Les Opérations (IV)

 

Un coup dévastateur à l'armée ukrainienne à Selidovo

 

 Source : Bruno Bertez - Le 13/02/2024.

 

Les forces russes ont porté un coup dévastateur à l’armée ukrainienne. Dans la matinée du 13 février, des frappes russes ont détruit les réserves des Forces armées ukrainiennes (FUA), venues suivre un entraînement au combat conjoint dans le village de Selidovo, dans la République populaire de Donetsk.

https://southfront.press/heavy-blow-hundreds-killed-and-wounded-by-russian-strikes-on-training-ground-in-selidovo

Plusieurs vagues de frappes russes ont touché le terrain d’entraînement, où environ 1 500 militaires ukrainiens étaient déployés. Il n’existe toujours aucune déclaration officielle des parties belligérantes. Les médias ukrainiens restent silencieux, tandis que des sources russes proches de l’armée fournissent des détails sur l’attaque.

Il y aurait eu au moins deux vagues de frappes. L’armée russe a appris les tactiques utilisées par les nazis ukrainiens contre les civils du Donbass et d’autres régions perdues par Kiev. Après que la première attaque ait touché les rangs des militaires ukrainiens, faisant des dizaines de morts et de blessés, la deuxième vague de frappes a visé les forces militaires et de sécurité venues sur place pour évacuer les tués et les blessés.

L’armée russe aurait utilisé plusieurs missiles Iskander équipés d’armes à sous-munitions. De plus, Smerch MLRS, également avec une partie cluster, a été utilisé.

Il est peu probable que le régime de Kiev révèle officiellement le nombre réel de victimes. Selon certains rapports préliminaires sur place, l’attaque a fait environ 500 morts parmi les militaires ukrainiens et environ 700 autres blessés. Selon d’autres rapports, il y aurait des dizaines de morts. Il est clair que le nombre de victimes va probablement augmenter, car de nombreux soldats ont été grièvement blessés et leur vie est en danger.

Selidovo est une plaque tournante logistique d’importance stratégique pour l’armée ukrainienne. 

Des unités ukrainiennes y arrivent depuis Pavlograd et Pokrovsk avant d’être envoyées au front. Les installations militaires du village ont été utilisées pour accumuler des réserves militaires ukrainiennes avant d’être envoyées pour boucher les trous dans la défense dans la direction de Donetsk. Selon les rapports préliminaires, une grande partie des victimes de l’attaque d’aujourd’hui étaient des militaires de la tristement célèbre 3e brigade d’assaut « Azov ». Le commandement militaire ukrainien avait précédemment déclaré que cette unité serait envoyée pour renforcer la garnison ukrainienne d’Avdiivka.

La députée de la Verkhovna Rada d’Ukraine, Mariana Bezuglaya, aurait confirmé l’attaque et affirmé qu’après l’incident de Selidovo, des inspections massives avaient commencé dans les forces armées ukrainiennes, depuis l’état-major jusqu’aux responsables « sur le terrain ».

Les rapports de Selidovo confirment également de lourdes pertes pour l’armée ukrainienne. 

Toutes les routes de la région ont été bloquées par les forces de sécurité. Il existe de nombreuses ambulances et camions pour transporter les cadavres. Les services de sécurité ukrainiens auraient effectué une descente dans le village à la recherche d’observateurs sur le terrain, ceux qui ont divulgué des informations sur l’accumulation d’importantes forces ukrainiennes sur le terrain d’entraînement.

 

C’est loin d’être la première frappe de précision russe contre l’accumulation de forces ukrainiennes à proximité du front. En novembre 2023, la 128e brigade de l’AFU a perdu des dizaines de morts et de blessés après qu’Iskander ait empêché la cérémonie de remise des prix dans le village de Dimitrovo, dans la région de Zaporozhie. LIEN

Cependant, il s’agit de la première attaque sanglante de ce type contre des unités ukrainiennes à l’arrière depuis l’entrée en fonction du nouveau commandant en chef ukrainien Syrsky . Un tel incident ne fera qu’aggraver sa réputation déjà faible auprès de la population ukrainienne, en particulier auprès de l’armée.

Pour tenter de détourner l’attention de la population d’une nouvelle défaite, Kiev devrait lancer une nouvelle attaque sanglante sur les arrières russes, notamment contre des cibles civiles.

 

Ukraine SitRep. Enfin une arme miracle qui tient ses promesses

Par Moon of Alabama − Le 8 fevrier 2024

La bataille d’Avdeevka est sur le point de s’achever.

La ville d’Avdeevka (à ne pas confondre avec la petite ville d’Andreevka près de Bakhmut) est située immédiatement au nord-ouest de la ville de Donetsk. Elle a été utilisée pendant des années comme une forteresse ukrainienne bien placée pour lancer les attaques d’artillerie sur Donetsk. Toute la ville, et en particulier l’usine de coke et de produits chimiques située dans son secteur nord, était bien préparée à se défendre contre les attaques russes.

Mais malgré toutes les tentatives pour s’y accrocher, la garnison ukrainienne à l’intérieur de la ville est sur le point d’être encerclée et de tomber.

 

Source : Carte de l’UA – Agrandir

Les attaques russes viennent de multiples directions et sont plus avancées que ne le montre la carte ci-dessus, favorable à l’Ukraine. Le plus grand danger pour les Ukrainiens est le mouvement russe au nord-ouest qui menace de couper la ville de sa ligne d’approvisionnement par le biais de l’usine de charbon et de produits chimiques du nord.

La victoire russe dans cette bataille a été obtenue grâce à un type d’arme créé au cours de la guerre actuelle en Ukraine.

Au début des années 1990, les États-Unis ont mis au point un kit à placer sur les bombes non guidées, qui permettait de transformer des armes muettes en munitions précises.

Le JDAM (Joint Direct Attack Munition) est …

… un kit de guidage qui transforme les bombes non guidées, ou “bombes muettes“, en munitions guidées de précision par tous les temps. Les bombes équipées de JDAM sont guidées par un système de guidage inertiel intégré couplé à un récepteur GPS (Global Positioning System), ce qui leur confère une portée publiée allant jusqu’à 28 km (15 miles nautiques). Les bombes équipées de JDAM pèsent entre 230 et 910 kg [5] Le système de guidage du JDAM a été développé conjointement par l’armée de l’air et la marine des États-Unis, d’où le terme “joint” dans JDAM.

Le JDAM n’est pas une arme autonome ; il s’agit plutôt d’un système de guidage “bolt-on” qui transforme les bombes à gravité non guidées en munitions à guidage de précision (PGM). Les composants clés du système sont un empennage avec des surfaces de contrôle aérodynamiques, un kit de strake (corps) et un système de guidage inertiel combiné à une unité de contrôle de guidage GPS.

Le kit JDAM, produit à plus de 500 000 exemplaires, permet d’utiliser de grandes quantités de bombes datant de la guerre froide avec une précision inconnue jusqu’alors.

Après le début de la guerre en Ukraine en 2022, la Russie s’est engagée dans un programme de développement d’un équivalent du kit JDAM. Le programme a été achevé à la fin de l’année 2023. La version russe peut être attachée à une bombe muette de 500 kg ou de 1 500 kg, ce qui permet d’étendre leur portée en attachant des ailes, un kit de guidage et des surfaces de contrôle à des bombes muettes déjà existantes.

Prototype d’un FAB 500 avec ailes (repliées) et kit de guidage :

Après avoir été programmée avec les coordonnées de la cible, la bombe est larguée, tourne de 180 degrés autour de son axe de longueur et déploie ses ailes. Les ailes permettent à la bombe de voler sur une cinquantaine de kilomètres avant de toucher le sol. Cela permet aux avions qui larguent ces bombes de rester en dehors de l’enveloppe de défense aérienne de l’ennemi.

Les kits de guidage sont bon marché et peuvent facilement être produits en masse.

Hier, quelque 65 FAB500 et FAB1500 ont été utilisées contre des cibles à Avdeevka.

L’utilisation de ces bombes, qui transportent 300 kilogrammes ou plus d’explosifs, à proximité de ses propres troupes nécessite une planification et une observation minutieuses. Les observateurs sur le terrain doivent s’assurer que leurs propres troupes se trouvent en dehors du cercle mortel de ces bombes et que les coordonnées des cibles sont communiquées de manière disciplinée, mais sûre et opportune. Les pilotes doivent s’assurer que les coordonnées reçues sont programmées dans les bombes et que leur largage s’effectue à la bonne attitude et dans la bonne position.

Cette chaîne d’exécution nécessite un entraînement intensif et des soldats disciplinés. Les attaques d’hier démontrent que l’armée et les forces aériennes russes maîtrisent cette discipline.

Toute résistance ou position détectée des troupes ukrainiennes a fait l’objet d’une attaque FAB précise en l’espace de quelques minutes.

Il n’existe aucune défense contre ces armes. Il n’est donc pas étonnant que toute résistance à l’assaut russe s’effondre. Les troupes russes peuvent traverser les positions ukrainiennes bombardées sans subir de pertes.

Des rapports antérieurs ont fait état d’une supériorité russe en matière d’artillerie d’un facteur 5 ou plus. Mais il faut savoir qu’un obus d’artillerie de 155 mm pèse environ 50 kilogrammes, dont 60 % d’explosifs. Un FAB transporte 10 à 30 fois l’équivalent en explosifs d’un obus d’artillerie.

L’armée ukrainienne n’a rien de comparable dans ses arsenaux.

L’introduction de frappes massives de FAB500 sur le champ de bataille ukrainien a donné aux forces russes un nouvel avantage qualitatif qui changera le cours de la guerre (mais pas son issue). Les spécialistes politiques et militaires américains qui croient encore que l’attrition est une stratégie viable pour l’armée ukrainienne sont manifestement loin de la réalité.

Le 1er février, le journal allemand Bild a fait état d’un conflit au sein du commandement ukrainien :

Le journal Bild écrit que Zaluzhny voulait retirer les troupes d’Avdiivka il y a quelques semaines, mais que Zelensky a refusé et que le 30 décembre, il s’est personnellement rendu dans la ville, sur la ligne de front, pour soutenir les combattants des forces armées ukrainiennes.

Ainsi, tous les cercueils arrivés en Ukraine depuis le 30 décembre en provenance des environs d’Avdeevka sont uniquement dus à la conscience de Zelensky et à sa passion pour le narcissisme.

Zelenski avait demandé à Zaluzny de démissionner, ce que le général a refusé. Depuis, le président ukrainien a clairement indiqué qu’il souhaitait renvoyer le général le plus populaire, mais qu’il cherchait encore le bon moment et la bonne raison pour le faire.

La perte d’Avdeevka pourrait lui donner une excuse valable pour enfin le faire, même s’il est clair que c’est le narcissisme de Zelenski, et non les conseils de Zaluzny, qui a causé les pertes élevées de l’Ukraine tout en lui faisant perdre inévitablement une position non tenable.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Pas de prospective : Retour vers le passé

Source : RzO International - Le 08/01/2024.

par Patrick Reymond

 Armée française août 1914 : 6000 pièces de 75 (artillerie de campagne), approvisionnée à 1500 obus, vitesse de tir, 6 coups minutes, 20 à 28 en situation d’urgence.

 artillerie lourde : 8000 pièces de Bange (80, 90, 120, 155, 220, 240, 270), démodés, surtout en forteresse, 300 en artillerie de campagne. Les 80 pièces de 80, elles, ne sont pas de l’artillerie lourde. Approvisionnée à 4 millions d’obus. Démodé. Indispensable jusqu’en 1916 pour la guerre de position, cadence de tir, un à deux obus minute suivant le calibre.

 500 canons lahitolle. Très démodé, canon lisse.

 artillerie de marine, pièces de 400 artillerie côtière, devenant inutile devant la maitrise de la mer par les alliés, elle est basculée sur le front.

Artillerie allemande : 10 000 pièces, dont 6000 de 77 (déficiente, totalement surclassé par le 75), approvisionne à 20 millions d’obus.

Les arsenaux des deux belligérants sont épuisés en septembre 1914. La cadence de production des obus de 75 est de seulement 10 000 obus/jour. L’état-major en exige dès lors, 100 000. Pour l’artillerie lourde, le plan «d’extrême urgence», a été adopté en juillet 1914.

Aujourd’hui : la totalité de l’oxydent espère produire pour l’Ukraine, 2 000 000 d’obus en un an, avec une production en nette augmentation… «La production d’obus de l’ensemble de l’Occident en 2023 est estimée entre 480 et 700 000 pour l’ensemble de l’année». Il en faut un minimum de 200 000 par mois à l’Ukraine. Pas pour obtenir la supériorité, mais une supériorité «localisée».

Bien entendu, ils ont oublié qu’ils ne produisent quasiment plus de poudre à canon ni de fulmicoton, laissant ces activités polluantes aux Chinois.

«La plupart des Alliés de l’OTAN ont considérablement réduit leurs stocks et capacités militaires conventionnels, déjà peu importants, en faisant don de leur équipement à l’Ukraine. Les Alliés disposent également d’une base industrielle très limitée, inapte à relever les défis sécuritaires du XXIe siècle et incapable de reconstituer ces capacités à moins que les investissements en matière de défense n’augmentent de manière substantielle et urgente».

Les stocks britanniques sont à zéro. Et sans doute, les autres non plus, pas très loin de zéro.  Pour les oxydentés, les capacités russes se situent à 3.5 millions, et passeront à 5. Bien entendu, comme c’est oxydenté, c’est sans doute beaucoup plus, et on ne compte pas les stocks, qui, au moment de l’URSS avaient atteint (de mémoire), un niveau de 300 millions. La minuscule RPDC a pu en fournir 10 millions à la Russie.

Avec ou sans aide oxydentale, l’effondrement ukrainien est donc une certitude, et dire qu’ils vont produire leur propre armement, du grand guignol.

De fait, les armées oxydentées, n’existent même plus. Une armée française avec pas même 100 pièces d’artillerie ???

La France de 2024 sera capable de produire en obus l’équivalent de 15 jours de production de 1914.

