L'OTAN accroît les tensions en Europe

...par le Gal. Vincent Desportes - Le 28/02/2022.

Remarques fatiguées sur l’infatigable puissance maléfique américaine

26 Juin 2022 – Source Nicolas Bonnal + The Saker francophone.

Nicolas Bonnal

Biden et sa folle administration (on se croirait dans un Mel Brooks) veut faire la guerre à la Chine et à la Russie, anéantir l’Europe vassale et terroriser le reste du monde. Ils soutiennent les nazis ici, et les anciennes puissances fascistes et nazies là (Allemagne et Japon) qui devraient se confondre en excuses au lieu de jeter de l’huile de ricin sur le feu de ces guerres sans fin que tant de grands esprits américains ont dénoncé en leur temps, de Charles Beard à Smedley Butler.


Néocons et impérialistes sont infatigables avec leur planche à billets et leurs news en bandeau ; même leurs déculottée récentes ne les arrêtent pas, ces imbéciles de Nuland ou Kagan qui ont un vieux compte à régler la Russie (lisez Nietzsche ou Buchan, qui en savaient plus que les rédacteurs du Figaro). Ils me font parfois penser à Tom Cruise dans Collatéral, tueur enragé qui doit exterminer tout un petit monde pendant une nuit disco et qui ne s’arrête que faute de munitions. Là il s’assoit (on est dans le métro) et il meurt. Qui viendra VRAIMENT à bout des munitions américaines ? Qui viendra à bout du dollar, des consciences achetées, des populations avilies ? Ce pays empoisonne le monde depuis deux siècles, qu’il soit aux ordres des Illuminati ou des prédateurs extraterrestres (cf. Castaneda) et ce sur le plan énergétique, militaire, juridique, militaire ou culturel. Ce pays qui n’en est pas un (États-Unis d’Amérique ?) est une nuisance, il a été mis là pour mettre fin au monde (cf. Fukuyama) ; des dizaines de grands esprits l’ont dit, y compris américains (de Poe à Miller en passant par London ou Sinclair), chacun à leur manière ; mais c’est Dostoïevski qui remarque que l’Amérique jouit d’un charisme extraordinaire digne d’Oz ; elle emmène le monde à sa suite c’est-à-dire à sa destruction ontologique, comme le charmeur de Hamelin emmène ses rats.

Dostoïevski évoquant des « libéraux russes » :

Il a légué toute son immense fortune aux fabriques et aux sciences positives, son squelette à l’académie de la ville où il résidait, et sa peau pour faire un tambour, à condition que nuit et jour on exécuterait sur ce tambour l’hymne national de l’Amérique. Hélas ! nous sommes des pygmées comparativement aux citoyens des États-Unis ; la Russie est un jeu de la nature et non de l’esprit.

Dostoïevski encore :

Loin de là, dès le début, nous avions posé en principe, Kiriloff et moi, que nous autres Russes, nous étions vis-à-vis des Américains comme de petits enfants, et qu’il fallait être né en Amérique ou du moins y avoir vécu de longues années pour se trouver au niveau de ce peuple. Que vous dirai-je ? quand, pour un objet d’un kopek, on nous demandait un dollar, nous payions non seulement avec plaisir, mais même avec enthousiasme. Nous admirions tout : le spiritisme, la loi de Lynch, les revolvers, les vagabonds.

Tout est dit, et il n’y a rien à faire : si le plus grand écrivain du monde le dit…Les cons adoreront toujours l’Amérique, ils la diviniseront. Et si l’Amérique a donné l’ordre à Ursula (qui d’ailleurs est américaine) d’exterminer les Européens, elle le fera, et tous les vaccinés Pfizer-Netflix seront d’accord.

Le problème est que l’Amérique restera nocive même si elle prend une branlée en Ukraine après en avoir pris une en Afghanistan et ailleurs : car cette entité n’est pas un empire mais une matrice. Et au temps de l’intelligence ou plutôt de l’inintelligence artificielle cette matrice nous renvoie quand elle veut à l’âge de pierre (dixit Kilgore). L’anéantissement culturel occidental est fait sur ordre et Macron est là pour en terminer avec la France, ce territoire repeuplé par un peuple nouveau, toujours très occupé et adorant l’être.

Si vous pensez que j’exagère, lisez les grands historiens libertariens Beard, Flynn, Denson, Raico ou Shaffer Butler. Sur cet appétit de guerre humanitaire et cette imbécillité ontologique, lisez aussi le grand historien d’extrême-gauche Howard Zinn. Il rappelle dans son histoire populaire de l’Amérique :

La guerre avait été menée par un gouvernement dont les principaux bénéficiaires – en dépit d’un certain nombre de réformes – étaient les membres de l’élite fortunée de la nation. L’alliance tissée entre le gouvernement et les milieux d’affaires les plus influents remontait aux premières mesures présentées au Congrès par Alexander Hamilton, immédiatement après la guerre d’Indépendance. Quand la Seconde Guerre mondiale survint, cette alliance s’était développée et consolidée (p. 472).

Depuis Hamilton et la guerre d’indépendance menée par des marchands et des propriétaires esclavagistes (ancêtres de Leyen d’ailleurs), les jeux sont faits. Zinn ajoute après Tocqueville que l’Amérique adore la guerre :

Illustration d’une vieille leçon apprise par les gouvernements : la guerre règle les problèmes de maintien de l’ordre. Charles Wilson, président de la General Electric Corporation, fut si satisfait de la situation en temps de guerre qu’il proposait de perpétuer l’alliance du militaire et de l’économique afin de pratiquer une « économie de guerre permanente.

Ralph Raico a parlé de l’épouvantable rôle de Truman, rôle souligné ensuite par Kennan en personne (rappelons que les démocrates sont toujours plus dangereux que les républicains, y compris, rappelle Zinn, quand il s’agit de baisser jusqu’à extinction les impôts des oligarques et milliardaires) :

Et c’est ce qui eut lieu. Lorsque, immédiatement après la guerre, l’opinion publique américaine, lassée par les combats, sembla favorable à la démobilisation et au désarmement, l’administration Truman (Roosevelt était mort en avril 1945) travailla à créer une atmosphère de crise et de guerre froide. Certes, la rivalité avec l’Union soviétique était bien réelle – ce pays, sorti du conflit avec une économie effondrée et vingt millions de morts, était en train de faire un incroyable retour en reconstruisant son industrie et en confortant sa puissance militaire. Pourtant, l’administration Truman préférait présenter l’Union soviétique non comme un simple rival mais comme une menace immédiate.

La guerre sert à faire marcher, même mal, l’économie ; mais la guerre sert aussi à entretenir la peur, qu’elle soit contre le climat, la Russie, la Chine ou le désormais obsolète terrorisme islamique ; Zinn ajoute :

Par une série d’actions, elle instaura un climat de peur – et une véritable hystérie vis-à-vis du communisme – qui entraîna l’escalade progressive du budget de l’armée et la stimulation de l’économie nationale par le biais des commandes militaires. Cette combinaison permettait d’engager des actions plus agressives à l’étranger et plus répressives à l’intérieur du pays (p. 482).

Parfois on va un peu trop loin (on est tombé sur un os en Ukraine, quoiqu’en pense les généraux Gamelin ou le colonel yoga – ou Yoda ?…) ; alors le public râle un peu et on fait marche arrière :

En juillet de la même année, un sondage évaluant la confiance du public à l’égard du gouvernement entre 1966 et 1975 révélait que la confiance en l’armée était passée de 62 % à 29 %, la confiance dans le monde des affaires de 55 % à 18 % et la confiance envers le président et le Congrès de 42 % à 13 %. Peu après, un autre sondage révélait que « 65 % des Américains [s’opposaient] à l’idée d’une aide militaire américaine à l’étranger parce qu’ils [pensaient] qu’elle permet aux dictateurs d’opprimer leurs populations (p. 625).

