Apocalypse bientôt !

par le Col. Michel Goya - le 03/04/2016.


Publié le 14/09/2014
Modifié le 04/04/2016

Ils sont quatre et ils assurent la défense de la France dans son ensemble et celle de chacun de ses citoyens. Ce sont les ministères régaliens-Défense, Affaires étrangères, Justice et Intérieur-et ils sont en danger de mort. La France ne leur consacre plus que 2,8 % de la richesse qu’elle produit chaque année contre 4,5 % à la fin de la guerre froide et 6,5% en 1960. A ce rythme, ils auront disparu en 2050. 
 
A ce moment-là, ce sont des milices privées qui défileront le 14 juillet, si tant est qu’il soit encore possible d’organiser un défilé dans une France sans police, armée et justice pour tous. Il est donc conseillé dès à présent, pour ceux qui ne pourront leur laisser un pactole suffisant pour payer des gardes du corps, d’apprendre les techniques de survie et d’auto-défense à nos enfants et petits-enfants. Pas besoin d’une guerre nucléaire ou d’une gigantesque pandémie pour aboutir à la désagrégation des Etats et donc des nations, l’inconséquence, sinon l’incompétence, d’une classe politique suffit.
 
Ce suicide lent de l’Etat apparaît d’autant plus paradoxal que jamais les prélèvements publics n’auront été aussi élevés, 57 % du PIB en 2013 dont 3 % (donc plus que pour les quatre régaliens) donnés aux organismes créanciers. Depuis le début des années 1990 et le développement de la grande libéralisation des échanges en Europe et dans le monde, la croissance économique de la France stagne à une moyenne de 1,5 % par an. Par voie de conséquence, les recettes fiscales stagnent aussi et ce d’autant plus facilement que le nouveau contexte en favorise la fuite ou l'évitement légal, en particulier pour la toute petite classe, souvent improductive, qui capte la majorité des revenus supplémentaires. L'argent perdu dans les fuites seules représente déjà plus que l'ensemble des budgets régaliens. 

Dans ce contexte tendu, tout accroissement un peu sensible de la dépense publique rend tout de suite les comptes déficitaires. Avant la mondialisation, un peu d’inflation permettait de compenser cela en réduisant la valeur des remboursements, mais les organismes financiers (et l’Allemagne), beaucoup plus puissants que dans « l’économie ancienne », détestent ça. En résumé, dans le contexte d’une économie très ouverte, l’Etat ne peut fonctionner correctement que s’il s'appuie sur une économie en forte croissance. Sans celle-ci, il est condamné à la stagnation ou à l’endettement massif. 
 
Il reste à déterminer si cette économie mondialisée, ou du moins les conditions dans lesquelles elle s’y est mise en place, permet justement cette forte croissance dans des pays comme la France. Ce qui est certain en revanche, c'est qu'elle impose aussi des besoins croissants, comme la protection sociale de ceux qui en sont exclus, besoins qui s'ajoutent à ceux, mécaniques, des évolutions démographiques (accroissement naturel, vieillissement) et, surtout, besoins que l'immense majorité des gens ne peut financer par eux-mêmes en l'absence d'augmentation réelle des revenus. 
 
Dans les pays anglo-saxons, cela se traduit par un accroissement de la dette privée. En France, cela signifie un accroissement de la redistribution publique. C'est ainsi que les dépenses de sécurité sociale atteignent désormais un quart du PIB, constituant une première concurrence avec les prélèvements nécessaires au fonctionnement de l'Etat. Une politique mal maîtrisée de redistribution des pouvoirs et des compétences vers les collectivités territoriales en a créé une deuxième qui atteint désormais 11 % du PIB. Alors que les dépenses directes de l'Etat sont les seules soumises à la contrainte européenne, celles-ci ne peuvent plus bénéficier que des marges de ressources de plus en plus réduites. On se trouve ainsi dans la situation de quasi-faillite où les prélèvements obligatoires atteignent des sommets historiques sans pouvoir arrêter pour autant la progression de la dette publique.
 
On pourrait s’interroger sur la cohérence de cet ensemble, on préfère accepter que le bateau de l'Etat coule en se concentrant uniquement sur le colmatage des fissures et même pas en fonction de l’ampleur des voies d'eau. 
 
Quand un rapport indique que la seule pratique du redoublement dans l’intouchable Education nationale représente un coût annuel de deux milliards d'euros pour une efficacité très discutable ; quand on constate que l’amende infligée à la BNP après ses petites magouilles va, in fine, représenter une perte de revenus fiscaux équivalente à ce qui l’on a économisé en supprimant 20 000 postes de militaires ; quand on entrevoit par ailleurs, par la modeste réforme territoriale en cours l'ampleur de la gabegie administrative, on ne peut s’empêcher de penser que l’on plume plutôt surtout les oies non pas en fonction de leurs plumes mais de leur capacité à crier. Et là, les ministères régaliens, obéissants par nature et même parfois non-syndiqués, sont évidemment les oies les plus tentantes, d'autant plus que leur plumage ne provoquera pas de manifestations de citoyens dans les rues. Cela provoque bien un transfert de votes vers le Front national mais même cela peut être utile aux ambitions personnelles, à défaut de la France.  
 
Le pire est que cet écrasement des ministères régaliens jusqu'au craquement est même économiquement contre-productif à long terme. Le gel du budget de la défense a contribué à la désindustrialisation du pays et à la faiblesse de l’innovation technique. Les coûts de l’insécurité engendrée par les dysfonctionnements de la justice ou de la police, sont plus difficiles à calculer mais sans aucun doute bien plus importants. Pire, tout cela nous rend plus vulnérables à des catastrophes qui, elles, peuvent être d'un coût humain et économique considérables.
 
Face à une telle inconséquence, mélange d’idéologie primaire, de clientélisme et de lâcheté sinon de corruption, il ne faut pas s’étonner si ceux qui proposent de protéger à nouveau les Français, et en particulier ceux qui sont victimes de la mondialisation, progressent malgré l'ADN corrompu de de ces partis. Dans cette apocalypse rampante il est peut-être temps de réagir. 

Source : http://lavoiedelepee.blogspot.fr/2014/09/apocalypse-bientot.html

 

 


Partager cet article :

Écrire commentaire

Commentaires : 0