Les Opérations (III)

Que contenaient les entrepôts d’armes explosés à Jytomyr ?

Source : Le Courrier des Stratèges - par Riafan - Le 31/05/2023.

Que contenaient les entrepôts d’armes explosés à Jytomyr? par Riafan

Et de deux ! On se souvient du bombardement d’un entrepôt proche de Khmelnitsky dans la nuit du 12 au 13 mai dernier, qui aurait touché, selon les sources russes, le « 649e dépôt d’aviation d’armes et de munitions de missiles près du village de Gruzevytsia ». Compte tenu de la dose relativement faible de rayonnement gamma émise par l’uranium appauvri, l’explosion aurait détruit un très grand stock de munitions, libérant dans l’air de la poussière d’uranium en direction de la Pologne. La presse occidentale a bien évidemment réfuté cette menace de pollution. Une nouvelle frappe russe, le 28 mai, sur un entrepôt d’armes à Jytomyr, provoque une pollution de l’air similaire. L’expert militaire russe, Alexander Artamonov, apporte ici des explications.


Cet article publié par le site riafan.ru n’engage pas la ligne éditoriale du Courrier.

Il ne peut être exclu qu’à l’occasion d’une récente frappe massive de missiles, les forces aérospatiales russes aient détruit une installation militaire extrêmement dangereuse des forces armées ukrainiennes. Ce qui pourrait créer un problème assez grave pour le régime de Kiev. Le célèbre analyste militaire russe, Alexander Artamonov, en est arrivé à cette conclusion. En direct sur la radio Komsomolskaya Pravda, il a parlé en détail des résultats de l’opération des Forces armées de la Fédération de Russie et a également fait allusion à l’importante explosion qui aurait touché les entrepôts des Forces armées ukrainiennes situés dans la région de Jytomyr.

L’Ukraine joue avec le feu au mépris des pays qui l’environnent

Alexander Artamonov a rappelé que, dans la nuit du 29 mai, les forces armées russes avaient détruit un grand entrepôt des forces armées ukrainiennes à Jytomyr, contenant des stocks d’armes occidentales. L’installation aurait pu contenir des munitions de char munies d’un noyau d’uranium, ce qui peut devenir un problème assez grave pour l’Ukraine et les pays de l’Union européenne.

Selon l’expert, cet épisode de contamination radioactive, causée par des munitions à l’uranium se répète très probablement aujourd’hui en Ukraine. Après l’incident de Khmelnitsky, où les forces armées russes avaient détruit un entrepôt contenant des obus de chars équipés à l’uranium appauvri, un lieu de stockage similaire a été touché à Jytomyr. Il ne peut être exclu qu’il ait aussi contenu des obus à uranium appauvri, puisqu’une autre contamination radioactive a été observée dans la région.

« Il faut se remémorer ce qui s’est passé dans la région de Khmelnitsky, avec l’explosion d’un entrepôt contenant des munitions à uranium appauvri. Et du fait des vents dominants, tout est envoyé vers la Pologne. Et après cela, on a appris que le 28 mai, nous avions frappé un autre entrepôt d’uranium appauvri dans la région de Jytomyr, et cela a provoqué de la panique », a expliqué le spécialiste.

Artamonov a attiré l’attention sur le fait que le régime de Kiev a commis une grave erreur en acceptant des munitions à noyau d’uranium. Aujourd’hui, l’Ukraine paie ses pitreries par la contamination radioactive de certaines régions du pays.

 

Comment la Russie a forcé les Ukrainiens à se retirer d’Artyomovsk

 

par Russia Today - Le 22/05/2023.

 

À l’intérieur du « hachoir à viande Bakhmout » : Comment la Russie a forcé les Ukrainiens à se retirer d’Artyomovsk, leur supposée « forteresse » dans le Donbass

Neuf mois de batailles pour un site symbolique dans la tentative de Kiev de reprendre le contrôle de la région se sont terminés par un nouveau triomphe des forces de Moscou.