Rassurez-vous, ce peuple bigarré américain qui est par excellence le peuple nouveau mondialisé-remixé-concassé a aussi une mémoire de poisson rouge. Alors on remet ça, et on en est à 200 guerres (Oliver Stone) menées par le démocratique Oncle Sam. Zinn cite des dizaines d’opérations militaires en Amérique du sud et en Asie (pensons au Japon) dès le dix-neuvième siècle : car on est là pour emmerder le monde, pour le « corriger » dans tous les sens du terme. Oh, cette scène de Shining quand le père sévère explique dans sa pissotière comment il a corrigé ses petites filles…

On termine avec Orwell, qui explique génialement la guerre interminable :

La guerre, si nous la jugeons sur le modèle des guerres antérieures, est une simple imposture. Elle ressemble aux batailles entre certains ruminants dont les cornes sont plantées à un angle tel qu’ils sont incapables de se blesser l’un l’autre. Mais, bien qu’irréelle, elle n’est pas sans signification. Elle dévore le surplus des produits de consommation et elle aide à préserver l’atmosphère mentale spéciale dont a besoin une société hiérarchisée.

Pour l’élite totalitaire américaine comme pour l’élite totalitaire européenne, cette guerre reste une affaire intérieure, destinée à faire plier la masse (Reset, vaccins, numérisation, etc.) :

Ainsi qu’on le verra, la guerre est une affaire purement intérieure. Anciennement, les groupes dirigeants de tous les pays, bien qu’il leur fût possible de reconnaître leur intérêt commun et, par conséquent, de limiter les dégâts de la guerre, luttaient réellement les uns contre les autres, et celui qui était victorieux pillait toujours le vaincu. De nos jours, ils ne luttent pas du tout les uns contre les autres. La guerre est engagée par chaque groupe dirigeant contre ses propres sujets et l’objet de la guerre n’est pas de faire ou d’empêcher des conquêtes de territoires, mais de maintenir intacte la structure de la société.

Orwell ajoute même qu’on entre dans un état de cauchemar permanent (pensez à leurs guerres contre l’humain polluant, le pétrole, le gaz, le russe et le virus, etc.) :

Le mot « guerre », lui-même, est devenu erroné. Il serait probablement plus exact de dire qu’en devenant continue, la guerre a cessé d’exister (p. 243).

Nicolas Bonnal sur Amazon.fr

Ridley Scott et le cinéma rétrofuturiste Les mystères de Stanley Kubrick Louis-Ferdinand Céline : La colère et les mots Guénon, Bernanos et les gilets jaunes

Sources

L’Empire va étendre l’OTAN en réponse à une guerre causée par l’expansion de l’OTAN


Par Caitlin Johnstone – Le 29 Juin 2022

Le président turc Erdoğan a officiellement retiré l’objection d’Ankara à l’ajout de la Finlande et de la Suède à l’OTAN, les trois pays ayant signé un mémorandum trilatéral lors du sommet de l’OTAN à Madrid.

La levée de l’objection d’Erdoğan aurait été obtenue grâce à d’importantes concessions de la part des deux autres pays, largement destinées à faciliter le conflit en cours entre la Turquie et les factions kurdes régionales, et elle lève le dernier obstacle à l’entrée de la Finlande et de la Suède dans le processus d’adhésion à l’OTAN. L’adhésion de la Finlande fera plus que doubler la taille de la frontière directe de l’OTAN avec la Russie, une préoccupation majeure de Moscou en matière de sécurité nationale.

 

« La Suède et la Finlande ont rapidement posé leur candidature à l’OTAN à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, renversant des décennies de politique de sécurité et ouvrant la porte à la neuvième expansion de l’alliance depuis 1949« , rapporte Axios.

Ainsi, l’empire occidental va à nouveau étendre l’OTAN en réponse à une guerre qui a été principalement causée par l’expansion de l’OTAN. Brillant.

Biden déclare que les États-Unis vont renforcer leur présence militaire en Europe alors que le sommet de l’OTAN débute à Madrid

 L’OTAN doit se mettre d’accord sur une expansion de ses forces en Europe de l’Est.

 par Dave DeCamp@DecampDave #NATO #NATOSummit #Ukraine #Russie #Europe https://t.co/JBMKIQh9UI pic.twitter.com/EkBjhvym9m

– Antiwar.com (@Antiwarcom) 28 juin 2022

 

Lors du même sommet de l’OTAN, le président Biden a annoncé des plans pour renforcer la présence militaire américaine en Europe, en réponse à la guerre en Ukraine.

« S’adressant au Premier ministre espagnol Pedro Sánchez, Biden a déclaré que les États-Unis allaient augmenter le nombre de destroyers de l’US Navy stationnés sur une base navale à Rota, en Espagne, de quatre à six« , rapporte Dave DeCamp d’Antiwar. « Le président a déclaré qu’il s’agissait de la première des multiples annonces que les États-Unis et l’OTAN feront lors du sommet sur l’augmentation de leurs forces en Europe, des mesures prises en réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. »

Cette nouvelle est publiée alors qu’un nouveau rapport de CNN nous apprend que l’administration Biden ne croit pas que l’Ukraine ait la moindre chance de gagner cette guerre, mais qu’elle ne veut toujours pas encourager un quelconque règlement négocié pour mettre fin à l’effusion de sang.

De CNN :

Les responsables de la Maison Blanche ne croient plus que l’Ukraine puisse un jour reprendre toutes les terres qu’elle a perdues au profit de la Russie au cours des quatre derniers mois de guerre, ont déclaré des responsables américains à CNN, même avec les armes lourdes et sophistiquées que les États-Unis et leurs alliés prévoient d’envoyer.

 Les conseillers du président Joe Biden ont commencé à débattre en interne de la manière dont le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, devrait modifier sa définition d’une « victoire » ukrainienne, en tenant compte de la possibilité que son pays soit irréversiblement rétréci. Des responsables américains ont souligné à CNN que cette pessimiste évaluation ne signifie pas que les États-Unis envisagent de faire pression sur l’Ukraine pour qu’elle fasse des concessions territoriales officielles à la Russie afin de mettre fin à la guerre.

Cela confirmerait ce que je dis, comme beaucoup d’autres, depuis l’invasion de la Russie : cette guerre par procuration est menée non pas dans l’intention de sauver des vies ukrainiennes en infligeant une défaite rapide à Moscou, mais dans l’intention de créer un bourbier militaire coûteux et épuisant pour affaiblir la Russie sur la scène mondiale.

Ceci est confirmé par un nouveau rapport de Politico disant que le Premier ministre britannique Boris Johnson a découragé le président français Macron de faciliter un accord de paix négocié entre Moscou et Kiev, ce qui confirmerait un rapport antérieur des médias ukrainiens selon lequel Johnson avait découragé le président Zelensky d’un tel accord lors de sa visite à Kiev en avril.

Cela confirme l’histoire de la Pravda ukrainienne d’il y a quelques mois. Les élites politiques anglophones ne veulent pas que cette guerre se termine tant qu’elles n’ont pas estimé qu’assez de Russes aient été tués pour mettre la Russie à genoux en tant que rivale – peu importe le nombre de morts ukrainiens nécessaires pour y parvenir.

 https://t.co/alKLzwy7DF

– Mark Ames (@MarkAmesExiled) 27 juin 2022 

 

Ces révélations émergent au lendemain de l’aveu par des responsables occidentaux que l’Ukraine grouille de personnel de la CIA et d’agents des forces spéciales des États-Unis et d’autres pays de l’OTAN.

« Comme d’habitude, il semble que l’administration veuille avoir le beurre et l’argent du beurre : assurer au peuple américain qu’elle se « retient » et que nous ne sommes « pas en guerre » contre les Russes, mais faire tout sauf planter un soldat américain et un drapeau à l’intérieur de l’Ukraine« , écrit Kelley Beaucar Vlahos de Responsible Statecraft à propos de cet aveu. « Les Russes pourraient ne pas voir la distinction et considérer cette nouvelle comme une preuve supplémentaire que leur guerre est plus contre Washington et l’OTAN que contre l’Ukraine. »

L’empire est guidé par si peu de sagesse dans ses escalades contre la Russie que le Congrès américain pousse maintenant à l’acquisition de coûteux missiles de croisière nucléaires installés sur les navires de ses forces navales, même si la marine américaine leur dit qu’elle ne veut pas de ces armes et n’en a pas l’utilité.

De toute façon, prenez-les ces armes nucléaires. Quel mal pourrait arriver ?

