Dès septembre 2016, se mobiliser pour rejoindre la réserve opérationnelle et la garde nationale

par le Gal François Chauvancy - le 30/07/2016.



 

Je ne devais pas écrire mais j’ai été tenté cette fois sur un autre site. Il est vrai que la période actuelle ne peut qu’inciter à réfléchir, agir ou réagir.

 

Le massacre d’un prêtre catholique âgé, l’assassinat de femmes et d’enfants, le mépris des règles élémentaires du respect dû à l’être humain, tout ceci conduit à s’interroger sur ce qui peut amener des individus à devenir des « non-humains ».

Une autre interrogation est celle de cette perception par l’entourage de ces « non-humains » qui les trouvent gentils, aimables, sans problèmes. Un tel aveuglement est-il concevable? Une telle capacité à se dissimuler est-elle crédible? Nous devons donc comprendre ce phénomène pour le combattre effectivement pour le prévenir, au moins anticiper.

 

En attendant, il est temps de se mobiliser même si la garde nationale décidée si hâtivement suscitera sans doute quelque difficulté avant d’être complètement efficace (Lire l’article sur Puractu.com). Ce qui n’a pas été anticipé, fait défaut lorsqu’une crise majeure apparaît. Cela pose à nouveau l’aptitude de nos dirigeants élus, certes par nous, à anticiper autant que possible l’avenir et des comptes éventuellement à rendre.

 

Dans la crise actuelle, quelles responsabilités imputées à nos présidents Chirac, Sarkozy, Hollande? Certes l’histoire, donc les générations futures, jugera mais nous, n’avons-nous pas des comptes à demander?

 


...Je ne sais pas sous quelle forme il conviendrait de demander des comptes à ces irresponsables qui ont conduit la France là où elle est aujourd'hui, mais j'espère qu'ils seront jugés par le tribunal de l'Histoire à défaut de l'être par celui des hommes. JMR


Partager : 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Leroy (samedi, 13 août 2016 16:31)

    La meilleure solution et la plus démocratique est le referendum d'initiative populaire ; mais il nécessite 1/5ième du Parlement et 1/10 des électeurs inscrits ; sous réserve que la question porte sur la réforme des structures d'état ou sur un traité (la CAFTA par exemple).
    Autant dire qu'il n'y a aucune chance, ne serait-ce que de trouver les parlementaires qui accepteraient de se lancer dans cette aventure à 9 mois des législatives !!
    Mais il y a aussi la révolution, mais nous avons passé l'âge. Alors il nous faudra attendre et étudier les projets des candidats et organiser des analyses à diffuser dans nos propres réseaux.