 Bataille de Verdun, 1916, six mois, 50 millions d’obus (des deux côtés),

 seconde bataille de Verdun 1917, une semaine, 4 millions d’obus (armée française uniquement),

 Bataille de la Malmaison (étendue au chemin des dames), 1917, 3 millions d’obus en 6 jours sur 12 kilomètres de front. Pour l’offensive Nivelle -17 avril au 8 mai 1917-, 6.5 millions d’obus, sur 36 kilomètres de front (côté français uniquement).

 Bataille de la Somme (1er juillet au 18 novembre 1916) 6 millions d’obus pour les alliés.

 Bataille de champagne (1915), 1 200 000 obus seulement tirés par l’armée française, ses pertes sont quasiment du double de l’armée allemande.

La cuistrerie des gouvernements de l’ouest collectif est éclatante, il n’y a aucun moyen, à l’origine, pour gagner la guerre.

Avec environ 700 000 obus produits, par an, OTAN et consorts travaille à 100% de ses capacités, le complexe militaro-industriel russe, déjà beaucoup plus productif, lui, n’est utilisé qu’à 20%. il monte en puissance, sans avoir atteint encore les 100%, loin de là, faute de main d’oeuvre expérimentée, mais ses stocks, immenses, jouent en sa faveur. D’autres parts, ses compères iraniens et nord-coréens, eux, ont une industrie militaire en état de marche…

L’armée Ukrainienne se trouve dans la situation allemande lors de la bataille et la poche de Tcherkassy. La préparation d’artillerie allemande pour la percée, c’était une dizaine d’obus. Et courir.

source : La Chute

Ukraine SitRep. Coup pour double coup. La Russie intensifie ses frappes de missiles


Source : Sakerfrancophone - Par Moon of Alabama – Le 2 janvier 2024

Le 29 décembre, la Russie a tiré des essaims de drones et de missiles contre des usines et des dépôts d’armes ukrainiens.

L’Ukraine a répondu la veille du nouvel an par une attaque de missiles contre la ville russe de Belgorod. Cette attaque a fait un certain nombre de victimes civiles.

La Russie a répondu par des attaques sur Kharkiv, où un hôtel fréquemment utilisé par le personnel occidental a été détruit.

La veille du nouvel an, l’Ukraine a également tiré des missiles sur le centre de la ville de Donetsk. La Russie a lancé des dizaines de drones en direction d’Odessa. Dans les deux villes, plusieurs personnes ont été tuées et blessées.

Le président russe Poutine a commencé l’année par une visite dans un hôpital militaire (en russe, traduction automatique) :

 

Le 1er janvier de la nouvelle année, le président russe Vladimir Poutine est arrivé à l’hôpital clinique militaire central portant le nom d’A. A. Vishnevsky. Pas une simple visite mais une inspection et une conversation avec des militaires blessés au cours d’une opération militaire spéciale. Une conversation franche, avec des questions qui mettent mal à l’aise.

Poutine, en réponse à une question d’un autre militaire, a également commenté l’attaque massive de l’ennemi sur Belgorod le 30 décembre. Il n’a pas retenu ses émotions et a directement qualifié l’incident d’acte terroriste.

Une attaque ciblée sur la population civile. Bien sûr, il s’agit d’une attaque terroriste. Devons-nous réagir de la sorte ? Bien sûr que nous le pouvons. Nous pouvons frapper les places de Kiev et de n’importe quelle autre ville. Mais Denis, il y a des enfants qui marchent là, des mamans avec des poussettes. Je comprends… Moi-même, je bouillonne. Je voudrais te demander quelque chose. A-t-on vraiment besoin de faire une telle chose ?

En réponse, le militaire explique qu’il ne parle pas de frappes sur les civils. Il estime qu’il est nécessaire de frapper les militaires et les infrastructures : “Nous avons besoin d’une frappe une fois pour toute, afin qu’ils ne puissent pas revenir à la raison et nous répondre directement“.

Et c’est ce que nous faisons. Vous avez remarqué que, dès le lendemain, de telles frappes ont été effectuées. Et aujourd’hui, à mon avis, elles sont appliquées. Et elles le seront demain,

– a promis Poutine.

Le président a rappelé que nous utilisons des armes de haute précision pour frapper les lieux où l’ennemi prend ses décisions, les lieux où se rassemblent le personnel militaire, les mercenaires et d’autres centres similaires.

Il s’agit avant tout d’installations militaires. Et elles sont très sensibles, ces frappes. Nous le ferons donc. Vous avez probablement remarqué que de telles frappes ont été effectuées dès le lendemain. Et aujourd’hui, à mon avis, elles sont recommencées. Et demain encore. Vous savez quel est le but de ce qu’ils font : ils veulent : a) nous intimider et b) créer une sorte d’incertitude dans notre pays. Mais nous, de notre côté, nous allons intensifier le genre de frappe que j’ai mentionnées. C’est certain. Aucun crime de ce type – et il s’agit bien d’un crime – contre la population civile ne restera impuni. Sur à 100%. Il n’y a aucun doute là-dessus.

Patrick Armstrong rappelle qu’il faut écouter ce que dit Poutine.

Ce matin, quatre frappes, comprenant probablement des centaines de drones et de missiles, ont frappé Kiev et d’autres villes ukrainiennes.

Il y a d’abord eu des drones-suicides  de type “géraniums” pour épuiser les défenses aériennes ukrainiennes. Puis ont suivi des frappes de missiles de croisière et de missiles balistiques (traduction automatique) :

L’attaque actuelle était apparemment complexe : les “Shahids” et les missiles de croisière des bombardiers stratégiques ont d’abord tenté de calculer les positions de la défense aérienne, puis la frappe a été suivie par des “Daggers” plus rapides et plus précis. Il est possible que, comme en mai dernier, les Russes aient à nouveau “chassé” les systèmes de défense aérienne de cette manière.

Mais, là encore, il n’existe pas de données officielles sur les missiles utilisés. Zaluzhny a déclaré que des infrastructures civiles et critiques, des installations industrielles et militaires avaient été attaquées.

Des publications militaires russes affirment que les frappes visaient des dépôts de munitions et des drones. Mais jusqu’à présent, il n’y a aucune confirmation de cela.

En même temps, à en juger par les vidéos publiées sur les réseaux sociaux, les dégâts causés aux entrepôts de Kiev sont graves. Selon Klitschko, 2 000 mètres carrés d’entrepôts ont été ravagés par le feu dans la matinée.

Les débris dus aux défenses aériennes ont tué et blessé plusieurs personnes.

Les Ukrainiens ont affirmé avoir intercepté la plupart des armes entrantes :

Carte de bataille d’Ukraine @ukraine_map – 9:56 UTC · 2 janvier 2024

Répartition complète des missiles et drones abattus par l’Ukraine le 2 janvier

10/10 ou (100%) des missiles Kinzhal

59/70 ou (84,3%) des missiles X-101

3/3 ou (100%) des missiles Kalibr

0/12 ou (0%) de missiles balistiques

0/4 ou (0%) des missiles Kh-31P

35/35 ou (100%) des drones Shahed

La réalité n’est pas en accord avec ces affirmations. Une vidéo du sol montrait les impacts de Kinzhal.

Comme Strana l’a fait remarquer hier (traduction automatique) :

La forte augmentation des attaques aériennes ces derniers jours a montré que le système de défense aérienne ukrainien n’intercepte pas tous les missiles et drones, malgré la forte augmentation de ses capacités au cours de l’année écoulée. En Occident, les prévisions sont sombres.

Le journal britannique The Telegraph, citant des experts, écrit que le système de défense aérienne ukrainien ne sera pas en mesure de repousser toutes les attaques hivernales de la Russie. Les FAU devront choisir les objets à protéger.

La raison en est que la fourniture de systèmes de défense aérienne et de missiles occidentaux ne suffira pas.

Il y aura certains systèmes pour lesquels ils devront rationner leurs munitions encore plus qu’aujourd’hui. Ils devront peut-être simplement éviter de protéger certaines cibles parce qu’ils ne disposent pas de suffisamment de missiles intercepteurs“, a déclaré l’analyste militaire Jimmy Rushton.

Les livraisons de missiles intercepteurs Patriot, qui s’épuisent en raison des retards dans l’assistance militaire américaine, sont particulièrement préoccupantes, écrit le journal.

Le ministère russe de la Défense a rapporté :

Les Forces armées de la Fédération de Russie ont lancé une frappe groupée avec des armes à longue portée de haute précision et des véhicules aériens sans pilote contre des entreprises du complexe militaro-industriel ukrainien qui exécutaient des commandes pour la production de missiles, de véhicules aériens sans pilote et la réparation des armes et du matériel militaire à Kiev et dans sa banlieue, ainsi que des sites de stockage de missiles, de munitions et d’armes aéronautiques fournis au régime de Kiev par les pays occidentaux. Le but de la frappe a été atteint. Toutes les cibles ont été touchées.

Nous pouvons nous attendre à ce que ces attaques de missiles s’intensifient encore.

Jacques Baud, dans un extrait de son nouveau livre publié aux éditions Postil, souligne l’avantage inhérent de la Russie :

La raison pour laquelle les Russes sont meilleurs que l’Occident en Ukraine est qu’ils voient le conflit comme un processus ; alors que nous le voyons comme une série d’actions distinctes. Les Russes voient les événements comme un film. Nous les voyons comme des photographies. Ils voient la forêt, tandis que nous nous concentrons sur les arbres. C’est pourquoi nous plaçons le début du conflit au 24 février 2022, ou le début du conflit palestinien au 7 octobre 2023. Nous ignorons les contextes qui nous dérangent et menons des conflits que nous ne comprenons pas. C’est pourquoi nous perdons nos guerres…

Désarmer et dénazifier l’Ukraine, les objectifs de guerre que Poutine avait nommés décrivent en fait un long processus, et ne se limitent pas aux événements visibles de tel ou tel jour.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Ukraine SitRep. Frappes sur les usines de production d’armes. Défense aérienne insuffisante


Source : Le Saker francophone - Par Moon of Alabama – Le 30 décembre 2023

Hier, la Russie a tiré des essaims de missiles pour frapper l’Ukraine :

La Russie a tiré plus de 150 missiles et drones sur l’Ukraine vendredi, dans l’un des plus importants bombardements de la guerre, selon des responsables, touchant des écoles, des parcs, des maisons, un hôpital et d’autres infrastructures civiles, et rompant le calme relatif d’un hiver par ailleurs tranquille sur les lignes de front statiques du conflit.

L’ampleur de l’attaque a confirmé ce que de nombreuses personnes en Ukraine craignaient depuis des mois, à savoir que la Russie conservait ses stocks de missiles tout au long de l’automne en vue de frappes massives en hiver.

Ce ne sont toutefois pas des écoles, des parcs, des maisons ou des hôpitaux qui ont été visés.

 

Comme l’écrit Strana (traduction automatique) :

Le commandant en chef Zaluzhny a déclaré que “des infrastructures critiques, des installations industrielles et militaires ont été attaquées“.

En effet, à en juger par de nombreuses sources, cette attaque de missiles visait principalement des entreprises et des entrepôts militaires. Ou d’autres infrastructures. En même temps, contrairement aux frappes massives de l’année dernière, l’attaque actuelle ne s’est pas concentrée sur les installations énergétiques.

The Economist confirme que des installations de production d’armes ont été visées :

Une source de l’industrie de la défense ukrainienne suggère que la Russie a principalement ciblé des usines d’armement. Certaines étaient liées à la production de missiles et de drones. “Les attaques avaient une signification stratégique pour l’ennemi, dans le but de réduire notre capacité de frappe“, explique la source. Les deux parties sont engagées dans une compétition visant à dégrader l’ennemi. “C’est une bataille pour voir qui peut détruire le plus d’armes à longue portée de l’ennemi.”

Cette déclaration intervient trois jours après que le président ukrainien Zelenski a fait l’éloge de la production nationale d’armes ukrainiennes :

L’Ukraine a triplé sa production nationale d’équipements et d’armes en 2023 par rapport à l’année précédente, a déclaré le président Volodymyr Zelensky le 27 décembre.

Dans un contexte d’incertitude croissante concernant l’aide militaire fournie par des partenaires clés tels que les États-Unis, l’Ukraine cherche à accroître sa propre capacité de production d’armes.

Lors d’une réunion avec des représentants de l’industrie ukrainienne de la défense, Zelensky a déclaré que la production nationale de munitions, en particulier pour l’artillerie, avait également augmenté de manière “extrêmement significative“.

La production de munitions pour drones est “systématiquement développée“, a ajouté Zelensky. En 2024, “une attention particulière sera accordée à la production d’explosifs et de poudre à canon, qui sont en pénurie dans le monde“.

Zelenski place ses espoirs dans la coopération avec l’étranger :

Selon lui, le complexe de défense ukrainien s’intégrera davantage au système de défense international. En 2023, l’Ukraine s’est associée au fabricant d’armes allemand Rheinmetall pour réparer les véhicules militaires produits en Occident et, à terme, les produire en Ukraine.

L’entreprise commune Rheinmetall-Ukrainian Defense Industry a été enregistrée le 18 octobre. “La création d’une entreprise commune est, sans exagération, un événement marquant qui porte la coopération entre nos pays à un niveau qualitativement nouveau“, a déclaré le Premier ministre Denys Shmyhal.

Le PDG de Rheinmetall, Armin Papperger, a déclaré le 2 décembre que l’entreprise prévoyait de construire les premiers véhicules blindés sur le site ukrainien au cours de l’été 2024.

Plus tard en décembre, des responsables ukrainiens et américains ont signé une déclaration d’intention sur la coproduction d’armes.

Je ne sais pas ce que fume le PDG de Rheinmetall, M. Papperger, mais s’il pense que son usine de production d’armes en Ukraine peut survivre plus de quelques semaines, c’est que cela doit être très fort.

Plus d’infos venant de Strana (traduction automatique) :

À en juger par les lieux des frappes, les principales cibles étaient des entrepôts et des entreprises militaires.

Un spécialiste ukrainien de la guerre électronique et des drones, Sergey Beskrestnov, a récemment déclaré sur l’une des chaînes YouTube que “la Russie traque activement nos entreprises de défense” et que parmi leurs employés se trouvent de nombreux informateurs de la Fédération de Russie.