Aujourd’hui, dans notre budget extrêmement rationnel du Pentagone : Le Congrès finance une arme nucléaire dont la Marine ne veut même pas.

 https://t.co/aOndUGdqDI

– John Carl Baker (@johncarlbaker) 28 juin 2022

 https://twitter.com/johncarlbaker/status/1541816394060275712?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1541816394060275712%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fcaitlinjohnstone.com%2F2022%2F06%2F29%2Fempire-to-expand-nato-in-response-to-war-caused-by-nato-expansion%2F

Nous devons vraiment commencer à prendre au sérieux la possibilité qu’une arme nucléaire puisse exploser à la suite d’un malentendu ou d’un dysfonctionnement au milieu du chaos et de la confusion de toutes ces escalades frénétiques et stupides et conduire à un échange qui mettrait fin à notre monde entier. Cela a failli se produire à plusieurs reprises au cours de la dernière guerre froide, et il n’y a aucune raison rationnelle de croire que nous aurons de nouveau de la chance.

Le seul plan d’action sain ici est la désescalade et la détente, et tous les acteurs majeurs de ces escalades sont dirigés dans la direction exactement opposée.

C’est bien plus dangereux que ce que la plupart des gens se permettent d’envisager. C’est soutenu par le cloisonnement psychologique, l’évitement émotionnel et un profond manque de sagesse.

Comme l’a récemment fait remarquer David S. D’Amato, « Si notre espèce trouve un moyen de survivre dans un avenir lointain, nos descendants considéreront le moment présent comme un échec de justesse ; ils se diront : « Ouah, c’était moins une ». Comment convaincre les gens au pouvoir de préserver cet avenir ? »

Caitlin Johnstone

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

Les États-Unis sont-ils un État terroriste ?

par Richard C. Cook - Le 30/06/2022.

La conclusion est devenue inévitable : Les États-Unis SONT un état terroriste.

Le plus communément, le mot « terrorisme » se réfère à de violentes attaques contre des populations civiles afin d’influencer des gouvernements, des sociétés ou des individus d’arrêter de combattre ou de résister, de les punir pour être du mauvais côté d’un conflit, de saisir leurs terres ou leurs propriétés, ou de les forcer autrement à acquiescer à leur subjugation au profit d’un agresseur. Le terrorisme est généralement soutenu par le système étatique ou permis de se dérouler lorsque l’État regarde de l’autre côté dans ses propres intérêts.

Les États-Unis ont une inclination au terrorisme depuis bien longtemps. (NdT : depuis leur création même en tant qu’entité coloniale de la « couronne »/City de Londres, devenue soi-disant « indépendante » en 1776 pour être recolonisée par le spectacle marchand au point d’en devenir son pinacle et modèle planétaire…) Sa plus longue campagne de terrorisme a été la destruction systématique des peuples et cultures natifs, commençant avec la colonisation de l’Amérique par des Européens (NdT : chrétiens conquérants, colonisateurs et esclavagistes) et continuant jusqu’à ce jour.

Ceci inclut les campagnes d’extermination des Indiens menées par les « justes » et pieux de la Nouvelle-Angleterre et les citoyens légaux de Virginie au XVIIe siècle, les attaques et politique de la terre brûlée de Washington sur les nations de la confédération iroquoise pendant la guerre révolutionnaire, la saisie subséquente du vieux Nord-Ouest et des terres Shawnee et nations reliées, durant une guerre qui dura jusqu’en 1812, lorsque les Indiens combattirent aux côtés des Anglais lors de l’invasion du Canada par les États-Unis, l’expulsion des Indiens du sud-est américain sous la politique coloniale promulguée par le président Andrew Jackson et bien sûr, la campagne génocidaire contre les Indiens des plaines de l’ouest après la guerre de sécession, campagne menée par le général William Tecumseh Sherman, l’officier dont les soldats incendièrent la ville d’Atlanta en 1864 avant sa tristement célèbre marche vers la mer.

Un des pires actes de terrorisme contre les Indiens fut le sponsorship par le gouvernement américain de l’abattage délibéré de millions de bisons dans les années 1870 et 1880 afin de priver les Indiens de leur source primordiale de matière première de vie. Le sud américain fut aussi très efficace dans l’application de tactiques terroristes pour contrôler les esclaves africains. Même après la guerre de sécession, le terrorisme continua au travers de la culture sudiste d’intimidation, de discrimnation et de lynchage.

Les esclaves indiens et africains ne furent bien sûr pas les seules victimes. Le terrorisme fut le choix principal des Européens dans leur conquête de territoires au travers des continents américain, africain, asiatique et océanique, sur une période de plus de quatre siècles. Même les États-Unis se plièrent à la règle avec leur attaque sur les natifs des Philippines après avoir saisi leur archipel des mains de la couronne espagnole dans la guerre hispano-américaine.

En Europe, le terrorisme et la tactique de la terre brûlée furent la méthode favorite des guerres médiévales entre armées féodales rivales, entre les dénominations religieuses de la guerre de trente ans durant laquelle un tiers de la populations de l’Allemagne mourut de famine et des effets de la guerre du gouvernement français contre les Huguenots et par les Anglais sous Cromwell dans leur génocide contre les Irlandais. Parmi les plus efficaces des terroristes de l’histoire furent les hordes cavalières des steppes eurasiennes comme les Mongols de Gengis Khan et les Huns d’Attila.

Partout dans le monde, des gangs criminels ont toujours pratiqué le terrorisme contre des populations civiles parmi lesquelles ils vivaient et volaient. Aux États-Unis, le terrorisme de gangs a vu une nette augmentation durant la période dite de la « prohibition », lorsque la mafia et autres groupes géraient les rackets de la contrebande d’alcool, ainsi que les casinos clandestins et la drogue, le trafic d’êtres humains et autres vices affiliés. De tels gangs sont partout aujourd’hui, avec des politiciens le plus souvent impliqués pour couvrir et blanchir les activités.

« Rendez vos armes, le gouvernement va s’occuper de vous »

Mais ce fut avec l’arrivée de la guerre mécanisée moderne à la fin du XIXe et début du XXe siècle que le terrorisme commença vraiment à trouver sa cadence. Ce n’était pas suffisant que des millions de personnes se tuent et s’estropient les uns les autres dans les tranchées du front occidental durant la guerre de 1914-18, les chars et les gaz toxiques entrant maintenant en lice. Ce fut en fait avec la guerre aérienne que le terrorisme trouva son futur. Et avec la Seconde Guerre mondiale, ce furent les anglo-saxons qui devinrent les véritables experts de l’anihilation totale de villes, d’infrastructure civile et de vies de non-combattants. Bien sûr, dès ce moment, le terrorisme contre des nations entières et leurs peuples était devenu partie intégrante du répertoire commun de pratique de régimes comme celui d’Hitler et des communistes qui prirent la Russie puis plus tard, la Chine.

Aujourd’hui, le miracle par lequel l’Allemagne a reconstruit ses villes totalement détruites par les bombardements américains et alliés durant la seconde guerre mondiale, obscurcit l’impact des horribles dégâts infligés par cette illusion de « savoir-faire » américain. Ceci inclut les bombardements incendiaires en 1945 des villes de Dresde, Tokyo ou des dizaines de milliers de civils périrent en une nuit. Dans le Pacifique, les Américains ont bombardé les Japonais jusqu’à leur soumission totale, incluant des attaques majeurs sur Tokyo et les États-Unis devinrent bien entendu la seule nation à avoir jamais largué des bombes atomiques, de surcroit sur des populations civiles, avec le rayage de la carte d’Hiroshima et de Nagasaki en août 1945. Alors que la guerre contre le Japon avait déjà été gagnée, ces actions américaines demeurent dans l’histoire comme les pires actes de terrorisme jamais perpétrés. Après la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont continué à faire pleuvoir les bombes sur la Corée, puis plus tard, sur le Vietnam, le Cambodge et le Laos durant les guerres d’Indochine des années 1960-70.

