Monsieur Cameron a choisi de s’asseoir sur la branche qu’il avait sciée !

par Charles Gave - le 20/04/2016.



Economiste et financier

Président Fondateur de l'Institut des Libertés (www.institutdeslibertes.org)

Diplômé de l'université de Toulouse (DECSS d'économie) et de l’université de Binghamton (MBA),

Président Fondateur de Gavekal research (www.gavekal.com) et de Gavekal securities (Hong Kong)

Membre du conseil d'administration de SCOR Co-fondateur de Cursitor-Eaton Asset Management (Londres) (1986)

Créateur de l'entreprise Cegogest (recherche économique) (1973)

Ouvrages

Charles Gave s'est fait connaître du grand public en publiant un essai pamphlétaire : "Des Lions menés par des ânes" (Editions Robert Laffont) (2003) où il dénonçait l'Euro et ses fonctionnements monétaires. Ouvrage préfacé par Milton Friedman

"Un libéral nommé Jésus", Bourin, 2005

"C'est une révolte ? Non, Sire, c'est une révolution. L'intelligence prend le pouvoir", Bourin, 2006

"Libéral, mais non coupable", Bourin Éditeur, 2009

"Etat est mort, vive l'état" - Editions François Bourin 2009, dDernier ouvrage qui prévoyait la chute de la Grèce et de l'Espagne.


 

Il y a quelques années, j’avais écrit un article intitulé "Au secours Abélard, ils sont devenus fous" dans lequel je développais la thèse suivante : pour Abélard, il y avait une différence essentielle entre le crime et le péché. Le crime relève de la Loi, le péché de la morale individuelle.

On retrouve donc chez Abélard la notion que ce qui n’est pas un crime de par la Loi ne peut être l’objet de poursuites judiciaires, notion qui existait déjà dans le Droit Romain : "Nulla crimen sine lege".

C’est la Loi et elle seule qui en définissant le crime et sa sanction permet de faire régner l’ordre. Chacun doit respecter la Loi et elle doit s’appliquer à tous de façon égale. Et la Loi peut varier avec le temps. P

renons l’exemple de la peine de mort qui a été légale en France et qui depuis 1981 ne l’est plus. La peine de mort est donc illégale en France depuis cette date alors qu’elle ne l’était pas avant. On peut le déplorer, on peut l’approuver, on peut militer pour son retour mais ce genre de réflexions relève de la morale individuelle et non pas de la Loi.

 

Car la Morale est une notion individuelle. Il n’existe pas de morale collective, il n’existe pas de morale nationale, il n’existe de morale qu’individuelle. Mes convictions morales ne dépendent que de moi et ma morale peut être totalement différente de celle de tous mes concitoyens, ce qui ne les autorise pas à me poursuivre et à me juger. Enfreindre mon code personnel relève à la limite du péché et pour ceux qui y croient du remords et de la repentance mais certainement pas de la Justice ou de la prison. Or je constate, et depuis bien longtemps déjà, qu’un certain nombre de personnes, en particulier dans le monde des media, se croient autorisés à parler au nom de qui est en fait une morale collective dont ils ont, eux, déterminé les composantes et se servent de ce pouvoir pour détruire des gens et des carrières sans que nul ne leur ait donné un mandat à cet effet. Ce qui m’amène à l’affaire Cameron.

 

Apparemment, le père du Premier Ministre Britannique gérait de l’argent pour le compte de tiers. Apparemment, il avait monté un nombre de structures parfaitement légales qui permettaient à ses clients de payer moins d’impôts. Ces structures étaient domiciliées dans ce qu’il est convenu d’appeler un paradis fiscal, le Panama, mais elles n’en étaient pas moins légales et officielles. Apparemment, monsieur Cameron fils avait souscrit des parts dans ce qui était en réalité un fonds commun de placement géré par son père. Une fois devenu Premier Ministre, il vendit toutes ses parts et paya les impôts afférents au taux normal de l’impôt sur le revenu. Et donc le Premier Ministre Britannique n’a en rien commis quelque chose d’illégal, ce qui n’empêche pas une partie importante de la grande presse de réclamer sa démission. Voilà qui ne manque pas de sel quand l’on sait qu’en France par exemple, les journalistes disposent de nombreux avantages fiscaux qui avaient été supprimés par le Président Sarkozy pour être promptement rétablis par le Président suivant. Ce sont toujours les avantages fiscaux dont les autres bénéficient qui sont insupportables…

Et donc, je devrais être en train d’expliquer que monsieur Cameron est accusé à tort et que ce qui lui arrive est injuste. Je n’en suis pas si sûr, et nous sommes peut être devant un cas assez curieux de l’arroseur arrosé.

Je m’explique.