La bataille pour Artyomovsk (appelée Bakhmout par les Ukrainiens) a commencé en août 2022 et s’est progressivement transformée en épicentre des combats entre la Russie et l’Ukraine. Alors que d’autres parties du front sont restées relativement stables, les deux camps ont activement amené des forces dans cette petite ville. Pour Kiev, qui a subi en mai 2022 une défaite à Azovstal qui a contribué à ternir son image, Artyomovsk est devenue la nouvelle Marioupol. La propagande ukrainienne l’a baptisée « la forteresse de Bakhmout » et a tenté de donner un air d’héroïsme à ceux qui s’y battaient.

Bien que la ville n’ait aucune importance stratégique pour la progression vers l’ouest, les troupes russes ont relevé le défi lancé par la propagande ukrainienne. Qu’a donc apporté à Moscou le « hachoir à viande de Bakhmout », qui a duré neuf mois ?

D’une ville de province à une forteresse militaire

Au XIXe siècle, Artyomovsk était une ville provinciale de l’Empire russe et le centre administratif de la région en développement du Donbass. Cependant, à mesure que d’autres villes se développent, son rôle devient moins important. Au début de l’offensive russe en février 2022, la ville comptait environ 70 000 habitants. Elle abritait plusieurs installations industrielles, dont une usine de vin mousseux où des combats ont eu lieu au début de l’année 2023. Selon les autorités ukrainiennes, 60% de la ville avait alors déjà été détruite.

L’importance de la ville s’est considérablement accrue après le début de l’opération militaire russe en février 2022. Initialement, lorsque les troupes russes ont brisé la première ligne de fortifications dans la région de Popasnaya, Zolotoye et l’agglomération de Lisichansk-Severodonetsk, Artyomovsk était un important centre de transport. Elle permettait à la ligne de front ukrainienne d’être reliée au reste du pays.

Après que les Russes ont réussi à briser cette ligne de défense et à éliminer complètement les forces de Kiev du territoire de la République populaire de Lougansk (RPL), Artyomovsk a cessé d’être une plaque tournante des transports pour devenir la deuxième ligne de défense de l’Ukraine autour de la rivière Bakhmoutka. Cette bande s’étendait des positions ukrainiennes en face de Gorlovka – contrôlée depuis 2014 par la République populaire de Donetsk (RPD) – au sud jusqu’à Seversk au nord, se jetant directement dans le Seversky Donets, la principale rivière du Donbass.

Artyomovsk n’aurait pas pu être prise sans que cette ligne de défense ne soit brisée. Depuis juillet 2022, les combattants du PMC Wagner se sont concentrés sur cette tâche, préparant le terrain pour un encerclement réussi de la ville.

Encerclement d’Artyomovsk

Les conditions favorables à l’encerclement d’Artyomovsk ont commencé à se former en mai de l’année dernière, après la victoire russe à Popasnaya. À la fin du mois, Svetlodarsk – une ville satellite de la centrale thermique d’Uglegorsk que les forces ukrainiennes ont transformée en centre défensif – a été capturée. Il a fallu deux mois pour s’emparer de la ville, et la centrale n’a pas subi de dommages majeurs.

Les combats se sont également poursuivis au nord de Gorlovka. Outre l’objectif principal d’avancer vers Artyomovsk, il était important d’éloigner les troupes ukrainiennes de la ville pour assurer la sécurité de ses habitants. Depuis le début de l’offensive, 101 personnes sont mortes à Gorlovka et 360 autres ont été blessées. Cette tâche a été partiellement accomplie lors des batailles pour les localités de Semigorye, Kodema, deux villages nommés Zaitsevo, Mayorsk, Kurdyumovka et Ozaryanovka, qui ont duré tout au long de l’été et de l’automne 2022. La sécurité de Gorlovka a été assurée depuis le nord et le nord-est, tandis que les menaces ne subsistaient que depuis l’ouest et le nord-ouest.

Les fortifications ukrainiennes ont été conçues pour dissuader une offensive russe venant de la direction de Gorlovka et du sud. Mais en raison d’une autre offensive venant de l’est, la valeur tactique de ces fortifications est réduite et, par rapport à d’autres sections du front, elles sont rapidement prises d’assaut.

