Suicide d'une "Sentinelle"

par le Col. Michel Lucas - le 25/06/2016.


Colonel (CR) Michel LUCAS

 

 

Mes chers Peti’cos,

 

J’apprends un peu par hasard et par un triste communiqué de presse que le 24 ou le 25 juin dernier, « un militaire, appartenant à l'opération Sentinelle, se serait suicidé d"une balle dans la tête dans un local du sous-sol des Galeries Lafayette réservé aux militaires déployés le long du boulevard Haussmann. Il aurait fait usage de son arme de service, indique Le Parisien. Un employé aurait découvert le corps. D'après France Info, il portait son uniforme au moment du drame. Une cellule de soutien psychologique aurait été ouverte pour les collègues de l'homme... »

Toutes mes pensées et mes prières accompagnent ce Soldat, jeune parachutiste tombé « en opération » dans l’indifférence générale, seul, solitaire et sous une balle française. Dans un sous-sol – peut-être un soupirail laissait-il filtrer la lumière du jour- celle de la Vie - mais sa désespérance a été la plus forte. Un Soldat, un local, un sous-sol : C’est terrible, c’est odieux, c’est abject.

Mes prières accompagnent également ses proches, ses parents désespérés...peut-être sa jeune fiancée...

A n’en pas douter, mes amis, ce jeune soldat avait dû s’engager pour SERVIR dans l’enthousiasme de ses vingt ans, conforté par les perspectives prometteuses vendues par les clips de recrutement si parfaits de la DICOD et du SIRPA. A n’en pas douter...

 

Une cellule de soutien psychologique aurait été ouverte pour les collègues de l'homme... rapporte France Info. OK pour les collègues de l’homme...

 

Rien sur les ondes, pas de buzz pas de scoop- un soldat qui se suicide pensez-vous...ça ne rapporte pas. Le ministre s’est-il rendu sur les lieux ? Nos stratèges cravatés des instituts de prospectives stratégiques ont-ils mené des tables rondes sur cette nouvelle expression du terrorisme : le suicide de SENTINELLE ?

RIEN n’a filtré.

 

Soldat de l’opération SENTINELLE mort en opération, son cercueil aux 3 couleurs descendra-t- il

l’Esplanade des Invalides ? (Ou l’enquête va-t- elle trouver une excuse, un motif - bavure classée - enfin un truc de prestidigitateur expliquant un comportement congénitalement suicidaire qui aurait pourtant déjoué les tests de sélection réputés imparables du recrutement ?)

 

Il me revient qu’à quelques jours de ce drame en un autre lieu, à Eurosatory, devant un parterre garni d’industriels, le chef de l’armée de Terre glosait dans son discours sur la QUALITE de la QUANTITE (gloups !... La qualité de la quantité...c’est quand même fort ! méditez les gars...la qualité de la quantité !) mais aussi sur l’incomparable FOUDROYANCE des composantes, plus particulièrement de la composante terrestre « Système d’hommes », comme l’avait qualifiée brillamment un de ses prédécesseurs...

La FOUDROYANCE de SENTINELLE !! parlons en : VIGIPIRATE -SENTINELLE : Depuis 18 mois les FORCES TERRESTRES françaises, devenues supplétives des ressources syndiquées du ministère de l’Intérieur par la volonté du gouvernement et par ce qui passe désormais chez le pékin averti, pour de la résignation du commandement, sont engagées sur le Territoire National dans une guerre proclamée comme telle (malgré une consommation des ménages jugée pépère par les instituts de sondage et des départs en vacances d’hiver ou d’été d’une grosse partie de la population insouciante mais- cela mérite d’être souligné- qui se pulvérise tout de même toute seule sur les routes de la douce France sans action participative terroriste et à raison de plusieurs centaines de victimes carbonisées, déchiquetés, déchirées chaque mois). Bref les routes de France c’est à part -ça n’est pas la guerre- mais partout ailleurs c’est la guerre, guerre hybride dissymétrique-pathétique-paranoïaque- et SENTINELLE assure la protection des lieux, biens et personnes identifiées comme sensibles...

