LA GUERRE EN UKRAINE (I)

Que faire de l’Ukraine et de ce « monstre » qu’est l’OTAN ?

par Daniel Larison - Le 14/04/2023.

L’alliance continue de se déchirer sur l’adhésion future de Kiev, ignorant la dynamique qui nous a conduits là où nous sommes.

Les alliés européens font de nouveau pression pour que l’OTAN crée une « feuille de route » pour l’adhésion de l’Ukraine à l’alliance.

Selon le Financial Times, la Pologne et les États baltes font pression sur l’Alliance pour qu’elle prenne des mesures afin de rapprocher l’Ukraine de la future adhésion promise en 2008 lors du sommet de Bucarest. La nouvelle quelque peu surprenante de ce rapport est que l’administration Biden s’est jointe à l’Allemagne et à la Hongrie pour s’opposer à ces efforts « visant à offrir à Kiev des liens plus étroits avec l’OTAN et des déclarations claires de soutien à sa future adhésion ».

Les États-Unis ont été l’un des États les plus favorables à l’adhésion future de l’Ukraine à l’OTAN, de sorte que la réticence de l’administration sur cette question est un changement notable et bienvenu. Étant donné que ce sont les États-Unis, sous George W. Bush, qui ont demandé des plans d’action pour l’adhésion (MAP) pour la Géorgie et l’Ukraine en 2008, il est significatif que les États-Unis fassent partie de ceux qui préfèrent maintenir le statu quo pour l’instant.

Les alliés d’Europe de l’Est font pression depuis des mois pour que l’alliance progresse sur la demande d’adhésion de l’Ukraine. Une délégation de législateurs polonais et lituaniens s’est rendue à Washington au début de l’année pour demander à l’administration Biden d’agir en faveur de l’adhésion de l’Ukraine à l’alliance avant l’élection présidentielle américaine de l’année prochaine. La Pologne et les États baltes ont également cherché à utiliser le sommet de l’OTAN qui se tiendra en juillet à Vilnius pour promouvoir l’adhésion de l’Ukraine.

Selon le rapport du FT, ces gouvernements trouvent d’autres États alliés favorables à leurs arguments, mais les États-Unis « repoussent » les efforts visant à ouvrir une « voie politique » pour des liens plus étroits entre l’OTAN et l’Ukraine.

Il est important de comprendre que la position de l’administration Biden dans ce débat au sein de l’Alliance ne reflète pas un changement majeur dans sa vision de l’adhésion éventuelle de l’Ukraine. Elle montre que l’administration souhaite que l’alliance reste concentrée sur la nécessité immédiate de fournir une assistance militaire à l’Ukraine. Pour l’équipe Biden, discuter d’une voie d’adhésion future à l’alliance alors que la guerre fait toujours rage reviendrait à mettre la charrue avant les bœufs.

L’administration semble comprendre que le fait d’aborder une question aussi litigieuse lors du sommet créerait des dissensions au sein de l’alliance sur une question qui ne sera pas résolue dans un avenir proche. Politico Europe a rapport la récente réunion de la Commission OTAN-Ukraine, où les divisions entre les alliés de l’OTAN ont déjà été mises à nu : « La Hongrie, qui a longtemps empêché l’organe de se réunir, a assisté à contrecœur à la session, mais a juré de continuer à s’opposer à l’intégration de l’Ukraine ». Exposer ces divisions lors du sommet de l’OTAN ne serait guère propice à rallier davantage de soutien à l’Ukraine.

Nous devrions nous rappeler que les déclarations malavisées lors des sommets de l’OTAN sont l’un des éléments qui ont conduit à la situation actuelle. Il y a quinze ans, lors du sommet de Bucarest, l’alliance avait annoncé : « Nous sommes convenus aujourd’hui que ces pays [l’Ukraine et la Géorgie] deviendront membres de l’OTAN ». L’engagement de l’alliance à Bucarest était une grave erreur qui aurait dû être corrigée il y a de nombreuses années. La promesse d’intégrer l’Ukraine dans l’alliance à l’avenir a créé une situation dangereuse dans laquelle l’Ukraine était exposée à une hostilité accrue de la part de la Russie sans aucune garantie réelle de protection.

En tant que compromis entre les États-Unis et les alliés européens opposés à l’adhésion de l’Ukraine, il a produit le pire des deux mondes. Il aurait été préférable pour toutes les parties concernées que l’alliance ne dise rien. Quinze ans plus tard, l’Ukraine cherche toujours à entrer par la porte dite ouverte. L’alliance devrait être franche avec l’Ukraine et admettre qu’elle ne peut pas entrer.

L’adhésion de l’Ukraine à l’alliance n’a jamais eu de sens pour l’OTAN ou pour les États-Unis, et c’est l’une des raisons pour lesquelles elle a été reportée si longtemps. S’il est préférable de reporter la décision plutôt que de se précipiter dans un nouveau cycle d’expansion malavisée de l’alliance, il est également injuste de continuer à faire miroiter à l’Ukraine le faux espoir d’une adhésion. Entretenir l’illusion que l’adhésion à l’alliance est une perspective réaliste ne rend service à personne.

Le débat sur l’adhésion future de l’Ukraine est le symptôme d’une alliance trop vaste aux intérêts trop divergents. Si les voisins immédiats de l’Ukraine peuvent penser qu’il est urgent d’intégrer l’Ukraine dans l’alliance, la plupart des autres membres ne ressentent pas cette urgence et ne voient que les inconvénients de l’ajout d’un nouvel engagement en matière de sécurité. Une nouvelle expansion ne ferait que renforcer les forces qui tirent l’alliance dans des directions opposées.

L’historien Michael Kimmage a un jour qualifié l’OTAN de « monstre lâche et encombrant » en raison de ses nombreux membres et de ses intérêts divergents. Depuis lors, l’OTAN est devenue encore plus lâche, et un nouveau cycle d’expansion est déjà en cours. Ajouter l’Ukraine à tout cela serait un pont trop loin, et qui plus est, presque tous les membres de l’alliance doivent le savoir à présent.

Les États-Unis ont déjà plus que suffisamment d’engagements en matière de sécurité en Europe, et ils ne devraient pas envisager d’en ajouter d’autres. La recommandation formulée par M. Kimmage au début de l’année 2022 est toujours d’actualité : « L’OTAN doit changer de cap en refusant publiquement et explicitement d’ajouter de nouveaux États membres ». Nous ne saurons jamais quelle différence, le cas échéant, un tel engagement aurait pu faire si l’OTAN avait agi de la sorte des années plus tôt, mais c’est la bonne chose à faire pour l’Alliance aujourd’hui, dans son propre intérêt.

Personne ne doit s’attendre à ce que le sommet de Vilnius procède à l’une de ces révisions majeures, mais nous pouvons au moins espérer que les dirigeants alliés ne commettront plus d’erreurs imprévues, comme l’ont fait leurs prédécesseurs il y a quinze ans.

Des responsables de l’OTAN ont évoqué la possibilité d’utiliser la déclaration de Bucarest comme base d’une nouvelle déclaration sur les relations de l’Ukraine avec l’OTAN, mais cela reviendrait à aggraver l’erreur initiale commise à l’époque. L’alliance ne doit pas répéter des promesses qu’elle ne va pas honorer, et elle ne doit pas en faire de nouvelles qu’elle ne peut pas soutenir. Par-dessus tout, l’alliance doit éviter de dire quoi que ce soit qui brouille la frontière entre les membres de l’alliance et les partenaires non alliés. Si l’OTAN a appris quelque chose de ses erreurs passées, elle devrait choisir de ne rien dire sur ce sujet plutôt que de faire des déclarations qu’elle regrettera.

Notre politique étrangère souffre de la réticence de nos dirigeants à fixer des limites. Le soutien à l’expansion continue de l’OTAN est un excellent exemple du refus de limiter les nouvelles obligations que notre gouvernement est prêt à assumer. Les États-Unis étant déjà surchargés par de trop nombreux engagements dans le monde, la nécessité de fixer des limites et de fermer la porte à de nouvelles obligations est évidente.

Fermer la porte à une nouvelle expansion de l’OTAN constituerait une étape importante vers une politique étrangère moins ambitieuse et clairement axée sur les intérêts vitaux des États-Unis.

source : Responsible Statecraft via Arrêt sur info 

États-Unis : Un membre d’une base militaire à l’origine de la fuite de documents confidentiels US

par Al Manar - Le 24/04/2023.

La fuite de documents américains classifiés est l’œuvre d’un jeune homme ayant travaillé sur une base militaire et partagé ses informations sur un groupe privé en ligne, selon le journal Washington Post.

Le quotidien américain affirme dans un article publié mercredi avoir interrogé sous le sceau de l’anonymat deux membres du réseau social Discord où ont été publiées des centaines de pages de documents confidentiels, dont certains top secret ou concernant la guerre en Ukraine ou encore des alliés des États-Unis, dont Israël.

La fuite, qui fait l’objet d’une enquête criminelle de la part du département américain de la Justice, provient d’un homme ayant comme pseudonyme « OG ». Il a régulièrement publié pendant des mois des centaines de pages recopiées sur des documents dans la base militaire où il travaille, avance le journal, qui ajoute que la personne interrogée a refusé de préciser de quelle base il s’agissait.

Elle a affirmé que « OG » passait « une partie de sa journée à l’intérieur d’une installation sécurisée qui interdisait les téléphones portables et autres appareils électroniques », et qu’il « travaillait d’arrache-pied pendant des heures à rédiger des documents classifiés à partager avec ses camarades sur le serveur Discord », écrit le journal, cité par l’AFP.

Il a plus tard pris des photos de documents et les a transmises à son groupe. « Lorsqu’il s’est avéré trop fastidieux de reproduire des centaines de documents classifiés à la main, il a commencé à publier des centaines de photos des documents eux-mêmes », poursuit le quotidien.

« OG » a demandé aux autres membres du groupe de ne pas diffuser les documents, et qu’il n’avait pas l’intention d’être un lanceur d’alerte, assure le média en citant l’une de ses sources. Certaines informations étaient tellement sensibles qu’elles étaient marquées « NOFORN », c’est-à-dire à ne pas divulguer auprès d’étrangers, avance le Washington Post.

Selon un membre du groupe cité par le quotidien, « OG » « semblait penser que son savoir d’initié offriraient aux autres une protection contre le monde troublé qui les entoure ».

« OG » portait « un regard sombre sur le gouvernement », selon le média, qui écrit : « Le jeune membre du groupe a déclaré que (OG) parlait des Etats-Unis, et en particulier des forces de l’ordre et de la communauté du renseignement, comme d’une force sinistre qui cherchait à supprimer ses citoyens et à les maintenir dans l’ignorance. Il pestait contre « l’excès de pouvoir du gouvernement » ».

Le groupe d’environ 24 personnes, des hommes et des garçons pour la plupart, s’est formé autour de leur « amour mutuel des armes à feu, du matériel militaire et de Dieu », constituant un « club par cooptation en 2020 sur Discord », selon le média.

Risque « très grave »

Les documents mis en ligne révèlent les inquiétudes des services de renseignement américains quant à la viabilité d’une contre-offensive ukrainienne contre les forces russes, en raison de problèmes de formation et de ravitaillement.

Un document examiné par l’AFP fait état des préoccupations des États-Unis à propos de la capacité de l’Ukraine à continuer à se défendre contre les frappes russes.

Des dizaines de photos de ces documents ont été relayées sur Twitter, Telegram ou Discord ces derniers jours, certains ayant sans doute circulé sur internet depuis des semaines, sinon des mois, avant d’attirer l’attention de la presse.

Les autorités américaines n’ont toutefois pas publiquement confirmé l’authenticité de ces documents publiés en ligne, et elle n’a pas encore été vérifiée de manière indépendante. Le Pentagone a néanmoins affirmé que cette affaire posait un risque « très grave » pour la sécurité nationale des États-Unis.

Outre le sujet ukrainien, certains documents semblent par ailleurs indiquer une collecte de renseignements opérée par les États-Unis et ciblant certains de leurs alliés, comme Israël et la Corée du Sud. Washington tente depuis de les rassurer.

De nombreux documents ne sont plus disponibles là où ils avaient été publiés, et selon la presse, les autorités les auraient fait supprimer. Les retombées de cette fuite apparente pourraient être importantes, mettant potentiellement en danger les sources de renseignement des États-Unis, tout en donnant à leurs ennemis des informations précieuses.

source : Al Manar

Le doute augmente au sujet des « fuites » du Pentagone.


Par Moon of Alabama – Le 13 avril 2023

Lorsque les médias ont révélé la première série de « fuites » des briefings du Pentagone, ils ont également publié des photos des originaux.

Puis est venue une deuxième série qui, comme par hasard, visait davantage à dénoncer la Russie qu’à parler des documents eux-mêmes. Elles ont été qualifiées de nouvelles fuites provenant d’une source inconnue jusqu’alors. Parmi ces articles, on peut citer :

 

Aucune négociation de paix entre la Russie et l’Ukraine n’est prévue cette année, selon une fuite américaine – Washington Post – 12 avril 2023

La guerre entre l’Ukraine et la Russie devrait s’étendre jusqu’en 2024, sans qu’aucune des deux parties ne remporte la victoire tout en refusant de négocier la fin du conflit, selon une évaluation de la Defense Intelligence Agency qui fait partie des documents hautement sensibles du gouvernement américain divulgués en ligne et obtenus par le Washington Post.

« Les négociations pour mettre fin au conflit sont peu probables en 2023 dans tous les scénarios envisagés« , indique le document, qui n’a pas été divulgué auparavant.

En cas d’impasse, l’Ukraine procédera à la « mobilisation totale » de sa population éligible restante, prédit le document, ce qui enverra davantage de jeunes hommes sur les lignes de front.

 

Fuite de renseignements américains : Des agents russes ont revendiqué de nouveaux liens avec les Émirats arabes unis – Associated Press – 12 avril 2023

Des espions américains ont surpris des agents de renseignement russes en train de se vanter d’avoir convaincu les Émirats arabes unis, riches en pétrole, de « travailler ensemble contre les agences de renseignement des États-Unis et du Royaume-Uni« , selon un document américain prétendument mis en ligne dans le cadre d’une importante faille dans les services de renseignement américains.

Le document consulté par AP comprend un article citant une recherche du 9 mars avec le titre : « Russie/EAU : Intelligence Relationship Deepening » (Russie/Émirats arabes unis : approfondissement des relations entre services de renseignement). Les responsables américains ont refusé de confirmer l’authenticité du document, ce que AP n’a pas pu faire de manière indépendante. Toutefois, il ressemble à d’autres documents publiés dans le cadre de la récente fuite.

Les diapositives que j’ai vues jusqu’à présent datent de la fin février et des premiers jours de mars. Des documents datés du 9 mars sont nouveau.

De nouvelles fuites montrent de graves disputes entre les dirigeants russes – New York Times– 12 avril 2023

Les documents supplémentaires, qui ne figuraient pas dans un ensemble de 53 pages qui a été porté à l’attention du grand public en ligne la semaine dernière, dépeignent une image du gouvernement russe se querellant sur le nombre de morts et de blessés dans la guerre en Ukraine, l’agence de renseignement intérieure accusant l’armée d’occulter l’ampleur des pertes que la Russie a subies.

Le nouveau lot, qui contient 27 pages, renforce la profondeur avec laquelle les agences d’espionnage américaines ont pénétré presque tous les aspects de l’appareil de renseignement et de la structure de commandement militaire russe.

L’article est signé par Aric Toler, de Bellingcat. Il n’y a pas d’explication sur la provenance des « documents supplémentaires » ni sur la manière dont ils ont été trouvés.

Les États-Unis pensent que le secrétaire général de l’ONU est trop conciliant avec Moscou, selon des fichiers divulgués – BBC – 13 avril 2023

Les États-Unis estiment que le secrétaire général de l’ONU est trop enclin à satisfaire les intérêts de la Russie, selon de nouvelles révélations contenues dans des documents classifiés divulgués en ligne.

….

C’est la dernière révélation d’une fuite de documents secrets, que les responsables américains s’efforcent d’élucider.

Je m’interroge également sur le traitement sélectif d’une deuxième série de documents par les médias grand public.

J’ai l’impression que quelqu’un alimente au coup par coup les différents médias en « renseignements » supplémentaires. Chacun d’entre eux publie une histoire différente. S’il s’agit d’une réserve commune, comment se fait-il que ces médias semblent avoir coordonné qui prend quelle fuite ?

