Un vrai Brexit, hors la Défense.

Par Hélène Nouaille - 25/01/2017.



 

 « Nous quittons l’Union européenne, mais nous ne quittons pas l’Europe ». 

 

« Il ne s’agit d’aucune participation partielle à l’UE, d’aucune association avec l’UE, de rien qui signifie qu’on aura un pied dans l’UE et un autre en dehors de l’Union. Nous n’allons pas adopter des modèles dont se servent d’autres pays. Nous n’allons nous accrocher à aucun élément de la participation à l’UE lorsque nous l’abandonnerons ». C’est dit. Il s’agit bien de faire sortir de Royaume Uni de l’Union européenne, tant du marché commun que de l’union douanière – ou de l’autorité de la Cour européenne de justice. Le premier ministre britannique, Theresa May, qui avait laissé filtrer des éléments de son discours la veille a confirmé, le 17 janvier, sa volonté de respecter le vote, le 23 juin dernier, de ses concitoyens. « Je veux que nous soyons une “Grande-Bretagne globale”, le meilleur ami et voisin de nos partenaires européens, mais également un pays qui a des liens en dehors de l’Europe » (1).

 

Voilà qui va peiner ceux en Europe qui, à l’exemple de l’ancien ministre des Affaires étrangères de Lionel Jospin Hubert Védrine (1997-2002), espéraient, tout en recommandant instamment « d’écouter les peuples », trouver un moyen de détourner leur vote. « L’affaire du Brexit. J’incite moi à la prudence dans l’analyse parce qu’il me semble personne n’a la moindre idée de ce que sera la position et de la Grande Bretagne et de l’Union européenne dans six mois un an et demie deux ans (…). Dans l’immédiat Madame May ne peut pas dire autre chose que ce qu’elle dit. Elle y est contrainte par le référendum, par le résultat du référendum (…). De toutes façons, l’article 50 sera déclenché à un moment donné. Et après ? Qu’est-ce qui va se passer ? On n’en sait absolument rien. Moi je n’écarte pas l’hypothèse qu’il y ait un engrenage vers une sortie irrémédiable, oui, c’est possible, mais l’inverse n’est pas exclu. C’est-à-dire que les Britanniques, encore une fois pas maintenant, mais dans un certain temps, dans un an, par exemple, disent : on a eu un mandat du peuple pour négocier la sortie, finalement c’est infaisable, c’est trop compliqué, ça n’a que des inconvénients, on n’y arrive pas, donc pourquoi pas revenir à une autre ligne. Je ne l’exclue pas (…). A ce moment-là les Britanniques diraient : bon il y a eu un référendum, mais après tout la légitimité c’est surtout le Parlement, la situation a changé (…), on peut peut-être reprendre le sujet (…). Certains experts me disent que c’est ce que Madame May espère au fond d’elle-même ». Tel était son propos lors d’une audition au Sénat, mise en ligne le 12 janvier dernier (2).

 

Sauf à concourir pour le titre de reine de la duplicité, ce n’est pas là le chemin que Theresa May a tracé, ni le 17 janvier depuis Lancaster House, ni le 19 janvier à Davos : la décision de quitter l’UE ? « Il s'agissait tout simplement d'un vote pour rétablir, à notre sens, notre démocratie parlementaire et notre autodétermination nationale. Un vote pour prendre le contrôle et prendre des décisions pour nous-mêmes » (2). Et de développer un plan conforme, dit-elle, à l’histoire de l’Angleterre et du Royaume Uni, tournés vers le commerce avec le grand large, attachés au libre-échange et à la mondialisation. 

 

Avec une garantie qui nous a paru essentielle : s’il est bien question d’abandonner l’aventure de l’Union européenne – qu’elle souhaite prospère, dans l’intérêt même de son pays, il ne s’agit pas de remettre en question aucun accord en matière de défense, ni même de renseignement. « A l’heure où nous faisons tous face à une menace sérieuse de la part de nos ennemis, les capacités en matière de renseignement du Royaume-Uni continueront à aider l’Europe à protéger les peuples européens contre le terrorisme. Et à l’heure où l’inquiétude grandit concernant la sécurité européenne, les militaires britanniques basés en Europe, en particulier en Estonie, en Pologne et en Roumanie, continueront à remplir leurs missions ». Et, mettant les points sur les i : « Nous tous en Europe faisons face au défi de la criminalité transfrontalière, une menace terroriste mortelle, et au danger que représentent les Etats hostiles. Nous partageons des intérêts et des valeurs en commun, valeurs que nous voulons voir projetées dans le monde entier. Alors que les menaces à notre sécurité commune deviennent plus sérieuses, notre réponse ne peut pas être de coopérer moins, mais de mieux travailler ensemble. Je veux donc que notre rapport futur avec l’Union européenne incluse des modalités pratiques en matière d’application de la loi et de partage de renseignements avec nos alliés de l’UE » (1). 

 

Rappelons qu’en matière de renseignement, la coopération entre pays (membres ou non de l’UE) est bilatérale. Et qu’en matière de lutte contre le terrorisme, cette coopération est vitale, et donc dans l’intérêt de chacun et du Royaume-Uni. Theresa May a simplement confirmé que tout continuerait « as usual ». 

