Géopolitique - Election présidentielle états-unienne.

...par le Gal. Joël Granson - Le 28/08/2020.

 

 

Elections présidentielles américaines de novembre 2020 :
Quelques prises de position des candidats sur les questions de Défense

 

 

A près de deux mois des élections présidentielles américaines, cet article ne reprend volontairement que les principales déclarations des deux candidats sur la Défense en général et les forces armées en particulier.

 

 

  1. Le challenger démocrate : Joe Biden

L'ancien vice-président Joe Biden, jeudi 20 août 2020, a promis de restaurer le respect mondial et l'intégrité militaire en Amérique.


«Je prends très personnellement la responsabilité profonde de servir en tant que commandant en chef».


«Je serai un président qui me tiendra aux côtés de nos alliés et amis et fera comprendre à nos adversaires que l’époque où se côtoyaient les dictateurs est révolue. Sous le président Biden, l'Amérique ne fermera pas les yeux sur les primes russes sur la tête des soldats américains, et je ne tolérerai pas l'ingérence étrangère dans notre exercice démocratique le plus sacré: le vote ».


«Et je défendrai toujours nos valeurs de droits de l’homme et de dignité, et œuvrerai pour un objectif commun d’un monde plus sûr, pacifique et prospère.»


La veille, l'ancien président Barack Obama avait présenté les prochaines élections comme une bataille entre un père militaire toujours en deuil (le fils de Biden, Beau, déployé en Irak en 2009 et décédé d'un cancer du cerveau en 2015) et un homme d'affaires sans les compétences diplomatiques nécessaires pour diriger le pays.

 

«Joe Biden et sa colistière Harris ont compris que dans cette démocratie, le commandant en chef n'a pas à utiliser les hommes et les femmes de nos militaires - qui sont prêts à tout risquer pour protéger notre nation - comme des accessoires politiques à déployer seuls contre des manifestants pacifiques sur notre sol ».

Vétéran de la guerre en Irak, la sénatrice Tammy Duckworth, Démocrate de l’Illinois. - qui a perdu ses deux jambes lorsqu'un insurgé a abattu son hélicoptère - a déclaré dans un discours de l'extérieur du bâtiment du Capitole que l'expérience de  Joe Biden en voyant son fils se déployer à l'étranger, lui a donné une empathie et une expérience uniques pour diriger les forces armées.

« Joe Biden comprend les sacrifices parce qu'il les a faits lui-même », a-t-elle déclaré. «Joe connaît la peur que vivent les familles des militaires, car il ressent cette peur de ne jamais savoir si votre proche déployé est en sécurité.


Le candidat démocrate a terminé son discours d’investiture par une belle envolée lyrique : «Que l'histoire puisse dire que la fin de ce chapitre des ténèbres américaines a commencé ici ce soir alors que l'amour, l'espoir et la lumière se sont joints à la bataille pour l'âme de la nation. Et c'est une bataille que nous gagnerons et nous la ferons ensemble. »

 

  1. Le candidat républicain pour un deuxième mandat : Donald Trump

Dans un discours controversé depuis la pelouse de la Maison Blanche, le 27 août 2020, le président Donald Trump a accepté la nomination du Parti républicain pour un second mandat de commandant en chef avec la promesse que «le meilleur est encore à venir» et de « continuer à reconstruire l'armée ».


«Il y a quatre ans, je me suis présenté à la présidence parce que je ne pouvais plus regarder cette trahison de notre pays», a déclaré Trump. «Je ne pouvais pas supporter de voir les politiciens de carrière laisser les autres pays profiter de nous sur les frontières commerciales, la politique étrangère et la défense nationale ».

«Contrairement aux administrations précédentes, j'ai gardé l'Amérique hors de nouvelles guerres et nos troupes rentrent chez elles.»

 

Le président Trump, qui a fait des vétérans et de la sécurité nationale des points clés de ses discours de campagne, a répété ses affirmations de vaincre le groupe État islamique à «100%» et d'apporter une paix sans précédent au Moyen-Orient.

Comme le vice-président Mike Pence un jour plus tôt, le président Trump a souligné sa décision de créer la nouvelle force spatiale américaine et ses changements au ministère des Anciens Combattants comme des signes qu'il avait rempli ses devoirs de réforme et d'amélioration pour les familles des militaires.

 

«Lorsque j'ai pris mes fonctions, le Moyen-Orient était dans un chaos total. L'EI était déchaîné. L'Iran était à la hausse. Et la guerre en Afghanistan n'avait pas de fin en vue… »

«Nous aurons des frontières solides, abattrons les terroristes qui menacent notre peuple et garderons l'Amérique à l'écart de guerres étrangères interminables et coûteuses.»

«L'Amérique est plus sûre aujourd'hui qu'il y a quatre ans», a-t-il déclaré.

 

Par ailleurs, le Président Trump a diffusé un plan en 50 points : Pour la partie Défense  et sécurité, on peut lire :

PREMIÈRE : POLITIQUE ÉTRANGÈRE AMÉRIQUE

  • Arrêter les guerres sans fin et ramener nos troupes à la maison
  • Amener les alliés à payer leur juste part
  • Maintenir et développer la force militaire inégalée de l'Amérique
  • Éradiquer les terroristes mondiaux qui menacent de nuire aux Américains
  • Construire un excellent système de défense de cyber sécurité et un système de défense antimissile.

 

L'élection présidentielle aura lieu le 3 novembre.

 

Joël GRANSON
Officier général (2s)
28 août 2020


...par le Gal. Dominique Delawarde - le 20/02/2020.

Bonjour à tous,

 

Sous le titre "Election présidentielle états-unienne : état des lieux, perspectives et pronostics", je vous adresse une analyse de ma composition et tente de répondre aux questions suivantes :

 

- Quelles sont les forces en présence et leurs principaux soutiens ?

- Quelles sont les grandes dates du calendrier électoral ?

- Quel résultat à attendre des primaires démocrates en juillet 2020 et de l'élection présidentielle du 3 novembre prochain ?

 

Bonne lecture.

 

DD


Election présidentielle états-unienne : état des lieux, perspectives et pronostics

 

Alors que les médias mainstream s'emballent à la moindre nouvelle venue d'outre-atlantique

et commentent abondamment l'élection américaine sans vraiment maîtriser leur sujet, il n'est pas

inutile de faire un point de situation pour éclairer les lecteurs intéressés par cette élection.

Quelles sont les forces en présence et leurs principaux soutiens ? Quelles sont les grandes

dates du calendrier électoral ? Quel résultat à attendre des primaires démocrates en juillet 2020 et de l'élection présidentielle du 3 novembre prochain ?

C'est à ces trois questions que nous allons tenter de répondre le plus précisément et le plus

objectivement possible dans les lignes qui suivent.

*

 

Depuis la défaite d'Hillary Clinton en 2016, jamais l'électorat US n'est apparu aussi

profondément divisé au cours de ce siècle. Avec la complicité active d'une forte majorité des médias mainstream, le camp des perdants de 2016 harcèle quotidiennement, depuis plus de trois ans, le président élu, pour tenter de lui interdire de mettre en œuvre son programme.

 

Dans cette «guerre civile» qui ne dit pas son nom, Trump a réussi à marquer des points

considérables, à résister victorieusement aux attaques menées contre lui, à maintenir son camp

mobilisé et uni derrière lui, malgré quelques maladresses retentissantes en politique étrangère et

quelques promesses non encore tenues.

 

Le camp démocrate apparaît, quant à lui, divisé. S'il garde la faveur d'un vote populaire

majoritaire dans les grandes villes, il a du mal à faire émerger un leader charismatique qui ne soit

pas contesté et ses basses manœuvres politiciennes ont entaché sa crédibilité dans une partie non négligeable de l'opinion.

 

FORCES EN PRESENCE ET LEURS SOUTIENS

 

Le camp républicain peut se prévaloir d'une économie qui marche (en apparence): une bourse à un niveau historiquement (et artificiellement) haut, et un chômage à un niveau historiquement bas ainsi qu'une hausse du pouvoir d'achat pour une majorité de citoyens. Il en résulte que l'impopularité de Trump est moins pire qu'elle ne l'était en 2016 dans les communautés noires et hispaniques et dans les classes moyennes dans lesquelles de nombreux ex-chômeurs ont

retrouvé un emploi.

Ce que les commentateurs oublient trop souvent d'évoquer pour ne pas affoler les foules et le

reste du monde c'est que cette bonne santé économique «à la Madoff» n'est qu'apparente et fragile puisqu'elle repose sur l'explosion des déficits et de la dette qui battent chaque année de nouveaux records historiques :

déficit budgétaire 2019 : 1 311 milliards de dollars

déficit commercial 2019 : 853 milliards de dollars

dette totale 2019 : 75 750 milliards de dollars

dette fédérale 2019 : 23 280 milliards de dollars

voir : https://www.usdebtclock.org/

 

Candidat à sa ré-élection, Trump dispose de quatre atouts considérables liés à sa position de

président sortant.

1 – La quasi totalité des donateurs du camp républicain concentre ses dons sur lui, ce qui fait de lui le candidat le plus riche (en donations), et de loin, pour aborder cette campagne présidentielle 2020. Ce n'était pas le cas en 2016 où il était très largement dépassé par sa concurrente (1,3 milliard de $ pour Clinton contre 0,8 pour Trump).

 

2 – N'ayant pas à faire une campagne de primaire dure pour obtenir sa nomination de candidat

«Républicain», Trump pourra concentrer la quasi totalité de son énorme force de frappe financière

sur le face à face final. (août à octobre 2020).

 

3 – Disposant du pouvoir exécutif, Trump a changé bon nombre de responsables de l'administration «pro-démocrate» par des gens de son camp (CIA, FBI et surtout juges fédéraux ....etc). Il aura donc beaucoup moins à faire face aux innombrables attaques et accusations infondées dont il a été l'objet lors de l'élection de 2016, attaques venant de l'exécutif démocrate en place.

 

4 – Tête de l'exécutif, Trump pourra prendre, jusqu'aux derniers jours de campagne, certaines

mesures de nature à plaire à telle ou telle partie de l'électorat, ce qui n'était pas le cas en 2016. .....

Les USA (et Trump) n'en sont plus à quelques dizaines de milliards de dettes près ..... s'il s'agit de

satisfaire tout ou partie de l'électorat à la veille du scrutin .....

Par ailleurs, Trump a réussi à affaiblir ses principaux adversaires.

 

Il a fait perdre beaucoup de crédibilité aux médias mainstream et au camp démocrate, ses plus farouches adversaires, en les accusant quotidiennement, non sans raisons, de véhiculer de «fake

accusations» (collusion avec la Russie lors de l'élection de 2016, procédure d'impeachment 2019-

2020 ....). Trump a triomphé de toutes ces «affaires» qui se sont avérées contre-productives pour

ceux qui les ont initié. Dans l'élection à venir, les médias et le camp démocrate devront être plus

prudents dans ce qu'ils disent, sachant que Trump, tête de l'exécutif, peut désormais faire enquêter sur les turpitudes du camp adverse et faire publier les résultats au bon moment comme a pu le faire le camp Macron de Janvier à May 2017, dans l'élection française, avec une superbe

instrumentalisation de la justice ...

 

Le camp républicain peut compter sur l'appui du lobby militaro-industriel, sur celui des «vétérans», sur la NRA (National Riffle Association), sur l'appareil exécutif et le Sénat, sur les évangélistes et enfin sur l'AIPAC. Sauf incidents majeurs dans son pays, Netanyahu est annoncé le 1er mars à Washington. Il y apportera son onction à Trump lors du Congrès annuel de l'AIPAC, en échange du soutien de celui ci à sa personne et au Likoud dans l'élection israélienne qui aura lieu le jour suivant, le 2 mars en Israël ...... (échange de bons procédés).

 

Trump pourra aussi compter sur une myriade de médias «internet», très ardents à le promouvoir et à «démolir» ses adversaires. Il utilisera sans modération son arme de communication directe et massive avec le peuple américain: Twitter......

 

Le camp démocrate est beaucoup trop «pluriel» et divisé pour être au mieux de sa forme

aujourd'hui. Les combats électoraux fratricides de la primaires laisseront forcément des traces lors du face à face final d'autant qu'il n'y a pas grand chose de commun entre un démocrate US tendance Biden très «traditionnel» et un démocrate tendance Sanders très «social» et atypique, pour ne citer que ces deux candidats.

 

Les candidats à la candidature démocrates étaient 24 sur la ligne de départ en juillet 2019. Ils

ne sont plus que 9 après la primaire du New Hampshire. Ils ne seront probablement plus que 5 dans quinze jours, après le «Super Tuesday» . Ceux qui ont abandonné la course l'ont fait faute de

financement et bien sûr, faute de bons résultats dans les sondages. Ces deux motifs ont,

évidemment, un lien de cause à effet montrant le «haut niveau de démocratie» des élections

américaines reposant essentiellement sur les moyens financiers des candidats.....et sur de «généreux donateurs» qui réclameront évidemment un «retour sur investissement» en cas d'élection de leur champion.

 

Le camp démocrate peut compter sur l'appui inconditionnel de la quasi-totalité des médias

mainstream écrits et télévisuels qui n'ont toujours pas digéré leur défaite de 2016. Ils auront l'appui majoritaire des minorités ethniques et des lobbies féministes et gay. Ils réaliseront leurs meilleurs scores dans les grandes villes, dans les milieux universitaires et chez les bobos qui y prolifèrent, tout comme en 2016.

 

CALENDRIER ELECTOTAL : 4 points d'orgue à retenir

 

Du 1er au 3 mars : Le congrès de l'AIPAC (America Israel Public Affairs Committee), avec le

discours de Netanyahu le 1er mars où il sera, sans surprise, question des «méchants iraniens» et de la nécessité du soutien de l'exécutif US pour y faire face. Après moult remerciements de Netanyahu à Trump pour son action pro-Israël (reconnaissance de Jérusalem, annexion du Golan, deal du siècle, assassinat de Soleimani) et la réaffirmation du lien indéfectible Trump-Netanyahu, les élections législatives israéliennes du 2 mars pourrait se passer mieux que prévu pour Benjamin. Heureux hasard du calendrier ......

Enfin, le 3 mars, les résultats du Super Tuesday et les abandons qui suivront dans la primaire

démocrate devraient permettre de faire émerger le podium de la convention démocrate.

 

Concernant le Congrès de l'AIPAC, une grande nouvelle mérite d'être soulignée. La quasi

totalité des candidats démocrates à la primaire (dont Sanders et Warren) ont décliné l'invitation

d'aller y présenter leur programme et de déclarer, par leur présence, leur allégeance à

Benjamin et à ses affidés. Peut être considèrent-ils désormais comme contre-productive leur

apparition à ce type de «grand-messe» et veulent-ils éviter les images désastreuses de

compromission que cela suggère.

On se souvient, en France, de cette image peu glorieuse de notre président, s'exhibant à un rassemblement communautariste  https://www.youtube.com/watch?v=DrdNl2EP4zc et les parisiens LREM (La République Exemplaire de Macron) savent désormais, aussi bien que d'autres, que quelques secondes de vidéo diffusées sur you tube peuvent ruiner une carrière politique.....

 

Entre le 1er et le 3 mars, il ne devrait donc pas y avoir l'habituel concours de prosternation

devant le «pape de Tel Aviv» des candidats US à l'élection présidentielle. Il n'y aura donc pas un

remake de 2016 ou Clinton et Trump avait rivalisé d'obséquiosité et de servilité pour obtenir

l'onction de l'AIPAC ......

 

Du 12 au 16 juillet : La convention démocrate désignera son champion à Milwaukee.

Du 23 au 27 août : La convention républicaine couronnera Trump (74 ans) à Charlotte (si Dieu lui

prête vie...)

3 novembre 2020 : Election présidentielle US

 

LES PRIMAIRES :

S'agissant des primaires républicaine, les choses sont simples. Trump raflera la quasi totalité des délégués. Seul un décès prématuré pourrait donc l'empêcher d'être couronné à la convention républicaine qui se déroulera du 23 au 27 août prochain à Charlotte.

Ce qui est fascinant, c'est de constater que, le résultat de la primaire étant pourtant connu d'avance, un nombre inhabituel d'électeurs se déplacent tout de même pour soutenir Trump. Ainsi, dans le New Hampshire, avec 127 937 électeurs sur son nom, Trump fait beaucoup mieux que tous ses prédécesseurs ayant brigué un second mandat (Obama: 49080 en 2012, Georges Bush: 52 972 en 2004, Bill Clinton 76 797 en 1996). Il y a là des résultats qui devraient interpeller nos «experts» .....

S'agissant de la primaire démocrate, cinq noms de candidat ressortent en tête des sondages au

niveau national.

 

1 - Bernie Sanders (79 ans) arrive désormais le plus souvent en tête avec une «moyenne de

sondages» à 24,8% de l'électorat démocrate. Il est le plus «social» des candidats. De centre gauche au sens français du terme, il est pourtant qualifié de «communiste» par les républicains .....

Parcequ'il est trop social, il n'est pas le candidat favori de l'appareil du parti. Le DNC (Democratic National Committee), fera tout son possible pour le faire échouer.

Bien que membre de la communauté juive, il n'est pas non plus le candidat de l'AIPAC, car il

n'est pas sioniste et n'aurait pas peur de s'opposer à Netanyahu sur la gestion du problème palestinien et sur la colonisation. Il a voté au Congrès contre les lois anti-BDS et contre la loi

tendant à assimiler l'antisionisme à l'antisémitisme. Il est, en quelque sorte, l'antithèse de Trump sur une majorité de sujet.

 

2 - Joe Biden, (78 ans) ancien vice président d'OBAMA était le favori de l'appareil démocrate et

caracolait en tête des sondage en fin 2019. Il est aujourd'hui en chute libre après la mise au jour de l'affaire «ukrainienne» dans laquelle son fils et lui même étaient directement impliqués.

Il est aujourd'hui progressivement lâché par ses soutiens de l'establishment démocrate.

L'appareil démocrate ne souhaite probablement pas que se reproduise le scénario «Clinton», battue en raison des multiples «casseroles» qu'elle traînait derrière elle. Il reste encore second au niveau national à 17,8% mais devrait encore baisser dans les semaines et les mois qui viennent. Il espère encore le soutien de la communauté afro-américaine pour effectuer une remontée.

 

3 - Michael Bloomberg (78 ans), neuvième homme le plus riche du monde, membre de la

communauté juive et propriétaire d'une des plus grandes agence de presse serait un candidat

beaucoup plus convenable, à la fois pour l'appareil du parti démocrate et pour l'AIPAC. Il pourrait

constituer un candidat de substitution à Biden lors de la convention démocrate et peut être doubler le «communiste» Sanders (humour ....) sur le fil grâce au vote des super-délégués. Il se situe aujourd'hui à 14,6% dans la moyenne des sondages nationaux pour la primaire démocrate, mais semble bien progresser inexorablement et rapidement, aidé, bien entendu, par son outil de presse et par les médias mainstream amis, parmi lesquels la quasi totalité des médias européens ....

Trump ne s'y trompe pas puisqu'il concentre désormais ses attaques contre lui.

 

Bloomberg n'a participé à aucun débat avant celui du 19 février ce qui lui a évité de dire des

âneries et de prêter le flanc à la critique, mais il compte frapper fort, d'emblée, au Super Tuesday.

Pour ce faire, il a inventé un nouveau modèle de campagne pour candidats très riches, modèle dont on ne sait pas encore s'il va être efficace. Sa nouvelle «recette» fait dire à tous ses concurrents démocrates et à son adversaire républicain qu'il veut «acheter la présidence». La méthode consiste à recruter et à rémunérer les plus gros influenceurs du pays sur les réseaux internet (ceux qui ont entre 1 000 et plusieurs millions de followers), pour qu'ils fassent campagne en sa faveur sur les réseaux sociaux. Cette méthode, qui consiste à prendre les citoyens américains pour des «cons influençables», est évidemment coûteuse, mais elle n'est pas illégale dans ce «beau modèle américain de démocratie.» Elle peut réussir.....