Mais ceci ne fut pas ce qui constitua exclusivement l’arsenal terroriste. De la fin de la Seconde Guerre mondiale à maintenant, les États-Unis se sont engagés dans un nombre incalculable de campagnes de terreur dans leurs efforts d’assurer l’attitude pro-américaine des pays et des gouvernements à travers le monde. Souvent ces campagnes furent exécutées sur le terrain par des juntes militaires d’extrême-droite, comme en Amérique latine, au Moyen-Orient et en Afrique. L’Argentine, le Brésil, le Chili, l’Amérique Centrale, l’Angola, le Congo, l’Indonésie, tous ces pays et bien d’autres, ont tous connu le terrorisme sponsorisé ou financé par les États-Unis, perpétré par les militaires et la police de ces pays contre leurs propres populations. Aucune de celles-ci ne furent des guerres dûment déclarées par le congrès des États-Unis comme requis par la constitution. Mais les États-Unis s’engagèrent dans ces guerres quoi qu’il en soit. Une campagne de terreur particulièrement odieuse fut celle de l’Opération Phœnix conduite contre des civils au Vietnam et qui vit des dizaines de milliers de personnes sommairement arrêtées, assassinées et « disparaître »…

Les bombes ont plu une fois de plus lorsque les États-Unis entrèrent en guerre contre l’Irak en 1990. De fait, maintenant, le mode préféré américain de mener une guerre est d’oblitérer de manière routinière un pays sous des tapis de bombes, puis d’y envoyer les troupes nettoyer ce qui reste. Malheureusement, ce « nettoyage » au sol peut bien durer des dizaines d’années contre des populations récalcitrantes au « progrès » et résistantes. Il y eut aussi les campagnes de bombardement seules. Le plus parfait exemple étant sans doute de l’assaut de l’OTAN (c’est à dire des États-Unis et de l’Angleterre) sur la Serbie en 1999, qui déclencha la destruction de la Yougoslavie. Cette campagne eut pour chef le commandant suprême des forces alliées de l’OTAN de l’époque, le général américain Wesley Clarke. Les États-Unis n’ont jamais envoyé de troupes et n’ont jamais occupé la région, laissant aux fragments de l’ex-Yougoslavie le soin de gérer l’affaire induite par l’OTAN, ceci doit toujours se produire. Le démembrement de la Yougoslavie fut rendu possible par l’effondrement de l’URSS en 1991, son alliée et sa protectrice.

Puis vint la « guerre contre la terreur » dont le coup d’envoi sonna après les attentats du 11 septembre 2001 de New York, qui furent des attaques sous faux-drapeau perpétrées par l’appareil de sécurité nationale profond afin de créer l’excuse pour une prise en compte massive du Moyen-Orient par l’empire. Les bombes tombèrent drues en Afghanistan, en Irak une nouvelle fois, en Libye, en Syrie, en Somalie et ailleurs. Dans le même temps, les États-Unis ont vendu un grand nombre d’avions de combat et autre armement à Israël, l’Arabie saoudite et autres alliés pour qu’ils fassent la même chose à leurs propres ennemis. Les fabricants d’armes américains ont fait des fortunes en vendant des armes dans le monde entier, incluant des membres de l’OTAN.

Nous devrions aussi considérer : Pousser pour un armement de l’espace, ceci avait levé la tête de façon magistrale avec ce fantasme de la « guerre des étoiles » du président Reagan, incluant les plans pour un laser rayon X, un canon électronique sur rail, des stations de combat nucléaires orbitales et des puissants rayons laser capables d’incinérer des villes entières en quelques secondes. Comme quelqu’un qui a travaillé comme analyste pour le programme de la navette spatiale de la NASA en 1985 et 1986, je peux confirmer qu’un objectif non dit du système de guerre des étoiles de Reagan, était de commencer à utiliser le programme de la navette spatiale pour protéger les États-Unis contre toute riposte si une première frappe nucléaire contre l’URSS venait à être décidée et lancée. De similaires considérations sont sans nul doute impliquées dans l’expansion des activités spatiales militaires ces dernières années, ceci incluant la création d’une force spatiale sous le président Trump.

Ce qui nous amène au présent et à l’intervention militaire spéciale russe en Ukraine.

Comme nous l’avons vu, ce n’est pas la méthode de choix des Russes que de s’engager dans des bombardements indiscriminés de civils. Malgré la propagande occidentale, les Russes font tout pour minimiser les pertes civiles potentielles. Les Russes ne mènent pas une guerre de la terreur. Les Russes se fient plutôt à des tirs d’artillerie pour amenuiser la résistance des positions militaires ennemies avant de bouger au sol avec des troupes d’assaut. Ce faisant, ils sont en train de détruire de manière très méthodique l’armée Ukrainienne.

Ceci a été particulièrement frustrant pour les États-Unis. Le directorat de l’OTAN sous Jens Stoltenberg ronge son frein d’envoyer des combattants et des bombardiers dans les cieux de l’Ukraine pour pulvériser les Russes. Les bases aériennes de l’OTAN à travers l’Europe ont beaucoup d’avions qui pourraient faire le boulot. Le président ukrainien Zelensky a constamment appelé l’OTAN en renfort, mais rien ne s’est fait. Même le général en retraite Wesley Clarke a clarifié récemment que seulement si l’OTAN s’embarque dans une campagne de bombardement massive sur l’Ukraine, la Russie pourra être vaincue.

Au lieu de la traditionnelle campagne de bombardements aériens, les États-Unis et leurs alliés européens n’ont fait qu’envoyer des armes légères de combat sol-sol et quelques vieilleries d’artillerie qui n’ont fait aucune différence sur le terrain. Maintenant, nous assistons à la litanie des lamentations des merdias disant que l’Ukraine manque de puissance de feu. Comme il est logistiquement impossible de faire parvenir suffisamment d’armement à longue portée sur le champ de bataille pour faire la différence, ce qui peut être une tentative déguisée de voir les États-Unis commencer à utiliser leur formidable puissance de feu aérienne.

Mais nous savons tous bien entendu, que les États-Unis ne se sont pas engagés dans leur habituelle campagne aérienne de terreur simplement parce que la Russie a été très claire sur un point : Ce sera la troisième guerre mondiale ! Et les États-Unis ne sont pas chauds, du moins pour le moment, d’entrer en 3ème GM. On en est là.

En aparté, je vais juste mentionner une autre alternative à une attaque terroriste américaine, les armes biologiques. Peut-être comprenant la futilité de s’engager dans une guerre ouverte contre la Russie, les USA semblent avoir pas mal investi dans la recherche sur les armes biologiques, incluant les labos en Ukraine. Le Pentagone admet maintenant qu’avant le conflit actuel, il avait mis en place quelques 40 laboratoires d’armement biologique en Ukraine, mais « à des fins pacifiques ». Franchement, je suis estomaqué à l’idée que les autorités américaines puissent croire un seul instant que quiconque pourrait croire une pareille fumisterie.

Nous venons de passer une pandémie au coronavirus

« Connaissant le gouvernement américain comme je le connais, je crois que la pandémie fut créée délibérément avec l’intention de mettre à bas la Chine, la Russie, l’Iran et autres nations non préparées ». Lire : the articles by Ron Unz

Bien sûr le gouvernement US doit comprendre que ce pathogène allait affecter aussi les États-Unis, mais pensait que peut-être il serait prêt avec les vaccins.

Bien entendu, l’Ukraine n’est pas le seul pays au monde où les États-Unis développent des armes biologiques. Ceci se produit aussi en Géorgie par exemple. Je pense que ce n’est qu’une question de temps avant que la prochaine pandémie ne soit lâchée dans la nature, une éventualité qui est particulièrement appréciée par toute cette clique de « l’élite occidentale » si intéressée dans la réduction de la population mondiale.

Ce qui est relié en un sens à la guerre biologique est d’inonder une nation de drogues illicites avec pour but de réduire sa population au travers de l’addiction. La Grande-Bretagne l’a fait avec la Chine et l’opium au XIXe siècle. La CIA l’a fait avec plusieurs nations d’Asie centrale ainsi que la Russie, au travers de la production d’opium et d’héroïne en Afghanistan et possiblement à sa propre population aux États-Unis avec la production et la diffusion de LSD et de cocaïne et maintenant avec cet opiacé appelé le fentanyl (NdT : sans oublier le fléau du « crack » bien entendu). Tout ceci est du terrorisme à l’état pur.

