La France au Sahel : Tentative de réponse à une vraie question...

..proposé par mon camarade Maurice Beaune - Le 07/11/2019.

Bonjour,

 

Je retransmets volontiers la tribune (en pièce jointe, avec des commentaires d'internautes du réseau LinkedIn de l'auteur), tout récemment publiée par le général de corps d'armée (2S) Bruno Clément-Bollée, susceptible de nourrir la réflexion de ceux qui s'intéressent encore et toujours au rôle de la France dans le monde, et notamment en Afrique, et recherchent, en particulier, une formule alternative à l'engrenage diabolique dans lequel la France s'est empêtrée depuis l'envolée lyrique du 2 février 2013 de François Hollande à Tombouctou.

 

Bonne lecture

 

MB

Mais où va-t-on au Sahel ?

...par le Gal. Bruno Clément-Bollée - le 04/11/2019.

Aucun texte alternatif pour cette image

« Pour sortir du bourbier au Sahel, il est urgent de repenser notre stratégie »

TRIBUNE Le Monde du 3 novembre 2019

Bruno Clément-Bollée Ancien directeur de la coopération de sécurité et de défense au ministère des Affaires étrangères

Si elle veut éviter de quitter un jour le Sahel sous la pression populaire, la France doit se livrer à une « complète remise en question » des modalités de sa présence et accepter de laisser la première place aux acteurs locaux, souligne le général Bruno Clément-Bollée, ancien directeur de la coopération de sécurité et de défense au Quai d’Orsay, dans une tribune au « Monde ».

Pleure Djoliba, ils sont devenus fous ! Si les eaux du fleuve Niger, le mythique Djoliba des peuples riverains, pouvaient décrire le spectacle qu’elles contemplent aujourd’hui sur les terres sahéliennes qu’elles traversent, que de malheurs nous seraient contés. Au Sahel, égrener les dramatiques événements qui s’enchaînent – à l’exemple de la toute dernière attaque du poste d’Indelimane au Mali, au bilan humain effroyable –, et parallèlement constater le degré d’impuissance d’une communauté internationale pourtant massivement présente, est devenu, hélas, d’une désespérante banalité tant ces malheurs sont aujourd’hui la triste réalité du quotidien sahélien.

Le constat est, il est vrai, sans appel. Au plan sécuritaire, la montée en force des djihadistes est une réalité qu’on ne peut plus nier. Aujourd’hui, ce sont eux qui, sur le terrain, ont l’initiative du moment, du lieu et de la forme des affrontements. Les forces nationales et internationales qui les combattent, pourtant en nombre, sont cantonnées dans une posture de réaction. Les communiqués officiels masquent mal la réalité d’une situation de terrain qui n’est plus maîtrisée. Or, perdre l’initiative est la pire chose qui soit pour une armée, c’est le début du doute, qui s’insinue sournoisement dans les têtes.

Mais le pire est peut-être ailleurs. Le ras-le-bol des populations crève les yeux face au vide des Etats et à l’inefficacité de « l’action » internationale. Progressivement, l’incompréhension entre populations et dirigeants s’est installée. La décrédibilisation de la classe politique, jugée globalement irresponsable et corrompue, atteint des sommets. Conséquence : face à l’incurie d’un système sécuritaire censé les protéger, les communautés villageoises n’ont d’autres choix que de confier leur sort à des milices recrutées en leur sein, incontrôlées, surajoutant un problème à une situation déjà très compliquée.

Sur le sujet du Sahel, la France a de quoi s’inquiéter. L’opération « Barkhane » semble dans l’impasse. Sa discrétion, son silence même, étonnent. La superbe de 2013 a laissé place à une morosité surprenante. Le malaise tient surtout à la perception locale de sa présence. Aujourd’hui, chaque événement dramatique est l’occasion de conspuer « Barkhane », qu’elle soit liée ou non à l’affaire en cours. La force est taxée d’inefficacité, d’inutilité, voire parfois même de complicité avec certains mouvements rebelles. A ce train, notre contingent ne sera-t-il pas obligé de quitter le théâtre un jour prochain sous une pression populaire et non sécuritaire, simplement parce que l’idée même de sa présence au Sahel sera devenue insupportable.