D'autant que dans sa pêche aux voix, Bloomberg vient de lancer un ballon d'essai en évoquant l'hypothèse d'un ticket «Bloomberg-Clinton».

Ce ticket qui mettrait deux new-yorkais farouchement pro-Israël à la tête du pays a-t-il des chances de succès ? Ce sera aux électeurs d'en décider, le plus «démocratiquement» possible, bien sûr .....

Bloomberg espère aussi faire oublier à la communauté afro-américaine qu'il n'a pas soutenu

Obama lorsque celui ci était candidat parce que la couleur de ce candidat ne lui convenait pas.

Ancien maire de New York, Bloomberg y a longtemps défendu la politique des interpellations et

fouilles arbitraires ("stop-and-frisk"), accusée d'avoir suscité une explosion des contrôles au faciès.

Il a récemment réitéré ses excuses pour cette pratique, dont il a reconnu qu'elle avait mené à

l'arrestation de "trop d'innocents", dont "une immense majorité" de Noirs ou de Latinos.

L'élection de ce candidat, sioniste avéré, à la primaire démocrate, voire à la présidence des

États-Unis, ne serait pas une bonne nouvelle pour la paix aux Proche et Moyen-Orients, ni pour

l'Union Européenne qui pourrait être entraînée, par l'intermédiaire de l'OTAN et par le jeu des

alliances, dans des conflits de grande ampleur qu'elle n'aurait pas voulu.

Bloomberg sera bien sûr aidé dans sa campagne :

par le lobby gay, par le lobby pro-israël par le lobby de la finance.

 

4 - Elisabeth Warren (71 ans) de centre gauche comme Sanders, arrive en 4ème position à 12,6%. Il n'est pas inenvisageable qu'elle fasse alliance avec Sanders, dont elle partage la sensibilité sociale, pour faire un ticket vainqueur à la convention. Elle pourrait être alors, pourquoi pas, la première femme

vice présidente des USA si ce ticket venait à

l'emporter.

5 - Pete Buttigieg (38 ans) :

(Pete Buttigieg à droite et son «mari» (husband), à gauche)

 

Beaucoup plus jeune que ses concurrents, il est gay et se place, dans les sondages, en 5ème position au niveau national à 10% (des seuls électeurs démocrates). Il sera donc soutenu par un lobby puissant: le lobby LGBT. Si son âge et son orientation sexuelle ne constituent pas nécessairement des handicaps dans certaines grandes villes, dans certains états, dans certains milieux «bobos» dont les repères ont évolué, et particulièrement dans l'électorat démocrate, il serait surprenant qu'il soit sélectionné par son parti en juillet prochain et plus surprenant encore qu'il remporte en 2020 l'élection présidentielle américaine.

L'image de l'hypothétique couple présidentiel pourrait, dans une Amérique non encore majoritairement acquise à la cause LGBT, faire reculer certains électeurs «rétrogrades»....

 

Si la victoire souriait à cet heureux couple, les caricaturistes de Charlie Hebdo qui ne respectent rien ni personne et qui semblent bien avoir ni Dieu, ni maître, pourraient s'en donner à coeur joie en caricaturant les ébats sexuels du nouveau président US et de son mari (comme ils l'ont

fait avec le pape, ou le prophète...). On peut se demander si l'image, à l'étranger, de la première

puissance de la planète, en sortirait grandie dans un monde où l'immense majorité des populations est encore réfractaire à ce genre de «progrès».

 

PRONOSTIC ET CONCLUSION : Dans les élections américaines, les revirements de l'opinion

peuvent être très rapides. Tous les coups bas les plus tordus sont de mise, il est très difficile de

prévoir, avec cinq mois d'avance les résultats d'une primaire et avec huit mois d'avance les résultats d'une élection présidentielle.

Sur la primaire démocrate, les paris en ligne étant ouverts depuis plusieurs mois, les très

nombreux parieurs, confortés par les sondages et leur évolution nous disent que Sanders et

Bloomberg devraient être les deux finalistes à la convention de Juillet prochain. Je partage cette

opinion. Sanders est actuellement donné en tête au premier tour de scrutin de la convention

démocrate, par 42% des parieurs, 32% pariant sur Bloomberg, ce qui me paraît probable. Mais

Sanders n'a aucune chance d'obtenir la majorité absolue au premier tour (50% + 1 voix) des 3979

délégués démocrates élus au cours des primaires. Il y aura donc un deuxième tour.

Ce deuxième tour verra l'entrée en lice, dans le vote, de 771 «super délégués» qui représentent les notabilités du parti démocrate et qui viendront s'ajouter au vote des 3979 délégués ayant voté au premier tour. Ces notabilités sont majoritairement hostiles à Sanders. Elles auront donc le pouvoir, par leur poids dans le scrutin de 2ème tour, de modifier l'ordre d'arrivée constaté au

1er tour, si toutefois l'écart entre les deux concurrents de tête n'est pas trop grand, ce qui devrait être le cas. Il ne me surprendrait pas que Bloomberg soit placé devant Sanders au 2ème tour, même s'il est arrivé derrière au 1er tour. Cette règle qui permet aux super-délégués de désigner le vainqueur s'il n'y a pas majorité absolue au 1er tour est évidemment scélérate, mais c'est la règle du parti ...

Si une telle inversion devait survenir en juillet, les électeurs de Sanders la ferait payer à

Bloomberg et aux notables du parti démocrate le jour de l'élection présidentielle, renforçant ainsi les chances de Trump d'être élu.

Pour le résultat final, Trump n'a jamais été en position aussi favorable pour gagner. La

moyenne des sondages récents approuvant son action n'a jamais été aussi haute depuis le début de son mandat et tourne à 44 % et atteint, pour certains d'entre eux les 49%, ce qui ferait rêver bon

nombre de chefs d'état et de gouvernements européens dont le notre.

Certes, les sondages donne Trump battu, comme en 2016 et quel que soit son adversaire.

Mais les sondages aux USA sont beaucoup moins crédibles qu'en Europe.

Deux sondages effectués sur une même période avec des échantillons de même taille peuvent afficher 10 points d'écart.

Deux sondages effectués par un même institut à 3 jours d'intervalle, peuvent afficher 10 points d'écart.

En outre, ces sondages ne prennent pas en compte les règles différentes dans chaque état, mais

seulement le vote populaire que Trump devrait perdre en 2020, comme en 2016, tout en remportant l'élection présidentielle, dans le mode de scrutin défini par la constitution.

Les parieurs en ligne ne s'y trompent pas et plébiscitent massivement, dans leur pari en ligne, la victoire de Trump en négligeant les «mauvais sondages». Si aucun bouleversement géopolitique n'intervient et surtout si les démocrates ne se présentent pas totalement unis derrière un seul candidat, j'ai tendance à parier aujourd'hui sur la victoire de Trump en novembre prochain. La

tournure de la primaire démocrate dans les prochains jours (3 mars) nous donnera de précieuses

indications sur leurs chances de succès en novembre.

 

DD

 

Télécharger l'original : 

Télécharger
élection présidentielle états-unienne.pd
Document Adobe Acrobat 396.3 KB

Ingérence russe : Faute de pouvoir gagner dans les urnes, les Démocrates relancent la propagande

...par  Karine Bechet-Golovko  - Le 21/02/2020.

La politique américaine n'en finit pas de se répéter, à l'absurde, à l'ennui, à l'exaspération des humeurs et des résistances. Les Démocrates n'ayant pas réussi à obtenir un Impeachment de Trump et ne pouvant réécrire l'histoire de leur défaite électorale tout en se sentant mal partis pour les prochaines présidentielles, accusent par avance la Russie - et personnellement Poutine - de leur futur échec. En effet, comment risquer de croire que leur idéologie mortifère ne satisfait pas la population, qui veut sortir de l'impasse socio-économique où elle a été plongée ? Trump a effectivement de très bonnes chances, ce que le Deep State ne peut accepter. Un morceau de propagande digne des grandes oeuvres de la Pravda dans le New York Times de ce matin : ils en sont certains, la Russie va chercher à faire élire Trump. Des preuves ? Quelle importance. Ils sont convaincus - j'hésite sur le nombre de syllabes.

Des députés démocrates, prévenus par les renseignements, annoncent la main sur le coeur que la Russie pourrait déstabiliser les élections présidentielles à venir et évidemment les Primaires des Démocrates. Car la Russie en général et Poutine en particulier adorent Trump et veulent qu'il gagne. Ils l'affirment, ils en sont certains, ils sont prêts à le jurer. Que vous faut-il de plus ? 

En effet, ça se répète. Toujours la même histoire, encore et encore. Et l'opposition entre Trump et certains services ne peut cesser, puisque le combat politique lui aussi continue. Trump avait accusé ces services de faire le jeu des Démocrates :

Mr. Trump has long accused the intelligence community’s assessment of Russia’s 2016 interference as the work of a “deep state” conspiracy intent on undermining the validity of his election.

Et il n'est pas le seul, des Républicains le soutiennent, quand les services accusent personnellement Poutine d'avoir ordonner d'influencer les élections américaines en faveur de Trump :

Très logiquement, certains ne voient pas en quoi il serait plus facile pour la Russie de travailler avec Trump qu'avec Sanders, par exemple. Surtout que les relations russo-américaines sont au plus mal sous cette présidence. Mais peu importe, pour les Démocrates, la Russie s'est entraînée jusqu'à présent, notamment en Géorgie, en vue des élections américaines.

C'est pathologique ? A ce niveau, c'est possible. En tout cas, c'est désespéré. Et l'article ne s'arrête pas en si bon chemin. Car le problème, au-delà de la croyance reste toujours celui de la preuve. Et jusqu'à présent, ils sont objectivement en difficulté de ce côté-là. Donc l'on apprend que les "services de Poutine" développent des méthodes quasiment indétectables. 

Quelle chance! Maintenant, il ne sera plus nécessaire de prouver les accusations d'ingérence de la Russie, puisqu'elles sont indétectables. Seuls les résultats des élections permettront de savoir si les élections américaines ont été, ou non, manipulées. S'ils sont conformes aux intérêts du Deep State, tout va bien le vote est libre et les résultats sont légitimes. Sinon, et il y a de fortes chances que tel soit le cas, la Russie aura manipulé la volonté des électeurs. C'est quand même plus confortable ainsi.

Les Démocrates ne pourraient essayer de faire campagne pour gagner réellement ces élections ? En fait, non. Ils sont dans l'impasse. Ils défendent, comme la plupart des élites aujourd'hui, une position idéologique minoritaire dans la société et qui convainc, au regard de la détérioration et des services publics, et de l'économie, et donc du niveau de vie, de moins en moins. Il devient alors de plus en plus difficile à cette élite de se maintenir au pouvoir par l'intermédiaire des mécanismes démocratiques, qui sous-entendent la volonté de la majorité. Et c'est encore plus difficile d'y revenir. Si elle garde entre ses mains les mécanismes indirects de pouvoir, la gouvernance directe reste encore indispensable, d'où l'importance de maîtriser les institutions.

 

Source : http://russiepolitics.blogspot.com/2020/02/ingerence-russe-faute-de-pouvoir-gagner.html

 


Géopolitique - Deux documents

...proposés par le Gal. Dominique Delawarde - Le 07/03/2020.

Bonjour à tous,

Aujourd'hui, je vous propose deux documents.

Le premier est la version française de l'article que je vous ai adressé hier
sur l'accord Poutine-Erdogan sur Idlib. Pensons à ceux qui ne maîtrisent pas
la langue de Shakespeare. Vous trouverez le texte sur le lien suivant:

https://reseauinternational.net/erdogan-a-perdu-la-bataille-mais-la-guerre-est-loin-detre-terminee/
(Lien interne ici)


Le second, adressé en PJ est de ma composition. Il fait le point sur l'élection états-unienne après le Super Tuesday après mon premier article du 19 février dernier. Il ouvre de nouvelles perspectives.

Bonne lecture.

DD

 


Élections états-uniennes: où en est-on après le Super Tuesday ?

 

Cet article fait suite à celui du 19 février dernier, publié sur une dizaine de sites dont celui de

l'ASAF (Association de Soutien à l'Armée Française). https://www.asafrance.fr/item/election-

presidentielle-etats-unienne-etat-des-lieux-perspectives-et-pronostics.html:

 

Il fait état des évolutions considérables constatées depuis le 19 février et donne un éclairage

aussi précis que possible sur les perspectives de résultats de la primaire démocrate de juillet prochain et sur ceux des élections présidentielles du 3 novembre.

 

Il entre également dans les grandes lignes du programme de politique intérieure et de politique

étrangère des deux candidats qui font désormais la course en tête dans le camp démocrate : Bernie Sanders et Joe Biden.*

 

 

                                  Bernie Sanders                                                            Joe Biden

 

Retour en arrière.

Le 19 février dernier, Michael Bloomberg participait pour la première fois à un débat entre 6 des

9 candidats démocrates encore en lice à cette date. Il y a subi un échec retentissant; de ceux dont on a beaucoup de mal à se remettre, face, notamment, à Elisabeth Warren. Il y a perdu gros à la veille du Super Tuesday.

 

Devant cette faiblesse inattendue de la candidature Bloomberg, l'appareil du parti démocrate a

revu sa stratégie visant à barrer la route de l'investiture à Bernie Sanders.

 

Il a donc décidé de revenir à son choix initial: «soutenir Biden» (malgré ses casseroles). Pour

relancer cette candidature, le parti démocrate s'est d'abord appuyé sur les résultats de la primaire de Caroline du Sud, où Biden, soutenu par l'électorat afro-américain, a remporté sa première victoire contre Sanders. C'était attendu, car Biden était le vice-président d'Obama (premier président afro-américain des USA), mais ce succès est allé au-delà des espérances.

 

L'appareil du parti démocrate a ensuite convaincu Pete Buttigieg et Amy Klobuchar de se retirer

de la course à l'investiture en faveur de Biden avant le super-Tuesday, dans l'intérêt de l'unité du parti (contre Sanders). Cette opération politicienne, clairement orientée contre Sanders, a considérablement renforcé la candidature Biden, d'autant qu'elle a été très fortement médiatisée à la veille du scrutin du 3 mars.

Il y a eu là un coup terrible porté, par l'appareil du parti, à la candidature du trop populaire Bernie Sanders.

 

Cerise sur le gâteau, dans son discours du premier mars au congrès de l'AIPAC (America-Israel

Public Affairs Committee), Netanyahu a eu des mots très durs contre Bernie Sanders qui a eu le courage et/ou la maladresse de s'attaquer à l'AIPAC et aux excès de la gouvernance israélienne.

 

Le décor était planté pour une remise en cause, lors du Super-tuesday, du leader de la course à

l'investiture : Bernie Sanders.

 

Le 2 mars au soir, à la veille du Super-tuesday, il n'y avait donc plus que 5 candidats en lice pour

l'investiture démocrate: Sanders, Biden, Warren, Bloomberg et Gabbard

 

*

 

Les résultats du Super-Tuesday

 

Les résultats du Super Tuesday, où 16 des 50 états ont voté le même jour, rendent l'issue de la

bataille pour l'investiture démocrate plus incertaine, mais ils font apparaître clairement le duel au sommet entre Biden, le candidat de l'appareil du parti et Sanders, le candidat «hors système».

 

En effet moins de 48 heures après le Super Tuesday, Elisabeth Warren et Michael Bloomberg

jetaient l'éponge à leur tour, faute de résultats convaincants. Pour Bloomberg qui avait dépensé un demi milliard de dollars en deux mois et n'a obtenu que 61 délégués, c'est un énorme camouflet face à un Trump goguenard qu'il s'était juré d'abattre. Chaque délégué de Bloomberg lui aura donc coûté 10 millions de dollars. Ça fait cher le délégué, surtout pour abandonner dès la première participation à un scrutin !

 

L'électorat démocrate apparaît désormais profondément divisé en deux camps farouchement

opposés et d'importance quasi égale. Le camp Biden, soutenu par Bloomberg. Le camp Sanders qui pourrait être soutenu par Elisabeth Warren, voire par Tulsi Gabbard.

 

Cette division et surtout les manigances de l'appareil du parti démocrate qui apparaissent très

clairement (comme en 2016), ne sont pas de bon augure pour une victoire du candidat démocrate investi, quel qu'il soit, dans son face à face final avec Trump. Elles amusent beaucoup le camp des républicains qui pourrait bien en être le principal bénéficiaire dans quelques mois.

 

Alors que les résultats définitifs du Super Tuesday ne sont pas encore tous connus, la répartition

des délégués déjà obtenus par les deux candidats encore en course est la suivante (à l'heure où j'écris ces lignes): Biden: 664 Sanders: 573

 

Il faut toutefois souligner que le dépouillement des scrutins de la Californie, du Colorado et de

l'Utah, favorables à Sanders, n'est pas terminé et que l'écart entre les deux candidats pourrait se réduire.

Pour information, Warren avait obtenu 64 délégués avant de se retirer, Bloomberg: 61, Buttigieg:

26, Klobuchar: 7 et Gabbard: 2

 

Il faut 1 991 délégués pour être investi au premier tour de scrutin. Biden et Sanders sont encore

loin du compte, mais une élection au premier tour en juillet prochain n'est plus impossible si l'écart entre les deux candidats venait à se creuser.

 

L'idéal, pour l'appareil du parti démocrate, serait que Biden l'emporte au premier tour pour éviter

toute contestation et maintenir l'unité du parti.

 

Si un deuxième tour était nécessaire, Biden devrait l'emporter à coup sûr avec l'entrée en lice,

dans le scrutin, de 771 super-délégués (l'appareil du parti) dont une très forte majorité est hostile à Sanders.

 

Mais que reproche donc l'appareil du parti démocrate à Bernie Sanders ?

 

Le programme de Sanders franchit plusieurs lignes rouges en politique intérieure et en politique étrangère, au point qu'on puisse qualifier sa mise en application de véritable révolution.

 

Rendez vous compte : En politique intérieure, le modèle de société auquel se réfère le plus

souvent Sanders est celui du Danemark, reconnu comme l'un des meilleur au monde. Sanders souhaite instaurer la gratuité des études supérieures et de la santé: impensable aux USA où les banques prêtent sans compter aux jeunes étudiants qui passeront leur vie entière à rembourser, impensable aux USA avec le système des assurances santé qui font d'énormes profits sur le dos des usagers, avec un système de santé où la moindre prescription est payée au prix fort et où les lobbies de la médecine, de la chirurgie et de la pharmacie font la pluie et le beau temps.

 

Et en politique étrangère ? Sanders n'est pas un va-t-en guerre qui souhaite imposer, par l'ingérence et les sanctions, la suprématie US sur le reste du monde. Il a osé prétendre que certaines réalisations de la gouvernance cubaine n'étaient pas mauvaises notamment dans le domaine de la santé et de l'éducation (ce qui est vrai). Ces positions sont inacceptables pour le courant «néoconservateur» du PNAC (Project for a New American Century) et pour les partisans de «l'Amérique über alles» (ou «America First»), que l'on trouve en nombre chez les «démocrates».

 

Mais par dessus tout, l'erreur majeure et probablement fatale de Sanders, c'est la ligne directrice

de sa politique étrangère moyen-orientale. Il est opposé au «deal du siècle», il veut remettre l'ambassade US à Tel Aviv et détricoter l'essentiel de ce que Trump a concédé à Israël (reconnaissance de l'annexion du Golan et des colonies). Il critique ouvertement l'AIPAC et la gouvernance israélienne. Il dit vouloir réduire l'assistance à Israël (finance, armement) et accroître l'assistance à la Palestine. Il est pour une solution à deux états et rejette le caractère confessionnel et intégriste de la gouvernance actuelle de l'état juif.

 

On ne s'attaque pas impunément aux intérêts israéliens aux USA. Certains l'ont déjà payé de leur

vie.

 

Une «élimination» possible de Sanders ?

 

Bref, chacun l'aura compris, le programme de Sanders transgresse de nombreuses lignes rouges

et ces transgressions pourraient aller jusqu'à mettre sa vie en péril s'il se trouvait en situation d'emporter l'investiture démocrate.

