rien aux marchés mondiaux de l’énergie et encore moins à la géopolitique . (C’est nous qui soulignons).

Est-ce un hasard si une guerre financière discrète, déclenchée par le processus lent de dédollarisation et l’augmentation des coûts de l’énergie, pourrait finalement donner aux BRICS les moyens de contraindre l’Occident à changer de politique ? Et si la réticence de l’Occident à se restructurer persiste, le leadership des BRICS pourrait-il se renforcer ? Après tout, les BRICS nouvellement élargis sont désormais une puissance dans le domaine des matières premières.

Alors, qui contrôle désormais l’inflation aux États-Unis ? Une Fed piégée ou le nouveau roi des matières premières ?

Alastair Crooke

Traduit par Zineb, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

 

 

 

L’Occident ne sait plus faire qu’une chose : Menacer ! Il n’a plus rien à offrir. L’Histoire se fait ailleurs

par Alastair Crooke - Le 02/10/2023.

Nous avons connu un «déluge de sommets» : le sommet de l’OTAN en juillet, où le président Zelensky a été refroidi ; puis il y a eu le sommet des BRICS, au cours duquel six nouveaux membres ont été admis. Cela a été suivi par le G20 à Delhi. Le président Poutine a assisté virtuellement à la réunion des BRICS, mais ni lui ni le président Xi, qui avait assisté personnellement à la réunion des BRICS, ne se sont rendus au G20. Ni l’un ni l’autre n’étaient présents à l’Assemblée générale des Nations unies (AGNU). 

Le président Poutine a cependant accueilli la réunion du Forum économique oriental qui a lieu chaque année depuis 2015 pour souligner la priorité absolue du pivotement de la Russie vers son propre Extrême-Orient – qui, avec d’autres économies d’Extrême-Orient, est en train de devenir rapidement la dynamo de l’économie mondiale.

Mais quelque chose d’important était visible à l’AGNU. Avez-vous vu les discours des chefs d’État ? C’était surprenant : sur les images de MSM, tout le monde était là, à leur place, écoutant Zelensky, mais la réalité était différente : si vous cherchez autour, vous trouverez des images de l’Assemblée générale pendant que Zelensky parlait, et elle était presque entièrement vide, ou au mieux, un tiers plein.

La majorité mondiale s’est retirée. 

Et cherchez plus loin : le Premier ministre Netanyahou s’est également adressé à l’Assemblée générale, tout comme le chancelier Scholtz, et encore une fois, pour chacun d’entre eux, l’auditorium de l’ONU contenait une poignée de preneurs de notes, et dans le cas du Premier ministre Netanyahou, «un petit groupe de loyalistes – du gouvernementministre, conseillers, assistants et partisans – qui ont fourni une bande sonore d’applaudissements aux Israéliens qui regardaient le discours chez eux». (Il convient également de noter que lors de son discours à l’Assemblée générale, Netanyahou a brandi une carte qui a complètement effacé la Palestine de la carte)

Cela n’a jamais été comme ça dans le passé. Que se passe-t-il ? 

Le professeur Michael Hudson, qui a noté le même phénomène, a fait remarquer : «Il y a donc en réalité deux mondes différents, et ils ne semblent plus se mélanger, sauf dans la mesure où les États-Unis peuvent essayer d’intervenir – et de ralentir l’ensemble du processus et essayer d’empêcher l’horloge de bouger».

La tentative de geler les aiguilles de l’horloge était en effet très évidente dans le discours du président Biden. Le message de Biden était qu’il n’y aurait aucun compromis en ce qui concerne l’Ukraine. Il a déclaré :

«Mais je vous pose la question suivante : si nous abandonnons les principes fondamentaux de la Charte des Nations unies, pour apaiser un agresseur, un État membre peut-il avoir l’assurance d’être protégé ? Si nous laissons l’Ukraine se diviser, l’indépendance d’une nation est-elle garantie ? La réponse est non. Nous devons nous opposer aujourd’hui à cette agression flagrante – [afin] de dissuader demain d’autres agresseurs potentiels». [Souligné dans l’original]

Pour être clair, lorsque Biden déclare qu’il «ne permettra pas que l’Ukraine soit divisée», il affirme qu’il ne peut y avoir aucun compromis territorial concernant l’Ukraine. «La réponse est non ; nous devons résister à une agression pure et simple».

Il dit peut-être cela pour sauver sa candidature d’une humiliation, mais les mots ont un sens. Et le sens qu’il vient de leur attribuer aura des implications. 

À Moscou, des conclusions sévères ont dû être tirées. 

Sergueï Karaganov, l’un des fondateurs du Club Valdaï, a déclaré sans ambages à Vladivostok que l’époque où la Russie cherchait à s’allier avec l’Occident était «révolue» et, ce faisant, a mis le doigt sur le changement radical pour lequel l’Assemblée générale était emblématique. Karaganov a déclaré sans ambages que la Russie ne reviendrait jamais à cette époque, et vers la fin de ses commentaires, il a ajouté : De toute façon, «Qui voudrait s’allier avec l’Occident ? C’est ennuyant. La véritable excitation est en Asie».

Eh bien, il est évident que la vieille Europe ennuyeuse est à l’abandon : les économies européennes s’effondrent, tandis que le reste du monde, réuni à Vladivostok, «se construit». 

L’un des aspects du fait que les pays non occidentaux coupent de plus en plus – ou réduisent considérablement – leurs liens avec l’Occident pourrait être l’abandon presque total de la diplomatie à l’Ouest. 

Le discours de Biden à l’Assemblée générale n’a même pas tenté d’effleurer la géostratégie ou le langage diplomatique approprié. Aujourd’hui, tout n’est que menace – explicite ou implicite. Il semble que le reste du monde s’ennuie des menaces et s’emploie à construire ses propres solutions de contournement.

Eh bien, Biden ayant dit «une chose» au début de la semaine (pas d’ATACMS pour l’Ukraine), s’est inversé en fin de semaine et a dit «oui» – mais «seulement quelques-unes».

Ensuite, il a nommé un inspecteur général pour l’Ukraine chargé de rendre compte de l’application par Kiev du financement américain. Jusqu’à présent, il n’y a eu absolument aucune comptabilité des dépenses.

De toute évidence, Biden espère, par ces mesures, persuader les Républicains d’adopter un projet de loi dans lequel 24 milliards de dollars supplémentaires pour l’Ukraine ont été intégrés – ainsi que d’autres éléments sans rapport, tels que les secours en cas de catastrophe à Hawaï. 

Cela suffira-t-il aux rebelles républicains qui exigent de voter seuls sur le financement de l’Ukraine ? Jusqu’à présent, le groupe républicain reste fermement opposé à son financement, alors que l’opposition au financement de la guerre en Ukraine grandit au sein de la base du Parti, alors que les besoins nationaux sont si présents. 

Il est probable que cela finira par passer. La pression politique sur les «rebelles» est intense. Mais rappelez-vous que les 24 milliards de dollars sont réservés à un seul trimestre (c’est-à-dire du 1er octobre au 31 décembre), après quoi 24 milliards de dollars supplémentaires doivent être approuvés. 

Le budget fédéral annuel total de l’Ukraine nécessite environ 50 milliards de dollars rien que pour faire fonctionner les services gouvernementaux – sans compter les dépenses militaires et de guerre qui se situent entre 60 et 100 milliards de dollars. Cela signifie que l’Ukraine a besoin d’un total d’environ 100 milliards de dollars ou plus par an pour diriger l’État et poursuivre la guerre. C’est pourquoi ces injections de 25 milliards de dollars actuellement débattues à Washington sont essentiellement «trimestrielles».

La dure réalité est que même si l’Ukraine obtient cette tranche trimestrielle, «la demande» pour la suivante sera presque certainement encore plus problématique. L’argent s’épuisera le 31 décembre, date à laquelle la capacité de l’Ukraine à monter une quelconque résistance militaire sera remise en question – en l’absence d’un sauvetage de l’UE. Mais un sauvetage de l’UE est-il réalisable alors que le niveau de vie de l’Europe s’effondre ?

source : Bruno Bertez

Une deuxième étape géostratégique (autre que l’Ukraine) est en train d’advenir

Source : The Saker francophone.


Les BRICS 11 établissent un pôle d’influence et une puissance mondiale qui ont le potentiel d’éclipser la portée du G7.


Par Alastair Crooke – Le 28 août 2023 – Source Strategic Culture

Alors qu’il est devenu évident pour un nombre croissant de personnes en Occident que quelque chose a terriblement mal tourné dans le projet ukrainien des élites, et que les prédictions et attentes exagérées de voir les forces russes “mises KO” par un “poing” blindé se sont révélées spectaculairement erronées, ces mêmes élites se trompent à nouveau – sur une autre question stratégiquement décisive : elles ignorent à nouveau largement la “réalité” – au nom du contrôle de la “narration” . Dans ce cas, l’Occident préfère se moquer des implications des nouvelles adhésions aux BRICS (sans parler des 40 autres États prêts à les rejoindre) : “il n’y a rien à voir” .

Les BRICS ne sont qu’un amalgame d’États dépourvus de toute cohésion, de tout fil conducteur, proclament les médias officiels occidentaux. Ils ne pourront jamais défier la puissance mondiale des États-Unis, ni le poids financier de la sphère du dollar. Cependant, le Global Times chinois explique, sur un ton modéré, une toile de fond différente :

La raison pour laquelle le mécanisme des BRICS exerce un tel attrait … reflète la déception générale de nombreux pays en développement à l’égard du système de gouvernance mondiale dominé par les États-Unis et l’Occident et dans lequel ils interfèrent. Comme la Chine l’a souligné à plusieurs reprises, le système traditionnel de gouvernance mondiale est devenu dysfonctionnel, déficient et inopérant, et la communauté internationale attend de toute urgence du mécanisme des BRICS qu’il renforce l’unité et la coopération.

D’autres pays du Sud l’expriment de manière plus directe : Le mécanisme des BRICS est perçu comme un moyen de se débarrasser des derniers vestiges du colonialisme occidental et d’acquérir de l’autonomie. Oui, bien sûr, les BRICS 11 seront d’abord plus cacophoniques que fluides, mais ils n’en représentent pas moins un changement profond de la conscience mondiale.

Les BRICS 11 établissent un pôle d’influence et une puissance mondiale qui ont le potentiel d’éclipser la portée du G7.

Le “désordre” en Ukraine est généralement attribué à une simple “erreur de calcul” de la part des élites occidentales : Elles ne s’attendaient pas à ce que la société russe soit aussi robuste, ni aussi résistante à la pression.

