ERDOGAN, premier dictateur «national-islamiste» ?

par Caroline Galactéros - le 13/08/2016.



C'est une foule gigantesque qui s'est rassemblée ce dimanche autour d'Erdogan. Pour Caroline Galactéros, l'Occident n'a pas voulu voir l'implantation d'un «national- islamisme» conquérant aux portes de l'Europe, qui montre aujourd'hui son vrai visage.

 

 

FIGAROVOX
Une marée humaine de centaines de milliers de Turcs arborant des drapeaux rouges a déferlé sur la grande esplanade de Yenikapi à Istanbul pour célébrer la démocratie turque et ses martyrs morts lors du coup d'Etat manqué. Que vous inspirent ces images?

 

Caroline GALACTEROS

Une grande inquiétude. Sur le degré de claire conscience du peuple turc concernant les évènements depuis trois semaines, sur la facilité avec laquelle le président Erdogan a imposé une interprétation parfaitement fallacieuse des évènements, osant prétendre «sauver la démocratie» alors que sa purge méthodique est en train d'en extirper toutes les racines pour longtemps. Soit la population est tombée dans le piège des mots et de la démonstration de fermeté du pouvoir face à un putsch d'ailleurs fort mal monté et soigneusement éventé (via les Russes et peut-être même les Iraniens) ; soit - je penche plutôt pour cette seconde hypothèse -, en regardant ces images, nous prenons (bien trop tard) la mesure de la force de l'imprégnation islamiste de la société turque. L'AKP est au pouvoir depuis 2002. Il lui aura fallu moins de 15 ans pour transformer une société profondément laïque et tournée vers l'Occident (l'armée turque étant la garante sourcilleuse de cette laïcité!!) et aspirant à un rapprochement avec l'Europe en un peuple fortement islamisé (surtout dans ses couches populaires mais aussi désormais dans une partie de ses élites) ; un peuple que sa «frustration européenne» a convaincu que l'avenir était pour lui à l'Est, vers l'Asie (notamment centrale), vers le Moyen-Orient et vers un islamisme assumé comme véhicule d'une stratégie d'influence régionale et globale offensive.

 

La reprise en main magistrale du pouvoir est aussi un spectaculaire retournement de situation pour le président Erdogan, qui, il y a encore un mois, paraissait en fâcheuse posture, aux prises avec une vague d'attentats islamistes sans précédent, critiqué pour sa politique inefficace en Syrie, pour sa convergence objective d'intérêts (de toutes natures) avec Daech devenue trop voyante, enfin pour son offensive militaire contre les Kurdes alliés de Washington. Lui qui prétendait rebâtir l'Empire ottoman et faire jeu égal avec Vladimir Poutine ou Ali Khamenei voire même tenir la dragée haute à son maître américain semblait avoir fait de mauvais calculs, victime de sa folie des grandeurs et de ses double-jeux, réussissant à monter contre lui Moscou, Washington, Téhéran et Ryad... Las! Son cynisme et son opportunisme sans pareils lui ont permis de sentir le vent tourner sur le théâtre militaire syrien (au profit du régime et de ses mentors russe et iranien) et de faire à temps une volte-face spectaculaire pour rallier les positions de Moscou et Téhéran, trouver même soudainement des mérites à Bachar el-Assad, quitte à fâcher Washington (il sait qu'il reste important pour l'Alliance atlantique) et l'Europe insignifiante et piégée par un accord léonin sur les réfugiés qui va lui permettre de nous faire chanter tout à loisir.... Ce qui se passe en Turquie est donc aussi le signe d'une évolution globale de la situation au Moyen-Orient et du rapport de force américano-russe dans la région et même au delà.

 

 

Déjà pendant le coup d'Etat du 15 juillet, Recep Erdogan avait réussi à faire se soulever la foule islamiste contre les chars putschistes. Là encore, les manifestants ont acclamé avec conviction leur président salué comme un rempart démocratique. Comment expliquer ce lien paradoxal entre Etat autoritaire, voire dictatorial, et démocratie?