 

Rappelons à ceux qui l'ignorent que 4 présidents US (sur 45) ont été assassinés et que 13 autres

présidents ont fait l'objet de tentatives d'assassinat au cours de leur mandat. Il n'est pas bon pour la santé de déranger l' «état profond» dans ce pays, ni surtout de s'opposer au projet israélien du «grand Israël».

Certains candidats à la présidentielle US ont également fait l'objet d'attentat dans le passé : Bob Kennedy, Georges Wallace, Teddy Rooswelt entre autres.....

 

A ceux qui sont intéressés par la question des assassinats politiques, par Israël et son allié

américain, de tous ceux qui s'opposent à la politique du «Grand Israël» et aux volontés d'hégémonie américaine, je suggère la lecture de l'article très récent de l'excellent Laurent Guyenot :

https://lesakerfrancophone.fr/15-ans-avant-kennedy-les-sionistes-assassinaient-james-forrestal

 

Cet article est bien argumenté et parfaitement documenté. Pour les traditionnelles et inévitables

accusations de complotisme de la part des gens que cette recommandation de lecture et mon propos pourraient gêner, il faudra repasser, car la teneur de cet article est aujourd'hui confortée par d'autres écrits ou émissions TV présentés sur des médias mainstream. Sans remonter aux assassinats ciblés du suédois Folke Bernadotte, médiateur de l'ONU et du colonel français Serot, tous deux très critiques du sionisme, je n'en citerai que trois pour aller au plus court.

 

1er document, vidéo en anglais (sous titré français ) :

https://www.youtube.com/watch?v=jl9s09LMp10

On y apprend dès la première minute, que du personnel de l'ambassade israélienne à Londres

envisageait «d'éliminer», en 2018, Alan Duncan, ministre britannique, qui se montrait trop critique envers la colonisation israélienne: rien que ça ..... L'ambassadeur israélien a dû se confondre en excuses publiques et a dû rapatrier à Tel Aviv son diplomate («homme de main ?»), pris les doigts dans la confiture...

 

2ème document, vidéo en français :

Interview sur la chaîne Arte de Ronen Bergman où il est question des 2700 assassinats ciblés perpétrés par les israéliens sionistes dans le monde.

https://www.arte.tv/fr/videos/095349-000-A/le-journaliste-israelien-ronen-bergman-28-minutes

 

3ème document, livre de Ronen Bergman :

«Lève toi et tue le premier : Histoire secrète des assassinats ciblés (2700) commandités par Israël».

Ronen Bergman, l'auteur, est lui même israélien et sioniste et connaît parfaitement son sujet ........

 

On notera qu'un sioniste n'hésitera jamais à éliminer ou «faire éliminer» un membre de la

communauté juive si celui ci porte ou peut porter gravement atteinte, directement ou indirectement, au projet du «grand Israël»?

On se souvient de l'assassinat d'Yitzhak Rabin en 1995. Plus récemment, le décès suspect d'Epstein, l'homme (lié au Mossad) qui en savait trop, pourrait bien avoir fait partie de la

série.

Quant à Sanders qui est aussi un membre de la «communauté juive», son «projet fou» de vouloir 

s'opposer à la gouvernance israélienne peut le conduire à un «accident cardiaque» d'autant plus «naturel» qu'il est âgé et qu'il en déjà fait un au cours de l'année écoulée. Le prochain pourrait bien lui être fatal....

*

En conclusion sur l'élection américaine, on peut dire que, jusqu'à présent, les choses se présentent plutôt bien pour Trump. Pourquoi ?

 

- Parce que la profonde division du camp démocrate ne peut que lui être favorable. Il se contentera jusqu'à juillet prochain de la commenter ironiquement et même de l'attiser par tous les moyens.

 

- Parce que, malgré son âge (73 ans), Trump a cinq ans de moins que Biden (78 ans) et six ans de moins que Sanders (79 ans).

 

- Parce que Biden traîne dans son sillage autant de casseroles que Clinton en 2016 et que Trump, qui tient aujourd'hui l'appareil d'état (FBI et Justice), saura instrumentaliser cet appareil au bon moment contre le candidat démocrate dont il exploitera les faiblesse. Il ne fera d'ailleurs que rendre la monnaie de leur pièce à ceux qui l'ont attaqué en 2016 (dont Biden) en multipliant les fausses accusations.

 

- Parce que Biden, très âgé, a des «absences» de plus en plus fréquentes et multiplie les gaffes lors des débats publics. Les électeurs risquent de s'apercevoir, avant l'élection, qu'il n'a plus toute sa tête...

 

- Parce que le programme de Biden s'inscrit dans la continuité de celui d'Hillary Clinton, la perdante de 2016 . ...

 

- Parce que Sanders, s'il est investi, sera présenté comme un affreux «communiste» qui veut imposer «l'horrible modèle de société danois» à la grande Amérique pour mieux la ruiner.

 

- Parce que Trump s'est donné l'image d'un homme fort, qu'il a fait baisser le chômage, amélioré la croissance du pays et le pouvoir d'achat des américains et qu'il dispose d'une base électorale nombreuse et solide qui lui est très fidèle.

 

- Parce que Trump dispose d'un «trésor de campagne» qu'il n'a quasiment pas utilisé jusqu'à présent.

 

En clair, si aucune crise majeure de nature économique ou géopolitique ne vient changer la

donne, Trump a de bonnes chances de l'emporter le 3 novembre prochain, malgré la haine féroce qu'il suscite dans un camp démocrate, pourtant majoritaire dans le vote populaire.

 


Situation internationale et élection présidentielle américaine

...par Jean-Luc Baslé - proposé par le Gal. Dominique Delawarde - Le 27/05/2020.

 

Bonjour à tous,

je vous transmets un article intéressant de mon ami Jean Luc, qui traite de la situation internationale et de l'élection présidentielle américaine qui aura lieu début Novembre.

Bonne lecture.

DD


 

L’élection présidentielle américaine qui aura lieu en novembre, se déroulera dans un climat international tendu. Les médias n’y prêtent guère attention, préférant se concentrer sur la pandémie et ses conséquences. Ce faisant, ils ont peut-être donné l’impression aux lecteurs que les choses étaient calmes. Il n’en est rien. 

 

 

Qu’on en juge :

 

·       Donald Trump a qualifié le Covid-19 de « virus chinois », une accusation quelque peu surprenante et dangereuse quand les Américains sont dépendants à 80% des Chinois pour leur approvisionnement en médicaments et appareils hospitaliers. De son côté, la Chine a utilisé son expérience et ses stocks à des fins de propagande auprès des nations européennes pour tenter de les « découpler » des Etats-Unis.

 

·       Répondant aux pressions de Washington, Taiwan Semiconductor Manufacturing Company ne livrera plus de semi-conducteurs à Huawei – ce faisant les Etats-Unis touchent un nerf sensible de la Chine qui voit en Taiwan une province chinoise. Cela ne peut qu’aggraver une guerre froide sino-américaine larvée.

 

·       Des manifestations ont eu lieu à Hong Kong le 24 mai en réaction à la loi de « sécurité nationale » que Pékin entend imposer à cette ville au statut bien particulier de cité internationale et chinoise à la fois.

 

·       Donald Trump a annoncé son intention de se retirer du traité « Ciel ouvert », entré en vigueur en 2002, au prétexte que la Russie n’aurait pas respecté ses engagements – accusation que la Russie réfute notant que les Etats-Unis n’ont fourni aucune preuve.

 

·       Fin avril, les Etats-Unis réaffirment leur intention d’accorder une part plus importante aux armes nucléaires à faible rendement dans leur stratégie de défense – politique que certains dénoncent comme une incitation à leur utilisation.

 

·       Les Corée du nord et du sud ont échangé des tirs d’artillerie au début du mois de mai.

 

·       Après l’échec de la « Paix du siècle » de Jared Kushner, gendre de Donald Trump, la décision de Benjamin Netanyahu d’annexer la Cisjordanie – terre de 2,8 millions de Palestiniens et de 400.000 colons israéliens – ne peut qu’envenimer l’atmosphère dans la région.

 

·       L’Iran a lancé un satellite à 465 kilomètres dans l’espace.

 

·       Les Etats-Unis dépêchent une partie de leur flotte dans la mer des Caraïbes au motif que le Venezuela est engagé dans un trafic de narcotiques.

 

·       Les Etats-Unis s’apprêtent à intervenir militairement pour interdire aux pétroliers iraniens l’accès au Venezuela où sont stationnés des militaires russes.

 

Il n’est donc pas exagéré de dire que la tension sur la scène internationale s’accroît. Cet accroissement a lieu alors même que les scientifiques du Doomsday Clock (l’horloge apocalyptique) ont tenté en janvier dernier d’alerter l’opinion publique, les chefs d’Etat et de gouvernement, de la dangerosité du monde dans lequel nous vivons en rapprochant l’aiguille de l’heure fatidique. Elle n’est plus qu’à 100 secondes de minuit – elle n’en a jamais été aussi proche depuis sa création en 1947 ! C’est dans ce contexte tendu que va se dérouler l’élection présidentielle américaine.

 

Or, les Etats-Unis sont au bord d’une crise économique d’ampleur doublée d’une crise politique sans précédent. Alors que l’économie donnait des signes de faiblesse dès septembre 2019, loin de prendre l’épidémie du coronavirus au sérieux, Donald Trump l’a ignorée. En conséquence, le chômage est passé de 3,8% à 14,7% en moins de deux mois, et le produit intérieur brut a accusé un déficit de 4,8% au premier trimestre. Compte tenu de l’évolution de l’épidémie, la performance de l’économie américaine ne peut que se détériorer dans les mois prochains et entraîner dans son sillage l’économie mondiale – elle-même fortement affaiblie par la pandémie. Le monde se rapproche donc d’une crise de type-1929, voire plus grave puisque toute l’économie mondiale sera concernée cette fois ce qui n’était pas le cas en 1929.  

 

Politiquement, les Etats-Unis sont plus divisés que jamais. Russiagate s’effondre – il ne reste rien ou presque des accusations levées contre le président et ses acolytes, et le rôle supposé de la Russie. Plus grave, il apparaît qu’il s’agit d’une machination organisée au plus haut niveau de l’Etat alors que Barack Obama était président. Les « déplorables » d’Hillary Clinton tiennent leur revanche. Ils  profiteront de l’élection présidentielle pour le faire savoir. Mais les choses sont loin d’être gagnées pour le camp républicain en raison de la personnalité du président sortant, de ses maladresses dans la gestion de la pandémie et de l’effondrement brutal de l’économie. Pour autant, les démocrates auraient tort de se réjouir trop vite. Ils sont aussi à la peine. Après avoir éliminé les candidats compétents, ils se trouvent coller avec un homme, Joseph Biden, « Joe » pour les intimes, connu pour ses bourdes à répétition. La dernière dans laquelle il accuse les noirs qui ont l’attention de voter pour Trump de ne pas être « noirs », pourrait lui coûter cher politiquement. Par ailleurs, le fameux « impeachment » mené tambour battant par Adam Schiff de la Chambre des représentants qui devait sanctionner Ukrainegate – une autre « affaire » dans laquelle aurait trempé Donald Trump – et le renvoyer à ses casinos et ses immeubles a fait « pschitt ». Il n’en plus question. Pire, l’inénarrable « Joe » est impliqué dans une troisième « affaire » aussi liée à l’Ukraine, une affaire de chantage. Il a reconnu avoir soudoyé Petro Porochenko, alors président de l’Ukraine, pour épargner à son fils une enquête judiciaire. Un vaudeville.

 

Ainsi donc, alors que la tension s’accroît sur la scène internationale, les Américains ont le choix entre un électron libre et un incompétent. Cela n’est pas de bon augure.  

 

Jean-Luc Baslé

Ancien directeur de Citigroup New-York

Auteur de "L'euro survivra-t-il ?" 

 

Source : https://www.iveris.eu/list/notes/497-situation_internationale_et_election_presidentielle_americaine


Géopolitique - L'enjeu de l'élection américaine : Deux visions du monde

Proposé par le Gal. Dominique Dealawarde - Le 29/09/2020.

Bonjour à tous,

Jean luc Baslé, l'auteur du texte que je vous propose aujourd'hui, est un fin connaisseur de l'Amérique où il a passé 23 ans de sa vie. Il a été directeur de "City Group -New York". Il ne se livre donc pas à un débat de "café du commerce"......

Je partage son constat et surtout sa conclusion et vous invite à en prendre connaissance. Vous pouvez évidemment rediffuser cette analyse.

https://www.iveris.eu/list/notes/514-lenjeu_de_lelection_americaine__deux_visions_du_monde

Bonne lecture.

DD


...de Jean-Luc Baslé - Le 28/09/2020.

Traditionnellement, les élections présidentielles américaines font basculer la majorité au Congrès d’un parti à l’autre sans grand chambardement. Les choses ont brutalement changé en 2016 lorsqu'un agent immobilier s’est mis en tête de rendre à la nation sa gloire d’antan. Ses adversaires n’ont pas accepté leur défaite. Ils l’ont accusé d’être en connivence avec un pays ennemi (la Russie) et d’avoir influencé le président d’un autre (l’Ukraine) à des fins personnelles. Ces tentatives de déstabilisation – Russiagate et Impeachment – se sont soldées par des échecs, de l’aveu même de l’ancien directeur de la CIA, Robert Mueller, chargé d’investiguer la première affaire, la seconde mourant d’elle-même. Les rancœurs étant tenaces en politique, c’est dans une atmosphère lourde que cette élection va se dérouler. Derrière ce combat, se cache deux visions du monde.

 

Crédit image Maroc diplomatique.com

 

Un environnement anxiogène

L’économie est en récession depuis février, selon le National Bureau of Economic Research. La pandémie qui a été mal gérée par le président mais aussi par certains gouverneurs et maires, a renforcé la baisse d’activité. A la fin août, 26 millions d’Américains étaient sans emploi (16,25% de la population active), si l’on inclue les « gig », ces travailleurs saisonniers sans aucune protection sociale, et non 13,5 millions (8,4%), comme annoncé par les médias. A cette situation économico-sociale difficile s’ajoutent les émeutes qui ont secoué la nation, suite à la mort de George Floyd. Un mouvement anti-raciste, Black Lives Matter (BLM), a pris la direction des opérations pour le venger ainsi que d’autres noirs tués par la police. Des démonstrations ont eu lieu dans plus de 2 000 villes. Leur l’objet était la lutte contre l’injustice raciale et la brutalité policière. Pacifiques, à l’origine, elles ont dégénéré dans certaines villes, en particulier à Portland en Oregon, en émeutes avec des infractions d’immeubles publics, des pillages de magasins, et de violents accrochages avec la police (1). Le sénateur Rand Paul fut pris à partie par un groupe de manifestants BLM à la sortie de la convention républicaine. Il ne dut sa survie qu’à l’intervention de la police (2). Trente Etats ont fait appel à la garde nationale et 14.000 personnes ont été arrêtées. Selon une étude d’Armed Conflict Location and Event Data Project (ACLED), 95% de ces émeutes seraient le fait de Black Lives Matter (3-4). Une autre organisation, ANTIFA, serait aussi impliquée dans ces émeutes. Le 10 septembre, des membres du Congrès ont écrit à William Bart, ministre de la justice, pour lui demander de mettre fin à ces violences. En fait, elles ont cessé d’elles-mêmes.

Comme souvent dans ces situations, les bons ne sont pas d’un côté et les mauvais de l’autres. George Floyd n’est pas mort de la pression du genou du policier Derek Chauvin sur son cou, comme il a été annoncé dans les médias, mais d’une overdose de fentanyl (5-6). Le chef (noir) de la police de Rochester, accusé à tort de violences dans sa ville, a démissionné (7). Il est permis de s’interroger sur les motivations profondes des leaders. Ainsi, est-il de notoriété publique que Black Lives Matter a reçu des millions de dollars de la Fondation Ford et d’Open Society, institut fondé par George Soros, mais aussi de nombreuses entreprises (8-9-10). Ces émeutes qui ont fait plusieurs dizaines de morts et de blessés, ont créé un climat délétère qui s’est traduit par une augmentation sensible de ventes d’armes, à tel point que certains fabricants ont connu des ruptures de stock (11). Ce climat d’insécurité renforce la suspicion des uns et des autres à la veille de l’élection présidentielle. Un très mauvais présage.

 

Des politiques politiciennes

A de nombreuses reprises, Donald Trump a fait savoir qu’il ne quitterait pas la Maison Blanche s’il a des doutes sur le déroulement de l’élection. En raison de la pandémie, de nombreux Américains ont décidé de voter par correspondance. Or les démocrates ont plus facilement recours à ce mode de scrutin que les républicains. Trump pense que cela donnera lieu à de nombreuses fraudes (12). Réagissant à ses déclarations, Hillary Clinton, candidate malheureuse à l’élection 2016, enjoint Joe Biden de ne concéder en aucun cas la victoire à Donald Trump (13). C’est une première ! Jamais dans l’histoire des Etats-Unis, des candidats à la présidence n’ont proféré de telles menaces. C’est l’inverse qui est la règle : le perdant reconnaît avec élégance la victoire de son adversaire. Mais les choses vont plus loin.

Anticipant une crise constitutionnelle due au refus de Donald Trump de céder le pouvoir, des Démocrates ont imaginé le scénario, dénommé « Mirage rouge ». Le soir du 3 novembre, sur les écrans de télévision apparaîtra une carte des Etats-Unis où une majorité d’Etats seront en rouge (couleur du Parti républicain) et une minorité en bleu (couleur du Parti démocrate). Donald Trump criera victoire. Mais les Démocrates déclareront que c’est un mirage car tous les bulletins de vote par correspondance n’auront pas été comptés. Trump considérera que ces bulletins sont frauduleux et refusera d’en tenir compte. Les personnes à l’origine de cette initiative parmi lesquelles on compte Rosa Brooks, professeur de droit à l’université de Georgetown, John Podesta, ancien chef de cabinet de Bill Clinton, mais aussi des transfuges républicains, comme Bill Kristol, ont rédigé un manifeste intitulé : « Prévenir une élection perturbée » dans lequel ils se présentent en défenseur de la constitution. Mais, en refusant de reconnaître de facto une victoire de leur adversaire, ils se placent dans l’illégalité et préparent la crise constitutionnelle qu’ils veulent éviter. Pire, en préconisant la sécession des Etats de Washington, d’Oregon et de Californie – à majorité démocrate – pour faire valoir leur point de vue, ils sèment les germes d’une guerre civile.

 

Toute vérité n’est pas bonne à dire

C’est connu : Donald Trump est un menteur, mais il lui arrive de dire des vérités.

Lors d’un récent rassemblement à Winston-Salem, il a déclaré : « notre seule raison d’être au Moyen-Orient est de protéger Israël…  Il fut un temps où nous avions un besoin désespéré de pétrole. Ce temps est révolu ». Philip Weiss est l’un des rares commentateurs à avoir relevé cette remarque (14). Elle n’en est pas moins vraie. Dans un précédent article, Philip Weiss, se faisant l’écho d’une diatribe entre la London Book Review et Philip Zelikon, alors conseiller au département d’Etat, rappelait les propos que ce dernier avait tenu au sujet d’Israël. Il reconnaissait que l’Irak n’était pas une menace pour les États-Unis, mais qu’il l’était pour Israël, ajoutant qu’il ne faut pas en faire état car ce n’est pas « une cause très populaire »(15).

Dans sa conférence du 5 septembre, Donald Trump a sorti une autre vérité : « Les dirigeants du Pentagone ne souhaite qu’une chose : faire la guerre, afin que nos magnifiques entreprises puissent fabriquer des bombes, des avions, et tout autre chose nécessaire… Mais, nous sortons de ces guerres sans fin… pour rapatrier les boys » (16). Il s’est fait étriller pour avoir tenu ces propos, non seulement par les généraux ce qui est compréhensible, mais aussi par les médias ce qui l’est moins car dans son dernier discours Eisenhower n’avait rien dit d’autre !

