Retour en Corée

Par le lieutenant-colonel (er) Vincent FAUVELL-CHAMPION - promotion Centenaire - EMIA 1981-1982


 

Je vous propose un autre article qui relate un récent voyage officiel effectué en Corée à l’invitation des autorités coréennes.Ce second article, qui est aussi un cri du cœur, est dans la continuité du premier article afin de transmettre des informations relatives à la guerre de Corée et au contingent français qui sont peu connues du plus grand nombre dans notre pays.

Vue de France, y compris et surtout dans nos armées, on ne mesure pas l’immense gratitude qu’éprouvent les Sud-Coréens envers les 21 Nations, dont la France, qui se sont battues à leurs côtés il y a plus de  66 ans pour défendre leur liberté. Ce pays moyenâgeux vivait alors dans une profonde misère après une longue et brutale colonisation japonaise. L’implication de l’ONU dans ce conflit a été une chance inouïe pour ce pays qui a pu ainsi renaître de ses cendres.

Depuis 1953, la Corée du Sud vit en paix sous la menace permanente de la dictature communiste de la Corée du Nord. La république de Corée du Sud est devenue prospère au fil des décennies par son seul courage. Les coréens sont fiers de leur décollage économique (la Corée est membre du G20), mais ils n’en oublient pas pour autant leur passé. Ils savent d’où ils viennent et ce qu’ils doivent aux autres nations qui sont venues les secourir.

Dans notre France actuelle où beaucoup trop de nos concitoyens désabusés observent tout par le petit bout de la lorgnette en dénigrant systématiquement notre passé ; il est temps d’éprouver une légitime fierté pour nos soldats qui se sont battus en Corée sous l’égide des Nations Unies.

J’ajoute pour l’anecdote avoir rencontré après la cérémonie grandiose du 11 novembre “Moment to Be One, Turn Toward Busan” au cimetière militaire de l’ONU à Busan un diplomate philippin qui sachant que j’étais français a tenu à me montrer sur son téléphone portable une photo de lui prise la veille avec un ministre français en visite en Corée. Je suis navré ne pas avoir vu ce ministre de la république au cimetière militaire de l’ONU pour rendre dignement hommage à nos 44 soldats qui y sont enterrés. Le savait-il seulement ? Hélas, je n’en suis pas certain.

Bien cordialement,

 

Vincent FAUVELL-CHAMPION     

 


Retour en Corée du 7 au 13 novembre 2016

 

A l’invitation du Ministère des patriotes et des anciens combattants de la  république de Corée du Sud, une petite délégation française composée du colonel (en retraite) Vincent R.F. FAUVELL-CHAMPION ancien du BAT/ONU et de son fils le lieutenant-colonel (en retraite) Vincent J.J. FAUVELL-CHAMPION, en qualité d’accompagnateur, s’est rendue en Corée en compagnie d’autres délégations étrangères ayant participé au conflit de 1950-1953 dont des américains, des canadiens, des australiens, des grecs, des turcs, des colombiens, des thaïlandais, des éthiopiens, des suédois, des hollandais, et des belges... C’est ainsi avec beaucoup de plaisir que l’on retrouva un ancien combattant belge que nous avions rencontré à Paris le 27 septembre dernier lors d’un concert exceptionnel à la salle Gaveau offert aux anciens combattants de la guerre de Corée par la république de Corée du Sud.

 

Les manifestations traditionnelles se sont déroulées à un rythme soutenu pendant tout le séjour : visite du cimetière national et du musée de la guerre de Corée à Séoul, cérémonie nationale grandiose “Moment to Be One, Turn Toward Busan” au cimetière militaire de l’ONU à Busan, déjeuner de gala offert par la Korean Veteran Association à Busan en présence de Monsieur Park SUNGCHOON, Ministre des patriotes et des anciens combattants, concert au centre artistique Lotte de Séoul en mémoire de la guerre de Corée et en honneur des forces de l’ONU. A la fin du

spectacle, les violoncellistes virtuoses, la coréenne Bong SHIN KO et le français Michel STRAUSS ont ajouté au programme un morceau de leur répertoire qu’ils ont interprété tout spécialement en l’honneur des victimes du Bataclan.

