Le point de vue d’un citoyen :

Plaidoyer pour un retour à l’éthique et au bons sens en politique

par le LcL Vincent Fauvell-Champion - le 25/03/2017.


Le hasard, le joli hasard de mon moteur de recherche préféré, m’a conduit à lire une fable de Jean Giono intitulée L’homme qui plantait des arbres. Il s'agit de l'histoire du berger Elzéard Bouffier, personnage de fiction, qui fait revivre sa région, localisée en Haute Provence entre 1913 et 1947, en plantant en toute discrétion et en toute illégalité des arbres. De cet acte discret et altruiste d’un paysan visionnaire nait toute une forêt et renait une économie. Dans le texte de Jean Giono, la délégation administrative imbue de ses prérogatives qui visite « la forêt naturelle » est en effet montrée comme incapable de saisir la portée d'une telle action individuelle entreprise par le berger visionnaire planteur d’arbres.

La conclusion du récit suffit à résumer la pensée de Giono.  

« Quand je réfléchis qu’un homme seul, réduit à ses simples ressources physiques et morales, a suffi pour faire surgir du désert ce pays de Chanaan, je trouve que, malgré tout, la condition humaine est admirable. Mais, quand je fais le compte de tout ce qu’il a fallu de constance dans la grandeur d’âme et d’acharnement dans la générosité pour obtenir ce résultat, je suis pris d’un immense respect pour ce vieux paysan sans culture qui a su mener à bien cette œuvre digne de Dieu ».

L'optimisme de ce récit de fiction vient inévitablement en échos avec l’œuvre fantasque, mais cette fois-ci bien réelle, de Ferdinand Cheval, modeste facteur de son état, qui édifia malgré les railleries pendant plus de trente ans dans sa propriété à Hauterives dans la Drôme un « Palais idéal ». Son palais est considéré de nos jours comme étant un chef-d'œuvre de l’art naïf et surréaliste dont les héritiers et la région Drômoise ne cessent d’en retirer depuis le 20ème siècle tous les bénéfices économiques et financiers. L’ancien petit fonctionnaire des postes Ferdinand Cheval déclarait à l’achèvement de son œuvre : « Pour distraire mes pensées, je construisais en rêve un palais féérique ». Par sa vision, non-bridée par les conventions sociales, cet homme simple et sans grande culture sut transformer ses songes les plus naïfs en une réalité artistique de pierre et de ciment. Il lui aura fallu un supplément de grandeur d’âme et une belle ténacité pour mener à bien son chef d’œuvre et cela malgré les incompréhensions de ses contemporains et ses maigres ressources. Il a prouvé qu’un grand dessein, c’est une vision et surtout une volonté de la faire aboutir.

C’est une évidence de le rappeler, le service de la chose publique, au sens le plus noble, doit se fonder sur la même constance dans la grandeur d’âme, c’est-à-dire sur l’éthique et sur la volonté d’agir sur le temps long afin de répondre aux aspirations légitimes des citoyens. En France et en Europe, les responsables politiques et économiques devraient se référer plus souvent avant toute prise de décision à la fameuse citation du président Abraham Lincoln : « La démocratie est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». Une telle affirmation éthique et de bon sens vise à exclure de fait toutes les formes de déviances qui entrainent inévitablement la démocratie vers l’oligarchie, la ploutocratie, et le népotisme. En d’autres termes, la Liberté s’obtient par les armes et se défend par le respect de la loi.

xx

Notre pays et l’Union Européenne souffrent depuis bien trop longtemps d’une politique sans vision à long terme et sans grande envergure, rythmée par des petites phrases et des querelles intestines particulièrement stériles qui gouvernent les esprits des citoyens vers le bas.

 

Certains pensent avoir trouvé le remède miracle pour changer cela, en remettant systématiquement en cause les institutions admirables et solides de la Vème République afin de créer à la place une funeste VIème  République (c’est-à-dire vers un inévitable retour à une sorte de IVème République et au régime néfaste des partis). Le spectacle navrant d’une majorité qui se déchire au palais Bourbon doit nous rappeler que sous la République précédente il fallait parfois 13 tours de scrutins pour élire un président ! Pourtant depuis 1958, la Vème  République a subi 24 révisions constitutionnelles par l’application de l’article 89 et une révision par le référendum d’octobre 2000 entérinant la réduction du mandat présidentiel à cinq ans. Alors le malaise politique actuel prouve qu’il s’agit de toute évidence de la faillite des « élites », pas des institutions ! Beaucoup trop d’élus et de dirigeants de notre pays font un mauvais usage de la stabilité politique des institutions.

 

Il en est de même pour l’Union Européenne. Par réflexe pavlovien, certains pensent qu’en changeant la constitution de l’Union Européenne les peuples européens se mettront soudainement à aimer l’Europe des financiers, des marchands et des technocrates. Que nenni ! La France et l’Europe ont surtout besoin de femmes et d’hommes politiques visionnaires, honnêtes et altruistes capables d’une réflexion collective dénuée de technocratie, d’idéologie et de démagogie.

 

La pensée politique actuelle, dépourvue d’une colonne vertébrale solide, est devenue médiocre et sans éthique. Elle désole les peuples. Les citoyens ne veulent plus d’aigrefins et de Tweeters nombrilistes pour les représenter.

 

xx

 

L’Europe des Nations doit désormais s’imposer face à la vision bureaucratique, normative et irritante des technocrates bruxellois.

 

Ces apôtres des politiques néo-libérales à outrance qui considèrent que l’alpha et l’oméga du crédo européen est celle du marché et du libre-échange sans régularisation nous conduisent inexorablement dans une impasse. Le dumping sous toutes ses formes (social avec le statut aberrant des travailleurs détachés, environnemental, sanitaire, fiscal, monétaire, culturel etc…) qui abaisse au lieu de protéger n’est certainement pas une bonne politique durable sans l’application d’un solide pacte social, économique, environnemental, sanitaire, fiscal et culturel identique dans tous les pays européens. Il faut du bons sens. « La sécurité nationale et la sécurité sociale sont, pour nous, des buts impératifs et conjugués. L’affaire sociale est la grande affaire pour demain » - Mémoires de guerre du général de Gaulle.

 

Cela signifie que l’humain doit toujours demeurer au centre de toute décision politique digne de ce nom afin de refaire la cohésion sociale de nos peuples qui sont malmenés et parfois trahis par ses dirigeants. Pour s’en convaincre, je vous invite à aller voir l’admirable film Moi, Daniel Blake réalisé par Ken Loach, qui a obtenu la Palme d’Or au Festival de Cannes en 2016 et le César 2017 du meilleur film étranger. Ce film dénonce la violence sociale et la maltraitance du petit peuple par des serviteurs zélés des Job Centres qui appliquent, sans intelligence aucune et surtout sans scrupule, la politique cynique et kafkaïenne voire même malthusienne de l’ultra libéralisme poussé à l’extrême.

 

 

Le désespoir naît de l’aveuglement intellectuel de ces politiques qui au lieu d’imposer un ajustement symétrique du contrat social et des salaires en Europe (le salaire minimum en Europe varie entre les pays de l’UE de 1502 euros et 215 euros) imposent une vision comptable et une loi dite du marché sans grand dessein à long terme.

