CORSE : Le syndrome de Munich

...par le Gal. M. Franceschi - le 03/03/2018.

Le discours du Président de la République à Bastia le 7 février dernier a soufflé le chaud et le froid dans le microcosme insulaire.

 

Il consacre la première partie à une vibrante ode à la Corse, « cœur de la République », rien de moins. La Corse est encensée pour son exceptionnelle contribution à l’Histoire de France. Elle est glorifiée pour son sang abondamment versé sur tous les champs de bataille, « au coude à coude avec tous les autres Français ». En point d’orgue, le chef de l’Etat lit le pathétique serment de Bastia, prononcé en 1938 en réplique aux visées annexionnistes de Mussolini : « Face au monde, de toute notre âme, sur nos gloires, sur nos tombes, sur nos berceaux, nous jurons de vivre et de mourir Français ». 
Imaginez l’émotion de votre serviteur à l’évocation de cet événement qu’il a vécu gamin. Cette profession de foi en une Corse française à part entière comble l’attente des Loyalistes corses. Déjà ulcérés par les fortes paroles du Président la veille, les Séparatistes  froncent un peu plus les sourcils.

           

Et puis, patatras ! À la fin de l’allocution se produit un stupéfiant changement de pied. Le Président fait sienne la revendication d’une autonomie de la Corse inscrite dans la Constitution, cheval de Troie des Séparatistes et d’une partie de la bien étrange opposition locale. Cette mesure répond, dit-il, à une « attente exprimée une nouvelle fois lors des dernières élections locales ». A cet effet, il annonce sa décision de préparer la refonte de l’article 72 pour y intégrer l’autonomie de la Corse.

 

Une désaffection massive des citoyens

Première objection majeure, n’en déplaise au chef de l’Etat, ce qu’il dit avoir entendu des électeurs n’est pas du tout ce qu’ils ont exprimé. Martelons inlassablement pour les esprits libres les résultats significatifs du dernier scrutin territorial. Il importe avant tout d’insister sur la désaffection massive sans précédent des citoyens, offusqués, c’est une litote, par l’objet du vote, la mise en place d’une collectivité territoriale unique, qu’ils avaient rejetée par référendum en 2003. On leur demandait  en somme, de se dédire. C’est ainsi que la majorité du corps électoral (50,63%) ne s’est pas prononcée (47,37% d’abstentions et 3,2% de blancs et nuls). C’est la donnée capitale d’un scrutin qui le prive de signification politique.

Bien qu’impressionnant, le score de 56,46% obtenu par les Séparatistes ne représente ainsi que 26,18% des inscrits, soit un Insulaire sur quatre. Cela signifie d’abord que les Séparatistes n’ont toujours pas acquis le droit de parler au nom du « peuple corse » mais seulement d’une faction. Ensuite, en droit constitutionnel élémentaire, les vainqueurs ont bien obtenu la légalité du pouvoir administratif, mais nullement la légitimité d’un pouvoir constituant qui exige justement l’onction du peuple. Il n’entre d’ailleurs pas dans leurs intentions de la solliciter, allez savoir pourquoi ! Peut-être devra-t-on y recourir en définitive pour ne pas abandonner à des idéologues subversifs ou irresponsables le choix souverain du destin de la Corse.

 

Des décennies de dérive institutionnelle 
L’argument des Séparatistes et de leurs compagnons de route présentant sans rire l’autonomie de la Corse dans la Constitution comme le meilleur moyen de l’ancrer durablement dans la République est de la  « schizophrénie politique », selon un professeur de droit constitutionnel. Les Séparatistes eux-mêmes ne font d’ailleurs pas mystère de sa fonction d’antichambre vers l’indépendance. En fait, on singe le calamiteux subterfuge utilisé pour la Nouvelle Calédonie, destiné à forcer son indépendance, foi de témoin direct.

Les Corses attendaient impatiemment de savoir à quelle sauce nouvelle ils seraient accommodés après 36 années d’une dérive institutionnelle scandée par l’accumulation de quatre statuts particuliers de plus en plus centrifuges. Ils découvrent avec dépit que rien ne change.

 

L’esprit de Munich

La promesse présidentielle fait cependant cesser sur le champ, comme par enchantement, le chantage à la violence des Séparatistes, à l’instar des quatre statuts particuliers précédents. La soumission à la menace porte un nom depuis 1938 : Munich. C’est ainsi que depuis 1982, la Corse vit en état de Munich permanent, à moins que ce ne soit la France entière.