En effet, la reconnaissance des contradictions doctrinales de l’OTAN, de son armement de second ordre et de son incapacité à penser rigoureusement – au-delà de la petite phrase du lendemain – a (involontairement) mis en lumière le dysfonctionnement plus profond de l’Occident – un dysfonctionnement qui va bien au-delà de la seule situation liée au projet ukrainien. Nombreux sont ceux qui, en Occident, voient les principales institutions de la société enfermées dans une orthodoxie étouffante, dans un niveau intense de polarisation politique et culturelle, et dans une réforme politique effectivement bloquée.

La guerre par procuration contre la Russie a néanmoins été lancée par le biais de l’Ukraine, précisément pour réaffirmer la vigueur mondiale de l’Occident. Or, c’est le contraire qui est en train de se produire.

La guerre financière (par opposition à la guerre terrestre en Ukraine) était le contre-pied au changement de régime à Moscou : La guerre financière visait à souligner la futilité de s’opposer à l’hégémonie du dollar – agissant de concert. C’était l’hégémon jaloux qui exigeait l’obéissance.

Mais cela s’est soldé par un revers spectaculaire. Et cela a directement contribué non seulement à l’expansion des BRICS, mais aussi à ce que les ressources énergétiques du Moyen-Orient et les matières premières de l’Afrique échappent au contrôle de l’Occident. Au lieu que les menaces occidentales de sanctions et d’ostracisme financier créent la peur et renforcent l’obséquiosité, ces menaces ont au contraire mobilisé des sentiments anticoloniaux dans le monde entier ; elles ont permis de comprendre que la construction financière occidentale équivalait à une tutelle et que toute acquisition de souveraineté nécessitait la dédollarisation.

Et là encore, de graves erreurs ont été commises : Des erreurs d’une ampleur géostratégique ont été commises presque par hasard et sans la diligence requise.

L’erreur primordiale fut celle de l’équipe Biden (et de l’UE) qui saisit illégalement les avoirs de réserve de la Russie à l’étranger, expulsa la Russie du système de compensation financière SWIFT et imposa un blocus commercial si complet que (espérait-on à la Maison Blanche) ses effets démoliraient le président Poutine. Le reste du monde a compris qu’il pourrait facilement être le prochain sur la liste. Ils avaient besoin d’une sphère résistante aux prédations financières occidentales.

Pourtant, la seconde erreur stratégique de Biden (& Co.) a amplifié l’erreur de leur premier blitz financier “sans précédent” . Cette bévue a marqué le deuxième épisode de la défenestration de l’imperium financier américain par Biden : Il a traité Mohammad ben Salmane (et les Saoudiens en général) avec mépris. Il leur a ordonné d’augmenter la production de pétrole (afin de faire baisser le prix de l’essence avant les élections de mi-mandat au Congrès) et a dédaigneusement menacé le royaume de “conséquences” s’il n’obtempérait pas.

Peut-être que Biden, tellement préoccupé par ses perspectives électorales, n’a pas réfléchi à la question. Aujourd’hui encore, il n’est pas certain que la Maison-Blanche comprenne les conséquences du fait qu’elle a traité MbS comme un sous-fifre. On assiste à une tentative de dernière minute pour dissuader l’Arabie saoudite de rejoindre les BRICS, mais il est trop tard. Sa demande d’adhésion a été approuvée et prendra effet le 1janvier 2024. L’Occident a mal interprété l’ambiance.

Les États du Golfe partagent un même ethos, celui de dirigeants sûrs d’eux et affirmés, qui ne sont plus disposés à accepter les exigences binaires des États-Unis, “avec nous ou contre nous” .

Pour éviter tout malentendu, Biden, par la combinaison de ces deux erreurs stratégiques, a lancé l’hégémonie financière de l’Occident sur une voie de garage menant à la disparition progressive d’une grande partie des 32 000 milliards de dollars d’investissements étrangers en dollars fiduciaires qui se sont accumulés dans le système américain au cours des 52 dernières années – avec une accélération implicite vers le “commerce de devises propres” parmi la majorité des États non occidentaux.

En fin de compte, cela conduira probablement à un moyen de règlement des échanges commerciaux des BRICS, éventuellement indexé sur l’or. Si une monnaie d’échange était indexée d’une manière ou d’une autre sur un gramme d’or, cette monnaie acquerrait, bien entendu, le statut de réserve de valeur, basé sur celui de la matière première sous-jacente (dans ce cas, l’or).

L’idée est que lorsque l’inflation était nulle, les bons du Trésor américain étaient considérés comme une réserve de valeur (durable). Toutefois, une large dédollarisation sape la demande synthétique (c’est-à-dire imposée) de dollars qui était entièrement due aux cadres de Bretton Woods et au pétrodollar (qui exigeaient que les marchandises soient échangées uniquement en dollars américains) et à l’idée implicite que les bons du Trésor américain offraient une certaine réserve de valeur.

Mais qu’a fait l’équipe Biden ? Elle a poussé l’Arabie saoudite – la cheville ouvrière du pétrodollar et l’un des piliers (avec d’autres États du Golfe et la Chine) des énormes avoirs en bons du Trésor américain – dans les bras des BRICS. En d’autres termes, les BRICS 11 regroupent six des neuf principaux producteurs d’énergie au niveau mondial, ainsi que les principaux consommateurs d’énergie. En fait, l’OPEP+ a été intégrée pour former un cercle fermé et autosuffisant d’échanges d’énergie (et de matières premières) qui n’a pas besoin de toucher au dollar. Et à terme, cela constituera un choc monétaire majeur.

Les “conséquences” évoquées par la Maison Blanche à l’égard de l’Arabie Saoudite sont devenues sans importance. L’Arabie saoudite et l’Iran peuvent vendre leur pétrole aux autres consommateurs des BRICS (dans des devises autres que le dollar). Les membres n’ont plus à s’inquiéter des menaces occidentales – l’une des principales dispositions des BRICS étant le refus commun de tous les membres de permettre ou de faciliter toute manœuvre de “changement de régime” à l’encontre des membres des BRICS.

Pour être clair, tout cela signifie une poursuite de l’inflation des prix en Occident, reflétant la baisse du pouvoir d’achat des monnaies fiduciaires à mesure que la demande de dollars diminue. Inévitablement, l’affaiblissement du dollar entraînera une hausse des taux d’intérêt aux États-Unis, ce qui sera tout simplement l’une des principales conséquences de la dédollarisation. La hausse des taux d’intérêt imposera une forte pression sur les banques américaines et européennes.

Le premier sommet des BRICS 11 est prévu pour octobre 2023 à Kazan. “Comme par hasard” , l’adhésion à part entière des nouveaux États coïncidera avec l’arrivée de la Russie à la présidence annuelle tournante des BRICS, le 1e janvier 2024. Poutine a déjà fait part de sa détermination à résoudre les difficultés liées à la création d’une monnaie distincte pour les BRICS, “d’une manière ou d’une autre” .

Alastair Crooke

Traduit par Zineb, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

 

La nouvelle centrale des matières premières

Source : The Saker francophone.

 


Les 11 BRICS représentent aujourd’hui 37 % du PIB mondial (en matière de PPA) et 46 % de la population mondiale. À titre de comparaison, le PIB du G7 est de 29,9 % (en matière de PPA).


Par Alastair Crooke – Le 2 septembre 2023 – Source Al Mayadeen

Le groupe hétérogène des BRICS a réussi – il s’est rassemblé, malgré de multiples tentatives pour “écarter” certains États clés. Il s’agit d’une réussite diplomatique et géostratégique remarquable, née du désir largement partagé de trouver une solution de contournement à l’excès américain et son “exceptionnalisme” en matière de dollars après la Seconde Guerre mondiale – les accords de Bretton Woods et le “mandat” du pétrodollar, en vertu duquel tous les échanges d’énergie et de matières premières doivent être fixés en dollars et effectués en dollars (rendant ainsi tous les États vulnérables aux sanctions de l’Occident).

C’est ce point commun capital qui est à l’origine de l’élargissement des BRICS. La guerre financière a peut-être commencé dans les années 1980 avec l’accord du Plaza qui a volontairement fait stagner la croissance du Japon pendant des décennies. Depuis février 2022, les États-Unis et l’Europe se sont concentrés sur l’effondrement de l’économie russe. Aujourd’hui, les États-Unis et l’Union européenne se préparent à appliquer le “traitement japonais” à la Chine, par le biais de réglementations, de droits de douane et d’un resserrement de la ceinture de “sécurité nationale” des échanges commerciaux interdits.

Un premier travail de réflexion ad hoc était indispensable. Et c’est ce qui s’est passé : négocier dans ses propres monnaies et compenser les transactions dans ses propres monnaies par le biais d’un système de monnaies numériques nationales de banque centrale, qui serait “compensé” en temps réel entre les banques centrales, sans toucher au dollar. Le système a déjà fait ses preuves dans le cadre d’un projet pilote appelé “m-CBDC Bridge” . L’idée est que chaque État des BRICS conserve ses propres monnaies pour l’usage quotidien, les monnaies numériques étant limitées aux transactions numériques de change entre les banques centrales.

La perspective d’une monnaie commune des BRICS a fait couler beaucoup d’encre dans la presse occidentale. Mais ce sera pour plus tard. (La création d’une monnaie de réserve a toujours été un faux-fuyant occidental ; le statut de réserve n’est pas recherché par la Russie ou la Chine, et ce n’est pas non plus une aspiration).

Mais peut-être que l’absence d’une “nouvelle monnaie” qui aurait fait grand bruit dans les médias a conduit les observateurs à sous-estimer l’impact de ce qui a été réalisé lors de ce sommet. L’élargissement (d’autres États suivront l’année prochaine) donne à la Chine l’espace stratégique dans lequel elle peut situer sa restructuration de l’économie chinoise. Il donne à la Russie et à la Chine la possibilité de développer et d’étendre pleinement le corridor Nord-Sud (INSTC) dans les deux sens. Les BRICS ont intégré deux économies potentiellement florissantes en Afrique et deux en Amérique latine.

Les 11 BRICS représentent aujourd’hui 37 % du PIB mondial (en matière de PPA) et 46 % de la population mondiale. À titre de comparaison, le PIB du G7 est de 29,9 % (en matière de PPA).

Il ne faut pas s’attendre à ce qu’il se passe quelque chose de spectaculaire dans l’immédiat. Toutefois, la diminution progressive de l’utilisation du dollar dans une si grande partie de l’économie mondiale transformera le système monétaire mondial de plusieurs façons : la demande de dollars diminuant (alors que Washington continue d’en imprimer), la valeur des dollars fiduciaires baissera, ce qui signifie que pour financer de nouvelles dettes, les États-Unis devront payer à leurs créanciers des intérêts plus élevés (pour compenser la baisse concomitante de la valeur des obligations).