En décembre, les troupes russes atteignent les faubourgs sud d’Artyomovsk et les bloquent. Alors qu’en octobre, la présence de l’armée russe dans la périphérie sud de la ville se limitait aux unités avancées qui se battaient pour Opytnoye, en décembre, les « travaux préliminaires » dans les champs situés juste à l’extérieur de la ville étaient entièrement terminés.

À ce moment-là, l’ennemi était pleinement engagé dans la bataille d’Artyomovsk, que les médias ont transformée en symbole de l’armée ukrainienne, à l’instar des batailles de Marioupol et d’Azovstal. Les Ukrainiens ont inventé une légende autour de la « forteresse de Bakhmout » et n’étaient pas prêts à la rendre. En fait, ils ont constamment envoyé des renforts dans la ville. En conséquence, les prochaines cibles de la Russie sont Kleshcheyevka, une importante zone fortifiée au sud-ouest d’Artyomovsk, et Opytnoye, qui couvre les quartiers sud de la ville.

Ces objectifs tactiques ne pourront être atteints qu’à la fin du mois de janvier. À cette date, la situation s’est considérablement dégradée pour les forces ukrainiennes. L’avancée des Russes au sud mettait en péril la route entre Konstantinovka et Artyomovsk, et au nord, la chute de Soledar signifiait que la ville serait bientôt encerclée. En janvier, l’armée ukrainienne pouvait encore fuir la ville en toute sécurité, six mois de défense jouant en sa faveur. Les États-Unis auraient proposé une stratégie similaire, mais le président ukrainien Vladimir Zelensky préférait apparemment se battre jusqu’au bout.

Les batailles dans la ville

Tout au long du mois de février, les Ukrainiens ont tenté de contenir l’offensive russe sur la route Konstantinovka-Artyomovsk, empêchant le groupe Wagner d’atteindre Chasov Yar et capturant la principale zone fortifiée dans le village de Krasnoïe. L’Ukraine a déplacé des réserves dans la région, ce qui a permis de maintenir ces positions et de forcer les Russes à agir depuis le nord.

N’ayant pas réussi à prendre Krasnoïe, les Russes se sont déplacés vers la périphérie ouest d’Artyomovsk, dans la zone d’une ancienne unité d’artillerie connue pour son monument à l’aviation soviétique – un lieu de photo populaire pour les journalistes, les volontaires et les militaires ukrainiens. Le monument a été détruit pendant les batailles. Selon certaines rumeurs, il aurait été détruit par les Ukrainiens pour empêcher les militaires russes de prendre des photos de la victoire sur le site.

En mars, cette section du front ayant besoin de plus de réserves ukrainiennes, des unités de la 92e brigade mécanisée, auparavant stationnée près de Kupyansk, ont été amenées. Cependant, à ce moment-là, le groupe Wagner avait progressé plus profondément dans la périphérie sud-ouest d’Artyomovsk. Il occupe le quartier de Kvadraty et continue vers la rue Tchaïkovski, bloquant cette partie de la ville. Dans le même temps, les troupes russes progressent dans la partie sud de la ville et prennent le contrôle des quartiers de Budenovka et Sobachevka le 29 mars.

Tout au long du mois d’avril, les Ukrainiens ont continué à dissuader les attaques russes le long de la ligne du village de Krasnoïe et de la rue Tchaïkovski. Ce n’est que le 28 avril que les Russes ont pu prendre le contrôle du complexe du collège industriel et atteindre l’intersection des rues Tchaïkovski et Yubileynaya. La défense d’Artyomovsk s’est alors pratiquement divisée en deux parties. Les forces ukrainiennes commencent à faire exploser les gratte-ciels situés à proximité du monument aux avions, craignant qu’ils ne soient utilisés comme positions d’observation pour surveiller les routes du village empruntées par les troupes ukrainiennes pour le ravitaillement et l’évacuation.