Soyons clair, cela ne tient pas à l’incapacité des militaires français. Au contraire, tous les experts saluent leur performance quotidienne opérationnelle et logistique sur un théâtre notablement vaste et compliqué. Peu d’armées au monde peuvent en faire autant. Peut-être, ici ou là, des contacts locaux, justifiables au plan tactique, ont pu parfois troubler l’image de « Barkhane », mais voyons là surtout l’œuvre d’une instrumentalisation médiatique mal intentionnée. Là n’est pas le fond du problème. C’est plutôt du côté des stratèges que la machine paraît grippée. Mais où va-t-on au Sahel ? La question tourne en boucle dans les cabinets parisiens. Sur le sujet, autorités décisionnelles comme experts en charge des propositions stratégiques sont muets, comme tétanisés. On semble ne plus savoir quoi faire pour sortir du bourbier sahélien. Par pusillanimité, personne n’ose plus vraiment aborder la question.

Sans mésestimer l’extrême complexité du théâtre sahélien et le temps qu’il faudra pour que la zone redevienne fréquentable, il faut enfin admettre que les seuls acteurs qui détiennent la solution au Sahel ne peuvent être que les pays qui le composent. C’est d’abord et surtout leur affaire. Dans ces conditions, l’intérêt partagé ne peut être que celui de leur réussite face à cet immense défi. Il n’y a pas d’autre choix. Une telle approche implique quatre exigences : faire confiance, donner les moyens, accompagner, faire preuve de patience.

Faire confiance, d’abord, c’est accepter, sans ambiguïté, une approche qui n’est pas la nôtre, et c’est aussi jouer notre rôle dans la stratégie concoctée par le partenaire sahélien ; pas facile pour nous. Donner les moyens, ensuite, c’est mettre à niveau sur les plans politique, sécuritaire, économique et social les pays sahéliens ; vaste mais indispensable programme qui n’exclut pas une forme de contrôle conditionné. Accompagner, encore, c’est admettre l’évidence que, même alignés sur nos standards, les pays sahéliens ne pourront arriver seuls au succès et donc leur faire profiter sans aucune arrière-pensée de toute notre aide ; démarche d’humilité dont nous sommes peu coutumiers. Faire preuve de patience, enfin, c’est accepter un effort sur le temps long, car cela prendra beaucoup de temps, mais plus vite nous commencerons et plus vite ils y arriveront ; compliqué dans notre monde obsédé par l’immédiateté du résultat attendu. Accepter ces quatre exigences, c’est comprendre l’esprit dans lequel pourrait être déclinée cette nouvelle stratégie pour le Sahel. Reste à répondre après au « comment faire » ; pour cela, le terrain nous montre la voie. Décliner une nouvelle stratégie d’action

Politique, sécurité, développement, ces trois dimensions doivent servir de socle pour décliner une nouvelle stratégie d’action au Sahel.

Au plan politique, la corruption massive et l’incapacité des gouvernants peuvent être dénoncées énergiquement pour provoquer à l’échelon national un sursaut de révolte. Au Mali, la cellule anticorruption fait merveille et, déjà, quelques très hauts fonctionnaires, dénoncés publiquement, croupissent en prison. Au Tchad, le mouvement des Transformateurs montre qu’un système politique repensé est possible. L’impact de ces exemples montre qu’ils peuvent provoquer un changement de fond dans la classe politique. Une vigilance particulière et un soutien appuyé doivent donc leur être accordés, visant la corruption, la mal gouvernance, la gabegie et autres abus inadmissibles. Une dynamique irréversible peut ainsi être déclenchée, amenant à voir enfin les coupables payer lourdement et de nature à faire émerger une classe politique responsable.

Au plan sécuritaire, ne doutons pas un instant que les soldats maliens, burkinabés, nigériens, mauritaniens, tchadiens ne soient capables de monter à l’assaut, au risque de tomber les armes à la main, aussi dignement que les soldats français. C’est d’autant plus louable compte tenu des conditions dégradées dans lesquelles ils œuvrent. Aussi, aidons vraiment ceux dont nous devons admettre que ce sont eux qui, au final, doivent gagner le combat. Les aider vraiment en termes de formation, d’équipement, en projection, en soutien et selon des standards identiques aux nôtres, c’est le prix à payer. Les faire bénéficier de tous les renseignements que nous possédons sur la zone est indispensable. Au plan opérationnel, c’est une véritable une reconquête militaire de l’espace territorial que chaque armée sahélienne doit imaginer, progressive et coordonnée avec ses voisins et ses alliés. L’administration territoriale doit suivre le mouvement, reprendre sa place et son rôle. Et toutes les forces de la communauté internationale coordonnées, dans une posture d’accompagnement et non plus d’imposition, doivent se mettre à disposition des armées locales pour aider cette reconquête sahélienne. Là encore, ne rêvons pas, c’est le temps long qu’il faut viser.