 

L’article 72 autorise les collectivités territoriales à « déroger à titre expérimental et pour un objet et une durée limitée aux dispositions législatives (…) ». Malgré sa prudente rédaction, son application se heurte à des objections de taille. N’y a-t-il pas d’abord incohérence à magnifier d’un côté une « Corse au cœur de la République », et en même temps vouloir l’exiler  dans un article de la Constitution ? On ne met pas la Corse au piquet ! Ensuite, il n’est pas prévu de s’assurer de l’indispensable consentement de la population insulaire, comme on y procéda au moins en Nouvelle Calédonie.

 

Un concept néfaste

Mais, surtout, le concept est foncièrement néfaste, et à la Corse, et à la Nation.

S’agissant de la Corse, il faut d’abord faire voler en éclats le dogme de l’insularité synonyme d’autonomie. L’insularité n’est qu’une donnée géographique. L’autonomie procède d’un choix politique souverain, que, par exemple, n’a pas fait la lointaine Mayotte ? Le traitement des handicaps de l’insularité ne nécessite aucunement un recours à un artifice constitutionnel, sauf idée derrière la tête. Il impose simplement un  « Pacte de continuité territoriale » relevant de la Loi et prenant en compte tous les aspects de la question, et pas seulement le domaine des transports comme jusqu’ici. L’insularité se soigne mieux par des mesures concrètes de soutien économique et social que par une aventure constitutionnelle. L’autonomie, constitutionnelle ou pas, compromet par étymologie l’assurance tous risques de la solidarité nationale, vitale pour la Corse, région pauvre. En la matière, les intérêts du bon peuple, dont « la patrie est la seule richesse », divergent carrément de ceux d’un néo-clanisme dominateur, avide de pleins pouvoirs.

Quant à la Nation, l’autonomie de la Corse dans la Constitution pourrait se révéler un cancer à métastases inoculé à la République. Comment pourrait-on, en effet, en refuser le bénéfice  à d’autres régions qui frappent déjà à la porte ? Cette sorte de vente par appartements de la maison France la ferait régresser au Moyen Age. En cela, la question corse est devenue cause nationale majeure, appelant une solution nationale qui ne soit plus de facilité.

            

En définitive, le projet de l’autonomie de la Corse dans la Constitution est irrecevable. Mais n’est-il pas de surcroît voué à l’échec ? Battant en brèche les principes intangibles d’unité et d’égalité de la République, il y a tout lieu de penser que cet accroc ne pourra pas normalement franchir les fourches caudines du Conseil Constitutionnel ou du Congrès du Parlement. Il est donc probable alors que l’on va de nouveau effeuiller l’artichaut institutionnel pour accoucher d’un cinquième statut particulier encore plus « corsé ». Et l’on repartira pour un tour !

 

La diversité des régions dans l’unité de la Nation

A moins que les hautes autorités qui président au destin du pays ne s’arment d’audace réformatrice et prennent enfin le taureau par ses cornes girondines. Plutôt qu’un énième statut particulier pour la Corse, il serait salutaire d’inventer un nouveau statut général pour la France, procédant d’une refondation radicale de son architecture administrative. Par pleine application du principe de subsidiarité, toutes les régions devraient accéder à une même autogestion administrative, hors domaine régalien bien évidemment, et au moins égale à celle de la Corse aujourd’hui. La diversité peut parfaitement s’épanouir dans l’unité. En pratique, l’autogestion c’est l’autonomie sans ses inconvénients et dans la sécurité. C’est dans ces pleines retrouvailles avec une République modernisée que la Corse s’y ancrera le mieux, et non dans un recoin de la Constitution.

Cette « régionalisation pour tous » concilierait la libre expression des légitimes identités provinciales, Corse comprise, et l’incontournable unité nationale. Et on peut penser que cette réforme historique obtiendrait l’adhésion du Peuple souverain.

 

Pour en finir une fois pour toutes avec Munich !    

 

Général (2S) Michel FRANCESCHI

 

Source : https://www.asafrance.fr/item/corse-le-syndrome-de-munich-libre-opinion-du-general-2s-michel-franceschi.html

Écrire commentaire

Commentaires: 0