Une autre forme de terrorisme est celle des « sanctions ». Nous en avons pas mal appris sur les sanctions ces dernières semaines au cours de cette opération spéciale militaire russe en Ukraine, L’UE ayant maintenant servi sa 6ème bordée de sanctions contre la Russie avec cette intention de détruire l’économie russe et de créer un tel désastre économique que ses citoyens se soulèveront de manière supposée pour déposer Poutine. Toutes ces sanctions ont échoué et se retournent maintenant contre les instigateurs, les pays européens étant en marche pour détruire leurs propres économies et plonger le monde dans une dépression économique généralisée.

Les sanctions ont une longue histoire. Un des cas les plus fameux demeure celui des sanctions US contre l’Irak dans les années 1990, politique présidée par la ministre des affaires étrangères de Bill Clinton : Madeleine Albright. Ces sanctions furent la cause directe et indirecte de la mort de plus de 500 000 enfants irakiens, mortalité due à la faim, la malnutrition, la maladie, le manque de soin et de médicaments. Après coup, Albright déclara scandaleusement sur une chaîne de télé nationale que « cela en valait la peine… »

Le système de sanctions est inventé par des bureaucrates agissant sur ordre politique mais sans être responsables, dans un vide légal total et sans un gramme d’humanité. Les sanctions actuelles contre la Russie sont des actes de guerre, mais quand le congrès des États-Unis a t’il déclaré la guerre ou même, quand une résolution de l’ONU a t’elle été votée en la matière ? En toute conséquence, ces sanctions sont des crimes et des actes de terrorisme.

La liste des actions terroristes est infinie. Je vais ici mentionner une forme supplémentaire de terrorisme, mais j’en ferai la discussion approfondie une autre fois. Cet acte terroriste consiste en la destruction de la monnaie d’un pays par l’inflation. Ceci a été fait à plusieurs reprises au cours de l’histoire et peut même être fait contre le peuple d’une nation par son gouvernement. Je pense à l’heure actuelle, que l’administration Biden est en train de détruire délibérément le dollar US afin de pouvoir payer une partie de la dette (NdT : des intérêts en fait de la dette…) qui n’est pas remboursable, avec un dollar dévalué. Les gouvernements occidentaux ayant un establishment bancaire parasite adorent l’inflation pour cette raison.

Le terrorisme a une longue histoire et ce n’est pas fini. Les États-Unis, en tant que sponsor en chef du terrorisme dans le monde aujourd’hui, portent une grande partie de la responsabilité et doivent répondre de leurs actions. Mais les jours fastes du terrorisme américain ne sont pas encore finis.

Au gré de mes années de service auprès du gouvernement des États-Unis et avec mon expérience d’observateur, je pense que maintenant, alors même que nous parlons, l’armée américaine planifie une première frappe nucléaire contre la Russie.

Il est bien évident que vu la taille de l’arsenal nucléaire américain, il serait impossible pour les États-Unis de ne pas envisager des jeux de guerre et des scénarios impliquant leur utilisation. De plus les États-Unis n’ont jamais promis qu’ils ne frapperaient pas les premiers.

La possibilité de lancer la première attaque nucléaire contre la Russie n’est en rien nouvelle. Ceci fut déjà discuté par le président J.F. Kennedy et son état-major et conseillers militaires durant la crise des missiles de Cuba en 1962.

Aujourd’hui, au moment de cette opération spéciale militaire russe en Ukraine, nous pourrions faire face à un danger du même niveau ou plus grand que dans le passé. Alors que les États-Unis mirent en place les attentats du 11 septembre comme prétexte à lancer la « guerre contre la terreur », un faux-drapeau, une détonation nucléaire attribuée à la Russie pourrait bien être conduite par des personnels militaires américains ou leurs proxies, suppléants étrangers, ce qui deviendrait une belle opportunité pour une escalade guerrière menant à une frappe nucléaire ou conventionnelle contre la Russie.

Les États-Unis ont manifestement fait un très mauvais calcul avec leurs actions en Ukraine. Il y a maintenant peu de doute que les États-Unis aient délibérément attiré et incité la Russie à lancer son attaque en février 2022. Les États-Unis et leurs alliés européens avaient clairement un bon nombre de sanctions économiques prêtes à l’emploi ayant pour but de détruire l’économie russe et d’amener un changement de régime en Russie.

Mais la stratégie américaine a fait long feu. La Russie est en train de gagner la guerre à la fois militairement et économiquement. Les États-Unis, avec la GB, l’UE et l’OTAN sont dans le processus d’absorber une très humiliante défaite. Ne voulant pas se lancer dans une guerre ouverte contre la Russie, les États-Unis n’ont pas fourni de soutien aérien à l’armée ukrainienne qui est en train de se faire laminer, ils n’ont pas non plus envoyé de troupes, qu’elles soient américaines ou d’autres pays de l’OTAN.

Les États-Unis ont dit qu’ils ne voulaient pas entrer en guerre contre la Russie à cause de l’Ukraine. La seule nation qui a mentionné les armes nucléaires a été la Russie. Ce fut en réponse à la déclaration très belliqueuse de la ministre de la défense britannique Liz Truss, que Poutine annonça qu’il faisait mettre les forces nucléaires russes en alerte maximum. Une chaîne de télévision russe fit se dresser les poils avec une animation de ce qui se passerait si la Russie bombardait la GB avec ses armes à haute puissance.

Avec la victoire anticipée de la Russie dans une guerre hybride, ou guerre par procuration ou quoi que ce soit que vous vouliez l’appeler, la Russie, avec la Chine si alliée avec la Russie sur de multiples fronts, les États-Unis et l’occident font face à une massive restructuration de la dynamique du pouvoir dans le monde aujourd’hui. Le modèle financier mondialiste occidental fondé sur la domination sans partage du capitalisme financier fait face à un défi existentiel de la part des économies collectivistes russe, chinoise et de leurs associés.

Les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Union européenne et le reste du monde occidental ont sans doute déjà perdu la guerre. Une fois de plus, face à cette possibilité, nous pouvons être certains que certaines personnes parmi les forces pilotant la politique américaine, certains parient sur une première attaque nucléaire américaine. Ceci serait un niveau terroriste encore jamais atteint jusqu’ici. Il y a aussi certaines forces au sein de la Russie qui parient et planifient les moyens d’arrêter cela.

Tout ce que je fais ici est de donner un avertissement. Je ne prédit absolument rien. Mon espoir est que les forces en occident qui ont toujours un certain degré de santé mentale vont se dresser ces prochaines semaines et prochains mois et comprendre qu’une majeure conférence mondiale de paix qui fasse des compromis à mi-chemin avec la Russie et la Chine soit de fait, notre seul espoir.

source : Veterans Today

via Résistance 71

L’expansion de l’OTAN :

 La célèbre assurance “pas un pouce vers l’est” du secrétaire d’État américain James Baker faisait partie d’une cascade d’assurances sur la sécurité soviétique

Le 03/07/2022.
La célèbre assurance « pas un pouce vers l’est » du secrétaire d’État américain James Baker concernant l’expansion de l’OTAN lors de sa rencontre avec le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev le 9 février 1990 faisait partie d’une cascade d’assurances sur la sécurité soviétique données par les dirigeants occidentaux à Gorbatchev et à d’autres responsables soviétiques tout au long du processus d’unification allemande en 1990 et jusqu’en 1991, selon des documents déclassifiés américains, soviétiques, allemands, britanniques et français publiés par le “National Security Archive” à l’Université George Washington (www.nsarchive.gwu.edu).
Page des notes de Stepanov-Mamaladze du 12 février 1990, reflétant l’assurance de Baker à Chevardnadze lors de la conférence Ciel ouvert d’Ottawa. « Et si l’Allemagne unie reste dans l’OTAN, nous devrions veiller au non-élargissement de sa juridiction à l’est. »

Les documents montrent que plusieurs dirigeants nationaux envisageaient et rejetaient l’adhésion de l’Europe centrale et orientale à l’OTAN dès le début de 1990 et jusqu’en 1991, que les discussions sur l’OTAN dans le contexte des négociations d’unification allemande en 1990 n’étaient pas du tout étroitement limitées au statut du territoire est-allemand, et que les plaintes ultérieures soviétiques et russes concernant le fait d’avoir été induits en erreur au sujet de l’expansion de l’OTAN étaient fondées sur des memcons et des telcons contemporains écrits aux plus hauts niveaux.