La “cerise” la moins remarquée sur le gâteau, bien sûr, est qu’avec l’ajout de l’Iran, des Émirats arabes unis et de l’Arabie saoudite, les BRICS contrôlent désormais ~54 % de la production mondiale de pétrole – et comprennent certains des plus grands consommateurs du monde.

En bref, les BRICS, avec leurs ressources en énergie et en matières premières, sont devenus centraux dans le domaine des matières premières.

Ce qui nous amène aux deux points communs suivants au sein d’un groupe apparemment disparate : premièrement, lorsque ces États échangent des monnaies telles que le rouble, le rial ou le renminbi, ils le font dans une monnaie qui a une valeur inhérente, basée sur une matière première, telle que le pétrole ou l’or.

En d’autres termes, les BRICS s’alignent sur des monnaies fondées sur la valeur d’un produit de base plutôt que sur des instruments monétaires fiduciaires qui se dévalueront au fur et à mesure que l’inflation rongera leur valeur relative.

Le deuxième grand point commun est le passage de l’emprise du modèle occidental néolibéral hyperfinanciarisé à un modèle qui prévoit une plus grande autosuffisance nationale. Par conséquent, la simple remise en question des fondements philosophiques du système politique et économique anglo-saxon – qui sous-tend l’“ordre fondé sur des règles” – est aussi importante, à sa manière, que la simple dédollarisation.

Les États non occidentaux affirment depuis un certain temps que le modèle néolibéral est en contradiction avec les besoins mondiaux. Le président Xi l’a dit sans détour : “Le droit des peuples à choisir de manière indépendante leurs voies de développement doit être respecté… Seul celui qui porte les chaussures sait si elles lui vont ou non” .

Le problème est qu’avec une consommation basée sur l’endettement – comme dans le modèle hyper-financiarisé occidental – le système s’éloigne de la création de richesse, ce qui rend finalement impossible de consommer autant ou d’employer autant de personnes.

Cette atténuation de l’économie réelle, par le biais de la financiarisation et de l’accent mis sur les “produits” financiers dérivés, asphyxie la production réelle. L’autosuffisance s’érode et une base de création de richesses réelles de plus en plus réduite soutient un nombre de plus en plus restreint d’emplois correctement rémunérés.

Une fois de plus, le changement conceptuel qui consiste à construire la souveraineté par le biais d’une approche de l’économie réelle, par opposition au financiarisme, aura de profondes implications pour Wall Street – à plus long terme. La dédollarisation, combinée au paradigme de l’économie réelle, est donc susceptible de bouleverser le monde.

Alastair Crooke

Traduit par Zineb, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Le sommet des BRICS prouve que la géographie l’emporte sur la monnaie

Source : The Saker francophone.

 

Plus je vieillis, plus je passe de temps à me poser la question : “Pourquoi quelqu’un veut-il que je sache cela ?” Nos médias sont tellement compromis que s’interroger sur la partialité éditoriale de chaque sujet est un travail à plein temps.


Par Tom Luongo – Le 1e septembre 2023 – Source Gold Goats ‘N Guns

Et je sais que c’est fait exprès pour nous détourner des vrais problèmes dans certains cas et pour faire avancer un programme dans d’autres.

En 2023, le thème de la dédollarisation a fait fureur. Il s’agit d’un déferlement ininterrompu de battage médiatique et d’hyperboles. Le vacarme des discussions sur la dédollarisation est devenu si fort dans la période précédant le récent sommet des BRICS qu’il a noyé ce qui était réellement à l’ordre du jour pendant ces quelques jours.

Ce discours est venu de tous les côtés, des dirigeants des BRICS eux-mêmes ainsi que de la presse occidentale dominée par les intérêts britanniques et ceux de Davos.

Les gens se sont mis à parler de la “monnaie des BRICS adossée à l’or en essayant de se démarquer les uns des autres en étant à l’avant-garde sur cette question. Au bout d’un moment, on s’est demandé à qui profitait cette amplification.

Cela fait des années que j’écris sur ce sujet, sachant que ceux qui contrôlent la production des matières premières finiraient par se lasser des systèmes d’extraction de richesse mis en œuvre par les maîtres de la financiarisation à New York, Londres et Zurich.

Ce n’était qu’une question de temps avant qu’ils ne passent à l’action.

Et je peux vous dire que je n’ai jamais été amplifié sur un sujet comme celui-ci jusqu’à ce que les gens de Moscou, Bruxelles et Pékin veuillent que ce commentaire soit diffusé.

Ne prenez pas cela pour de la grogne, car ce n’en est pas. C’est juste une observation née d’années d’expérience. J’en suis venu à comprendre ce que signifie un manque d’amplification ; C’est l’histoire que personne ne veut qu’on lui raconte.

D’où la question : Pourquoi veulent-ils qu’on la raconte maintenant ?

À bien des égards, c’est ainsi que je sais que je suis généralement sur la bonne voie en ce qui concerne une question particulière. C’est ainsi que je me rappelle toujours du grand joueur de base-ball Wee Willy Keeler, qui a dit que le base-ball est un jeu facile : “Il suffit de les frapper là où ils ne sont pas” .

Cette année, de nombreuses personnes importantes ont voulu nous informer sur la dédollarisation. Ils avaient leurs raisons de promouvoir ce concept. Et, comme toujours, il s’agit d’influencer les flux de capitaux mondiaux tout en détournant les commentaires de ce qui est réellement à l’ordre du jour.

Pour Davos, la dédollarisation n’est qu’un autre vecteur d’attaque contre les États-Unis. En mettant l’accent sur les problèmes intérieurs et géopolitiques des États-Unis, ils créent de l’incertitude. Le capital déteste l’incertitude.

Ajoutez à cela une administration “Biden” volontairement belliqueuse et incompétente et vous obtenez un cocktail parfait d’incertitude qui maintient la méfiance des marchés de capitaux à l’égard de la politique à court terme et des tendances à long terme.

Conclusion ? Les États-Unis sont complètement foutus.

La Russie est en guerre contre l’Occident, alors, bien sûr, Vladimir Poutine parlera de son livre sur la dédollarisation. Il est l’homme de confiance des BRICS qui sont “anti-dollar” .

Il n’y a qu’un seul petit problème dans tout cela : Le dollar américain lui-même et le manque d’infrastructures alternatives pour s’en débarrasser. Malgré tout le bla-bla et, franchement, la propagande sur ce sujet, la réalité est très, très différente.

Alors que tout le monde parle de dédollarisation, la véritable monnaie qui perd sa position dans le commerce mondial est l’euro. Mais personne ne parle de dé-euroïsation. Je suppose que ce terme ne roule pas aussi bien sur la langue ?

Selon les dernières données du SWIFT RMB Tracker, aucune monnaie n’a perdu plus de terrain dans le commerce mondial que l’euro. En un peu plus de deux ans, l’euro est passé de 39,5% des paiements mondiaux en dehors de la zone euro à seulement 13,6 %.

Le dollar a absorbé la plupart de ces paiements, la livre sterling, le yen japonais et, oui, le renminbi chinois se charge du reste.

Ainsi, la grande distraction autour de la dédollarisation consiste, en partie, à ne pas prêter attention à l’effondrement rapide de l’euro et à la crise émergente des obligations souveraines que la présidente de la BCE, Christine Lagarde, s’efforce chaque jour d’étouffer.

J’en ai tellement parlé que les gens commencent à en avoir assez. (IciIciIci et Ici)

En fin de compte, cependant, peu importe les efforts déployés pour truquer les calculs, falsifier les données boursières et conclure des accords pour sauver les apparences, les marchés sont tout simplement plus intelligents que les planificateurs centraux.

C’est pourquoi je m’attends à ce que les défenseurs des obligations reviennent en force au cours des deux prochains mois, maintenant que Jerome Powell a attiré l’attention de tous. Il peut encore renforcer sa street cred avec une nouvelle hausse de 25 points de base en septembre, mais honnêtement, il n’aura peut-être pas à le faire.

BRICS in the Wall

Mais revenons aux BRICS. Si la dédollarisation n’était pas l’objectif du sommet de cette année, alors qu’est-ce qui l’était ?

L’expansion.

Et pas seulement l’expansion pour le plaisir de l’expansion, mais l’expansion géographiquement stratégique.

Les BRICS ont officiellement ajouté six pays : L’Iran, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l’Argentine, l’Égypte et l’Éthiopie. Ils auraient pu en ajouter d’autres et ont failli ajouter l’Algérie sans le veto de dernière minute de l’Inde pour le compte de la France.

L’Algérie est le symbole de la lutte entre l’Italie et la France pour l’accès au pétrole et au gaz africains. Il ne peut y avoir d’Ital-exit hors de l’UE sans que l’Italie ne minimise l’influence de la France en Afrique du Nord, en renforçant ses besoins énergétiques comme garantie d’un retour à la lire.

Heureusement, avec l’aide de la Russie et de la Chine, les Africains s’occupent eux-mêmes du problème français des Italiens.

S’il existe un thème commun à ces six pays, au-delà de la géographie (nous y reviendrons), c’est leur relation avec le prétendu ancien empire britannique. Des États arabes et de l’Égypte à ceux qui ont défié les Britanniques dans le passé – par exemple l’Iran et l’Argentine – ces ajouts représentent un changement de pouvoir profond.

Un simple coup d’œil sur la carte du monde suffit pour s’en convaincre.

Les pays en rouge sont membres de l’alliance. Les pays en vert ont officiellement demandé à en faire partie et les pays en jaune ont ouvertement exprimé leur intérêt.

Mais ce sont les cinq pays regroupés autour du centre du commerce mondial qui devraient attirer votre attention. En effet, tous les discours sur la monnaie commune des BRICS ne sont que du théâtre s’il n’existe pas une chaîne d’approvisionnement financière alternative pleinement développée pour capturer les bénéfices et minimiser les risques de change et les frictions pour tous les membres.

Prenons-les un par un.

L’Iran

Commençons par le plus facile. Selon moi, l’Iran est le “I” des BRICS depuis des années. En effet, l’Inde maintenant constamment tout le monde en déséquilibre, un peu comme Erdogan en Turquie, cela a incité la Russie et la Chine à investir massivement en Iran, en contrepoint, faisant de ce pays la clé de l’initiative chinoise Belt and Road (BRI) et du Corridor international de transport nord-sud (INSTC) tant désiré par la Russie.