 

La cogestion des entreprises et l’actionnariat salarial doivent être les seules pistes qui vaillent pour que nos économies aient un jour un avenir radieux. L’avidité sans fin des « happy few » n’est pas une bonne politique économique. Cette avidité des décideurs économiques et financiers n’a pas d’avenir ni dans notre pays ni d’ailleurs en Europe. Il est grand temps d’imposer en Europe un ajustement symétrique des salaires européens avec un nivellement vers le haut pour empêcher que ne perdurent le dumping social et la casse des entreprises. Peut-on imaginer qu’aux Etats-Unis un habitant de l’Alabama ou un habitant de la Californie connaissent des écarts de pouvoir d’achat aussi important que ceux qui existent actuellement en Europe entre un ouvrier français ou un ouvrier portugais ou un ouvrier tchèque ! L’UE et la zone euro ne peuvent pas fonctionner ainsi durablement sans un ajustement des règles économiques, financières et fiscales mais aussi et surtout sans supprimer définitivement les paradis fiscaux qui perdurent au Luxembourg et en république d’Irlande (pour ne citer qu’eux), car ils sont la cause de ces maux.

 

La commission européenne doit cesser d’exiger systématiquement la baisse des charges sociales pour les entreprises alors que ces charges sont en fait des cotisations sociales au bénéfice des citoyens et de leurs familles. Il convient également d’imposer une juste répartition des bénéfices entre les salariés, les dirigeants et les actionnaires. Chacun doit comprendre que nous dépendons tous d’une communauté de destins et non d’une communauté d’intérêts. Il faut donc du bon sens, et encore du bon sens pour contre carrer le corporatisme des uns et l’égoïsme des autres.

 

En d’autres termes, nous subissons depuis bien trop longtemps la mondialisation en France (avec son chômage de masse) et dans l’Union Européenne parce que certains le veulent bien ! L’ennemi, ce n’est certainement pas la finance, mais l’injustice sociale créée par ceux qui se gavent de manière obscène.

 

Nous avons le devoir politique d’imposer en France et en Europe une éthique dans l’économie capitaliste sans pour autant tomber dans la démagogie. Les hommes d’affaires, les industriels, les banques, les commerçants et les exploitants agricoles doivent faire des affaires pour faire prospérer leurs entreprises et créer des richesses, mais certainement pas aux dépens du peuple et de l’Etat. L’Etat devra en contrepartie cesser de faire preuve de duplicité vis-à-vis des entreprises et du peuple en recentrant principalement son action sur ses ministères régaliens. Le temps des taxes punitives et de l’insécurité fiscale doit impérativement cesser.

 

Pour faire société, tout le monde doit être gagnant-gagnant selon la formule consacrée. Si certains en doute, qu’ils étudient l’histoire. Ils verront que les opprimés ont toujours vaincu les oppresseurs. De plus, la moralité à géométrie variable de certaines « élites », dont les actions sont dénuées de scrupules, fait naître indéniablement une forme de rejet et de désespoir parmi les citoyens. 

 

La situation actuelle de cette Europe est d’autant plus désespérante, lorsque l’on apprend que l’ancien président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, rejoint la banque d’affaires américaine Goldman Sachs pour gérer l’après Brexit et aussi sans aucun doute le destin de l’Europe ! Alors que dans le même temps les Etats-Unis et l’Europe, sont toujours en pleine discussion d’un traité transatlantique de commerce et d’investissement malgré l’élection récente du président Donald Trump qui se montre totalement hostile à l’Union Européenne par ses déclarations à l’emporte-pièce.

 

D’autre part, l’Europe subit depuis la crise financière de 2008 un véritable diktat des Etats-Unis d’Amérique qui impose l’extra territorialité de ses lois en infligeant des amendes record aux banques européennes qui ont osé commercer en dollars en dehors du territoire américain avec des pays frappés d’embargo économique par les seuls Etats-Unis. Pourtant, nous avons du mal à penser que ces banques européennes n’ont pas agi ainsi sans avoir eu auparavant l’aval de leur gouvernement et de l’UE. Etrangement, l’Union Européenne ne s’est pas opposée à cette hyper puissance américaine qui impose impunément sa justice et ses lois au reste du monde : « Yes, We can » ! C’est véritablement tout un symbole ce manque d’éthique des « élites » européennes et cette mainmise du capitalisme financier de cette banque Goldman Sachs qui est à l’origine de la crise des subprimes et du tour de passepasse qui avait permis à la Grèce de rejoindre la zone Euro avec les conséquences funestes que l’on sait. On aurait voulu torpiller l’Europe que l’on ne s’y serait pas pris autrement ! N’est-ce pas ?

 

Hélas, ce manque d’éthique n’est pas un cas isolé en France comme en Europe, car nous avons appris depuis que l’ex-commissaire à la concurrence, Madame Neelie Kroes, et ex-vice-présidente de la commission Barroso pourrait prochainement devoir s’expliquer devant la Cour de justice de l’Union Européenne sur son rôle d’administratrice d’une société offshore aux Bahamas durant son mandat.

 

Ces élites sont devenues les meilleurs agents de propagande anti UE lorsqu’ils osent invoquer pour se dédouaner qu’ils agissent en conformité avec le code de conduite de l’UE ! Fort heureusement, nous sommes rassurés, il existe un code de conduite de l’UE. Ces belles personnes, assurées de leur bonne conscience, prennent véritablement tous les citoyens européens pour des bœufs. Ce n’est pas être grand clerc que de prédire qu’il y aura un jour un grand nettoyage des écuries d’Augias pour se débarrasser, une bonne fois pour toute, d’une forme déguisée mais tellement visible de ploutocratie rampante. Je suis persuadé que l’esprit de la nuit du 4 août 1789 s’exprimera de nouveau lorsque le peuple souverain décidera de remettre de l’ordre dans tout cela.

 

Cette classe politique française et européenne nourrit paradoxalement dans sa jeunesse par une pensée dominante à la fois marxiste, trotskiste, maoïste, maurassienne et d’extrême droite, mais aussi libérale est bien éloignée de la rectitude éthique d’un Charles de Gaulle, président de la République, qui rappelons-le renonça à sa retraite d’officier général puis à celle de président de la République pour ne vivre que de ses droits d’auteur. Ce président, vertueux par principe, insista pour faire installer un compteur électrique dans ses appartements privés à l’Elysée afin de régler lui-même ses factures d’électricité. Quelle leçon !

 

Il nous a démontré que la politique doit être faite avec une éthique et de la volonté au service de grandes idées ambitieuses et progressistes pour la France. C’était un homme politique pragmatique et visionnaire, qui outre la mise en place d’une constitution admirable qui donne du poids à l’exécutif, y compris en utilisant quand il le faut l’article 49-3, sut lancer et conduire une politique de grands projets qui perdure encore de nos jours. Nous devons conserver à l’esprit son message politique dans le fait qu’il ne faut faire aucun compromis avec la souveraineté nationale y compris dans le cadre européen lorsque l’intérêt national est en cause.

 

C’est à l’Union Européenne de s’adapter aux Nations et non l’inverse. L’œuvre sociale du président de Gaulle était centrée sur la participation. Ce qui signifiait que les richesses produites devaient être partagées pour tous au sein des entreprises. C’est une forme de bon sens en politique que nous devons exiger de faire appliquer maintenant par nos dirigeants par souci de la justice sociale en France et dans l’Union Européenne. Les représentants des salariés doivent impérativement avoir voix au chapitre dans les conseils d’administrations des entreprises pour instaurer un véritable dialogue social.

 

xx

 

L’Europe, celle que nous aimons, ne se fera pas sans l’adhésion des peuples et des nations.

L’Europe des cœurs, l’Europe du courage est notre seul avenir. L’approche technocratique « Top down » de l’actuelle Union Européenne ne marche pas et ne marchera jamais. Elle doit très vite être abandonnée si nous ne voulons pas aller à la catastrophe. L’Europe a été construite pour éviter que ne se reproduisent les cauchemars des deux guerres mondiales. Elle doit maintenant se construire sur un rêve commun. C’est-à-dire sur une vision d’avenir et sur une ambition commune qui se mettront au service de l’homme et de nos nations européennes afin de créer des richesses pour tous.