En décembre 2022, outre la prise de Kleshcheyevka et d’Opytnoye, les troupes russes se concentrent sur la progression vers l’est, dans la partie industrielle de la ville. Le groupe Wagner ne contrôlait auparavant que la périphérie de la ville, mais en décembre, il a pris le contrôle presque total de la zone industrielle ainsi que de la zone forestière au nord. Cela leur permet d’avancer jusqu’aux districts de Myasokombinat et de Zabakhmutka d’Artyomovsk, et contribue également à la prise de Soledar en janvier.

La victoire à Soledar permet à la Russie de doubler la pression sur Artyomovsk. Afin d’empêcher les Russes de percer le front, les Ukrainiens ont amené plus de réserves. Cependant, cela n’a aidé que partiellement. Les Russes traversent la Bakhmoutka à gué en plusieurs endroits et sécurisent leur flanc contre Seversk en prenant Krasnopol, Sacco et Vanzetti et Nikolaevka. Ils placent ensuite une barrière contre Slaviansk près du village de Zheleznyanskoye.

Les Russes ont ensuite tourné vers le sud-ouest et se sont emparés des dernières grandes fortifications de Krasnaya Gora et de Paraskovievka. À l’époque soviétique, de grands entrepôts militaires se trouvaient sur le site de la mine de sel de Paraskovievka. Les Ukrainiens ont pu utiliser cette infrastructure pour créer une ligne de défense, mais cela ne leur a pas permis de stabiliser le front.

La retraite de l’armée ukrainienne

À ce moment, il devient évident que le flanc sud de l’encerclement d’Artyomovsk s’est heurté à la défense ukrainienne de Krasnoïe. À ce moment-là, le groupe Wagner connaît une pénurie d’obus, ce qui limite l’action de l’artillerie. Dès que le problème a été résolu, les combattants se sont dirigés vers Berkhovka, l’une des dernières voies de sortie d’Artyomovsk.

Malgré le succès des troupes de la brigade d’assaut, le risque d’une attaque de déblocage de la part de l’armée ukrainienne était permanent. Des unités supplémentaires des forces armées russes régulières ont été transférées dans la région pour éliminer cette menace. Pendant la majeure partie du mois d’avril, les Russes ont tenté d’atteindre la dernière zone fortifiée de l’Ukraine, un quartier de gratte-ciel situé à l’ouest de la ville, ainsi que les quartiers de Cherema et de Novy.

Les troupes d’assaut ont été contraintes de lancer une offensive depuis l’est, les quartiers administratifs de la ville et le nord, perçant la défense ukrainienne dans le quartier résidentiel de Posyolok et par l’allée des Roses. La voie ferrée près de la gare de Bakhmout-2 sert de ligne de défense.

Le 22 avril, malgré une forte résistance de la part des Ukrainiens et plusieurs contre-attaques, les Russes s’emparent de ce point névralgique. Cela a permis de dégager la voie vers les quartiers de gratte-ciel de l’est. Au nord, les Russes atteignent la rue Kraynaya, au sud de laquelle se trouve une importante base militaire soviétique.

Dans le même temps, les combats s’intensifient près de la route entre Chasov Yar et Artyomovsk. Cette route était régulièrement attaquée par les troupes russes, mais elles ne la contrôlaient pas directement. Une zone fortifiée ukrainienne passait par là, couvrant la route vers le sud et limitant le contrôle visuel sur les dernières voies d’évacuation d’Artyomovsk.

La prise de cette zone fortifiée de plus de 2,5 kilomètres carrés a été le dernier chapitre de la longue bataille pour Artyomovsk. Début mai, Prigojine a annoncé que le potentiel offensif de ses troupes était presque épuisé en raison du manque de munitions et des difficultés à recruter de nouveaux soldats. Il met en garde contre la contre-offensive ukrainienne imminente, soulignant une fois de plus que ses hommes ont besoin de munitions et que les positions au nord et au sud de la ville doivent être couvertes par les troupes russes. À ce moment-là, l’avancée des troupes Wagner est en moyenne de 150 à 200 mètres par jour, et la seule chose qui puisse sauver la garnison ukrainienne est une tentative de briser le siège de l’extérieur.

