Non au grand Turc ...!

par le Contre-Amiral (2s) François Jourdier - le 10/03/2016.


Il ne faut pas négocier avec Erdogan : rappelons tout d’abord que la Turquie a été un curieux allié dansun curieux allié. Peu préoccupée par la guerre contre EI avec lequel elle a longtemps fricotté dans le pétrole, fournisseur d’armes au Front al-Nosra, sa seule hantise est de voir les Kurdes s’installer le long de sa frontière. Elle n’hésite pas à canonner les Kurdes syriens et même ceux de Turquie, ce que l’on reproche à Bachar.

On peut être sûr que c’est de la Turquie que peut venir une rupture du cessez-le-feu à peu près respecté en Syrie actuellement et souvenons-nous qu’ Erdogan n’avait pas hésité à faire abattre un avion russe sous de contestables prétextes.

La Turquie sous la férule d’Erdogan devient peu à peu une théodictature n’ayant aucun rapport avec les "valeurs" démocratiques européennes.

Il est évident que le déferlement soudain de migrants à travers la Turquie se fait avec sa bénédiction et qu’elle ne cherche pas à le contenir. Pourtant La Turquie est responsable de la garde de ses frontières, elle ne devrait admettre que ceux qui relèvent du droit d’asile – ceux qui sont persécutés - et refouler les autres. Elle doit ensuite prendre en charge sur son sol les réfugiés admis, comme le font le Liban et la Jordanie.

Il ne faut pas bien sûr, nier la responsabilité de Frau Merkel qui ouvrit sans consulter personne, les frontières de l’Allemagne, - et donc de l’Europe - à un million d’immigrés qui, pour elle, devait compenser l’hiver démographique que subit son pays.

 

Erdogan utilise les migrants comme moyen de pression sur l’Europe pour obtenir de nombreux avantages : la reprise des négociations pour l’admission de la Turquie dans l’Union Européenne, ce qu’il ne faut accepter à aucun prix, la suppression des visas pour permettre aux Turcs l’accès de l’Europe, qu’il faut aussi refuser, et une aide financière pour l’aider à l’accueil des migrants en Turquie.

Erdogan propose maintenant de réadmettre en Turquie ceux qui seraient considérés par les "hotspots" grecs comme migrants économiques, y compris les Syriens à condition qu’un nombre égal de ceux-ci soit admis en Europe. Elle propose aussi de se charger du tri sur son sol pour limiter les noyades pendant la traversée. Mais quelle foi peut-on avoir dans ces engagements pour lesquels elle demande une aide financière supplémentaire de trois milliards d’euros, en plus des trois milliards déjà promis (et pas versés) ?

On ne peut avoir aucune confiance en la Turquie d’Erdogan et plutôt que la carotte il faut utiliser le bâton. L’Union Européenne aurait avantage à menacer la Turquie de sanctions économiques comme celles infligées à la Russie, et à exiger que le tri des migrants soit effectué par elle en Turquie.

La lutte contre les ottomans est multiséculaire et - à part une alliance de circonstance de François 1er avec le Grand Turc -  fut constamment menée.

Il ne faut rien céder à Erdogan.

 

 

Source : http://www.magistro.fr/index.php/template/lorem-ipsum/avec-l-europe/item/2602-non-au-grand-turc

 


Partager ce texte :

Écrire commentaire

Commentaires : 0