L’Inde a traîné les pieds pendant si longtemps pour réaliser les travaux prévus dans le port iranien de Chabahar que l’Iran a annulé le contrat et l’a confié à la Chine, qui a ensuite achevé les travaux en moins de temps qu’il n’en a fallu à l’Iran pour appeler l’Inde au téléphone et se plaindre.

C’est le genre de pivot qui donne des résultats. La Chine et la Russie ont promis des centaines de milliards d’investissements et de ventes à l’Iran, les soutenant après que l’ancien président Trump a déchiré le JCPOA et mis en place des sanctions qui n’ont pas fonctionné, à moins que l’objectif de Trump n’ait été de garantir ce qui s’est passé depuis.

C’est une nouvelle preuve que Trump ne joue pas aux échecs en quatre dimensions.

Les ports de Chabahar et de Bandar Abbas servent désormais à faire sortir le commerce asiatique, en particulier celui en provenance de Russie, au-delà des points d’étranglement autour de la Méditerranée, de la mer Rouge et de la mer Noire.

L’Iran a donc toujours été le premier pays ajouté au bloc. L’Inde a ainsi été rapidement avertie qu’elle devait cesser ses petits jeux.

Arabie saoudite

L’ajout de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis n’était dans l’esprit de personne pendant l’inter-règne de Trump, car ce dernier avait compris l’importance des Saoudiens pour le maintien de la présence américaine dans la région.

Le problème pour Trump était que les Saoudiens savaient qu’il n’était pas une solution à long terme pour les États-Unis. Tout au long de sa présidence, des événements se sont produits qui remontent directement à la politique étrangère d’Obama. Saper Trump était le seul objectif du gouvernement fantôme d’Obama, en particulier notre relation avec les Saoudiens.

Avec l’intervention réussie de la Russie en Syrie, et leurs propres résultats désastreux dans la guerre au Yémen, ce n’était qu’une question de temps avant que le prince héritier Mohammed ben Salman (MbS) ne reprenne ses esprits.

L’avenir de l’Arabie saoudite était avec les BRICS et non avec les restes de l’empire britannique. Soit dit en passant, je parle sans cesse des néocons et la meilleure façon de les considérer, au-delà de leur haine d’à peu près tout le reste du monde, est de les voir comme les héritiers de la politique étrangère de l’empire britannique.

Les États-Unis ont adopté cette politique étrangère il y a un siècle sous Woodrow Wilson (voir mon podcast avec Richard Poe). Depuis lors, c’est la seule chose, à part les dépenses ruineuses, qui unit le Parti unique au Capitole. L’empire ou l’échec. Au vu de l’état de délabrement de nos finances et de notre politique intérieure, l’issue la plus évidente était l’effondrement.

L’Arabie saoudite n’avait pas d’autre choix que de s’aligner sur son partenaire de l’OPEP+, la Russie, si MbS voulait que le pays survive à la fin de ses réserves de pétrole.

Émirats arabes unis

L’ajout des Émirats arabes unis fait définitivement partie de la discussion sur la monnaie. Dubaï et Abu Dhabi sont rapidement devenus des centres de négoce de matières premières stratégiques, avec des échanges d’or et de pétrole très fructueux et de plus en plus importants. Dubaï dispose de son propre indice de référence pour le pétrole brut. Même Moscou n’en a pas (encore).

Comme Vince Lanci et moi-même l’avons longuement expliqué lors d’une récente apparition sur Palisades Gold Raio (parties I et II ici), pour pouvoir ne serait-ce que parler d’une forme de système de règlement des échanges soutenu par l’or, il faut qu’il y ait une chaîne d’approvisionnement et une industrie financière profonde et liquide en place pour faciliter à la fois ce règlement et minimiser les risques de stockage de l’or et les risques de change des membres de l’alliance négociant bilatéralement sans le dollar comme intermédiaire.

L’ajout de Dubaï en tant que nœud de ce réseau échappant au contrôle de la Chine était donc important pour instaurer la confiance. La multiplicité des échanges, des coffres-forts et des raffineries simplifie tout. Cela permet de minimiser la “prime de commodité” liée à l’utilisation du dollar américain et de maximiser l’utilisation des monnaies locales par les membres, l’or jouant le rôle de couche de confiance universelle et une blockchain pour les fonctions d’arrière-guichet et d’audit.

Donc, d’abord, vous ajoutez le centre financier, puis vous commencez vraiment à parler de la “monnaie BRICS adossée à l’or” . L’ordre des opérations est important.

Les Émirats arabes unis étaient nécessaires pour que l’Inde envisage de s’associer à la Russie et à la Chine sur cette idée. C’est pourquoi le dirham des Émirats arabes unis sera la monnaie de règlement entre l’Inde et la Russie pour les ventes de pétrole, et non le rouble. Cela crée une validité pour une tierce partie tout en évitant à l’Inde d’enfreindre directement les sanctions américaines en achetant de l’énergie russe.

L’Argentine

Il ne faut pas sous-estimer les ravages causés par le FMI et la corruption européenne en Argentine au fil des ans. Il s’agit d’un autre pays riche en ressources naturelles qui a été maintenu dans un état de bouleversement constant et qui a maintenant l’occasion, comme l’Égypte, de sortir du giron du FMI, privant ainsi les capitalistes vautours de tout l’Occident de l’occasion de piller le pays une fois de plus.

En outre, l’Argentine devrait voir les fonds de développement nécessaires à l’exploitation de ses importantes réserves de schiste de Vaca Muerta arriver dans le pays. Cela stabilisera ses réserves de change et l’accès à la Nouvelle banque de développement (NDB) des BRICS lui offrira une alternative aux usuriers du FMI.

Les prochaines élections pourraient rapidement devenir un référendum sur les exigences du FMI et le contrôle des capitaux.

Égypte et Éthiopie

La tournure des événements en Égypte est fascinante, car la faiblesse financière de l’Égypte est précisément ce qui a créé une opportunité stratégique pour la Russie et la Chine de faire une grande offre au président Al-Sisi. Utilisez notre nouvelle banque de développement et faites pression sur le Fonds monétaire international s’ils ne veulent pas négocier une réduction de la dette.

À l’instar de l’Argentine, l’Égypte dispose désormais d’un levier de négociation qu’elle n’avait pas auparavant.

D’une manière ou d’une autre, le FMI est perdant, car l’Égypte dispose d’un autre prêteur, qui peut forcer le FMI à réduire sa dette pour la première fois de son histoire, ou elle peut tout simplement faire défaut. La Chine est déjà prête à renoncer à 8 milliards de dollars de dettes égyptiennes, alors que le FMI ne tient qu’à une restructuration.

Et si vous pensez que l’Égypte n’a pas cette influence, n’oubliez pas que le canal de Suez assure encore 12 % du commerce mondial par jour. Les BRICS ont désormais un allié politique qui contrôle le canal de Suez.

Avec l’Éthiopie, ainsi que la diplomatie habile de la Russie avec l’Érythrée et celle de la Chine avec Djibouti où ils ont un accès portuaire, les BRICS ont désormais un accès sans entrave à la mer Rouge. La pression augmentera pour que l’Érythrée et Djibouti fassent la paix avec l’Éthiopie, ouvrant ainsi le commerce en Afrique de l’Est.

L’accès aux points d’étranglement historiques du commerce mondial ou leur contournement est un objectif de longue date de la Russie et de la Chine. Et il semble qu’avec ces ajouts au bloc des BRICS, elles y soient enfin parvenues.

Rencontrer le nouveau patron ?

Dans mon dernier article sur la géopolitique, j’ai évoqué l’importance des garanties physiques pour l’avenir de la domination financière de l’Occident, en particulier de l’Europe. La principale raison pour laquelle je continue à insister sur les difficultés de l’Europe est qu’il est désormais évident que les détenteurs de garanties physiques, y compris les États-Unis, ne sont plus intéressés par la vente de ces garanties à des prix réduits à une Europe à l’esprit colonial.

La Russie, sous Poutine, était heureuse de courtiser l’UE en tant que partenaire énergétique parce qu’elle pensait que cela garantirait l’avenir de la Russie contre une guerre potentielle contre l’Europe. Il était prêt à vendre à l’Europe du gaz bon marché pour maximiser le profit total de la Russie, qui n’est pas directement mesurable par des éléments tels que le PIB ou les balances commerciales.

Certains capitaux sont politiques. Certains profits sont sociaux, même si les commentaires marxistes les plus minables prétendent le contraire.

C’est la raison pour laquelle il a accepté l’appel de l’ancienne chancelière allemande Angela Merkel en faveur de la construction de Nordstream 2, tout en sachant que cela irriterait les néoconservateurs américains et britanniques.

Les dividendes de la paix pour la Russie étaient tout simplement trop importants pour ne pas tenter le coup. La trahison par Merkel de Poutine au sujet de NS2 et des accords de Minsk expliquent pourquoi nous sommes dans le pétrin dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui.

Les néoconservateurs ont touché le jackpot géopolitique en faisant exploser Nordstream, privant ainsi l’Allemagne et la France du gaz dont elles ont tant besoin. La situation est si grave en Allemagne que les Allemands démantèlent tranquillement leurs parcs éoliens pour reconstruire des centrales au charbon, revenant ainsi à la seule source d’énergie dont ils disposent en abondance en Europe.

Aujourd’hui, l’Afrique se révolte contre la France. Le mois dernier, c’était le Niger. Ce mois-ci, c’est le Gabon. La France ne peut pas répondre seule à toutes ces révoltes. Elle a besoin d’une intervention extérieure qui ne semble pas prête d’arriver.

La reine de la guerre Vicky Nudelman s’est rendue au Niger et a été rejetée. Des rapports circulent maintenant sur le fait qu’elle et son personnel ont été pris complètement par surprise par les événements en Afrique et qu’ils n’avaient pas de solutions, d’offres ou même de menaces crédibles à apporter.

Pretoria connaissait bien la réputation de faucon de Mme Nuland, mais lorsqu’elle est arrivée à Pretoria, le fonctionnaire l’a décrite comme “totalement prise au dépourvu” par les vents de changement qui engloutissent la région. Le putsch de juillet, qui a vu une junte militaire populaire prendre le pouvoir au Niger, a suivi les coups d’État militaires au Mali et au Burkina Faso, inspirés de la même manière par un sentiment anticolonialiste de masse.

 

Bien que Washington ait jusqu’à présent refusé de qualifier de coup d’État l’évolution de la situation dans la capitale nigérienne de Niamey, la source sud-africaine a confirmé que Mme Nuland avait demandé l’aide de l’Afrique du Sud pour répondre aux conflits régionaux, y compris au Niger, où elle a souligné que Washington détenait non seulement des investissements financiers importants, mais maintenait également un millier de ses propres soldats. Pour Nuland, la prise de conscience qu’elle négociait en position de faiblesse a probablement été un choc.