Les documents renforcent la critique de l’ancien directeur de la CIA, Robert Gates, selon laquelle « poursuivre l’expansion de l’OTAN vers l’est [dans les années 1990], alors que Gorbatchev et d’autres ont été amenés à croire que cela ne se produirait pas ».1 La phrase clé, étayée par les documents , est « amené à croire ».

Le président George H. W. Bush avait assuré à Gorbatchev lors du sommet de Malte en décembre 1989 que les États-Unis ne profiteraient pas (« je n’ai pas sauté sur le mur de Berlin ») des révolutions en Europe de l’Est pour nuire aux intérêts soviétiques ; mais ni Bush ni Gorbatchev à ce moment-là (ou d’ailleurs, le chancelier ouest-allemand Helmut Kohl) ne s’attendaient si tôt à l’effondrement de l’Allemagne de l’Est ou à la rapidité de l’unification allemande.2

Les premières assurances concrètes des dirigeants occidentaux sur l’OTAN ont commencé le 31 janvier 1990, lorsque le ministre ouest-allemand des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher a ouvert les enchères par un important discours public à Tutzing, en Bavière, sur l’unification allemande. L’ambassade des États-Unis à Bonn (voir document 1) a informé Washington que Genscher avait clairement indiqué « que les changements en Europe de l’Est et le processus d’unification allemande ne doivent pas conduire à une “atteinte aux intérêts de sécurité soviétiques”. Par conséquent, l’OTAN devrait exclure une “expansion de son territoire vers l’est, c’est-à-dire en le rapprochant des frontières soviétiques”. » Le câble de Bonn a également noté la proposition de Genscher de laisser le territoire est-allemand hors des structures militaires de l’OTAN, même dans une Allemagne unifiée au sein de l’OTAN.3

Cette dernière idée de statut spécial pour le territoire de la RDA a été codifiée dans le traité final d’unification allemande signé le 12 septembre 1990 par les ministres des Affaires étrangères de la République fédérale d’Allemagne, de la RDA, de la France, de la Russie, du Royaume-Uni et des États-Unis (voir document 25). La première idée de « plus près des frontières soviétiques » est inscrite non pas dans des traités mais dans de multiples mémorandums de conversation entre les Soviétiques et les interlocuteurs occidentaux au plus haut niveau (Genscher, Kohl, Baker, Gates, Bush, Mitterrand, Thatcher, Major, Woerner, et d’autres) offrant des assurances tout au long de 1990 et en 1991 sur la protection des intérêts de sécurité soviétiques et l’inclusion de l’URSS dans les nouvelles structures de sécurité européennes. Les deux problèmes étaient liés mais pas identiques. Des analyses ultérieures ont parfois confondu les deux et soutenu que la discussion n’impliquait pas toute l’Europe. Les documents publiés dans cet article montrent clairement qu’il l’a fait.

 

La « formule Tutzing » est immédiatement devenue le centre d’une vague de discussions diplomatiques importantes au cours des 10 jours suivants en 1990, menant à la réunion cruciale du 10 février 1990 à Moscou entre Kohl et Gorbatchev lorsque le dirigeant ouest-allemand a obtenu l’assentiment de principe soviétique. à l’unification allemande dans l’OTAN, tant que l’OTAN ne s’étendait pas vers l’est. Les Soviétiques auraient besoin de beaucoup plus de temps pour travailler avec leur opinion intérieure (et l’aide financière des Allemands de l’Ouest) avant de signer officiellement l’accord en septembre 1990.

 

Les conversations avant l’assurance de Kohl impliquaient une discussion explicite sur l’expansion de l’OTAN, les pays d’Europe centrale et orientale, et comment convaincre les Soviétiques d’accepter l’unification. Par exemple, le 6 février 1990, lorsque Genscher rencontra le ministre britannique des Affaires étrangères Douglas Hurd, le dossier britannique montrait que Genscher disait : « Les Russes doivent avoir une certaine assurance que si, par exemple, le gouvernement polonais quittait un jour le Pacte de Varsovie, ils ne rejoindrait pas l’OTAN le lendemain. » (Voir Document 2) Ayant rencontré Genscher alors qu’il entamait des discussions avec les Soviétiques, Baker a répété exactement la formulation de Genscher lors de sa rencontre avec le ministre des Affaires étrangères Edouard Chevardnadze le 9 février 1990 (Document 4) ; et plus important encore, face à face avec Gorbatchev.

Le président Bush accueille le président tchèque Vaclav Havel à la Maison Blanche, 20 fév. 1990.

Pas une fois, mais trois fois, Baker a essayé la formule « pas un pouce vers l’est » avec Gorbatchev lors de la réunion du 9 février 1990. Il était d’accord avec la déclaration de Gorbatchev en réponse aux assurances que « l’élargissement de l’OTAN est inacceptable ». Baker a assuré à Gorbatchev que « ni le président ni moi n’avons l’intention de tirer des avantages unilatéraux des processus en cours », et que les Américains ont compris que « non seulement pour l’Union soviétique, mais aussi pour les autres pays européens, il est important d’avoir garantit que si les États-Unis maintiennent leur présence en Allemagne dans le cadre de l’OTAN, pas un pouce de la juridiction militaire actuelle de l’OTAN ne s’étendra vers l’Est. » (Document 6)

Par la suite, Baker a écrit à Helmut Kohl qui rencontrerait le dirigeant soviétique le lendemain, avec une grande partie de la même langue. Baker a rapporté : « Et puis je lui ai posé la question suivante [Gorbatchev]. Préféreriez-vous voir une Allemagne unie en dehors de l’OTAN, indépendante et sans forces américaines ou préféreriez-vous qu’une Allemagne unifiée soit liée à l’OTAN, avec l’assurance que la juridiction de l’OTAN ne se déplacerait pas d’un pouce vers l’est par rapport à sa position actuelle ? Il a répondu que les dirigeants soviétiques réfléchissaient sérieusement à toutes ces options [….] Il a ensuite ajouté : “Certes, toute extension de la zone de l’OTAN serait inacceptable”. » Baker a ajouté entre parenthèses, à l’intention de Kohl : « L’OTAN dans sa zone actuelle pourrait être acceptable. » (Voir Document 8)

Bien informé par le secrétaire d’État américain, le chancelier ouest-allemand a compris une ligne de fond soviétique essentielle et a assuré à Gorbatchev le 10 février 1990 : « Nous pensons que l’OTAN ne devrait pas étendre la sphère de son activité. » (Voir Document 9) Après cette réunion, Kohl pouvait difficilement contenir son enthousiasme face à l’accord de principe de Gorbatchev pour l’unification allemande et, dans le cadre de la formule d’Helsinki selon laquelle les États choisissent leurs propres alliances, l’Allemagne pourrait choisir l’OTAN. Kohl a décrit dans ses mémoires avoir marché toute la nuit autour de Moscou – mais comprenant toujours qu’il y avait encore un prix à payer.

