Covid, graphiques de contaminations et décès hebdomadaires du 1er mars au 6 décembre de 15 pays

Les 15 pays incluent la France, l'Espagne, l'Italie, la Belgique, l'Allemagne, la Grande Bretagne, les Pays-Bas, la Suisse, la Suède, la Russie, les USA, le Mexique, le Brésil, l'Inde et le Japon. La Chine en est exclue dont les chiffres sont peu fiables. Les chiffres cités sont ceux de l'ECDC (European Centre for Desease Prévention and Control) et ceux du site DXY pour les pays asiatiques.

 

Voir le détail et la suite de l'article à l'adresse suivante : 

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/covid-graphiques-de-contaminations-229436


Décryptage par le Gal. Dominique Delawarde

Que penser de ces courbes ?

Le 12/12/2020.

 

Les courbes sont justes, mais il faut se souvenir que ce qu'on appelle "contamination" est en fait, tiré des résultats des tests qui sont pratiqués sur la population.

 

Selon les pays, les politiques de tests n'étaient pas les mêmes lors de l'épisode d'avril.

 

Certains états ont changé leur politique de test entre le premier et le deuxième épisode épidémique.

 

C'est le cas de la France.

 

Lors du premier épisode, la France n'avait pas compris l'intérêt de tester beaucoup sa population. Les gens n'étaient testés qu'à leur entrée à l'hôpital lorsque leur cas devenait sérieux voire grave. Le résultat était clair : Peu de tests, donc peu de contamination "déclarée", mais beaucoup de décès.

En fait, toute une partie de la contamination passait inaperçue et n'était pas déclarée.

Le taux de létalité (nombre de décès / nb de cas déclarés) était donc très élevé (nous étions champion du monde avec 18% de décès sur les cas déclarés.

 

Pour le deuxième épisode, nous avons multiplié par 12 à 15 le nombre de tests et nous avons donc trouvé 12 à 15 fois plus de cas positifs, dont la plupart était porteurs sains, faux positifs ou asymptomatiques. Mais ils étaient déclarés et donc on nous a expliqué que la contamination avait explosé alors que nous n'avions jamais mesuré réellement la contamination lors du premier épisode puisque les tests n'étaient pratiqués que sur les malades hospitalisés.

 

Ça n'a donc aucun sens de dire que la contamination a été multiplié par douze en France.

 

Ça n'est tout simplement pas vrai. Le seul avantage des tests massifs a été de déceler beaucoup plus de malade à un stade précoce et de pouvoir les soigner avant qu'il ne soit trop tard.

Un autre avantage également a été de faire chuter mathématiquement le taux de létalité en mettant les porteurs sains ou les faux positifs dans les cas déclarés.

Le taux de létalité est alors passé, en France, de 18% à 2,4% en trois mois.

 

La seule donnée vraiment pertinente de l'épidémie est le nombre de décès par million d'habitants.

Encore faut-il souligner que ces nombres ne sont pas fiables et qu'il est difficile de dire de quoi une personne âgée, atteinte d'un cancer et du Covid est décédée.

Elle sera "étiquetée" Covid alors qu'elle est décédée d'autre chose.

Une majorité des experts "indépendants" de différents pays estime que 75% des patients décédés du Covid, sont, en fait, décédés d'une autre pathologie....

 

En fait, cette épidémie est, pour moi qui l'ait suivie dès le premier jour, une épidémie médiatique, un non événement sanitaire, mais un tsunami économique pour tous les pays qui ont choisi la solution d'un confinement général du pays.

 

Y a-t-il eu de la part des gouvernances des idées de derrière la tête en exploitant un effet d'aubaine ?

Ça n'est pas impossible.

 

Affaiblir économiquement un pays, c'est lui faire perdre sa capacité et ses velléités d'indépendance, vis à vis de l'UE, des USA et de l'OTAN.

 

Diviser un pays entre les pour et les contre "ceci ou cela" c'est faciliter la fin de règne de ceux qui nous gouvernent (diviser pour régner) .....

 

Certains français, maintenus dans la terreur par l'action conjuguée des politiques et des médias, se sont soumis sans problème à ceux qui les ont pris en otage.

Peut être même certains d'entre eux seront : "reconnaissants à leurs geôliers" de les avoir "sauvé d'une mort certaine".(syndrome de Stockolm)....

 

Ce qui nous permettra d'évaluer les conséquences politiques de cette "non-crise sanitaire" sera le résultat des prochaines élections .

 

Si les listes LREM se prennent la bâche du siècle, c'est que l'électeur aura compris ce qui s'est vraiment passé.

 

Si ces listes tirent leur épingle du jeu avec un score de 10 à 15%, voire davantage, ce sera qu'une part trop importante des français n'aura rien compris....

 

Le taux de participation réellement volontaire à la vaccination sera également un indice de la confiance accordée par la population à sa gouvernance.

 

Si les sondages et micro-trottoirs disent que 6 français sur dix ne se feront pas vacciner, j'estime que la réalité sera plutôt de 8 sur dix.

 

Nous verrons bien.

 

DD

Commentaires: 0