Une certaine élite française, comme celle de l’Union Européenne d’ailleurs, n’échappe pas hélas à un manque flagrant d’éthique. L’actualité nous le rappelle en ce moment tous les jours. J’invite le lecteur à lire le remarquable ouvrage de Raphaëlle Bacqué intitulé Richie. On y découvre avec effarement l’immoralité de la nouvelle aristocratie au mérite issue de certaines grandes écoles. Ces serviteurs déviants de la République, ils se qualifient eux-mêmes ainsi, sont devenus de fait pour certains d’entre eux des petits marquis parfumés avides d’argent et qui n’hésitent guère à priser la cocaïne et d’autres substances illicites. Une nouvelle communauté de vices empreinte de narcissisme nous gouverne. Cette nouvelle élite à la française d’ « happy few », décorée parfois par notre République des grands ordres nationaux, ose affirmer sans rire qu’il faut être déviant pour avoir la volonté de réformer !

 

Ce sont également ces mêmes élites de connivence qui au sein de l'OFCE et de France Stratégie, deux organismes subventionnés par nos impôts, défendent la création d'une taxation du logement principal des propriétaires. Ces grands penseurs économiques en arrivent encore à vouloir taxer ce qui a déjà été taxé. Dans leur délire égalitariste, ils se gardent bien de nous dire, si c'est le kolkhoze national qui financera l'entretien des biens immobiliers des propriétaires ainsi spoliés du fruit de leur travail et de toute une vie ! En clair, nos généreuses élites pétries d’archaïsmes et de certitudes passent leur temps à vouloir subventionner les cigales aux-dépens des fourmis qui font pourtant vivre ce beau et grand pays. Les moins de trente ans l’ignorent sans doute, mais la génération de leurs parents a remboursé pendant vingt ou trente ans des prêts immobiliers avec des taux d’intérêt qui variaient avant l’euro selon l’état initial de leur fortune de 4 à 15 %.

 

Que toutes ces belles âmes fonctionnarisées ou politiciens de métier, adeptes de la fiscalité confiscatoire à outrance du type « Yes, We Tax », se rappellent que Mrs Thatcher, la plus emblématique des leaders libéraux, était tombée avec son gouvernement après des émeutes populaires lorsqu’elle avait voulu imposer la Poll tax, un impôt locatif forfaitaire injuste et parfaitement inutile. Je pense personnellement que ceux qui citent Mrs Thatcher comme un exemple politique à suivre ne jouissent pas de toutes leurs facultés. Quel Etat européen veut s’inspirer du NHS britannique ? Un service de santé à l’agonie digne de feu l’Union Soviétique.  La politique de gribouille n’a jamais été une bonne politique.

Face à cette outrance hédoniste teintée d’un relativisme moral ou d’un dirigisme étatique, il convient de donner la faveur dans notre pays à la création d’une société de visionnaires désintéressés, de travailleurs acharnés, comme celle imaginée par Jean Giono et son héros Elzéard Bouffier et par le facteur Ferdinand Cheval.

Notons que la méthode utopique de Elzéard Bouffier inspire depuis une dizaine d’années des pays de la bande sahélienne, qui du Sénégal à Djibouti, malgré les guerres incessantes menées par les barbares islamistes et les brigands, ont décidé de réaliser une grande muraille verte de reboisement pour lutter contre la progression du désert. Cette utopie fonctionnerait paraît-il parfaitement au Sénégal. Une forme d’espoir renait ainsi par une politique volontariste visionnaire qui ferait très certainement bien plaisir à Jean Giono. Dans notre monde qui se délite, il faut désormais penser et agir dans le long terme en faisant preuve d’un solide bon sens et en utilisant délibérément  tous nos atouts. On ne récolte que ce que l’on a semé !  

La France et l’Union Européenne ont pourtant des atouts énormes qui ne demandent qu’à s’exprimer pour réussir.

Souhaitons que soit supprimé sans trop tarder et sans déviance aucune tous les freins et les vieilles lunes qui brident au lieu de libérer les énergies. Le manque de croissance économique et la sécurité douteuse de l’Union Européenne sont des fléaux identifiés depuis des décennies qui doivent maintenant trouver une réponse politique. Ainsi, il me semble plus que jamais, que les Nations Européennes doivent garder et renforcer leurs compétences régaliennes pour faire face à l’incurie actuelle des institutions hors sol de l’Union Européenne qui se montre incapable de faire face dans l’urgence aux crises récentes ; notamment sur les questions du terrorisme, des flux migratoires et des réfugiés à l’intérieur et en dehors du limes européen.

Les Etats-Nations de notre Europe, sans tomber dans le nationalisme et le populisme imbécile, mortifères et dangereux, doivent demeurer à la fois le socle et la planche de salut de l’Europe des Nations. Le retour de la puissance publique est une évidence et une nécessité absolue pour s’en sortir collectivement en Europe. D’autant plus lorsque l’on apprend que nos élites européennes, habituées à la mise en œuvre de la politique du « Top down » propre à une oligarchie administrative trop sûre d’elle-même, financent actuellement le projet EURISLAM avec un budget conséquent de 623 millions d’euros consacré à des recherches en sciences humaines pour l’Union Européennes de demain. D’autre part, le Think Tank Terra Nova propose à la France et à l’Europe de remplacer les fêtes chrétiennes de Pâques et de la Pentecôte par des jours fériés juif et musulman alors que les organisations de ces deux religions ne le réclament pas.

 

Ces projets visent tout bonnement à modifier notre identité et menace directement la fragile laïcité de notre République. La loi de 1905 avait permis à notre République d’écarter les catholiques du champ des décisions politiques de notre pays ; cette même loi ne servira pas maintenant de prétexte pour imposer l’islam et son avatar l’islamiste en France et en Europe sous la pression inconséquente des « élites » européennes et françaises.

 

La France n’a pas attendu l’Union Européenne pour faire une place à la religion musulmane dans notre pays. Pour preuve la République Française a financé en 1920 la construction de la Mosquée de Paris, première mosquée construite en France métropolitaine, pour rendre hommage aux dizaines de milliers de morts de confession musulmane qui avaient combattus avec bravoure pour la France pendant la première guerre mondiale. Cette décision remonte plus précisément au lendemain de la bataille de Verdun. C’est un symbole fort qu’il ne faut surtout pas oublier dans une période où nous célébrons le centenaire de la Grande Guerre. Depuis l’adoption de la loi de 1905, notre République reconnaît aux soldats de nos armées de vivre sans entrave leur foi religieuse aux quartiers et en opérations auprès des aumôniers militaires des trois religions du livre.

 

Bernard Maris, économiste, écrivain et conseiller scientifique de la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale, mort assassiné lors de l’attentat au siège du journal Charlie Hebdo, écrivait en 2013 dans un de ses articles : «… Les Français sont fous de généalogie. Tous nous avons un grand-père, arrière-grand-père, grand-oncle, grand cousin combattant ou mort. Tous les jeunes Français issus de l’immigration ont un ancêtre ou cousin d’ancêtre combattant des troupes coloniales mort pour la France ou maltraité par elle lorsqu’il revint sans pension. Dire «nos ancêtres les Gaulois» n’a aucun sens, mais dire «nos ancêtres de 1914», pour moi qui suis d’origine sénégalaise, malienne, marocaine ou vietnamienne possède une signification »… Les membres du Think Tank Terra Nova devraient s’inspirer de la sagesse laïque de Bernard Maris qui nous a laissé un livre posthume intitulé – Et si on aimait la France. L’affirmation de l’identité française est le cœur du sujet.