Si vous assimilez Nuland aux néocons britanniques/américains qui ne sont pas nécessairement alignés sur Davos, ce rapport devrait vous choquer, car il nous apprend que ni les uns ni les autres ne sont capables d’occuper le vide laissé par ces juntes qui s’emparent du pouvoir.

Il affirme, sans ambages, que toutes les puissances coloniales d’Europe sont des tigres de papier. Ce qui a commencé au Burkina Faso et au Mali se propage comme des feux de forêt allumés par des pyromanes du changement climatique du Canada à travers l’Afrique.

Le président français Emmanuel Macron ne peut que crier son impuissance à Paris, Nuland peut bien agiter le poing en criant “Vous regretterez le jour où…” , et le ministère américain de la défense restera là sans rien dire.

Dans le même temps, les affrontements entre les troupes de l’Armée arabe syrienne et les forces d’occupation américaines à l’est de l’Euphrate font à nouveau la une des journaux.

Comprenez-vous déjà le tableau ?

La lutte pour les biens matériels s’accorde parfaitement avec la prise de contrôle des principales routes commerciales. Alors que le Royaume-Uni et ses collabos néocons s’acharnent à déclencher une troisième guerre mondiale à cause de l’Ukraine (cf. les frappes de drones sur l’aéroport russe de Pskov depuis la Lettonie), le bloc des BRICS comprend que sa meilleure ligne de conduite est de continuer à établir de nouvelles relations et de nouveaux réseaux, et de faire pression sur les réseaux coloniaux centenaires qui ont financé son pouvoir.

Rester à l’écart d’une guerre chaude directe est tout simplement une question de bon sens stratégique. L’attrition est une saloperie, sur le plan énergétique.

Aujourd’hui, ils sont contraints de dépenser leur capital de départ accumulé au cours de ces siècles pour influencer les événements à leur convenance, et il est clair qu’ils n’ont pas vraiment les ressources nécessaires pour le faire encore très longtemps.

Dans ce contexte, la dédollarisation est le cadet de leurs soucis. Il s’agira d’un phénomène qui se déroulera en arrière-plan, comme la réduction du bilan de la Fed par Powell, et qui émergera simplement de ces événements.

Le choix auquel l’Occident est maintenant confronté est de savoir à quel moment il va cesser de se battre et enfin s’asseoir à la table des négociations. Certaines factions, comme l’armée américaine et le secteur bancaire, ont déjà fait connaître leurs intentions.

Les autres ? Pas vraiment.

Lorsque que quelqu’un est confronté à l’extinction, c’est là que l’on découvre ses véritables allégeances.

Tom Luongo

Traduit par Zineb, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

40 BRICS de plus dans le mur

Source : the Saker francophone.

 


Par Dmitry Orlov – Le 23 aout 2023 – Source Club Orlov

La conférence des BRICS qui se tient actuellement à Johannesburg a déjà produit quelques révélations étonnantes. D’une part, la part des échanges commerciaux entre les membres actuels des BRICS qui se font encore en dollars américains est tombée à moins d’un tiers ; d’autre part, pas moins de 40 pays sont à un stade ou à un autre de l’adhésion aux BRICS.

 

Il s’agit bien sûr de développements très positifs, mais il reste encore beaucoup de travail à accomplir. À l’ordre du jour figure la tâche de remplacer le dollar américain en tant qu’étalon utilisé par tous pour fixer le prix des matières premières et d’autres produits, et de choisir une unité notionnelle neutre qui ne soit pas affectée par les taux de change, lesquels sont sujets à des manipulations politiques : lorsqu’un pays fait quelque chose qui ne plaît pas aux Washingtoniens, sa monnaie s’effondre rapidement. Les prix des produits exprimés dans la nouvelle unité notionnelle seraient soumis à l’offre, à la demande, au contenu en énergie et en main-d’œuvre et à d’autres considérations du monde réel, et non aux caprices des spéculateurs monétaires.

Une autre caractéristique essentielle de l’unité notionnelle, qui la distingue du dollar américain, est qu’elle ne peut être ni prêtée ni empruntée. Il s’agit simplement d’un mécanisme de fixation des prix. De plus, il n’y a pas de taux de change entre cette unité et les monnaies nationales que les spéculateurs peuvent manipuler – puisqu’il n’y a rien à échanger – et chaque pays est libre de fixer le prix de sa monnaie nationale en unités notionnelles comme il le souhaite, avec l’objectif de maintenir une balance commerciale nulle. Bien entendu, toute balance commerciale qui se développerait, qu’elle soit positive ou négative, devrait être couverte par un échange d’or ou, si la situation l’exige, être reportée ou annulée.

Une grande partie des discussions dans la presse occidentale n’aborde même pas ces questions, mais se concentre plutôt sur la question suivante

Quelle sera la nouvelle monnaie de réserve ?

Cela soulève évidemment la question suivante : “Pourquoi une monnaie de réserve ?” qui est également ignorée. Plus de cinq siècles d’impérialisme occidental ont appris aux Occidentaux à penser qu’il doit y avoir un chef : si ce n’est pas l’Espagne, c’est la Grande-Bretagne, et si ce n’est pas la Grande-Bretagne, ce sont les États-Unis.

Naturellement, ils pensent que le nouveau chef de file sera la Chine, sans tenir compte du fait que la Chine n’a aucun intérêt à jouer un quelconque rôle impérial. Mais si les pays se traitent d’égal à égal (comme les membres actuels et futurs des BRICS aimeraient beaucoup le faire), il n’y a aucune raison pour qu’un pays détienne en réserve de grandes quantités de la monnaie d’un autre pays, en particulier lorsque ces réserves

  1. sont soutenues par une montagne de dette fédérale américaine qu’il n’est pas prévu de rembourser et
  2. peuvent être confisquées à tout moment sans préavis si un pays ne suit pas les diktats de Washington.

Mais la question la plus importante est la suivante : Alors que les BRICS vont bientôt se tailler la part du lion dans l’économie, la capacité de production et les ressources physiques de la planète, qu’en sera-t-il de l’Occident ? Les États-Unis et l’Union européenne accusent des déficits commerciaux de l’ordre de mille milliards de dollars par an. Jusqu’à présent, ce déficit était comblé par la dette souveraine, en forçant les partenaires commerciaux à acheter des instruments de dette émis par les États-Unis et l’Union européenne. Mais comme le dollar américain (et son parent pauvre l’euro) n’est plus nécessaire au commerce international, comment ce déficit commercial va-t-il être financé ? En l’absence de commerce extérieur financé par la dette, les États-Unis et l’Union européenne, ainsi que leurs États et pays constitutifs, s’effondreraient rapidement sur le plan économique et politique.

Cela finira par arriver, mais à court terme, la tâche des BRICS consiste à organiser une transition en douceur jusqu’à ce que les États-Unis et l’UE soient trop affaiblis pour causer des dommages significatifs. Ce sera peut-être le principal sujet de discussion du prochain sommet des BRICS, qui se tiendra en octobre de l’année prochaine dans la belle ville moderne de Kazan, dans la République du Tatarstan (Fédération de Russie). Pour l’heure, l’organisation a fort à faire avec la définition de la nouvelle unité notionnelle qui remplacera le dollar américain en tant qu’étalon et avec l’acceptation de nouveaux membres.

Dmitry Orlov

Soutenez mes efforts sur https://boosty.to/cluborlov.

Le livre de Dmitry Orlov est l’un des ouvrages fondateurs de cette nouvelle « discipline » que l’on nomme aujourd’hui : « collapsologie » c’est à-dire l’étude de l’effondrement des sociétés ou des civilisations.

Il vient d’être réédité aux éditions Cultures & Racines.

Il vient aussi de publier son dernier livre, The Arctic Fox Cometh.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Déclin de l’Occident et avènement des BRICS

Source : TV Libertés

Jacques Sapir dans Le Samedi Politique - Le 03/09/2023.

Les transformations du monde s’accélèrent à un train d’enfer depuis le 24 février 2022. La crise en Ukraine s’embourbe depuis près de 18 mois et les politiques de sanctions à l’égard de la Russie ont fait intégrer à tous les pays en voie de développement les dangers de s’arrimer aux États-Unis.

L’Occident, sous l’égide de Washington, est devenu peu à peu un repoussoir pour tous les pays souverains qui aspirent à le rester ou ceux qui aspirent à le devenir. Le continent africain ne fait pas exception. La France, malgré son poids colossal notamment grâce à sa langue, a perdu pieds. Les coups d’État s’enchainent et les réactions diplomatiques sont plus catastrophiques les unes que les autres. Pendant que l’Occident creuse sa tombe, les BRICS, eux, bâtissent le monde de demain avec une philosophie bien différente de coopération.

L’économiste spécialiste des questions stratégiques et membre de l’académie des Sciences en Russie, Jacques Sapir, nous livre ses analyses sur ce monde dangereux aux transformations à grande vitesse auquel l’Europe et la France auront bien du mal à raccrocher les wagons.

Du 24 février (2022) au 24 août (2023) : Les USA ont perdu le contrôle du monde

Source : Le Courrier des Stratèges- par Edouard Husson - Le 28/08/2023.

 

Du 24 février (2022) au 24 août (2023) : les USA ont perdu le contrôle du monde

En dix-huit mois (24 février 2022-24 août 2023), les États-Unis ont perdu le contrôle des affaires mondiales. Le sommet des BRICS, en effet, signe une défaite politique majeure, à l’opposé des espoirs que Washington avait mis dans le “piège ukrainien”, qui devait faire s’effondrer le le régime de Poutine et conforter la position américaine face à la Chine.

La nouvelle carte des BRICS, à onze membres, montre que l’enjeu est d’abord géopolitique. Nous avons déjà parlé de la diagonale de la géopolitique mondiale en émergence, de Vladivostok à Santiago du Chili. En admettant six nouveaux membres, les BRICS ont renforcé cet axe.

Il est vrai que l’admission de l’Argentine est, en réalité, suspendue, au résultat de l’élection présidentielle. Le candidat libertarien, actuellement en tête des sondages, et dont Le Courrier vous a expliqué pourquoi sa candidature est intéressante, semble hostile à la logique des BRICS.