 

Nous sommes face à un retournement de sens et à une mobilisation populaire qui traduit sans doute malheureusement l'état réel de la société turque. Qui a fait un coup d'Etat en fait? Je crains que ce ne soit Erdogan en personne. Un coup réussi, un coup de maître qui lui permet de mener à bien l'éradication de ce qui restait de kémalistes laïcs et protecteurs de la démocratie turque d'une part, et du courant islamiste concurrent de Gülen très influent dans la société et surtout plus occidentaliste et atlantiste d'autre part. Bref, il s'est magistralement servi de cette tentative de déstabilisation (ou coup de semonce américain pour le remettre dans le rang?) pour éliminer larga manu ses deux rivaux politiques majeurs et les évincer de toutes leurs positions au sein des forces armées mais aussi de la justice, de l'enseignement, des média, de l'économie, etc. La Turquie est donc en train de s'autonomiser radicalement et durablement par rapport au monde occidental et de faire renaître le rêve ottoman sous la férule d'un véritable dictateur qui fait croire à sa population médusée et admirative, qu'il sauve la démocratie en déracinant ses plus profonds soutiens. C'est aussi clairement une victoire massive des Frères musulmans (dont le parti politique du président est une émanation) qui va sans doute provoquer à moyen terme un appel d'air politique considérable dans toute la région, mais aussi en Europe. Mis en échec en Tunisie et en Egypte notamment, les Frères ont trouvé leur nouveau «champion» et Erdogan est en train de constituer en Turquie un pôle d'attraction au service de cette confrérie internationale toujours très influente et agissante qui ne manquera pas de faire des émules.


 

Recep Erdogan a parlé «d'union nationale» et de «nouvelle Turquie». Que vous inspirent ces notions?

 

«La nouvelle Turquie» est là. Elle assume son caractère islamique et entend se lancer à la reconquête de son aire d'influence ottomane sans se faire dicter une quelconque règle de comportement par l'Europe ou même par Washington. «L'Union nationale» est celle d'un peuple, qui, abusé et/ou convaincu, semble préférer la férule contraignante d'un Etat fort et craint aux incertitudes d'une perméabilité culturelle à la démocratie ou

à l'occidentalisme dévoyé. Les élites économiques turques quant à elles, pour préserver leurs intérêts, vont devoir passer des compromis avec le nouveau pouvoir dont on connaît les appétits économiques et financiers. Kemal Atatürk a vécu. Et un pion de taille vient de tomber dans l'escarcelle de l'islamisme conquérant. C'est une très mauvaise nouvelle.

 

 

La mondialisation n'a pas engendré des démocraties libérales avec des chefs en retrait comme ce peut être le cas en Occident. Les grands pays émergents ont tendance à plébisciter des démocraties fortes que d'aucuns appellent des «démocratures» à l'image de Vladimir Poutine en Russie. Ne vous semble-t-il pas que Recep Erdogan est en train de franchir une dangereuse limite?

 

Notre entêtement présomptueux à démolir par le feu les Etats laïcs forts, certes dictatoriaux mais stables et protecteurs de la diversité ethnique et confessionnelle du Moyen-Orient (Irak, Syrie, Libye) au prétexte d'y protéger les populations n'a produit pour elles que drames et désolation. Il a aussi alerté bien des autocrates en herbe et nourri leurs crispations autoritaires.

En Chine, en Iran, en Russie notamment mais aussi en Afrique et même dans certains pays d'Europe (Hongrie, Pologne) aux prises avec la menace migratoire, des pouvoirs forts proposent aux peuples inquiets des synthèses imparfaites mais résilientes d'autoritarisme assumé, de libéralisme économique tempéré et de souverainisme mâtiné de populisme. La figure du «Chef» - si décriée dans une Europe dont les politiciens se refusent à être autre chose que des gestionnaires mous de l'impuissance consentie -, est à l'œuvre dans de multiples parties du monde. Et même si des abus, des excès existent, elle rassure, elle comble un besoin profond de protection. Elle est vécue comme un mal nécessaire, un rempart contre la dissolution identitaire, contre la déstabilisation commanditée de l'extérieur ou permise par une complaisance intérieure, contre l'atomisation des sociétés livrées au communautarisme étroit sous prétexte de respect des identités et des confessions. Bref les nations et les peuples se vengent et l'idéal démocratique en fait les frais...

 

La Turquie d'aujourd'hui peut inquiéter à très juste titre, car Erdogan met cette synthèse au service d'une ambition néo-impériale, d'un national- islamisme offensif qui s'oppose frontalement à l'Europe. Elle n'est clairement plus compatible avec nos canons et nos référentiels d'Etat de droit ou de droits de l'homme. En fait, nous sommes soudainement rattrapés par une évidence: le décentrage non seulement géographique mais politique du monde. L'Europe (ni même l'Amérique) n'en sont plus le(s) centre(s) mais des pôles fragiles, prisonniers de leur renoncement déjà ancien à l'autorité, à la souveraineté, aux frontières, au courage politique, à la verticalité de l'exercice du pouvoir, à l'idée de guider un peuple au lieu «d'accompagner» ses turpitudes et des inconséquences.