 

Pour ma part, je pense qu’il faut absolument lutter contre le communautarisme qui divise au lieu de faire aimer la France par tous ses citoyens. Toutes les composantes de la société doivent se reconnaitre dans notre République. Je prône donc la création d’une fête fédératrice un peu semblable à la fête de la musique et à la fête des voisins qui rassemblerait tous les Français dans des manifestations culturelles sur le thème de la fierté des origines régionales, ultramarines ou étrangères. C’est ainsi que s’incarnerait véritablement notre belle devise républicaine de Liberté, d’égalité et de fraternité ; et surtout la fierté d’être des Français de toutes origines. Une reconnaissance assumée par tous que nos origines sont multiples, mais que notre identité n’est qu’une. L’éducation nationale jouerait ainsi tout son rôle en développant ce sentiment réel d’appartenance à la Nation.

Les idéologues français et la technocratie européenne ne nous défendent pas. Ils font un travail de sape par idéologie et tentent de s’immiscer bien trop souvent dans des domaines régaliens réservés exclusivement aux Etats.  C’est le cas en particulier de la défense.

xx

Imaginons un instant la création d’une force armée européenne telle que celle souhaitée tout récemment par les technocrates bruxellois de la Commission européenne.

Posons-nous simplement la question : Les hommes de troupe des différents pays européens parleraient dans quelle(s) langue(s) dans une telle armée ? Ils parleraient bien entendu dans leur langue maternelle en appliquant leur doctrine militaire… Cela deviendrait rapidement une tour de Babel. De plus, qui dans l’urgence prendrait la décision de l’engagement opérationnel de cette armée européenne ? En fonction de quelle politique et en fonction de quelle vision commune, cette armée pourrait-elle être engagée ? Personne n’ose le dire, mais l’Europe à 28 ou à 27 avec ses coopérations militaires à la carte des états membres est actuellement une usine à gaz incapable d’agir efficacement dans des opérations extérieures de basse ou de haute intensité.

L’Europe, c’est combien de « Battle Groups 1500 »  ou de groupements tactiques à 1500 hommes capables de déploiements opérationnels en cas de crise ? La réponse est simple. Il n’y en pas, car il n’y a pas de volonté politique d’y parvenir. L’Europe acteur mondial sans envergure est actuellement incapable de mettre en application la Politique de sécurité et de défense commune (PSDC) décrite dans l’article V du traité de l’Union Européenne.

Les pays européens membres de l’OTAN l’ont bien compris en se méfiant de la PSDC de l’UE. L’Alliance Atlantique ne met en commun que des états-majors, des écoles et des unités très spécialisées de haut niveau (flotte AWACS, flotte de transport aérien C17, flotte de ravitailleurs, unités de transmissions stratégiques etc…) qui communiquent en langue anglaise en appliquant une procédure opérationnelle rigoureuse propre à l’OTAN. Les forces armées des pays membres de l’OTAN demeurent en revanche bel et bien celles des Nations qui doivent faire l’effort de consacrer au moins 2% de leur PIB à la Défense. Ce qui est loin d’être le cas.

Le bon sens fort heureusement prédomine encore dans cette organisation pragmatique ou l’application du droit de véto de chaque Etat membre est la règle en cas de défaut de consensus. Cela fonctionne parfaitement. Par le passé la France, l’Allemagne et la Belgique ont exercé ce droit de véto en 2003 en interdisant l’implication automatique de l’OTAN après l’invasion de l’Irak par  la « coalition of the Willing » dirigée par les Etats-Unis.

Les pays européens qui composent cette Alliance militaire, dont la France qui est un des pays fondateur, n’ont donc pas d’autres solutions pour préserver à la fois leur sécurité et leur autonomie de décision que de renforcer leurs propres forces armées et aussi bien entendu leur industrie de défense. La France détentrice de l’arme nucléaire, qui est une Nation cadre dans le domaine de la défense en Europe et au sein de l’alliance Atlantique, se doit de continuer d’avoir des ambitions fortes qui couvrent tout le spectre des opérations militaires.

On construit une armée sur trente ans en prenant courageusement les décisions politiques qui aboutiront quinze ans ou vingt ans après. Il n’y a pas de diplomatie réaliste et convaincante sans une défense forte qui reste le bras armé de la Nation. Gardons-nous à nouveau de baisser la garde en acceptant que la Défense et la Sécurité demeurent, comme dans les décennies de l’après-guerre froide, une variable d’ajustement budgétaire de politiques inconséquentes et peu visionnaires.

L’Europe sera forte, si et seulement si la France sait conserver son rang. L’Europe sans une France forte et fière d’elle-même n’a aucun sens. La France qui est une République laïque, ce qui signifie que les religions ne font pas la loi dans notre pays, ne peut pas se fondre sans se renier dans une entité supranationale molle et technocratique.

Conservons donc bien à l’esprit que l’Europe de la Défense, outre l’Agence Européenne de Défense (AED), n’est constituée que de l’Etat-Major de l’UE (EMUE) et le Comité militaire de l’UE qui se trouvent tous les deux à Bruxelles et d’un minuscule état-major de planification des opérations européennes (OHQ) qui est accolé au SHAPE (état-major stratégique de l’OTAN) à Mons. L’UE possède également cinq « états-majors nationaux » situés à Northwood (Royaume-Uni), à Potsdam (Allemagne), à Rome (Italie), à Larissa (Grèce) et au Mont-Valérien (France).

Le Brexit permet déjà une refonte de cette organisation pour la rendre plus efficace en marge de l’OTAN. Le 6 mars 2017, l’UE a décidé de créer une direction de gestion des missions militaires non-combattantes (essentiellement des missions d’entraînement - EU training Mission, EUTM) au sein de l’Etat-major de l’Union Européenne baptisée Military Planning and Conduct Capability - MPCC. Autant dire que cela ne représente pas grand-chose actuellement, mais que cela a néanmoins le mérite d’exister et d’assumer une volonté collective de compter sur les industries de Défense et sur les théâtres d’opération pour des actions militaires de stabilisation.

La mainmise de l’Europe sur la partie européenne de l’OTAN prendra certainement du temps, beaucoup de temps ! A moins que la rudesse politique et l’unilatéralisme du président Donald Trump nous aide à accélérer ce processus stratégique. En attendant, même si le drapeau de l’UE flotte déjà depuis 2003 sur le SHAPE avec l’accord de Berlin Plus et la création d’un OHQ de planification de l’UE, qui bénéficie des capacités de planification de l’OTAN, restons plus que jamais réalistes et pragmatiques… Disons seulement que nous avons maintenant la certitude qu’avec l’adoption du Brexit, le Deputy-Saceur (le numéro 2 du SHAPE est un poste occupé traditionnellement par un général britannique) ne pourra plus commander les opérations militaires de l’UE. 

Gardons-nous surtout de suivre la politique de gribouille de ceux qui préconisent à nouveau, par un réflexe anti états-uniens irréfléchi ou idéologique, le départ de la France du commandement militaire intégré de l’OTAN, alors qu’il n’y a pas fondamentalement de contradiction entre une défense de l’Europe forte et une OTAN forte. En réalité les deux organisations se renforcent l’une et l’autre puisqu’il s’agit dans les deux cas des mêmes armées et des mêmes soldats.