Cependant, l’essentiel, concernant les nouvelles admissions, s’est joué ailleurs : la Russie et l’Afrique du Sud ont convaincu l’Inde d’accepter quatre pays musulmans (Iran, Émirats, Arabie Saoudite, Égypte), dans le club. Si l’on ajoute l’Éthiopie, on voit que l’idée est d’abord un contrôle de régions stratégiques, pour en écarter les USA.

L’enjeu de la coordination sur les transports

Vladimir Poutine y a insisté. Le contrôle d’un certain nombre de routes mondiales sera au cœur de la coordination des BRICS.

L’Arabie saoudite, l’Égypte, les Émirats arabes unis (EAU), l’Iran, l’Argentine et l’Éthiopie ayant rejoint les BRICS, l’organisation aura accès à un vaste réseau de ressources logistiques stratégiques. Le vaste réseau logistique du groupe comprendra la route maritime du Nord, les corridors de transport Nord-Sud et Ouest-Est, les entrées du golfe Persique, la mer Rouge et le canal de Suez.

Outre l’accès à la haute mer, les pays cherchent à trouver des solutions alternatives aux “goulots d’étranglement”, tels que le détroit de Singapour, le détroit de Malacca, le canal de Suez, le Bosphore et le détroit d’Ormuz.

L’autre projet important est le corridor nord-sud qui relie l’ouest et le nord de la Russie au golfe Persique. La route maritime du Nord (NSR) est essentielle pour la Russie, car elle l’aidera à éviter un éventuel blocus maritime de la part des États occidentaux dans le cadre des sanctions en cours. De même, le canal de Suez et la mer Rouge seraient situés dans la juridiction des partenaires BRICS de la Russie après l’inclusion de l’Arabie saoudite et de l’Égypte. Le partenariat des BRICS contribuera également à résoudre les tensions autour du canal de Suez et du détroit d’Ormuz.

Monnaie : Ne pas mettre la charrue avant les bœufs

Les membres des BRICS ont fait part d’une initiative visant à commencer à travailler sur un système de paiement et une monnaie de règlement inter-BRICS. Le calendrier n’est pas immédiat, mais ils espèrent en développer un d’ici 5 à 10 ans. Aucun chiffon rouge n’est donc agité face aux USA. Mais ceux-ci ont des raisons d’être inquiets. Dans l’intervalle, en effet, les BRICS multiplieront les initiatives visant à régler les transactions dans leurs propres monnaies, en s’éloignant du dollar. La dédollarisation va donc continuer à s’accélérer,.

Monnaie commune et politique des petits pas. Ils convertiront leurs propres monnaies plutôt que d’utiliser une nouvelle monnaie unique inter-BRICS, à l’instar de l’euro utilisé par l’UE.

Le contrôle de l’énergie

Malgré toute la prudence affichée, il est évident que la défaite géopolitique des USA, en dix-huit mois, est terrible. Imaginez que l’on vous ait dit, il y a dix-huit mois que l’Arabie Saoudite et l’Iran rejoindraient les BRICS rapidement….Vous auriez regardé l’interlocuteur avec incrédulité.

Les nouveaux BRICS, avec l’Iran, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite, contrôlent désormais environ 54 % de la production mondiale de pétrole.

Les sanctions occidentales sont une indéniable réussite !

BRICS +n  :  Expansion vers l’Est, avec quels critères ?

par Mohamed Achir - Le 25/08/2023.

1. Le PIB n’est pas un critère retenu par les BRICS. Le PIB de l’Algérie fait presque deux fois celui de l’Éthiopie (120 Mds de dollars). Le PIB du Nigeria est de 477 milliards de dollars, supérieur à celui de l’Afrique du Sud, 405 Mds de dollars et supérieur à celui de l’Égypte 476 Mds de dollars.

2. Pas de critères du développement qualitatif et du développement durable (l’Algérie étant première en Afrique en ODD et sécurité alimentaire).

3. La position géopolitique et géographique et le niveau des relations économiques et politiques bilatérales avec les BRICS n’ont pas pesé semble-t-il dans le choix des nouveaux membres.

4. La participation au capital de la NBD non plus !

Je pense que la Méditerranée occidentale n’est pas encore une priorité pour les BRICS et le développement des nouvelles routes de la soie (BRI).

Le choix de l’Égypte et de l’Éthiopie ne cache pas une stratégie de renforcement de la position des BRICS et surtout de la Chine dans une zone stratégique et importante pour le commerce international.

Il s’agit de la région Est de l’Afrique de l’Est, la Corne de l’Afrique, mais aussi le golfe d’Aden, la mer Rouge, le canal de Suez.

La Chine cherche pour ses BRI une position géographique privilégiée. Elle a déjà investi énormément en Éthiopie et plus de 14 milliards de dollars à Djibouti (ports, chemins de fer, routes, aéroports, zone franche, etc.), avec même une base militaire.

La corne Africaine, la zone Indopacifique comptent beaucoup pour les BRICS.

Les prochaines adhésions seront actées dans les prochaines années par les BRICS en fonction des enjeux géopolitiques et économiques et l’avancement des Nouvelles routes de la soie.

source : Jazairhope

envoyé par Amar Djerrad

Le général Dominique Delawarde sur les BRICS+, les États-Unis et Israël, et le cas de l’Algérie

Print Friendly, PDF & Email

par Jazair Hope - Le 26/08/2023

Jarair Hope : Quels sont les critères qui ont permis la sélection des 6 pays admis au BRICS, surtout que économiquement quel que soit le critère il y a des candidats meilleurs qui n’ont pas été admis ?

Dominique Delawarde : Bien sûr, je ne suis pas dans le secret des Dieux, mais voici ma lecture du choix des BRICS pour l’adhésion dès le premier janvier 2024.

– À l’analyse, l’Iran était probablement le candidat le plus assuré d’entrer dans les BRICS parce qu’il appartient aussi à l’Organisation de Coopération de Shangaï, comme la Chine, la Russie et l’Inde. Ses diplomates connaissent déjà parfaitement le fonctionnement des diplomaties de ses partenaires de l’OCS. On peut noter que l’Iran a mis 12 ans entre le dépôt de sa candidature à l’OCS et son admission comme membre à part entière. Par ailleurs, l’Iran, gros producteur de gaz et de pétrole, est aussi une pièce maîtresse pour assurer une stabilité géopolitique en Asie de l’Ouest.

– La stabilisation et le retour à la paix entre pays riverains du Golfe passaient par la réconciliation entre l’Iran et l’Arabie saoudite. Obtenue sous l’égide de la Chine, cette réconciliation qui est dans l’intérêt supérieur des BRICS a probablement fait l’objet d’un deal : réconciliation avec en corollaire entrée au plus tôt dans les BRICS. Les BRICS avaient tout intérêt à stabiliser cette réconciliation pour éviter tout retour en arrière de la part de l’Arabie saoudite et des EAU. Ces deux pays, dont une forte majorité de la population et des responsables politiques hait les USA depuis fort longtemps, avaient besoin d’un nouveau protecteur pour se substituer aux USA. Les BRICS vont désormais jouer ce rôle. Arabie saoudite et EAU naviguaient dans l’orbite US, contraints et forcés («Baises la main que tu ne peux trancher»). Ces deux pays ont trouvé des parrains et protecteurs qu’ils jugent moins nocifs à leurs intérêts.

Les BRICS ont donc bien joué en admettant simultanément l’Iran, l’Arabie Saoudite et les EAU parmi eux. 

Arabie saoudite et EAU vont pouvoir jouer un rôle de premier plan dans la dédollarisation en vendant leur pétrole aux gros consommateurs que sont l’Inde et la Chine en monnaie nationale et non plus en dollars. Ils vont donc participer à l’affaiblissement de l’hégémonie US.

– S’agissant de l’Argentine et de l’Égypte, ces deux pays sont deux pays importants dans leur continent respectifs, qui ont longtemps eu un pied dans chaque camp. Il est important qu’ils choisissent leur camp et s’y tiennent. L’adhésion au BRICS va les y aider. On notera que, dans les nouveaux arrivants, deux états sont aujourd’hui membres du G20 (l’Argentine et l’Arabie saoudite). Leur adhésion aux BRICS va renforcer la position des BRICS au sein du G20. Ils seront désormais 7 à défendre, ensemble, une position alternative à celle des USA. Si l’on ajoute le Mexique et l’Indonésie, pays amis des BRICS, et à un certain degré la Turquie, le G20 n’est plus la chasse gardée de l’occident global.

– S’agissant enfin de l’Égypte et de l’Éthiopie, chacun notera que ces deux pays sont en très forte opposition sur le problème de l’exploitation du Nil. Le meilleur moyen d’apaiser les tensions dans la région n’est-il pas de les admettre simultanément au BRICS pour trouver les moyens de gérer le problème de l’exploitation du Nil avec des moyens financiers et humains beaucoup plus importants ? Ceux des BRICS, et d’éviter ainsi qu’une région favorable aux BRICS ne tombe dans la guerre et le chaos, dont les occidentaux tirent toujours profit. Certes l’adhésion de certains pays est repoussée d’un an ou deux.

C’est incontestablement le cas de l’Algérie, allié à la fidélité indéfectible, dont le PIB est supérieur à celui de l’Éthiopie. C’est justement parce qu’elle ne pose pas de problème urgent à résoudre qu’elle peut attendre une ou deux années de plus. Se souvenir que l’Iran a su attendre 12 ans avant d’être finalement admis, d’abord dans l’OCS, puis dans les BRICS. Je ne pense pas que l’Algérie attende aussi longtemps son tour.

JH : Quelle est votre lecture de l’admission des Émirats, l’Arabie et l’Iran étant donné l’antagonisme entre ces pays vis à vis d’Israël, n’est-ce pas une menace supplémentaire pour les accords d’Abraham d’avoir les Émirats dans le même groupe que l’Iran ?

DD : Je pense que les EAU sont un pays pragmatique et réaliste. Il connaît sa taille, sa force et ses moyens. S’il peut s’entendre avec l’IRAN dans le cadre des BRICS, il choisira l’IRAN plutôt qu’Israël. Beaucoup d’accords signés par les EAU ont été signés sous les pressions occidentales (US et France). Un accord n’est jamais signé dans le marbre pour l’éternité.

Par ailleurs, les accords d’Abraham ne sont valides que sous réserve qu’Israël cesse d’annexer des territoires palestiniens. Or ce n’est pas le cas et n’a jamais été le cas. En clair, les accords d’Abraham sont fragiles et peuvent être dénoncés par les parties arabes lorsqu’elles le décideront.

L’appartenance de l’Iran et des EAU à un même groupe dirigé par la Russie et la Chine est davantage un facteur de paix qu’un facteur de guerre. Les causes palestinienne et syrienne restent très populaires dans les rues arabes. Le monde arabe semble se réunifier toujours davantage et avoir pris conscience qu’il ne peut compter vraiment que s’il est uni.