 

En matière proprement militaire ? Le Royaume-Uni ne concevait la défense européenne qu’au travers de l’OTAN, ou d’accords bilatéraux, comme ceux conclu avec la France, et qui ne sont pas remis en cause, n’entrant pas dans la compétence de l’Union européenne. Les Britanniques se sont toujours opposés à l’idée d’une armée européenne commune, idée qui n’est d’ailleurs pas partagée en Europe, et qui n’est pas, quels que soient les discours des uns ou des autres, à l’ordre du jour – en dépit des bavardages de la Commission sur « l’autonomie stratégique » européenne. Tout au plus a-t-elle décidé en novembre 2016 de la création d’un fond destiné au financement de la recherche dans le secteur de la défense. Il y a aussi en projet la mise en place d’une capacité à coordonner les opérations extérieures de l’UE – rien d’un QG opérationnel, rien qui ne vienne concurrencer l’OTAN. Revenons donc aux choses sérieuses : le Royaume-Uni) et la France représentent la moitié des budgets de défense de l’UE. Leur coopération s’inscrit dans le cadre des traités bilatéraux de Lancaster House, signés en novembre 2010. « Par-dessus tout, nous souhaitons intensifier notre relation avec la France » déclarait le ministre de la Défense britannique, Michael Fallon, en septembre dernier, lors de l’Université d’été de la Défense, donc après le vote pour le Brexit du 23 juin (4).

 

Theresa May confirme : « Un bon accord est que la coopération entre la Grande-Bretagne et l’UE est nécessaire non seulement quand on parle de commerce, mais aussi quand on parle de sécurité. La Grande-Bretagne et la France sont les seules puissances nucléaires de l’Europe. Nous sommes les deux seuls pays européens avec des sièges permanents au Conseil de Sécurité des Nations Unies. Les forces armées de la Grande-Bretagne sont une partie cruciale de la défense collective de l’Europe ».

 

Pour rappel, écrivait Laurent Lagneau en septembre dernier (4) le ministre britannique précisait que son pays avait « déjà établi une coopération militaire avec le Danemark, les Pays-Bas, la Norvège (non membre de l’UE) et les Pays baltes en vue de développer une force expéditionnaire commune (Joint Expeditionary Force, JEF) devant être pleinement opérationnelle d’ici 2018. En outre, il a aussi affirmé la volonté de Londres de « travailler plus étroitement » avec Berlin dans le domaine de la défense». Berlin qui commence à augmenter son budget défense (34,2 milliards d’euros en 2015). Mais, ajoutait-il, « plus que tout, c’est avec la France que le Royaume-Uni entend approfondir sa coopération militaire, dans le prolongement des accords de Lancaster House (…). Les deux pays sont engagés dans des programmes industriels communs (en particulier dans les domaines des missiles et du Système de combat aérien futur) et ont prévu de disposer, à Valduc (au nord-ouest de Dijon) d’une installation commune de physique expérimentale qui, appelée EPURE, est destinée à garantir le fonctionnement de leurs armes nucléaires. Enfin, ils ont aussi mis sur pied une force expéditionnaire conjointe (Combined UK and French Joint Expeditionary Force, CJEF) ». Le concept de cette force, CJEF, a été validé en avril dernier. 

 

Pourquoi cette volonté de coopération (et plus, dit encore Michael Fallon, « d’entente supérieure à l’entente cordiale » conclue avant la première guerre mondiale) ? Parce que si les Britanniques quittent l’UE et des traités qui contraignent leur liberté de décision, ils ne quittent pas le continent européen. Ce qui veut dire, précisait Michael Fallon, que les « principes de sécurité européenne demeurent ». Et « l’histoire a montré que l’isolement n’est pas une option et que notre sécurité est fondamentalement liée au continent ». Il a promis aussi de s’engager plus encore qu’il ne l’est dans l’OTAN. Mais, direz-vous, Donald Trump a bien parlé d’une organisation obsolète ? Oui, mais nos lecteurs ne seront pas surpris (5), il y a longtemps que l’OTAN, de sommet en sommet, se cherche en réalité une nouvelle raison d’exister après la chute de l’URSS et la disparition du pacte de Varsovie. Ce que ne réfute pas l’un des généraux à la tête de l’un des deux principaux commandements de l’OTAN (Allied Command Transformation, ACT, l’autre étant l’Allied Command Operations, ACO). « Pour le général Mercier », explique encore Laurent Lagneau (6), « si l’OTAN est obsolète (du moins en partie), c’est précisément à cause de son engagement, au nom de la lutte contre le terrorisme, en Afghanistan. Et cela a eu pour effet, a-t-il expliqué le 17 janvier à des journalistes, de la détourner de sa mission principale, qui reste la défense de l’Europe ».

 

Donald Trump reste une inconnue ? Justement, les Britanniques connaissent parfaitement leurs cousins. « Nous renforcerons nos anciennes alliances et nous en conclurons de nouvelles » (7) a dit le président américain lors de son investiture. Le général James Mattis qui vient d’être confirmé à la Défense par le Sénat, n’a pas dit autre chose vendredi 20 janvier au personnel militaire. Les choses vont sans aucun doute changer, se réorganiser, sans que tout soit négatif, comptons donc d’abord sur nous-mêmes, sur ce qui existe, loin des incantations, dans un domaine régalien où la France a conservé sa souveraineté et ses armées leur savoir-faire. 

 

Les Britanniques quittent l’UE, pas la défense. C’est essentiel.

 

Hélène NOUAILLE

 


Partager : 

Écrire commentaire

Commentaires : 0