 

 En attendant, occupons-nous tout d’abord à la défense de l’Europe, donc à la défense de nos Patries, avant de pouvoir prétendre un jour à l’Europe de la Défense. La constitution d’une force armée européenne opérationnelle ne peut donc pas se construire ex-nihilo sans un investissement matériel et humain sur au moins une génération. Autant dire que cela nécessite auparavant la mise en place de convergences européennes fortes avec la volonté d’un nivellement par le haut. Par conséquent, cela suppose l’établissement d’une politique étrangère commune, d’une doctrine militaire commune, l’homologation d’académies militaires, la constitution d’états-majors et d’unités opérationnelles,  et aussi et surtout à la constitution d’une industrie de Défense complémentaire et solide entre toutes les Nations européennes. Pour le moment, on en est encore très loin lorsque l’on se réfère à certaines nations européennes qui ne jurent que par l’achat de matériels militaires américains sur étagère (F16 - F35 – hélicoptères Sirkosky et Boeing) au lieu d’acheter du matériel militaire européen.

Cependant, en parallèle du renforcement nécessaire de nos armées nationales, on pourrait imaginer la création d’une puissance navale européenne. Cela aurait un impact fort sur la constitution du sentiment européen et la gestion de l’espace maritime européen. Les marins dans le cadre des missions de l’OTAN et de l’UE ont l’habitude de conduire des opérations multinationales complexes. Ce serait l’occasion de doter l’Europe d’une puissance maritime articulée autour de quelques pays ayant une tradition navale forte tels que la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la Grèce, le Portugal, la Hollande, le Danemark, la Pologne et la Suède… Ces navires seraient construits et armés par les Etats membres de l’UE en plus de leurs forces armées nationales et en dehors de la règle d’or des 3%. La création d’un grand commandement naval européen permettrait de mettre sur pied cette force navale conséquente en une demi-génération. Nos industries navales et nos arsenaux seraient ainsi renforcés. En cas de crise internationale, la décision de l’engagement opérationnel de cette force navale européenne ne se ferait qu’après l’engagement préalable en première réponse des forces armées et navales des nations européennes.

En définitive, une telle initiative s’appelle une montée en puissance volontariste de l’Europe pour passer de l’état actuel d’une « UE puissance douce » (EU soft power) conceptualisé en 1990 par l’américain Joseph S. Nye pour devenir progressivement une « UE puissance » (EU hard power) capable de répondre à la réalité du monde actuel.

 

Depuis la création de la Vème République, la France n’engage la vie de ses soldats que dans des opérations où ses intérêts vitaux sont menacés. Une nouvelle fois, lorsqu’il s’agit de la Défense Nationale, nous devons absolument conserver à l’esprit le message politique du général de Gaulle dans le fait qu’il ne faut faire aucun compromis avec la souveraineté nationale dans ce domaine si particulier, que ce soit dans le cadre européen ou dans le cadre otanien. Ce qu’il importe de retenir, c’est que la France de par sa constitution décide seule s’il convient d’agir militairement ou pas avec ses alliés en fonction des traités qu’elle a signés et des circonstances. Cela nous préserve d’un engrenage guerrier automatique.

 

La puissance nucléaire de la France ne se partage pas, elle en conserve intégralement la maîtrise (rappelons que la France ne fait pas partie du groupe des plans nucléaires de l’OTAN) ; même si son existence apporte de fait une contribution forte et essentielle à l’Europe. Le principe de dissuasion nucléaire, arme de destruction massive, a révolutionné l’art de la guerre sans pour autant supprimer totalement le brouillard de la guerre. Le général de Gaulle s’adressant à Kroutchev qui menaçait le monde libre avec son arsenal nucléaire lui répliqua : « Eh bien, Monsieur Kroutchev, nous mourrons tous ensemble » ! Belle réponse pleine d’ironie du supposé plus faible au supposé plus fort !

 

La guerre est maintenant aux portes de l’Europe qui se croyait naïvement immunisée de ce fléau. Il est temps de s’en inquiéter sérieusement en ayant une vision stratégique de la défense de nos pays et de l’Europe sur le temps long. C’est-à-dire sur au moins une génération.

 

A la fin de la première guerre mondiale combien d’autorités civiles et militaires ont eu assez de clairvoyance pour imaginer que vingt-cinq ans plus tard les soldats sauteraient en parachute depuis des avions de transport pour combattre au sol, que des forces mécaniques et aériennes allaient supplanter les gros bataillons d’infanterie de 1914-1918 en vitesse et en brutalité, que des flottes aériennes surgiraient de portes avions pour des attaques lointaines, que l’énergie nucléaire allait devenir une arme de destruction massive et que quarante ans plus tard les combattants seraient transportés par hélicoptères pour mener des opérations combinées… Personnes ou presque ! Pourtant certains le savaient et nos dirigeants n’ont rien voulu entendre. Qu’ils nous entendent maintenant avant qu’il ne soit trop tard.

Je veux conclure ce long développement consacré à la défense par une observation sur la symbolique que l’on constate sur les revers des médailles commémoratives de l’ONU, de l’OTAN et de l’UE. Il y a des leçons à retirer.  

Sur le revers des médailles commémoratives de l’ONU on lit en deux langues : « In Service of Peace - Au Service de la Paix ». Alors que sur le revers des médailles commémoratives de l’OTAN on lit également en deux langues : « In Service of Peace and Freedom - Au Service de la Paix et de la Liberté ». Sur le revers d’une médaille du service de la politique européenne de sécurité et de défense de l’Union Européenne on lit une devise en latin « Pro pace unum ». Ce qui signifie : Unis pour la paix.

Le plus petit dénominateur commun qui réunit tous les pays membres de l’ONU et de l’UE : c’est la Paix. Alors que le plus grand dénominateur commun qui réunit nos démocraties occidentales avec l’OTAN : c’est la Paix et la Liberté. En 1949, les pays membres fondateurs de l’OTAN, dont la France, qui avaient endurés les souffrances de deux guerres mondiales, n’ignoraient pas que la Paix n’avait pas toujours comme corollaire la Liberté. C’était le cas de l’URSS et des pays du pacte de Varsovie ; ces pays ne connaissaient que la Paix sans la Liberté.

Cette distinction du plus grand dénominateur commun est à conserver en permanence à l’esprit pour bien comprendre les idéaux du monde libre et de l’Alliance atlantique. La sémantique permet d’expliquer bien des choses ! Les berlinois qui ont vécu quarante-cinq ans de Paix en Liberté surveillée ont bien compris cette grande différence. « Ich Bin ein Berliner » proclamait le président John Fitzgerald Kennedy devant le mur de Berlin, c’était l’affirmation d’un idéal de Paix et de Liberté. En d’autres termes, il manque encore une dimension essentielle à notre Union Européenne. Lorsque l’on veut défendre la Liberté par les armes, il ne convient pas que chaque état membre de l’UE limite quand ça l’arrange sa coopération militaire en brandissant systématiquement le carton rouge ou le carton jaune !

L’éthique est un engagement de bon sens et de long terme. Le temps du patchwork européen a fait son temps. L’UE doit cesser d’être naïve et se doit de devenir une grande puissance forte de ses 500 millions d’habitants. Elle doit en premier lieu se faire respecter par son allié américain et crainte par ses ennemis potentiels.  

xx

 

 

Notre Europe demeure depuis sa création une coquille vide, un peu à l’image de Schengen, sans grands projets ambitieux capables de faire rêver sa jeunesse et de montrer son utilité.

Cinquième puissance économique mondiale, la France contrairement à ce qu’affirment les « déclinistes » est un pays riche qui possède le deuxième domaine maritime mondial derrière les Etats-Unis. C’est un atout considérable qui permettrait d’amoindrir voire même de contribuer fortement à l’effacement partielle de la dette de la France. Encore faut-il l’imaginer et surtout le vouloir.