Les USA et Israël devraient en tenir compte.

source : Jazair Hope

Général Dominique Delawarde

L’ampleur du rassemblement anti-russe en Afrique du Sud lors du sommet des BRICS

par Russosphère - Le 23/08/2023.

Il semble que même les participants à l’action à grande échelle réfléchissent eux-mêmes à la manière de rentrer rapidement chez eux.

source : Russosphère

Sergueï Lavrov au sommet des BRICS : Le monde rejette les pratiques occidentales, coloniales et racistes

En préambule au sommet des BRICS, cet article présente l’analyse de Sergueï Lavrov, qui explore les opportunités de coopération entre les pays membres au sein d’un monde en constante évolution. Les dynamiques multipolaires, la quête d’équité et l’émergence de centres d’influence sont examinés en détail, mettant en lumière la diplomatie multilatérale préconisée par les BRICS et leur rôle croissant sur la scène mondiale.

Article de Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie pour le magazine sud-africain «Ubuntu».

*

À la veille du sommet des BRICS, j’aimerais partager avec nos chers lecteurs mes réflexions sur les perspectives de coopération dans le cadre de ce groupe dans le contexte géopolitique actuel.

Le monde d’aujourd’hui connaît des changements tectoniques. La possibilité de domination d’un pays ou même d’un petit groupe d’États disparaît. Le modèle de développement international fondé sur l’exploitation des ressources de la majorité mondiale au profit du bien-être du «milliard d’or» est désespérément dépassé. Il ne reflète pas les aspirations du monde entier.

Un ordre mondial multipolaire plus juste est en train de naître sous nos yeux. De nouveaux centres de croissance économique et de prise de décision politique d’importance mondiale en Eurasie, dans la région Asie-Pacifique, au Moyen-Orient, en Afrique et en Amérique latine sont guidées avant tout par leurs propres intérêts et placent la souveraineté nationale au centre de leurs préoccupation, et c’est dans cet esprit qu’elles réalisent des progrès impressionnants dans des domaines divers et variés.

Les tentatives de l’Occident collectif d’inverser cette tendance pour préserver sa propre hégémonie ont un effet complètement contraire. La communauté mondiale en a assez du chantage et de la pression de la part des élites occidentales et de leurs pratiques coloniales et racistes. C’est pourquoi, par exemple, non seulement la Russie, mais aussi un certain nombre d’autres pays réduisent constamment leur dépendance au dollar américain, passant à des systèmes de paiement alternatifs et à des règlements en monnaies nationales. Dans ce contexte, les paroles sages de Nelson Mandela me viennent à l’esprit : «Lorsque l’eau commence à bouillir, il est absurde d’arrêter de la chauffer». Et c’est effectivement le cas.

La Russie, État de nature civilisatrice et première puissance eurasienne et euro-pacifique, continue ses efforts de démocratisation de la vie internationale et de formation d’une architecture de relations interétatiques fondée sur les valeurs d’une sécurité égale et indivisible, de la diversité culturelle et civilisationnelle, et offrant des chances égales de développement à tous les membres de la communauté mondiale, sans exception. L’architecture des relations interétatiques serait fondée sur les valeurs d’une sécurité égale et indivisible, de la diversité culturelle et civilisationnelle et offrirait des chances égales de développement à tous les membres de la communauté mondiale, sans exception. Comme l’a souligné le président Vladimir Poutine dans son discours à l’Assemblée fédérale de la Fédération de Russie le 21 février 2023 : «Dans le monde moderne, il ne devrait pas y avoir de répartition entre les soi-disant «pays civilisés» et tous les autres… Il devrait y avoir un partenariat honnête qui, en principe, refuse toute exclusivité, en particulier l’exclusivité agressive». À notre avis, tout cela est conforme à la philosophie de l’Ubuntu, qui promeut la cohésion entre les nations et les peuples.

Dans ce contexte, la Russie s’est toujours prononcée en faveur du renforcement de la position du continent africain dans l’ordre mondial multipolaire. Nous poursuivrons notre soutien à nos amis africains dans leurs efforts pour jouer un rôle de plus en plus important dans la résolution des problèmes fondamentaux de notre époque. Cela s’applique aussi pleinement au processus de réforme du Conseil de sécurité des Nations unies, dans le cadre duquel, selon notre conviction profonde, les intérêts légitimes des pays en développement, y compris l’Afrique, doivent être garantis avant tout.

La diplomatie multilatérale ne reste pas à l’écart des tendances mondiales. Les activités d’une association telle que les BRICS symbolisent une véritable multipolarité et sont un exemple de communication interétatique honnête. Au sein de cette association, des États ayant des systèmes politiques différents, des plateformes de valeurs distinctes et des politiques étrangères indépendantes coopèrent avec succès dans divers domaines. Je pense qu’il n’est pas exagéré de constater que les BRICS sont une sorte de «grille» de coopération au-dessus des lignes traditionnelles Nord-Sud et Ouest-Est.

Effectivement, nous avons des choses à présenter à notre public. Grâce à des efforts conjoints, les BRICS sont parvenus à créer une culture du dialogue fondée sur les principes de l’égalité, du respect du choix de notre propre voie de développement et de la prise en compte des intérêts de chacun. Cela nous aide à trouver un terrain d’entente et des «solutions», même sur les problèmes les plus complexes.

La place et l’importance des BRICS aujourd’hui et leur potentiel d’influence sur la formation de l’agenda mondial sont déterminés par des facteurs objectifs. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. La population des pays des BRICS représente plus de 40% de la population mondiale et leur territoire représente plus d’un quart de la masse continentale de la planète. Selon les prévisions des experts, en 2023, le groupe des BRICS représentera environ 31,5% du PIB mondial (en termes de parité de pouvoir d’achat), tandis que la part du G7 a chuté à 30% sur cet indicateur.

Aujourd’hui, le partenariat stratégique des BRICS prend de l’ampleur. L’association elle-même propose au monde des initiatives créatives et tournées vers l’avenir, visant à atteindre les objectifs de développement durable, à garantir la sécurité alimentaire et énergétique, la croissance saine de l’économie mondiale, la résolution des conflits et la lutte contre le changement climatique, y compris à travers le prisme d’une transition énergétique juste.

Un système étendu de mécanismes a été créé pour réaliser ces objectifs. La stratégie de partenariat économique jusqu’en 2025 est en cours de mise en œuvre et définit les points de référence de la coopération à moyen terme. La plateforme de recherche énergétique des BRICS, lancée à l’initiative de la Russie, fonctionne. Le Centre des BRICS pour la recherche et le développement de vaccins a été lancé pour promouvoir des réponses efficaces aux défis posés au bien-être épidémique de nos pays. Des initiatives sur l’élimination des «refuges» pour les personnes corrompus et les actifs criminels, sur le commerce et l’investissement dans le but d’un développement durable, et sur le renforcement de la coopération dans le domaine des chaînes d’approvisionnement, ont été approuvées. La stratégie des BRICS en matière de sécurité alimentaire a été adoptée.

Parmi les priorités inconditionnelles figurent le renforcement du potentiel de la Nouvelle banque de développement et du Fonds de réserve de change des BRICS, l’amélioration des mécanismes de paiement et le renforcement du rôle des monnaies nationales dans les règlements mutuels. Il est prévu que ces aspects fassent l’objet d’une attention particulière lors du sommet des BRICS à Johannesburg.

Nous ne cherchons pas à remplacer les mécanismes multilatéraux existants, et encore moins à devenir un nouvel «hégémon collectif». Au contraire, les membres des BRICS ont toujours privilégié la création de conditions favorables au développement de tous les États, ce qui exclut la logique de bloc de la guerre froide et des jeux géopolitiques à somme nulle. Les BRICS s’efforcent de proposer des solutions inclusives fondées sur une approche collective.

Dans ce contexte, nous nous efforçons constamment de développer la coopération entre l’association et les pays de la majorité mondiale. En particulier, le renforcement de la coopération avec les pays africains est devenu l’une des priorités de la présidence sud-africaine. Nous partageons entièrement cette approche. Nous sommes prêts à contribuer à la croissance économique du continent et à y renforcer la sécurité, y compris ses composantes alimentaires et énergétiques. Les résultats du deuxième sommet Russie-Afrique qui s’est tenu les 27 et 28 juillet 2023 à Saint-Pétersbourg en sont la preuve irréfutable.

Dans ce contexte, il est naturel que notre association compte de nombreuses personnes partageant les mêmes idées dans le monde entier. Les BRICS sont considérés comme une force positive qui serait susceptible de renforcer la solidarité des pays du Sud et de l’Est et de devenir l’un des piliers d’un nouvel ordre mondial polycentrique plus équitable.

Les BRICS sont prêts à répondre à cette demande. C’est pourquoi nous avons lancé le processus d’élargissement. Il est symbolique qu’il ait pris un tel rythme l’année de la présidence de l’Afrique du Sud, un pays qui a été admis au sein des BRICS à la suite d’une décision politique consensuelle.

Je suis persuadé que le 15ème sommet qui marquera son anniversaire deviendra un nouveau jalon dans nos relations de partenariat stratégique et définira les priorités majeures pour les années à venir. Nous apprécions vivement les efforts de la présidence sud-africaine dans ce contexte, notamment l’intensification des activités visant à améliorer l’ensemble des mécanismes de fonctionnement de l’association et à approfondir le dialogue avec d’autres pays.

source : Ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie via Le Média en 4-4-2

BRICS : Le facteur Chine-Inde

par Pepe Escobar - Le 24/08/2023.

Après une longue préparation marquée par d’immenses attentes dans l’ensemble du Sud mondial, de la Majorité mondiale ou du «Globe mondial» (selon l’expression du président de Biélorussie Loukachenko), le sommet des BRICS en Afrique du Sud a révélé, dès son premier jour, un incident «perdu dans la traduction» qui devrait être considéré comme un sérieux avertissement.

La transmission du Forum des affaires des BRICS sur la chaîne sud-africaine SABC s’est transformée en une Babel linguistique des BRICS. Les voix de tous les traducteurs, simultanément, s’entrechoquaient sur le fil. Les explications vont de la volonté de créer un nouvel espéranto (peu probable) à l’incompétence de l’équipe d’ingénieurs du son, en passant par l’isolement des traducteurs dans une cabine séparée, qui n’ont pas été prévenus qu’ils devaient éteindre leurs micros, ou encore par les interférences de la NSA, qui ont perturbé les fréquences des micros des traducteurs.