Nous avons malheureusement beaucoup de traîtres, de retraités (ouvriers d’usine – ndlr) qui fusionnent où, quoi, où est envoyé…Un hangar contenant des produits finis a été détruit dans une entreprise de production, et les dégâts ont été très importants. Lorsqu’ils ont commencé à s’occuper des contre-mesures, il s’est avéré que mon grand-père, qui était l’ingénieur en chef, pour un billet de dix dollars (de 10 000 – Ndlr) a signalé quand il était nécessaire de faire cela (la frappe)“, a déclaré Beskrestnov.

La “chasse” aux entreprises est une stratégie prévisible de la Fédération de Russie, compte tenu du fait que l’Ukraine a annoncé son intention de développer la production militaire sur son territoire et d’augmenter la production de drones et de munitions, ainsi que la capacité de réparation des véhicules blindés.

Ces frappes continueront encore et encore.

Il y a un espoir d’obtenir plus de systèmes de défense aérienne d’autres pays. Cependant, leur disponibilité internationale est limitée. Les États-Unis ont dû exercer une forte pression sur le Japon parce que ce dernier ne peut pas produire suffisamment pour permettre à l’Ukraine de survivre :

Le Japon est sur le point d’annoncer qu’il approuvera la vente de systèmes de défense aérienne avancés aux États-Unis, ce qui constitue un changement important dans sa politique d’après-guerre restreignant l’exportation d’armes et de matériel militaire, ce qui pourrait aider Washington à soutenir l’Ukraine dans sa lutte contre la Russie.

Ces systèmes, une fois livrés, seront également détruits.

Tout récemment, un système Patriot complet, qui avait déjà abattu quelques jets russes, a été éliminé à la gare de Kherson. La Russie a également annoncé l’élimination d’un IRIS-T et d’autres systèmes à plus courte portée fournis par les pays occidentaux :

Les troupes opérationnelles, tactiques et de missiles des groupes de forces russes ont éliminé les véhicules de combat des systèmes de défense aérienne, à savoir un NASAMS de fabrication norvégienne, un IRIS-T de fabrication allemande, un Crotale-NG de fabrication française, un radar de système de défense aérienne S-300 et trois stations radar de guerre de contrebatterie AN/TPQ-50 de fabrication américaine.

Il n’y a pas assez de défenses aériennes pour couvrir chaque installation de production en Ukraine et la Russie peut envoyer une quantité pratiquement illimitée de missiles :

Il est donc probable que le commandement ukrainien essaiera de couvrir les installations de défense importantes avec des systèmes de défense aérienne supplémentaires autant que possible dans un avenir proche. Toutefois, la capacité des alliés à fournir les volumes nécessaires jouera un rôle important à cet égard. De même que la capacité de la Russie à augmenter encore l’intensité de ses frappes.

Mais qu’en est-il des écoles, des parcs, des maisons ou des hôpitaux qui ont été touchés et endommagés ?

Il s’agit simplement de pertes collatérales causées par les défenses aériennes ukrainiennes :

Ihnat, le porte-parole de l’armée de l’air, a déclaré qu’on ne savait pas exactement ce que les Russes visaient, car certains missiles ont été interceptés par la défense aérienne ukrainienne et les dommages ont été causés par la chute de fragments.

Lorsque certains objets sont touchés, on peut en conclure qu’ils essayaient de les viser“, a déclaré M. Ihnat. “Mais il y a aussi des choses comme les débris“.

“Si une fusée volante est touchée, il s’agit d’une grande masse de métal, de carburant brûlant, etc. Et les explosifs peuvent aussi ne pas avoir été déclenchés. Ainsi, lorsque les débris de cette fusée tombent, ils peuvent encore avoir de graves conséquences au sol. Le travail de la défense aérienne, même lorsqu’il est réussi, peut encore avoir de graves conséquences.”

Les systèmes de défense aérienne en Ukraine sont comme toutes les autres super-armes occidentales. Leur prétendue suprématie est mise en échec par la Russie avant qu’ils ne puissent causer de sérieux dommages.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

La contre-offensive ukrainienne de l’été 2023 (Ch. Mutet)

Source : La vigie - Le 19/12/2023.

Les stagiaires de l’école de guerre doivent, dans leur cursus, écrire un article. Le CBA (TA) Mutet a bien voulu nous adresser son article sur un sujet d’actualité puisque nous en tirons les leçons. Une appréciation tactique et stratégique qui mérite le détour. La Vigie s’honore de publier les jeunes plumes talentueuses. N’hésitez pas à nous envoyer vos textes. Merci à lui. LV.

Source

Une analyse du conflit russo-ukrainien est un exercice difficile. Celui-ci est toujours en cours et la plupart des données le concernant sont non-consolidées voire tronquées par « l’instrumentalisation constante en termes de communication » des deux belligérants[1]Pourtant, prises à l’échelle opérative, des opérations telles que la contre-offensive ukrainienne de l’été 2023 peuvent d’ores et déjà se révéler riches en enseignements.

 

 

Suivant l’évolution des affrontements depuis l’invasion russe du 24 février 2022, l’auteur s’est appuyé sur de nombreux cas concrets pour écrire notamment sur le rôle des brigades légères dans le cadre d’un conflit de Haute Intensité (HI). Il s’est plus particulièrement intéressé aux opérations de l’automne 2022, qu’il s’agisse de la contre-offensive ukrainienne de Kharkiv ou du repli de la rive occidentale du Dniepr opéré par les forces russes.

De fait, cette période charnière semble avoir eu une influence importante sur la poursuite du conflit, comme l’illustre la contre-offensive ukrainienne de 2023.  S’affranchissant sous contrainte politique de l’ensemble des principes de la guerre tels qu’édictés par le Maréchal Foch[2], la libre disposition des forces et la sûreté remplaçant ici la concentration des efforts, cette séquence offensive ne put produire les effets cinétiques attendus… L’impasse opérative en découlant permit à l’état-major russe, ayant privilégié l’économie des forces, de reprendre l’initiative sur la majeure partie du front début octobre.

Une veillée d’armes lourde de conséquences (automne 2022 – printemps 2023) :

La contre-offensive ukrainienne de l’été 2023 s’inscrivit, en termes de doctrine comme de moyens engagés, dans la droite ligne des opérations ayant marqué l’automne et l’hiver précédents.

Le choix initial de l’état-major ukrainien porté sur un mode d’action reposant sur le principe de « shock and awe[3] », s’appuyant sur des brigades récemment mobilisées et équipées de matériels lourds occidentaux, illustra tant certaines erreurs d’appréciation que les impératifs découlant de ces engagements. « L’action de guerre revêt essentiellement le caractère de la contingence »[4] écrivait le général de Gaulle en 1932 mais ce dernier, peu propice à la réitération, fut ignoré[5].

  • Le « miracle » de Kharkiv (6 septembre – 2 octobre 2022) :

La contre-offensive ukrainienne dans l’oblast de Kharkiv, face à une imprudente tentative russe de remake de la couverture allemande de Tannenberg[6], permit la reprise d’environ 12 000 km2 de territoire. La poursuite des opérations russes dans le Nord du Donbass fut par ailleurs compliquée par la saisie de plusieurs nœuds logistiques essentiels tels que Koupiansk ou Lyman. Ce succès opératif, rassurant pour l’état-major ukrainien, occulta cependant l’importance de plusieurs éléments :

  • La manœuvre audacieuse, impliquant l’infiltration d’éléments très légers suivie d’un engouffrement de brigades mécanisées dans les intervalles d’un dispositif lacunaire, ne fut permise que par l’écrasante supériorité numérique locale des forces ukrainiennes… Obtenue elle-même grâce à la surprise ;
  • Le retrait des troupes russes, ne s’accrochant temporairement au terrain qu’en de rares occasions[7], évita la destruction d’unités constituées. Cette économie des moyens ainsi que de solides appuis-feux assurèrent la réussite d’un rétablissement le long de la Zherebets, peu évident en raison du terrain[8].

Les principes de sûreté, mis en application par les Ukrainiens, et d’économie des forces, guidant le choix russe de rompre le contact plutôt que de sacrifier un groupement épars dans une défense de zone, furent éclipsés des analyses. Celles-ci privilégièrent le récit de la libre disposition des forces ukrainiennes, l’offensive de Kherson étant présentée comme une diversion, et d’une faible combativité des forces russes… Qui reprirent pourtant l’initiative sur cette partie du front dès février 2023.

  • L’évacuation russe de Kherson (29 août – 11 novembre 2022):

Les opérations ukrainiennes furent plus difficiles sur le front de Kherson malgré un modelage préalablement réalisé contre le réseau logistique russe traversant le Dniepr. Les troupes russes, appuyées par d’importants appuis-feux tant terrestres qu’aériens, leur opposèrent une solide défense de zone[9] à partir d’un terrain fortement valorisé.

La situation dans l’Est du pays conduisit cependant le général Sergueï Sourovikine[10], « convaincu que la bataille se déroulera ailleurs[11] », à arracher l’autorisation officielle d’un retrait de la rive occidentale du Dniepr le 9 novembre. Envisagée dès la mi-octobre[12] et s’achevant en bon ordre par le retrait des dernières unités de VDV[13] le 11 novembre à l’aube[14], cette manœuvre fut un succès opératif. L’état-major russe put :

  • Eviter la perte de plus de 20 000 soldats, appartenant essentiellement à des unités aguerries, dont les liaisons déjà précaires menaçaient d’être coupées en cas de destruction du barrage de Nova Kakhovka[15];
  • Rationaliser le dispositif d’un corps expéditionnaire en infériorité numérique dont le réseau logistique ainsi que les itinéraires de manœuvre avaient été étirés démesurément.

S’inscrivant dans une logique de temps long, cette nouvelle application du principe d’économiser les forces offrit à l’état-major russe de nouvelles opportunités dans la liberté de leur disposition. Par ailleurs, à l’heure de l’annexion des « quatre oblasts[16] », le camouflet infligé au pouvoir russe illustra la pression politique moindre exercée sur la conduite des opérations que celle observée sur l’état-major ukrainien[17].

  • Le « meatgrinder» de Bakhmout (décembre 2022 – 21 mai 2023) :

L’erreur opérative de la « ville forteresse », déjà observée à Severodonetsk et Lysychansk au printemps 2022, fut pourtant réitérée sous contrainte politique à l’hiver 2023. Initiée en décembre 2022, la bataille de Bakhmout devint ainsi l’épicentre médiatique de combats qui suivirent un schéma analogue : des affrontements périphériques de plusieurs mois précédant la saisie par les assaillants d’un point d’appui névralgique… A l’instar de Popasna fin mai 2022, la conquête de Soledar en janvier 2023 fut suivie d’une exploitation en étoile menaçant les voies de communication de la garnison ukrainienne. L’ascension au symbolisme politique qui prima sur les considérations militaires, en l’absence de menace sur les bastions de Sloviank et Kramatorsk, fit de la bataille un gouffre logistique et humain :

  • Paradoxalement, les deux belligérants tentèrent au travers de cet affrontement de préserver leurs processus de mobilisation respectifs en vue des grandes opérations de printemps ;
  • Cependant, là où le groupe Wagner, flanc-gardé par les VDV, supporta l’essentiel des pertes russes, plusieurs unités ukrainiennes aguerries furent décimées dans ce combat d’attrition[18];

Evgueni Prigojine, cofondateur du groupe Wagner, annonça le 21 mai 2023 la conquête de Bakhmout. Si son exploitation immédiate fut impossible, l’état-major russe atteignit l’objectif opératif de gagner du temps pour renforcer ses lignes dans les oblasts de Kherson et Zaporijjia tout en économisant ses forces régulières. La situation fut différente pour les Ukrainiens, les brigades constituées pour la future contre-offensive comptant une part importante de mobilisés récents[19] dans leurs rangs.

 

Le mirage du choc face à la réalité du feu (été – automne 2023) :

 

L’objectif annoncé de viser les rives de la mer d’Azov et de menacer directement la Crimée, principale pierre d’achoppement d’un règlement du conflit russo-ukrainien, semblait préparer une réédition du schéma, alors d’opportunité, de Kherson-Kharkiv 2022. Mettant l’accent sur les forces morales présumées défaillantes des troupes russes ainsi que sur la supériorité technologique des matériels occidentaux, l’opération aurait visé à provoquer l’engagement des réserves adverses au Sud pour permettre une nouvelle bascule d’effort ukrainienne à l’Est. Cette ambition, émanant du politique un mois avant le sommet de l’OTAN de Vilnius, omit le rééquilibrage du rapport de forces opéré durant l’hiver 2022-2023[20].

  • L’échec du « shock and awe» dans l’oblast de Zaporijjia (juin 2023) :

Répondant à la logique dite « occidentale » de recherche du choc décisif[21] et misant sur la faiblesse morale adverse, le 9e corps d’armée ukrainien fut engagé le 4 juin dans le secteur d’Orikhiv. S’affranchissant du principe de sûreté, la tentative de percée vers Tokmak, menée par les Leopards 2 et les Bradley de la 47e brigade blindée, fut dès les premiers jours mise en échec. Les unités mécanisées ukrainiennes se retrouvèrent canalisées dans les champs de mines et harcelées par les feux antichars d’unités légères russes (dont des éléments spetsnaz[22]), activement appuyées par l’artillerie ainsi que par l’aviation.

  • La défense ferme opposée dès les avant-postes de la ligne Fabergé (dite « Sourovikine ») fut une surprise pour les unités ukrainiennes, ayant privilégié un mode d’action ennemi influencé par la doctrine russo-soviétique de défense dans la profondeur. Les manœuvres initiales ne furent ainsi pas ou que peu appuyées par des moyens comptés en blindés du génie.
  • Suivant cette même logique, les moyens de défense sol-air furent dans un premier temps prioritairement affectés à la protection du réseau logistique et des postes de commandement. La vulnérabilité des colonnes d’assaut, fixées, face à l’action des aéronefs russes n’en fut qu’accrue.

Si certains succès furent obtenus, notamment dans le saillant de Vremivka où les unités légères ukrainiennes d’infanterie de marine nivelèrent progressivement le front, l’expérience de Kherson voire celle de l’invasion russe initiale furent négligées. Les conséquences de Bakhmout et des formations accélérées[23] pour les troupes ukrainiennes furent également mises en lumière par les difficultés de ce mode d’action sommaire.