Une dernière poussée

Le 10 mai, les forces ukrainiennes lancent une offensive depuis Chasov Yar dans deux directions : au sud vers Kleshcheyevka et au nord en direction du réservoir de Berkhovskoye. À ce moment-là, le 9e régiment de fusiliers motorisés, les 4e, 72e et 200e brigades des forces armées russes et la 106e division aéroportée, envoyés pour renforcer les flancs autour d’Artyomovsk, avaient pris des positions défensives dans ces zones.

À l’époque, les positions avancées russes au nord-ouest et au sud-ouest d’Artyomovsk, y compris les points d’appui sur la rive ouest du canal Seversky Donets-Donbass, étaient considérées comme vulnérables. La défense ukrainienne de Krasnoïe a empêché les troupes russes de compléter l’encerclement, faisant ainsi des deux avant-postes russes la cible de l’offensive ukrainienne.

Pour mettre en place une défense efficace, les troupes russes ont transformé leurs positions avancées en une ligne défensive avancée. Se retirant après le début de la contre-offensive ukrainienne, les Russes ont bombardé d’artillerie l’ennemi qui arrivait, l’obligeant à s’engager dans des escarmouches. Cette stratégie présentait un certain nombre de faiblesses : En particulier, un certain nombre de positions terrestres à l’ouest d’Artyomovsk, essentielles à l’encerclement de la ville, ont été abandonnées.

La garnison ukrainienne était sur le point de pousser un soupir de soulagement et de se regrouper, mais c’est à ce moment-là que les unités de Wagner ont lancé leur offensive finale contre les trois zones fortifiées restantes à l’ouest de la ville : Gnezdo, Konstruktor et Domino. À l’issue d’une bataille acharnée, ils parviennent à prendre le contrôle de ces trois zones, Domino étant la dernière à tomber le 18 mai. À partir de ce moment, les Ukrainiens ne contrôlent plus que le quartier résidentiel de faible hauteur et une poignée de gratte-ciel dans le bastion de Samolet, le long de la route de Krasnoïe. Les Russes ont effectivement gagné la course contre la montre et ont pris le contrôle d’Artyomovsk avant que les Ukrainiens ne puissent percer les flancs russes.

Le 20 mai, les forces ukrainiennes ont perdu leurs dernières positions fortifiées dans la ville. Les soldats de Wagner les ont chassées du bastion de Samolet, célébrant la victoire et annonçant la fin du « hachoir à viande de Bakhmout. »

Conclusions

Selon Prigojine, l’importance de la bataille d’Artyomovsk réside dans le fait qu’elle a permis à la Russie de réduire les réserves ukrainiennes – obligeant Kiev à se concentrer sur Artyomovsk – et de perturber l’offensive ukrainienne dans d’autres parties du front, en particulier en direction de Melitopol. Le 8 octobre 2022, avec le général d’armée Sergey Surovikin, il a été décidé de lancer l’opération « hachoir à viande de Bakhmout » – un assaut sur le village de Bakhmout afin de provoquer Volodymyr Zelensky à lancer autant de forces que possible pour tenir Bakhmout. « À Bakhmout, nous avons broyé les forces ukrainiennes, d’où le nom de « hachoir à viande de Bakhmout » », a déclaré Prigojine.

Quoi qu’il en soit, la bataille d’Artyomovsk, qui a duré plus de neuf mois, a définitivement changé la perception du conflit, obligeant l’Ukraine et la Russie à abandonner toute idée de campagne rapide ou de percée profonde.

Les batailles évoquées dans cet article se sont déroulées à une trentaine de kilomètres à peine des lignes de front. Dans des conditions de chaleur estivale, de boue automnale et de gel hivernal, elles ont largement ressemblé à la Première Guerre mondiale. Selon les estimations de Prigojine, la libération de l’ensemble du territoire de la République populaire de Donetsk prendra encore un an et demi à deux ans.