Au plan économique aussi, il faut être imaginatif. La relance de l’activité par des acteurs privés d’envergure proposant aux gouvernants des initiatives concrètes peut créer une dynamique positive de nature à montrer la voie. C’est le sens de l’initiative du patronat malien avec les corridors de développement économique reliant les capitales du Sahel, projet immédiatement suivi par ses homologues des autres pays sahéliens. L’idée est donc d’utiliser à fond le levier économique pour faire bouger les lignes. Ce mouvement doit être accompagné d’avancées sociales indispensables. Des solutions existent déjà, sachons les repérer, comme cette start-up sénégalaise, Transvie, qui propose notamment une couverture sociale pour les petits métiers qui ne coûte rien à l’Etat.

Sans faire d’angélisme, une stratégie nouvelle commande que ce soit les pays sahéliens qui décident des projets, de leur nature, des bénéficiaires, et qu’ils soient aidés résolument, sans ambiguïté et sans arrière-pensée, ce qui n’exclut pas une forme de conditionnalité de l’aide accordée.

Au total, nous n’avons plus le choix aujourd’hui pour sortir du piège sahélien. Repensons notre présence, l’image qu’elle projette, comprenons la perception que peut en avoir l’homme du Sahel et tirons-en les conclusions. Sans déserter, acceptons de laisser la première place aux acteurs locaux et soutenons-les dans une posture d’accompagnement. Volonté et compétence existent chez nos partenaires, prêts à jouer leur rôle pour peu qu’ils trouvent pour s’exprimer un cadre d’action totalement redéfini et des alliés décidés. Ainsi, agissant tout aussi activement mais en deuxième rideau, nous éviterons d’avoir à quitter le théâtre précipitamment et dans la honte, sur pression populaire. Cela passe par une complète remise en question, en profondeur et dans la durée. Ne perdons pas de temps, c’est urgent.

Bruno Clément-Bollée (Ancien directeur de la coopération de sécurité et de défense au ministère des affaires étrangères)

Bruno Clément-Bollée est général de corps d’armée (2S), ancien commandant des Forces françaises dans la zone sud del’océan Indien (2005-2007), ancien commandant de la force Licorne en Côte d’Ivoire (2007-2008), ancien directeur de la coopération de sécurité et de défense au ministère des affaires étrangères (2010-2013). Comme conseiller à la présidence de la République ivoirienne (2013-2016), il a ensuite œuvré au programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) des ex-combattants dans ce pays. Il a, depuis, monté une société de conseil aux Etats africains en gestion de sortie de crise et renforcement de la stabilité.

15 commentaires

 

Pascal LEGRANDJACQUES

Directeur de réserve naturelle chez Noé

Mon Général, je pense qu'en donnant un mandat plus offensif que défensif à la Minusma (14 000

hommes déployés au Mali contre 2 000 pour Barkhane) et en coordonnant les actions, il y aurait

plus de résultats sur le terrain. Actuellement, la MINUSMA, assure uniquement son autoprotection

et "démine" lorsque ses véhicules sautent sur les IED. Par ailleurs, on peut se demander quel est

l'utilité des AMX 10 RC contre des commandos en moto. Ce n'est qu'en (i) utilisant les moyens de

l'ENI, Pick-up (comme le font déjà les GCP et les GCM) et pourquoi pas moto, (ii) en ayant une

capacité de réaction héliportée immédiate (en récupérant les hélicos de la MINUSMA et en ne

limitant pas le champs d'action des hélico GB à de la logistique), (iii) en travaillant avec Gamou et

Moussa (mais cela est politiquement incorrect alors même que cela a montré son efficacité en 2017-2018), que l'on pourra boucler rapidement des zones et être efficace sur le terrain. Je passe surement pour un doux réveur, car l'ONU ne se mouillera jamais et nos actions et nos modes d'actions, en dehors de ceux des FS, seront toujours freinés par l'objectif "zéro mort". Aussi, après Serval pour sauver Bamako en 2013, il faudra bientôt monter un SERVAL en 2020 pour sauver Ouagadougou.