  • Un affrontement généralisé sur la ligne de front (juin-août 2023) :

Dans une logique de libre disposition des forces autorisant une éventuelle bascule d’effort, les troupes ukrainiennes poursuivirent leurs opérations à la fois à l’Est, dans le Donbass et aux lisières de l’oblast de Kharkiv, mais également à l’Ouest, le long du Dniepr. Les affrontements s’étirèrent de facto sur la majorité des 1300 kilomètres que comptait la ligne de front :

  • Dans le secteur de Bakhmut, plusieurs succès ukrainiens furent obtenus dès le 11 mai, à la faveur d’une relève du dispositif russe de flanc-garde. Au sud, la ligne de front se stabilisa courant juin à hauteur d’une ligne Klishchiivka-Andriivka, les gains de chaque belligérant restant marginaux depuis ;
  • Au nord, l’offensive russe lancée depuis février en direction de l’Oskil contraignit l’état-major ukrainien à renforcer ses unités dans la région de Koupiansk[24]Le 10 août 2023, les autorités locales recommandèrent l’évacuation des populations locales des faubourgs orientaux.
  • Le long du Dniepr, la destruction du barrage de Nova Kakhova le 6 juin[25] entrava toute action offensive ukrainienne d’ampleur. Une situation de statu quo prévalut malgré les affrontements localisés pour la conquête de têtes de pont opposant des commandos ukrainiens aux mobilisés russes.

A la fin du mois de juillet, l’état-major ukrainien acta l’incapacité pour le 9e corps d’armée d’atteindre les premiers objectifs de sa manœuvre initiale en direction de Tokmak et, plus généralement, une perte progressive de liberté d’action sur l’ensemble du front.

  • L’adaptation du plan ukrainien (août-septembre 2023):

L’engagement du 10e corps d’armée, constituant la réserve opérative ukrainienne, à partir du 28 juillet[26] fut le premier signal d’une adaptation du plan initial. Œuvrant conjointement avec tout ou partie du 9e corps d’armée, cette unité relança la tentative de percée de la première ligne de défense russe dans le secteur de Robotyne. Faute de disposer de ressources pour reconstituer une réserve ad hoc apte à manœuvrer dans la profondeur, l’objectif d’une exploitation en direction de Metilopol sembla caduc[27], laissant cependant entrevoir d’autres opportunités :

  • Conquérir Tokmak et ses abords dans le but de placer le « pont terrestre » de Crimée à la portée du plus grand nombre de pièces d’artillerie, bouclant ainsi un siège déjà engagé par voies maritime et aérienne[28] ;
  • Provoquer « la bataille » en poussant les forces russes à engager tout ou partie de leur réserve opérative dans un saillant, l’agilité de l’artillerie ukrainienne permettant d’envisager un RAPFEU local favorable.

Le 15 août, le groupement tactique Marun, dernière réserve du 10e corps d’armée, fut engagé[29]. Une semaine plus tard, Robotyne fut conquise par la 47e brigade blindée. Dès lors, les forces ukrainiennes tentèrent d’élargir le saillant créé dans la première ligne de défense russe en le sécurisant par la saisie des hauteurs dominant la localité et par la conquête de Verbove. Au 10 octobre, les opérations pour atteindre ces objectifs étaient toujours en cours lorsque l’état-major russe ouvrit une nouvelle phase du conflit russo-ukrainien en déclenchant une offensive dans les faubourgs de Donetsk.

 

Conclusion :

 

Le déclenchement de la bataille d’Avdiivka le 10 octobre 2023 sonna le glas d’une contre-offensive[30] dont le lancement précoce fut imposé à l’état-major ukrainien par le pouvoir politique[31]. Sa préparation n’ayant pu s’appuyer sur le principe d’économie des forces et sa conduite s’affranchissant de celui de sûreté, l’effort offensif initial étant porté sur l’un des secteurs les plus valorisés de la ligne Fabergé, cette opération n’avait que peu de chances de réussir en dépit des forces morales des troupes engagées. De fait, l’avancée ukrainienne la plus sérieuse n’a pas dépassé huit kilomètres, dans un dispositif défensif russe d’une profondeur initiale de trente, au prix d’une perte d’initiative dans d’autres zones de combat[32].

Car, au-delà des seuls principes, cette séquence du conflit russo-ukrainien illustre la difficulté déjà ancienne, puisque motivant les écrits du chevalier de Folard, d’adapter une pensée doctrinale basée sur le choc à la réalité du feu[33]. Typique de « l’Occident militaire »[34] contemporain, cette recherche de l’affrontement court et décisif présida du 4 au 9 juin à l’échec initial du 9e corps d’armée face à un adversaire qui, retenant en partie les leçons de ses erreurs de l’année 2022[35], fit le choix du temps long et de l’usure.

Faute d’avoir provoqué l’effondrement des défenses russes, l’effort opératif ukrainien se retrouva progressivement dilué dans un combat d’attrition, illustré par le récent engagement de la 47e brigade blindée aux abords d’Avdiivka. Une situation stratégique de facto sensible pour l’Ukraine, dont la régénération des forces et l’aptitude à poursuivre le conflit restent dépendantes d’un soutien occidental fluctuant.

 

[1] J. Henrotin, T. Fouillet, « La victoire dans la guerre en Ukraine : de quoi parle-t-on ? », DSI HS n°92, octobre 2023, p.46.

[2] Les principes de l’économie des forces, de la liberté d’action, de la libre disposition des forces, de la sûreté, etc. – F. Foch, maréchal de France, De la guerre, textes présentés et annotés par Martin Motte, Tallandier, Paris, 2023, p.79.

[3] H. K. Ullman, J. P. Wade, « Shock And Awe: Achieving Rapid Dominance », National Defense University, Washington, 1996.

[4] C. de Gaulle, général, Le fil de l’épée, Perrin, Paris, 2015, p.35.

[5] « Les Ukrainiens ont cru pouvoir répéter un événement contingent » – O. Kempf, général, propos recueillis le 25 septembre 2023.

[6] M. Goya, colonel, L’ours et le renard, Perrin, Paris, 2023, p228.

[7] La conquête de la poche de Lyman prendra trois semaines aux forces ukrainiennes (11 septembre – 2 octobre 2022).

[8] O. Kempf, général, Guerre d’Ukraine, Economica, Paris, 2023, p.159.

[9] I. Koshiw, P. Sauer, « Ukrainian adviser warns progress will be slow as southern counterattack begins », The Guardian, 30 août 2022.

[10] Nommé le 8 octobre 2022 commandant du groupe militaire unifié des forces russes engagées en Ukraine.

[11] O. Kempf, général, propos recueillis le 25 septembre 2023.

[12] « Ukraine: L’armée russe dans une situation « tendue », dit Sourovikine », Reuters, 18 octobre 2022.

[13] Acronyme du terme russe Vozdouchno-Dessantnye Voïska qui désigne les troupes aéroportées.

[14] M. Goya, colonel, opt. cit., p.250.

[15] I. Khurshudyan, P. Sonne, S. Morgunov, K. Hrabchuk, « Inside the Ukrainian counteroffensive that shocked Putin and reshaped the war », The Washington Post, 29 décembre 2022

[16] Les oblasts de Louhansk, Donetsk, Zaporijjia et Kherson sont officiellement annexés par la Russie le 30 septembre 2022.

[17] Lire sur ce sujet « Le politique et le soldat », C. de Gaulle, général, opt. cit., p.121-146.

[18] Y. Trofimov, « Russia’s Wagner troops exhaust Ukrainian forces in Bakhmut », The Wall Street Journal, 5 mars 2023.

[19] S. O’Grady « As spring offensive nears, Ukraine is drafting reinforcements », The Washington Post, 10 avril 2023.

[20] J.-P. Rathbone, « “Big war is back”: 5 lessons from Russia’s invasion of Ukraine », Financial Times, 26 décembre 2022.

[21] V.D. Hanson, Le modèle occidental de la guerre, la bataille d’infanterie dans la Grèce classique, Tallandier, Paris, 2007.

[22] M. Goya, colonel, propos recueillis le 16 juin 2023.

[23] P. Bouvier, « Les soldats ukrainiens se forment rapidement pour aller “directement au combat”», Le Monde, 27 février 2023.

[24] F. Ebel, K. Hrabchuk, « On this part of the eastern front, Russia is still on the attack », The Washington Post, 28 juin 2023.

[25] Ukraine et Russie se sont mutuellement accusées depuis d’être responsable de cette destruction. Voir l’infographie de L. Margueritte, « Ukraine, les effets militaires de la destruction du barrage de Nova Kakhova », DSI n°167, septembre 2023, p.6-7.

[26] J. Hudson, A. Galouchka, « Ukraine’s offensive inches forward in search of a breakthrough », The Washington Post, 3 août 2023.

[27] J. Hudson, A. Horton, « US intelligence says Ukraine will fail to meet offensive’s key goal », The Washington Post, 17 août 2023.

[28] M. Goya, colonel, « Crimée, un lent ébouillantage », DSI n°167, septembre 2023, p.66-69.

[29] D. Axe, « Ukraine’s powerful 82nd Brigade, once held in reserve, has finally joined the counteroffensive », Forbes, 15 août 2023.

[30] J. Marson, I. Sivorka, « Ukraine’s slow advance challenges Kyiv, allies », The Wall Street Journal, 22 octobre 2023.

[31] « Zelenskiy says Ukraine ready to launch counteroffensive », Reuters,‎ 3 juin 2023.

[32] J. Holder, « Who’s gaining ground in Ukraine ? This year, no one », The New York Times, 28 septembre 2023.

[33] O. Kempf, général, propos recueillis le 25 septembre 2023

[34] M.-A. Brillant, M. Goya, colonel, Israël contre le Hezbollah, Paris, Editions du Rocher, 2013, p.161.

[35] J. Watling, N. Reynolds, « Meatgrinder: Russian tactics in the second year of its invasion of Ukraine », Royal United Services Institute, Londres, 19 mai 2023.

CBA (TA) Christophe Mutet

Ecole de guerre

Le fantasme de la défense antimissile en Ukraine

Source : Le Saker francophone - Le 23/12/2023.


Par Moon of Alabama − Le 22 décembre 2023

En octobre 2022, je me moquais de la propagande des médias occidentaux qui décrivaient la Russie comme incapable de soutenir la guerre :

La Russie, “à court de missiles”, lance un tir de barrage sur l’Ukraine

En mars dernier, j’avais déjà prévenu que les mensonges ne permettaient pas de gagner les guerres. En voici un nouvel exemple concret.

Après avoir prétendument “manqué de missiles” et, plus important encore, de patience, les dirigeants de la Fédération de Russie ont décidé de désélectrifier les villes ukrainiennes par un “tir de barrage de missiles“.

Mais d’abord, il y a eu la propagande : …

Vingt-cinq titres de médias occidentaux affirmait ensuite que la Russie était à court de missiles.

Plus récemment, le gouvernement ukrainien a fréquemment affirmé avoir abattu 43 des 32 drones lancés par la Russie ce jour-là, ainsi que 5 des 3 missiles supersoniques.

 

Une absurdité risible.

Lentement, très lentement, les Ukrainiens et les médias se sont mis à décrire des choses plus proches de la réalité, mais pas encore la réalité :

La Russie a tiré 7 400 missiles et 3 700 drones Shahed depuis le début de la guerre, selon Kiev – Reuters

La Russie a lancé environ 7 400 missiles et 3 700 drones d’attaque Shahed sur des cibles en Ukraine au cours de son invasion de 22 mois, a déclaré Kiev jeudi, illustrant l’ampleur des assauts aériens de Moscou.
Les défenses aériennes ukrainiennes ont pu abattre 1 600 missiles et 2 900 drones, a déclaré le porte-parole de l’armée de l’air, Yuriy Ihnat, dans des commentaires télévisés. “Nous sommes confrontés à un agresseur énorme et nous ripostons“, a-t-il déclaré.

Abattre des drones, qui sont relativement lents et volent à basse altitude, n’est pas si difficile ni si coûteux. Il suffit souvent de disposer quelques mitrailleuses sur la trajectoire du drone.

Il en va tout autrement pour les missiles. En raison de leur trajectoire de vol et de leur vitesse, des systèmes de défense antimissile coûteux sont nécessaires. Les missiles anti-missiles tirés par ces systèmes sont très coûteux. Un missile Patriot coûte environ 2 000 000 de dollars, et davantage pour les plus récents. Deux missiles sont systématiquement tirés contre toute cible potentielle.

Si l’Ukraine a réellement abattu 1 600 missiles, ce dont je doute fortement, on peut facilement calculer les coûts énormes d’une telle entreprise

Il y a des raisons pour lesquelles les missiles Patriot ne sont produits que par centaines par an, et non par milliers.

Aucun pays au monde ne peut soutenir un tel assaut sans se retrouver à court de défenses ou faire faillite.

Il y a plusieurs mois, un système Patriot livré par les États-Unis à Kiev a été attaqué. Réglé en mode automatique, il a tiré (vidéo) 32 missiles qui n’ont pas atteint leurs cibles imaginaires. Scott Ritter a déclaré que les Marines américains n’étaient pas autorisés à utiliser le mode automatique de leurs systèmes Patriot parce qu’il est connu pour ses défaillances. Mais les Ukrainiens n’ont pas été formés à l’utilisation du mode manuel.

Et maintenant, ils nous disent qu’ils ont abattu 1 600 missiles ?

Comment est ce possible ?

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

 

 

La guerre électronique russe crée de graves interférences avec les satellites occidentaux au-dessus de la Crimée

par Reporter - Le 30/11/2023.

Le satellite européen Sentinel-1 a une nouvelle fois tenté de prendre des images de la région de Crimée et des territoires adjacents à la péninsule afin de surveiller la situation des armes et de la main-d’œuvre russes. Cependant, il n’a pas réussi à prendre des images de haute qualité.