Interviewé sur la destruction du World Trade Center, il a visiblement parlé sans avoir tourné sept fois sa langue dans sa bouche. Il a déclaré sans ambages que ces tours ne pouvaient être détruites sans l’usage de bombes (17). Ce faisant, il s’oppose brutalement à la doxa officielle. Il n’en a pas moins raison, comme l’ont démontré un certain nombre d’études (18-19)  

 

La politique étrangère en embuscade

Les politologues le répètent à l’envie : les élections américaines se jouent sur des questions de politique intérieure. C’est vrai, à l’exception de celle-ci. Derrière le combat que mènent des Démocrates se cache une volonté d’en finir avec l’Iran et de poursuivre le grand dessein de domination mondiale tel qu’il a été décrit dans « Defense Planning Guidance de février 1992 », « Projet pour le nouveau siècle américain » de septembre 2000, et dans d’autres documents. Le général Wesley Clark, ancien commandant des forces alliées de l’Otan, s’est fait l’écho de ses plans dans son discours du 3 octobre 2007 au Commonwealth Club of California (20). Il a déclaré avoir appris quelques jours après les attentats du 11 septembre que le Pentagone prévoyait d’envahir sept nations au Moyen-Orient : l’Irak, la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et l’Iran, sans que le Congrès ne soit consulté. Wesley Clark n’hésite pas à qualifier ce projet de coup d’état. Pour satisfaire les néoconservateurs qui sont les auteurs de ces textes et projets, Donald Trump a été aussi loin qu’il le pouvait sans engager directement le combat avec les mullahs – dernière nation importante à ne pas avoir été envahie ou détruite.

Donald Trump n’est pas un homme de paix à proprement parler, mais il sait que les Etats-Unis n’ont pas les moyens de leur politique. Il note que les Etats-Unis ont dépensé 6.000 milliards de dollars en vingt ans dans leur guerre contre le terrorisme (21). Qu’ont-ils obtenu en retour ? Rien sinon des morts, des blessés et des dettes. L’Afghanistan est un nouveau Vietnam (22). Bachar el-Assad est toujours président de la Syrie. L’Iran est soutenu par la Russie et quasiment allié à la Chine. Le pétrole iraquien qui devait payer l’invasion du pays, selon Donald Rumsfeld, secrétaire à la défense de George W. Bush, est exploité par les Chinois ! C’est l’échec.

Donald Trump n’éprouve aucune sympathie réelle pour Kim Jung-un. Il n’en souhaite pas moins faire la paix avec lui ce qui serait justice pour qui connaît l’histoire de la guerre de Corée (1950-53) – certains militaires rêvant « d’aplanir la Corée du nord » sous les bombes – bombes atomiques incluses. De même, s’il semble s’entendre avec Vladimir Poutine, il n’est pas prêt à l’embrasser sur la bouche à la mode russe. Mais, il sait que la Russie ne représente pas une menace pour les Etats-Unis et que l’accroissement des échanges commerciaux profiterait aux deux nations. Ce rapprochement servirait aussi à éloigner la Russie de la Chine – désormais le grand concurrent des Etats-Unis.  

 

Donald Trump ou Joe Biden

Voilà ce que cache l’élection américaine : un conflit entre deux visions du monde. En juin 2017, je publiais un article dans lequel j’écrivais que « Donald Trump est un électron libre qui n’a pas sa place à la Maison Blanche » (23). Cela est toujours vrai aujourd’hui. Néanmoins, les électeurs américains auraient sans doute intérêt à voter pour un président qui ne s’est lancé dans aucune guerre pendant son mandat à la différence de ses prédécesseurs, et non pour un politicien, Joe Biden, acquis aux thèses néoconservatrices, guerrières, dominatrices et in fine destructrices, et dont un récent rapport du sénat américain a rappelé la vénalité (24).

 

Jean-Luc Baslé

 

(1) Mass looting in Chicago, my neighborhood under siege, Stephen Lendman.
(2) Chaos erupts in DC after GOP Convention.
(3) Study: Up to 95 percent of 2020 U.S. riots are linked to Black Lives Matter.
(4) Demonstrations & political violence in America.
(5) Il s’agit d’une technique israélienne. De nombreuses polices américaines ont été formées par Israël : « From Occupation to “Occupy” The Israelification of American Domestic Security”, Max Blumenthal.
(6) Who killed George Floyd?
(7) « The entire Rochester police command resigns », 9 septembre 2020.
(8) Black Lives Matter cashes in with $100 million from liberal foundations.
(9) BLM coalition demanding abolition of police previously received $33 million from Open Society Foundations.
(10) Want to know where all those corporate donations for BLM are going?
(11) 185 personnes ont été blessées et 38 sont mortes dans le seul week-end du 4 juillet – jour de la fête nationale. « NY cops blame Bill de Blasio for 140 per cent spike in gun violence”.
(12) A list of the times Trump has said he won’t accept the election results or leave office if he loses.
(13) Hillary Clinton says Joe Biden should not concede on election night ‘under any circumstances’.
(14) U.S. is in the Middle East ‘to protect Israel’ not for oil.
(15) The smoking transcript.
(16) Trump vs. The Military Industrial Complex: Military Coup Danger Escalates.
(17)https://www.bing.com/videos/search?q=trump+world+trade+center&docid=608026378420356931&mid=3A57810D0BADD155A4E63A57810D0BADD155A4E6&view=detail&FORM=VIRE
(18) 15-years later: on the physics of high-rise building collapses.
(19) Active Thermitic Material Discovered in Dust from the 9/11 World Trade Center Catastrophe.
(20) Westley Clark’s speech at the Commonwealth Club of California.
(21)Environ, un tiers du produit intérieur brut.
(22)The Afghanistan Papers: A secret history of the war.
(23) Trump, une menace pour l’empire américain, Ouest France, 17 juin 2017.
(24) Hunter Biden, Burisma, and corruption: the impact on U.S. government policy and related concerns.

Source : IVERIS


L'Amérique de novembre 2020

...par le Gal. Joël Granson - Le 07/11/2020.

Bonjour, 

 

Ayant servi trois ans au sein de l’armée américaine, ayant de bonnes connaissances des USA du fait de nos voyages annuels dans notre famille depuis près de 50 ans et aussi la présence de notre fille sur place, voici ce que m’inspire la situation actuelle.

 

 

 Beaucoup de Français s’étonnent de la lenteur des dépouillements.

Il faut bien comprendre que les élections concernent certes la présidentielle mais aussi tout un tas d'autres élections pour certains postes de sénateurs, députés, gouverneurs, shérifs, et aussi des sortes de référendums sur les mesures locales comme par exemple l'augmentation du prix de l'électricité pour mieux investir localement...Il peut y avoir une vingtaine, voire plus, de votes particuliers.

Chaque bureau de dépouillement est organisé avec des personnes qui ont prêté serment et sont surveillées par des observateurs indépendants et, le plus souvent, des circuits de télévision internes. Elles sont tenues de faire leur travail avec précision et minutie. 

Vu la suspicion et la contestation actuelles, il est certain que ces personnes vont s’appliquer encore plus.

Certains états sont autorisés à procéder aux dépouillements des bulletins de votes reçus par correspondance avant le jour du vote en gardant secrets les résultats, d'autres non. C'est pour cela que l'on attend les derniers états.

De plus, si la marge des résultats entre les candidats est inférieure à 0.5%, quels que soient les votes, il est imposé un recompte obligatoire.

De toute façon, rien ne presse, le futur président ne sera intronisé que le 20 janvier 2021.

 

Concernant le président américain, en tant que Français, qu’importe qu’il soit démocrate ou républicain : ça c’est de la cuisine interne et cela ne regarde que le peuple américain.

Cependant, en ce qui concerne les relations entre les USA et la France, il faut savoir que :

  • Sur le plan militaire et pour les occidentaux, outre le fait que la France dispose d’un armement nucléaire autonome, les USA sont un partenaire primordial de la France pour le maintien de la paix dans le monde et pour la lutte contre le terrorisme. C’est pour cela d’ailleurs, que les forces armées américaines apportent un soutien considérable en renseignement pour aider les forces françaises en Afrique dans la lutte contre le terrorisme international. Les militaires américains ne tarissent pas d’éloges pour l’action de la France au Sahel et reconnaissent que les militaires français y font un très bon travail, ce qui leur enlève une grosse épine du pied et leur permet de se déployer ailleurs.

  • Sur le plan économique, il y a plus de 4 800 compagnies françaises aux USAi, ce qui représente près de 730 000 emplois. Pour ne citer que les plus grandes, il y a Airbus bien sûr, mais aussi Michelin, Bel, Louis Vuitton, Safran, Saint-Gobain, Sodexo… La France est le troisième employeur étranger aux USA. Il y a au moins une firme française dans chacun des 50 états. Cela va de 72 700 emplois en Californie, à 3 600 au Kansas par exemple. Cette tendance est grandissante avec le développement d’Airbus en Alabama. Il y a 168 542 Français enregistrés à ce jour dans les consulats français aux USA.

En France, il y a près de 1 000 compagnies américaines qui occupent près de 600 000 employés.

 

De ce fait, nous avons absolument besoin d’avoir des relations « normales » entre nos deux pays.

On souhaite un président américain, qui respecte les accords conclus, qui conduise la diplomatie internationale avec doigté et perspective sur le long terme, qui respecte ses alliés et fasse preuve de beaucoup de concertation avec eux, qui n’insulte pas les présidents de la république et premiers ministres alliés, qui ne remette pas en cause les décisions communes du jour au lendemain sans concertation, bref, un vrai leader du monde occidental et pas une toupie…

 

On vient de voir apparaître dans les foules américaines des casquettes avec le slogan « Make the USA normal again ». (Faisons les USA normaux de nouveau).

Tous les espoirs sont permis…

 

 

GB (CR) Joël GRANSON 07/11/2020

 

i Les chiffres annoncés proviennent du rapport officiel annuel publié par l’ambassade de France aux USA.

 

 


Mon commentaire - Le 09/11/2020

Mon Général, 
 
Tout à fait d'accord pour souhaiter des relations "NORMALES" avec l'Ami Américain....Seulement, j'ai quelques inquiétudes.
A part le Gal. De Gaulle, tous nos gouvernements se sont alignés sur la politique américaine qui n'est sous tendue que par les intérêts américains...bien évidemment !
<<Les États n'ont pas d'amis, ils n'ont que des intérêts.>> (Ch. De Gaulle)
Mais, cette "soumission" nous a entraînés dans des "aventures" qui nous ont coûté très cher en hommes et moyens, qui ont contribué à ruiner notre réputation internationale : Libye, Afghanistan, Syrie...pour ne citer que les plus importantes.
Ce "brave" J. Biden saura-t-il, aura-t-il la force de caractère pour résister au "deep state", à la puissance des lobbies qui sévissent aux USA, (militaro-industriel, juif, armes, médias...) au risque de  subir les mêmes campagnes de déstabilisation ourdies contre Trump ou de prendre une balle dans la tête comme Kennedy ? 
Il me semble bien "fragile".
En outre, comme il a été investi par le camp "démocrate", il lui doit une certaine allégeance. 
Hors, de mémoire, les "démocrates" n'ont jamais fait de cadeau à personne, se sont immiscés dans les affaires de nombreux pays, ont initié de nombreuses guerres de par le Monde au besoin sous couvert de l'OTAN, en ignorant superbement l'ONU et les lois internationales...
Serons-nous les témoins d'une attaque directe US (ou sous faux drapeau, par "proxy" interposé) contre le Venezuela, la Russie, la Chine, l'Iran ?
Cette nouvelle administration, œuvrera-t-elle pour faire cesser la guerre en Syrie et au Moyen-Orient ?
J'ai quelques doutes.
Bien sûr, un éléphant dans un magasin de porcelaine aurait été cent fois plus "délicat" que  Trump, mais il a eu le mérite, peut-être le seul, d'avoir tenté d'arrêter la spirale de la "guerre sans fin" , ce qui ne semble pas figurer au programme des "va-t'en guerre" démocrates...H.Clinton n'est pas loin !
Je n'aimerais pas que la France soit une des victimes collatérales de la "cuisine américaine"...!
Au bilan, beaucoup de questions qui ne trouveront leurs réponses que dans les mois et années à venir. Nous verrons bien...
JMR

Biden, président de la 3° Guerre ?

 

Le shift power qui s'annonce bien sanglant aux Etats-Unis entre un Trump "trahi par les Sioniste" et un Biden "élu grâce au vote des morts" semble préluder à une période marquée par des guerres simultanées :

 La Russie ne semble pas optimistes sur imminence d'un quel conque changement au niveau de ses liens avec Washington qui a commencé il y a à peine quelques semaine à procéder à des essais nucléaires en Allemagne. Idem pour la Chine qui s'est gardée de prononcer sur la mascarade électorale aux Etats Unis ou encore l'Iran qui regarde avec délectation l'enfoncement du géant au pied d'argile. Biden est-il le président de la 3ème guerre mondiale ?

 

Le chef de l'état-major de la Défense britannique le croit sans oser l'avouer clairement. "L'incertitude et l'anxiété mondiales actuelles au milieu de la crise économique causée par la pandémie de coronavirus risqueraient d'aboutir à une autre guerre mondiale, a averti le chef des forces armées britanniques, Nick Carter pour qui "une escalade des tensions régionales et des erreurs de jugement pourraient finalement conduire à un conflit généralisé".

« Je pense que nous vivons à un moment où le monde est un endroit très incertain et anxieux et bien sûr, la dynamique de la concurrence mondiale est également une caractéristique de nos vies, et je pense que le risque réel que nous courons avec un grand nombre des conflits régionaux qui se poursuivent actuellement, c'est que vous pourriez voir une escalade conduire à des erreurs de calcul », a-t-il déploré.

Carter, qui a été nommé le chef militaire britannique en 2018, a déclaré qu'il était important de se souvenir de ceux qui étaient morts dans les guerres précédentes comme un avertissement à ceux qui pourraient répéter les erreurs du passé.

« Nous devons nous rappeler que l'histoire ne se répète peut-être pas mais qu'elle a un rythme, et si vous regardez le siècle dernier, avant les deux guerres mondiales, je pense qu'il était incontestable qu'il y ait eu une escalade qui a conduit à l'erreur de calcul qui a finalement conduit à une guerre à une échelle que nous espérons ne jamais revoir », a-t-il conclu.

 

La ministre allemande de la Défense vient de marteler que la défense européenne reposait sur l’OTAN qui n'est pas morte cérébralement du tout. Il y a peu naissait à Norfolk en Virginie (USA)  un nouveau commandement de l’OTAN : le Joint Force Command Norfolk, défini comme le « Commandement Atlantique », un clone du Joint Force Command Naples dont le quartier général est à Lago Patria (Naples). 

Avec quelle motivation le Commandement Atlantique a-t-il été créé ? 

Pour conduire la « Quatrième bataille de l’Atlantique », après celle des deux Guerres mondiales et de la Guerre froide, contre « des sous-marins russes qui menacent les lignes de communication maritime entre les États-Unis et l’Europe dans l’Atlantique Nord ».

 

En d'autres termes, et alors que la Bataille de l’Atlantique de la Seconde Guerre mondiale dura 5 ans, la « Quatrième bataille de l’Atlantique » durerait 5 minutes. Car si par absurdité des sous-marins russes coulaient dans l’Atlantique des navires des États-Unis et de leurs alliés européens, ce serait le début de la guerre totale avec l’utilisation des deux côtés de missiles et bombardiers nucléaires.

La mise en garde de Nick Carter est bien prémonitoire. 

En octobre, l'Allemagne s’entraînait secrètement à cette 3ème guerre qui s'annonce nucléaire. 

 

 


"FOUL PLAY"

...par Evelyne Joslain - Le 08/11/2020.

Par cette expression (intraduisible) que l’on retrouve dans plusieurs de ses tragédies, Shakespeare exprime une profondeur

insondable de noirceur et d’ignominie dans le crime. Le contraire bien sûr est FAIR PLAY.

Ce n’est pas parce que les médias ont déclaré Biden élu le 7 novembre que Biden est le président légitimement élu. Mais par

cette décision, la gauche, qui a réussi à infiltrer même Fox News, compte rendre la déclaration irréversible, comme faisant foi, et

portraiturer Trump en « mauvais perdant » qui ne saurait pas concéder avec grâce! Les Etats remettent leurs résultats officiels le 8 décembre et les Grands Electeurs leur vote le 14 décembre.

 

Le braquage électoral d’envergure auquel nous avons assisté marque un recul de la civilisation, au-delà de tout ce que des cerveaux normaux auraient pu anticiper.

Le culot diabolique, le mépris tranquille de la loi et du peuple, le gangstérisme affiché sidèrent.

La côterie néo-marxiste qui fait la loi au parti démocrate vient de prouver qu’elle est capable de tout pour obtenir son but « par n’importe quel moyen nécessaire » selon la devise mafieuse. Les tueurs préparaient leur « revanche » depuis l’élection de 2016 qui les avaient pris par surprise et qu’ils n’ont jamais acceptée. D’où le coup d’état permanent engagé depuis contre Trump qui

s’est poursuivi en 2020 par l’exploitation à outrance de la pandémie (due à leurs acolytes chinois) pour en faire porter tout le poids à Trump afin de lui voler l’élection à tout prix, ce qui s’est concrétisé sur le terrain par une avalanche de votes postaux douteux des semaines avant le jour et pire, plusieurs jours après ! Bousculant toutes les règles électorales fédérales, et leurs

propres lois locales, en cours de partie. Or, même si chaque Etat a ses propres réglementations, l’Article II de la Constitution stipule clairement que le Congrès fixe un jour pour les élections et que ce jour doit être respecté dans tous les Etats.

La nuit du 3 novembre, Trump remportait haut la main l’élection. Il avait bien eu sa « vague rouge », les électeurs républicains s’étant déplacés « en personne », bravant tous les risques, pour lui assurer une victoire au-delà des marges de contestation possible : dans les votes légaux, 71 millions comptés pour Trump ! Mais, coup de théâtre, vers 3 heures du matin, plusieurs états, simultanément, déclarent « bloquer le comptage » alors même que celui-ci n’était pas terminé, comme dans l’Arizona, soudain attribué à Biden. Sur des prétextes louches (un câble coupé, une panne informatique...), plusieurs comtés, dans des Etats presque solidement « rouges », annoncent « avoir besoin de plus de temps ». On renvoie les assesseurs républicains mais

ceux qui restent malgré tout voient des sacs entiers de votes postaux déferler. Les comptes reprennent et, Ô mirâcle, tous les sacs parvenus, se traduisent en centaines de milliers de votes pour Biden. Les réseaux sociaux et les médias interrompent le président (!) qui exprime calmement sa colère : « Si on compte les bulletins légaux, je gagne ».

On nargue cyniquement Trump parce que « bien malin celui qui arrivera à prouver quoi que ce soit ». « Coupable comme l’Enfer, libre comme un oiseau !», se vantait le terroriste Bill Ayers, auteur du livre qui a fait Obama.

Mais les preuves que le camp républicain est censé devoir fournir abondent. Vidéos et témoignages de républicains tenus à 25 mètres du dépouillage des bulletins, ou carrément chassés des lieux, vidéos de James 0’Keefe de Project Veritas dans divers états (Wisconsin, Pennsylvania, Michigan, Nevada, Arizona, Georgia, Minesotta ...) montrant des immigrés expliquant qu’ils ont été payés pour fourguer des sacs de bulletins Biden dans leurs coffres de voitures, interventions de la Secrétaire d’Etat de Pennsylvanie décidant des règles du jeu, au fil des heures, et pendant 3 jours jusqu’à ce qu’il y ait le compte pour Oncle Joe...

Accepter de s’effacer avec courtoisie devant les malfaiteurs, comme les RINOs conseillent ? Hors de question.

Le peuple américain attend autre chose de Trump.

Dans une note officielle, le Président rappelle que la campagne Trump intente des procès à tous les comtés démocrates qui se sont octroyés des droits à fausser l’élection et que ‘Joe Biden n’a pas été certifié vainqueur, à plus forte raison dans les Etats hautement contestés qui vont être soumis à des recomptages obligatoires. Ce sont les votes légaux qui décident de qui est

président, pas les média. Le peuple américain a droit à une élection honnête. Cela signifie que tous les bulletins doivent être comptés et pas seulement les bulletins frauduleux parce que falsifiés ou arrivés après l’heure limite, ou provenant de gens n’ayant pas le droit de voter ou de personnes décédées...Je n’aurai de cesse jusqu’à ce que la loi ait tranché ‘.

