La grande muette ?

...par le Gal. Jean Salvan - le 19/07/2017.

 

Officier, général de corps d'armée

Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr

Ecole d’Etat-Major 

Ecole supérieure de guerre (ESG)

Commandant la IVème Région militaire

Général de corps d’armée (1988)

Représentant français auprès du Commandement Centre-Europe de l’OTAN (1986-1988) 

Commandant de la 1ère Division blindée (1983-1985)

Commandant du 3ème Régiment de parachutistes d’infanterie de marine

Professeur à l’Ecole supérieure de guerre

Membre correspondant du Muséum d’Histoire Naturelle en 1964

Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées de droit public

Professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux (1989-1994) ("Société et Défense") 

Président de l’Union des blessés de la face (les Gueules cassées) (1995-2002)

Ouvrages 

Liban 1978, les Casques bleus de la France (1979) - L’avifaune du Gard et du Vaucluse (1983) -

La paix et la guerre (1992) - Soldat de la guerre, soldat de la paix (2005)

Distinctions

Grand Officier de la Légion d’Honneur

Croix de la Valeur Militaire

Commandeur de l’Ordre du Cèdre du Liban

Croix d’Honneur en or de la Bundeswehr


Le différent entre le Président de la République et le chef d’état-major des armées incite à poser plusieurs questions :

 

1 - Est–il croyable que le candidat puis Président  Macron puisse soutenir qu’il a découvert le gouffre de nos finances après son élection ? Il y a dix ans le Premier Ministre Fillon constatait déjà qu’il était à la tête d’un Etat en faillite.

 

2 - On parle souvent de "Grande muette" à propos de nos armées. Mais quel texte de loi interdirait aux militaires de dire la vérité aux représentants de la nation ?

 

3 - Les responsabilités du pouvoir politique et des militaires sont différentes. Nul ne conteste le devoir du gouvernement de rétablir l’équilibre de nos finances. Mais le devoir des militaires est bien de se préparer à l’affrontement avec des ennemis de la France. En ont-ils les moyens actuellement ? Tout laisse penser que nos forces ne disposent plus des moyens nécessaires pour être utilisées de la Métropole au Sahel africain ou au Proche-Orient.

 

4 - Pour limiter nos dépenses, quelles opérations faut-il arrêter ? La réponse ne peut être donnée que par le gouvernement.

 

5 - De toute façon, plusieurs propositions du candidat Macron étaient irréalistes dans le contexte actuel. Comme je l’ai déjà écrit précédemment, rétablir un service militaire d’un mois pour toute une classe d’âge, hommes et femmes, était farfelu.

 

6 - Les divergences entre le ministère des finances et celui des armées sont une constante de l’histoire de la République. Rappelons qu’avant 1914, le ministère des finances s’opposa à la mise sur pied d’une artillerie mobile de gros calibre, estimant que le "75" suffirait. Il fallut les hécatombes d’août 1914 pour le ramener à la raison. A quand le désastre qui prouvera que le principe de précaution devrait s’appliquer au budget des armées ?

 

7 - Cela dit, le Général de Villiers a bien fait de donner sa démission : il faut, à un moment, contraindre nos dirigeants à une réflexion sur leur rôle et celui des armées.

 

Source : http://www.magistro.fr/index.php/template/lorem-ipsum/du-cote-des-elites/item/3202-la-grande-muette

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    michel (dimanche, 24 septembre 2017 10:33)

    Ce fameux devoir d'obéissance, ce ''devoir de réserve'', qui n'est inscrit nulle part et qui fait de l'Armée la ''grande muette'', celle-ci n'est plus au service de la nation, mais sert des intérêts supra et antinationaux. Le militaire n'a pas encore pris conscience qu'il n'est plus qu'un mercenaire au service du mondialisme et non plus de la France, qu'il croit naïvement servir.
    Le militaire n'a pas compris que la France est confrontée à un ennemi intérieur, qu'il s'agisse de gouvernements libéraux ou de gauche aux ordres des lobbies internationaux.
    Pour conclure : En politique comme sur le terrain militaire on ne peut espérer battre l'ennemi, qu'en connaissant ses buts, ses moyens, sa tactique, ses alliés. La victoire n'est donc pas pour demain.