Tous les ministres des Affaires étrangères occidentaux étaient à bord avec Genscher, Kohl et Baker. Vient ensuite le ministre britannique des affaires étrangères, Douglas Hurd, le 11 avril 1990. A ce stade, les Allemands de l’Est ont voté massivement pour le deutschmark et pour une unification rapide, lors des élections du 18 mars au cours desquelles Kohl avait surpris presque tous les observateurs avec une vraie victoire. Les analyses de Kohl (expliquées pour la première fois à Bush le 3 décembre 1989) selon lesquelles l’effondrement de la RDA ouvrirait toutes les possibilités, qu’il devait courir pour se rendre en tête du train, qu’il avait besoin du soutien des États-Unis, que l’unification pourrait se produire plus rapidement qu’on ne le pensait possible — tout s’est avéré correct. L’union monétaire se poursuivrait dès juillet et les assurances concernant la sécurité continuaient d’affluer. Hurd a renforcé le message de Baker-Genscher-Kohl lors de sa rencontre avec Gorbatchev à Moscou, le 11 avril 1990, affirmant que la Grande-Bretagne « reconnaissait clairement l’importance de ne rien faire pour porter atteinte aux intérêts et à la dignité soviétiques ». (Voir Document 15)

La conversation de Baker avec Chevardnadze le 4 mai 1990, telle que Baker la décrivait dans son propre rapport au président Bush, décrivait de la manière la plus éloquente ce que les dirigeants occidentaux disaient exactement à Gorbatchev à ce moment-là : « J’ai utilisé votre discours et notre reconnaissance de la nécessité d’adapter l’OTAN, politiquement et militairement, et de développer la CSCE pour rassurer Chevardnadze sur le fait que le processus ne ferait ni gagnants ni perdants. Au lieu de cela, cela produirait une nouvelle structure européenne légitime — une structure qui serait inclusive et non exclusive. » (Voir Document 17)

Baker l’a répété directement à Gorbatchev le 18 mai 1990 à Moscou, donnant à Gorbatchev ses « neuf points », qui comprenaient la transformation de l’OTAN, le renforcement des structures européennes, le maintien de l’Allemagne non nucléaire et la prise en compte des intérêts de sécurité soviétiques. Baker a commencé ses remarques : « Avant de dire quelques mots sur la question allemande, je voulais souligner que nos politiques ne visent pas à séparer l’Europe de l’Est de l’Union soviétique. Nous avions cette politique auparavant. Mais aujourd’hui, nous souhaitons construire une Europe stable et le faire avec vous. » (Voir Document 18)

Le dirigeant français François Mitterrand n’était pas dans un état d’esprit avec les Américains, bien au contraire, comme en témoigne le fait qu’il a dit à Gorbatchev à Moscou le 25 mai 1990 qu’il était « personnellement favorable au démantèlement progressif des blocs militaires » ; mais Mitterrand a poursuivi la cascade d’assurances en disant que l’Occident doit « créer des conditions de sécurité pour vous, ainsi que la sécurité européenne dans son ensemble ». (Voir Document 19) Mitterrand écrivit immédiatement à Bush dans une lettre « cher George » à propos de sa conversation avec le dirigeant soviétique, que « nous ne refuserions certainement pas de détailler les garanties qu’il serait en droit d’attendre pour la sécurité de son pays ». (Voir Document 20)

Au sommet de Washington du 31 mai 1990, Bush s’est efforcé d’assurer à Gorbatchev que l’Allemagne dans l’OTAN ne serait jamais dirigée contre l’URSS : « Croyez-moi, nous ne poussons pas l’Allemagne vers l’unification, et ce n’est pas nous qui déterminons le rythme de ce processus. Et bien sûr, nous n’avons aucune intention, même dans nos pensées, de nuire de quelque manière que ce soit à l’Union soviétique. C’est pourquoi nous nous prononçons en faveur de l’unification allemande au sein de l’OTAN sans ignorer le contexte plus large de la CSCE, en tenant compte des liens économiques traditionnels entre les deux États allemands. Un tel modèle, à notre avis, correspond également aux intérêts soviétiques. » (Voir Document 21)

La « Dame de fer » est également intervenue, après le sommet de Washington, lors de sa rencontre avec Gorbatchev à Londres le 8 juin 1990. Thatcher a anticipé les mesures que les Américains (avec son soutien) prendraient lors de la conférence de l’OTAN début juillet pour soutenir Gorbatchev avec des descriptions de la transformation de l’OTAN vers une alliance plus politique, moins menaçante militairement. Elle a dit à Gorbatchev : « Nous devons trouver des moyens de donner à l’Union soviétique la confiance que sa sécurité serait assurée…. La CSCE pourrait être un parapluie pour tout cela, ainsi que le forum qui a amené l’Union soviétique à discuter pleinement de l’avenir de l’Europe. » (Voir Document 22)

La déclaration de Londres de l’OTAN du 5 juillet 1990 a eu un effet assez positif sur les délibérations à Moscou, selon la plupart des récits, donnant à Gorbatchev des munitions importantes pour contrer ses partisans de la ligne dure au Congrès du Parti qui se tenait à ce moment-là. Certaines versions de cette histoire affirment qu’une copie préalable a été fournie aux assistants de Chevardnadze, tandis que d’autres décrivent simplement une alerte qui a permis à ces assistants de prendre la copie du service de dépêche et de produire une évaluation positive soviétique avant que les militaires ou les extrémistes ne puissent appeler cela de la propagande. Comme Kohl l’a dit à Gorbatchev à Moscou le 15 juillet 1990, alors qu’ils élaboraient l’accord final sur l’unification allemande : « Nous savons ce qui attend l’OTAN à l’avenir, et je pense que vous êtes maintenant au courant également », se référant à la Déclaration de Londres de l’OTAN. (Voir Document 23)

Le 16 décembre 2021, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté le projet de résolution A/76/460, intitulée « Lutte contre la glorification du nazisme, du néonazisme et d’autres pratiques », par 121 voix contre 2, avec 53 abstentions. Les États-Unis et l’Ukraine ont été les deux seuls États à voter contre cette résolution. Pourquoi selon vous ? (Résolutions de l’ONU A/C.3/76/L.57/Rev.1 et A/RES/76/149)

Dans son appel téléphonique à Gorbatchev le 17 juillet, Bush entendait renforcer le succès des pourparlers Kohl-Gorbatchev et le message de la Déclaration de Londres. Bush a expliqué : « Donc, ce que nous avons essayé de faire, c’est de tenir compte de vos préoccupations exprimées à moi et à d’autres, et nous l’avons fait de la manière suivante : par notre déclaration commune sur la non-agression ; dans notre invitation à venir à l’OTAN ; dans notre accord pour ouvrir l’OTAN à des contacts diplomatiques réguliers avec votre gouvernement et ceux des pays d’Europe de l’Est ; et notre offre d’assurances sur la taille future des forces armées d’une Allemagne unie — une question dont je sais que vous avez discuté avec Helmut Kohl. Nous avons aussi fondamentalement changé notre approche militaire des forces conventionnelles et nucléaires. Nous avons transmis l’idée d’une CSCE élargie et plus forte avec de nouvelles institutions dans lesquelles l’URSS peut partager et faire partie de la nouvelle Europe. » (Voir Document 24)

Les documents montrent que Gorbatchev a accepté l’unification allemande dans l’OTAN à la suite de cette cascade d’assurances, et sur la base de sa propre analyse que l’avenir de l’Union soviétique dépendait de son intégration à l’Europe, dont l’Allemagne serait l’acteur décisif. Lui et la plupart de ses alliés pensaient qu’une version de la maison commune européenne était encore possible et se développerait parallèlement à la transformation de l’OTAN pour conduire à un espace européen plus inclusif et intégré, que le règlement de l’après-guerre froide tiendrait compte des intérêts de sécurité soviétiques. L’alliance avec l’Allemagne permettrait non seulement de surmonter la guerre froide, mais également de renverser l’héritage de la Grande Guerre patriotique.

Mais au sein du gouvernement américain, une autre discussion s’est poursuivie, un débat sur les relations entre l’OTAN et l’Europe de l’Est. Les avis divergeaient, mais la suggestion du ministère de la Défense, dès le 25 octobre 1990, était de laisser « la porte entrouverte » à l’adhésion de l’Europe de l’Est à l’OTAN. (Voir Document 27) Le Département d’État était d’avis que l’expansion de l’OTAN n’était pas à l’ordre du jour, car il n’était pas dans l’intérêt des États-Unis d’organiser « une coalition anti-soviétique » qui s’étendrait jusqu’aux frontières soviétiques, notamment parce que cela pourrait inverser les tendances positives en Union soviétique. (Voir Document 26) L’administration Bush a adopté ce dernier point de vue. Et c’est ce que les Soviétiques ont entendu.