Il appartient désormais à l’armée russe de poursuivre sa progression vers l’ouest. En chemin, elle trouvera la ville de Slaviansk, d’où est parti le soulèvement russe de 2014, ainsi que la troisième ligne de défense de l’Ukraine, située le long de Krivoy Torets. Les positions ukrainiennes de Seversk doivent également être traitées sur le flanc nord.

D’autre part, un certain nombre d’experts militaires ont suggéré que les unités Wagner seraient maintenant réaffectées à d’autres zones clés, soit pour prendre d’assaut la ville d’Ugledar, soit pour repousser une éventuelle contre-attaque de l’armée ukrainienne. Le général Prigojine a demandé une pause de 25 jours pour permettre à ses troupes de récupérer et de retrouver leur capacité de combat après la longue bataille d’Artyomovsk.

Dans une vidéo annonçant la prise complète d’Artyomovsk le 20 mai, Prigojine a déclaré qu’après le 25 mai, les unités de Wagner partiraient à l’arrière pour se reposer et se regrouper.

Cependant, d’importantes forces ukrainiennes demeurent à l’ouest d’Artyomovsk, ayant saisi un certain nombre de positions au cours de la contre-offensive de mai. Elles ont pris pied dans le Chasov Yar et tiennent la ligne entre Krasnoye et Minkovka, empêchant ainsi les forces russes de stabiliser le front le long du canal Seversky Donets-Donbass. Le drapeau russe flottant sur Artyomovsk et les soldats russes contrôlant totalement le champ de bataille, la priorité est désormais d’infliger un maximum de dégâts aux forces ukrainiennes massées pour la contre-offensive et de les repousser sur la rive occidentale du canal. 

source : Russia Today via Arret sur Info

Raytheon : Patriot, cours de bourse à suivre

par Francis Goumain - Le 21/05/2023.

Des jours sombres se profilent à l’horizon pour Raytheon.

Le bulletin du Mindef Russe du 16 mai 2023 (traitant des événements de la veille et de la nuit) déclarait qu’un système de missile antiaérien Patriot de fabrication américaine avait été touché par une frappe de haute précision avec le système de missile hypersonique Kinzhal dans la ville de Kiev.

Par la suite, les Russes indiquaient que la batterie avait perdu son radar, cinq rampes de lancement et qu’avant d’être touchée, elle avait frénétiquement tiré 32 missiles pour tenter en vain d’abattre le Kinjal qui fondait sur lui à une vitesse de 15 000 km/h.

Seules deux batteries Patriot ont été transférées à l’Ukraine, l’une en provenance d’Europe et l’autre en provenance des États-Unis, on comprend facilement pourquoi l’arrivage de ce genre d’équipement se fait au compte-gouttes : Chaque batterie vaut environ un milliard de dollars, chaque missile vaut environ 3 millions de dollars, on en déduit que rien que la salve de 32 missiles tirée valait environ 96 millions de dollars, même les USA et leur planche à dollars ne pourront pas continuer la guerre longtemps à ce rythme-là.

Mais le plus grave pour eux, c’est l’impact publicitaire extrêmement négatif au niveau mondial sur la réputation d’invulnérabilité de leur système. On savait déjà que le Patriot était d’une efficacité plus que douteuse, en Arabie saoudite, il n’avait pas pu empêcher les modestes drones Houthis de fabrication iranienne de venir mettre hors d’état les installations pétrolières.

On « découvre » aujourd’hui que ces systèmes ne sont même pas capables de se défendre. En plus de leur coût énorme et de leur inefficacité, on connaît les autres défauts du système : très peu mobile, il lui faut ½ heure pour être déployé contre 5 mn pour le russe S350, il est donc impossible de l’avancer en première ligne, le Patriot ne couvre que 120°, ne serait-ce que parce que ses missiles ne partent pas à la verticale, pour les systèmes russes, les missiles partent tous à la verticale pour résister à leur énorme accélération, c’est une fois en l’air qu’ils prennent leur direction, le système américain a en outre une énorme signature radar qui le rend très facilement détectable.