 

Bruno Clément-Bollée

Senior international consultant

Merci pour votre observation, en ce qui me concerne, je ne crois pas à une solution militaire,

surtout étrangère, je pense plutôt à une réponse globale telle que décrite dans ma tribune.

 

Nicolas Normand

Auteur du "Grand Livre de l'Afrique", préfacé par Erik Orsenna de l'académie française,

Paris, Eyrolles, novembre 2018,

Il semble bien peu probable que le conseil de sécurité décide de changer radicalement le mandat de la MINUSMA. Cette force n’est conçue que pour appuyer l’accord d’Alger. À ce sujet, il faut lire le rapport des experts de l’ONU ( que j’ai publié sur LinkedIn) pour comprendre combien cet accord est miné par les conflits internes, les connivences avec les terroristes, le banditisme et d’autres blocages. Sans parler du risque majeur de séparatisme avec un émirat à Kidal sous tutelle de Iyad Ag Ghali. La MINUSMA ne va pas se transformer en force combattante, ce n’est pas dans l’air du temps. Les casques bleus combattants de la brigade d’intervention de la MONUSCO ( seul cas actuel) ont démontré aussi leur impuissance en RDC ( contre les ADF, groupe islamiste).

 

Nicolas Derely

Consultant

Je défend un changement complet de paradigme. Barkhane intervient selon un mode d'action

"militaire" : planification, actions militaires de forces lourdes retranchées et isolées des populations contre des éléments armés de kalachnikov et de mobylettes. Pour faire simple, joppose des actions africaines ultramobiles de protection des populations pour gagner leur confiance et faire remonter les informations qui vont permettre de mettre la main sur les kalach et localiser la pose d'ied.

https://drive.google.com/file/d/1ffD7BItIbGOerIjefqfl4v4sbzvz4o2H/view?usp=drivesdk

 

Jean-François DELBOS

Consultant en Intelligence Stratégique

La dimension civilo-militaire a, encore une fois, été sous-évaluée.

 

Jean GRAEBLING

Excellent

 

Jean Pierre POUSSIN

EXPERT JUDICIAIRE INTERNATIONAL chez 2 A RESERVISTE CA AIX MEMBRE

COMM REG DISCIPLINE COMM AUX COMPTES CA AIX

Avec ou sans uniforme, il est désolant de constater que jour après jour le Sahel sombre et que

l'ensemble des populations en paieront le prix qui s'annonce de plus en plus lourd. Avec une crise

migratoire à la clé. DLRDAC.

 

Nicolas Normand

Auteur du "Grand Livre de l'Afrique", préfacé par Erik Orsenna de l'académie française,

Paris, Eyrolles, novembre 2018,

On se rejoint tout à fait.

 

Stéphane Gompertz

Conseiller chez Investisseurs & Partenaires - I&P

Je souscris sans réserve à cette analyse lucide. J’ajouterai que nous devons aider (discrètement) le plus possible les organisations de la société civile, notamment les associations de femmes. Se pose aussi la question de nos recommandations : devons-nous prescrire à tous nos compatriotes, y compris ceux des ONG, d’éviter à tout prix les zones dangereuses, contribuant ainsi à accroître leur déréliction ?

 

Jean GRAEBLING

Bravo

Membre LinkedIn

La situation au Sahel est complexe, l'article présente une approche précise de la situation. Situation transposable à d'autres régions du monde où un phénomène similaire est observé. Les pays peinent à résoudre leurs problèmes et comprennent que la source de leurs maux sont les immixtions étrangères qu'ils tentent d'éconduire. Les pays d'Afrique possèdent les solutions pour changer la situation et celle- ci viendra peut-être de la jeunesse excédée de ne pas réussir ses projets de changements. " Aller doucement n’empêche pas d’arriver", proverbe africain. Merci beaucoup du partage.

 

Hilaire COURAU

Directeur des relations extérieures chez Arise Mauritania SA

Amer constat, malheureusement validé tous les jours par les faits au Mali ou au BF... Vu de

Mauritanie, je crois au cercle vertueux :

1. D’un système sécuritaire reposant sur un maillage rustique mais robuste, avec un effort sur le renseignement ;

2. D’une gouvernance politique issue du système sécuritaire, mais qui a compris que sa pérennité dépendra : - de sa capacité à prendre à bras le corps des enjeux majeurs comme la santé, l’emploi, l’éducation, - mais aussi et surtout de saprobité !

