Encore un petit effort...! (Syrie)

par le Contre-Amiral Hubert de Gevigney - le 17/03/2016.


"Graves révélations", "Exclusif"… Selon le Daily Star, 600 Britanniques auraient formé les combattants de L’Etat islamique. Fichtre ! Sur France Inter, une émission nous "a révélé" sur un ton bonhomme que l’Occident s’était trompé, et qu’on avait peut-être même fourni des armes aux djihadistes via une "opposition modérée". Mon Dieu ! A France 2 aussi, on s’y est mis, sans toutefois trop renier les poncifs matraqués depuis  le début de cette guerre que l’on continue de nous présenter comme "civile"… Mais où sont-ils passés tous ces grands reporters, héros des temps modernes ? Pas un seul n’a vraiment osé troubler le consensus établi. Les quelques rares qui sont allés sur place auraient pu faire l’économie du voyage et rédiger leur papier dans un bistrot parisien, leur rédaction n’acceptant sans doute que la dénonciation des tortures perpétrées par Bachar el Assad. Mais il est vrai aussi qu’il n’est plus parmi nous, Christophe de Ponfilly !

 

Devant l’évidence que, vraisemblablement pour la première fois depuis que sévit la collusion politico-médiatique, les bons peuples ne se sont pas laissés abuser par le gros mensonge de trop, on perçoit l’embarras qui s’est emparé des rédactions de tous bords. Tout ce dont elles ont inondé l’immense majorité des médias de masse à propos de la Syrie depuis au moins cinq ans, n’était le plus souvent que grossière propagande. Aussi, afin de ne pas perdre définitivement le peu de crédibilité qui leur reste, se mettent-elles, pour les plus "audacieuses", à distiller timidement un début de vérité, bien décidées cependant à ne pas vraiment reconnaître leur responsabilité.

 

Mea culpa de crocodile… Les vraies larmes sont du côté syrien. L’Occident ne s’est pas trompé. L’Occident – on sait ce que cela recouvre, y compris la diplomatie française à la remorque, a délibérément programmé l’effondrement de la Syrie pour des raisons que tout le monde connaît désormais. L’affaire était entendue depuis plus longtemps, mais l’occasion a été donnée en 2009 lors du refus de Bachar el Assad de laisser passer le gazoduc qatari sur le territoire syrien. "Une affaire de quelques semaines" péroraient alors nos brillants stratèges et autre "diplomate" de rencontre… Le moins que l’on puisse dire c’est que cela a raté.

 

Maintenant il faut le reconnaître en grand, avouer, demander pardon au peuple syrien souverain. Encore un petit effort, c’est ce qui arrive lorsque l’on se fait prendre la main dans le pot de confiture !

 

 

Source : http://www.magistro.fr/index.php/template/lorem-ipsum/du-cote-des-elites/item/2609-encore-un-petit-effort

 


Partager ce texte :

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    CL Yves LE COZ (mardi, 22 mars 2016 11:29)

    REMARQUABLE ! ...hélas !!!!!!

    Mon avis émis à l'aulne (!) de deux années au M.O. (15 mois au Liban, 1 an à Damas )
    Véritable terroriste de " l'ordre (lamentable ) établi" , oui ! j'ai le front d'oser depuis des années soutenir la Syrie celle du père et celle du fils .Encore une fois mon pauvre Pays se trompe de cible ,parfaitement ignare de ce qui nous lie ,depuis...François premier et les "capitulations'" ,au M.O. j'en passe et d'autres !

    Remarquable analyse, oui : ce qui ne m'étonne pas !Fils et petit-fils d'officier de marine,ayant servi à l'EM/ALFOST (Houilles Crarrières) à mon retour du M.O. j'ai eu l'occasion de constater combien les officiers de marine savent être "pointus" ....Ceci, Amiral, en toute insolence d'un "biffin" , ex "lieutenant-colonel de frégate" et ci-devant colonel d'Infanterie, retiré (jamais "en retraite" car ..quelle honte pour un soldat !)

    CL Yves LE COZ