Le billet du Gal. Henri ROURE

Trop, c'est trop - Le 01/01/2022.

Abasourdi je viens de constater une profanation de nos grands monuments nationaux comme ils n’en ont pas connue depuis l’occupation allemande. Informé par message j’ai dû vérifier tant la chose me paraissait impossible. Un vaste tissu bleu pend désormais à la place du drapeau français sous l’Arc de triomphe, notre tour Eiffel se voit salie de couleurs internationalistes et nos trois couleurs remisées dans l’obscurité d’un entrepôt d’État. Du plus profond de mon âme je suis révolté.

Comment mon pays a t-il pu en arriver là ?

Comment ma patrie a t-elle pu se laisser souiller sans réagir ?

Nos ancêtres, nos soldats morts dans toutes les guerres sont ainsi humiliés et, au delà de ces serviteurs et de nos aïeux, tous ceux qui, étrangers, de par le monde, admirent et aiment la France. La mémoire de nos héros et les fidèles de la France sont honteusement bafoués. Le peuple de France est rejeté.

Hélas, aveugles que nous sommes ! Nous aurions dû voir les prémices de cette abomination lorsque le président actuel a fait empaqueter cet Arc de toutes les gloires par l’innommable Christo. Il affirmait, ainsi, de manière outrageusement symbolique, son souhait profond d’effacer l’histoire de France. Il l’avait déjà insultée en travestissant la vérité historique, notamment à propos de la colonisation. Tout comme il avait nié l’identité française, la culture et la civilisation de notre patrie.


Je crains cependant que par les petites touches mensongères de son début de mandat, puis par ajouts de trahisons plus importants et maintenant de manière exponentielle dans l’affichage de sa volonté de détruire la Nation, il ait obtenu une lassitude et une indifférence du peuple français face à ses méfaits.

Il est malheureusement établi que cette banalisation de son œuvre destructrice a été fomentée avec ses soutiens médiatiques et financiers. À moins qu’il ne soit allé trop loin…
Cela ne peut plus durer.


Si ce personnage au printemps 2022 est chassé du pouvoir, les nouvelles autorités devront conduire une modification constitutionnelle, pour se prémunir de l’arrivée au sommet de l’État de ce type d’aventurier.

Il faudra, par voie référendaire, faire inclure dans notre Loi fondamentale, un article prévoyant les causes et les modalités de la destitution du président de la République.


Espérons que 2022 verra la France retrouver sa dignité et sa vocation d’indépendance et de grandeur.


Henri Roure

 Télécharger le fichier :

 

 

Télécharger
Trop c'est trop.pdf
Document Adobe Acrobat 32.9 KB

Emmerder...

Le 05/01/2022.

Le président actuel de la République française et son gouvernement ont refusé de rendre la vaccination contre la Covid19 obligatoire.

En substance ils admettaient que, certains, pourraient ne pas se faire vacciner.

Une fois encore ces gens là sombrent dans l’incohérence. En effet vouloir « emmerder » les citoyens non-vaccinés, alors qu’il n’y a strictement aucune obligation de le faire, est une tentation liberticide et, par nature, totalitaire.

Elle est en contradiction absolue avec cette liberté laissée à chacun, par ces mêmes autorités politiques, de regarder la protection face à cette maladie comme il l’entend et selon les règles reconnues de simple bon sens.

 

Il est cependant vraisemblable que l’équipe au pouvoir se moque éperdument des contradictions engendrées par la grossièreté du chef de l’État. Le but est tout autre. Il est évidemment électoraliste. Le président pense se mettre du côté de l’immense majorité des Français vaccinés, et, ainsi, tirer un bénéfice électoral en axant sa campagne, en vue des présidentielles, sur cette pandémie.

 

Outre le manque de respect pour nos concitoyens qui, sans nul doute, hormis les injections de produits venus de l’industrie pharmaceutique anglo-saxonne, prennent toutes les précautions nécessaires lorsqu’ils sont en contact avec la foule, ce président montre une absence totale de connaissance de la mentalité populaire et de sagacité dans ce que les Français attendent d’un chef de l’État.

 

En effet, au delà des marginaux extrémistes dont les incroyables pitreries occupent les médias grand-public et les commentateurs zélés, le peuple français est fondamentalement respectueux des libertés publiques et comprend que l’on puisse user d’une liberté.

En l’occurence c’est le cas. Certains peuvent regretter cette attitude anti-vaccinale, mais en aucune façon, dès lors qu’elle est légale, admettre que l’autorité cherche à contraindre.

C’est ça la démocratie !

 

Si ma supposition s’avère juste et que M. Macron veuille axer sa campagne sur l’efficacité dont il pense avoir fait preuve dans la lutte contre cette maladie, il risque bien des déconvenues.

