EN FINIR AVEC LE TERREAU DU DJIHADISME

Par le Col. (er) Michel Nouaille-Degorce - St. Cyr - promotion "Nouveau Bahut" - 1945/47.


Source : Courrier de l'Ouest du 21/08/2016.


 

Ne nous leurrons pas : les attentats qui ont ensanglanté notre  pays ne sont pas probablement pas à la veille de s'arrêter. Nos gouvernants doivent en prendre conscience, eux et leurs prédécesseurs sont responsables. D'année en année, ils ont confectionné sur notre sol un terreau propice au développement du djihadisme, un excellent terreau à en juger par les résultats. Certains imaginent obtenir la paix par l'organisation d'un islam de France, ou encore par le versement de subventions et par des avantages spécifiques facilitant l'exercice de ce culte. Foin de tout cela ! Le problème est dans le terreau, ce terreau, suite à l'attentat du Bataclan, un certain ministre le voyait dans une défiance que nous aurions laissée s'installer à l'égard des musulmans au sein de notre société. Plus récemment, un député communiste le reliait aux trafics de drogue, d'armes et de misère endémique.

Ces explications sont courtes, trop courtes, indignes de qui assume ou prétend assumer des responsabilités politiques.

Les composants du terreau en cause sont autrement nombreuses et de façon générale, d'une toute autre nature, à savoir principalement :

L'acceptation que des citoyens français puissent aussi être citoyens  d'un pays étranger, c'est ignorer que "nul ne peux servir deux maître",

l'acceptation d'une immigration "communautariste" et non plus "intégrative",

l'acceptation  qu'il y ait des zones de non droit sur certaines parties de notre territoire,

l'acceptation qu'en certaines enceintes, un enseignement se fasse sur la base d'un livre contenant des appels au meurtre,

un système éducatif détruisant nombre de jeunes en les faisant monter de classe en classe sans qu'ils aient le niveau nécessaire,

un enseignement dévalorisant systématiquement l'Histoire de France,

d'officielles prises de position anti-racistes à effets pervers, des Droits de l'Homme transformés en une religion autorisant d'ignorer les droits de l'autre,

un code juridique "pousse-au-crime" par son laxisme débridé,

des juges farcis de bons sentiments et d'une candeur d'enfant de choeur,

enfin quelques autres facteurs que cet inventaire à probablement omis.

 

Rappelons-nous : le chauffeur qui a décapité son patron, ce n'était pas parce qu'il était chômeur, quant à cet assassin de Saint Etienne du Rouvray, il avait son lieu de prière tout près de l'église du prêtre qu'il a égorgé. En regard de tous les attentats récemment commis, le non accès au marché du travail ou encore le manque de lieux de prière, ce sont des questions d'importance seconde. Les traiter n'est pas sans intérêt. Mais si c'est dans l'intention de mettre fin au djihadisme, c'est poser un emplâtre sur une jambe de bois.

Tant que le terreau restera ce qu'il est, la récolte ne changera pas. Le rendre propice à notre "vivre ensemble national", voilà ce que nos gouvernants devraient proposer. La France a besoin de vrais jardiniers, non d'amateurs pétris d'idéologie.

Sans mesures de bon sens, point de salut.

 

 

Michel Nouaille-Degorce

 


...Félicitations mon Colonel et "Grand Ancien" pour cet article clair et bien senti....Comme vous, je pense que la situation de notre pays impose de ne pas rester "les deux pieds dans le même sabot...la même rangers" diront les plus jeunes pour peu qu'ils suivent votre exemple de Grand Ancien et qu'ils aient la volonté de ne pas subir les turpitudes de notre temps.

JMR

 

NB : Pour en savoir plus sur la promotion "Nouveau Bahut, se reporter à la page "Un peu d'Histoire..."

 


Partager : 

Écrire commentaire

Commentaires : 0