Pas plus tard qu’en mars 1991, selon le journal de l’ambassadeur britannique à Moscou, le Premier ministre britannique John Major assura personnellement Gorbatchev : « Nous ne parlons pas du renforcement de l’OTAN. » Par la suite, lorsque le ministre soviétique de la Défense, le maréchal Dmitri Yazov, a interrogé Major sur l’intérêt des dirigeants d’Europe de l’Est pour l’adhésion à l’OTAN, le dirigeant britannique a répondu : « Rien de tel ne se passera ». (Voir Document 28)

Lorsque les députés du Soviet suprême russe sont venus à Bruxelles pour voir l’OTAN et rencontrer le secrétaire général de l’OTAN, Manfred Woerner, en juillet 1991, Woerner a dit aux Russes que « nous ne devrions pas permettre […] l’isolement de l’URSS de la communauté européenne ». Selon le mémorandum de conversation russe, « Woerner a souligné que le Conseil de l’OTAN et lui sont contre l’élargissement de l’OTAN (13 des 16 membres de l’OTAN soutiennent ce point de vue). » (Voir Document 30)

Ainsi, Gorbatchev est allé jusqu’au bout de l’Union soviétique assuré que l’Occident ne menaçait pas sa sécurité et n’étendait pas l’OTAN. Au lieu de cela, la dissolution de l’URSS a été provoquée par les Russes (Boris Eltsine et son principal conseiller Gennady Burbulis) de concert avec les anciens chefs de parti des républiques soviétiques, en particulier l’Ukraine, en décembre 1991. La guerre froide était alors terminée depuis longtemps. Les Américains avaient essayé de garder l’Union soviétique unie (voir le discours de Bush « Chicken Kiev » du 1er août 1991 — Transcription). L’expansion de l’OTAN était dans des années à venir, lorsque ces différends éclateraient à nouveau, et que plus d’assurances viendraient au dirigeant russe Boris Eltsine.

 

L’organisation “National Security Archive” a compilé ces documents déclassifiés pour une table ronde le 10 novembre 2017 lors de la conférence annuelle de l’Association for Slavic, East European and Eurasian Studies (ASEEES) à Chicago sous le titre “Who Promised What to Whom on NATO Expansion ?” (Qui a promis quoi à qui lors de l’élargissement de l’OTAN ?) Le panel comprenait :

 

  • Mark Kramer du Davis Center à Harvard, rédacteur en chef du Journal of Cold War Studies, dont l’article du Washington Quarterly de 2009 soutenait que la “promesse de non-élargissement de l’OTAN”était un « mythe ».4
  • Joshua R. Itkowitz Shifrinson de la Bush School de Texas A&M, dont l’article de 2016 sur la sécurité internationale affirmait que les États-Unis jouaient un double jeu en 1990, amenant Gorbatchev à croire que l’OTAN serait intégrée dans une nouvelle structure de sécurité européenne, tout en travaillant pour assurer l’hégémonie en Europe et le maintien de l’OTAN.5
  • James Goldgeier de l’Université américaine, qui a écrit le livre faisant autorité sur la décision de Clinton sur l’expansion de l’OTAN, Pas si mais quand, et a décrit les assurances américaines trompeuses au dirigeant russe Boris Eltsine dans un article de WarOnTheRocks de 2016.6
  • Svetlana Savranskaya et Tom Blanton des archives de la sécurité nationale, dont le livre le plus récent, “The Last Superpower Summits: Gorbatchev, Reagan, and Bush: Conversations That Ended the Cold War” (CEU Press, 2016) analyse et publie les transcriptions déclassifiées et les documents connexes de tous les sommets de Gorbatchev avec les présidents américains, y compris des dizaines d’assurances sur la protection des intérêts de sécurité de l’URSS.7

Mémorandum de conversation entre Mikhaïl Gorbatchev et James Baker à Moscou

 

 

Memorandum of conversation between Mikhail Gorbachev and James Baker in Moscow from Guy Boulianne

Vendredi le 9 février 1990 : Même avec des expurgations (injustifiées) par des agents de classification américains, cette transcription américaine de l’assurance américaine peut-être la plus célèbre aux Soviétiques sur l’expansion de l’OTAN confirme la transcription soviétique de la même conversation. Répétant ce que Bush avait dit au sommet de Malte en décembre 1989, Baker dit à Gorbatchev : « Le président et moi avons clairement indiqué que nous ne recherchons aucun avantage unilatéral dans ce processus » d’inévitable unification allemande. Baker poursuit en disant : « Nous comprenons le besoin d’assurances envers les pays de l’Est. Si nous maintenons une présence dans une Allemagne qui fait partie de l’OTAN, il n’y aurait pas d’extension de la juridiction de l’OTAN pour les forces de l’OTAN d’un pouce à l’est. » Plus tard dans la conversation, Baker pose la même position sous forme de question : « Préférez-vous une Allemagne unie en dehors de l’OTAN, indépendante et sans forces américaines ou préférez-vous une Allemagne unie avec des liens avec l’OTAN et l’assurance qu’il n’y aurait pas de l’extension de la juridiction actuelle de l’OTAN vers l’est ? » Les déclassificateurs de ce memcon ont en fait expurgé la réponse de Gorbatchev selon laquelle une telle expansion serait effectivement « inacceptable » – mais la lettre de Baker à Kohl le lendemain, publiée en 1998 par les Allemands, donne la citation.

  • SOURCE : Département d’État des États-Unis, FOIA 199504567 (National Security Archive Flashpoints Collection, Box 38).
Michail Gorbatchev discutant de l’unification allemande avec Hans-Dietrich Genscher et Helmut Kohl en Russie, 15 juillet 1990. Photo: Bundesbildstelle / Presseund Informationsamt der Bundesregierung.
L’OTAN NIE AVOIR PROMIS À LA RUSSIE QU’ELLE NE S’ÉTENDRAIT PAS APRÈS LA GUERRE FROIDE :

Dans les faits : pareil accord n’a jamais existé. La porte de l’OTAN est ouverte à de nouveaux membres depuis la création de l’Organisation, en 1949 – et cette politique n’a jamais changé. Cette « politique de la porte ouverte » est consacrée par l’article 10 du traité fondateur de l’OTAN, qui stipule que peut solliciter une adhésion « tout État européen susceptible de favoriser le développement des principes du présent Traité et de contribuer à la sécurité de la région de l’Atlantique Nord ». Les décisions relatives à l’adhésion à l’OTAN sont prises par consensus entre tous les Alliés. Aucun traité signé par les États-Unis, l’Europe et la Russie ne contient de dispositions concernant l’adhésion à l’OTAN.

L’idée d’une expansion de l’OTAN au-delà d’une Allemagne unie n’était pas à l’ordre du jour en 1989, en particulier dans la mesure où le Pacte de Varsovie existait toujours. Mikhaïl Gorbatchev l’a confirmé dans un entretien en 2014 : « La question de ‘ l’expansion de l’OTAN ‘ n’a pas du tout été examinée, et elle n’a pas été évoquée durant ces années. Je le dis de manière pleinement responsable. Pas un seul pays d’Europe orientale n’a soulevé la question, pas même après que le Pacte de Varsovie eut cessé d’exister, en 1991. Les dirigeants des pays occidentaux ne l’ont pas soulevée non plus. »

Des transcriptions déclassifiées provenant de la Maison Blanche révèlent en outre qu’en 1997, Bill Clinton a invariablement refusé la proposition de Boris Eltsine relative à un accord sur l’honneur stipulant qu’aucune des anciennes républiques soviétiques n’adhérerait à l’OTAN. « Je ne peux pas prendre d’engagements pour le compte de l’OTAN, et ce n’est pas moi qui vais opposer un veto à l’élargissement de l’OTAN s’agissant de n’importe quel pays, et encore moins vous laisser, à vous ou à quelqu’un d’autre, le loisir de le faire… L’OTAN fonctionne par consensus. »

SOURCE : https://www.nato.int/cps/en/natohq/topics_111767.htm?selectedLocale=fr#c203.

SOURCE — Svetlana Savranskaya and Tom Blanton : « NATO Expansion: What Gorbachev Heard » (Declassified documents show security assurances against NATO expansion to Soviet leaders from Baker, Bush, Genscher, Kohl, Gates, Mitterrand, Thatcher, Hurd, Major, and Woerner. Slavic Studies Panel Addresses “Who Promised What to Whom on NATO Expansion?”). National Security Archive, Suite 701, Gelman Library. The George Washington University, December 12, 2017.

CONSULTER LES DOCUMENTS DÉCLASSIFIÉS :

source:https://guyboulianne.com/

Commentaires: 0