 

En fait, il suffirait de déclarer nuls tous les bulletins arrivés après clôture des urnes pour rétablir le juste verdict.

Quel que soit le résultat, l’Amérique est au bord de la guerre civile. Le monde occidental est divisé entre ceux qui veulent sa disparition, avec leurs masses impressionnantes d’idiots utiles, et ceux qui refusent le monde dystopique qu’on leur impose.

Même si Trump parvenait à renverser la situation, ce qui semble surréel devant tant de liesse mauvaise, les concepteurs du Grand Reset et tous les gros intérêts rassemblés ont montré leur puissance.

Les auteurs de cette escroquerie électorale sont les faussaires de la grosse machine « démocrates» bien sûr mais aussi leurs complices : les GAFA (dont on peut prouver l’interférence), les médias, Hollywood, Wall Street, les puissants groupes de pression, le « marécage » qu’est l’Etat Profond, la Chambre de Commerce des Etats-Unis, les multinationales américaines et

étrangères, les organismes internationaux EU, FMI, ONGs, Chine, Iran et jusqu’au Vatican ! On les avait bien vu à l’œuvre en Italie, en France en 2017, au Royaume Uni depuis 2016, mais ce n’était que des coups d’essai.

Trump méritait amplement d’être un président à 2 mandats, de recevoir un prix Nobel et même de figurer au Mont Rushmore.

Au lieu de cela, l’inconscience, la bêtise et la haine triomphent.

L’état de droit n’est plus.

Une gouvernance mondiale maintenant ou dans quatre ans, après tout, quelle différence ?

 

Au sujet des "fraudes" :

 

* Des bulletins encryptés et filigranés : la technologie sécurise la réélection de Trump

 

* Trump piège les Démocrates dans l’opération politique secrète la plus sophistiquée de l’Histoire US : les Démocrates subissent l’Ordalie !

 

Lire aussi : Biden / Trump : le tribunal médiatique contre la justice

 


"Peut-être Trump est-il mort comme chef de l'État (...) mais le trumpisme est né !"

...par Michel Onfray - Le 08/11/2020.


Commentaire

...de "Stoony" - Le 11/11/2020.

Ce  sont  les  médias,  aux  ordres  des  démocrates,  qui  ont  vite  annoncé  la  victoire  de  Joe  Biden pour  influencer  les  tribunaux  à  qui  cette  annonce  aurait  dû  revenir, après  étude  de  la  conformité  des  bulletins. 

 

Cette  précipitation  est  un  aveu :

https://lesakerfrancophone.fr/ce-sont-les-medias-qui-ont-declare-biden-vainqueur-pas-les-tribunaux

 

Ma  vision  complotiste :

Lorsqu’il  s’est  avéré  que  Trump  pouvait  gagner  les  élections,  les  démocrates  ont  mis  en  œuvre  leur  plan de  bourrage  des  urnes,  préparé  à  tout  hasard  (ils  pensaient  qu’ils  n’en  auraient  pas  besoin tant  les  médias  avaient  intimidé  l’opinion  avec  des  sondages  bidons  et  orientés) ;

Au  beau  milieu  de  la  nuit,  tous  les  décomptes  dans  les  Etats  clefs  se  sont  arrêtés,  parfois  pendant  4  heures. 

Les  observateurs  républicains  ont  été  virés  des  salles  de  comptage,  les  vitres  obturées 

de  cartons  ou  grandes  feuilles  opaques  pour  cacher  ce  qui  se  passe  à  l’intérieur. 

Et  on  a  vu  arriver  des  camionnettes  déversant  des  cartons  de  bulletins  qui,  après  reprise  des  décomptes, se  sont  révélés  TOUS  en  faveur  de  Biden.  Curieux,  non ?

Subitement,  l’avance  de  Trump  a  fondu  et  les  tendances  se  sont  fortement  inversées.

 

https://www.youtube.com/watch?v=NhmlYhJ7QHk&feature=emb_title&ab_channel=LeCridesPeuples

 

Trump  savait  que  le  penchant  fraudeur  habituel  des  Démocrates  allait  prendre  un  tour  inhabituel  cette  fois-ci car  les  démocrates  (Hilary,  Obama,  etc)  n’ont  jamais  accepté  l’arrivée  surprise  de  Trump  en  2016 et  l’ont  attaqué  sans  cesse  depuis,  avec  le  secours  de  tous  les  médias  bien-pensants,  pour  le  dépeindre comme  illégitime,  imbécile,  grossier,  idiot,  dangereux,  etc …

 

Trump,  qui  n’est  pas  l’imbécile  que  l’on  dépeint  en  France,  avait  prévu  cette  fraude  massive et  a  préparé  un piège  qui  est  en  train  de  se  refermer  sur  les  naïfs  démocrates  empressés :

Ce  piège  consiste  à  laisser  faire  la  fraude  pour  pouvoir  la  démontrer  a  posteriori  devant  les  tribunaux.

S’il  réussit,  Trump  gagne  et  ridiculise  ses  adversaires  pour  longtemps.

Ce  plan  consiste  à  doter  en  secret  tous  les  bulletins  officiels,  avant  leur  distribution  dans  les  bureaux  de  vote, d’une  marque  secrète  indélébile  (filigrane)  non  visible  mais  qui  authentifiera  les  vrais  bulletins  des  faux.

C’est  Steve  Pieczenik,  ex  CIA,  qui  a  révélé  ce  plan  machiavélique :

 

https://odysee.com/@DeQoupeur:9/VOS-APPELS_-%C3%89LECTIONS-US--FAISONS-LE-POINT-ENSEMBLE---Mohamed-Diallo-Live-(1)-(online-video-cutter.com):4

 

Après  l’annonce  précipitée  de  la  victoire  de  Biden,  Trump  a  envoyé  la  Garde  nationale  dans  tous  les  Etats au  vote  contesté  pour  trier  les  vrais  bulletins  (ayant  cette  marque  visible  uniquement  à  l’infra-rouge)  des  faux apportés  en  pleine  nuit  le  soir  du  3  novembre,  pendant  une  méga  interruption  (4 heures)  des  décomptes.

Lorsque  tous  les  recomptages  seront  terminés,  Trump  fera  apporter  les  résultats  aux  tribunaux qui  ne  pourront  que  constater  la  fraude,  sauf  s’ils  estiment  que  les  Américains  ne  peuvent  pas  se  déjuger ainsi  aux  yeux  du  monde,  prouvant  par  ce  fait  même  qu’ils  se  rallient  au  coup  d’Etat  démocrate  et  que  les  USA  ne  sont  plus  une  démocratie.

 

Trump  reste  confiant  (et  joue  au  golf).  Ceux  de  son  entourage  qui  sont  au  courant  du  piège  tendu  le  sont  aussi :

https://www.nouvelobs.com/l-amerique-selon-trump/20201110.OBS35944/il-y-aura-une-transition-en-douceur-vers-une-seconde-administration-trump-la-declaration-lunaire-de-pompeo.html#xtor=EPR-1-[ObsActu8h]-20201111

 

Qui  vivra,  verra !

 

Si  Biden  est  conforté  par  les  tribunaux,  après  avoir  été  plébiscité  par  les  médias  affidés  et  corrompus, ce  ne  sera  pas  à  la  loyale.  C’est  pourquoi  je  fais  ce  message.  Je  me  moque  du  nom  du  vainqueur  (quoique). 

Ce  qui  m’insupporte  est  qu’une  prétendue  démocratie  puisse  fouler  ainsi  les  principes  de  loyauté  qu’elle  s’est  érigés.

 

Stop  à  l’hypocrisie,  à  la  fraude,  au  mensonge,  à  la  médiocrité !

 

Stop  aux  républiques  bananières !

 


La stratégie judiciaire de Donald Trump face à Joe Biden

 

Source : Comité Valmy

 

Après 4 jours de suspense, de nombreux médias américains ont déclaré vainqueur Joe Biden le 7 novembre, avec 290 grands électeurs. Les chancelleries occidentales ont fait de même, reconnaissant le candidat Démocrate, en tant que président élu. Sauf que Donald Trump, avec 214 électeurs au compteur, n’a pas reconnu sa défaite, revendiquant lui-même la victoire, criant à la fraude, à l’illégalité des votes par correspondance et appelant alors au recompte des voix. La stratégie de Trump, est-elle solide ou est-ce du bluff ? Sputnik a interrogé François-Henri Briard, avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation, membre de la Société historique de la Cour suprême des Etats-Unis et président de l’Institut Vergennes.


Une présidence Biden entraînera un effondrement plus rapide des États-Unis

...par Bradon Smith - Le 29/10/2020.

Source:

-  Alt-Market

- Le Saker francophone

L’élection de 2020 est peut-être l’affaire la plus bizarre de l’histoire américaine moderne. Jamais depuis les troubles de reconstruction de l’après-guerre de Sécession et l’élection de 1876, nous n’avons vu la nation aussi complètement divisée selon des lignes idéologiques. Les questions des droits des États par rapport au pouvoir fédéral étaient au premier plan à l’époque, et la présence de troupes fédérales dans le sud des États-Unis était une préoccupation majeure lors du vote. Les Démocrates étaient le parti de la Confédération, les Républicains étaient le parti de l’Union. Bien qu’ils aient perdu la guerre, les Sudistes ont trouvé des moyens de riposter pendant les élections.

 

Le parti Républicain étant victime d’allégations de corruption et le sentiment public se déplaçant contre l’occupation fédérale, les Démocrates gagnaient massivement du terrain et on pensait qu’une vague Démocrate était imminente. Cependant, des fraudes aux urnes ont été signalées des DEUX côtés du spectre politique. Dans de nombreuses circonscriptions électorales, le nombre de votes comptés a dépassé le nombre de personnes (souvent du côté des Républicains). Les Républicains ont cherché à contester les résultats des scrutins dans des États où la concurrence était rude pour empêcher les Démocrates et les anciens confédérés de prendre le pouvoir politique, une situation qu’ils considéraient comme une « catastrophe nationale potentielle ».

L’élection est devenue une impasse de batailles juridiques et d’enquêtes sur les fraudes. Finalement, un accord a été conclu : les Républicains prendraient la Maison Blanche et en échange, les troupes fédérales seraient retirées du Sud – les Républicains savaient que la fraude électorale de leur côté serait révélée et qu’une autre guerre civile pourrait éclater en réaction. En fin de compte, les votes n’avaient pas d’importance dans le cas d’une élection contestée ; ce qui importait était de savoir quel résultat était le plus approprié pour la stabilité du moment et le résultat de l’élection a été manœuvré à cette fin.

Note spéciale

Si vous essayez d'en savoir plus sur l'élection de 1876, je vous recommande de rechercher des articles et des livres qui ont plus de 5 à 10 ans. Tout ce qui a été écrit ces dernières années sur le sujet est truffé d'idées fausses et de désinformation. Il suffit de consulter cet article du Time Magazine et d'essayer de nager dans la propagande ! La partie où ils tentent d'expliquer pourquoi les Démocrates étaient le parti de la confédération est particulièrement hilarante - en gros, les Démocrates d'autrefois étaient plutôt les "Républicains racistes" d'aujourd'hui. Le penchant communiste pour la réécriture de l'histoire est à l'honneur.

Aujourd’hui, nous avons une dynamique différente et une priorité différente pour l’establishment : quel résultat conduira au plus grand désastre, et qui en portera la responsabilité ? Contrairement à 1876, je pense qu’en 2020, les élites cherchent à augmenter le niveau d’instabilité, et non à calmer le jeu. Les grands médias ont maintenant lancé une campagne de peur massive qui fait allusion à une élection contestée et chaque côté du spectre politique accuse l’autre d’encourager la fraude électorale. Je ne doute pas que, quelle que soit la manière dont se déroulera l’élection, des millions d’Américains refuseront d’accepter les résultats.

Pour être clair, je ne vois pas vraiment les élections modernes sous l’angle de la « victoire » et de la « défaite ». Il m’est difficile de dire exactement ce qui se passait en coulisse en 1876, mais aujourd’hui, je pense qu’il est insensé de se lancer dans l’analyse des élections sans d’abord accepter la réalité que le jeu est truqué. Biden est un globaliste à part entière et il en est fier ; Trump est entouré de globalistes et d’élites bancaires dans son propre cabinet. Peu importe qui perd l’élection, les élites gagnent. La seule question que je me pose ici est la suivante : quel candidat sert le plus efficacement le programme globaliste en ce moment ?

Ma prédiction initiale pour l’élection de 2020, l’été dernier, était que la Maison Blanche irait à Donald Trump, mais dans des conditions très contestées. J’ai prédit la victoire de Trump en 2016 en partant du principe que l’establishment avait besoin d’un bouc émissaire conservateur pour l’effondrement imminent de l’économie américaine telle que nous la connaissons, ainsi que pour les troubles civils et la calamité que cet événement allait inspirer. J’ai déclaré sans équivoque à de nombreuses reprises que Trump présiderait au déclin rapide de l’Amérique et que les idéaux et principes conservateurs seraient blâmés par extension.

Et voici qu’en 2020, c’est exactement ce qui se passe, avec une pandémie et l’implosion de la « bulle de Tout » qui bat son plein et les médias qui mettent tout cela sur le dos de Trump et des conservateurs.

Maintenant, que les gens croient ou non à ces bêtises est une autre question. Dans l’état actuel des choses, les États les plus touchés sur le plan économique sont les États contrôlés par des politiciens de gauche qui imposent des restrictions draconiennes au public. Les États majoritairement peuplés de conservateurs s’en sortent beaucoup mieux dans l’ensemble.

En fin de compte, quel résultat sert le récit de l’establishment ? Les élites ont-elles besoin de Trump en place au bureau ovale plus longtemps afin de faire planter complètement le système sous sa gouvernance ? Je crois que c’est le cas. Comme Clinton, Biden représente l’un des pires candidats possibles qui pouvait être choisi comme opposant crédible à « Trump » si l’intention est de virer « Trump » du Bureau ovale. Ses étranges ruptures mentales, ses gaffes embarrassantes, son habitude d’être bizarrement trop familier avec les femmes et les jeunes filles et son exposition à la corruption par le biais de liens avec l’étranger font de lui un mauvais candidat.

Il est certain que les Démocrates et les gauchistes voteront pour lui de toute façon par dépit, mais j’ai du mal à le voir rallier un large échantillon d’Américains qui lui donnerait un avantage. Si l’establishment voulait se débarrasser de Trump, il aurait pu faire un meilleur choix.

Mais que se passera-t-il si je me trompe et qu’une présidence Biden est prévue ? Et si les bulletins de vote sont mis de côté, comme en 1876 ? Et si une élection contestée aboutissait à un « accord » dans lequel Trump se retire ? Que signifierait la présence de Biden à la Maison Blanche ?

Eh bien, le système américain tel que nous le connaissons va s’effondrer de toute façon, au moins en termes économiques. C’est un processus qui a été lancé il y a de nombreuses années, avec l’impulsion des bulles financières qui ont atteint des proportions catastrophiques en 2008. Rien ne s’est amélioré depuis lors ; en fait, les mesures de sauvetage et de relance de la banque centrale n’ont fait qu’augmenter la probabilité d’un effondrement en gonflant les niveaux d’endettement des entreprises et des États tout en diminuant simultanément le pouvoir d’achat du dollar. La seule différence entre Trump et Biden à cet égard est la vitesse à laquelle l’effondrement se produira.

Avec Trump, l’effondrement se produira très probablement plus lentement et de manière plus méthodique, car l’establishment prend son temps pour construire le récit que les idéaux conservateurs, le nationalisme, les mouvements de souveraineté, etc. ont « causé » la calamité. Ils ont besoin de temps pour conditionner les masses à l’idée que ces philosophies sont « intrinsèquement égoïstes » et destructrices. Ce qui signifie qu’avec Trump, au moins, nous avons un peu plus de temps pour nous préparer à l’inévitable.

Avec Biden au pouvoir, le calendrier change complètement et le crash doit se produire plus rapidement. Pourquoi ? Parce que les globalistes ne peuvent pas permettre qu’une administration Biden (et par extension les globalistes eux-mêmes) soit étiquetée comme responsable du crash. Il faudrait qu’ils accélèrent le krach dans les premiers mois du premier mandat de Biden pour que les médias puissent prétendre que la crise est une conséquence de la présidence de Trump.

Si Biden entre à la Maison-Blanche en 2021, il faut s’attendre à une chute brutale des fondamentaux économiques presque immédiatement.

Un autre facteur de la présidence de Biden serait la quasi-certitude d’un confinement en raison de la pandémie au niveau fédéral, similaire à celui qui est actuellement mis en place dans des pays comme la France et l’Allemagne. Oubliez les ordonnances de confinement et les nuances actuelles, État par État ; Biden tentera un mandat de confinement national parce qu’il n’est pas retenu par le besoin de faire appel à l’esprit conservateur et libertarien comme l’est Trump. Biden ira au crash et l’économie sera à nouveau frappée de plein fouet, car de plus en plus d’entreprises vont faire faillite à une vitesse vertigineuse. Et là encore, il faudrait que cela soit mis en œuvre rapidement afin que Trump et les conservateurs puissent être blâmés. Ils affirmeront que les mesures de confinement sévères « doivent être poursuivies » parce que les conservateurs les ont refusées au début de la pandémie.

En cas de « victoire » de Trump, il est évident qu’un deuxième mandat serait utilisé comme une invitation à des manifestations de masse et à des émeutes par l’extrême gauche, mais cette menace ne disparaîtra pas avec Biden au pouvoir. En fait, les émeutes pourraient s’aggraver sous Biden. Le culte de la justice sociale verra en Biden une figure politique « malléable » et facilement contrôlable, qui fera tout pour les apaiser. Biden apaisera la gauche dure ; non pas parce qu’il les craint, mais parce qu’il a un rôle à jouer dans ce grand théâtre Kabuki et que cela sert les intérêts de l’agenda globaliste actuel.

Enfin, si l’establishment place Biden à la Maison Blanche, cela signifie qu’il veut des restrictions nationales sur les armes à feu ou une confiscation pure et simple dans les deux premières années de son mandat. Les positions  de Biden contre le second amendement ne sont guère ambiguës. Avec Trump, les chances d’une confiscation des armes sont beaucoup plus minces (bien qu’il ait exprimé son soutien aux lois Red Flag dans le passé). Sous Biden, la tentative de saisie d’arme sera rapide. Cette menace, ainsi qu’un confinement national de niveau 4, provoquerait la seule réponse logique pour les conservateurs : la rébellion armée.

Je ne pense pas que ce soit ce que veulent les globalistes pour l’instant. Je ne pense pas qu’ils aient la capacité de la gérer, et je ne pense pas qu’ils seraient en mesure d’obtenir qu’une majorité de forces de l’ordre et de militaires se rallient à de telles politiques. C’est pourquoi je continue de croire qu’ils préfèrent avoir Trump au pouvoir et qu’ils utiliseront le déclin économique et l’« échec » des politiques conservatrices comme un faux argument pour le « Grand Reset » pour lequel les élites semblent si enthousiastes.

Soyez toutefois avertis que si Biden se retrouve au pouvoir, cela doit être considéré comme le signe qu’un effondrement à grande vitesse est en cours.

Note de l’auteur sur les élection USA 2020

Tout comme j’ai réussi à prédire le résultat des élections de 2016 des mois à l’avance, mes prédictions sur les élections de 2020 se réalisent maintenant. En juillet de cette année, dans mon article « Élection 2020 : Le pire scénario est le plus probable« , après avoir décrit les facteurs étranges entourant Biden et Trump, j’avais déclaré que :

Ces facteurs et d’autres encore me poussent à prédire que l’élection 2020 sera une élection contestée qui se terminera par le maintien de Trump au pouvoir, mais qui sera accusé d’usurper le processus démocratique. Ce résultat est le pire résultat possible et aussi le plus avantageux pour l’establishment globaliste.