Il sera aisé, alors, de lui rappeler les aberrantes hésitations gouvernementales sur le port du masque, les attaques contre les médecins qui pensaient soins autant que prévention, les paroles imbéciles de quelques ministres, la désertion d’une autre décorée, ensuite, de la Légion d’Honneur, le fonctionnement erratique du comité scientifique, la politique hospitalière régie par la seule rentabilité économique, l’abandon de la recherche française sur le sujet pour l’enrichissement invraisemblable de sociétés étrangères, etc…

 

Si ma supposition est juste, les autres candidats auront beau jeu de lui dire que la fonction de chef de l’État n’est pas de prendre les attributions du Premier ministre et du ministre de la Santé, mais de s’occuper de l’avenir géopolitique de la France, c’est-à-dire de lui proposer une route pour un avenir, à moyen et long terme, en conformité avec sa dimension mondiale et en envisager les moyens.

 

Si ma supposition est juste, ce président, dont nous connaissons les sentiments davantage européistes que français, cherchera, par ce biais, à se prémunir d’attaques sur son engagement capitaliste et internationaliste dont nous venons récemment d’avoir une preuve aussi étonnante que scandaleuse avec l’enlèvement de notre drapeau sous l’Arc de Triomphe au profit d’une bannière bleue et l’illumination de la tour Eiffel, comme de l’Élysée, aux couleurs de l’organisation européenne.

 

Si ma supposition est juste, l’emmerdeur se plantera.

 

Henri ROURE

Télécharger le fichier :

Télécharger
Emmerder.pdf
Document Adobe Acrobat 57.8 KB
Commentaires: 1
  • #1

    JARRIGE Didier (dimanche, 09 janvier 2022 10:06)

    Mon Général,
    Face aux dérives de la magistrature suprême, c’est avec le plus grand intérêt que je lis les nombreuses réactions « effarouchées » dont les vôtres aujourd’hui !…
    Ayant beaucoup pratiqué le « milieux » militaire, dans le cadre de mes activités professionnelles, j’ai un grand respect pour celui ci.
    Face à ce que j’estimais être des dérives inadmissibles de cette classe « dirigeante » dénoncées avec courage par un autre général, ces dernières années, j’ai même cru bon de modestement adhérer à son mouvement « d’influence » jusqu’au moment ou en contradiction avec les fondements mêmes de ses « textes fondateurs » qui avaient motivé cet engagement, il a décidé de présenter sa candidature à la Présidence !
    Nous avons pourtant eu l’occasion d’exercer cette influence, me semble-t-il dans l’action !… Car il arrive un moment ou il faut passer à l’action !…
    C’est la que je vous rejoint, enfin presque …..
    Vous déclarez notamment ; « Cela ne peut plus durer. Si ce personnage au printemps 2022 est chassé du pouvoir, les nouvelles autorités devront conduire une modification constitutionnelle, pour se prémunir de l’arrivée au sommet de l’État de ce type d’aventurier. Il faudra, par voie référendaire, faire inclure dans notre Loi fondamentale, un article prévoyant les causes et les modalités de la destitution du président de la République. »
    Vous ne pouvez ignorer que ce type de disposition existe déjà, il s’agit de l’article 68 de notre actuelle Constitution.
    En 2019, le responsable d’un parti politique (bizarrement « discrédité », peu de temps après par des accusations – de harcèlement voir d’agressions sur des collaborateurs ?) , a même cherché des soutiens, chez les parlementaires, pour son application à l’encontre de celui, que vous n’hésitez pas, à juste titre, de nommer « le profanateur de nos grands monuments nationaux » et j’ajouterai, pas seulement ! Profanateur de notre Histoire en générale, par ses insultes répétées, ce de longues date, principalement depuis l’étranger ?
    Bien que n’ayant aucun lien avec ce parti (UPR), force est de constater que Monsieur Asselineau, appelle les Français à saisir leurs parlementaires pour que ces derniers lancent la procédure de destitution du président de la République prévue à l’article 68 de la Constitution. Rappelons à toutes fins utiles que seuls les parlementaires français (députés et sénateurs) sont juridiquement compétents pour lancer la procédure de destitution du président de la République.
    Mais voila !… Encore faudrait il que ces gens la se rappellent qu’ils sont dépositaires de la « volonté du Peuple » , le Peuple dont je fais partie, le Peuple qui lui en a marre du « Bla Bla » et attend des actes de la part de tous ceux qui, comme vous bénéficient de « l’aura » liée à la fonction, ce pour influer de toutes leurs forces sur ces « élus » que je n’hésite pas à qualifier de félons !… Comme leur Chef !
    Vous trouverez en PJ ce document de 2019, resté lettre morte ?
    Avec mes respects, général, veuillez accepter mes sincères salutations.
    Matelot « sans spécialité » - Didier JARRIGE

    PJ : https://www.upr.fr/france/proposition-de-resolution-pour-louverture-de-la-procedure-de-destitution-du-president-de-la-republique-en-application-de-larticle-68-de-la-constitution/