Les américains et les canadiens se lancent résolument en 2017 dans l’aventure de l’exploitation des fonds marins au large de la Papouasie Nouvelle Guinée. La société canadienne Nautilus Minerals a mis au point en 2006 deux gigantesques machines d’extraction qui ressemblent à des chars d’assaut sous-marins avec à l’avant d’énormes roues dentelées et un char d’assaut sous-marin capable de récolter les nodules de cuivre, de cobalt, de tungstène, de nickel et d’or comme on récolterait des pommes de terre dans un champ. Les allemands s’intéressent beaucoup à ce projet comme le confirme l’Institut Leibniz d’océanographie situé à Kiel.

Cependant, faute d’une vision stratégique de la part de nos dirigeants, notre pays tire insuffisamment parti de ses richesses marines et sous-marines. Pourquoi laisser les nord-américains, les japonais et les allemands prendre le leadership dans ce domaine ? La zone économique exclusive (ZEE) de la France devrait pourtant peser beaucoup plus lourds dans la corbeille de mariés avec l’Union Européenne. Il y a dans ce domaine, outre les zones de droits de pêche, des gisements à exploiter de nouvelles ressources comme le pétrole, le gaz et les nodules polymétalliques.

Dans quelques décennies la planète sera peuplée de plus de 9 milliards d’êtres humains à nourrir, à loger et à fournir en biens d’équipement. L’exploitation raisonnable des mers sera une des solutions pour pallier à ce nouveau défi de l’humanité. La France doit dès à présent s’y préparer en préservant son agriculture et en s’intéressant à ses richesses marines immenses. Nos dirigeants peu enclin à faire de la prospective en raisonnant dans le long terme ne s’appuient pas suffisamment sur nos atouts que sont nos régions ultrapériphériques (R.U.P) d’outre-mer qui bénéficient pourtant depuis 2009 des mêmes droits dans le traité de fonctionnement de l’Union Européenne que les pays de l’Europe continentale.

Par conséquent, il convient dorénavant de lever des fonds européens, et de convaincre des investisseurs publics et privés. Le développement d’une véritable coopération stratégique en matière d'exploitation de notre espace maritime avec des pays intra européens et aussi éventuellement avec des puissances régionales, nous permettrait de relancer durablement notre recherche scientifique et technologique, de développer notre économie dans un domaine insuffisamment exploité, de doter notre marine nationale et de commerce de nouveaux navires, d’inciter l’Union Européenne à se doter d’une force navale digne de ce nom, de favoriser véritablement le développement harmonieux de nos départements d'outre-mer et aussi à s’intéresser à nos territoires d’outre-mer qui ne bénéficient pas du même statut juridique que les R.U.P. Tout est à imaginer et à construire dans ce domaine.

Hélas, le chemin sera encore long pour convaincre nos dirigeants et nos élus sur ce sujet qui demande une volonté et un effort d’imagination. L’exemple récent de l’Île de Tromelin dans l’océan Indien en est la parfaite illustration. Sans l’intervention courageuse de trois députés, qui ont lancé une démarche transpartisane avec le soutien de 11 000 signataires d’une pétition en ligne, le gouvernement aurait fait signer en catimini un traité de cogestion de l’Île de Tromelin avec l’Île Maurice alors que ce territoire appartient à la France. Imaginons un instant que le gouvernement de l’Île Maurice décide par la suite de déléguer ses droits de cogestion d’un territoire français à un pays tiers comme la Chine pour en exploiter les fonds marins, quelles en auraient été les conséquences ?

Pour ma part, je rêve d’entendre un jour tous nos chefs d’états européens élever véritablement le niveau d’ambition de notre Union Européenne, en allant bien au-delà du simple calibrage des petits pois ou de l’interdiction de l’émergence de grands trusts européens de classe mondiale, en déclarant comme l’avait fait en son temps le président John Fitzgerald Kennedy : « We choose to go to the Moon »… L’impulsion donnée à l’époque par le président Kennedy avait été formidable. L’Europe doit s’en inspirer et aller au-delà bien entendu du projet lunaire. L’Europe ne doit pas dépendre dans l’avenir des vols habités russes. La France avec le centre de lancement de Kourou en Guyane possède un atout exceptionnel. Notre pays se doit de convaincre l’UE de devenir à son tour une puissance spatiale à part entière. Nos dirigeants le doivent pour la génération montante qui se construira en imaginant et en trouvant les solutions pour y parvenir. Napoléon disait, il me semble à raison,  « le peuple a besoin de gloire et de tabac ». C’est-à-dire de l’essentiel et du superflu.

Certes on retrouve un peu de l’esprit d’Elzéard Bouffier dans les grands projets européens actuels que sont Erasmus, Galileo et le plan Juncker de relance de l’industrie en Europe avec un fonds d’investissement théorique de « 315 milliards d’euros », mais qui dans les faits atteindrait environ 60 milliards d’euros et complété en France par le programme d’investissement d’avenir (PIA1 et PIA2).  Ce sont bien entendu des réussites en devenir qui appellent surtout d’imaginer encore beaucoup d’autres projets encore plus ambitieux et encore plus visionnaires et surtout mieux incarnés. Espérons que le plan Juncker aura un effet levier dans les années à venir pour nos économies.

Les excès de la technocratie et de la bureaucratie de l’Union Européenne sont indéniablement les causes essentielles du Brexit.  L’Europe doit se réformer maintenant en faisant son aggiornamento et ne doit surtout pas se polariser sur le seul Brexit, mais sur des projets d’avenir ambitieux et protecteurs qui porteront le futur de nos peuples européens.

Le Brexit et ses conséquences, that’s it, c’est le choix de nos amis britanniques qu’ils en assument maintenant toutes les incertitudes. Les britanniques se sont tirés une balle dans le pied. Ils vont certainement claudiquer très longtemps. Le slogan de Thereza May « Global Britain » hors de l’UE sonne comme un slogan peut convainquant. Ce qu’il convient de retenir sur le Brexit, c’est le manque d’éducation et l’ignorance qui poussent certains à voter populiste. On s’interrogera certainement encore longtemps afin de comprendre comment un peuple si intelligent et pragmatique a pu se laisser berner par des leaders aussi peu convaincants et charismatiques tels que les trublions Nigel Farage et Boris Johnson. De toute évidence, ces deux nationalistes populo-conservateurs, peu inspirés, sont bien dépourvus l’un et l’autre d’une véritable vision stratégique claire pour l’avenir de leur propre pays.

La boite à Pandore s’apprête à s’ouvrir avec le Brexit. Les conséquences sont encore insoupçonnables. Quid de l’avenir de l’indépendance de l’Ecosse ? Quid des conditions de paix en Irlande du Nord qui sont actuellement financées par  l’union Européenne ? Quid des intérêts britanniques en Europe et en particulier de ses futures relations avec son enclave de Gibraltar revendiquée par l’Espagne ? Quid des intérêts financiers et surtout stratégiques de la Grande Bretagne à Chypre ?  Le Royaume Uni est un grand pays. Nos amis d’outre-manche ont été trompés par leurs élites. L’intérêt de la France est de continuer à dialoguer et à coopérer utilement avec les britanniques en reconnaissant que le Brexit, c’est effectivement le Brexit. Ils ne pourront pas obtenir que des avantages en dehors de l’UE. Néanmoins, nos destins sont liés en Europe et dans le monde quoique puissent en penser certains. Les démarches actuelles de l’université d’Oxford qui envisagerait d’ouvrir un campus à Paris pour continuer de recevoir des fonds européens pour ses recherches en est une parfaite illustration.

xx

Le manque de vision stratégique et intergénérationnelle de l’Union Européenne et de ses pays membres est une calamité.

