Sourir !

Au G7, seul contre tous, Emmanuel Macron tombe la veste - Le 27/06/2022.

Source : Bd. Vltaire.

 

Dans le cadre de sa propagande,  n'a jamais hésité à se montrer torse nu. Qu'il chasse, pêche ou chevauche, l'oligarque russe a largement profité de ces occasions pour exhiber ses pectoraux d'acier. Lors du G7 qui se tenait en Allemagne, le plaisant Boris Johnson suggère à la cantonade d'apparaître en chemise sur la photo de famille officielle afin de rivaliser avec la virilité de celui qu'ils souhaitent affaiblir.

La boutade amuse la galerie mais n'est pas suivie d'effet par l'ensemble des participants. Seul un dirigeant a le courage d'apparaître débarrassé de ses oripeaux conventionnels : Emmanuel Macron. À la stupeur générale, le Président français a tombé la veste. Mains dans les poches, il sourit au photographe mais le défi est lancé. Lui aussi a une carrure d'athlète. Sous le blanc immaculé du tissus, les muscles affleurent, les abdominaux frétillent. Le butor du Kremlin saura qu'il n'a plus le monopole de la démonstration de force. Déjà impressionné par les fêtes de la Musique successives qui tendaient à se durcir au fil des quinquennats, Vladimir Poutine a tremblé, le 21 juin dernier, sous les secousses musicales de la DJ ukrainienne. Les « boum » et les « tchak » jusqu'à une heure avancée de la nuit lui ont fait redouter une attaque surprise de jeunes éphèbes gay-friendly.

Et puis, il y eut le voyage officiel en Ukraine au cours duquel le baraqué du G7 avait fait sa tête de Rambo. Menton rebelle, regard de tueur, bouche cruelle prête à mordre... C'en était trop. Dans cette vaste opération de dissuasion, par chance, le tyran de Moscou avait échappé à l'apparition de Jack Lang sur la scène disposée devant l'Élysée.

Jusqu'où ira Emmanuel Macron dans la mise à nu de ses biceps ? La question inquiète les forces stratégiques russes. Une prochaine photo de famille du G7 avec Justin Trudeau en slip kangourou et Emmanuel Macron vêtu d'un simple short camouflage ferait entrer le conflit dans sa phase « corps-à-corps ». Une escalade d'exhibitions sans retour possible vers le costume traditionnel. La guerre des gros bras est à nos portes. La plaisanterie de Boris Johnson « Nous devons montrer que nous sommes plus forts que Poutine » pourrait entraîner la présidence française vers les pires extrémités. À l'heure des restrictions énergétiques, ce serait une folie.

Commentaires: 0