Aucune photo des documents n’est apparue dans cette deuxième série de « fuites ».

Le Washington Post affirme aujourd’hui détenir de nombreuses informations sur la personne qui a fait fuiter la première série de documents du Pentagone :

L’homme à l’origine de la fuite massive de secrets du gouvernement américain qui a révélé l’espionnage des alliés, les sombres perspectives de la guerre entre l’Ukraine et la Russie et mis le feu aux poudres diplomatiques à la Maison Blanche est un jeune et charismatique amateur d’armes à feu qui a partagé des documents hautement confidentiels avec un groupe de connaissances éloignées à la recherche de camaraderie dans l’isolement de la pandémie.

Unis par leur amour mutuel des armes à feu, du matériel militaire et de Dieu, ces quelque deux douzaines de personnes – pour la plupart des hommes et des garçons – ont créé en 2020 un club sur Discord, une plateforme en ligne très prisée des joueurs, sur invitation uniquement. Mais ils n’ont guère prêté attention l’année dernière lorsque celui que certains appellent « OG » a posté un message truffé d’acronymes et de jargon étranges. Les mots n’étaient pas familiers et peu de gens ont lu la longue note, a expliqué l’un des membres. Mais ils vénéraient OG, le chef aîné de leur petite tribu, qui prétendait connaître des secrets que le gouvernement cachait aux gens ordinaires.

Le jeune membre a lu attentivement le message d’OG et les centaines d’autres qui, selon lui, ont suivi régulièrement pendant des mois.

Je suis sceptique quant à cette histoire trop bien ficelée. Cet « amour mutuel des armes, du matériel militaire et de Dieu » est-il bien réel ?

L’histoire n’explique pas vraiment comment les « reporters« , Shane Harris, scribe du Post spécialisé dans le renseignement et la sécurité nationale, et Samuel Oakford, de Bellingcat, ont trouvé la personne, ni pourquoi elle était prête à tout dévoiler :

Ce récit de la manière dont des documents de renseignement détaillés destinés à un cercle exclusif de chefs militaires et de décideurs gouvernementaux sont entrés puis sortis de la communauté fermée d’OG est basé en partie sur plusieurs entretiens prolongés avec le membre du groupe Discord, qui a parlé au Washington Post sous couvert de l’anonymat. Il a moins de 18 ans et était un jeune adolescent lorsqu’il a rencontré OG. Le Washington Post a obtenu le consentement de la mère du membre pour lui parler et enregistrer ses propos sur vidéo. Il a demandé à ce que sa voix ne soit pas masquée.

Son récit a été corroboré par un second membre qui a lu un grand nombre des documents classifiés partagés par OG et qui a également parlé sous couvert d’anonymat. Les deux membres ont déclaré connaître le vrai nom d’OG ainsi que l’État dans lequel il vit et travaille, mais ils ont refusé de partager ces informations pendant que le FBI recherche la source des fuites.

On n’utilise pas son vrai nom lorsqu’on s’inscrit sur un serveur de discussion de joueurs ou sur des sites similaires. Par conséquent, même si le Post disposait du « nom » en ligne de ce membre, il n’y aurait généralement aucun moyen de le trouver.

Le jeune joueur a-t-il contacté le Post ? Mais pourquoi parlerait-il de ce problème ?

Et pourquoi le Post publierait-il autant de détails sur cette personne ? Il est évident que cela permettra au FBI de l’identifier facilement.

Le Post affirme également que le lot de fuites est beaucoup plus important que ce que l’on savait jusqu’à présent :

Le Post a également examiné environ 300 photos de documents classifiés, dont la plupart n’ont pas été rendus publics, certains des documents textuels qu’OG aurait rédigés, un enregistrement audio d’un homme que les deux membres du groupe ont identifié comme étant OG et qui s’adresse à ses compagnons, ainsi que des enregistrements de discussions et des photographies montrant qu’OG communique avec eux sur le serveur Discord.

Mais le Post ne dit pas d’où proviennent ces plus de 300 documents, ni sur quoi ils portent. Ne sont-ils pas plus importants ?

Nous avons des photos de la première réserve de dossiers. Les diapositives des briefings me semblent réelles. Le langage utilisé est celui du Pentagone. Les abréviations utilisées sont typiques. Mais certaines des informations qu’elles contiennent, comme le nombre de victimes, sont douteuses. Les chefs d’état-major s’informent-ils vraiment auprès du ministère ukrainien de la défense, dont on sait que les chiffres ne sont que fantaisies ? Le Pentagone et/ou la CIA ont certainement leurs propres estimations des pertes. Pourquoi ne pas les communiquer ?

Nous n’avons vu aucune photo des diapositives sur lesquelles sont basés les articles supplémentaires. Pourquoi n’ont-elles pas été publiées ?

Une explication plausible est que la première publication était une vraie fuite, mais que quelqu’un envoie maintenant de nouvelles « fuites » à des médias spécialisés, qui ne sont qu’à moitié vraies ou de la pure propagande.

En outre, l’article du Washington Post sur « OG » n’est pas seulement étrange, il est aussi suspect.

Chez Naked Capitalism, Lambert Strether et Yves Smith ont également des doutes à ce sujet :

Yves et moi avons discuté de cet article ; il nous semble remarquablement « brillant » ; peut-être écrit, d’après des indices dans le ton et la structure, par une entité autre que le « reporter » dont le nom a été donné. Le personnage central de ce récit excessivement précis, « OG« , l’auteur de la fuite, est prétendument un chrétien, un amateur d’armes à feu, et quelque chose qui ressemble au chef d’un groupe d’adolescents mécontents sur le serveur Discord où les documents ont été trouvés ; son motif pour y placer les documents semble avoir été de consolider son autorité et son ascendant moral sur son groupe. Pendant ce temps, « OG » semble presque parfaitement calculé pour s’intégrer parfaitement dans le cliché « traître fasciste » dans la tête des libéraux. Je me demande si nous le trouverons un jour. On peut s’attendre à ce que l’intrigue « La chasse à OG » se poursuive pendant de nombreuses semaines, bon travail. […] En ce qui concerne le cui bono, Yves souligne que les prochaines étapes évidentes sont l’adoption du pernicieux Restrict Act et l’exercice de l’autorité contre une autre plateforme, Discord.

Ou bien tout ceci n’est-il qu’une diversion par rapport à la perte de Bakhmut par l’Ukraine ?

Ou bien tout cela a-t-il été divulgué comme un avertissement à la Maison Blanche par quelqu’un de haut placé dans l’État sécuritaire ?

Le dernier article de Seymour Hersh sur la corruption de Zelensky pourrait nous donner un indice. Un résumé de l’article payant de Hersh est disponible ci-dessous :

Entre-temps, Hersh, citant un responsable des services de renseignement, a déclaré que le sabotage des oléoducs Nord Stream et l’absence de planification stratégique concernant l’Ukraine avaient provoqué un fossé croissant entre la Maison Blanche et la communauté des services de renseignement des États-Unis.

« Il y a une rupture totale entre la direction de la Maison Blanche et la communauté du renseignement« , a déclaré le responsable du renseignement cité par Hersh.

Cette rupture présumée remonte à l’opération secrète de l’automne dernier visant à faire exploser les oléoducs russes Nord Stream, opération qui aurait été ordonnée par le président Joe Biden.

« La destruction des oléoducs Nord Stream n’a jamais été discutée, ni même connue à l’avance, par la communauté« , a déclaré le fonctionnaire.

Un autre point qui divise l’administration Biden et la communauté du renseignement est le manque de planification concernant l’Ukraine. Le fonctionnaire a souligné la décision de Biden de déployer deux brigades à quelques kilomètres de la frontière ukrainienne en réponse à l’opération militaire spéciale de la Russie.

S’il y a des tensions entre les militaires ou les services de renseignement et la Maison Blanche, cette histoire de « fuite » pourrait bien avoir été mise en place pour limiter les possibilités de la Maison Blanche.

Mise à jour (17:30 UTC)

Le New York Times a trouvé l’auteur de la fuite et a publié son nom et sa localisation.

Le chef d’un groupe en ligne où des documents secrets ont été divulgués est un garde national de l’armée de l’air

Selon des entretiens et des documents examinés par le New York Times, le chef d’un petit groupe de discussion sur les jeux en ligne où une foule de documents secrets des services de renseignement américains ont été divulgués au cours des derniers mois est un membre de 21 ans de l’unité de renseignement de la Garde nationale aérienne du Massachusetts.

Le garde national, qui s’appelle Jack Teixeira, supervisait un groupe privé en ligne appelé Thug Shaker Central, où environ 20 à 30 personnes, pour la plupart des jeunes hommes et des adolescents, se réunissaient autour d’une passion commune pour les armes à feu, les mèmes racistes en ligne et les jeux vidéo.

L’auteur principal est Erin Toller, de Bellingcat, et un autre est Christiaan Triebert, anciennement de Bellingcat. C’est Christiaan Triebert qui a tweeté l’article du NYT :

Christiaan Triebert @trbrtc – 16:02 UTC – 13 avril 2023

Nous avons identifié le leader du groupe Discord où des documents américains top secrets ont été divulgués. Il s’agit d’un membre de la Garde nationale aérienne du Massachusetts, âgé de 21 ans, et plus précisément de son service de renseignement. Lien cadeau, pas de paywall :

Voici ce que nous savons sur le leader du groupe en ligne où des documents secrets ont été divulgués.

L’un des auteurs cités dans l’article du Washington Post ci-dessus est Samuel Oakford, également ancien rédacteur de Bellingcat.

Nous savons que Bellingcat est un organe du service de renseignement extérieur britannique MI6. Cela semble donc très louche :

chinahand @chinahand – 17:11 UTC – 13 Avril 2023

Si bellingcat a identifié la source de la fuite, demandez-vous si cela a donné une excuse afin que la NSA puisse continuer à maintenir « nous ne surveillons pas les citoyens américains sans mandat« . il y a toute une équipe des 5 eyes construite afin d’esquiver les restrictions nationales sur la surveillance, je pense.

Pour ma part, je trouve extrêmement préoccupant que le Washington Post et le New York Times aient travaillé plus intensément à l’identification de la source des fuites qu’à l’étude des documents qui ont fait l’objet de fuites. Depuis quand leur travail consiste-t-il à trouver les personnes qui mettent en danger l’État de sécurité nationale ?

/Fin de la mise à jour

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Analyse informée de l’affaire des fuites et de leur contenu.

par Big Serge - Le 13/04/2023.

Note de l’auteur : J’avais l’intention de publier un article sur l’art opérationnel soviétique cette semaine, mais l’émergence des fuites a détourné mon attention et a conduit à cet article à la place. Nous reviendrons bientôt sur l’histoire militaire.

Un autre hiver s’est terminé et le printemps est à nouveau apparu sur la guerre en Ukraine. Au milieu du dégel et de la boue qui l’accompagne, les forces russes – y compris l’indominable Groupe Wagner – ont poussé le groupe ukrainien à Bakhmut au bord du gouffre, les AFU « accrochant » maintenant leur dernier pied défensif dans la ville.

Bakhmut est devenue la plus grande bataille du XXIe siècle et entre maintenant dans sa phase culminante.

Néanmoins, les développements sur le champ de bataille ont été quelque peu éclipsés par la fuite apparente de documents classifiés du renseignement militaire américain qui offrent une vue d’ensemble sur le fonctionnement interne de la guerre du Pentagone.

Je ne suis pas tout à fait clair sur les politiques de contenu de Substack en ce qui concerne ces documents. Il est certainement trop tard pour que le gouvernement américain contienne la fuite, car les images ont à ce stade été partagées, capturées et téléchargées d’innombrables fois, mais cela n’empêche pas une tentative de limiter sa circulation via une campagne whack-a-mole de suppression de contenu.

En tout cas, ne désirant ni violer la loi américaine ni enfreindre les règles de contenu de Substack, la prudence me dicte de ne pas intégrer les images directement dans ce post, mais elles ne sont pas difficiles à trouver – la chaîne Telegram « Rus Fleet » les a en ce moment, par exemple. Utilisez votre propre discrétion.

Bien que je ne publierai pas les documents divulgués ici ou sur Twitter, j’aimerais en parler. S’ils sont effectivement authentiques (et il semble qu’ils le soient), ils offrent un aperçu important de la génération de forces et de la puissance de combat en Ukraine – et peut-être plus important encore, du cadre de renseignement dans lequel le Pentagone travaille.

Aucun des éléments présentés ne donne une image particulièrement rose de l’AFU ou de ses bienfaiteurs sur la côte atlantique.

Un bref historique des fuites

Passons brièvement en revue les documents divulgués en tant que tels avant de réfléchir à leur contenu. Ils prennent la forme de photographies de morceaux de papier physiques provenant d’un briefing des services de renseignement américains. Cela implique que la nature particulière de la violation est une fuite (personnel ayant un accès légitime aux documents les diffusant illégalement au public) plutôt qu’un piratage (quelqu’un obtenant un accès illégitime par intrusion d’une forme ou d’une autre).

Les pages ont des plis visibles sur eux, et un magazine de chasse peut être vu sur une table en arrière-plan. De nombreuses pages sont marquées pour être partagées avec les alliés de l’OTAN, mais certaines ne stipulent que les yeux des États-Unis.

L’impression générale est qu’un Américain a plié les documents d’information, les a mis dans sa poche (l’armée américaine est une institution diversifiée et inclusive, et le fuyard pourrait avoir n’importe quel sexe, tous ou aucun sexe), a ramené les pages à la maison et les a photographiées. Ce n’était presque certainement pas un atout russe – si les documents avaient été acquis par les services de renseignement russes, ils l’auraient gardé en interne.

Maintenant, la question évidente est de savoir si les documents sont réels. Il y a probablement au moins une base rationnelle pour suspecter une opération de désinformation. Toutes les armées s’engagent dans une gamme de renseignements entremêlés (voir ce que fait l’ennemi), de contre-espionnage (cacher ce que vous faites) et de désinformation (mentir sur ce que vous faites). Peut-être, pourrait-on penser, ces documents n’ont pas du tout été divulgués, mais ont été plantés de manière indélébile sur Internet pour induire en erreur.

À l’origine, j’étais plutôt sceptique quant à l’authenticité des documents, mais j’en suis venu à la conclusion qu’ils sont authentiques (évaluons à 90% la probabilité d’authenticité et à 10% la probabilité de falsification ou de désinformation).

Mes raisons sont essentiellement les suivantes :

La chronologie des événements suggère une fuite authentique. Alors que les documents n’ont commencé à circuler largement que la semaine dernière environ, ils ont en fait été publiés pour la première fois sur Internet (pour autant que je sache) le 1er mars – mais personne ne l’a remarqué, apparemment.

Les documents n’ont pas attiré l’attention de masse jusqu’à ce qu’une chaîne telegram pro-russe les trouve et les republie après avoir mal photoshopé les estimations des pertes pour montrer des pertes russes beaucoup plus faibles.

Ironiquement, ce sont ces modifications falsifiées qui ont suscité un intérêt massif pour les documents. Pour moi, cela suggère que les documents ne font pas partie d’une sorte de campagne de désinformation du Pentagone, car ils sont essentiellement restés inactifs dans les coins reculés d’un serveur Discord Minecraft pendant un mois entier. Si les services de renseignement américains voulaient faire circuler de faux documents, on soupçonne qu’ils les auraient effectivement diffusés, plutôt que de les déposer dans un coin obscur de l’espace de l’information et de les laisser languir.

Les documents ont une parfaite cohérence interne. La fuite complète comprend des dizaines et des dizaines de pages qui sont totalement cohérentes au niveau des dates de livraison, des listes d’inventaire et de l’identification des unités arcanes. Cela va même au-delà de l’utilisation parfaite des acronymes et de la symbiologie militaire. La création de ces documents serait une entreprise colossale et nécessiterait à la fois une expertise précise en la matière et une quantité gigantesque de références croisées pour éviter les contradictions-à moins, bien sûr, que les documents soient authentiques, auquel cas le matériel serait cohérent parce qu’il est réel.

Les documents contiennent relativement peu de renseignements exploitables. Ils ne contiennent aucun détail de planification des prochaines opérations offensives de l’Ukraine et seulement des contours flous des dispositions des forces ukrainiennes. Une ruse destinée à tromper les Russes devrait contenir des renseignements hautement exploitables (mais faux).

Enfin, le gouvernement et les médias procèdent comme si les documents et la faille de sécurité associée étaient réels, et ils tentent à la fois de limiter la propagation des documents en ligne et de retrouver la source de la fuite.