A titre d’exemple que fait notre Union Européenne pour aider véritablement un pays ami comme la Tunisie qui a fait le choix courageux de la démocratie pour écarter le danger islamiste ? Tous les pays membres de l’UE devraient exiger que cette organisation épaule résolument ce pays ami à la fois sur le plan économique et financier. La Tunisie est à notre frontière. Le fait de ne pas en tenir compte est une faute historique impardonnable.

L’Europe se doit d’adopter une attitude qui corresponde au verbe dont elle use tant lorsqu’elle évoque la démocratie et les droits de l’homme. Frontex n’est pas la seule réponse au problème. Un partenariat européen avec ce pays ami est une absolue nécessité pour que vive la paix, la liberté et la démocratie.

En fait, l’UE devrait miser sur une coopération à long terme avec le continent africain. Ce continent augmentera sa démographie d’environ un milliard d’individus dans les trente ans qui viennent. Si l’on n’agit pas dès à présent en grande intelligence avec nos voisins du Sud en établissant avec eux et pour eux un grand plan de développement économique avec en contrepartie l’obligation de mettre en place d’un véritable partenariat d’éducation pour lutter contre les madrassas islamistes et la haine de l’occident, nous irons tout droit à la catastrophe.

L’UE a l’obligation de conduire elle-même cette coopération et de trouver tous les financements nécessaires des programmes de développement et d’éducation en liaison avec les gouvernements des pays africains concernés et avec des opérateurs économiques européens et africains clairement identifiés pour chaque programme.

Ainsi, l’intention de M. Jean-Louis Borloo d’électrifier le continent africain est une excellente idée qui doit absolument aboutir avec l’établissement d’un véritable « plan Marshall de l’UE pour l’Afrique » qui se doit de dépasser le cadre d’une fondation.

Les nations de l’UE doivent aussi prendre exemple sur nos villes européennes qui se sont jumelées par solidarité et non pas par charité dans des partenariats avec des villes du continent africain. Ces villes européennes sont des précurseurs qui font preuve de véritable  solidarité depuis des décennies au développement harmonieux des villes du Sud par le biais de coopérations décentralisées. C’est le cas en France de quelques villes de l’Essonne qui, au sein du réseau Essonne, Diéma, Douentza et Nioro-du-Sahel au Mali, agissent de concert avec une certaine efficacité en établissant des programmes utiles et qui sont intégralement financés, contrôlées et suivis dans le temps.

Si nous voulons empêcher que cette jeunesse africaine vienne se noyer par désespoir dans la mer Méditerranée, nous avons le devoir collectif de les aider à construire leur avenir sur leurs territoires. C’est sans aucun doute le meilleur moyen de lutter efficacement à la fois contre la misère, la montée de l’islamo-fascisme et du populisme qui menacent tous nos peuples en Europe et en Afrique.

Un autre questionnement est essentiel. Que fait actuellement l’UE pour développer une véritable politique Européenne de l’énergie sur le plan stratégique ? Pas grand-chose, alors qu’il existe d’après les experts un véritable eldorado énergétique en Méditerranée orientale avec de grandes réserves en pétrole et en gaz.

La Méditerranée orientale recélerait plus de 3 500 milliards de mètres cubes de gaz naturel. En s’associant à l’exploitation du gaz et du pétrole offshore avec les pays clés de la région que sont Israël, le Liban, l’Egypte et Chypre la paix tant souhaitée au Moyen-Orient depuis si longtemps deviendrait sans aucun doute un jour une réalité grâce à une prospérité économique qui serait partagée par tous.

Quand on n’a pas de vision, ce sont les autres qui en ont une pour vous.  Interrogeons-nous un instant sur la volonté de la Russie de Poutine de faire perdurer coûte que coûte les installations navales de la marine russe à Tartous et à Lattaquié en Syrie. Les russes sont de redoutables joueurs d’échecs. Ils ont toujours un coup d’avance sur l’Europe qui elle n’avance hélas aucun pion. La Une du journal Le Canard enchaîné d’octobre dernier n’était pas si caricaturale que cela en annonçant un faux plan secret entre Poutine et Hollande : « Toi bomber le torse, moi bomber Alep ! ». Le nom du président Hollande pourrait être aisément changé par n’importe quel autre dirigeant occidental tant la réaction occidentale est calamiteuse vis-à-vis de Poutine. La Russie a tout de même violé à plusieurs reprises des frontières terrestres en marge de l’Europe sans aucune réaction digne de ce nom. C’est d’une absolue gravité. Il faudra un jour en tirer des conséquences.

Que l’on soit pro Poutine ou anti Poutine ne suffit pas en soi, si l’on n’est pas capable d’en donner une vision claire des relations à long terme que l’on doit avoir avec ce grand pays. Sachant que la Russie fournit actuellement environ 30% du gaz consommé en Europe, il faut assurément se mesurer aux réalités avec réalisme et agir en conséquence.

L’Europe pourrait diversifier ses approvisionnements de gaz et de pétrole auprès des pays du nouvel eldorado gazier et pétrolier en Méditerranée orientale. L’engagement guerrier de la Russie en Syrie est manifestement une reprise en main du Moyen Orient. Il y a aussi du gaz au large de la Syrie. La Russie le sait et l’Europe n’en a pas suffisamment conscience ! Une véritable stratégie sur l’énergie, qui s’allège de toute réglementation inutile, est le seul moyen pour les pays européens de ne pas être totalement dépendants de la Russie sur le plan énergétique. Il faut choisir d’agir maintenant ou subir quand tout sera joué.

L’observateur attentif constatera que la Chine avec son géant pétrolier CNPC et la Russie avec Gazprom ont signé en 2014 après une décennie de négociation un contrat d’approvisionnement en gaz d’une durée de trente ans pour un montant gigantesque de 291 milliards d’euros. En obtenant ce fabuleux contrat gazier la Russie a réussi à pallier les sanctions économiques liées à la crise ukrainienne. Personne ne s’interroge sur l’efficacité réelle des sanctions économiques des européens vis-à-vis de la Russie.

Depuis 2013, le consortium Noble Energy (américain) et Delek (israëlien) exploite le gisement offshore de Tamara à environ 80 kilomètres au large de Haïfa. Ce consortium a pour objectif à l’horizon 2019 de réaliser un gazoduc afin d’exporter le gaz de Méditerranée orientale vers l’Europe en s’appuyant sur Chypre, qui possèderait aussi ce même potentiel de réserve offshore, et sur la Grèce. La Grèce que l’on accable inutilement depuis Bruxelles et depuis l’Allemagne (Monsieur Wolfgang Schäuble devra mettre un petit peu d’eau dans son schnaps) risque d’être un jour un pays majeur pour la distribution du gaz en Europe. La Russie en a sans doute bien plus conscience que l’Union Européenne ! J’y ajouterai aussi la Chine, qui comme par hasard possède désormais 67% du port du Pirée. L’Europe aurait été bien plus inspirée d’acquérir ce port contre le remboursement de la dette grecque. Mais où sont les grands esprits européens !   

Depuis 2015, la compagnie ENI (italienne) exploite le gaz offshore Egyptien de la zone prometteuse de Nooros. Que peut-on dire de plus, sinon que cette Union Européenne manque tragiquement de vision stratégique. Que dire également de la Commission européenne qui avait empêché en février 2016 avant d’y renoncer récemment au mariage d’Ariane et d’Airbus de peur de favoriser l’émergence d’un numéro un mondial qui écraserait ses concurrents américains, russes et chinois. Qui veut vraiment de cette Union Européenne aux petits pieds ? Imagine-t-on un seul instant que les concurrents de l’Europe auraient de tels scrupules !  Surtout depuis que le nouveau locataire de la Maison Blanche s’appelle Donald Trump.