Les images satellites sont floues et colorées, le travail des équipements occidentaux ayant été entravé par les systèmes de guerre électronique russes. Sentinel-1 prend des images à 5,405 GHz, et les systèmes REB se sont adaptés à ces données, brouillant les images reçues par le satellite.

L’image montre le résultat des moyens techniques des forces armées de la Fédération de Russie, qui ont interféré avec l’avion européen par contre-radiation.

Par ailleurs, la Fédération de Russie est tout à fait capable de détruire les satellites Starlink appartenant à des sociétés liées au milliardaire américain Elon Musk. Ces appareils permettent aux FAU de contrôler les drones.

Selon le journal britannique The Telegraph, qui s’appuie sur des avis d’experts, les satellites spatiaux ne sont pas couverts par la Convention de Genève s’ils sont utilisés par l’une des parties à un conflit armé. À cet égard, le journal rappelle les propos de Musk, qui a déclaré que l’objectif principal des satellites est de fournir des services de communication et de diffusion en continu sur l’internet.

source : Reporter

 

«On dirait des éclairs» : Les médias étrangers discutent de l’utilisation présumée d’armes à visée automatique par les forces armées russes

par Top War - Le 09/11/2023.

Des images d’ogives (probablement) autodirigées frappant des positions de l’AFU près d’Avdiivka circulent dans les médias du monde entier.

En quête de sensationnalisme, un certain nombre de médias occidentaux ont qualifié ces images de «rayons de la mort» utilisés par les troupes russes. Les images sont en effet impressionnantes, et la frappe des cibles au sol rappelle quelque peu la foudre. Cependant, il n’y a pas de sensation ici. Les forces armées russes, comme l’ont déjà fait remarquer les dirigeants militaires et politiques, réagissent elles-mêmes à la fourniture de certains types d’armes à l’armée ukrainienne par les pays de l’OTAN.

Commentaires dans les médias étrangers :

«C’est comme si la foudre frappait plusieurs fois au même endroit en peu de temps».

«Les Russes ont-ils utilisé des rayons mortels ? De quoi s’agit-il ?

Un laser de champ de bataille ?»

«La réponse à la fourniture par les États-Unis de missiles à ogives en grappe ne s’est pas fait attendre».

Les experts estiment que des modifications modernes des éléments de combat autociblés SPBE ont été utilisées sur les positions de l’AFU. En même temps, il y a, pour ainsi dire, un différend au sein du réseau quant à savoir à partir de quels transporteurs ces éléments (souvent classés comme «Motiv-3») ont pu être utilisés. Certains experts pensent que dans la région d’Avdeevka, l’AFU a été «touchée» après l’utilisation d’artillerie à roquettes, y compris des variantes du MLRS Tornado. D’autres pensent que des bombes – des bombes à fragmentation RBK-500 avec les mêmes SPBE – ont été utilisées.

Le public ukrainien écrit franchement qu’en tout état de cause, l’utilisation de ces armes est une réponse de l’armée russe à la fourniture d’armes à sous-munitions à l’Ukraine par les États-Unis et à l’utilisation de ces munitions par l’Armée de libération de l’Ukraine. Aujourd’hui, l’armée ukrainienne est confrontée à la version russe de ces armes sur ses positions, qui, en outre, ne volent pas n’importe où, mais atteignent des cibles repérées. Les cibles visées sont notamment les positions des troupes ukrainiennes dans les tranchées et les tranchées doubles, divers types de «fortifications» et des groupes de véhicules blindés. En outre, les canopées de fabrication artisanale de l’armée ukrainienne n’épargnent pas les chars et les BMP de l’utilisation de ces munitions. Le puissant impact de feu est exercé sur la partie supérieure des véhicules blindés avec une énorme impulsion capable de pénétrer facilement tous ces «auvents» que les militaires ukrainiens «kolkhozent» eux-mêmes près de la ligne de front ou qui sont créés «centralement» dans les entreprises militaro-industrielles ukrainiennes qui sont toujours en service.

 

 

source : Top War

Les Forces aérospatiales russes sont devenues plus meurtrières que jamais, ce qui panique Kiev et l’OTAN

par Drago Bosnic - Le 02/11/2023.

Depuis le début de l’opération militaire spéciale, la supériorité aérienne russe sur l’Ukraine est incontestable. Les forces du régime de Kiev ont perdu la plupart de leurs avions au sol lorsque les missiles de croisière russes à longue portée ont plu, rasant les bases aériennes et détruisant les avions de combat déployés. Cela a contraint la junte néo-nazi à non seulement restaurer les avions retraités de l’ère soviétique, mais également à acquérir ceux qui appartenaient auparavant aux anciens États membres du Pacte de Varsovie. Comme tous ces pays font désormais partie de l’OTAN, leurs avions de combat ont été jugés particulièrement importants, car ils ont été réadaptés pour utiliser les armes de l’OTAN, à la fois air-air et air-sol, y compris des missiles anti-radiations tels que l’AGM-88 HARM et des missiles de croisière à lancement aérien comme le franco-britannique «Storm Shadow/SCALP EG».

Afin d’utiliser avec succès ces armes, les pilotes ukrainiens sont obligés de voler extrêmement bas pour éviter d’être détecté par les défenses aériennes à longue portée sans égal de la Russie et par les avions de combat à supériorité aérienne inégalée. Alors que les Forces Aérospatiales Russes (VKS) emploient des avions monstres tels que les intercepteurs ultra-rapides et volants à haute altitude MiG-31, les Su-35S à la pointe de la technologie et les avions de combat multirôles Su-57 de nouvelle génération, les chances pour les moyens aériens du régime de Kiev de survivre à des altitudes supérieures à 1000 mètres sont pratiquement nulles. Outre leurs avantages évidents en matière de technologie, de formation des pilotes et de logistique, les chasseurs russes utilisent également des missiles air-air qui ont littéralement des décennies d’avance sur ceux utilisés non seulement par la junte néo-nazi, mais aussi par ses suzerains de l’OTAN. Cependant, cet avantage s’est encore accru ces derniers jours.

Selon des sources russes, les systèmes SAM (missile sol-air) S-400 «Triumph» sont désormais utilisés en coordination avec les avions Beriev A-50/A-50U AEW&C (alerte précoce et contrôle aéroporté) pour abattre les avions de combat du régime de Kiev. Apparemment, la fusion des capteurs avancés des deux systèmes fonctionne si parfaitement qu’elle a effectivement contribué à l’abattage de 24 avions ennemis en seulement cinq jours1. Et même si les données concluantes sur ces affirmations n’ont pas encore été publiées, il y a peu ou pas de raisons de douter de ces rapports, car la junte néonazie et ses marionnettistes de l’OTAN sont dans un mode panique. En effet, selon le colonel Yurii Ihnat, l’un des porte-parole des forces du régime de Kiev, elles auront besoin d’environ 150 F-16 ou avions occidentaux similaires pour «contrer» le VKS.

Il s’agit d’un bond considérable par rapport aux demandes précédentes. Le leader de la junte néo-nazi, Volodymyr Zelensky, a également lancé des appels similaires plus récemment, indiquant que les problèmes majeurs de ses forces sont même antérieurs aux derniers rapports russes. Diverses sources militaires et observateurs ont également publié des vidéos du ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou discutant avec des militaires qui ont accompli les exploits susmentionnés, ce qui renforce encore la véracité de ces informations. Certains analystes ajoutent même que la plus grande interaction et la fusion des capteurs de diverses plates-formes incluent désormais également les avions de combat russes tels que le Su-35S et le Su-57. Ceux-ci sont également armés de nouveaux missiles air-air meurtriers que les forces du régime de Kiev ont beaucoup de mal à détecter, ce qui entraîne de nombreuses pertes parmi les pilotes ukrainiens.

À savoir, les équipes S-400-A-50 sont organisées de manière à permettre la transmission directe des informations sur le champ de bataille entre les plates-formes, de sorte que les avions de combat et/ou autres avions ennemis ne peuvent même pas détecter les missiles entrants. Normalement, les récepteurs d’avertissement radar (RWR) des avions hostiles détectent simplement qu’ils sont suivis et/ou ciblés par les radars sophistiqués de surveillance et de suivi du S-400 qui émettent des fréquences puissantes. Cela empêche l’utilisation des missiles à plus longue portée du S-400, tels que le 40N6E (portée maximale de 400 km) ou le hypersonique 48N6 (selon la variante, portée maximale jusqu’à 250 km), car l’avion de combat ennemi est plus susceptible d’échapper au SAM entrant à des distances aussi extrêmes. En outre, cela expose également le S-400 aux avions espions de l’OTAN.

À savoir, les plates-formes ISR (renseignement, surveillance, reconnaissance) de l’OTAN continuent de survoler les espaces aériens russe et biélorusse et de recueillir des informations sur les capacités de leurs défenses aériennes et d’autres moyens. Il serait tout simplement impossible que le radar de poursuite du S-400 fonctionne dans ce que l’on appelle le mode «réserve de guerre» (cachant des caractéristiques telles que la largeur d’impulsion que l’ennemi utilise pour analyser sa signature radar) sans révéler ses fréquences de collecte radar, en particulier tout en essayant d’engager des cibles à des distances les plus longues possibles. Et même si cela prive l’OTAN de la capacité d’analyser les défenses aériennes russes et éventuellement de concevoir des contre-mesures avancées susceptibles de compromettre la sécurité de Moscou à long terme, c’est précisément à cause de cela que le géant eurasien n’a pas pu utiliser tout le potentiel de ses défenses aériennes.

Ainsi, l’armée russe a dû trouver des solutions de contournement non conventionnelles et innovantes, ce qui a conduit à l’association S-400-A-50, ce dernier utilisant ses radars et capteurs avancés pour repérer les missiles 40N6E qui sont tirés dans le cadre de ce que l’on appelle le «verrouillage» après le lancement». L’A-50/A-50U fournit des données de guidage et de ciblage qui sont ensuite reçues à mi-parcours et stockées dans le système de navigation du 40N6E. La partie russe refuse de divulguer les informations exactes pour des raisons purement pratiques, car celles-ci pourraient ensuite être utilisées pour déterminer l’emplacement de ses batteries de défense aérienne. De plus, ne pas révéler trop d’informations sur ce couple permet de continuer à cibler les avions du régime de Kiev sur les plus longues distances possibles, même lorsqu’ils volent extrêmement bas pour éviter d’être détectés par les avions de combat russes.

Cependant, même cela devient désormais un problème majeur, car les intercepteurs et les avions à réaction de supériorité aérienne tels que les MiG-31BM, Su-30SM, Su-35S et/ou Su-57 pourraient très probablement être utilisés de manière similaire. De plus, ces avions peuvent utiliser des missiles tels que le R-37M et des variantes du R-77 qui ont des portées maximales allant respectivement jusqu’à 400 km et 200 km. Le premier est particulièrement dangereux car il transforme sa plate-forme de lancement en un «S-400 volant», tandis que le second est plus petit, ce qui signifie qu’un chasseur peut en transporter davantage et ainsi abattre un demi-escadron d’avions ennemis en un éclair en  une seule sortie et à des distances bien au-delà de la portée des défenses aériennes de la junte néonazie. Ces développements ne font que renforcer les conclusions de certains groupes de réflexion militaires occidentaux qui reconnaissent les performances du VKS.

source : InfoBRICS via La Cause du Peuple

 

  1. FrankenSAM : Pourquoi ces armes chimériques américaines ne combleront pas les lacunes critiques de la défense aérienne ukrainienne Les soudaines et catastrophiques pertes aériennes de l’Ukraine sont probablement dues à de nouveaux missiles russes.

Prise d’assaut d’Andivka – Pertes ukrainiennes

par Moon of Alabama - Le 12/10/2023.

L’armée russe a lancé de petites attaques sur toute la ligne de front. Un effort important est fait près d’Avdiivka qui, hier, a été bombardée massivement :

««L’armée russe a porté un coup d’une puissance inédite aux forces armées ukrainiennes (FAU)», lit-on en gros titre. Il s’agit d’un bombardement aérien d’Avdiivka, ville ukrainienne lourdement fortifiée située à 14 kilomètres de la ville de Donetsk, centre urbain de plus d’un million d’habitants et capitale de l’oblast (région) du Donbass du même nom. La ville de Donetsk a été frappée quotidiennement par des missiles et des obus d’artillerie lancés depuis Avdiivka depuis bien avant l’opération militaire spéciale, et avec une intensité de plus en plus grande pendant l’opération militaire spéciale. Des images vidéo de maisons et d’immeubles détruits ont été diffusées dans les journaux télévisés russes du soir, en même temps que les chiffres des pertes et les témoignages des victimes.

L’attaque sur Avdiivka a eu lieu tôt le matin, alors que les Ukrainiens tentaient d’effectuer une rotation de leurs troupes. Des témoins oculaires ont déclaré que «la terre a tremblé» dans toute la région à la suite du bombardement. […]

Le bombardement d’Avdeevka aujourd’hui, tout comme la destruction signalée d’un important poste de commandement ukrainien par des bombes de 1,5 tonne il y a quelques jours, suggérerait la phase de «ramollissement» avant une offensive terrestre majeure».

Depuis 2014, l’armée ukrainienne a fait d’Avdiivka une forteresse. Il faut de grosses bombes pour briser ses bunkers.

Les récents rapports quotidiens du ministère russe de la Défense montrent que quelque chose d’important se prépare.

Ceux publiés les 8, 9 et 10 octobre font état d’un nombre relativement faible de victimes ukrainiennes (655, 630, 580) et d’une campagne de contre-artillerie réduite, avec seulement 6, 7 et 8 canons ukrainiens touchés ces jours-là. C’était un signe que quelque chose se préparait.

Le rapport d’aujourd’hui, qui inclut les chiffres de la campagne d’hier contre Avdiivka et d’autres endroits, fait état d’un nombre élevé de victimes ukrainiennes (895) et de quelque 24 systèmes d’artillerie ukrainiens touchés.

Les Ukrainiens semblent combattre presque exclusivement à pied. Les pertes de véhicules de combat blindés sont devenues rares. Le rapport d’aujourd’hui indique que seuls 7 systèmes de combat blindés (dont des chars) ont été touchés, mais aussi 35 véhicules de transport, c’est-à-dire des camions et des camionnettes.