Quoi qu’il en soit, la métastase s’est transformée en une sérieuse entrave à la compréhension des débats par le public sud-africain – et international – en ligne. Même si les «problèmes de traduction» n’annule pas l’ambitieux programme de changement des BRICS, elle sera certainement exploitée au maximum par les suspects habituels du «diviser pour régner» pour renforcer leur guerre hybride tous azimuts contre les BRICS, déjà en cours.

Le drame shakespearien de la dédollarisation

Quels que soient les résultats concrets finaux de ces journées qui pourraient changer la donne à Johannesburg – j’ai analysé les thèmes clés ici – les faits de base sont immuables.

La Chine et la Russie, en tant que principaux moteurs, sont déterminées à s’étendre vers les BRICS+ pour résister à l’intimidation impériale, diplomatique et autre ; construire des alternatives à SWIFT ; promouvoir l’autosuffisance économique parmi les membres et l’autonomie par rapport à la démence des sanctions (qui ne fera qu’augmenter) ; et finalement forger une alliance contre les menaces militaires impériales – avec la possibilité que les BRICS+ fusionnent à l’avenir avec l’Organisation de coopération de Shanghaï (OCS).

Le facteur chinois est sans doute le vecteur clé de tous ces processus complexes et entrelacés. Il n’est pas étonnant que le président Xi, lors de sa deuxième visite d’État à l’étranger en 2023 (après la Russie), organise une réunion spéciale à Johannesburg avec des dizaines de chefs d’État africains.

L’opinion publique chinoise est absolument captivée par le sommet des BRICS, dont «l’intérêt dépasse celui du G7». L’ensemble de l’ordre du jour défiant l’Empire – de la dédollarisation à l’influence accrue sur le marché de l’énergie – fait l’objet d’un débat approfondi, de même que le fossé entre la Chine et l’Inde, New Delhi étant souvent désignée comme un agent hostile à l’intérieur des BRICS.

Les sherpas, officieusement, ainsi que les diplomates des cinq BRICS actuels (qui devraient bientôt s’agrandir) ont été très prudents pour encadrer l’ensemble du débat non pas sur la dédollarisation – qui reste une perspective lointaine – mais sur les systèmes alternatifs de commerce et de paiement en monnaies locales.

Pourtant, dans son discours par vidéoconférence – salué comme une rock star – le président Poutine a été catégorique : le processus de dédollarisation au sein des BRICS est irréversible.

Pourtant, ce sont les contradictions internes qui ressortent lorsqu’il s’agit des BRICS+. New Delhi s’est montrée extrêmement prudente, même si les sherpas ont fait savoir que les principales règles d’admission avaient été approuvées.

Les proverbiaux «Diviser pour mieux régner» ont fait croire que Pékin voulait que les BRICS+ soient un concurrent du G7. C’est absurde. La géopolitique chinoise est bien plus sophistiquée et n’imposerait jamais à ses partenaires un impératif de fer. Pékin veut consolider son rôle de facto de leader géoéconomique du Sud mondial en séduisant un maximum de partenaires, et non en les intimidant.

D’où l’importance de la rencontre Chine-Afrique. L’Afrique du Sud a été le premier pays africain à adhérer à l’Initiative Ceinture et Route (BRI). Pékin et Pretoria célèbrent 25 ans de relations diplomatiques. Xi et Ramaphosa parleront de l’intégration économique globale de l’Afrique, en détail, avec tous ces chefs d’État.

Que veut vraiment l’Inde ?

La vision de la Chine pour les BRICS+ et surtout pour l’Afrique est intrinsèquement liée à la BRI, qui après tout est le concept global de politique étrangère de Pékin pour les prochaines décennies.

L’Inde, pour sa part, a d’autres idées lorsqu’il s’agit de se configurer en tant que leader du Sud mondial. Au début de l’année, New Delhi a accueilli un sommet sur la voix du Sud mondial, auquel ont participé plus de 100 pays. Ce sommet aurait pu constituer une sorte d’alliance multilatérale informelle, avec des valeurs diverses, mais se concentrant largement sur les mêmes objectifs que ceux promus par les BRICS.

Si la Chine roule avec la BRI, l’Inde roule avec une sorte de contrepartie – complémentaire – : le Corridor international de transport Nord-Sud (INSTC), dont elle est l’un des principaux acteurs aux côtés de la Russie et de l’Iran. Nous avons donc ici un membre important des BRICS et un membre potentiel des BRICS+ : l’Inde est très intéressée par l’adhésion de l’Iran.

Tout cela va en fait dans le sens d’une intégration des BRICS, de la BRI, de l’INSTC et aussi de l’OCS (la Russie, la Chine, l’Inde et l’Iran en sont tous membres). Une fois de plus, le diable sera dans les détails «perdus dans la traduction». Il n’y a pas d’impératif catégorique indiquant que les priorités chinoises et indiennes ne peuvent pas converger.

Les RIC (Russie, Chine, Inde) ont également noté que l’écrasante majorité des pays du Sud mondial et de la Majorité mondiale n’ont pas soutenu – ni adhéré – au rêve humide collectif de l’Occident de supprimer stratégiquement la Russie. Même si la Russie est aujourd’hui la cinquième économie mondiale en termes de PPA (plus de 5000 milliards de dollars) – devant les vassaux européens impériaux – le Sud mondial perçoit Moscou comme «l’un des nôtres».

Tout cela confère un pouvoir supplémentaire au nouveau Mouvement des non-alignés (MNA), qui doit être courtisé en permanence par les RIC. Les «initiatives» tardives du Nord telles que l’initiative américaine «Build Back Better World» et la «Global Gateway» de l’UE sont considérées au mieux comme de la rhétorique luxuriante.

Même si la Chine est tenue de renforcer son rôle de premier plan dans le Sud mondial, en particulier en Afrique, après le sommet, l’Inde compte également sur un coup de pouce dans le rôle de puissance Nord-Sud qu’elle s’est donné. Cela peut être considéré comme une sorte de jeu de couverture, car l’establishment de New Delhi s’enorgueillit d’être entrelacé avec le Sud mondial lorsqu’il s’agit d’objectifs stratégiques (le Quad ? Vraiment ?) tout en restant un acteur du Sud mondial.

Tôt ou tard, il faudra bien que quelque chose cède. L’Empire a conçu sa fausse terminologie et sa stratégie «Indo-Pacifique» spécifiquement pour piéger l’Inde. Personne en Asie-Pacifique n’a jamais fait référence à la région en termes d’«Indo-Pacifique». Pourtant, d’un seul coup, l’Empire se débarrasse de la Chine, de la mer de Chine méridionale et même de l’Asie du Sud-Est pour accueillir dans un slogan accrocheur ce qu’il considère au mieux comme une néo-colonie géopolitique et un bélier contre la Chine.

Il semble que New Delhi développe une tendance : Ne jamais être à la hauteur de son potentiel lorsqu’il s’agit d’exercer sa souveraineté pour défier l’hégémon.

Miner les BRICS+ de l’intérieur

Le champ d’action de la Russie est bien plus ambitieux : il s’étend de l’espace post-soviétique au Heartland, en passant par l’Asie-Pacifique réelle, l’Asie occidentale et, à l’instar de la Chine, l’Afrique. Tous ces acteurs dépendent de l’énergie, des denrées alimentaires, des engrais chimiques et d’une multitude de produits de base russes. Pour eux, il n’y aura pas de «découplage» ou de «réduction des risques» lorsqu’il s’agira de commercer avec la Russie.

Dans son discours par vidéoconférence aux BRICS, Poutine a évoqué le front de la connectivité, en développant sur l’INSTC et la route maritime du Nord. Il a également fait référence à la fourniture gratuite de céréales aux pays africains les plus pauvres. Il a fustigé le «soi-disant» accord sur les céréales : Moscou envisagerait d’y revenir, mais seulement si ses demandes légitimes sont satisfaites.

Contrairement à l’expansion rapide du «soft power» russe, comment Pékin pourrait-il développer le sien – qui pourrait être gravement déficient dans plusieurs domaines ? La création d’instituts Confucius ne suffit pas ; idéalement, les Chinois devraient commencer à promouvoir une série de groupes de réflexion du Sud mondial, de l’Asie occidentale à l’Afrique et à l’Amérique latine, afin d’analyser les défis géopolitiques et géoéconomiques de plus en plus importants qui se posent à la route multipolaire.

Pour l’instant, Pékin va donner un coup de fouet aux formes institutionnelles d’interactions Sud-Sud, telles que le Forum Belt and Road (le prochain aura lieu en octobre), le Forum sur la coopération sino-africaine et le Forum Chine-CELAC avec l’Amérique latine et les Caraïbes.

Mais encore une fois, au sein des BRICS, tout revient à la Chine et à l’Inde. L’année 2023 pourrait marquer un tournant dans leurs relations bilatérales. New Delhi a organisé le dernier sommet de l’OCS (malheureusement uniquement en ligne ; les rumeurs de dissensions internes n’ont jamais été totalement démenties). Elle présidera également le prochain sommet du G20.

Et puis il y a le facteur externe toxique : la guerre hybride impériale déjà en cours contre les BRICS. Les suspects habituels ne reculeront devant rien pour opposer Pékin à New Delhi, d’autant plus que tout ce qu’ils ont lancé contre Moscou a lamentablement échoué.

Cette guerre hybride à multiples facettes a été conçue pour miner les BRICS+ de l’intérieur, en particulier les nœuds plus faibles que sont le Brésil et l’Afrique du Sud, et notamment l’Iran, qui fait déjà l’objet de méga-sanctions s’il devient membre. L’Empire ne reculera devant rien pour ne pas perdre les pivots clés de l’hégémonie latino-américaine et africaine.

Dans l’ensemble, les RIC – et peut-être bientôt les RIIC – devraient concentrer leur attention sur l’Afrique. Cela ne signifie pas qu’une foule de pays africains devraient être autorisés à rejoindre les BRICS+ littéralement demain ; la question est de pouvoir les aider dans plusieurs domaines cruciaux car le processus de rupture avec le contrôle impérial/néocolonial est désormais irréversible.

L’Empire ne dort jamais – du moins ceux qui dirigent vraiment : Les mannequins de crash test qui se font passer pour des présidents, c’est une autre affaire. Les rêves de faux drapeaux taïwanais s’estompant rapidement, il y a fort à parier que l’Empire pourrait organiser sa prochaine grande guerre psychologique en Afrique.

Pepe Escobar

source : Global South

traduction Réseau International

Lavrov : «La possibilité de domination d’un pays ou même d’un petit groupe d’États disparaît»