Pour illustrer l’étendue du désastre, que crée actuellement notre Union Européenne de technocrates et de ploutocrates, il convient de méditer sur la réflexion ironique de Madame Emma Marcegaglia présidente de l’association patronale européenne de Business Europe qui déclare : «Quand il y a une innovation technologique, les américains en font un business, les chinois la copient et les européens la réglementent et imposent des nouvelles taxes.». Hélas, tout est dit !

Au moment où l’ère de la révolution numérique annonce une quatrième révolution industrielle avec l’émergence des usines nouvelles « smart factories 4.0 » il faut absolument s’y préparer en faisant preuve une fois de plus d’intelligence.

La mutation du « digital » demande aussi une mutation des esprits et surtout une intelligence d’opportunité. L’Etat doit y jouer pleinement son rôle en mettant en adéquation l’éducation nationale et la fiscalité pour encourager l’investissement et la relocalisation de l’outil industriel. Or, ce n’est pas le cas. La première réponse du Parlement européen et du parti socialiste français aura été de préconiser la création de taxes sur les robots. Ces grands visionnaires, auteurs du grand Mikado fiscal et du grand désordre qui en découle avec un chômage de masse, imaginent très certainement que les robots de l’industrie 4.0 ne seront pas dé-localisables ! Les usines nouvelles n’existent pas encore, mais les entrepreneurs européens et français savent désormais qu’ils ne seront pas soutenus par l’Union Européenne et par la France ! La stratégie industrielle de nos pays ne doit pas être précédée par une vision fiscale confiscatoire qui paralyse et sclérose au lieu de libérer les énergies, les prises de risques créatrices de richesses et d’emplois. Comme toutes les technologies nouvelles, cette mutation du digital va très certainement entrainer des métiers que l’on ne soupçonne pas encore. En clair, quand le berger Elzéard Bouffier plantait des arbres pour créer une économie de sylviculture il n’imaginait en même temps la création immédiate de taxes sur les tronçonneuses et sur les camions de transport du bois. Il faut savoir laisser le temps au temps.

Le monde change à nouveau d’époque et la France et l’Europe n’en ont pas encore pleinement pris conscience. Pourtant, au 21ème siècle le numérique vit le début de son âge d’or. On en est encore très certainement qu’au tout début de cette révolution technologique et d’innovation. C’est la raison pour laquelle les Etats les plus avisés et les entreprises se battent actuellement pour gagner la bataille du contrôle de la fibre optique, des opérateurs de téléphonie mobile, des « data centres », des réseaux sociaux et des véhicules et des objets connectés.

Actuellement des applications de messagerie multiplateforme sont achetées à coups de dizaines de milliards de dollars. On assiste à une frénésie d’achats et de cotations en bourse de sociétés de l’Internet et du numérique comme les GAFA qui dépassent l’entendement. Il y a donc bien une raison à cela ! Pourtant l’observateur citoyen européen s’interroge sur la place bien trop modeste de l’Union Européenne dans cette bataille économique alors que nos sociétés sont bouleversées par la technologie du digital.

La France possèderait des atouts considérables dans ce domaine à en croire un article paru le 25 février dernier dans la revue britannique The Economist en indiquant que Xavier Niel, propriétaire de Free, a lancé en 2014 la création du plus grand incubateur au monde avec l’implantation de 1000 start-ups dans la Halle Freyssinet à Paris dans le 13ème  qui débutera en avril 2017. Dans ce domaine, la France est actuellement derrière la Grande Bretagne, mais elle est devant l’Allemagne. Notre pays, qui s’intéresse de plus en plus à la French Tech, doit tout mettre en œuvre pour favoriser les grands investisseurs français à suivre l’exemple de Xavier Niel afin de faire émerger un jour nos GAFA français et européens.

xx

x

Il est temps que nos dirigeants français et européens comprennent que l’homme n’est pas qu’un « homo œconomicus » à bas coût sans ambition pour lui et pour son pays. Ce n’est pas avec une mentalité de petit boutiquier, dont le seul projet politique est le respect de la règle d’or budgétaire des 3% et l’augmentation permanente des taxes et la diminution du temps de travail avec la création du revenu universel que l’on parviendra à élever les cœurs et les esprits de nos peuples. Comme le disait le président François Mitterrand lors du referendum du traité de Maastricht en 1992 « La France est notre Patrie, l’Europe est notre avenir » ; il convient désormais d’imaginer notre avenir en établissant d’ambitieux et grands projets nationaux et européens qui seront « notre nouvelle frontière » en favorisant la création de richesses par l’économie du savoir. En clair, il nous faut une France forte dans une Europe renforcée.

  Le rêve Français et le rêve Européen doivent rentrer dans nos têtes pour devenir une réalité de recherche d’une nouvelle frontière qui passera sans aucun doute par l’éducation, la culture et un soutien réel de l’apprentissage des langues, les sciences et la technologie, la justice sociale (le retour de la participation et à l’actionnariat salarié en opposition à l’Ubérisation rampante) et surtout la reconquête des pouvoirs régaliens des Etats.

En France, l’éducation, la recherche, la défense, les affaires étrangères, la sécurité, la justice, l’agriculture, et l’industrie sont des ministères sinistrés par une politique à la petite semaine et un manque de vision à long terme. Il est temps d’agir. Notre pays n’a certainement pas besoin de porter à la tête de la République un docteur Folamour d’extrême droite ou d’extrême gauche qui prône le repli sur soi par un manque flagrant d’imagination. N’ayons pas peur d’imaginer l’avenir à trente ans et d’agir en conséquence. J’espère seulement que le prochain président qui sera élu en mai 2017 osera définir cette nouvelle frontière avec les autres chefs d’Etats européens afin de relever ce beau et grand défi. Tout autre discours ne serait que baliverne, populisme, fanfaronnades politico-médiatiques et chicayas inutiles et surtout in fine un appauvrissement inexorable de la France.

Pour s’en convaincre je vous invite à lire un passage des mémoires  de guerre du général de Gaulle retraçant la période d’avant-guerre : « …L’inconsistance du pouvoir qui s’étalait en ce domaine. Non, certes, que les hommes qui y figuraient manquassent d’intelligence ou de patriotisme. Au contraire, je voyais passer à la tête des ministères d’indiscutables valeurs et, parfois, de grands talents. Mais le jeu du régime les consumait et les paralysait. Témoin réservé, mais passionné, des affaires publiques, j’assistais à la répétition continuelle du même scénario. A peine en fonction le président du Conseil était aux prises avec d’innombrables exigences, critiques et surenchères, que toute son activité s’employait à dérouter sans pouvoir les maîtriser. Le Parlement, loin de le soutenir, ne lui offrait qu’embûches et défections. Ses ministres étaient ses rivaux. L’opinion, la presse, les intérêts, les tenaient pour une cible désignée à tous les griefs »… 

Ce texte du général de Gaulle est tellement limpide qu’il aurait pu être écrit en 2017. C’est vraiment navrant de constater que nos « élites » actuelles ne sont guère différentes de celles de la IIIème République et de la IVème République ! De nos jours, ce ne sont certainement pas les institutions de la Vème République qui sont en cause, mais les femmes et les hommes politiques qui les dévoient par un manque d’éthique et de bon sens en omettant d’agir en fonction des seuls intérêts supérieurs de la Patrie et des générations futures de la France et de l’Europe.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0