Tout cela me suggère que ces documents offrent un véritable aperçu de la gestion de la guerre par le Pentagone. Nous pouvons conserver une certaine mesure de prudence et de doute, mais partons de la présomption de leur authenticité et réfléchissons à ce que nous pouvons en apprendre.

Situation de Forces Ukrainiennes

L’implication la plus significative des documents est simple: la puissance de combat de l’Ukraine est considérablement dégradée et, en particulier, ses unités mécanisées et ses forces d’artillerie sont en très mauvais état.

Le matériel pertinent ici en particulier est une page intitulée « US Allied & Partner UAF Combat Power Build », qui détaille la génération de forces, l’entraînement et les tranches d’équipement qui créeront le package mécanisé que l’Ukraine utilisera dans son offensive de printemps. Le plan prévoit une force de douze brigades nominales, dont neuf seront équipées par l’OTAN et trois générées en interne par les Ukrainiens. La fuite ne donne pas un aperçu des trois brigades ukrainiennes, mais le complément prévu des neuf brigades de l’OTAN est méticuleusement répertorié).

Au total, la construction de la puissance de combat nécessite que ces brigades déploient un total de 253 chars, 381 Véhicules de combat d’Infanterie, 480 Véhicules blindés de transport de troupes et 147 pièces d’artillerie. Cela implique qu’il ne s’agira de brigades que de nom et qu’elles seront en fait beaucoup moins étoffées. La répartition de ces systèmes entre neuf brigades donnera une force moyenne de seulement 28 chars par brigade, ainsi que quelque 95 IFV/APC et 16 tubes d’artillerie. Comparez cela à une équipe de combat de Brigade blindée de l’Armée américaine, qui disposerait de près de 90 chars et de près de 200 IFV/APC. Une brigade américaine Stryker (une formation plus légère et rapidement déployable) compterait environ 300 Strykers – la 82e Brigade ukrainienne ne devrait en recevoir que 90.

En termes de puissance de combat, par conséquent, ces nouvelles brigades vont être en sous-effectif. Leur force de chars, loin d’être au niveau de la brigade complète, s’élève à moins d’un bataillon blindé américain.

Un autre aspect clé du document de constitution de la force est constitué par les calendriers d’entraînement. Ce document date du début du mois de mars, date à laquelle cinq des neuf brigades étaient répertoriées à « Formation terminée à 0% ». Une seule des brigades était à plus de la moitié de sa formation, évaluée à 60% terminée. Malgré cela, six sur neuf devaient être prêts d’ici la fin mars et les restes d’ici la fin avril. Ceci ne peut être réalisé qu’avec des temps de formation considérablement tronqués, et ceux-ci sont détaillés dans le document. L’entraînement des chars Léopard, par exemple, ne dure que six semaines. Juste pour le contexte, les tanks américains peuvent être formés en 22 semaines d’entraînement pour les Abrams.

Le tableau d’ensemble est donc plutôt inquiétant pour l’Ukraine.

Les documents divulgués ne nous donnent pas un aperçu des trois brigades que l’Ukraine devrait générer avec ses ressources indigènes, mais les neuf brigades formées et équipées de l’OTAN devraient être considérablement sous-équipées et dotées de personnel qui suivent un cours de formation extrêmement accéléré. Ces brigades devront presque certainement être déployées en groupements pour être capables des tâches de combat requises.

Une note accessoire mais importante à ce stade est le fait que, du mieux que nous pouvons en juger par ces documents, le parc de chars d’avant-guerre en Ukraine a presque complètement disparu.

L’Ukraine est entrée en guerre avec environ 800 chevaux de bataille T-64, mais la puissance de combat de l’OTAN n’en note que 43 actuellement disponibles. Il y en a d’autres, bien sûr, qui sont actuellement exploités par des unités ukrainiennes de première ligne, mais le plan de construction indique que l’Ukraine n’en a pratiquement aucune en réserve pour équiper ce plan d’attaque vital, dont dépendront tous leurs espoirs.

Pendant ce temps, un élément distinct de la fuite brosse un tableau tout aussi sombre des incendies à distance en Ukraine.

Sur une page marquée « NOFORN » – ce qui signifie qu’aucun Ressortissant étranger, même les alliés, n’est censé le voir, se trouve un tableau logistique montrant les livraisons et les dépenses d’obus de 155 mm.

Ce morceau est plutôt choquant.

Nous savons depuis un certain temps que l’Ukraine est confrontée à une pénurie critique d’obus, mais les documents divulgués révèlent à quel point ce problème est aigu. Le taux d’utilisation de l’Ukraine est très faible en ce moment – le rapport affirme que seuls 1104 obus ont été dépensés au cours des 24 heures précédentes – comparez cela aux quelque 20 000 obus que l’armée russe tire quotidiennement. Encore plus alarmant pour l’Ukraine est la note selon laquelle ils n’ont que 9788 obus sous la main.

Même avec un faible taux de combustion qui laisse les AFU massivement sous-armés, ils en ont assez pour soutenir le combat pendant un peu plus d’une semaine, et ils comptent sur un filet de livraisons des États-Unis pour maintenir ces stocks stables. Le rapport fait état d’une cargaison de 1840 obus partant dans les prochaines 24 heures. Des lots de cette taille sont évidemment insuffisants pour que l’Ukraine puisse constituer ses stocks et ne peuvent servir qu’à soutenir et à reconstituer les dépenses quotidiennes. Il n’y a aucune possibilité que l’Amérique augmente rapidement la taille de ces livraisons, car seulement 14 000 obus sont produits par mois. Les responsables américains espèrent que ce nombre atteindra 20 000 cette année, mais cela reste inférieur au taux de combustion actuel de l’Ukraine.

L’implication est assez simple.

L’Ukraine est rationnée en obus qui la laisse incapable d’offrir plus que des tirs symboliques, et elle devra probablement vivre avec cette ration d’obus pendant toute la durée de la guerre.

L’image globale de la puissance de combat ukrainienne est atroce.

Leur efficacité globale au combat est confrontée à un plafond difficile en raison de pénuries systémiques d’obus, et le package mécanisé prévu pour l’offensive de printemps sera beaucoup moins puissant qu’annoncé. Ces neuf brigades créées par l’OTAN auront l’équivalent en puissance de frappe (si nous sommes généreux) peut-être de quatre véritables brigades à effectif complet, augmentées de trois brigades ukrainiennes générées en interne de qualité douteuse. Les espoirs de l’Ukraine pour un assaut glorieux sur le pont terrestre russe vers la Crimée reposeront au maximum sur 400 chars et peut-être 30 000 hommes.

Si cette force se mettait en place contre les forces russes bien préparées dans le sud, une question importante se poserait. Si c’était la meilleure force que l’OTAN pouvait générer pour l’Ukraine, à quoi ressemblerait la deuxième équipe ? Y aura-t-il même une autre force ? Cet ensemble mécanisé sous-armé et sous-entraîné pourrait être le dernier lancer de dès un peu sérieux de l’Ukraine.

Le Cadre Analytique Américain

Bien que les documents divulgués ne brossent certainement pas un tableau encourageant de la génération de forces en Ukraine, ils offrent également un aperçu tout aussi choquant de l’état du renseignement militaire américain.

Une des choses qui saute immédiatement aux yeux quand on regarde les rapports opérationnels (les pages montrant des cartes détaillées de la situation) est que le Pentagone a apparemment beaucoup plus d’informations sur les dispositions russes que sur les unités ukrainiennes. Les unités russes sont fortement comptabilisées – leurs emplacements sont précisément marqués, les désignations des unités sont identifiées, il existe des évaluations quant aux unités russes capables de combattre ou non, et il existe des estimations très spécifiques de la force de première ligne russe (C’est-à-dire 23 250 hommes sur l’axe Zaporizhzhia et 15 650 hommes sur l’axe Kherson).

En revanche, les unités ukrainiennes ne reçoivent pas de désignation de capacité de combat, leurs emplacements sont plus généralement indiqués, et il existe d’énormes portées sur les effectifs évalués (10 000 à 20 000 hommes sur l’axe de Donetsk – une énorme marge d’erreur!) Ceci, incidemment, est une autre raison pour laquelle je pense que les documents sont authentiques. Si l’intention était de diffuser de la désinformation pour confondre ou tromper les Russes, on s’attendrait à des renseignements exploitables (mais faux) sur les déploiements ukrainiens – pourtant, cela n’existe pas ici. Les forces et les dispositions ukrainiennes sont présentées de manière vague et peu concluante, de sorte que la seule chose que l’armée russe pourrait extrapoler à partir de ce rapport est que les Américains ne savent pas vraiment ce qui se passe avec les forces ukrainiennes.

En effet, c’est la conclusion incontournable.

Le Pentagone ne semble pas avoir une forte idée de la force, de l’emplacement ou des activités des unités ukrainiennes. Ils listent également leur KIA (leurs morts) ukrainienne évaluée à seulement 16k-17.5 k. C’est un nombre absurdement bas – où auraient-ils pu l’obtenir ? En fait, il s’agit d’un copier-coller direct du nombre de victimes rapporté publiquement par le ministère ukrainien de la Défense.

Le fait que le Pentagone ne semble pas disposer de renseignements générés indépendamment sur l’armée ukrainienne est choquant. Ils semblent s’appuyer sur les chiffres de la propagande ukrainienne et les données de déploiement accessibles au public,comme la carte de déploiement open source.

Le fait, bien sûr, est que le Pentagone, avec ses ressources presque illimitées, ne semble pas avoir de perspicacité ou de flux de renseignement uniques à cet égard. Ils regardent vaguement la carte et marmonnent « il y a probablement une brigade ou deux dans cette région, peut-être 8000 hommes. Ou 4000. On ne sait pas vraiment ». En fait, toutes leurs évaluations de la force de l’axe pour l’Ukraine ont une marge d’erreur de 100% (c’est-à-dire que la limite supérieure de la plage est le double de la limite inférieure).

On ne peut que conclure que la queue remue le chien.

Les Ukrainiens sont capables d’extraire du matériel, de la formation et de l’argent de l’Occident, mais il y a peu de responsabilité ou de flux d’informations honnêtes en retour.

Il y avait des indices de cela plus tôt dans la guerre – que l’Ukraine est une sorte de boîte noire qui aspire des ressources mais ne communique pas honnêtement en retour; les responsables américains se sont plaints (et les dirigeants ukrainiens ont confirmé) que Kiev ne dit tout simplement pas grand-chose à DC. Apparemment, cela reste un problème bien plus d’un an après le début du conflit. Une note de bas de page particulièrement alarmante dans les documents divulgués indique :

« Nous avons une faible confiance dans les taux d’attrition et les inventaires russes (RUS) et ukrainiens (UKR) en raison des lacunes en matière d’informations, des efforts OPSEC et IO et des biais potentiels dans le partage d’informations UKR ».

Un autre problème est l’estimation du Pentagone des pertes de véhicules russes. Il semble qu’ici aussi, ils copient-collent des estimations externes. Dans ce cas, ils semblent utiliser les pertes de véhicules « documentées » du projet Oryx. Oryx est interesting intéressant. En théorie, ils compilent visuellement les pertes d’équipement documentées, ce qui semble très scientifique et difficile à contester. De plus, la masse d’images qu’ils ont accumulées est en quelque sorte un moyen de dissuasion pour la vérification – personne ne veut vraiment trier des milliers d’images et garder le score.

Cependant, Oryx a été audité et jugé insuffisant. Il existe une variété de problèmes qui les amènent à surestimer les pertes russes, dans certains cas de manière drastique. Celles-ci incluent le double comptage (plusieurs photos du même véhicule), l’identification erronée des véhicules ukrainiens comme des pertes russes, le comptage comme des véhicules perdus qui n’ont aucun dommage apparent, l’acceptation d’images qui ont manifestement été retouchées, etc. Dans un cas particulièrement flagrant, une photo d’un obusier ukrainien Msta a été photoshoppée par son équipage et a été marquée comme une pièce d’artillerie russe détruite.

Le problème est essentiellement qu’Oryx recueille des données passivement, en demandant aux gens sur les réseaux sociaux de leur envoyer des photos, qu’ils regardent ensuite et marquent comme des pertes vérifiées. Les médias sociaux, cependant, ont un parti pris pro-ukrainien qui conduit à un flot de véhicules russes prétendument détruits qui arrivent, et Oryx semble avoir un filtre faible qui vérifie sans critique presque toutes ces affirmations. En conséquence, les pertes russes sont considérablement surestimées et les pertes ukrainiennes sont sous-estimées.

Laissez Oryx exécuter leur petit projet de comptage, aucun mal n’est fait, n’est – ce pas ? Les documents divulgués par le Pentagone font état de 6000 pertes de véhicules évaluées au 1er mars, ce qui correspond aux affirmations d’Oryx (maintenant jusqu’à 6486 véhicules détruits au 10 avril). Il s’agit d’un point de données solide confirmant les soupçons selon lesquels le département américain de la Défense sous-traite de plus en plus de renseignements à OSINT (Open Source Intelligence). Il est assez clair à ce stade qu’il y a une amplification incestueuse entre l’OSINT et la défense et l’establishment politique américains. Quand Oryx compte les travaux de piratage absurdes de Photoshop comme du matériel russe détruit, cela devient un point de données significatif alimentant les évaluations du champ de bataille du Pentagone.

Il semblerait que, tout comme dans le cas de la génération et des pertes de forces ukrainiennes, le Pentagone n’ait tout simplement aucune sorte de vision solide ou significative de lui-même. Il semblerait qu’il n’y ait pas de flux de renseignement indépendants à l’œuvre ici – seulement une régurgitation insensée de chiffres de propagande du Ministère ukrainien de la défense et de projets open source douteux comme Oryx. L’armée américaine semble de plus en plus être un simulacre évidé de ses gloires passées, en décomposition derrière une façade de machines brillantes et de budgets gonflés – un programme d’emplois technobureaucratiques d’un billion de dollars roulant sur les vapeurs patriotiques résiduelles des garçons américains de l’État rouge.

Il est évident depuis longtemps que le régime de Kiev n’a pas de véritable plan, pas de chemin ferme vers la victoire, et seulement une relation ténue et hostile avec la réalité. Beaucoup plus terrifiant est l’idée que le Pentagone soit à peu près dans la même situation .

La défense aérienne au bord du gouffre

Une dernière révélation majeure de la fuite est l’état très dégradé de la défense aérienne ukrainienne. Très simplement, l’Ukraine est rapidement à court de munitions, en particulier pour ses systèmes critiques S-300 et BUK, et elle ne peut supporter que deux ou trois autres vagues avant de se briser complètement.

Les systèmes de défense aérienne peuvent être compliqués à aborder pour les personnes qui ne connaissent pas la nomenclature.

En effet, il existe un grand nombre de systèmes différents requis pour une défense aérienne moderne, qui doivent être « superposés » avec différents systèmes qui interceptent des cibles à différentes altitudes, phases de vol et trajectoires.

La conversation peut rapidement devenir encore plus confuse car les systèmes de lancement ont à la fois une désignation russe et une désignation OTAN, et leurs munitions ont encore des désignations différentes – juste par exemple, le système de défense aérienne que les Russes appellent le S-300 est désigné SA-10 par l’OTAN, et il tire une variété de missiles intercepteurs différents qui ont leurs propres noms, comme le 9M83. Multipliez cela par les nombreux types de systèmes de défense aérienne actuellement utilisés en Ukraine, et vous pouvez voir comment cela peut facilement se décomposer en un bourbier d’acronymes et de numéros de série.

Dans tous les cas, l’élément clé à comprendre sur les systèmes de défense aérienne est l’aspect de la superposition – si un nœud de la couche tombe en panne, non seulement l’un perd la couverture complète du spectre, mais le taux de combustion sur les systèmes restants augmente car ils supportent maintenant une charge excessive. L’Ukraine est maintenant presque complètement à court d’intercepteurs pour les systèmes S-300 et BUK, qui constituent la quasi-totalité de sa défense à moyenne et longue portée. Au rythme actuel de combustion, ils devraient s’épuiser d’ici la première semaine de mai et il faut faire des choix difficiles sur où et quoi défendre. Il n’y a aucune perspective d’acquérir plus d’intercepteurs pour ces systèmes car ils sont fabriqués en Russie.