Entre 7000 et 10 000 hommes (et femmes) mobilisés depuis 18 mois ai-je lu. C’est dingue !  Certaines unités en sont à 6 VIGIPIRATE soit plus de 220 jours à user leurs semelles de randjos dans des ruelles silencieuses, devant des portes closes-cochères ou non, dans l’indifférence générale des chalands, parfois recevant quelques discrets encouragements mais aussi supportant les quolibets des passants ou l’arrogance des propriétaires des lieux à protéger...

220 jours à fermer sa gueule, à prendre sur soi, à réfléchir, à enrager, à obéir, à déprimer.

220 journées sur 540 (18 mois...).

 

Quand je pense que moi à Coët – je me rappelle - au bout de 6 heures de garde au dépôt de Montervilly (1) j’en avait tout de même plein le c.l, malgré mes aptitudes spirituelles et contemplatives et mes actions de grâce répétées envers le Créateur de ce bel univers- pour faire passer le temps plus vite- envoûté que j’étais par la forêt de Brocéliande qui nous encerclait et que j’observais du haut de mon mirador...

 

220 jours : quand on a vingt ans c’est interminable.

 

Mais alors demain 230 jours et puis après-demain 240...Mes généraux ? Mais jusqu’où les emmenez-vous comme ça ??

 

Depuis 18 mois, ce renfort militaire aux carences des forces des polices et gendarmerie- qui était tout à fait compréhensible pour une durée limitée de quelques semaines, s’enlise depuis trop longtemps dans l’inaction et la démoralisation de vos soldats : C’est le DESERT DES TARTARRORISTES aurais-je envie de plaisanter en nous remémorant le film culte (et déjà à mon sens nullissime d’un point de vue militaire) de notre formation de jeunes Saint-Cyriens...mais au moins la génération des vaincus des événements d’Algérie nous annonçait pédagogiquement la couleur : la couleur exaltante de la guerre froide.

 

Pour finir, Sir Winston Churchill disait qu’il est meilleur d’être irresponsable et dans le Vrai que

responsable et dans l’Erreur.  Je ne me permettrais pas de procès d’intention aux responsables- ce serait bien malvenu- mais je dis la vérité.

Certains rétorqueront « Hey Lulu, c’est pas la vérité, c’est Ta vérité ... ». Bref c’est une vérité. Une vérité de citoyen.

Au nom de cette vérité s’il vous plait, Vous les chefs des forces, de leur préparation et de leur

entrainement, vous les inspecteurs, vous tous les chefs, vous qui déjà au Bois du Loup (2) étiez déjà des chefs, tournez-vous vers notre grand ancien le général de brigade, puis de division, puis de corps d’armée puis d’armée Édouard de Castelnau : comme lui, sachez préserver vos soldats, vos hommes, ne les usez pas inutilement, ne les abandonnez plus dans la désespérance de cette triste opération anti-opérationnelle.

Sachez imposer des décisions énergiques et justes aux politiques – de quelques bords

soient-il - pour arrêter la casse !!

(En d’autres termes y aurait-il un Piquemal bis-en mieux- pour relever le défi)

Il y a urgence pour éviter démoralisation, désertion, suicide(s)...

Et pour éviter la Honte.

Chic à ROLLET ! (3)

 

ML

 

(1) Montervilly : dépôt de munition du camp de Coëtquidan dont les élèves-officiers assuraient

périodiquement la garde 24 heures sur 24

(2) Le Bois du Loup : petit terrain d’entrainement sur le camp de Coëtquidan sur lequel se faisait la

formation de base des élèves-officiers

(3) Promotion Général ROLLET 1978-1980 : ROLLET le « Père de la LEGION »

 


Partager : 

Écrire commentaire

Commentaires : 0