Enfin, si nous n'avons certes, comme presque toujours rien vu venir, ne commençons pas en plus à battre notre coulpe sur le thème «si nous avions admis la Turquie dans l'UE, cela ne serait pas arrivé». C'est d'ailleurs, - ironie tragique du sort - l'Union européenne elle-même qui, au nom de l'intégration par Ankara des normes politiques européennes, a privé il y a quelques années de ses prérogatives constitutionnelles le Conseil National de Sécurité turc (MGK) jusqu'alors précieux défenseur du caractère laïc du pouvoir contre les dérives religieuses (Erdogan et Gülen avaient eux-mêmes subi ses foudres à la fin des années 90!). Nous n'avons rien compris à la réalité politique turque ni à la pénétration lente de l'islamisme dans ce pays. Voilà tout. Et ce n'est pas fini... L'accord de dupes conclu par la chancelière allemande nous expose désormais à tous les chantages du Sultan dont les déclarations comminatoires ont d'ailleurs déjà commencé.

 

Le cas de la «démocratie souveraine» russe, de mon point de vue, n'est pas du tout comparable à celui de la Turquie qui dérive vers un régime autocratique mais surtout islamiste et expansionniste. La Russie est historiquement, culturellement, religieusement et politiquement européenne et n'a d'autre ambition que de préserver son territoire et sa «profondeur stratégique» à la fois militaire et culturelle. Mais l'Europe sous tutelle américaine ne veut pas d'elle et l'Occident la rejette avec constance aux marges de son aire d'influence depuis plus d'un quart de siècle déjà. Alors, comme la Chine de son côté est en train de constituer un pôle gigantesque d'attraction politico-économique concurrent de celui d'un Occident en panne d'influence, Moscou prend acte de notre défiance et rejoint progressivement le groupe des nouveaux maîtres de l'ordre international... qui ont tous en commun de ne plus accepter la moindre leçon de notre part. Nous en sommes furieux, envieux, marris mais nous n'en pouvons mais... Quant aux peuples européens, qui perçoivent bien plus directement que nos élites hors sol le danger d'une perte de substance nationale et craignent chaque jour davantage l'emprise islamiste mais aussi, avouons-le, de l'islam tout court sur leurs contrées chrétiennes sécularisées mais affaiblies, ils conçoivent de plus en plus que leur sécurité passe désormais par la mise sous contrainte de certaines libertés et surtout par la verticalité assumée d'une «guidance», d'une direction courageuse donnée à l'Etat et à la Nation. La France, plus encore que d'autres nations en Europe, a un besoin urgent que soit forgée une synthèse politique spécifique adaptée à notre Etat de droit et au respect de notre histoire politique mais aussi à la réalité du monde, et qu'une telle autorité s'incarne enfin dans une personnalité véritablement convaincante et dédiée à notre salut collectif.

 

 

Les Occidentaux, qui pensaient que Recep Erdogan mettait en place en Turquie une démocratie islamique sur le modèle de la démocratie chrétienne, déchantent. Comment expliquez-vous que la plupart des analystes n'aient pas vu la vraie nature du régime nationaliste, autoritaire et islamiste du nouveau sultan?

 

Notre aveuglement est confondant de naïveté et évidemment dangereux. Nous tenons, chez nous comme ailleurs, l'islamisme pour un inoffensif courant politico-religieux ; nous n'osons pas lui tenir tête au prétexte qu'il serait le légitime refuge des nouveaux «damnés de la terre». Et fait aggravant, nous ne pouvons pas concevoir que notre ethnocentrisme ignorant et pontifiant ait fait des ravages et provoque encore des réactions épidermiques dans lesquelles s'engouffrent l'autoritarisme et/ou et l'islam conquérant. Nous sommes face à un énième démenti de cette double faiblesse de jugement qui nous perd et nous aveugle face à la réalité du monde. Nous ne voulons pas voire la faillite manifeste de l'utopie du « Régime change» qui n'a provoqué que chaos et désolation et ouvert la voie à la pénétration massive de l'offensive islamiste.

 

 

Caroline GALACTEROS (1)
Propos recueillis par : Alexis Feertchak


Partager : 

Écrire commentaire

Commentaires : 0