Pour renforcer ces capacités, l’OTAN a dépêché ses propres systèmes en Ukraine et dispensé une formation accélérée. Ce qui est remarquable, cependant, c’est que l’OTAN choisit d’envoyer de nouveaux systèmes à l’Ukraine. L’Allemagne, par exemple, a envoyé à l’Ukraine quatre nouveaux systèmes IRIS-T en octobre. C’était une arme de pointe lors de sa première sortie d’usine. L’inconvénient, bien sûr, est que parce qu’il est nouveau, il n’y a pas de stocks importants de munitions provenant des cycles de production passés auxquels faire appel – par conséquent, les documents du Pentagone divulgués affirment que l’Ukraine n’a déjà plus d’intercepteurs IRIS-T.

La fuite a en outre révélé que l’Ukraine sera équipée de deux nouveaux systèmes de l’OTAN – le Patriot PAC-3 de fabrication américaine et l’Aster 30-SAMP/T qui est une création conjointe italo-française.

Voilà le problème. Le département américain de la Défense n’achète que 230 intercepteurs PAC-3 par an, et le nouveau calendrier d’approvisionnement ne prevoit pas d’augmente ce nombre. Le système Aster vient tout juste d’être mis en service, et l’Italie et la France ont signé un contrat pour la livraison de 700 missiles dans les années à venir.

Ce que tout cela signifie est assez simple: le plan du Pentagone visant à renforcer la défense aérienne ukrainienne obligera l’OTAN à puiser dans ses propres stocks très bientôt, et nous verrons la situation de l’artillerie se répéter tout comme avec les intercepteurs de défense aérienne. Il n’y a tout simplement pas de surplus ou de production à grande échelle à exploiter pour approvisionner l’Ukraine; ils ne peuvent être soutenus qu’en rongeant directement les propres stocks de l’OTAN. Tout cela se produit en même temps que l’armée de l’air russe devient de plus en plus affirmée, utilisant de nouveaux kits de conversion de bombes planantes pour livrer des bombes FAB colossales à des distances de sécurité.

Conclusion : Endormi au volant

À première vue, la pire chose à propos de cette fuite remarquable est le fait qu’elle s’est produite. Il s’agit d’une violation déconcertante et embarrassante ; un citoyen américain semble être simplement sorti avec des documents hautement classifiés, qui ont ensuite été autorisés à s’insérer dans un serveur Discord Minecraft pendant un mois sans que personne ne soit plus sage. Il faut se demander comment, et peut-être encore plus important pourquoi quelqu’un ferait cela.

Pourtant, la fuite en tant qu’acte de subterfuge ou de trahison est moins importante que ce que montrent les documents. Ils montrent un manque flagrant de vigilance ou de planification à long terme de la part du Pentagone. Les dirigeants américains doivent apparemment composer avec l’Ukraine comme avec un trou noir qui aspire de l’argent et des munitions et ne donne rien en retour ; il n’y a pas de forte impression de force, de pertes ou de planification de la ligne de front ukrainienne, et le Pentagone semble manquer de toute sorte de flux de renseignement indépendants.

Pendant ce temps, la situation matérielle en Ukraine se dégrade rapidement.

Leur « bras d’artillerie fonctionne à la vapeur », avec une minuscule ration d’obus et aucun stock de réserve à proprement parler, alimenté par un filet de livraisons des États-Unis.

La défense aérienne est également usée, et le plan de réparation de ce parapluie crucial menace de devenir rapidement vampirique et de vider les stocks d’intercepteurs de l’OTAN.

Toute la logique stratégique de l’Ukraine s’est inversée. Plutôt que de devenir un moyen bon marché de drainer l’armée russe, l’OTAN se retrouve à puiser dans ses propres stocks pour soutenir l’État ukrainien en hémorragie, sans fin claire en vue. Le mandataire est devenu un parasite.

Il ne semble pas y avoir de plan à long terme pour soutenir la guerre en Ukraine. Les plans d’approvisionnement du Pentagone n’indiquent aucune intention réelle d’accélérer la production de systèmes clés. Pour l’exercice 2024, ils ont commandé un modeste 5016 GMLR – les missiles lancés par le célèbre système HIMARS. L’Ukraine a déjà utilisé près de 10 000 GMLR, ce qui en fait un autre système dans lequel les dépenses ukrainiennes dépassent largement l’offre.

Pour sauver la situation, Kiev doit placer ses espoirs sur un jet de dés désespéré avec un ensemble d’attaques mécanisées composé de brigades à mi-effectifs brandissant un inventaire disparate de différents véhicules et systèmes.

Ce monstre d’armées de Frankenstein – cousu avec une multitude de chars, IFV, APC et systèmes d’artillerie différents provenant de tous les coins de l’alliance de l’OTAN, sera probablement utilisé pour tenter de briser les lignes russes lourdement fortifiées et solidement habitées dans le sud, où il y sera pulvérisé.

source : Big Serge Thought via Bruno Bertez

 

Lire aussi : Fuite des informations américaines : Une campagne de désinformation de Washington contre Moscou ?

Jour 413 – L’armée ukrainienne est à bout – Arrêtez le massacre !

Source : Le Courrier des Stratèges - Par Edouard Husson - Le 12/04/2023.

Guerre d’Ukraine – jour 413 – L’armée ukrainienne est à bout – arrêtez le massacre!

Big Serge – l’un des analystes les plus perspicaces de la chose militaire qu’ait révélés la guerre d’Ukraine – propose une lecture originale des « Pentagon leaks ». Il y déchiffre l’agonie de l’armée ukrainienne. Mais aussi, ce qui surprendra plus, un Pentagone qui ne maîtrise plus sa créature kiévienne. Il faut dire qu’on ne maîtrise pas un « trou noir ». Evidemment, si les gouvernements européens faisaient preuve d’une autonomie de jugement et d’action, ils devraient se précipiter à Kiev pour dire: « arrêtez le massacre »! Epargnez plus de vies inutilement sacrifiées de soldats ukrainiens, comme à Bakhmout! Sans doute les événements vont-ils trop vite pour nos dirigeants. On lira comment Bhadrakumar dépeint la déroute diplomatique, accompagnée de gesticulations, des Etats-Unis en Asie occidentale. Et le diplomate indien pose la question très juste de savoir si les Etats-Unis, en pleine déconfiture, ne seront pas tentés par la fuite en avant, en Ukraine comme dans le Golfe Persique. Ce ne sera sans doute pas le cas car, ne nous lassons pas de le répéter, l’avance de la Russie, de la Chine (et sans doute de l’Iran) en matière d’armes hypersoniques, promet une défaite sévère aux USA s’ils s’avisaient de déclencher un conflit plus large que la bataille d’Ukraine.

Big Serge a lu les « fuites » du Pentagone….

nous donnons ici des extraits de la dernière livraison du blog de Big Serge:

« Un autre hiver s’est achevé, et le printemps a de nouveau fait son apparition dans la guerre en Ukraine. Au milieu du dégel et de la boue qui l’accompagne, les forces russes – y compris l’indominable groupe Wagner – ont poussé le groupement ukrainien de Bakhmut au bord du gouffre, l’armée ulrainienne s’accrochant maintenant à son dernier point d’appui défensif dans la ville. Bakhmut est devenue la plus grande bataille du 21e siècle et entre maintenant dans sa phase culminante.

Néanmoins, l’évolution du champ de bataille a été quelque peu perturbée par la fuite apparente de documents confidentiels du renseignement militaire américain, qui donnent une vue d’ensemble des rouages de la guerre menée par le Pentagone« .

Un bref historique des fuites
Avant de nous pencher sur le contenu des documents qui ont fait l’objet d’une fuite, nous allons nous livrer à une brève présentation de ces documents. Ils se présentent sous la forme de photographies de morceaux de papier provenant d’une réunion d’information des services de renseignement américains. Cela implique que la nature particulière de la violation est une fuite (le personnel ayant un accès légitime aux documents les diffuse illégalement au public) plutôt qu’un piratage (quelqu’un obtenant un accès illégitime par une intrusion d’une forme ou d’une autre). Les pages présentent des plis visibles et un magazine de chasse est visible sur une table à l’arrière-plan. De nombreuses pages sont destinées à être partagées avec les alliés de l’OTAN, mais d’autres sont réservées à l’usage exclusif des États-Unis.

L’impression générale est qu’un Américain a plié les documents d’information, les a mis dans sa/leur/xer/xem/plur poche (l’armée américaine est une institution diversifiée et inclusive, et l’auteur de la fuite peut être de n’importe quel sexe, de tous les sexes ou d’aucun sexe), a ramené les pages chez lui et les a photographiées. Il est presque certain qu’il ne s’agissait pas d’un agent russe – si les documents avaient été acquis par les services de renseignement russes, ils l’auraient gardé en interne. (…)

La chronologie des événements suggère une fuite authentique. Si les documents n’ont commencé à circuler largement qu’au cours de la semaine dernière, ils ont en fait été publiés pour la première fois sur l’internet (pour autant que je puisse en juger) le 1er mars – mais personne ne l’a remarqué, apparemment. Les documents n’ont attiré l’attention du grand public que lorsqu’une chaîne de télégrammes pro-russe les a trouvés et les a rediffusés après avoir fait un mauvais montage photo des estimations de pertes pour montrer que les pertes russes étaient bien moindres. Ironiquement, ce sont ces modifications falsifiées qui ont suscité un intérêt massif pour les documents. Pour moi, cela suggère que les documents ne font pas partie d’une sorte de campagne de désinformation du Pentagone, parce qu’ils sont restés inactifs dans les coins reculés d’un serveur Minecraft Discord pendant un mois entier. Si les services de renseignement américains voulaient faire circuler de faux documents, on peut penser qu’ils les auraient réellement fait circuler, au lieu de les déposer dans un coin obscur de l’espace d’information et de les laisser dépérir.

Les documents ont une cohérence interne parfaite. La fuite complète comprend des dizaines et des dizaines de pages qui sont totalement cohérentes jusqu’au niveau des dates de livraison, des listes d’inventaire et de l’identification obscure des unités. Cela va même au-delà de l’utilisation parfaite des acronymes et de la symbiologie militaire. La création de ces documents serait une entreprise colossale et nécessiterait à la fois une expertise précise en la matière et un nombre considérable de références croisées pour éviter les contradictions – à moins, bien sûr, que les documents ne soient authentiques, auquel cas le matériel serait cohérent parce qu’il est réel.

Les documents sont relativement pauvres en renseignements exploitables. Ils ne contiennent aucun détail sur la planification des prochaines opérations offensives de l’Ukraine et ne donnent que des indications vagues sur la disposition des forces ukrainiennes. Une ruse destinée à tromper les Russes devrait contenir des renseignements hautement exploitables (mais faux).

…et il en tire la conclusion que la force de combat de l’Ukraine est profondément affaiblie…


L’implication la plus importante des documents est simple : La puissance de combat de l’Ukraine est considérablement dégradée et, en particulier, ses unités mécanisées et ses forces d’artillerie sont en très mauvais état. (C’est moi qui souligne E.H.)

Le document le plus important est une page intitulée « US Allied & Partner UAF Combat Power Build », qui détaille la constitution de la force, l’entraînement et les tranches d’équipement qui créeront l’ensemble mécanisé que l’Ukraine utilisera lors de son offensive de printemps. Le plan prévoit une force de douze brigades nominales, dont neuf seront équipées par l’OTAN et trois générées en interne par les Ukrainiens. La fuite ne donne pas d’informations sur les trois brigades ukrainiennes, mais l’effectif prévu des neuf brigades de l’OTAN est minutieusement répertorié.)

Au total, la constitution de la puissance de combat prévoit que ces brigades déploient 253 chars, 381 véhicules de combat d’infanterie, 480 véhicules blindés de transport de troupes et 147 pièces d’artillerie. Cela implique que ces brigades n’auront de brigades que le nom, et qu’elles seront en fait très insuffisamment armées. En répartissant ces systèmes sur neuf brigades, on obtient un effectif moyen de seulement 28 chars par brigade, ainsi que quelque 95 VFI/APC et 16 tubes d’artillerie. Ce chiffre est à comparer à celui d’une équipe de combat de brigade blindée de l’armée américaine, qui disposerait de près de 90 chars et de près de 200 VFI/APC. Une brigade Stryker américaine (une formation plus légère et rapidement déployable) disposerait d’environ 300 Strykers – la 82e brigade ukrainienne n’en recevrait que 90.

En termes de puissance de combat, ces nouvelles brigades seront donc largement sous-dimensionnées. La puissance de leurs chars, loin d’atteindre le niveau d’une brigade complète, est inférieure à celle d’un bataillon blindé américain.

Les programmes d’entraînement constituent un autre aspect essentiel du document relatif à la constitution de la force. Ce document date du début du mois de mars, date à laquelle cinq des neuf brigades étaient répertoriées à « Entraînement 0% Complet ». Seule une des brigades était plus qu’à moitié entraînée, avec un taux d’entraînement de 60 %. Malgré cela, six des neuf brigades devaient être prêtes pour la fin mars et les autres pour la fin avril. Cet objectif ne peut être atteint qu’en raccourcissant considérablement les délais d’entraînement, qui sont détaillés dans le document. L’entraînement des chars Léopard, par exemple, n’est prévu que pour six semaines. À titre de comparaison, les tankistes américains peuvent suivre une formation de 22 semaines pour l’Abrams.

Le tableau d’ensemble est donc plutôt inquiétant pour l’Ukraine. Les documents ayant fait l’objet d’une fuite ne nous donnent pas d’informations sur les trois brigades que l’Ukraine est censée mettre sur pied avec ses propres ressources, mais les neuf brigades formées et équipées par l’OTAN sont censées présenter des effectifs nettement insuffisants et être composées de personnel bénéficiant d’un cours de formation extrêmement accéléré. Ces brigades devront très certainement être déployées en groupements pour être en mesure d’accomplir les tâches de combat requises.

Une remarque accessoire mais importante à ce stade est le fait que, pour autant que nous puissions en juger d’après ces documents, le parc de chars d’avant-guerre de l’Ukraine a presque entièrement disparu. L’Ukraine est entrée en guerre avec environ 800 T-64, son cheval de bataille, mais la constitution de la puissance de combat de l’OTAN indique qu’elle n’en possède plus que 43. Il y en a bien sûr d’autres qui sont actuellement utilisés par les unités ukrainiennes de première ligne, mais le plan de construction indique que l’Ukraine n’en a pratiquement aucun en réserve pour équiper ce paquet d’attaque vital, sur lequel reposent tous ses espoirs.

Dans le même temps, un autre élément de la fuite brosse un tableau tout aussi sombre des tirs à distance de l’Ukraine. Sur une page portant la mention « NOFORN » – ce qui signifie que les ressortissants étrangers, même les alliés, ne sont pas censés la voir – se trouve un tableau logistique indiquant les livraisons et les dépenses d’obus de 155 mm. Cette partie est plutôt choquante.

Nous savons depuis un certain temps que l’Ukraine est confrontée à une grave pénurie d’obus, mais les documents divulgués révèlent à quel point ce problème est aigu. Le taux d’utilisation de l’Ukraine est actuellement très faible – le rapport indique que seuls 1 104 obus ont été utilisés au cours des dernières 24 heures – à comparer aux quelque 20 000 obus tirés quotidiennement par l’armée russe. Plus alarmant encore pour l’Ukraine, le rapport indique qu’elle ne dispose que de 9 788 obus.

Même avec un faible taux d’utilisation qui laisse l’armée ukrainienne massivement dépassée, elle dispose d’une quantité suffisante pour soutenir le combat pendant un peu plus d’une semaine, et elle compte sur un filet de livraisons en provenance des États-Unis pour maintenir ces stocks stables. Le rapport fait état d’une cargaison de 1 840 obus partant dans les prochaines 24 heures. Des lots de cette taille sont manifestement insuffisants pour permettre à l’Ukraine de constituer ses stocks et ne peuvent servir qu’à soutenir et à réapprovisionner les dépenses quotidiennes. Il n’est pas possible que l’Amérique augmente rapidement le volume de ces livraisons, car seuls 14 000 obus sont produits par mois. Les responsables américains espèrent porter ce chiffre à 20 000 cette année, mais cela reste inférieur au taux de combustion actuel de l’Ukraine.

La conséquence est assez simple. L’Ukraine dispose d’une ration d’obus qui la rend incapable d’offrir plus qu’un feu symbolique, et elle devra probablement vivre avec cette ration d’obus pendant toute la durée de la guerre.