Le résumé d’hier soir de Strana.news décrivait le mauvais état dans lequel se trouvent la plupart des brigades ukrainiennes (traduction automatique) :

«Les rapports sur le début des attaques massives de l’armée russe ont coïncidé avec l’apparition d’un nombre croissant d’informations sur les problèmes importants liés au potentiel offensif des forces armées ukrainiennes.

Comme nous l’avons déjà écrit, l’ex-conseiller du cabinet du président Alexey Arestovich a appelé le commandement ukrainien à se mettre sur la défensive et à abandonner l’offensive, qui, selon lui, est sans espoir avec l’équilibre actuel des forces.

Une vidéo d’un militaire ukrainien a également été diffusée sur les réseaux sociaux. Il y parle des problèmes rencontrés par les brigades de l’«Offensive de la Garde» en raison des lourdes pertes subies et d’une mauvaise organisation.

«Je communique avec différents militaires de différentes branches des forces armées et, en principe, je comprends que la cp@ka est partout. Mais je ne m’attendais pas à ce que, dans la «Garde offensive» qui sévit, nous rencontrions ces erreurs que même les brigades les plus charnues ne commettent plus», déclare un soldat de la Garde nationale sur Tiktok.

Il décrit ensuite les différents problèmes rencontrés par certaines équipes. En voici les principaux :

  • Les commandants de section dans les zones critiques, notamment sur le front de Zaporijia, sont nommés lieutenants subalternes sans expérience ni connaissances militaires.
  • De nombreux combattants n’ont pas reçu une formation suffisante ;
  • La coordination au niveau de la compagnie et du bataillon est pratiquement inexistante. Le nombre d’escouades et de pelotons est maximal ;
  • Pertes énormes – «trois compagnies entrent, peu de personnes reviennent» ;

«Un village a pris une compagnie d’infanterie en peu de temps. 120 personnes plus ou moins», explique le militaire.

  • La Fédération de Russie dispose de forces et de ressources bien plus importantes – «quelle que soit votre force, vous serez stupidement battus par la foule» ;
  • Dans certains cas, les combattants d’assaut se déplacent à pied – 7 km avec un équipement de 35 kg».
https://strana.news/itohi-594-dnja-vojny-v-ukraine-i-v-izraile

D’autres rapports ont confirmé que l’armée ukrainienne a perdu depuis longtemps son corps d’officiers et de sous-officiers moyens. Des jeunes gens intelligents fraîchement sortis du lycée dirigent des pelotons d’hommes âgés pour la plupart d’une trentaine, d’une quarantaine ou d’une cinquantaine d’années. Les commandants de brigade donnent des ordres directs aux pelotons parce que le personnel des bataillons et des compagnies intermédiaires n’existe plus.

L’Ukraine manque d’artillerie. Les tirs des contre-batteries russes sont de plus en plus intenses.

L’avantage que les systèmes HIMARS, avec leur portée de 70 kilomètres, donnaient à l’Ukraine a également disparu. Les systèmes HIMARS livrés par les États-Unis, qui étaient auparavant positionnés hors de portée des tirs de contre-batterie russes, sont désormais des cibles faciles à atteindre.

Les nouvelles versions russes du drone kamikaze Lancet ont détruit des avions de chasse ukrainiens au sol, à quelque 90 kilomètres derrière la ligne de front.

Les petits drones suicides russes FPV (First Person View) sont désormais dotés d’une vision nocturne thermique.

Le nouveau système de roquettes à lancement multiple (MLRS) Tornado-S offre une portée de 120 kilomètres avec des missiles guidés par GPS.

La situation est pratiquement terminée pour l’armée ukrainienne. La seule action sensée qu’elle peut maintenant entreprendre est de raccourcir la ligne de front et de se retirer derrière une barrière de défense naturelle comme le fleuve Dniepr.

Toutefois, Zelensky continue de parler de victoire et il est peu probable qu’il ordonne une telle action.

source : Moon of Alabama

traduction Réseau International

L’Ukraine retire la 47e brigade mécanisée de Robotyne après une mutinerie

Source : RzO International.

par Top War - Le 02/10/2023.

L’armée ukrainienne subit de lourdes pertes lors de la contre-offensive, et bien que cela ne soit pas reconnu à Kiev, ce n’est pas la première fois que certaines brigades des forces armées ukrainiennes sont retirées du front vers l’arrière pour restaurer leur efficacité au combat. Par exemple, la 47e brigade mécanisée, participant à l’offensive dans le secteur d’Orekhovsky, a été renvoyée pour la troisième fois «en ravitaillement».

Selon le ministère russe de la Défense, l’état-major général des forces armées ukrainiennes a été contraint de retirer la 47e brigade d’infanterie mécanisée des forces armées ukrainiennes de la ligne de front et de la déplacer vers l’arrière. Et pour la troisième fois. La raison en est les pertes énormes et le refus du personnel de se battre. Au cours des dernières semaines, la brigade a été activement utilisée par le commandement du groupe Tavria sur la ligne Robotyne-Verbove.

Comme le note la chaîne TG «Rybar», il n’est pas surprenant que la 47e brigade mécanisée soit réorganisée pour la troisième fois, puisque les tactiques «d’assaut hachoir à viande» du commandement des forces armées ukrainiennes sont les seules à produire au moins quelques résultats. À l’heure actuelle, presque toutes les brigades ukrainiennes envoyées à l’offensive en direction de Zaporijia ont déjà été retirées à l’arrière pour être reconstituées. On parle de la 82e Air Assault, de la 46e Airmobile et même de la 71e Jaeger, entrée dans la bataille il y a quelques semaines.

Dans le même temps, il est à noter que le retrait de la 47e brigade d’infanterie mécanisée de la ligne de front n’affectera en rien les opérations de combat ; des forces importantes des forces armées ukrainiennes et de la Garde nationale ont été concentrées dans cette zone. En outre, cinq autres brigades fraîches sont en route, dont certaines seront évidemment envoyées dans cette direction.

source : Top War

***

Les troupes ukrainiennes auraient refusé les ordres de bataille à Robotyne en raison de lourdes pertes

par Sputnik Globe

Selon des informations partagées sur la chaîne Telegram du ministère russe de la Défense, le commandement ukrainien procède actuellement au retrait de la 47e Brigade mécanisée des Forces armées ukrainiennes (UAF) de la région de Robotyne, dans la région de Zaporijia, car les soldats hésitent à prendre en ordre de combat après les pertes subies.

Les forces armées russes sont fortement engagées dans la défense de la direction de Zaporijia. La semaine dernière, les unités militaires russes ont repoussé avec succès huit attaques des groupes d’assaut ennemis des 65e et 71e brigades mécanisées Jaeger dans les régions de Verbove et Robotyne.

Le ministère de la Défense a également annoncé que l’UAF avait subi des pertes importantes au cours des combats, notamment plus de 330 soldats, 32 véhicules blindés de combat, 38 véhicules et 25 pièces d’artillerie de campagne.

Plus tôt dans la journée, le ministère de la Défense a annoncé que des parachutistes russes utilisant des véhicules antichar avaient neutralisé un poste d’observation militaire ukrainien sur la rive droite du  Dniepr.

source : Sputnik Globe

Des milliers de soldats meurent pour quelques centimètres en Ukraine

source : La Cause du Peuple

Les Spetsnaz russes ont repoussé les forces de l’OTAN dans une bagarre derrière les lignes ennemies. Ils ne peuvent pas être arrêtés

par Borzzikman - Le 12/09/2023.

Il semble que le commandement militaire russe ait enfin compris qu’il devait faire face à un ennemi sérieux qu’il fallait combattre par tous les moyens et méthodes disponibles. Depuis février 2022, le commandement militaire russe n’a jamais eu recours aux élites de reconnaissance et aux groupes subversifs de l’armée russe. Les SPETSNAZ russes constituent l’unité de combat la plus professionnelle et la plus performante de l’armée russe.

Par exemple, 20 unités SPETSNAZ sont capables de détruire une compagnie ennemie entière (100-200 unités, Ndlr). En outre, il faut du temps et des efforts pour créer des forces opérationnelles de ce type. Un SPETSNAZ, en fonction de son professionnalisme et de sa capacité à accomplir les tâches assignées, correspond à 10 fantassins. Ces SPETSNAZ sont très résistants et feront tout ce qui est possible et impossible pour accomplir leurs tâches. La principale caractéristique du SPETSNAZ russe est sa capacité à opérer profondément derrière les lignes ennemies pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

Depuis juin de cette année, des rumeurs sont apparues dans le secteur de l’information selon lesquelles l’armée russe aurait commencé à utiliser activement des élites de reconnaissance et des groupes de subversion. Ces rumeurs étaient liées au fait qu’à partir de juin de cette année, les forces armées ukrainiennes ont commencé à perdre rapidement des ponts logistiques et du matériel militaire précieux. En outre, à partir de la mi-juillet, les commandants ukrainiens ont commencé à disparaître, beaucoup d’entre eux ont été tués et certains ont fini comme prisonniers des Russes.

Il convient de noter qu’au même moment, tous les commandants ukrainiens tués se trouvaient à l’arrière, à une distance de 200 km de la ligne de front. Ensuite, des spéculations ont commencé à circuler selon lesquelles les SPETSNAZ russes opéraient activement sur le territoire contrôlé par les forces armées ukrainiennes.

Bien que le ministère russe de la Défense ait continué à garder le silence sur le fait que l’élite SPETSNAZ opérait activement en territoire ennemi, le bulletin de guerre a continué à rapporter la mort mystérieuse d’officiers ukrainiens et la destruction d’équipements militaires occidentaux coûteux situés à une distance considérable de la ligne de front. Seulement trois mois plus tard, début septembre, les fonctionnaires du Ministère russe de la Défense ont reconnu que les unités SPETSNAZ se trouvaient en territoire ennemi et accomplissaient avec succès toutes leurs missions. En outre, de nombreuses explosions ont également été signalées avec la destruction du pont logistique de l’armée ukrainienne sur le fleuve Sudost et la destruction du convoi ennemi, comme résultat de la capture et la gestion par le SPETSNAZ de documents précieux contenant des informations militaires importantes et des communications codées de l’OTAN.

Dans le même temps, il semblerait que les activités russes SPETSNAZ se soient intensifiées au point d’inquiéter le Pentagone et l’OTAN. Le fait est qu’en trois mois les SPETSNAZ russes ont infligé d’énormes dégâts aux forces de l’OTAN en Ukraine.

Selon les experts militaires, l’activité du SPETSNAZ russe ne fera qu’augmenter et le pic de cette activité arrivera à l’automne-hiver prochain.

source : Borzzikman via La Cause du Peuple

La liste s’élargit ! La Russie a éliminé un autre général de haut rang de l’OTAN en Ukraine

par Borzzikman - Le 31/08/2023.

Les journalistes et les experts ont remarqué une tendance très étrange. Chaque fois que la Russie lance des frappes de missiles sur l’Ukraine, le Pentagone et l’OTAN commencent à signaler la mort de leurs officiers et soldats dans des accidents de voitures et d’avions partout dans le monde.

Les représentants du Pentagone et de l’OTAN expliquent la mort de généraux occidentaux de haut rang et d’officiers des pays membres de l’OTAN par diverses raisons. Cependant, des experts et des journalistes indépendants continuent d’affirmer que des généraux de l’OTAN continuent de mourir à cause d’attaques de missiles ciblées menées par l’armée russe. Selon eux, le département militaire russe a organisé une véritable chasse aux soldats et officiers des États-Unis et des pays de l’OTAN en Ukraine.

Il y a quelques jours, un incident très étrange s’est produit dans la ville polonaise de Rzeszow. Les autorités locales ont déclaré qu’une épidémie d’une maladie infectieuse dangereuse appelée «légionellose» avait été enregistrée dans la ville. Dans le même temps, il convient de préciser que cette ville est située à 90 km de la frontière ukrainienne et constitue le lieu de déploiement permanent des soldats américains, des systèmes de défense aérienne Patriot et de tous les équipements de l’OTAN destinés au transfert vers les forces armées ukrainiennes. On rapporte que 30 soldats américains sont déjà morts de cette infection. Dans le même temps, il convient de noter que ces chiffres ont été annoncés au lendemain de l’attaque de missiles russes sur le territoire ukrainien. Les experts affirment que des officiers et des soldats des pays de l’OTAN se trouvent sur le territoire ukrainien depuis le début du conflit et sont directement impliqués dans la confrontation avec l’armée russe. Cependant, ce fait n’est pas annoncé et est gardé secret. Même les familles des soldats et des officiers ne savent pas que leurs proches se trouvent sur le territoire ukrainien. Ceci est fait afin de ne pas provoquer de mécontentement dans les pays de ces soldats, car les dirigeants occidentaux cachent soigneusement le fait que les soldats américains, ainsi que les soldats et officiers des pays membres de l’OTAN, sont directement impliqués dans le conflit en Ukraine.

Ainsi, les journalistes ont noté que depuis l’automne de l’année dernière, les dirigeants de la base aérienne américaine Tinker, dans l’Oklahoma, ont commencé à signaler régulièrement la mort de leurs pilotes militaires à la suite d’accidents. En six mois, la mort de 30 pilotes américains a été signalée. Ces chiffres sont véritablement effroyables, surtout pour un pays qui est censé ne pas participer aux hostilités. Dans le même temps, il convient de noter la mort mystérieuse d’un autre général de haut rang de l’OTAN. Il s’agit du général français Jean-Louis Georgelain, qui serait décédé des suites d’une chute d’une falaise dans les Pyrénées. Il est intéressant de noter que le même jour, d’autres officiers supérieurs de l’armée française, Baptiste Gaucho et Nicolas Latour, sont également décédés. Un porte-parole de Paris a déclaré qu’ils étaient morts dans un accident de voiture en Irak. Dans le même temps, il convient de noter que deux jours avant la mort des officiers français, l’armée russe a lancé une attaque au missile sur le théâtre dramatique de la ville de Tchernihiv, où, selon les renseignements russes, une réunion militaire de l’OTAN s’est tenue avec les officiers.