En 2012, un célèbre comédien Britannique, Jimmy Carr, s’était fait accuser par la grande presse d’avoir investi une partie de sa fortune dans un schéma assez similaire à celui dont a bénéficié le Premier Ministre. Encore une fois, ces schémas étaient légaux et si des dispositions juridiques permettent de payer moins d’impôts, je ne vois pas au nom de quoi il faudrait condamner les utilisateurs. Ceux qui ne sont pas d’accord doivent s’organiser pour changer la Loi et voilà tout. Mais le magister moral que la gauche et la presse se sont attribué depuis quelques années condamne "moralement" ceux qui ont de l’argent, qu’ils l’aient hérité ou qu’ils l’aient gagné. On se souvient de la célèbre phrase de François Mitterrand : "… L’argent sale, l’argent qui corrompt, l’argent qui pourrit tout" Et il savait de quoi il parlait… Or monsieur Cameron en 2012 se permit d’intervenir dans le débat au sujet de Jimmy Carr, alors que personne ne lui avait rien demandé, pour expliquer que ce qu’il avait fait était mal, très mal. Tant et si bien que le célèbre comédien dût, sous la pression de l’opinion publique, liquider toutes ses positions qui étaient parfaitement légales et similaires à celles qu’organisait pour ses clients ou pour ses enfants monsieur Cameron père. Rappelons que le Premier Ministre n’avait aucune raison d’intervenir dans ce débat. Si une question lui était posée, il lui aurait suffi de répondre qu’il n’avait rien à dire dans la mesure où tout était légal. Or il se permit de passer un jugement "moral" que personne ne lui demandait ce qui, sachant ce que l’on sait aujourd‘hui, est parfaitement odieux. Il est donc tout à fait évident que sur ce coup-là, monsieur Cameron a été d’une hypocrisie incommensurable. C’est vraiment un cas patent de Tartufferie ou le Tartuffe se fait piéger, et par lui-même, sans aucune aide d’Elmire.

 

La question est donc : pourquoi monsieur Cameron a-t-il fait cette erreur ?

La réponse est assez simple et quelque peu terrifiante si elle est juste.

Un peu partout dans le monde les Etats sont dans des situations financières très difficiles. Et donc la solution est d’essayer de s’emparer des biens du secteur privé pour boucher les trous. De ce fait, le droit de propriété est attaqué comme jamais, en particulier à gauche. Dans ce monde, toute tentative de limiter ses impôts est perçue comme une atteinte à la Sécurité de l’Etat, notion qui a servi à justifier bien des crimes dans l’Histoire. Et donc les pressions "amicales" se multiplient sur tous les contribuables.

 

Citons au hasard :

- une directive Européenne vient d’être passée autorisant les banques à se recapitaliser en cas de besoin en se servant dans les comptes de dépôts de leurs clients, ce qui est une monstruosité.

- partout, l’on me signale que les banques se voient contraintes de signaler aux autorités les clients qui font des retraits anormalement élevés en liquide. Les banques sont donc devenues des auxiliaires objectifs du fisc et le secret bancaire n’existe plus.

Big brother veut savoir en temps réel ce que vous faites de votre argent.

- dans un débat avec un économiste "de gauche", comme je m’inquiétais du financement des dépenses étatiques, il me fut répondu que les Français étaient riches et qu’il suffisait donc de prendre une partie de leurs biens puisqu’en fin de parcours, le propriétaire ultime de tout bien était l’Etat. Et qu’il suffisait de changer la Loi pour permettre à l’Etat de se financer, en spoliant les citoyens.

C’est ce que montrent les taux réels négatifs qui ne sont qu’une forme déguisée de taxation.

Or, plutôt que de rappeler que la solution viendrait d’une réforme de l’Etat et des systèmes sociaux à laquelle il s’était d’ailleurs attelé avec un certain succès, le Premier Ministre, David Cameroun, a décidé de hurler avec les loups à la place de rappeler les fondements juridiques de la Société Britannique.

Et tout cela pour se faire bien voir de gens qui jamais ne voteront pour lui ou son parti.

 

En France, nous avons la spécialité depuis Giscard de gouvernements de Droite qui se plient aux moindres injonctions morales de la gauche, tout simplement parce qu’ils n’ont pas de convictions. Mais en Grande-Bretagne, depuis Thatcher, on avait pris l’habitude de voir des politiques qui défendaient mordicus qu’un système fondé sur le respect de la Loi et le droit de propriété était de par sa nature plus moral qu’un autre qui suivrait les foucades de l’opinion publique.

 

Je suis donc très triste pour monsieur Cameron, mais je ne peux pas m’empêcher de penser qu’il n’a que ce qu’il mérite, non pas en raison de ce qu’il a fait avec son histoire au Panama, mais parce qu’il a cru bon de caresser ce qu’il pensait être l’opinion publique dans le sens du poil.

Et donc, plutôt que d’éduquer le Peuple en lui rappelant ce qui avait toujours fait la force de la Grande-Bretagne, il a préféré joindre sa voix aux chœurs de l’Internationale Socialiste et Technocratique.

Ce que monsieur Cameron a montré est donc que sa morale, à lui, est tout à fait à géométrie variable et que tout est bon pour essayer de rester au pouvoir.

S’il est lâché par son électorat, ce sera paradoxalement donc non pas en raison de l’affaire du Panama mais de cette morale personnelle un peu "élastique".

Gageons que cela ne va pas l’aider dans sa campagne pour empêcher le Brexit… Qui peut croire après ce faux pas les promesses de Monsieur Cameron sur le maintien de la souveraineté Britannique ?


Partager ce texte :

Écrire commentaire

Commentaires : 0