Le tableau général de la puissance de combat ukrainienne est atroce. Leur efficacité globale au combat est confrontée à un plafond difficile à atteindre en raison des pénuries systémiques d’obus, et le paquet mécanisé prévu pour l’offensive de printemps sera bien moins puissant qu’annoncé. Ces neuf brigades créées par l’OTAN auront une puissance de frappe équivalente (si l’on est généreux) à peut-être quatre véritables brigades à pleine puissance, auxquelles s’ajouteront trois brigades ukrainiennes générées en interne et de qualité douteuse. Les espoirs de l’Ukraine de lancer un assaut glorieux sur le pont terrestre russe menant à la Crimée reposeront, au maximum, sur 400 chars et peut-être 30 000 hommes.

Si cette force devait se fracasser contre les forces russes bien préparées dans le sud, une question importante se poserait. S’il s’agit de la meilleure force que l’OTAN puisse générer pour l’Ukraine, à quoi ressemblera la deuxième équipe ? Y aura-t-il même une autre force ? Cet ensemble mécanisé, qui manque d’effectifs et d’entraînement, pourrait bien être le dernier coup sérieux de l’Ukraine.

…et que le Pentagone ne dispose d’aucun moyen de contrôle réel de l’armée kiévienne!

Le cadre analytique américain
Si les documents divulgués ne donnent certainement pas une image encourageante de la constitution des forces ukrainiennes, ils offrent également un aperçu tout aussi choquant de l’état des services de renseignement militaire américains.

L’une des choses qui sautent immédiatement aux yeux lorsqu’on examine les rapports opérationnels (les pages présentant des cartes détaillées de la situation) est que le Pentagone dispose apparemment de beaucoup plus d’informations sur les dispositions russes que sur les unités ukrainiennes. Les unités russes sont très bien représentées – leur emplacement est indiqué avec précision, les désignations des unités sont identifiées, on évalue quelles unités russes sont aptes au combat ou non, et il y a des estimations très précises des effectifs de la ligne de front russe (23 250 hommes sur l’axe de Zaporizhzhia et 15 650 hommes sur l’axe de Kherson, par exemple).

En revanche, les unités ukrainiennes ne sont pas désignées par leur capacité de combat, leur emplacement est indiqué de manière plus générale et les effectifs estimés varient considérablement (de 10 000 à 20 000 hommes sur l’axe de Donetsk – une marge d’erreur énorme ! Si l’intention était de désinformer pour embrouiller ou tromper les Russes, on s’attendrait à des renseignements exploitables (mais faux) sur les déploiements ukrainiens – or, il n’y a rien de tel ici. Les forces et les dispositions ukrainiennes sont présentées de manière vague et non concluante, de sorte que la seule chose que l’armée russe pourrait extrapoler à partir de ce rapport est que les Américains ne savent pas vraiment ce qui se passe avec les forces ukrainiennes.

C’est d’ailleurs la conclusion qui s’impose. Le Pentagone ne semble pas avoir une idée précise des effectifs, de la localisation ou des activités des unités ukrainiennes. Il évalue également le nombre de victimes ukrainiennes à seulement 16 à 17,5 mille. Ce chiffre est absurdement bas – où a-t-il pu être obtenu ? En fait, il s’agit d’un copier-coller direct du nombre de victimes rapporté publiquement par le ministère ukrainien de la défense.

Il est choquant de constater que le Pentagone ne semble pas disposer d’informations indépendantes sur l’armée ukrainienne. Il semble s’appuyer sur les chiffres de la propagande ukrainienne et sur les données de déploiement accessibles au public, telles que la carte de déploiement à source ouverte. Pour mémoire, il ne s’agit pas d’une critique du site Deployment Map – j’utilise fréquemment cette ressource et je la trouve très utile. Le fait est que le Pentagone, avec ses ressources quasi illimitées, ne semble pas disposer d’une vision unique ou d’un flux de renseignements propres à cet égard. Ils font un vague geste vers la carte et marmonnent « il y a probablement une ou deux brigades dans cette zone, peut-être 8 000 hommes. Ou 4 000. Nous ne savons pas vraiment. » En fait, toutes leurs évaluations de la force de l’axe pour l’Ukraine ont une marge d’erreur de 100 % (c’est-à-dire que la limite supérieure de la fourchette est le double de la limite inférieure).

On ne peut qu’en conclure que c’est la queue qui remue le chien. Les Ukrainiens sont en mesure de soutirer du matériel, de l’entraînement et de l’argent à l’Occident, mais il n’y a guère de responsabilité ou de flux d’informations honnêtes en retour. Les responsables américains se sont plaints (et les dirigeants ukrainiens l’ont confirmé) que Kiev ne disait pas grand-chose à la DC. Apparemment, ce problème persiste plus d’un an après le début du conflit. Une note de bas de page particulièrement alarmante dans les documents divulgués indique ce qui suit :

« Nous avons peu confiance dans les taux d’attrition et les inventaires russes (RUS) et ukrainiens (UKR) en raison des lacunes en matière d’information (…) et de la partialité potentielle dans le partage d’informations par l’UKR ».

« L’armée américaine est un simulacre évidé de ses gloires passées » (Big Serge)

Il semblerait que, comme dans le cas de la génération de forces et des pertes ukrainiennes, le Pentagone ne dispose tout simplement pas d’une sorte d’information solide ou significative. Il semblerait qu’il n’y ait pas de flux de renseignements indépendants à l’œuvre ici – seulement une régurgitation aveugle des chiffres de la propagande du ministère de la Défense ukrainien et des projets douteux de sources ouvertes tels qu’Oryx. L’armée américaine semble de plus en plus être un simulacre évidé de ses gloires passées, se décomposant derrière une façade de machines brillantes et de budgets gonflés – un programme d’emplois technobureaucratiques de mille milliards de dollars qui se nourrit des vapeurs patriotiques résiduelles des garçons américains qui votent républicain.

Il est évident depuis longtemps que le régime de Kiev n’a pas de véritable plan, pas de chemin ferme vers la victoire, et qu’il n’entretient qu’une relation ténue et inamicale avec la réalité. Il est encore plus terrifiant de penser que le Pentagone est dans la même situation.

Au lieu de devenir un moyen bon marché de drainer l’armée russe, l’OTAN se retrouve à puiser dans ses propres stocks pour soutenir l’État ukrainien en pleine hémorragie, sans qu’aucune finalité claire ne soit en vue. Le mandataire est devenu un parasite.

Il ne semble pas y avoir de plan à long terme pour soutenir la guerre en Ukraine. Les plans d’approvisionnement du Pentagone n’indiquent aucune intention réelle d’augmenter la production de systèmes clés. Pour l’année fiscale 2024, il a commandé un modeste 5 016 GMLRS – les missiles lancés par le célèbre système HIMARS. L’Ukraine a déjà tiré près de 10 000 GMLRS, ce qui en fait un autre système pour lequel les dépenses ukrainiennes dépassent largement l’offre.

Pour sauver la situation, Kiev doit placer ses espoirs dans un coup de dés désespéré avec un ensemble d’attaques mécanisées composé de brigades en demi-teinte maniant un inventaire disparate de différents véhicules et systèmes. Ce monstre de Frankenstein d’armées – cousu ensemble avec une multitude de chars, de VCI, de TTB et de systèmes d’artillerie provenant de tous les coins de l’alliance de l’OTAN – devra probablement percer les lignes russes lourdement fortifiées et dotées d’un personnel solide dans le sud, où il sera pulvérisé et ne deviendra qu’un paillis de plus pour la steppe pontique

M.K.Bhadrakumar décrit la crispation des Etats-Unis en Asie occidentale


La semaine dernière, trois événements inquiétants liés aux États-Unis sont venus contrarier l’apaisement général des tensions dans la région de l’Asie occidentale :

Tout d’abord, l’appel téléphonique du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu au président des Émirats arabes unis Mohamed ben Zayed al-Nahyan (MBZ), en vue d’une rencontre destinée à redonner vie aux accords d’Abraham ;

Deuxièmement, un voyage discret en Arabie saoudite du directeur de la CIA William Burns pour rencontrer le prince héritier Mohammed ben Salman (MBS), alors que la diplomatie chinoise s’accélère en Asie occidentale ;

Troisièmement, l’arrivée du sous-marin d’attaque à propulsion nucléaire USS Florida dans les eaux du golfe Persique.

Le fil conducteur ici est l’ascension de l’Iran dans la géopolitique de l’Asie occidentale, à la suite de son accord historique avec l’Arabie saoudite, avec la médiation de la Chine et le soutien robuste de la Russie.

Ces trois événements ont eu lieu dans le contexte immédiat d’une rencontre inédite entre le ministre saoudien des affaires étrangères Faisal bin Farhan Al-Saud et son homologue iranien Hossein Amir Abdollahian, jeudi à Pékin.

Par une étrange coïncidence, l’USS Florida a également transité par le canal de Suez jeudi pour une mission de soutien à la cinquième flotte américaine basée à Bahreïn, dont la zone d’opération comprend le golfe Persique, la mer Rouge et une partie de l’océan Indien.

Détente entre l’Arabie saoudite et l’Iran

Au cours des semaines qui ont suivi l’accord du 10 mars entre l’Arabie saoudite et l’Iran sur le rétablissement des relations diplomatiques, des hauts fonctionnaires.....

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous au Courrier des Stratèges.

Jour 408 -Les dirigeants occidentaux entre bataille immobile et pensée figée.

Source : Le Courrier des Stratèges - Par Edouard Husson - Le 07/04/2023.

Guerre d’Ukraine: jour 408 -Les dirigeants occidentaux entre bataille immobile et pensée figée

Nous sommes face à un paradoxe: la lenteur de la bataille devrait laisser aux dirigeants français et européens le temps de réfléchir. Pourtant, le voyage d’Emmanuel Macron et Ursula von der Leyen en Chine se solde par un échec piteux du point de vue des grandioses objectifs diplomatiques affichés: il s’agissait de rien moins que d’amener Xi Jinping à Canossa après son voyage à Moscou. Mais pourquoi nous préoccuper de l’aveuglement volontaire ou consenti de nos dirigeants? Goûtons une conversation avec Alexandre N et un point de vue de Bhadrakumar sur l’entrée de la Finlande dans l’OTAN.

Les frustrations des chroniqueurs de la bataille d’Ukraine – l’exemple de southfront.org

Plus les semaines passent, plus les chroniqueurs de la bataille semblent désespérer de la lenteur des opérations, leur côté presque statique.

Ainsi nos amis de southfront.org, que nous avons fréquemment cités, étaient-ils contents, le 5 avril, de pouvoir annoncer du mouvement:

La situation dans la zone de conflit en Ukraine a connu plusieurs changements significatifs au cours du 4 avril. La plupart des opérations de combat actives ont eu lieu à Bakhmut. Dans la soirée du 4 avril, les combattants du PMC Wagner avaient nettoyé l’ensemble du territoire de la zone industrielle de l’usine AZOM.

En réalité, ce qu’ils décrivent, c’est une avancée lente des Russes, qui veulent perdre le minimum de troupes face à des Ukrainiens retranchés dans les immeubles d’habitations qu’ils ont fortifiés. Et donc, ce qui est décrit, c’est une lente bataille de rues. Avec des conquêtes, site par site:

Au total, les installations industrielles suivantes de la ville sont sous le contrôle de Wagner

L’usine de céramique de construction Bakhmut ;
Une usine de meubles ;
L’usine Bakhmut « Stroydetal » ;
ALC « SINIAT » ;
Mine de plâtre ALC « SINIAT » ;
Usine de vin de champagne d’Artyomovsk (PJSC Artweineri) ;
« Tsvetmet » ;
Magasin « STA » ;
Usine « Vostokmash ;
Usine de structures métalliques de Makiivka ;
Usine électrotechnique de Bakhmutsk ;
Usine Prommash ;
Atelier de presse et de meulage ;
Usine de construction de machines d’Artemivsk « Vistek » ;
Usine de boulangerie d’Artemivsk ;
Usine expérimentale d’ingénierie des équipements miniers et technologiques pour l’industrie du sel (dans le nord).
Le PMC Wagner contrôle deux gares ferroviaires – Stupki et Bakhmut-1, ainsi que le dépôt de trolleybus
.

Les combattants de la CMP de Wagner contrôlent entièrement le quartier central, y compris les bâtiments administratifs, sur lesquels les drapeaux de la Russie et des CMP ont déjà été placés. En outre, les combattants se sont retranchés le long de la rue Sibirtsev et se sont approchés du stade Metallurg. Les combats se poursuivent dans la rue Zelenaya, dans la rue Boris Gorbatov et près de l’école numéro 11. Au sud, les combats avancent également en direction du stade Avangard.

Les formations armées ukrainiennes occupent actuellement la partie ouest de la ville. Les principales lignes et positions défensives sont situées dans les zones résidentielles. Selon les experts militaires, si le rythme de progression se maintient dans un avenir proche, l’Armée ukrainienne sera repoussée derrière la ligne de chemin de fer.

A côté de la bataille d’Artiomovsk, il y a la bataille de Donetsk:

Les forces armées russes et ukrainiennes sont également engagées dans des combats acharnés près de Donetsk. Selon des rapports émanant des deux parties, les forces russes tentent des opérations offensives près d’Avdeevka. Les forces armées ukrainiennes occupent des lignes défensives et ne permettent pas aux soldats russes d’obtenir des succès en travaillant sur les positions avec de l’artillerie. Les combats se poursuivent près de Marinka, Severnoye et Pervomayskoye. Cependant, aucun des deux camps n’avance.

Il n’y a pas non plus de changement dans la direction de Zaporizhzhya. Des duels d’artillerie ont lieu entre les deux camps. Les parties sont engagées dans une reconnaissance mutuelle de la bataille. Par ailleurs, un dépôt de munitions a explosé à Orekhovo.

Les militaires russes ont identifié et frappé des installations ennemies dans les environs de Kherson et de Berislav. L’armée ukrainienne a frappé plusieurs localités sur la rive gauche du Dniepr : des bâtiments résidentiels à Novaya Kakhovka, Sofiyivka et Hornostayivka ont été endommagés.

Les forces russes ont frappé des installations de l’armée ukrainienne dans l’ouest d’Odessa. L’unité militaire 2138 a vraisemblablement été touchée et un important incendie s’est déclaré sur le site d’arrivée.

En réalité, comme l’explique Alexandre N, dans un entretien que nous retranscrivons un peu plus loin, les forces russes visaient sans doute à Odessa un entrepôt de drones.

Comme la btaille semble se dérouler au ralenti, southfront.org alimente, depuis plusieurs semaines, le discours sur la future offensive ukrainienne:

En fait, les actions de l’armée ukrainienne ressemblent maintenant à des tentatives pour cacher la direction réelle de la contre-attaque. À tout le moins, le scénario d’intensification de la défense de Bakhmut dissimule les véritables intentions de Kiev.

Il existe déjà des preuves du rassemblement d’importants groupes de troupes dans la direction de Zaporizhzhya. En particulier, on estime que 20 000 soldats ont déjà été concentrés dans le district d’Orekhovo. Cependant, les objectifs de la contre-attaque ne sont pas encore clairs. L’objectif principal de l’armée ukrainienne reste peut-être le pont de Crimée. Cependant, l’accès à ce pont peut se faire à la fois par les fortifications de Melitopol et de Berdyansk, et par le territoire de la RPD dans la direction d’Ugledar, où le groupement local est techniquement, physiquement et moralement épuisé après l’échec de l’offensive.

Les tribulations d’un Macron en Chine

Est-il besoin d’ajouter un commentaire à ces deux photos? Emmanuel Macron était parti – accompagné d’Ursula von der Leyen – pour amener Xi Jinping à Canossa après son voyage de Moscou! Voilà le résultat protocolaire:

les communicants du Président français s’en sortent en invoquant la disposition chinoise à agir de concert avec la france pour la paix en Ukraine. En réalité, le président français s’est piégé lui-même: s’il applique à l’OTAN et à l’Ukraine les critères établis par la Chine pour un plan de paix, il sera rapidement en porte-à-faux vis-à-vis de ses alliés:

« Le président chinois Xi Jinping a déclaré jeudi à Beijing que la Chine était prête à lancer un appel conjoint avec la France pour un règlement politique de la crise ukrainienne.