Il y a un mois, le général de l’armée américaine Anthony Potts est décédé dans des circonstances similaires. Un porte-parole du Pentagone a déclaré qu’Anthony Potts était mort dans un accident d’avion privé. Au même moment, la veille de sa mort, les forces aérospatiales russes ont lancé des frappes de missiles ciblées sur l’ouest de l’Ukraine. Il convient également de noter un fait très intéressant : Un mois avant sa mort, Anthony Potts a été nommé directeur exécutif du programme tactique de commandement, de contrôle et de communication en Ukraine. J’ai déjà réalisé une vidéo consacrée à la mort du général Anthony Potts. Tous ceux d’entre vous qui n’ont pas encore regardé cette vidéo peuvent suivre le lien dans la description ci-dessous et lire ce matériel par vous-même. 

Pendant ce temps, le colonel à la retraite du FSB Vasily Vereshchak a clairement déclaré que les décès d’officiers de haut rang des pays de l’OTAN continueraient. Selon lui, ce sont des officiers de l’OTAN qui contrôlent Patriot, HIMARS et d’autres systèmes occidentaux de haute technologie en Ukraine. De plus, Vasily Vereshchak est convaincu que ce sont les généraux de l’OTAN qui coordonnent et planifient toutes les actions offensives des forces armées ukrainiennes.

 

 

***

La Russie frappe des postes de commandement ukrainiens et repousse d’autres attaques

L’armée russe a ciblé les postes de commandement et de reconnaissance des forces de Kiev avec des missiles à longue portée aériens et maritimes à guidage de précision, a annoncé le ministère russe de la Défense le 30 août.

L’attaque a atteint ses objectifs, a déclaré le porte-parole du ministère, le lieutenant-général Igor Konachenkov, lors d’un point de presse, ajoutant que tous les postes avaient été neutralisés.

Les médias ukrainiens ont rapporté tôt dans la matinée une attaque russe à grande échelle avec des missiles et des drones sur des cibles proches de la capitale du pays, Kiev. Les forces de Kiev ont affirmé que les 28 missiles et 15 des 16 drones avaient été interceptés. Cependant, des explosions ont été entendues au sol et des victimes ont été signalées.

Au cours de son briefing, le lieutenant-général Konashenkov a également fait état de plusieurs tentatives d’avancée des forces de Kiev dans plusieurs directions à l’intérieur de la zone d’opérations militaires spéciales.

Dans la direction de Donetsk, le groupe de forces russe Yug a repoussé cinq attaques ukrainiennes près de Belogorovka, Zaitsevo et Krasnogorovka.

Selon le lieutenant-général Konashenkov, jusqu’à 380 soldats ukrainiens ont été tués et blessés dans cette direction. En outre, quatre véhicules blindés de combat, sept véhicules automobiles, deux obusiers remorqués D-20, un obusier remorqué Msta-B et un canon antichar Rapira ont été détruits.

Plusieurs dépôts de munitions et de carburant de la 35e brigade de marine ukrainienne ont également été pris pour cible et détruits dans la banlieue de Prechistovka.

Dans la direction de Zaporojie, neuf attaques des 46e brigades d’assaut aéromobiles et 82e brigades d’assaut aéroportées des forces de Kiev ont été repoussées près de Rabotino et Verbovoye.

Selon le porte-parole, les forces de Kiev ont perdu 85 soldats, un char, trois véhicules blindés de combat, deux camionnettes, trois obusiers remorqués M777 de fabrication américaine, trois obusiers remorqués M119 de fabrication américaine, un obusier automoteur Gvozdika et un obusier de fabrication ukrainienne. Obusier automoteur Bogdana et un obusier automoteur AS-90 de fabrication britannique.

Dans la direction de Koupyansk, le groupe de forces russe Zapad a repoussé trois attaques des 43e, 115e brigades mécanisées et 68e brigades de chasse ukrainiennes près de Sinkovka, Sergueïevka et Novoyeogorovka.

Les pertes ukrainiennes dans cette direction s’élèvent à 100 soldats, trois véhicules blindés de combat, trois véhicules automobiles, deux obusiers automoteurs M109 de fabrication américaine, un obusier remorqué D-30, un obusier automoteur Gvozdika et un obusier automoteur Krab de fabrication polonaise, a déclaré le lieutenant-général Konashenkov.

Dans la direction de Krasny Liman, le groupe de forces russe Tsentr a repoussé une attaque de la 42e brigade mécanisée des forces de Kiev près de la forêt de Serebryansky. Jusqu’à 60 soldats ukrainiens, deux véhicules blindés de combat et deux véhicules automobiles ont été détruits lors des combats dans cette direction.

Et dans la direction du sud de Donetsk, le groupe de forces russe Vostok a ciblé plusieurs rassemblements ukrainiens de main-d’œuvre et d’équipement près de Novodarovka. Le lieutenant-général Konashenkov a déclaré que 120 soldats ukrainiens, deux véhicules blindés de combat, quatre véhicules automobiles ainsi que deux obusiers remorqués D-20 et D-30 avaient été neutralisés.

Dans la direction de Kherson, les forces de Kiev ont perdu 15 soldats, deux véhicules à moteur et un obusier remorqué D-30 sous les tirs militaires russes.

Le lieutenant-général Konashenkov a également fourni les détails suivants lors de son briefing :

L’aviation opérationnelle-tactique et militaire, les troupes de missiles et l’artillerie des Forces armées de la Fédération de Russie ont neutralisé les effectifs et le matériel militaire dans 138 zones.

En outre, près de Rovnoye (République populaire de Donetsk), le quartier général du Groupe opérationnel et tactique de Donetsk et un nœud de transmission de la 24e Brigade mécanisée de l’AFU ont été détruits.

Un avion de l’aviation navale de la Flotte de la mer Noire a détruit quatre bateaux militaires à grande vitesse avec des groupes de débarquement comprenant jusqu’à 50 militaires des forces spéciales ukrainiennes dans les eaux de la mer Noire.

Les forces de défense aérienne ont détruit un projectile du système de fusée à lancement multiple HIMARS.

En outre, 28 véhicules aériens sans pilote ukrainiens ont été abattus près de Shipilovka (République populaire de Lougansk), Spornoye, Zeleny Gai, Verkhnetoretskoye, Vodyanoye (République populaire de Donetsk), Ocheretovatoye, Pyatikhatki, Tarasovka et Berdyansk (région de Zaporozhye).

Au total, 466 avions, 247 hélicoptères, 6234 véhicules aériens sans pilote, 433 systèmes de missiles de défense aérienne, 11 570 chars et autres véhicules blindés de combat, 1146 véhicules de combat équipés de MLRS, 6128 canons et mortiers d’artillerie de campagne, ainsi que 12 528 véhicules automobiles militaires spéciaux ont été détruits au cours de l’opération militaire spéciale.

En outre, des sources d’information russes ont partagé des images montrant six frappes récentes avec des munitions Lancet contre du matériel militaire ukrainien. L’une des frappes a détruit un obusier remorqué M777 de fabrication américaine.

Il convient de noter que les défenses aériennes russes ont intercepté tôt le matin des dizaines de drones kamikazes ukrainiens au-dessus de la région nord-ouest de Piskov ainsi que des régions centrales de Briansk, Orel, Riazan et Moscou. L’aviation de la marine russe a également détruit plusieurs vedettes rapides en mer Noire, tuant ou blessant des dizaines d’opérateurs spéciaux ukrainiens.

Malgré le déploiement de forces plus importantes sur le front et l’intensification des attaques sur le territoire russe, les forces de Kiev peinent toujours à avancer et subissent de lourdes pertes. La contre-offensive ukrainienne, lancée il y a plus de onze semaines, pourrait être sur le point d’échouer complètement.

source : The Intel Drop via La Cause du Peuple

Ukraine SitRep. La topographie façonne le champ de bataille – Des services médicaux exécrables causent la mort

Source : The Saker francophone.


Par Moon of Alabama – Le 29 août 2023

Le New York Times reprend les affirmations du gouvernement ukrainien selon lesquelles il a “libéré” Robotyne. Son compte-rendu est cependant plus pessimiste que les rapports précédents :

 

L’armée ukrainienne a déclaré lundi que ses forces avaient repris le village méridional de Robotyne, une victoire tactique qui souligne l’immense défi auquel la contre-offensive de Kiev est confrontée pour percer les défenses profondes et denses de la Russie.

[La contre-offensive ukrainienne, qui a commencé début juin, n’a progressé que de quelques kilomètres vers le sud pour atteindre Robotyne, au prix de combats intenses et de lourdes pertes en vies humaines et en matériel, et sur une distance similaire sur un autre axe, à l’est. L’objectif final de la poussée vers Robotyne est la ville de Melitopol, à environ 72 km plus au sud mais d’autres couches de défenses russes se trouvent sur le chemin.

À une quinzaine de kilomètres au sud de Robotyne se trouve la ville de Tokmak, sous contrôle russe, un nœud routier et ferroviaire dont la reconquête aurait une importance stratégique.

Mais les images satellites montrent que pour atteindre Tokmak, les forces ukrainiennes devront franchir deux autres lignes de défense russes composées de tranchées, de champs de mines denses, de bermes en terre et de barrières antichars.

Ces lignes de défense ne sont pas faciles à franchir. Elles sont situées sur les collines et suivent les contours du terrain, alors que l’armée ukrainienne s’est jusqu’à présent cantonnée aux basses terres.

Big Serge ☦️🇺🇸🇷🇺 @witte_sergei – 19:53 UTC – 28 août 2023

J’adore avancer sur le terrain de combat vers un sac de feu.

Dans mon effort habituel de faire confiance mais de vérifier, j’ai vérifié la carte topographique de l’Ukraine et je l’ai comparée à la carte de déploiement. Vous pouvez voir la ville d’Orikhiv (Opixia en écriture cyrillique) en haut à gauche de ces images :

Big Serge a bien sûr largement raison. Les forces ukrainiennes sont principalement bloquées sur le terrain bas, à environ 51 mètres au-dessus du niveau de la mer, tandis que les forces russes occupent des collines d’environ 137 mètres d’altitude sur les flancs gauche et droit des Ukrainiens. Robotyne était déjà une bataille difficile, ce qui explique peut-être pourquoi elle a duré si longtemps. (Je ne l’avais malheureusement pas remarqué auparavant parce que la plupart des cartes en ligne ne comportent pas de courbes de niveau).

Le fait d’être en hauteur permet de voir plus loin – et de tirer plus loin. Un mortier tiré depuis une colline vers le sol en contrebas volera plus loin qu’un mortier tiré depuis le sol en contrebas vers les hauteurs. Il est plus difficile de courir et de prendre d’assaut une colline qu’une descente.

Si les Ukrainiens ne parviennent pas à contrôler les flancs des collines, leur progression dans Robotyne sera courte et sanglante.

J’ai déjà indiqué que le rapport entre les soldats blessés et les soldats morts du côté ukrainien n’est pas le rapport habituel de 3 à 1 utilisé dans de nombreuses estimations. Sur la base de rapports anecdotiques et de divers clips vidéo, j’avais conclu il y a un an que le ratio du côté ukrainien était plutôt de 1 pour 1 parce que l’évacuation et les soins médicaux en Ukraine sont extrêmement inférieurs aux normes :

L’évacuation de soldats blessés à partir de positions soumises à des tirs d’artillerie est extrêmement difficile et le service médical militaire ukrainien n’est pas vraiment à la pointe de la technologie. Il n’y a pas d’évacuation par hélicoptère ni de véhicules de transport médicalisés à chenilles qui pourraient emmener les blessés à l’extérieur.

De nombreux blessés manqueront donc l'”heure d’or” et mourront simplement avant d’avoir pu bénéficier de soins médicaux efficaces. Nous pouvons également supposer que le personnel ukrainien ne compte que les blessés graves et que les personnes qui sont soignées et renvoyées sur la ligne de front ne sont probablement pas incluses dans le décompte.

Les médias occidentaux avaient jusqu’à présent évité le sujet. Le British Spectator vient de rompre le silence en publiant un rapport de terrain concernant la crise des premiers secours en temps de guerre :

Les personnes qui travaillent ici m’ont dit que beaucoup de ceux qui ont perdu la vie pendant la guerre meurent alors qu’ils sont ramenés à l’abri plutôt que sur la ligne de front. Les longs trajets vers l’hôpital, qui peuvent parfois durer jusqu’à dix heures, peuvent être mortels, et la disponibilité de premiers soins adéquats fait la différence entre la vie et la mort.

Les Ukrainiens pensaient que leurs soldats bénéficieraient des meilleurs soins possibles. Mais la dure réalité se fait jour : les soldats meurent par centaines, voire par milliers, en raison d’une mauvaise prise en charge médicale. Le problème est ignoré par la hiérarchie militaire, qui se concentre sur l’approvisionnement en armes et la contre-offensive plutôt que sur la prise en charge des combattants blessés.

Les médecins ukrainiens de première ligne n’ont souvent pas reçu de formation et sont censés participer aux combats jusqu’à ce qu’on ait besoin d’eux. Ils manquent de véhicules pour évacuer les blessés. Leurs fournitures sont peu fiables et de mauvaise qualité. La bureaucratie et, bien sûr, la corruption sont sans limites :

La prolifération de fournitures médicales de mauvaise qualité utilisées pour soigner les soldats ukrainiens en est un exemple. Il y a quelques semaines, Volodymyr Prudnikov, chef du département des achats du commandement des forces médicales de l’Ukraine, a été accusé d’avoir fourni 11 000 kits médicaux tactiques chinois non certifiés à la ligne de front. Prudnikov aurait accordé des contrats d’une valeur de 1,5 million de livres sterling à une société cofondée par sa belle-fille et aurait tenté de faire passer les trousses chinoises pour des trousses conformes aux normes de l’OTAN. Il a été licencié et fait l’objet d’une enquête, mais n’a pas encore fait de commentaires.

Il ne s’agit là que d’un exemple parmi d’autres de l’appât du gain qui met inutilement en danger la vie des soldats. Un autre exemple de corruption s’est produit l’année dernière à Lviv, où 10 000 kits de premiers secours tactiques d’une valeur de 700 000 livres sterling ont été envoyés par des volontaires américains et ont ensuite mystérieusement disparu. On a récemment appris que les États-Unis enquêtaient sur cette affaire.