Cette dédicace a été très applaudie par le public.

L’accueil de nos amis coréens a été comme à l’accoutumé éblouissant et chaleureux. Pour ma part, c’était la première fois que je me rendais en Corée. Ce fut pour moi un moment inoubliable et fort en émotion d’avoir la très grande chance de vivre cela avec mon père, âgé de 89 ans, ancien du DR8 qui avait combattu comme chef de section au bataillon de Corée au sein de la 2ème compagnie d’avril 1952 à juillet 1953. J’ai pu enfin mieux appréhender cette guerre de Corée dont tous les noms des combats de mon père me sont connus depuis mon enfance tels que la

côte 238, T Bone, Arrowhead, l’appui du White horse, et Song Kok.

Ce 11 novembre fut un moment d’émotion très intense lorsque mon père s’est recueilli devant la tombe du caporal-chef Michel PIOT tué à ses côtés le 26 février 1953 lors du combat du Song Kok. La même rafale chinoise qui tua le caporal-chef Michel PIOT, blessa mon père de deux balles à l’épaule droite.

Dans le cimetière militaire de l’ONU à Busan, toutes nos prières étaient en ce jour symbolique destinées à tous nos soldats morts pour la France en terre coréennes dont seulement 44 d’entre eux, parmi lequel un soldat inconnu français, sont restés enterrés dans ce cimetière suivant ainsi le choix des familles. 

Ce cimetière militaire de l’ONU en Corée est unique au monde. C’est à cet endroit qu’a été érigé le mur du souvenir de tous les soldats de l’ONU morts pendant ce conflit. Une plaque est dédiée à la France. On peut y lire les noms des 269 militaires français qui sont morts au combat.

Il est navrant de penser que le futur monument des OPEX qui sera érigé nous l’espérons un jour à Paris ait écarté du projet ces 269 braves.

Comme nul n’est prophète en son pays, il vous faudra parcourir 9000 kilomètres pour venir les saluer à Busan.

Ce haut lieu de mémoire, ne peut laisser personne indifférent. Et, en particulier les anciens combattants du Bataillon de Corée. Ainsi, depuis le 24 octobre 2016, les cendres de Monsieur André BELAVAL, ancien opérateur radio du Bataillon de Corée, décédé en juillet 2015, reposent suivant ses dernières volontés dans la crypte du cimetière militaire de l’ONU à Busan après avoir reçu les honneurs militaires des forces armées coréennes.

 

Pendant ce court séjour, nous avons fait la connaissance à Busan du premier secrétaire de l’ambassade de France et nous avons aussi eu le grand plaisir de rencontrer à Séoul à deux reprises l’attaché de défense près de la république de Corée du Sud. Nous avons parlé ensemble de l’ANAAFF/ONU/BC&RC/156ème RI qui perpétue le souvenir du Bataillon Français de Corée en France et en Corée, et de la qualité exceptionnelle des relations de la France avec le pays du matin calme. Ils nous ont en particulier assuré que notre industrie de défense, qui possède un haut degré technologique, permet à notre pays de tenir son rang dans cette région du

monde.

Notre déplacement en KTX (Korea Train eXpress) entre Séoul et Busan nous a également démontré que la technologie française est bien une réalité hors de nos frontières.

 

Vincent FAUVELL-CHAMPION

Adhérent de l’ANAAFF/ONU/B&RC/156ème RI en qualité de descendant

 


...Je n'ai malheureusement pas pu....ou su (?) transférer les photos illustrant cet article...Je vous prie de m'en excuser. L'article complet peut être télécharger ci-dessous.

JMR


Télécharger
Retour en Corée
Article avec illustrations.
article Retour en Corée - novembre 2016.
Document Adobe Acrobat 1.1 MB

Partager : 

Écrire commentaire

Commentaires : 0