M. Xi a déclaré à la presse, à l’issue de ses entretiens avec le président français Emmanuel Macron, que la Chine s’engageait à faciliter les pourparlers de paix et le règlement politique de la crise ukrainienne, et qu’elle était prête à lancer un appel conjoint avec la France à la communauté internationale :

Rester rationnelle, faire preuve de retenue et éviter de prendre des mesures susceptibles d’aggraver la crise, voire de la rendre incontrôlable ;

Respecter strictement le droit international humanitaire, éviter d’attaquer les civils ou les installations civiles, et protéger les femmes, les enfants et les autres victimes du conflit ;

Honorer sincèrement l’engagement solennel de ne pas utiliser d’armes nucléaires et de ne pas mener de guerres nucléaires, s’opposer à l’utilisation d’armes biologiques en toutes circonstances et s’opposer aux attaques armées contre des centrales nucléaires ou d’autres installations nucléaires civiles ;

Reprendre les pourparlers de paix dès que possible, respecter les objectifs et les principes de la Charte des Nations unies, tenir compte des préoccupations légitimes de toutes les parties en matière de sécurité, rechercher un règlement politique et favoriser une architecture de sécurité européenne équilibrée, efficace et durable ;

Aborder conjointement les retombées de la crise ukrainienne dans les domaines de l’alimentation, de l’énergie, de la finance, des transports et autres, et réduire l’impact négatif de la crise ukrainienne sur le monde, en particulier sur les pays en développement.« 

La Russie fait du temps un allié – conversation avec Alexandre N

J’ai échangé sur la bataille d’Ukraine avec Alexandre N, que les lecteurs du Courrier des Stratèges commencent à bien connaître.

Q. Comment voyez-vous évoluer la guerre?

R. Bakhmout c’est fini.. Discrètement a été donné l’ordre de décrocher. C’est bien entendu une défaite majeure pour le régime de Zelensky.. Mais pour faire diversion dans les médias a été organisé l’attentat contre le bloger russe Vladen Tatarsky dans un café de Saint Pétersbourg. Impuissants, les Ukrainiens font dans le terrorisme. Mais vous avez remarqué que l’essentiel se passe ailleurs: un agent de la CIA sous couverture de journaliste, Evan Gerskovitch, s’est fait harponner par les services russes. Une excellent prise si on en croit le fait que Blinken lui-même a appelé Lavrov pour tenter de négocier la libération du « journaliste de Wall Street Journal ». Comme d’habitude, tout est dans ce que l’on ne dit pas : pourquoi Blinken intervient ou comment un simple journaliste américain peut aller si loin dans le dispositif russe ? je pense que vous commencez à avoir les réflexes pour décrypter la guerre.

Pouvons-nous revenir sur l’affaire du QG OTANo-ukrainien détruit par un ou plusieurs missiles hypersoniques?

C’est un événement de grande importance. On commence ici et là par admettre que c’est bien un état-major avec des officiers de l’OTAN qui a été pulvérisé par les Kinjal. Il comportait quelques 300 personnes, et c’est presque l’équivalent de l’état-major des armée, ce qui donne une idée. Impossible alors de le reconstituer, même en plusieurs mois, car ce n’est pas une simple affaire de nombre mais bien de compétences combinées. Attaquer à la tête, là est la vraie guerre.

Frapper à la tête, c’est la base de la stratégie, non?

Quand j’ai commencé ma carrière militaire, face aux « Rouges », nous étions sur cette ligne là : ne pas casser le char juste devant nous mais trouver le chef pour le pulvériser. Il faut une heure pour remplacer un char et 3000 obus pour le détruire statistiquement, un jour pour remplacer ses camions de ravitaillement détruits avec seulement 300 obus mais plus long à détecter, et seulement 30 coups pour détruire le chef, plus difficile à détecter mais qu’il faut 20 ans pour remplacer. Voilà le rapport qualité/prix tactique ramené au combat élémentaire. Détection = renseignement : vous avez là la recette des combats en Ukraine que les Américains appelle ISR (intel, surveillance, reconnaissance ). La réalité est que, depuis les débuts de cette guerre, malgré le soutien américain, les Russes surclassent leurs adversaires dans ce domaine. L’artillerie, et donc les feux dans la profondeurs y compris aériens, a vocation première de réduire sur les arrières les capacités adverses qui parviennent au contact, d’où l’ISR.

En fait, si je vous suis, les Russes gagnent la bataille mais les commentateurs occidentaux ne le voient pas car ils ne comprennent plus la stratégie.

Pourquoi les Russes entreprendraient-ils une offensive de grande envergure? L’arme hypersonique leur donne une supériorité stratégique absolue….

On dit beaucoup de bêtises sur la montée aux extrêmes, jusqu’à la guerre nucléaire.

Oui, il faudra que revenions sur ce sujet. Contentons-nous de constater aujourd’hui que les Américains sont largués dans la course à l’arme hypersonique: le Pentagone vient d’arrêter le programme dans le domaine avec Lockheed Martin. Les Russes ont introduit, à l’autre extrême du spectre, une utilisation révolutionnaire des drones. Et ils ont une totale supériorité en munitions et dans les batailles d’artillerie. Je pense donc que les Russes n’ont nullement l’intention de bouger mais de détruire toutes les concentrations qu’ils trouvent, surtout logistiques. D’où leur dernière frappe à Odessa sur une usine de drones apparemment.

Les Russes font traditionnellement du temps un allié. les Américains semblent le considérer comme un ennemi…

Si on élève le point de vue, en effet,, manifestement les élections américaines ne feront pas bon ménage avec la guerre en Ukraine, surtout si on veut emprisonner Trump. La question devient donc : que peuvent faire les Américains entre maintenant et le mois de juillet pour l’éviter ? Et là j’ai un doute sur leur capacité, désormais, à donner à l’Ukraine les moyens d’inverser la situation sur le champ de bataille.

Les Américains commencent à laisser courir les chiffres des pertes russes et ukrainiennes

Le New York Times est choqué! Il y a apparemment des fuites du côté du Pentagone. On voit circuler sur twitter ou sur Telegram des informations sur la fameuse et très annoncée offensive ukrainienne de printemps.

En réalité, si vous cliquez sur le lien de l’article vous n’apprendrez rien. Mais il y a un passage cocasse: « Par exemple, l’une des planches du document qui a fuité parle de 16 000 à 17 500 soldats russes tués tandis que l’Ukraine a 71 500 morts. Le Pentagone et d’autres analystes ont estimé que la Russie avait subi des pertes beaucoup plus importantes, avec près de 200 000 tués et blessés, tandis que l’Ukraine avait plus de 100 000 blessés et tués« .

On apprend donc deux choses: premièrement, les Américains sont en train de lâcher des chiffres plus proches de la réalité, parce qu’ils ne croient plus à la victoire de l’Ukraine. Plus pentagoniste que le Pentagone, le New York Times – « journal de référence » ajoutz-vous aussitôt avec un peu d’émotion dans la voix – maintient les vieux chiffres à côté des nouveaux. Il faudra leur faire un cours d’histoire de l’URSS: la Pravda était beaucoup plus rapide pour adopter la nouvelle ligne du Parti.

M.K. Bhadrakumar commente l’entrée de la Finlande dans l’OTAN

Le drapeau national de la Finlande a été hissé pour la première fois au siège de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) à Bruxelles mardi, à l’occasion du 74e anniversaire de l’alliance occidentale. Pour la Finlande, cela signifie un abandon historique de sa politique de neutralité.

Personne ne peut dire, même de manière propagandiste, que la Finlande est confrontée à une menace de sécurité de la part de la Russie. Il s’agit d’un acte de malignité sans motif à l’égard de la Russie de la part de l’OTAN, qui, bien entendu, porte invariablement l’imprimatur des États-Unis, tout en étant présenté au public mondial comme un choix souverain de la Finlande dans le contexte de l’intervention de la Russie en Ukraine.

Au fond, cela ne peut être considéré que comme une nouvelle manœuvre des États-Unis, après le sabotage des gazoducs Nord Stream en septembre dernier, dans l’intention délibérée de compliquer les relations de la Russie avec l’Europe et de les rendre inextricables dans un avenir prévisible.

D’un autre côté, il suffit de dire que cela rendra le paysage sécuritaire de l’Europe encore plus précaire et la rendra encore plus dépendante des États-Unis en tant que fournisseur de sécurité. On s’attend généralement à ce que l’adhésion de la Suède à l’OTAN suive, peut-être à temps pour le sommet de l’alliance qui se tiendra à Vilnius en juillet.

En effet, les États-Unis ont fait en sorte que la question centrale à l’origine de l’impasse entre la Russie et l’Occident – à savoir l’expansion de l’OTAN jusqu’aux frontières de la Russie – soit un fait accompli, quel que soit l’échec de la guerre par procuration qu’ils mènent en Ukraine contre la Russie.

Réagissant à cette évolution, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a averti mardi que l’adhésion de la Finlande à l’OTAN obligerait la Russie à « prendre des contre-mesures pour assurer sa propre sécurité tactique et stratégique », car l’alignement militaire d’Helsinki constitue une « escalade de la situation » et un « empiètement sur la sécurité de la Russie ».

Le 4 avril, le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que Moscou « sera contraint de prendre des mesures de rétorsion de nature militaro-technique et autre afin de mettre un terme aux menaces qui pèsent sur notre sécurité nationale ».

L’adhésion de la Finlande à l’OTAN étendrait la ligne de front de l’OTAN avec la Russie de 1 300 kilomètres (longueur de la frontière que la Finlande partage avec la Russie), ce qui accentuerait la pression sur les régions du nord-ouest de la Russie. Ne soyez pas surpris si les missiles de l’OTAN sont déployés en Finlande à un moment donné, ne laissant à la Russie d’autre choix que de déployer ses armes nucléaires à proximité de la région baltique et de la Scandinavie.

En d’autres termes, la confrontation militaire entre l’OTAN et la Russie devrait encore se détériorer et la possibilité d’un conflit nucléaire est en train de s’accroître. Il est difficile d’imaginer que la Russie ne parvienne pas à préserver sa capacité de seconde frappe à tout prix ou à empêcher les États-Unis d’acquérir une supériorité nucléaire, et qu’elle maintienne l’équilibre stratégique mondial.

L’accent sera mis sur l’amélioration des capacités nucléaires défensives plutôt que sur les forces conventionnelles, ce qui obligera la Russie à démontrer sa puissance nucléaire. La Russie a déjà renforcé sa dissuasion en déployant des armes nucléaires tactiques au Belarus en réponse à la décision irresponsable du Royaume-Uni de fournir des munitions à l’uranium appauvri à l’Ukraine. Il est pratiquement certain que la Russie doublera également la mise dans le conflit ukrainien.

Entre-temps, les États-Unis ont depuis longtemps déployé des armes nucléaires tactiques dans des pays européens, notamment en Belgique, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas et en Turquie, ce qui signifie que les États-Unis ont depuis longtemps déployé leurs armes nucléaires tactiques aux portes de la Russie, ce qui constitue une menace importante pour la sécurité nationale de la Russie. Le déploiement de la Russie au Belarus vise à dissuader les provocations potentielles des États-Unis, en anticipant ce qui est sur le point de se produire.

La situation géographique du Belarus est telle que si des armes nucléaires tactiques russes y sont déployées, cela aura un effet dissuasif stratégique considérable sur plusieurs pays de l’OTAN tels que la Pologne, l’Allemagne, les États baltes et même les pays nordiques. Un cercle vicieux est en train de se mettre en place, entraînant une escalade de la course aux armements nucléaires et, en fin de compte, une situation apocalyptique que personne ne souhaite voir se produire.

Le tableau d’ensemble est le suivant : sachant parfaitement que la situation pourrait devenir extrêmement dangereuse, les États-Unis exercent néanmoins sans relâche une pression sur la Russie dans le but de perpétuer leur système hégémonique. La stratégie de Ronald Reagan, qui consistait à utiliser des moyens de pression extrêmes pour affaiblir l’ex-Union soviétique et finalement l’entraîner dans sa chute, est une fois de plus à l’œuvre.

Dans l’immédiat, tout cela aurait des conséquences négatives sur le conflit en Ukraine. Il est évident que Washington ne cherche plus la paix en Ukraine. Dans le calcul stratégique de l’administration Biden, si la Russie gagne en Ukraine, cela signifie que l’OTAN perd, ce qui nuirait définitivement au leadership transatlantique et à l’hégémonie mondiale des États-Unis – ce qui est tout simplement impensable pour l’establishment de Washington.

Il ne fait aucun doute que la démarche des États-Unis et de l’OTAN visant à persuader la Finlande (et la Suède) de devenir membres de l’OTAN a également une dimension géoéconomique. Le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg, a récemment déclaré que « si la Finlande et la Suède rejoignent l’Alliance, l’OTAN aura davantage de possibilités de contrôler la situation dans le Grand Nord ». Il a expliqué que « ces deux pays disposent de forces armées modernes capables d’opérer avec précision dans les conditions difficiles du Grand Nord ».

Les États-Unis espèrent que l' »expertise » que la Suède et la Finlande peuvent apporter à l’alliance pour opérer dans les conditions arctiques et subarctiques est inestimable et pourrait changer la donne dans le cadre d’une lutte acharnée pour le contrôle des vastes ressources minérales qui se trouvent dans le Grand Nord, où la Russie a jusqu’à présent pris une longueur d’avance.

Alors que la glace polaire fond à une vitesse sans précédent dans l’Arctique, les plus grands acteurs mondiaux considèrent la région comme un nouveau « no man’s land » à saisir. Certains rapports récents ont fait état d’un projet d’intégration des forces aériennes de quatre pays nordiques – le Danemark, la Norvège, la Finlande et la Suède – entrepris avec une orientation anti-russe non dissimulée

Sur le plan militaire, la Russie est contrainte de supporter le lourd fardeau financier d’une évaluation à 360 degrés de son programme de sécurité nationale. La Russie ne dispose d’aucun système d’alliance pour compléter ses ressources militaires. Dans une annonce importante faite en février, le Kremlin a supprimé de sa politique arctique toute mention du Conseil de l’Arctique, soulignant la nécessité de donner la priorité aux intérêts russes dans l’Arctique et de s’efforcer d’obtenir une plus grande autonomie pour ses projets industriels dans l’Arctique.

La politique arctique révisée appelle au « développement des relations avec les États étrangers sur une base bilatérale, en tenant compte des intérêts nationaux de la Fédération de Russie dans l’Arctique ». Cette décision intervient quelques jours après qu’un fonctionnaire du département d’État américain a déclaré que la coopération avec la Russie dans l’Arctique était désormais irtuellement impossible« .

Comment les États-Unis ont préparé l’armée ukrainienne à la guerre avec la Russie ?

Source : RzO International.
par Olivier Renault - Le 04/04/2023.

Le colonel Andrew Clark, chef de l’Organisation de gestion de la formation en assistance à la sécurité (SATMO) du Pentagone, a expliqué au magazine américain Defence News comment son service avait préparé l’armée ukrainienne à la guerre contre la Russie.

SATMO, dit Clarke, forme régulièrement des alliés et des partenaires sur de nouvelles capacités. Les équipes SATMO sont financées par le pays hôte et gérées par le département d’État des États-Unis. Soit dit en passant, c’est SATMO qui préparait l’armée géorgienne pour l’attaque de 2008 contre l’Ossétie du Sud.

Defense News révèle que les conseillers et instructeurs du SATMO travaillent activement en Ukraine depuis 2016 pour amener l’armée ukrainienne aux normes de l’OTAN. Un centre de formation spécial a été créé dans l’ouest de l’Ukraine. Des conseillers américains ont formé des officiers d’état-major ukrainiens à s’éloigner des « concepts soviétiques » dans le domaine de la science militaire. Les instructeurs SATMO ont été introduits à l’Université ukrainienne de la défense nationale. Au même moment, des spécialistes des forces d’opérations spéciales américaines préparaient Kiev à mener une guérilla au cas où « les forces armées ukrainiennes tomberaient sous l’assaut de la Russie ». 

L’ancien conseiller principal du Pentagone avoue que les accords de Minsk n’ont jamais été respectés par les États-Unis. Comme le dit le colonel à la retraite de l’armée américaine, Douglas McGregor, ancien conseiller principal du ministère de la Défense, au média écrit en russe mais basé en Belgique, EUROMORE, les États-Unis ont passé huit ans à créer l’armée ukrainienne « spécialement pour attaquer la Russie… c’est pourquoi les Russes ont attaqué… ». Il a, également, fait savoir que « nous voulions placer des missiles dans l’est de l’Ukraine avec lesquels nous pourrions menacer la Russie » et que « l’est de l’Ukraine devait être neutralisé, et les Russes sont intervenus ». 