D’autres questions se posent lorsqu’il s’agit du contenu des trousses de premiers secours qui arrivent sur la ligne de front. Les garrots sont peut-être l’outil de premiers secours le plus nécessaire, en particulier lorsque le processus d’évacuation se prolonge. Mais si les garrots sont mal fabriqués, ils peuvent être mortels. Des plaintes ont été déposées sur la ligne de front concernant des garrots de fabrication chinoise qui perdent progressivement leur pression ou se désagrègent, entraînant une nouvelle hémorragie aux conséquences fatales. Un garrot chinois ne coûte que 2 livres sterling, tandis qu’un garrot ukrainien “Sich” coûte 15 livres sterling. Un authentique garrot CAT américain coûte environ 35 livres sterling.

Dans ma dernière revue hebdomadaire, j’avais mis en lien un article ukrainien sur les garrots. On y apprenait qu’un médecin qui avait critiqué la mauvaise qualité des garrots fournis avait été puni pour s’être exprimé :

Anton Shevchuk, chef du service médical de la 82e brigade d’assaut aérien séparée, qui a demandé au commandement des forces médicales de remplacer les garrots chinois de mauvaise qualité et a demandé à l’activiste sociale Oksana Korchynska de l’aider dans cette tâche, a reçu une “réprimande sévère“.

Le nombre de garrots de mauvaise qualité que le commandement des forces médicales a initialement fournis à la 82e brigade dépasse les 10 000.

La 82e brigade se bat dans la zone de tir d’artillerie autour de Robotyne.

Les garrots bien appliqués sur les bras et les jambes blessés peuvent bloquer les vaisseaux sanguins et ainsi arrêter l’hémorragie. S’ils ne peuvent pas maintenir la pression, les blessés se videront de leur sang.

L’évacuation médicale du côté russe est apparemment bien meilleure. Il y a quelques mois, le ministre russe de la défense, Sergei Shoigu, a déclaré que le temps nécessaire pour atteindre un point de premiers secours pour un soldat blessé n’était plus que de dix minutes, tandis que le temps nécessaire pour atteindre un centre d’opérations médicales n’était plus que d’une heure (traduction automatique) :

Les médecins militaires russes impliqués dans l’opération spéciale ont atteint un taux de mortalité dans les hôpitaux inférieur à 0,5 % – le chiffre le plus bas de l’histoire de la médecine militaire, a déclaré lors d’une réunion élargie du conseil du ministère russe de la défense, le chef du département militaire, le général d’armée Sergei Shoigu.

Les médecins militaires se sont particulièrement distingués lors de l’opération militaire spéciale. Les premiers soins sont prodigués dans les 10 minutes. Les blessés arrivent dans les unités médicales dans l’heure qui suit, et dans les hôpitaux militaires dès le premier jour. Nous avons atteint un faible taux de mortalité aux stades de l’évacuation des blessés. Dans l’unité hospitalière, le taux de mortalité était inférieur à un demi pour cent. C’est le chiffre le plus bas de toute l’histoire de la médecine militaire“, a-t-il déclaré.

Je n’ai aucun moyen de vérifier ces données. Mais je n’ai pas non plus trouvé la moindre plainte concernant les services médicaux de première ligne du côté russe, alors que l’état déplorable de l’aide médicale du côté ukrainien a fait l’objet d’une certaine attention.

Cela ne fait que confirmer mon opinion selon laquelle la supériorité de l’artillerie russe (10 contre 1) et d’autres facteurs, tels que les services médicaux, garantissent que le nombre de victimes russes dans la guerre est bien inférieur au nombre de victimes ukrainiennes.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

 

Les forces armées de la Fédération de Russie ont commencé à utiliser des munitions à fragmentation et thermiques

Print Friendly, PDF & Email

Dans la zone de la colonie de Storozhevoye dans la direction sud-Donetsk, en réponse à l’utilisation d’obus à fragmentation américains par les Ukrainiens contre les villes pacifiques du Donbass, les forces armées de la Fédération de Russie ont commencé à utiliser des munitions à fragmentation et thermiques sur les positions du Forces armées ukrainiennes. Le commandement russe n’a décidé d’utiliser de telles armes qu’après que l’ennemi a commencé à les utiliser activement.

 

 

 

source : L’Échelle de Jacob

Échapper à l’attrition : L’Ukraine lance les dés

par Big Serge - Le 30/08/2023.

Cela fait un certain temps que je n’ai pas publié d’article de fond sur la guerre russo-ukrainienne en cours, et j’avoue que la rédaction de cet article m’a donné un peu de fil à retordre. La grande contre-offensive estivale de l’Ukraine, tant attendue, est en cours depuis environ quatre-vingts jours et n’a pas donné grand-chose. L’été a été marqué par des combats acharnés dans divers secteurs (qui seront énumérés ci-dessous), mais la ligne de contact n’a que très peu bougé. J’ai hésité à publier une analyse de la campagne ukrainienne simplement parce que les Ukrainiens ont continué à garder des atouts en réserve, et je ne voulais pas publier un commentaire prématuré qui aurait été mis sous presse juste avant que les Ukrainiens ne montrent un nouveau tour ou ne révèlent un as caché dans leur manche. En effet, j’ai rédigé l’essentiel de cet article la semaine dernière, juste avant que l’Ukraine ne lance une nouvelle tentative majeure pour ouvrir une brèche dans le secteur d’Orikhiv.

À ce stade, cependant, l’apparition de certaines des dernières brigades de premier plan de l’Ukraine, qui avaient été précédemment tenues en réserve, confirme que les axes de l’attaque ukrainienne sont concrétisés. Seul l’avenir nous dira si ces précieuses réserves parviennent à ouvrir une brèche dans les lignes russes, mais suffisamment de temps s’est écoulé pour que nous puissions esquisser ce que l’Ukraine a exactement essayé de faire, pourquoi, et pourquoi elle a échoué jusqu’à présent.

Le problème de la narration de la guerre en Ukraine réside en partie dans la nature positionnelle et attritionnelle des combats. Les gens continuent de chercher des manœuvres opérationnelles audacieuses pour sortir de l’impasse, mais la réalité semble être que, pour l’instant, une combinaison de capacités et de réticences a transformé cette guerre en une lutte de position avec un rythme offensif lent, qui ressemble beaucoup plus à la première guerre mondiale qu’à la seconde.

L’Ukraine avait l’ambition de briser ce front de destruction et de rouvrir des opérations mobiles, d’échapper à la guerre d’attrition et de s’attaquer à des cibles significatives sur le plan opérationnel, mais ces efforts sont restés vains jusqu’à présent. Malgré toutes les grandes déclarations sur la supériorité de l’art de la manœuvre, l’Ukraine se trouve toujours piégée dans un siège, essayant péniblement d’ouvrir une position russe calcifiée, sans succès.

L’Ukraine n’est peut-être pas intéressée par une guerre d’usure, mais l’usure est certainement intéressée par l’Ukraine.

Le paradigme stratégique de l’Ukraine

Pour ceux qui ont suivi la guerre de près, ce qui suit ne sera probablement pas une nouvelle information, mais je pense qu’il vaut la peine de réfléchir de manière holistique à la guerre de l’Ukraine et aux facteurs qui motivent ses décisions stratégiques.

Pour l’Ukraine, la conduite de la guerre est déterminée par une série d’asymétries stratégiques inquiétantes.

Certaines d’entre elles sont évidentes, comme la population et l’appareil militaro-industriel de la Russie, beaucoup plus importants, ou le fait que l’économie de guerre de la Russie est indigène, alors que l’Ukraine dépend entièrement des livraisons occidentales d’équipements et de munitions. La Russie peut augmenter de manière autonome sa production d’armements et de nombreux signes sur le champ de bataille montrent que l’économie de guerre russe commence à trouver son rythme de croisière, avec de nouveaux systèmes comme le Lancet, de plus en plus nombreux, et des sources occidentales qui admettent aujourd’hui que la Russie a réussi à produire en série une version nationale du drone iranien Shahed. En outre, la Russie a la capacité asymétrique de frapper les zones arrière ukrainiennes dans une mesure que l’Ukraine ne peut pas rendre, même si elle reçoit les redoutables ATACM (ceux-ci donneront à l’Ukraine la portée nécessaire pour frapper des cibles opérationnelles en profondeur sur le théâtre, mais ils ne peuvent pas frapper les installations de Moscou et de Toula comme les missiles russes peuvent le faire sur n’importe quel point de l’Ukraine).

Medvedev inspecte la production d’un char d’assaut

Face aux importantes asymétries russes en termes de population, de capacité industrielle, de capacité de frappe et – soyons francs – de souveraineté et de liberté de décision, une guerre d’usure et de position est tout simplement un mauvais calcul pour l’Ukraine, et pourtant c’est précisément le type de guerre dans lequel elle s’est retrouvée piégée.

Ce qu’il est important de comprendre, cependant, c’est que l’asymétrie stratégique va au-delà des capacités physiques telles que la base de population, les installations industrielles et la technologie des missiles, et s’étend au domaine des objectifs stratégiques et des calendriers.

La guerre de la Russie a été délibérément conçue de manière relativement ouverte, avec des objectifs largement liés à l’idée de «démilitarisation» de l’Ukraine. En fait, les objectifs territoriaux de la Russie restent plutôt nébuleux au-delà des quatre oblasts annexés (même si l’on peut affirmer sans risque de se tromper que Moscou aimerait en acquérir bien plus). Tout cela pour dire que le gouvernement de Poutine a délibérément présenté la guerre comme une entreprise militaro-technique visant à détruire les forces armées ukrainiennes, et qu’il s’est montré parfaitement libre de céder des territoires au nom de la prudence opérationnelle.

En revanche, l’Ukraine a des objectifs maximalistes qui sont explicitement de nature territoriale. Le gouvernement Zelensky a ouvertement déclaré qu’il visait – aussi fantaisiste que cela puisse être – à restaurer l’intégralité de ses territoires de 1991, notamment les quatre oblasts continentaux, mais aussi la Crimée.

La confluence de ces deux facteurs – le maximalisme territorial ukrainien combiné aux avantages asymétriques russes dans une lutte positionnelle-attritionnelle – oblige l’Ukraine à chercher un moyen d’ouvrir le front et de rétablir un état de fluidité opérationnelle. Rester enfermé dans une lutte de position est irréalisable pour Kiev, en partie parce que les avantages matériels de la Russie se manifesteront inévitablement (dans un combat entre deux gros bras qui se balancent de grosses battes, il faut parier sur le plus gros avec la plus grosse batte), et en partie parce qu’une guerre de position (qui équivaut essentiellement à un siège massif) n’est tout simplement pas un moyen efficace de reconquérir des territoires.

L’Ukraine n’a donc d’autre choix que de dégeler le front et de tenter de rétablir des opérations mobiles, dans le but de créer sa propre asymétrie. Le seul moyen d’y parvenir est de lancer une offensive visant à couper les lignes critiques de communication et d’approvisionnement russes. Contrairement à certaines suggestions qui étaient populaires ce printemps, une grande offensive ukrainienne contre Bakhmout ou Donetsk n’a tout simplement rien apporté.

Franchement, il n’y a que deux cibles opérationnelles convenables pour l’Ukraine. La première est Starobilsk – le cœur battant au centre du front russe de Lougansk. La capture ou le filtrage de Svatove, puis de Starobilsk, créerait une véritable catastrophe opérationnelle pour la Russie dans le nord, avec des effets en cascade jusqu’à Bakhmout. La deuxième cible possible était le pont terrestre vers la Crimée, qui pouvait être coupé par une poussée à travers la basse Zaporijia vers la côte d’Azov.

Il était probablement inévitable que l’Ukraine choisisse l’option Azov, pour plusieurs raisons. Le pont terrestre vers la Crimée constitue un espace de bataille plus autonome – une offensive à Lougansk se déroulerait à l’ombre des régions russes de Belgorod et de Voronej, ce qui rendrait relativement plus difficile la mise hors d’état de ravitaillement d’importantes forces russes. Mais ce qui est peut-être encore plus important, c’est l’obsession totale de Kiev pour la Crimée et le pont de Kertch, des cibles qui exercent une influence hypnotique comme Starobilsk n’a jamais pu le faire.

Encore une fois, cette analyse peut sembler assez intuitive, mais il convient de se demander comment et pourquoi l’Ukraine a fini par lancer une offensive qui était largement télégraphiée et attendue. Il n’y a eu aucune surprise stratégique – une vidéo bien réelle du chef du GUR, Budanov, souriant, n’a trompé personne. Les forces armées russes n’ont certainement pas été dupes, puisqu’elles ont passé des mois à saturer le front de champs de mines, de tranchées, d’emplacements de tir et d’obstacles. Tout le monde savait que l’Ukraine allait attaquer en direction de la côte d’Azov, et plus particulièrement de Tokmak et de Melitopol, et c’est exactement ce qu’elle a fait. Une attaque frontale contre une défense préparée sans élément de surprise est généralement considérée comme un mauvais choix, mais voilà que l’Ukraine non seulement tente une telle attaque, mais la lance même dans un contexte de célébration mondiale et d’attentes fantasmagoriques.

Le plaidoyer infantile de l’Ukraine pour l’OPSEC

Il est impossible de comprendre cette situation sans comprendre comment l’Ukraine est enchaînée par une interprétation particulière de la guerre à ce stade. L’Ukraine et ses partisans mettent en avant deux succès en 2022 où l’Ukraine a pu reprendre une partie substantielle du territoire, dans les oblasts de Kharkiv et de Kherson. Le problème est qu’aucune de ces situations n’est transposable à Zaporijia.

Dans le cas de l’offensive de Kharkiv, l’Ukraine a identifié un secteur du front russe qui avait été évidé et n’était défendu que par une mince force de projection. Elle a été en mesure de mettre en place une force et d’obtenir un certain degré de surprise stratégique, en raison des forêts épaisses et de la rareté générale de l’ISR russe dans la région. Il ne s’agit pas de minimiser l’ampleur du succès de l’Ukraine dans cette région ; elle a certainement utilisé au mieux les forces dont elle disposait et a exploité une sec