J’ai également noté la campagne de programmation prédictive menée par les médias et les membres du Council on Foreign Relations, comme Max Boot, pour acclimater le public à l’idée d’une élection contestée tout en « planifiant » ce résultat exact. J’ai déclaré :

… Boot est de retour, cette fois-ci en écrivant comment il pense que Donald Trump va tenter de « détourner » la présidence en 2020.

Dans un article pour le Washington post intitulé « What If Trump Loses But Insists He Won« , Boot décrit un scénario qui a été déroulé comme un « jeu guerre » par un groupe appelé le Transition Integrity Project. Le groupe a mis en place un scénario dans lequel Joe Biden remporte une victoire à peine croyable, suivie d’actions de Trump pour garder le contrôle de la présidence par le biais de mensonges et de querelles juridiques. Le groupe a également prédit des troubles civils conduisant à une potentielle « guerre civile » à mesure que la lutte pour la Maison Blanche s’intensifie.

Cet article est, je crois, une tentative de programmation prédictive par l’establishment. Ils nous disent exactement ce qui est sur le point de se passer. Une élection contestée, une guerre civile, la loi martiale, l’effondrement économique et les États-Unis seront détruits de l’intérieur.

Le comportement bizarre des compteurs de votes dans les États en ballotage, y compris en Pennsylvanie où ils ont arrêté le décompte du jour au lendemain, indique un programme visant à inciter les tensions nationales et la rage. Le fait que les médias refusent d’accorder certains États pour Trump alors qu’il était largement en tête tout en se précipitant pour le faire dans d’autres États pour Biden alors que le décompte était loin d’être achevé ne fera qu’exacerber les soupçons des gens quant à la falsification ou au vol de l’élection.

M. Trump a déclaré qu’il porterait les résultats devant la Cour suprême et il ne fait aucun doute que des recomptages auront lieu dans des États comme le Michigan et l’Arizona. Je continue à prédire que M. Trump restera en fonction malgré la clôture des élections. Je prédis également que de nombreux faux bulletins de vote seront découverts lors des recomptages, ce qui ne fera que jeter de l’huile sur le feu et impliquer les Démocrates pour les fraudes dans certains districts. Les partisans de la justice sociale de gauche tenteront certainement de réagir par des émeutes, et M. Trump demandera la loi martiale si le scénario actuel se déroule comme je le prévois.

Les gauchistes n’accepteront PAS les résultats d’une décision de la Cour suprême en faveur de Trump. Les conservateurs N’ACCEPTERONT PAS une présidence Biden. Je pense que l’on voit clairement où tout cela nous mène. Restez à l’écoute d’Alt-Market pour une analyse plus approfondie de la situation au fur et à mesure de son évolution.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par jj pour le Saker Francophone


Elections présidentielles US :

Ouvrez les yeux !

 

 ...par Tierry Meyssan - Le 10/11/2020.

Consultant politique, président-fondateur du Réseau Voltaire.

Dernier ouvrage en français : Sous nos yeux - Du 11-Septembre à Donald Trump (2017).

 

 

Le résultat de l’élection présidentielle états-unienne marque le triomphe, non pas des Démocrates et d’un sénateur sénile, mais du courant puritain face aux Jacksoniens. Il ne reflète en rien les opinions politiques des citoyens états-uniens et masque la crise de civilisation dans laquelle s’enfonce leur pays.

 

Source : Réseau Voltaire.

 

JPEG - 29.4 ko
Joe Biden, 46ème président des États-Unis d’Amérique

L’élection présidentielle US de 2020 confirme la tendance générale depuis la dissolution de l’Union soviétique : la population états-unienne traverse une crise de civilisation et se dirige inexorablement vers une nouvelle guerre civile qui devrait déboucher logiquement vers une partition du pays. Cette instabilité devrait se solder par la fin de l’Occident en tant qu’hyper-puissance.

Pour comprendre ce qui se passe, il convient de dépasser l’effroi des élites européennes face à la disparition prochaine de la puissance qui les protège depuis trois-quarts de siècle ; et de regarder honnêtement l’histoire mondiale des trente dernières années. Il faut se replonger dans l’histoire US et relire sa Constitution.

L’hypothèse de la dissolution de l’Otan et des États-Unis d’Amérique

Lorsque, après trois-quart de siècle d’une dictature sans partage, l’Union soviétique s’est effondrée, tous ceux qui souhaitaient sa disparition en furent surpris. Durant des années, la CIA avait organisé un sabotage systématique de son économie et dénigré toutes ses réalisations, mais elle n’avait jamais prévu que ce sont les peuples soviétiques qui renverseraient ce régime au nom de ses idéaux.

Tout a commencé avec une catastrophe à laquelle l’État ne sut pas répondre. (Tchernobyl, 1986). Une population d’un quart de million de personnes dut fuir définitivement sa terre. Cette incompétence marqua la fin de la légitimité de la dictature. Dans les cinq années qui suivirent, les alliés du Pacte de Varsovie récupérèrent leur indépendance et l’URSS se disloqua. Ce processus fut de bout en bout mené par les Jeunesses communistes, mais il fut au dernier moment récupéré par le maire de Moscou, Boris Elstine, et son équipe formée à Washington. Le pillage des biens collectifs qui suivit et l’effondrement économique qu’il provoqua firent régresser la nouvelle Russie un siècle en arrière.

C’est de cette manière que les États-Unis devraient à leur tour disparaître. Ils vont perdre leur force centripète et être abandonnés par leurs vassaux, avant de s’effondrer. Ceux qui auront quitté le bateau avant qu’il ne coule auront une meilleure chance de s’en sortir. L’Otan devrait mourir avant les USA comme le Pacte de Varsovie est mort avant l’URSS.

La force centrifuge des États-Unis

Les États-Unis sont un pays très jeune, ils n’ont que deux cent ans d’histoire qui leur appartienne. Leur population ne cesse de se former avec des arrivées successives d’immigrants venant des régions du monde les plus diverses. Selon le modèle britannique, chacune conserve sa propre culture et ne se mêle pas aux autres. Le concept de « creuset » (melting pot) n’a existé qu’avec le retour des soldats noirs de la Seconde Guerre mondiale et l’abolition de la ségrégation raciale qu’il suscita, sous Eisenhower et Kennedy, pour disparaître après.

La population états-unienne se déplace beaucoup d’un État à l’autre. Depuis la Première Guerre mondiale jusqu’à la fin de celle du Vietnam, elle tentait de cohabiter dans certains quartiers. Durant une vingtaine d’années, elle s’est figée. Et depuis la dislocation de l’URSS à aujourd’hui, elle se ghettoïse à nouveau, non plus selon des clivages « raciaux », mais culturels. Dans les faits, le pays est déjà divisé.

Les États-Unis ne forment plus une nation, mais déjà onze distinctes.

JPEG - 36.5 ko
Les 11 communautés culturelles rivales qui se partagent les États-Unis aujourd’hui.
Source : Colin Woodard

Le conflit intérieur de la culture anglo-saxonne

La mythologie états-unienne rattache l’existence du pays à 67 « Pères pèlerins », les immigrés du Mayflower. Il s’agit d’un groupe de chrétiens fanatiques anglais qui vivait en « communauté » aux Pays-Bas. Ils obtinrent de la Couronne la mission de s’installer dans le « Nouveau Monde » pour y combattre l’Empire espagnol. Un de leurs groupes débarqua dans le Massachusetts et y édifia une société sectaire, la colonie de Plymouth (1620). Ils voilaient leurs femmes et punissaient de durs châtiments corporels ceux qui avaient péché et s’éloignaient de la « Voie Pure », d’où leur nom de « Puritains ».

Les États-uniens ignorent à la fois la mission politique des Père pèlerins et leur sectarisme. Ils les célèbrent cependant lors de la fête de Thanksgiving. Ces 67 fanatiques ont eu une influence considérable sur un pays d’aujourd’hui 328 millions d’habitants. 8 présidents sur 46 sont leurs descendants directs, dont le président Franklin Roosevelt ou les présidents George Bush.

Les Puritains ont organisé une révolution en Angleterre autour de Lord Oliver Cromwell. Ils décapitèrent le roi, fondèrent une République intolérante, le Commonwealth, et massacrèrent les Irlandais « hérétiques » (papistes). Ces événements sont désignés par les historiens britanniques comme la « Première Guerre civile » (1642-51).

Plus d’un siècle plus tard, les colons du Nouveau Monde se révoltèrent face au poids écrasant des taxes de la monarchie britannique (1775-83). Ces évènements sont connus des historiens états-uniens comme la « Guerre d’indépendance », mais les historiens britanniques y voient au contraire la « Seconde Guerre civile ». En effet, si les colons qui firent cette guerre étaient de pauvres gens qui travaillaient dur, ceux qui les organisèrent étaient des descendants des Pères pèlerins qui souhaitaient affirmer leur idéal sectaire face à la monarchie britannique restaurée.

Quatre-vingt ans plus tard, les États-Unis se déchiraient avec la Guerre de sécession (1861-65) que certains historiens états-uniens désignent comme la « Troisième Guerre civile » anglo-saxonne. Elle opposait les États qui, fidèles à la Constitution originelle, entendaient maintenir des droits de douane entre eux, à d’autres États qui voulaient au contraire faire passer les droits de douane au niveau fédéral et créer ainsi un grand marché intérieur. Cependant, elle opposait aussi les élites puritaines du Nord aux élites catholiques du Sud, de sorte que l’on retrouvait les clivages des deux guerres précédentes.

La « Quatrième Guerre civile » anglo-saxonne, qui se dessine aujourd’hui, est toujours ourdie par les élites puritaines. Ce qui masque cette continuité, c’est la transformation de ces élites qui désormais ne croient plus en Dieu, mais conservent le même fanatisme. Ce sont elles qui se consacrent aujourd’hui à la réécriture de l’histoire de leur pays. Selon elles, les USA sont un projet raciste des Européens que les « Pères pèlerins » ne sont pas parvenus à corriger. Elles sont persuadées qu’il faut rétablir la « Voie pure » en détruisant tous les symboles du Mal comme les statues des Monarques, des Anglais et des Confédérés. Elles parlent le « politiquement correct », assurent qu’il existe plusieurs « races » humaines, écrivent « Noir » avec une majuscule et « blanc » en minuscules, et se ruent sur les suppléments abscons du New York Times.

JPEG - 41.9 ko
Entrée du siège de la « Pilgrim’s Society » (association des Pères pèlerins). L’Angleterre et les États-Unis tiennent ensemble le flambeau qui éclaire le monde.

L’histoire récente des États-Unis

Chaque pays a ses démons. Le président Richard Nixon était convaincu que le premier danger dont les États-Unis devait se prévenir n’était pas une guerre nucléaire avec l’URSS, mais cette possible « Quatrième Guerre civile » anglo-saxonne. Il s’était entouré du spécialiste en la matière, l’historien Kevin Phillips, qui fut son conseiller électoral et lui permit d’accéder deux fois à la présidence US. Cependant, les héritiers des Pères pèlerins n’acceptèrent pas son combat et le firent sombrer dans le scandale du Watergate (1972), ourdi par l’adjoint et successeur de J. Edgar Hoover au lendemain de sa réélection.

Lorsque la puissance US commença à s’essouffler, le lobby impérialiste, dominé par les Puritains, plaça au pouvoir un des descendants directs des 67 Pères pèlerins, le républicain George Bush Fils. Il organisa un choc émotionnel (les attentats du 11 septembre 2001) et adapta les armées au nouveau capitalisme financier, sous le regard tétanisé de ses concitoyens. Son successeur, le démocrate Barack Obama, poursuivit son œuvre en adaptant l’économie. Pour cela, il choisit l’essentiel de l’équipe de son premier mandat parmi les membres de la Pilgrim’s Society (l’association des Pèlerins).

Survint un événement disruptif, en 2016. Un présentateur de télévision qui avait contesté la transformation du capitalisme et les attentats du 11-Septembre, Donald Trump, se présenta à la présidence. Il conquit d’abord le Parti républicain, puis la Maison-Blanche. Tous ceux qui avaient fait chuter Richard Nixon s’en prirent à lui avant même qu’il n’investisse sa fonction. Ils sont parvenus à prévenir sa réélection en bourrant maladroitement les urnes. Ce qui importe, c’est que, durant son mandat, des siècles de non-dits ont ressurgi. La population US s’est à nouveau fracturée autour des Puritains.

C’est pourquoi, s’il est évident qu’une majorité d’États-uniens n’a pas voté avec enthousiasme pour un sénateur sénile, il me semble erroné de dire que cette élection de 2020 était un référendum pour ou contre Trump. Il s’agissait en réalité d’un référendum pour ou contre les Puritains.

Un résultat conforme au projet des Pères pèlerins

Lorsque la Guerre d’indépendance ou Seconde Guerre civile anglo-saxonne fut terminée, les successeurs des Pères pèlerins rédigèrent la Constitution. Ils ne firent ni mystère de leur volonté de créer un système aristocratique sur le modèle anglais, ni de leur mépris du peuple. C’est pourquoi, la Constitution des États-Unis ne reconnait pas la souveraineté populaire, mais celle des gouverneurs.

Le peuple, qui avait fait et gagné la guerre, accepta cet état des choses, mais imposa dix amendements, la Déclaration des droits (Bill of Rights), selon lesquels la classe dirigeante ne pourrait en aucun cas violer les droits des citoyens au nom d’une prétendue « raison d’État ». La Constitution ainsi amendée s’applique toujours.

Si l’on veut bien constater que, constitutionnellement, les États-Unis ne sont pas et n’ont jamais été une démocratie, on n’a aucune raison de s’indigner du résultat des élections. Bien qu’il ne soit pas prévu par la Constitution, le scrutin populaire pour l’élection présidentielle s’est progressivement imposé en deux siècles dans chaque État fédéré. Les gouverneurs doivent en suivre les indications pour désigner leurs 538 délégués au Collège électoral présidentiel. Certains gouverneurs ont donc bourré les urnes sans grand savoir-faire : dans plus d’un comté sur dix, le nombre de votants est supérieur à celui des habitants majeurs. N’en déplaise aux commentateurs, il est donc parfaitement impossible de dire combien d’électeurs ont réellement voté et qui ils auraient souhaité comme président.

Un sombre avenir

Dans ces conditions, le président élu, Joe Biden, ne pourra pas passer outre la fureur justifiée des partisans de son challenger. Il ne pourra pas réunir son peuple. J’avais écris, il y a quatre ans, que Trump serait le Gorbatchev des États-Unis. J’avais tort, il a su redonner un nouveau souffle à son pays. En définitive, ce sera Joe Biden à qui échoira la faute de ne pas parvenir à maintenir l’unité territoriale de son pays.

Les Alliés qui ne voient pas la catastrophe arriver en paieront de lourdes conséquences.


Élections aux USA - Lettre du général français (2S) Dominique Delawarde à ses amis

 

Bonjour à tous,

 

Ci joint ma "lettre" qui commente l'élection US

A+

DD

 

Élections aux USA: lettre du général français (2S) Dominique Delawarde à ses amis

13 novembre 2020

 

Mes chers amis,

Nombre d'entre vous m'ont demandé quel était mon opinion sur les événements qui se sont déroulés aux USA entre le 3 novembre et ce jour dans le cadre de l'élection présidentielle américaine. Ma double casquette d'expert du renseignement et de spécialiste des États-Unis m'a valu de nombreuses questions que je résumerai en deux grandes séries :

 

1 – Y-a-t-il eu fraude électorale et l'hypothèse d'un coup d'état visant à inverser le résultat de l'élection est -elle crédible ?

 

2 – Si Biden devait être élu le 8 décembre prochain et intronisé le 20 janvier 2021, quelles conséquences faudrait-il attendre de sa prise de pouvoir.

 

Je vais m'efforcer de répondre clairement à ces deux questions dans les lignes qui suivent.

 

*

Conflits d'intérêt de l'auteur ?

Il est important pour chacun d'entre vous de savoir, avant d'entamer la lecture de ma lettre, si son auteur a un quelconque conflit d'intérêt pouvant orienter son propos sur le sujet traité.

 

Ma réponse est non. J'ai bien vécu aux USA, dans le Kansas, sous administration démocrate (Clinton) entre 1995 et 1998, époque dont je garde un excellent souvenir. J'ai effectué de multiples autres séjours aux USA, avant et après cet épisode professionnel, pour rendre visite à ma nombreuse famille proche qui compte 3 de mes sœurs et 48 de leurs descendants directs, tous citoyens américains et résidant dans divers états gouvernés tant par les démocrates que par les républicains. J'ai visité 46 des 50 états de l'Union. La «Meritorius Service Medal» US m'a été remise à l'été 1998 dans un pays sous leadership démocrate. Je ne suis membre d'aucun des principaux partis politiques français (LR, PS, RN, Insoumis, LREM-Modem, EELV).

 

Si ma sévérité s'exerce parfois avec véhémence sur les «gouvernances» américaines, démocrates ou républicaines, elle ne s'adresse jamais au peuple américain qui, comme beaucoup d'autres peuples, est plutôt généreux et sincère, mais naïf et manipulé.

 

Je suis devenu très réservé, voire hostile à l'OTAN, ayant constaté ses dérives depuis 1990, dans le cadre de mes fonctions :

http://www.revuemethode.org/m042017.html

 

Mon expérience du renseignement m'a conduit à n'accorder qu'une crédibilité de plus en plus faible à l'énorme majorité des agences de presse et des médias mainstream, occidentaux en particulier.

https://reseauinternational.net/le-grand-naufrage-des-medias-mainstream-occidentaux/

 

Je n'apprécie pas l'action et/ou «l'influence puissante et nocive des lobbies» transnationaux sur la marche du monde, que ces lobbies soient financiers, médiatiques, communautaires, ou de toute autre nature.

 

L'auteur ayant mis les choses au clair, passons au vif du sujet.

 

Contexte pré-electoral de la présidentielle américaine.

 

Depuis l'échec d'Hillary Clinton à l'élection de 2016, les USA se sont profondément divisés en 2 camps irréconciliables, qui se détestent et sont désormais engagés dans un combat «à mort». Contrairement à ce que les gens pensent en France ou en Europe, ces deux camps ne sont pas les camps républicain et démocrate qui ne constituent que les parties émergées de l'iceberg. Ces deux camps sont les tenants de deux conceptions du monde opposées: les «souverainistes» et les «mondialistes». On retrouve les représentants des «mondialistes» majoritairement chez les démocrates, mais on en trouve aussi, en moindre proportion, chez les républicains.

 

A la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU, le 24 septembre 2019, Donald Trump a clairement choisi son camp, exprimé sa vision du monde et déclaré la guerre aux mondialistes en déclarant : «Comme mon pays bien-aimé, toutes les nations présentes dans cette enceinte ont une histoire, une culture et un héritage qu'elles chérissent et qui méritent d'être défendus et célébrés, et qui nous donnent une force et un potentiel particulier. Le monde libre doit embrasser ses fondations « nationales». Il ne doit pas chercher à en faire table rase et à les remplacer…..»

 

Il a ajouté quelques secondes après : «Si vous voulez la liberté, soyez fiers de votre pays, si vous voulez la démocratie, accrochez vous à votre souveraineté, si vous voulez la paix, aimez votre nation. Les chefs d'état avisés font toujours passer l'intérêt de leur propre pays en premier. L'avenir n'appartient pas aux mondialistes, l'avenir appartient aux patriotes. L'avenir appartient aux nations indépendantes et souveraines qui protègent leurs citoyens, respectent leurs voisins et acceptent les différences qui rendent chaque pays spécial et unique.

 

https://www.youtube.com/watch?v=dxNkhsihHHg&feature=youtu.be

 

Chacun peut comprendre qu'un tel discours puisse susciter l'adhésion d'une large part de la population américaine: plus de 73 millions de votes «Trump» comptabilisés en novembre 2020 soit 10 millions de plus qu'en 2016 où il avait obtenu moins de 63 millions de suffrages)….. Pour tous ceux qui croyaient que Trump était en perte de vitesse, ce +15% est une immense surprise, comme en 2016.