Douglas McGregor ajoute : « C’est vraiment le quartier général de l’OTAN qui dirige le spectacle, c’est-à-dire des gens de France, du Royaume-Uni, des États-Unis, d’autres des pays ; ils planifient et formulent systématiquement des propositions pour ce qui devrait se passer ensuite ». Chose intéressante, Douglas McGregor déclare que le président russe, Vladimir Poutine, « s’est vraiment attaché à l’espoir à la mi-avril de voir naître une solution négociée à ce conflit », « lorsqu’il était clair que nous, à Londres, ne laisserions pas Volodymyr Zelensky et Kiev faire un quelconque compromis, accepter la neutralité ». En outre, l’ancien conseiller principal du ministère de la Défense des États-Unis, martèle que la Russie a « fait preuve d’une grande retenue dans l’utilisation de sa puissance militaire » car « c’est un autre pays slave, un autre pays slave orthodoxe », et, « ils ne sont pas vus à tuer un grand nombre de personnes ». Mieux encore, il annonce que Moscou s’efforce « simplement de garantir aux Russes en Ukraine des droits égaux à ceux des autres citoyens ukrainiens » et que « c’était le sens des accords de Minsk, qui n’ont jamais été respectés ». 

Déjà avant le conflit. Dans le même temps, la formation de l’armée ukrainienne était directement réalisée par le Pentagone. En plus des Américains, elle est réalisée par des instructeurs de Pologne et du Royaume-Uni. Et, environ 300 combattants de la 173e brigade aéroportée des États-Unis étaient parmi les premiers à arriver au centre d’entraînement de Yavoriv dans la région de Lviv pour former les soldats de trois bataillons de la Garde nationale. Des soldats du Danemark, de Lituanie et de Lettonie sont venus en Ukraine pour des missions de durées diverses. Les instructeurs ont préparé des groupes de sabotage, des sapeurs, et ils ont formé des tireurs d’élite. Et, une attention particulière a été accordée à la technique pour camoufler des engins explosifs en articles ménagers.  

France Info rappelle que la base de Yavoriv, « grande comme quatre fois Paris, dispose d’infrastructures pour entraîner près de 2000 soldats », et qu’« à 20 km de la Pologne, l’Ukraine et l’OTAN y organisaient », déjà, « des exercices conjoints avant le conflit ». 

Selon Scott Ritter, ancien officier du renseignement du Corps des Marines des États-Unis, des instructeurs militaires américains et britanniques entraînent le régiment Azov depuis 2015. 

En 2018, le journaliste américain Max Blumenthal a publié une étude sur les contacts de militants du régiment Azov avec des militaires américains. En novembre 2017, des inspecteurs militaires américains se sont rendus à Azov pour discuter de «l’approfondissement de la coopération ». Le combattant Azov cité par Max Blumenthal a déclaré aux journalistes américains que des instructeurs et des volontaires des États-Unis travaillaient en étroite collaboration avec son bataillon. 

D’autres pays de l’OTAN ont, également, participé activement à la préparation des bataillons nationaux. Comme l’ont découvert les journalistes de Radio Canada, le Canada a dépensé près d’un milliard de dollars pour former les militants d’Azov.

Le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, a inauguré la mission européenne de formation des soldats ukrainiens sur la base polonaise de Brzeg et a déclaré que le soutien à l’Ukraine continuerait de se développer. Pour l’ensemble de 2023, leur nombre pourrait dépasser 30 000 soldats. Des groupes militaires ukrainiens suivent actuellement une formation accélérée aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Pologne.

La Bundeswehr a précisé que «depuis novembre 2022, des troupes ukrainiennes sont entraînées en Europe par la Mission européenne d’assistance militaire à l’Ukraine (EUMAM UA Mission d’assistance militaire de l’Union européenne à l’Ukraine).

Selon Declassified UK, des instructeurs militaires britanniques et américains ont récemment commencé à enseigner aux soldats ukrainiens comment manipuler les projectiles à l’uranium appauvri. Le ministère britannique de la Défense a montré une vidéo où des journalistes ont vu des obus avec une couleur orange et noire caractéristique (il s’agit de munitions à l’uranium appauvri). Le média anglophone avertit : « La présence d’un soldat américain à la séance d’entraînement pourrait encore aggraver les tensions, après que la Maison-Blanche a nié avoir envoyé ses propres stocks d’uranium appauvri en Ukraine » ; « L’uranium appauvri (UA) est une munition standard pour les chars que le Royaume-Uni donne à l’Ukraine, malgré les inquiétudes de longue date concernant ses impacts sur la santé et l’environnement » ; « Il a été accusé d’avoir causé le cancer et des malformations congénitales en Irak ».

Selon Declassified UK, Doug Weir de l’Observatoire des conflits et de l’environnement a déclaré : « Lorsque les munitions à l’UA touchent des cibles dures telles que des chars ou des véhicules blindés, elles se fragmentent et brûlent, générant des particules d’UA [particules microscopiques] chimiquement toxiques et radioactives qui présentent un risque d’inhalation pour les personnes ».

Olivier Renault

source : Observateur Continental

La défaite de l’OTAN est inévitable

par Pars Today - Le 28/03/2023.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a affirmé que l’Occident devrait se préparer à un conflit continu en Ukraine et que les pays membres de l’alliance devront consacrer une partie de leur PIB à leurs dépenses de défense et à l’aide en armements à fournir à Kiev. Or, les Européens et les Américains ne peuvent pas se permettre que la guerre par procuration de l’OTAN contre la Russie en Ukraine ne dure trop longtemps.

« Si l’Occident veut une guerre prolongée et il semble qu’il le veuille, c’est parce qu’il a peur de la défaite qui semble inévitable en ce moment, la défaite de l’OTAN dans sa guerre par procuration contre l’Ukraine ! », a déclaré à Sputnik le professeur Stevan Gajiс, un chercheur associé à l’Institut d’études européennes de Belgrade.

« Ils devront investir davantage dans leur industrie, ce qui est maintenant une tâche particulièrement difficile puisque de nombreux pays occidentaux se sont désindustrialisés, puisqu’ils ont envoyé leurs industries à l’étranger, notamment en Chine et dans d’autres pays asiatiques. Je pense que les stocks qui existent sont les premiers à partir. Donc ils seront de plus en plus vides », a-t-il poursuivi.

Le 21 mars, Stoltenberg a dévoilé son rapport annuel pour 2022 lors d’une conférence de presse à Bruxelles. Le chef de l’OTAN a affirmé que l’alliance « est plus unifiée qu’elle ne l’a été depuis au moins la fin de la guerre froide » et qu’elle est prête à continuer à soutenir Kiev dans son conflit avec la Russie.

Stoltenberg a déclaré que si le président russe Vladimir Poutine voulait « moins d’OTAN », il aura bientôt « plus d’OTAN » à sa porte étant donné l’adhésion prochaine de la Finlande et de la Suède au bloc. À en juger par les propos du secrétaire général de l’OTAN, l’alliance s’était depuis longtemps préparée à un conflit avec la Russie :

« L’OTAN a mis en place le plus grand renforcement de notre défense collective depuis une génération », a déclaré Stoltenberg. « Ainsi, lorsque les chars russes sont entrés en Ukraine, nous étions prêts. En quelques heures, nous avons activé nos plans de défense de la Baltique à la mer Noire. »

Il a salué l’importante assistance militaire du collectif occidental à Kiev et a révélé que l’alliance est « en train de convenir de nouvelles capacités pour la production de munitions décisives au combat et de s’engager aussi avec les industriels pour augmenter la production et soutenir encore plus  l’Ukraine » dans son conflit avec la Russie.

Stoltenberg a noté que de nombreux alliés de l’OTAN se sont engagés à augmenter leurs dépenses de défense dans le cadre de l’opération spéciale russe en Ukraine : « Maintenant, ces promesses doivent se transformer en argent réel, en contrats et en équipements concrets, car les dépenses de défense sous-tendent tout ce que nous faisons », a-t-il expliqué.

Plus tôt, l’UE avait conclu un accord pour envoyer à l’Ukraine un million de cartouches dans les 12 prochains mois. Le nouveau plan consistera donc dans le don de munitions de ses propres stocks par l’UE à Kiev et d’achat aussi de nouveaux obus pour l’Ukraine.

Ni les États-Unis ni l’UE ne peuvent reconstituer rapidement des munitions en baisse.

La réalité n’est pas aussi rose que celle décrite par le chef de l’OTAN, note le professeur Gajiс.

« Je pense que nous pouvons déjà voir que l’OTAN et les États-Unis essaient de trouver des armes partout où ils [le peuvent] », a noté le chercheur serbe. 

Olaf Scholz s’est rendu en Amérique latine pour mener de telles affaires, mais avec peu ou pas de succès. Ils essaient de faire la même chose en Afrique et dans toute l’Asie. Jusqu’à présent, il semble qu’ils n’aient réussi qu’avec des obus du Pakistan et uniquement en raison de troubles internes dans ce pays, qui ont été causés à bien des égards par les États-Unis. Je pense tout de même que la Corée du Sud et le Japon pourraient aussi être intéressés à fournir des armes à l’OTAN.

Selon Gajiс, le complexe militaro-industriel américain n’est pas encore pleinement opérationnel.

« L’UE dit qu’elle achètera des obus, mais d’où ? » demande Matthew Gordon-Banks, ancien député conservateur britannique et chercheur principal à la « UK Defence Academy » qui a ajouté : « Les provisions n’existent pas pour pouvoir acheter. »

Les médias occidentaux ont averti à plusieurs reprises que l’Ukraine brûlait ses munitions plus rapidement que les États-Unis et l’OTAN ne pouvaient en reproduire. Selon la presse américaine, pour continuer à fournir des munitions au régime de Kiev et reconstituer ses propres stocks, le Pentagone envisage d’augmenter substantiellement la production des munitions et de mettre des pans de l’industrie de défense américaine « sur le pied de guerre » alors qu’il n’est techniquement pas en guerre. En particulier, l’armée américaine prévoit une augmentation de 500% de la production d’obus d’artillerie, de 15 000 par mois à 70 000, comme l’a déclaré le chef des acquisitions de l’armée Doug Bush aux médias américains le mois dernier.

« Il faudra dix ans aux États-Unis pour remplacer les stocks dépensés au niveau de production actuelle », a souligné l’ancien législateur britannique.

La situation devient de plus en plus désespérée pour Kiev alors que les forces russes poursuivent leur offensive et encerclent Bakhmout, également connu sous le nom d’Artemovsk, selon Gordon-Banks.

« L’Ukraine manque de main-d’œuvre, de munitions et surtout d’obus d’artillerie », a-t-il dit.

« L’idée que l’UE, l’Amérique ou n’importe qui d’autre puisse remplacer ces lacunes avant une offensive russe majeure lorsque les conditions météorologiques et terrestres s’améliorent est un non-sens. Plus les Américains insistent, plus des Ukrainiens meurent dans ce conflit ».

« Généralement, les États-Unis sont dans une mauvaise situation en ce qui concerne leur domination mondiale, l’évaporation du pétrodollar et d’autres changements tectoniques importants, ceux qui ont été annoncés par le président Xi à la fin de sa visite en Russie », a déclaré Gajiс, faisant référence à la dernière rencontre entre le président Xi Jinping et le président russe Vladimir Poutine. « À long terme, le seul véritable bénéficiaire aux États-Unis sera le complexe militaro-industriel. Peut-être que tout cela est une mauvaise nouvelle pour Wall Street, mais ça ne l’est certainement pas pour le complexe militaro-industriel qui aura lui des transactions lucratives. »

L’économie américaine est toujours submergée par l’inflation alors qu’une crise bancaire à part entière pourrait également bientôt se dérouler dans le pays, comme le préviennent les observateurs internationaux. Le pays est confronté à une crise économique à multiples facettes, tandis que l’Europe, qui souffre déjà d’une inflation plus élevée, se prépare à un débordement du gâchis bancaire américain dans les économies de l’UE.

Des manifestations contre la chute du niveau de vie et contre de nouvelles dépenses pour la guerre par procuration occidentale en Ukraine ont eu lieu sur tout le continent européen au cours des derniers mois.

Les peuples européens en ont assez de la baisse du niveau de vie et du manque d’énergie bon marché tandis que leurs dirigeants soutiennent Kiev dans le conflit en cours, selon Gordon-Banks.

En fait, l’UE continue de soutenir la région de Kiev parce que les politiciens européens ont leur « peau politique » en jeu dans la guerre par procuration de l’Occident contre la Russie en Ukraine, a déclaré Gajiс. Si Kiev perd, ce que l’universitaire serbe pense être inévitable, c’est le fait que ces responsables européens deviendront alors des « perdants politiques ».

« Par conséquent, ils pousseront l’agenda jusqu’au bout. C’est pourquoi ils y voient un intérêt personnel. Bien qu’objectivement parlant, cela va complètement à l’encontre des intérêts de leur propre pays ! », a conclu Gajiс

source : Pars Today

Comprendre le déroulement de l’opération spéciale menée par la Russie en Ukraine

par Valentin Vasilescu - Le 27/03/2023.

Il y a beaucoup de questions sur l’opération spéciale en Ukraine auxquelles la Russie donne des réponses évasives. Par exemple, comment les Ukrainiens ont-ils pu les surprendre dans la région de Kharkov avec la contre-offensive des « camionnettes » en septembre ? Ou pourquoi le général Sergueï Sourovikine, partisan de l’action indirecte qui prive les forces ennemies des ressources nécessaires fournies par l’OTAN pour poursuivre la guerre, a-t-il été écarté du commandement ? Surtout après que celui-ci ait réussi à stabiliser les fronts et commencé les attaques quotidiennes aux missiles sur les infrastructures critiques, les dépôts de matériel de combat de l’OTAN, les trains transportant le matériel et les gares de déchargement des garnisons ?

La réponse à ces questions est que tout cela n’avait rien à voir avec les vrais objectifs de l’opération spéciale.

Nous pouvons voir quels sont les objectifs de l’opération spéciale en examinant la densité des pertes enregistrées selon les types d’armes ukrainiennes sur lesquelles les Russes se sont concentrés au cours des 4 à 5 derniers mois.

Nous constatons que les radars de contre-batterie ont été la priorité, suivis des pièces d’artillerie et des MLRS, des véhicules de combat d’infanterie et des véhicules blindés de combat, des radars et des systèmes de missiles AA, qui sont presque tous produits par l’OTAN.

Récemment, les défenses AA russes se sont concentrées sur l’abattage de la GLSDB (Ground-Launched Small Diameter Bomb) américaine, lancée à partir du HIMRS, qui combine une bombe guidée GBU-39 de petit diamètre avec des ailes propulsées par le moteur du missile M26.

Nous avons vu comment, au-dessus de la mer Noire, les avions de combat russes testent des méthodes peu orthodoxes pour neutraliser les équipements sensibles de reconnaissance des avions sans pilote américains, qui fournissent directement des renseignements à l’armée ukrainienne.

Dans le même temps, les défenses antiaériennes russes ne se préoccupent guère d’abattre les vieux drones soviétiques Tu-141 Strizh lancés par l’Ukraine qui s’écrasent au hasard sur le territoire russe. Au contraire, les armes russes sont testées quotidiennement sur diverses cibles, certaines nouvelles comme les drones kamikazes Lancet et d’autres résultant de la modernisation d’armes existantes. C’est le cas des bombes d’aviation FAB-100, 250, 500,1500 qui ont été équipées d’un kit de vol plané et d’un GPS, ce qui augmente leur précision et leur portée à 40 km. Ou encore l’installation de vieux chars T-62M modernisés dans divers postes de tir disposés de manière judicieuse, au lieu de pièces d’artillerie tractées, qui n’offrent aucune protection aux militaires.

Contrairement à Sourovikine, le général Gerasimov n’a pas bougé le petit doigt pour empêcher l’afflux d’équipements de combat de l’OTAN depuis les frontières de l’Ukraine jusqu’à la ligne de front. Des chars Leopard 2, des véhicules de combat Bradley, des missiles HIMARS et Harpoon sillonnent le territoire ukrainien comme à la parade.

N’importe quel attardé mental, exception faite des généraux qui passent en boucle sur les plateaux de télévision, peut comprendre que l’objectif de l’opération spéciale russe n’est pas d’occuper l’Ukraine, mais de tester les armes de l’OTAN, utilisées par les Ukrainiens. Lorsque l’OTAN remettra aux Ukrainiens ne serait-ce qu’un petit nombre d’avions F-16, F-15, Eurofighter Typhoon, Gripen, Rafale ou Mirage, Gherasimov sera aux anges, car les Russes seront en mesure de trouver l’antidote pour eux aussi. Une fois que la Russie aura adapté sa technique de combat aux vulnérabilités des armes de l’OTAN, Gherasimov recevra le feu vert pour occuper l’Ukraine en un mois.