3. D’investissements étrangers en Partenariat Public-Privé sur des grands projets d’infrastructures de long terme qui vont permettre de structurer l’économie nationale

 

Membre LinkedIn

Mon général, si je peux me permettre, une fois de plus, votre plume transcrit, s'il en était besoin,

votre parfaite connaissance du théâtre et des mentalités africaines. On ne peut que déplorer cette

absence de compétence chez certains de nos dirigeants, doublée d'une incapacité à suivre le conseil des "africains d'âme" surtout si ces derniers portent l'uniforme ...

 

Bruno Clément-Bollée

Senior international consultant

Merci cher Monsieur

 

Brault de Bournonvil Jean-Marc

Président d'honneur de la commission Afrique Océan Indien des Conseillers du Commerce

Extérieur de la France

BRAVO BRUNO

 

Source : https://www.linkedin.com/pulse/mais-o%C3%B9-va-t-on-au-sahel-bruno-cl%C3%A9ment-boll%C3%A9e/

Commentaires: 1
  • #1

    Alkali (samedi, 16 novembre 2019 12:45)

    Le problème Général c'est que toutes les raisons de notre présence au Sahel sont fausses et obéissent à des raisons secretes qui desservent la France et pour laquelle nos hommes tombent au service d'un pays étranger. Contrairement aux idées reçues nous ne sommes pas là pour lutter contre l'islamisme, mais plutôt le contraire, c'est à dire l'alimenter et le renforcer quand ce n'est pas le faire naitre et grandir.
    Lorsque Sarkozy a fait attaquer la Libye après l'avoir fait infiltrer en invitant trompeusement son guide dans les jardins de l'Elysée il ne le faisant en aucun cas pour la France, mais seulement et uniquement pour mettre en place le Plan Stratégique Oded Yinon que les israéliens ont inventé dans les années 80. C'était tellement flagrant que dès le jour de son élection et en écoutant son discours d'inver-tisture j'ai décris sur uyn blog, qu'il allait détruire la Libye et son aide, ainsi que la Syrie et cela en mai 2007. Suis je Devin ? Non. Mais quand on lis le plan Oded Yinon que feu Israel Shahak a traduit d'une revue de stratégie israélienne j'ai compris que vu que la lutte contre les guerres pour Israel était en passe d'être rejetée par les renseignements US, c'était à la France qu'allait échoir la suite du programme Israélien.
    Ce qui n'a guère tardé.
    Les deux que Sarkozy a attaqué ont été les deux invités à paris par le meme traitre à la Patrie (qui au passage a fait enlever le crime de haute trahison de la constitution, et pour cause de ce qu'il préparait pour les beaux yeux d'Israel)
    Puis vint le tour de Hollande qui chantait son amour de l'ultra doigte israélienne, lui qui est soit disant de gauche et dont le combat sur l'extrême droite française est permanent... Il lança la France et nos soldats dans une guerre que nous ne pouvions gagner car les enjeux étaient cachés et dissimulés par des actions secretes de financement par le biais de rançons, et indirects comme l'a fait l'entreprise Lafarge en Syrie, qui a largement financé DAECH, mais surtout leur a permis de construire les fortifications et tunnels qui allaient leur permettre de durer et de presque détruire ce pays qui a toujours été un pays ami...
    C'est pour ça que les analyses sont faussées car nous partons de bases fausses et qu'il nous est interdit de regarder le réel de façon cohérente par le containment psychologique des médias et des politiques, voir de certains grands militaires complices des manipulateurs.
    Mais les choses vont changer et la Russie arrive, la France va être obligée de cesser son aide aux islamistes sous couvert de lutter contre eux. Le cas de la Côte d'Ivoire est parlant, nous avons aidé les islamises à prendre le pays et viré un président laïc qui était pourtant un de nos meilleurs allié dans la région.
    Les voix se lèvent heureusement pour cesser cet aveuglement et pour que notre pays ne soit plus trompé par cette clique malfaisante dont la domination mondiale sur la ruine des autres peuples est le but Ultime.
    Respectueusement.