 

Le camp des mondialistes ne peut évidemment pas accepter un tel «discours-programme». Il va donc faire tout ce qui est en son pouvoir pour barrer la route de la ré-élection au président sortant. Majoritaire dans «l'état profond US» (deep state), contrôlant la finance et les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazone, Microsoft et Tweeter), contrôlant aussi la quasi-totalité des médias mainstream et des agences de presse anglo-saxonnes et européennes, le camp des mondialistes va coordonner l'action de ses «bras armés» pour tenter de sortir Donald Trump de la présidence des USA.

 

Le président Trump, de son côté, n'est ni stupide, ni seul. Il dispose d'un très fort soutien populaire, d'une majorité au Sénat, à la Cour Suprême et 27 des 50 gouverneurs des États de l'Union sont républicains. A la chambre des représentants, il vient de réduire l'écart qui séparait son camp républicain du camp démocrate de 12 sièges (pour l'instant…) Il a mis en place une administration fédérale qui lui est majoritairement fidèle (pas totalement …). Il a changé une majorité des juges fédéraux. Il a résisté victorieusement à deux tentatives de l'état profond et des démocrates de le destituer (L'affaire du Russiagate montée de toute pièce dès 2016 et qui a fait flop ….. parce qu'elle était «bidon» et que les enquêteurs, les juges et l'opinion publique US ont fini par s'en apercevoir, et la tentative de destitution par la Chambre des représentants qui a tourné court au Sénat en 2019…..

 

Par ailleurs Trump est lucide lorsqu'il dit dans son dernier discours électoral du 2 novembre 2020, en Caroline du Nord : «S'il y a une chose que j'ai faite au cours de mon mandat, c'est de mettre en évidence la malhonnêteté des médias.» Les médias mainstream US ont toujours suscité et soutenu les actions anti-Trump. https://www.realclearpolitics.com/video/2020/11/02/trump_closing_message_if_ive_done_one_thing_its_to_expose_the_dishonesty_in_the_media.html

 

C'est donc dans ce contexte de tensions extrêmes et au terme d'une campagne électorale au cours de laquelle tous les coups les plus tordus ont été observés, de part et d'autre, que survient le scrutin du 3 novembre 2020.

 

Les médias et les instituts de sondage américains ont-ils été honnêtes, lors de la campagne électorale ou ont-ils cherché à manipuler l'opinion ?

 

Les médias mainstream US, tout comme les médias européens d'ailleurs, ne brillent pas par leur honnêteté, leur pluralité et leur impartialité. Contrôlés par une poignée de milliardaires, ces médias défendent les causes et les intérêts qui sont ceux de leurs «patrons», membres actifs ou simples collaborateurs de l'état profond. Tous les moyens sont bons, y compris, les mensonges les plus éhontés. On met en évidence tout ce qui porte préjudice à l'adversaire (Trump), on occulte tout ce qui pourrait porter préjudice au camp que l'on défend (Biden). Les journalistes ne peuvent faire carrière que s'ils se soumettent et/ou s'autocensurent. On se trouve aujourd'hui dans une situation de «guerre de l'information» électorale : https://reseauinternational.net/la-guerre-de-linformation/ . Le commun des mortels a beaucoup de difficultés à s'informer correctement. https://reseauinternational.net/etre-bien-informe-ca-se-merite/

 

Depuis 4 ans déjà, ces médias US, parfaitement relayés par les médias «frères» européens n'ont eu de cesse, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, de noircir l'image du président Trump dans l'opinion publique US, occidentale et mondiale. Dans les mois précédant l'élection, ils se sont appuyés sur des sondages largement biaisés pour faire croire au peuple américain et au monde, comme en 2016, que l'élection était «pliée» et qu'une grande vague démocrate allait submerger le pays. Pour ne donner que l'exemple de la Floride, une forte majorité des sondages dans les 4 jours précédant le scrutin donnait Biden gagnant de 1 à 5 points. C'est Trump qui l'a emporté de 3,4 points. Les écarts constatés entre ces derniers sondages et le résultat du scrutin sont tels qu'ils ne relevaient pas de la marge d'erreur, mais du mensonge manipulateur, intéressé, et ...éhonté. Ces sondages et articles mensongers ont été appliqués à la quasi totalité des états de l'Union. Les scores de Trump et du parti républicain, au jour de l'élection, ont révélé l'ampleur de ces «mensonges-manipulateurs» médiatiques et sondagiers pré-électoraux.

 

L'Hypothèse d'une fraude importante appliquée à quelques états clefs le jour du scrutin est-elle crédible ?

Mon intime conviction me dit que oui car il y a, à mes yeux, trop d'indices concordants pour permettre à la meute «médiatique» occidentale, dont nous savons qui la contrôle, de me convaincre du contraire. Les présidents chinois et russes ne s'y sont pas trompés en attendant la proclamation du résultats officiels, qui n'interviendra que le 8 décembre, avant de féliciter le vainqueur, lorsqu'il sera vraiment connu.

 

Voici les éléments qui me font douter de l'honnêteté du scrutin.

 

1 - Il y a eu cette précipitation curieuse, voire suspecte de la meute médiatique US, suivie par la meute «soeur» de l'UE dont nous savons qui la contrôle, à vouloir imposer un vainqueur alors que les résultats officiels de 5 ou 6 états ne sont pas encore connus. Nous savons tous que ces médias US sont «partisans» et qu'ils sont les plus farouches adversaires de Trump. Nous connaissons leur habitude récurrente à vouloir critiquer, contester, modifier, ne pas reconnaître, remettre en cause tous les résultats électoraux qui ne leur conviennent pas sur la planète (Syrie 2014, Venezuela 2018, Bolivie 2019, Biélorussie 2020 pour n'en citer que quatre). Nous connaissons aussi leur propension à vouloir promouvoir, voire imposer le candidat qui leur convient même lorsque celui ci est très minoritaire dans le pays (France 2017, Bolivie 2019, Biélorussie 2020, Navalny qui ne représente strictement rien en Russie, mais qui nous est «vendu», par nos médias, comme le challenger numéro un de Poutine.)

 

2 – Il y a ces actions très inhabituelles de Google, Face book, You tube, Twitter censurant purement et simplement le Président en exercice des États-Unis, en agissant de concert et simultanément. Cette collusion évidente de ces grandes sociétés de service, dont nous savons qui les contrôle, n'est tout simplement pas «naturelle», ni démocratique ….

 

3 – Pour la première fois dans l'histoire des USA, le vote par correspondance a été massivement utilisé puisque plus de 42% des électeurs qui se sont exprimés l'ont fait par correspondance (plus de 64 millions). Il est mondialement reconnu que ce type de vote favorise la fraude électorale.

Le vote par correspondance a d'ailleurs été supprimé en France en 1975 parce qu'il était jugé propice à la fraude électorale . https://www.lemonde.fr/archives/article/1975/11/13/pour-reduire-la-fraude-electorale-le-vote-par-correspondance-est-supprime_2584876_1819218.html

 

Il est, soit dit en passant, étrange que des députés de la majorité LREM cherchent aujourd'hui à rétablir, en France, le vote par correspondance, en profitant de l'opportunité «Covid».

https://www.francetvinfo.fr/elections/regionales/des-deputes-de-la-majorite-proposent-de-retablir-le-vote-par-correspondance-en-france-le-gouvernement-reticent_4176943.html

Auraient-ils l'intention, eux aussi, de rouvrir plus largement les possibilités de fraude en France et de faire bourrer les urnes de leur circonscription pour se faire réélire au prochain scrutin ?…..

 

Prétendre aujourd'hui qu'il n'y a pas eu la moindre fraude électorale aux USA avec 64 millions de votes par correspondance n'est tout simplement pas crédible.

 

Sans reprendre à mon compte l'ensemble des fraudes dénoncées par les républicains, et énumérées dans cet article : http://www.profession-gendarme.com/etats-unis-la-tempete-qui-arrive-enquetes-sur-les-fraudes-electorales-us/ je retiendrai, tout de même, un seul exemple, reconnu par les deux partis, démocrate et républicain, et qui est donc ni contestable, ni contesté.

 

Selon son propre aveu au New York Times, Abigail Bowen, la greffière des élections du comté de Shiawassee dans le Michigan a ajouté, par erreur selon elle, un zéro en trop au décompte des voix de Joe Biden. Au lieu d’entrer 15.371 voix en faveur du démocrate, son équipe a ajouté 150.371. La touche 0 n'étant pas, sur un clavier d'ordinateur, voisine de la touche 5 ou de la touche 3, plaider l'erreur involontaire paraît bien étrange …. Elle ajoute avoir été notifiée de l’erreur 20 minutes plus tard et l’avoir corrigée ensuite. (Heureusement que quelqu'un s'est aperçu de cette erreur dont tout semble indiquer qu'elle était volontaire…..)

 

C'est très bien que cette erreur ait été rectifiée, mais cela pose tout de même questions :

Combien d'«erreurs» de 0 de ce genre ont-elles été commises, volontairement ou non ? …..

Combien d'«erreurs» de ce genre ont elles été repérées, notifiées et corrigées ? …..

Combien de ces «erreurs» ont-elles été validées dans le décompte final ?

Un candidat, démocrate ou républicain, est-il fondé ou non à demander un recomptage lorsque l'écart dans le résultat est dans la marge des 1% dans un des États de l'Union ? Cela ne se fait-il pas dans toutes les démocraties dignes de ce nom ? Est ce aux médias de proclamer un vainqueur sans disposer de résultats validés ?

 

J'observe que, dans cette marge de 1%, se trouvent les résultats de 5 états qualifiés de swing states: L'Arizona, la Georgie, le Wisconsin, la Pensylvanie et le Nevada. https://nypost.com/2020/11/08/if-theres-fraud-in-the-2020-election-then-we-must-find-it-devine/ Dans ces 5 états, Trump était en tête mais Biden aurait repris l'avantage de quelques milliers de voix dans tous ces états grâce à l'arrivée opportune, miraculeuse, massive et soudaine, en fin de dépouillement du scrutin, de votes par correspondance qui lui auraient été très, très, très favorables.

 

Vous l'aurez compris le vote par correspondance est, pour moi, la porte ouverte à la fraude. Lorsque ce vote par correspondance est massif, la fraude peut être importante et largement suffisante pour inverser un résultat dans la marge des 1%. Il est infiniment peu probable qu'il n'y ait pas eu de fraudes. Je me garderai bien de dire à qui cette fraude a profité et je ne suis pas sûr qu'on puisse en avoir un jour toutes les preuves. Je dis simplement que les médias mainstream «bisounours» US et européens qui aimeraient refuser à Trump le droit aux recomptages, aux enquêtes et aux vérifications mais qui, lorsqu'il s'agit d'autres pays, sont très regardants sur les comptages, et crient facilement «à la fraude électorale» ne se grandissent pas. Nous savions que la France et ses journalistes qui se moquent du perdant présumé, parce qu'il s'appelle Trump, donnaient l'image d'une «médiocre'atie», mais doit-elle devenir aussi une média'cratie qui tente de nous imposer nos Présidents et tout ce qu'il faut penser, sur tous les sujets ?

 

Abordons maintenant le deuxième objet de ma lettre.

 

Si le «mondialiste» Biden devait être élu le 8 décembre et intronisé le 20 janvier 2021 quelle évolution peut-on en attendre pour la planète, l'Europe et la France ?

 

Biden est un homme âgé, dont chacun sait qu'il n'a plus toute sa tête (Il sera dans sa 79 ème année le 20 janvier prochain). Pour cette seule raison, s'il devait être élu, il serait sous influence et ne prendrait ses décisions que sur les conseils et le «contrôle étroit» de son entourage proche, émanation du «Deep State» et composé de «mondialistes» purs et durs. C'est d'ailleurs cet entourage qui l'aura aidé à l'emporter, c'est cet entourage qui gouvernerait, en fait, les USA.

 

Parce qu'il est d'obédience «néoconservatrice», cet entourage est résolument pro-Israël et pour le maintien d'une hégémonie absolue des USA sur la planète. L'étude approfondie de cet entourage (Biographies, ascendances, réseaux et communauté d'appartenance) serait très révélateur mais, hélas, peu surprenant. Nous avons les mêmes chez nous. Il faudrait donc s'attendre à une multiplication des ingérences agressives US aux Proche et Moyen-Orients (Liban, Syrie, Irak, Iran), au profit d'Israël bien sûr, mais aussi aux frontières de la Russie, en Mer de Chine et en Amérique du Sud. Cette nouvelle équipe de gouvernement, bras armé du «Deep State», créera les prétextes s'ils n'existent pas et instrumentalisera la nébuleuse terroriste, comme elle l'a toujours fait dans le passé, pour l'aider à justifier ses ingérences.

 

Trump a réussi à réduire graduellement et considérablement les bombardements US sur la planète (47 000 bombes en 2017, 16 000 en 2018, 12 000 en 2019 et 928 en janvier + février 2020 (dernières données connues). https://www.afcent.af.mil/Portals/82/Airpower%20Summaries/Feb%202020%20Airpower%20Summary%20FINAL.pdf?ver=2020-03-12-021511-537 . Il a rapatrié dans son pays nombre de ses soldats déployés, notamment aux Proche et Moyen-Orients. Sous son premier mandat, la coalition occidentale a tué beaucoup moins de monde que sous les mandats de son prédécesseur. Si une équipe mondialiste s'empare de la maison blanche, des tendances inverses pourraient se remettre en place dès le printemps 2021….et le sang se remettre à couler ….. L'OTAN n'a toujours pas compris qu'elle devrait et aurait intérêt à mettre un terme à ses dérives.

 

La mauvaise nouvelle est qu'une administration Biden chercherait aussi à impliquer l'OTAN, le Royaume Uni, la France et l'Union Européenne dans tous les coups tordus que ses stratèges néoconservateurs pourront imaginer. https://www.youtube.com/watch?v=vE4DgsCqP8U . La mauvaise nouvelle pour la France est que sa dépendance économique (dette et CAC40) et la servilité grandissante à l'égard des USA de ses élites, formées pour ça, ne lui permettront pas de refuser toutes les invitations US à se joindre à ses coalitions de circonstance pour des causes douteuses.

 

La bonne nouvelle tient dans le fait que, de part et d'autre de l'Atlantique, les peuples commencent à ouvrir les yeux. Que ça plaise ou non à nos médias, à nos politiques et à notre opinion publique manipulée, le «souverainiste» Trump a obtenu 15% de voix de plus qu'en 2016 (73 millions). Ses partisans tiennent la Cour Suprême, le Sénat, une majorité d’États et s'approchent de la parité à la Chambre des représentants. Ses partisans tiennent aussi les campagnes états-uniennes. Les démocrates ne tiennent vraiment que les grandes villes ……..

 

 

carte du vote 2020 (vote Trump en rouge), (vote Biden en bleu). Voir l’original à télécharger

 

https://nypost.com/2020/11/07/this-map-shows-what-the-us-presidential-vote-really-looks-like/

Il ne sera donc pas simple de gouverner les USA et de faire n'importe quoi dans ces conditions d'autant que l'économie US est en berne et la dette abyssale.

 

Il ne sera pas simple non plus de gouverner une UE de l'Ouest en faillite, avec des populations au bord de la révolte, des PIB en recul et des budgets de défense qui seront, qu'on le veuille ou non, sinistrés.

 

Dans ces conditions, la sagesse devrait consister à s'occuper correctement de ses affaires avant de vouloir jouer les shérifs sur la planète. Elle devrait aussi consister à ne pas vouloir s'ingérer partout dans les affaires d'états souverains sous le prétexte fallacieux de la lutte contre un terrorisme que nous avons largement contribué à créer et à entretenir par une politique étrangère calamiteuse (Libye, Syrie, Irak, Yemen, Iran, Russie, Biélorussie, Venezuela, Brésil, Bolivie entre autres) et par des prises de position officielles irresponsables «perçues» comme insultantes par des dizaines de pays sur la planète (caricature).

 

Tôt ou tard, une coalition occidentale gouvernée par des mondialistes agressifs, se prendra un grand coup sur le museau, s'étonnera, redescendra de son piédestal, et fera moins la fière. Ses populations multiplieront les marches blanches, les cérémonies de funérailles, les manifestations bruyantes et ostentatoires contre un ennemi qu'on aura provoqué. Elles compteront et pleureront leurs morts. Il suffit d'observer la brillante campagne conduite par les gouvernances des pays membres de cette coalition dans «la guerre contre le coronavirus», pour pressentir que nous ne gagnerons pas non plus la prochaine……

 

DD

 

 


Etats-Unis : Pourquoi la présidentielle est encore loin d'être terminée - Le 15/11/2020.

..par Frédéric Aigouy - Le 15/11/2020.

© CARLOS BARRIA Source: Reuters

Etats-Unis : pourquoi la présidentielle est encore loin d'être terminée

 

Le président américain Donald Trump. Quoi qu'en disent les médias, Joe Biden n'est pas encore élu. Entre les multiples recours judiciaires lancés dans les Etats clés par Donald Trump, et ses allégations explosives concernant Dominion Voting System, la justice va avoir son mot à dire.

 

Depuis qu'il a été proclamé vainqueur par les médias, le candidat démocrate Joe Biden tient ses conférences de presse sous l'appellation «bureau du président élu», préparant les quatre prochaines années de son administration. A lire la presse et à en croire le camp démocrate, l'affaire serait donc entendue : l'ancien vice-président de Barack Obama va prendre en main la destinée des Etats-Unis en janvier prochain.

 

Pourtant, rarement la situation n'aura été aussi incertaine dans la foulée d'une élection. Dénonçant des fraudes massives lors du scrutin, Donald Trump n'a pas admis sa défaite et son équipe juridique multiplie les procédures judiciaires dans les Etats clés. Il convient dès lors de rappeler quelques points importants, qui pour une raison ou une autre ne sont pas – ou peu – évoqués dans la presse : le «bureau du président élu» n'existe pas, pas plus que la fonction de président élu. Surtout, il ne revient pas aux médias de décréter le vainqueur de l'élection. Ces derniers se contentent de faire des projections sur les résultats, qui ne sont à l'heure actuelle que provisoires, puisque chaque Etat doit encore les certifier. Une fois que cela sera fait, le Collège électoral se réunira et ses grands électeurs voteront pour un candidat, nommant officiellement le prochain président.

 

«Pluie de procédures» judiciaires

 

Or le Collège électoral ne fera son choix que le 14 décembre prochain, et rien ne dit que la situation n'évoluera pas d'ici là. L'équipe de campagne de Donald Trump soutient que la loi électorale a été violée dans plusieurs Etats, affirmant, témoignages à l'appui, que d'une part des votes ont été comptés sans la présence d'observateurs, et d'autre part que de nombreux votes frauduleux ont été pris en compte. Des procédures judiciaires sont toujours en cours dans le Michigan, la Pennsylvanie, le Nevada, l'Arizona et le Wisconsin.

Un recompte de votes est par ailleurs en cours en Géorgie, tandis qu'un autre va avoir lieu dans le Wisconsin. 

 

Si les premiers recours de l'équipe du chef d'Etat sortant ont été dans leur immense majorité rejetés, Donald Trump a signé une victoire qui pourrait avoir son importance en Pennsylvanie. La justice a estimé que la décision de l'Etat de prolonger le délai du 9 au 12 novembre pour vérifier certains votes par correspondance n'était pas valable, car adoptée par Kathy Boockvar, qui en sa qualité de secrétaire du Commonwealth de l'Etat n'avait pas l'autorité nécessaire à ces fins. Si ce jugement n'invalide qu'un nombre minime de votes (10 000), il pourrait ouvrir la porte à une intervention de la Cour suprême, selon le constitutionnaliste Alan Dershowitz, qui estime toutefois que cela reste improbable.

 

Il est par ailleurs notable que Donald Trump bénéficie dans sa démarche du soutien de l'ensemble de la direction des républicains au Congrès, ainsi que de son parti. Tout aussi notable, le président de la commission électorale fédérale (FEC) a récemment déclaré qu'il pensait qu'il y avait eu des fraudes lors de cette élection, et que les procédures judiciaires de l'équipe Trump étaient fondées sur des allégations valides. La bataille juridique qui s'est ouverte ne fait donc que commencer. Selon Jenna Ellis, membre de l'équipe juridique de Donald Trump, une «pluie de procédures» est d'ailleurs encore à venir.