Le 17 décembre 2021, le ministère russe des Affaires étrangères a envoyé aux États-Unis et à l’OTAN le projet d’un traité visant à assurer des garanties de sécurité à la Russie, c’est-à-dire un retour de l’Europe centrale à la situation d’avant le sommet de Madrid de 1997, en retirant les bases et les troupes étrangères de tous les anciens pays socialistes.

Les États-Unis et l’OTAN ont rejeté la proposition de la Russie.

Ainsi, pour ceux qui ont un minimum de neurones pour comprendre, l’opération spéciale n’est qu’une étape intermédiaire, menée sur le champ de manœuvres ukrainien, sur du matériel client, pour repousser l’invasion imminente de la Russie par l’OTAN.

Pour qu’il n’y ait aucun doute sur le fait que la Russie vise à atteindre l’objectif qu’elle avait proposé aux États-Unis et à l’OTAN, elle a pris la décision de déployer des armes nucléaires tactiques en Biélorussie.

Cela permet de comprendre pourquoi l’empereur Xi Jinping s’est rendu à Moscou. Les États-Unis n’acceptent pas de devenir la deuxième économie mondiale et ont planifié une guerre avec la Chine à travers Taïwan, comme ils le font avec la Russie à travers l’Ukraine. La dernière guerre de la Chine a été contre le Vietnam en 1979, les deux armées utilisant des armes soviétiques ou des clones de celles-ci. Entre-temps, la Chine a développé des armes similaires aux armes occidentales qui n’ont pas été testées dans un conflit réel. Si Taïwan avait été armée par la Russie, la Chine aurait offert ses nouvelles armes à l’Ukraine pour qu’elle les teste. Puisque Taïwan est armée par les États-Unis, tirez vos propres conclusions.

Valentin Vasilescu

traduction Avic – Réseau International

Quelle Ukraine soutenons-nous ?

par Patrick Pasin - Le 27/03/2023.

Le slogan « Soutien à l’Ukraine » continue de fleurir. Ceux qui le promeuvent savent-ils que les Ukrainiens étaient le peuple le plus martyrisé d’Europe AVANT la guerre ? À cause de celui-là même que les Occidentaux chérissent… le président Zelensky. En synthèse, voici ce que nous cachent nos médias et qui devrait nous faire réfléchir à notre soutien sincère et amical au peuple ukrainien.

Le pays sans bébés

En 2021, le nombre de décès excède celui des naissances de 442 2791, un chiffre ahurissant pour environ 41 millions d’habitants : il signifie que plus de 1% de la population a littéralement disparu cette année-là, sans même parler des effets de l’émigration.

En janvier 2022, le dernier mois avant l’Opération spéciale, la situation empire encore : sont comptabilisés environ 57 000 décès, mais seulement 18 000 naissances, soit un multiple de plus de trois.

Même si l’écart était moindre les années précédentes, il se situait toujours avec un excédent négatif à six chiffres depuis la révolution du Maïdan de 2014 et avant. À ce rythme, le peuple ukrainien aura disparu d’ici une à deux générations, d’autant plus qu’une grande partie des réfugiés et des émigrés ne reviendra pas, quelle que soit la forme que revêtira l’Ukraine à la fin de la guerre.

Il faut désormais y ajouter le désastre en cours, où plus de 200 000 hommes fauchés dans la force de l’âge ne feront plus d’enfants. Et la boucherie continue : ce sont maintenant des adolescents qui sont envoyés sur le front. Qui peut imaginer les conséquences à moyen et long terme quant à l’existence même du peuple ukrainien ?

Le pays des laboratoires de guerre US

D’après les données de l’OMS et des autorités locales, dont l’Ordre des médecins, les taux d’infection par VIH/sida, tuberculose, hépatite B et C… restent parmi les plus élevés d’Europe et du monde. La tuberculose s’y est même propagée sous une forme unique, très résistante aux médicaments.

Le pays est également affecté par de violentes épidémies de rougeole, malgré un fort taux de vaccination, mais aussi de grippe porcine, de botulisme, de leptospirose, de diphtérie, etc., que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans de telles proportions.

Les tests médicaux effectués par les Russes sur les milliers de prisonniers de guerre ukrainiens montrent qu’un tiers d’entre eux ont été infectés par l’hépatite A, plus de 4% présentent un syndrome rénal et 20% ont la fièvre du Nil occidental. La conclusion est qu’ils furent soumis à des années d’expériences biologiques par les Américains. De la propagande russe ?

Non, puisque le Département de la Défense des États-Unis reconnaît le 9 juin 2022 avoir établi des « collaborations » avec 46 laboratoires ukrainiens, évidemment à des fins… pacifiques. En réalité, le Pentagone ne « collaborait » pas mais opérait directement des laboratoires de guerre biologique en Ukraine depuis 2014, en contravention de la Convention sur les armes biologiques de 1972. C’est documenté depuis le Maïdan de 2014, dont, par exemple, un rapport d’un ancien agent du SBU, les services de renseignement ukrainiens, qui révèle que « la mort des sujets de l’essai a été autorisée dans le cadre de son déroulement ». En l’occurrence, les « sujets de l’essai » sont des Ukrainiens, pas des rats de laboratoire.

On découvre aussi que ces recherches extrêmement dangereuses visaient à améliorer les propriétés pathogènes de la peste, de l’anthrax, de la tularémie, du choléra et d’autres maladies mortelles. Parmi les priorités identifiées figure aussi l’étude des pathogènes bactériens et viraux pouvant être transmis des chauves-souris à l’homme, tels que les pathogènes de la peste, de la leptospirose, de la brucellose, ainsi que des coronavirus… Des coronavirus de chauve-souris ? Cela ne nous rappelle rien ? Ajoutons qu’un programme militaire intitulé « Covid-19 » fut financé en novembre 2019, soit trois mois avant que l’OMS donne ce nom à une pandémie mondiale qui n’a pas fini de faire parler d’elle. Simple coïncidence ?

Quoi qu’il en soit, il ne fait aucun doute que la population civile et les soldats ukrainiens servent de cobayes depuis des années aux militaires américains, avec la complicité de Kiev. De plus, ces armes biologiques nous menacent directement, car qui peut garantir que ces virus mortels s’arrêteront à nos frontières ? Que font la Commission européenne et nos gouvernements pour nous protéger de cette menace ?

Le pays des néonazis

L’agence Reuters évalue à plus de 100 000 ce que certains appellent les « nationalistes intégraux » ou néonazis. Qu’ils se regroupent sous les noms d’Azov, Aïdar, C14, etc., ils empoisonnent la vie des Ukrainiens depuis 2014, et pas seulement des minorités russophones, magyares, juives, roms, LGBT… Ils ont notamment participé aux plus de 14 000 tués du Donbass, situation qui revêt les caractéristiques du génocide au sens de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide du 9 décembre 1948. Des témoignages révèlent, d’ailleurs, que ces bataillons de la mort percevaient jusqu’à 10 000 $ pour le meurtre ou la capture de tout séparatiste. Un bon business dans un pays dont on ne cesse de nous vendre les valeurs… démocratiques et progressistes.

Ils n’hésitent pas non plus à entrer armés dans les tribunaux pour menacer les juges, dans les administrations pour contraindre les maires et les gouverneurs. Ils obligent même certaines municipalités à les payer comme miliciens pour assurer la… sécurité des citoyens. Puisque l’Ukraine est aussi le pays sans justice, comme nous le verrons ci-dessous, ils ont tous les droits, dont le meurtre, le viol, la torture, le braquage, le racket, etc. Bien sûr, avec la complicité de la police.

Et lorsque le bataillon Aïdar est dissous par les autorités en 2016, ses membres bloquent une artère de Kiev et tentent de prendre d’assaut le ministère de l’Intérieur. Après un tel acte, on imagine que les peines de prison furent sévères… Que nenni ! L’ordre de dissolution est annulé et ils sont intégrés aux forces armées ukrainiennes, comme les autres bataillons néonazis après les accords de Minsk, puis envoyés commettre leurs crimes dans le Donbass.

De ce fait, ils deviennent nos alliés, puisque l’Occident s’est allié à l’Ukraine à la vie à la mort (surtout celle des Ukrainiens, en tout cas pour commencer…).

Le pays de la corruption

Ce point nécessiterait un chapitre entier tant la corruption est endémique en Ukraine. Ainsi, dès 2015, CNN relate qu’elle coûte de l’ordre de 10 milliards $ au budget de l’État. Aucune institution internationale n’est dupe de cette réalité. Par exemple, la Cour des comptes européenne constate dans un rapport de 2016 n’avoir aucune connaissance de l’emploi des derniers 11 milliards € envoyés à l’Ukraine. En revanche, on y lit que « les risques posés par les anciens et les nouveaux oligarques demeurent élevés ». Comment mieux avouer la corruption sans employer le mot ?

Néanmoins, les milliards continuent d’affluer, que ce soit de l’Union européenne, des États-Unis, du FMI, etc. Étrange, non ?

Pour ne pas tarir le flux de ces fonds d’une générosité sans borne, la question de la corruption est définitivement réglée par la Cour constitutionnelle de l’Ukraine (CCU) avec sa décision spectaculaire du 27 octobre 2020 : elle décharge le gouvernement, les hauts fonctionnaires et les juges de toute responsabilité pour fausse déclaration de patrimoine.

En conséquence, un juge qui aurait seulement déclaré la propriété d’un modeste logement à Kiev est désormais protégé par la loi s’il est découvert qu’il possède aussi une somptueuse villa sur la côte d’Azur. Au moins, les décisions de justice seront plus vite rendues : elles dépendront seulement de l’épaisseur des enveloppes versées. Il en est de même pour les politiciens et les fonctionnaires. Le pays de la corruption est aussi devenu le pays sans justice.

Depuis, bien évidemment, les milliards continuent d’affluer vers l’Ukraine. En réalité, sommes-nous certains que les dirigeants ukrainiens sont les seuls à en « croquer » ? Rien de ces sommes faramineuses ne serait donc partagé à l’abri des regards avec la partie occidentale qui les envoie à fonds perdus dans ce tonneau des Danaïdes qu’est devenu le Zelenskyland ?

Quoi qu’il en soit, il est sûr que ces dizaines de milliards, auxquels nous contribuons, n’ont pas bénéficié au peuple ukrainien ni à la paix.

Le pays sans droit du travail

Lorsque la guerre éclate, très vite sont interdits les partis d’opposition et les médias qui ne sont pas dans la ligne officielle. Sans doute une démonstration de valeurs démocratiques pour plaire à la Commission européenne… Tout aussi inquiétant, les autorités décident par la loi 5371, ratifiée le 17 août 2022 par le président Zelensky, de supprimer le code du travail dans les entreprises de moins de 250 personnes, c’est-à-dire pour plus des deux tiers de la population. Désormais, il n’existe plus que des contrats « librement » négociés avec l’employeur, qui peut imposer, par exemple, des semaines à 50 ou 60 heures et au-delà. Les salariés ne bénéficient plus de protection légale, et les syndicats n’ont aucun moyen d’action. L’Ukraine est devenue tout à fait légalement le paradis des patrons voyous.

Certes, un travailleur peut refuser un tel contrat, mais est-il sûr de trouver un autre emploi qui ne lui imposera pas les mêmes contraintes, puisque toutes les entreprises, à part les multinationales, bénéficient de ce régime d’exception ?

Signalons qu’a été ajouté à la dernière minute le fait que cette loi restera en vigueur tant que durera la loi martiale. Qui peut garantir qu’elle ne le sera plus ensuite, ne serait-ce que pour « fluidifier » le marché du travail ? Qui peut même garantir qu’avec la crise qui s’annonce dans l’Union européenne, le même type de loi ne viendra pas s’imposer, évidemment pour le bien des salariés ?

Le pays de la traite des êtres humains

Ce qui précède y conduit de manière soft, mais il y a pire encore : de nombreux rapports prouvent que l’Ukraine est le pays des enfants à vendre, mais pas seulement. Par exemple, le Trafficking in Persons Report de 2021 publié par le Département d’État US, donc peu suspect d’être partial envers l’Ukraine, rapporte ceci :

« PROFIL DE LA TRAITE : Comme cela a été signalé au cours des cinq dernières années, les trafiquants d’êtres humains exploitent des victimes nationales et étrangères en Ukraine, et les trafiquants exploitent des victimes ukrainiennes à l’étranger. Les victimes ukrainiennes sont exploitées dans le cadre du trafic sexuel et du travail forcé en Ukraine, ainsi qu’en Russie, en Pologne, en Allemagne et dans d’autres régions d’Europe, en Chine, au Kazakhstan et au Moyen-Orient. Les victimes ukrainiennes sont de plus en plus exploitées dans les États membres de l’Union européenne ».2

On se demande bien ce que fait la Commission européenne, si prompte à se glorifier de ses valeurs droits-de-l’hommistes, pour lutter contre ce fléau… Le rapport se poursuit ainsi :

« Les quelque 104 000 enfants placés dans des orphelinats d’État sont particulièrement exposés au risque de traite. Les responsables de plusieurs institutions d’accueil et d’orphelinats publics auraient été complices ou délibérément négligents dans le trafic sexuel et le travail des filles et des garçons dont ils avaient la charge. »

Même si le mot ne figure pas en toutes lettres, c’est bien de pédocriminalité dont il s’agit. « Un enfant sur dix victimes de traite dans le monde vient d’Ukraine ». Dans ce film diffusé sur Arte, nous apprenons aussi qu’une « quarantaine d’adolescents ont été vendus à des hommes politiques locaux à des fins sexuelles »3. La presse et le grand public sont tenus à l’écart du procès ». Naturellement, il n’en est rien ressorti et qui peut croire que, depuis, la vertu s’est abattue sur les élites de l’Ukraine ?

Pourtant, qui a entendu Ursula von der Leyen, Charles Michel, Josep Borrell, Emmanuel Macron, Olaf Scholz, Boris Johnson… dénoncer ces violations des droits de l’homme inadmissibles ?

Alors, qui veut encore soutenir le pays de rêve du président Zelensky et de l’OTAN que nous vantent jour et nuit les médias de l’Occident ? Leur Ukraine mérite-t-elle notre soutien, et même nos sacrifices ?

Pour aider le peuple ukrainien et éviter la catastrophe qui produit déjà ses effets sur notre société, il n’y a qu’une option : la paix. Il est donc urgent d’arrêter d’envoyer des armes et de l’argent pour la guerre : elle doit s’arrêter faute d’armes et pas faute de combattants. De plus, nous courrons le risque de nous y retrouver nous aussi si nous n’arrêtons pas la folie de nos dirigeants.

source : Stratpol

  1. Soit 714 263 décès contre 271 964 naissances. Source : Service national des statistiques d’Ukraine. Toutes les données et citations dans cet article proviennent de sources officielles et sont référencées dans « Guerre en Ukraine, la responsabilité criminelle de l’Occident », Patrick Pasin, Talma Studios, 2023.
  2. Souligné par l’auteur.
  3. « Trafic d’enfants au cœur de l’Europe », documentaire réalisé par Sylvia Nagel et Sonya Winterberg, 2019.

Négocier avant qu'au dégel, la Russie ne remporte une victoire décisive.

Source : B. Bertez - Le 16/03/2023.

 

La crise du pouvoir américain a commencé. 

L’économie américaine bascule et les marchés financiers occidentaux paniquent  . 

Mis en péril par la hausse des taux d’intérêt, les titres adossés à des créances hypothécaires et les bons du Trésor américain perdent de leur valeur. Les « vibes » proverbiales du marché – sentiments, émotions, croyances et penchants psychologiques – suggèrent qu’un virage sombre est en cours au sein de l’économie américaine.

La puissance nationale américaine se mesure autant par la capacité militaire américaine que par le potentiel et les performances économiques. La prise de conscience croissante que la capacité militaro-industrielle américaine et européenne ne peut pas répondre aux demandes ukrainiennes de munitions et d’équipements est un signal de mauvais augure alors que dans la guerre par procuration, Washington veut faire croire que son substitut ukrainien est en train de gagner.

Les opérations russes d’économie de la force dans le sud de l’Ukraine semblent avoir réussi à écraser les forces ukrainiennes attaquantes avec un minimum de dépenses en vies et en ressources russes. Alors que la mise en œuvre par la Russie de la guerre d’usure a brillamment fonctionné, la Russie a mobilisé