 

Dominion Voting System, la clé du scrutin ?

 

Des procédures au premier rang desquelles se trouvera sûrement Dominion Voting System, une entreprise qui gère informatiquement la tabulation des votes dans plusieurs Etats. Dans le comté d'Antrim, dans le Michigan, les responsables électoraux ont établi après un recompte manuel des votes que 6 000 voix en faveur de Donald Trump avaient été attribuées à Joe Biden.

 

De quoi interpeller le camp républicain, d'autant que Dominion gère des machines similaires dans 47 comtés du Michigan mais aussi dans 28 autres Etats, dont la plupart des Etats clés. Sydney Powell, ex-procureur fédéral et avocate de Michael Flynn, désormais dans l'équipe juridique de Donald Trump, accuse depuis des jours Dominion d'être à l'origine d'une fraude électorale informatique massive, à même de remettre totalement en cause les résultats du scrutin dans les Etats clés.

 

Je vais relâcher le Kraken. [...] Le président Trump a gagné de façon écrasante. Cela va être irréfutable

 

L'avocate assure disposer d'éléments permettant d'étayer ses allégations explosives, comme elle l'a confié sur Fox News Business. «Des témoins de Dominion se sont manifestés. L'ampleur de la fraude est stupéfiante», a-t-elle notamment déclaré, précisant qu'une vaste enquête criminelle allait être ouverte. «Je vais relâcher le Kraken. [...] Le président Trump a gagné de façon écrasante. Cela va être irréfutable.»

 

Si Dominion a «catégoriquement nié» tout problème avec ses machines à voter, le camp républicain, Donald Trump en tête, n'en démord pas et insiste sur les failles de sécurité que présenterait l'entreprise. Le chef d'Etat a notamment retwitté un reportage de la chaîne NBC datant d'il y a quelques mois, dans lequel des pirates informatiques expliquaient la facilité avec laquelle ils pouvaient pénétrer dans le système.

 

L'administration Trump continue de travailler dans l'optique d'un second mandat

 

Dans la confusion qui règne, l'appareil d'Etat américain n'a pas pris position. Le directeur du renseignement américain, John Ratcliffe, a ainsi expliqué qu'aucune information ne serait partagée avec l'équipe de transition de Joe Biden tant que les résultats ne seraient pas officiellement certifiés.

 

Au sein de l'administration Trump, une certaine confiance se dégage même : le conseiller au commerce extérieur de la Maison Blanche, Peter Navarro, a par exemple confié que l'administration poursuivait son travail avec en tête l'hypothèse d'un second mandat du chef d'Etat : «Nous travaillons à la Maison Blanche en supposant qu'il y aura un deuxième mandat Trump.» Répondant à la question d'un journaliste sur la passation de pouvoir entre Donald Trump et Joe Biden, le secrétaire d'Etat Mike Pompeo a de son côté glissé dans un sourire qu'il y aurait une «transition en douceur vers une deuxième administration Trump».

 

En tout état de cause, la patience semble une vertu cardinale dans cette période trouble que traversent les Etats-Unis. Il n'est pas inutile de rappeler qu'en l'an 2000, le candidat démocrate Al Gore avait été annoncé vainqueur par les médias, devenant président élu 37 jours durant. Jusqu'à ce que, après recompte des voix en Floride sur décision de la Cour suprême, son rival George W. Bush ne soit déclaré vainqueur. Voilà peut-être pourquoi la Russie n'a pas encore félicité Joe Biden pour sa «victoire», préférant attendre l'officialisation des résultats. Une position qui fait sens tant la justice pourrait jouer un rôle déterminant au cours des semaines à venir. Lorsqu'elle aura tranché viendra alors l'heure de féliciter le vainqueur, Joe Biden... ou Donald Trump.

 

Frédéric Aigouy

Source :  RT Francehttps://francais.rt.com/international/80744-etats-unis-pourquoi-presidentielle-est-loin-terminee


L’Occident s’est jeté de lui-même dans la poubelle de l’Histoire

...par Paul Craig Robert - Le 19/11/2020.

Si les cours de justice font respecter la loi électorale, les votes frauduleux seront annulés et Trump sera déclaré vainqueur. La fraude électorale est hors de doute. Voici la vraie question : face à l’hostilité des médias, à la violence des Antifas et des BLM et vu la pusillanimité des Républicains, Trump aura-t-il le soutien nécessaire pour aller jusqu’au bout ?

Quel que soit le prochain hôte de la Maison Blanche, le pays est désormais irrémédiablement divisé. Les Américains qui ont voté « Républicain » savent que l’élection leur a été volée par un véritable coup d’État. Ils savent que les Blancs ont été diabolisés comme racistes et qu’ils sont en passe de devenir des citoyens de second ordre dans ce qui fut la terre des hommes libres. Il leur a fallu longtemps pour s’en aviser, mais le vol éhonté de l’élection et le silence complet des médias à ce propos, leur ont fait prendre conscience de leur vulnérabilité de « Blancs racistes ».

Le problème auquel est confronté notre pays est que les Démocrates et les médias savent, aussi bien que les électeurs républicains, que l’élection a été volée. Ce vol, ils l’ont organisé. Ils le considèrent comme nécessaire afin de se débarrasser de Trump, lequel fut diabolisé comme raciste, sexiste, agent russe, et, selon Nancy Pelosi, Président de la Chambre des Représentants, un ennemi de l’intérieur qui refuse d’accepter cette élection volée.

Pour les Démocrates, les médias, les fascistes Antifa/BLM qui organisent des « nuits de cristal » contre les commerces tenus par des Blancs, se débarrasser de Trump est plus important que tout ce qui concerne la démocratie. Que l’un des deux grands partis renonce à la démocratie, cela veut dire, comme ce fut déjà le cas à Rome, que le pouvoir est désormais la valeur suprême.

Si ce vol est avalisé, il n’y aura plus jamais d’élections libres aux États-Unis. Les élections seront programmées au service de l’élite dirigeante jusqu’à ce qu’elle se débarrasse de ce simulacre de démocratie.

Dans de précédents articles, j’avais prévu que la haine attisée contre Trump était telle que sa défaite orchestrée susciterait des appels à la vengeance contre ceux qui le soutiennent, et c’est ce qui a lieu:

J’avais également prévu que Trump serait exclu des forums médiatiques où il pourrait défendre sa position devant le peuple, et c’est le cas :

Telle est la situation actuelle aux États-Unis. Les médias sont à 100% hostiles aux partisans de Trump. De même que le parti Démocrate, la CIA et le FBI. A l’étranger, les médias leur sont également hostiles. Qui leur est favorable ? Personne. Ils sont seuls. Ils ne sont pas organisés. Dans l’Amérique d’aujourd’hui, les partisans de Trump sont plus diabolisés que ne l’étaient les Juifs dans l’Allemagne nazie. Peu d’entre eux sont conscients de la gravité de la menace. Un correspondant australien du magazine Chronicles, dans son numéro de novembre, a clairement exprimé l’enjeu. Voici ce qu’il dit  : comme, selon la gauche, les Blancs sont d’un racisme pathologique, la seule solution qu’on puisse apporter à ce racisme blanc « devrait conduire logiquement à l’anéantissement des gens qui l’incarnent ».

Autrement dit, les camps de la mort.

Les conséquences logiques ne se réalisent pas toujours, mais la logique de la gauche implique la guerre civile. Ce n’est pas la droite qui pousse à la guerre civile. C’est la gauche et le parti Démocrate, soutenus par les putes des médias, qui poussent à la guerre civile. Et ce sont les partisans de Trump, la classe ouvrière dépossédée, qui sont agressés.

La haine que la politique du parti Démocrate et de la gauche a suscitée contre « les racistes blancs » engendre la guerre civile – essentiellement entre Blancs – à moins que la majorité blanche diabolisée ait été trop culpabilisée pour être susceptible de résister.

Je ne suis pas optimiste. Jean Raspail a montré, dans son roman prophétique « Le camp des saints », que dès lors qu’un peuple est diabolisé et persuadé de sa culpabilité, sa taille importe peu.

Ce que nous voyons partout en Europe et chez le parti Démocrate c’est la volonté déterminée de submerger la majorité blanche avec l’ouverture des frontières.

Cette sottise criminelle fait très bien l’affaire de la puissante élite globaliste qui veut la fin de la souveraineté nationale et la destruction, par l’immigration de masse, des ethnies qui, autrefois, formaient un pays.

L’élite globaliste est organisée et possède des milliards et des milliards de dollars avec lesquels elle peut financer son agenda. Les Blancs qui en sont les victimes, sont inorganisés, ils n’ont pas d’argent puisque leurs emplois ont été délocalisés en Asie et, pour vivre, ne peuvent que s’enfoncer dans l’endettement.

Les hordes qui furent arrêtées par Charles Martel, et plus tard aux portes de Vienne, triompheront maintenant avec l’aide de l’Allemagne de Merkel, de la France de Macron, et de la Présidente Kamala Harris.

Si les Démocrates sortent impunis du vol de l’élection de 2020, c’en est fini de l’Occident et de sa population blanche.

Nous pouvons commencer à rédiger sa nécrologie.

Paul Craig Roberts

source : https://www.paulcraigroberts.org

traduit par J.A., relu par Hervé pour le Saker Francophone

via https://lesakerfrancophone.fr


L’armée américaine a saisi des serveurs en Allemagne liés au logiciel électoral Dominion

...par Wikistrike. com - Le 18/11/2020.

 

L’armée américaine a saisi des serveurs en Allemagne liés au logiciel électoral Dominion

Des informateurs situés en Allemagne ont rapporté que l’entreprise Scytl hébergeait les données électorales américaines de manière illégale en Espagne. L’entreprise a été perquisitionnée par l’armée américaine et ses serveurs ont été saisis à Francfort.
L’entreprise espagnole Scytl, qui vend dans le monde entier des logiciels de gestion des élections utilisés aux États-Unis, est au bord de la faillite.
Le serveur utilisé pour la manipulation se trouvait en Allemagne.

Qu’est-ce que Dominion Voting Systems ?

Dominion Voting Systems Corporation est une société basée en Amérique du Nord qui fournit des machines à voter et des tabulateurs aux États-Unis et au Canada. Pas moins de 28 États ont utilisé les machines de vote de Dominion, ou tabulatrices, pour scanner les bulletins de vote en papier lors des élections américaines. Les tabulatrices de Dominion sont programmées pour scanner les bulletins de vote en papier marqués à la main.

Une fois que les tabulateurs ont fini de scanner les bulletins, les bulletins en papier sont conservés et une bande de totalisation, indiquant le nombre de votes pour chaque candidat, est imprimée à partir de la machine. Les greffiers de comté utilisent le logiciel du système de gestion des élections, qui combine les totaux des tabulateurs, pour communiquer des résultats non officiels.

  • On apprend maintenant que l’horrible Dominion Voting System a été utilisé en Arizona (et beaucoup) au Nevada. Pas étonnant que le résultat ait été une défaite très serrée !

- Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 13 novembre 2020

Pourquoi les votes des élections américaines de 2020 ont été comptés par la société espagnole Scytl qui est en faillite ?

Les votes exprimés par les Américains ont été comptés par la société espagnole en faillite Scytl. Tout comme Dominion Voting Systems, Scytl a un passé de fraude électorale dans différents pays. Cette question a amené les experts à se demander pourquoi la tâche délicate du comptage des votes a été sous-traitée par une société étrangère ?
Comment une entreprise espagnole en faillite pouvait-elle compter les votes américains en Espagne ?
En raison de cette fraude généralisée, le président de la Commission électorale fédérale américaine, Trey Trainor, estime que les élections présidentielles américaines de 2020 sont illégitimes.

Une équipe de la CIA

Créée en 2001 en Espagne, Scytl a organisé 12 campagnes dans différents états et sa technologie a été utilisée dans 980 juridictions américaines et dans 28 états lors des élections de 2016. Spécialisée dans les solutions de vote et d’élections en ligne, la société propose aussi aux électeurs des services d’inscriptions, la gestion des employés électoraux et la livraison de bulletins de vote électroniques.

Scytl a été déclarée en faillite en juin 2020

Ce qui est intéressant, c’est que la société espagnole Scytl a été déclarée en faillite en juin de cette année. La société a déposé son bilan dans le cadre d’une vaste analyse des vulnérabilités de sécurité liées au vote numérique.

Scytl a (ou avait) des connexions avec george Soros et le parti démocrate. Paul Allen, co-fondateur de Microsoft, a investi 40 millions de dollars dans Scytl via son entreprise Vulcan Capital.

Clients, Élections américaines, États-Unis

Scytl a livré avec succès des projets de modernisation des élections aux États-Unis depuis 2008, et plus récemment pour les élections de mi-mandat de 2018, où plus de 70 millions d’électeurs de plus de 900 comtés américains ont utilisé avec succès la technologie de Scytl. De même, durant les élections présidentielles américaines de 2016, la technologie de Scytl a fourni à plus de 53 millions d’électeurs enregistrés et des milliers de membres du personnel électoral sur 28 États les avantages de processus électoraux plus efficaces, échelonnables et accessibles, consolidant ainsi la position de Scytl comme le premier fournisseur de modernisation des élections aux États-Unis.

Pour les élections US de 2020 [1], la technologie Scytl a été utilisée dans :

  • 32 États américains
  • Plus de 800 juridictions électorales
  • Impacté 78+ millions d’électeurs

Autres clients de Scytl :

Ministère des Affaires étrangères France
Ministère de l’Intérieur France
La Haute Autorité des Primaires France
Ministère de l’Éducation France
Parlement européen
Union européenne

Ministère des Affaires étrangères
France

Scytl Online Voting

En 2017, le Ministère français des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI) aura une nouvelle fois recours à Scytl Online Voting pour les élections législatives françaises, offrant ainsi aux Français établis hors de France une nouvelles génération de solutions électorales qui assureront l’efficacité du processus et garantiront les plus hauts niveaux de sécurité et de vérifiabilité.
Fort de l’expérience et du succès de la technologie de Scytl Online Voting déployée en 2014, 2012, 2011 et 2009, le MAEDI a commencé à mettre en place la nouvelle plate-forme qui intègre divers processus électoraux tels que la gestion des candidats, le vote multicanal, la vérification des électeurs et des votes, ainsi que la consolidation et la publication des résultats. Lors des élections précédentes, le vote par Internet s’est avéré être la modalité la plus utilisés dans le cadre d’une élection nationale, marquant une étape importante dans l’histoire de la e-démocratie en France.

Scytl aurait des relations avec George Soros et le parti démocrate [2].
D’autre part, Scytl a déclaré avoir obtenu 40 millions de dollars d’investissement de la part de la société Vulcan Capital appartenant au co fondateur de Microsoft. [3]

Dominion Voting Systems partage son bureau avec le groupe Soros, en collaboration avec un ami de Soros.

Dominion a son siège à Toronto et possède un bureau américain à Denver.

Dominion Voting se trouve voisin de la Fondation Tides Canada dans la suite 360 de l’immeuble Robertson. La Tides Foundation in America, basée à San Francisco, a créé et soutient financièrement la Tides Canada Foundation. La Fondation Tides aurait reçu plus de 20 millions de dollars en dons des groupes de George Soros, et Tides partage la vision de Soros pour une transformation radicale de la civilisation occidentale et du monde par la gauche. Tides a donné de l’argent à de nombreux groupes de gauche, dont ACORN et Project Vote, et a récemment créé le Black Lives Matter Support Fund.

 Source : Wikistrike

 


En remplacement de Mark Esper, le secrétaire à la Défense par intérim, Chris Miller, active les forces d’opérations spéciales pour lui rendre compte directement

...par Mike Adams / Natural News - Le 20/11/2020.

Source : Mirastnews

Les ressources des forces spéciales sont maintenant déployées pour vaincre les ennemis et les traîtres nationaux des États-Unis! – Mike Adams + Vidéos

Image: Replacing Mark Esper, Acting Defense Secretary Chris Miller activates special operations forces to report directly to him

 

Pour ceux qui sont réticents à reconnaître les actions menées pour défendre l’Amérique contre des ennemis étrangers et nationaux, un changement massif vient d’être mis en place au ministère de la Défense, ce qui prouve quelques indices supplémentaires sur ce qui se passe.

Les forces d’opérations spéciales ont maintenant été restructurées pour rendre compte directement au secrétaire à la Défense Chris Miller, qui a remplacé la créature des marais Mark Esper, récemment renvoyé par Trump. Le terme «forces d’opérations spéciales» comprend généralement les forces spéciales de l’armée (Rangers, Delta, etc.) et de la marine (SEAL) et englobe probablement plusieurs dizaines de milliers de troupes d’élite hautement entraînées. (Le décompte exact n’est pas une information publique.)

 

Chris Miller, qui était auparavant directeur du National Counterterrorism Center, a décrit les changements comme «tectoniques» et comme étant poursuivis pour «combattre les menaces transnationales».

Mais il a également dit quelque chose d’encore plus intéressant:

À 6 h 29, Miller dit: (italiques ajoutés)

Dans le même temps, si des acteurs décriés sous-estiment notre détermination ou tentent de saper nos efforts, nous n’hésiterons pas à rétablir les éléments de dissuasion et à vaincre toutes les menaces.

Alors que nous mettons en œuvre les ordres du président, nous reconnaissons également que les transitions et les campagnes comportent des risques et des défis et opportunités inattendus. C’est pourquoi je suis ici aujourd’hui pour annoncer que j’ai demandé aux dirigeants civils des opérations spéciales de relever directement de moi plutôt que par les voies bureaucratiques actuelles. Cette étape historique finalise ce que le Congrès a autorisé et dirigé et mettra pour la première fois le Commandement des opérations spéciales à égalité avec les services militaires.  

Il a spécifiquement invoqué «les transitions et les campagnes», et bien que le mot «campagne» se réfère généralement à une campagne militaire, associée au terme «transitions», cela fait apparemment référence aux transitions présidentielles et aux campagnes politiques.

Cela semble être un sifflet de chien pour d’autres patriotes à travers le DoD, diffusant le fait que les patriotes sont désormais en charge au DoD, et qu’ils commandent désormais directement les ressources des forces spéciales américaines. En d’autres termes, ces actifs viennent d’être retirés du contrôle des bureaucrates des marais de l’État profond qui hantent les couloirs du Pentagone, frottant les coudes avec John Bolton et d’autres limaces des marais dans l’espoir de déclencher davantage de guerres.

 

Les ressources des forces spéciales sont actuellement déployées pour abattre les ennemis et les traîtres nationaux des États-Unis

 

Maintenant, de nombreux points commencent à être connectés ici, avec des rumeurs non confirmées circulant ces derniers jours selon lesquelles des équipes des forces spéciales américaines ont déjà arrêté certains traîtres démocrates de haut niveau et de l’État profond qui sont à l’origine de la récente ingérence électorale étrangère dans les élections américaines via les systèmes de vote Dominion et Scytl, qui ont tous deux été truqués pour produire une «victoire» de Joe Biden.

Je couvre plus de détails à ce sujet dans mon podcast Daily News Update du 16 novembre.

Selon des rumeurs récentes, les forces américaines ont attaqué une ferme de serveurs à Francfort, en Allemagne, prenant possession de données de serveur qui prouvent la fraude électorale massive qui a été commise. Cela signifie que des efforts sont déjà en cours pour rassembler toutes les preuves nécessaires pour prouver la trahison de la part de ceux qui ont tenté de voler les élections et de renverser le gouvernement des États-Unis.

L’avocat Sidney Powell explique une partie de ce qui s’est passé le 3 novembre lors du vol électoral de gauche en Amérique:

https://www.brighteon.com/90efb598-e01b-44c6-bcbc-aa73d6e3ce6d

Comme nous l’avons documenté dans des articles précédents, l’élection de 2020 s’est déroulée dans le cadre d’une urgence nationale déclarée par Trump et déclarée le 12 septembre 2018 dans un décret.

Cet ordre, disponible sur Whitehouse.gov, est intitulé «Décret exécutif sur l’imposition de certaines sanctions en cas d’ingérence étrangèr