En réalité, on se rend compte que si ces systèmes sont à la rigueur crédibles contre les roquettes des Palestiniens de la bande de Gaza, ils sont totalement impuissants devant les missiles hypersoniques russes, le coup est très dur, pas seulement pour Raytheon, le fabriquant du Patriot, mais pour tout le complexe militaro-industriel américain, les Lockheed Martin, Northrop Grumman, General Dynamics, Boeing, et même, à la limite, pour tout le complexe de l’OTAN, il faudra suivre le cours de bourse de toutes ces sociétés ainsi que celle de BAE et de Thales car les ASM PT franco-italiens, les Nasam norvégiens ou les Iris T allemands ne feront pas mieux, il faut le savoir, seule la Russie dispose déjà de l’antidote aux missiles hypersoniques avec ses S500 en cours de déploiement.

En attendant, on comprend pourquoi les Américains et les Européens de l’Ouest n’étaient pas pressés d’envoyer en Ukraine leurs derniers équipements, préférant envoyer des vagues d’Ukrainiens au casse-pipe, le réveil risque d’être brutal, même leur Storm Shadow, par exemple, n’a jusqu’ici été efficace que contre des cibles civiles non défendues :

Le bulletin du Mindef Russe du 16 mai (concernant le 15) dit :

au cours de la journée, les systèmes de défense aérienne ont intercepté sept missiles de croisière à longue portée Storm Shadow, trois missiles anti-radar Harm.

Le communiqué du 15 mai (concernant le 14) dit :

les systèmes de défense aérienne ont intercepté sept missiles anti-radar HARM, un missile de croisière à longue portée Storm Shadow.

De plus, la DCA russe est une défense « en couche » avec le Pantsir qui est un système de DCA à courte portée et qui sert aussi à défendre les systèmes de DCA à longue portée, donc il ne suffit pas de lancer un HARM pour ouvrir la défense aérienne russe.

Au total depuis qu’ils ont commencé à être utilisés, en août 2022, 165 HARM ont été interceptés.

Si tout est à l’avenant, on se dit que nos pilotes de F16 ou de Rafal ne doivent pas être très friands de tâter du SU-35, SU-57 ou MIG-31.

En tout cas, plus personne ne semble croire à la propagande de Zelenski affirmant que la DCA ukrainienne avait abattu des Kinjal : Si vraiment les Patriot avaient réussi cet exploit, le cours de Raytheon serait en train de s’envoler, ce qu’il ne fait pas, au contraire, il hésite à plonger franchement, même si ses produits ne valent plus rien, on sait qu’en période de guerre et de crise internationale, les contrats de défense vont tomber. À suivre.

Une chose est acquise, c’est aujourd’hui le Kinjal qui est au sommet de la chaîne alimentaire, pas le Patriot. 

Patriot contre Kinjal selon Izvestia

 

par Izvestia - Le 19/05/2023.

 

Les forces armées russes ont détruit le complexe anti-aérien américain Patriot à Kiev avec une frappe d’un missile hypersonique « Kinjal ». 

Au cours de l’attaque, la défense aérienne ukrainienne a utilisé plusieurs dizaines de missiles Patriot, SAMP-T, IRIS, NASAMS et S-300, mais n’a pas réussi à empêcher la frappe russe. 

En plus de la division Patriot, plusieurs positions d’autres systèmes de défense aérienne ont été détruites. 

Les experts notent que les forces armées RF ont utilisé les tactiques de lutte contre les systèmes de défense aérienne américains, développées dans les années 90. Après de nombreuses années, elles ont prouvé leur efficacité sur le champ de bataille.

Le Système Patriot, qui a été livré en Ukraine, est l’une des premières versions transportées sur des semi-remorques, a déclaré l’expert militaire Alexei Leonkov à Izvestia. – Sa particularité est qu’il occupe une certaine zone de position d’environ deux kilomètres sur deux. Une autre caractéristique est qu’il avait huit lanceurs, bien qu’il y en ait généralement deux ou trois par batterie. Nous avons vu une tentative désespérée du Patriot d’abattre le « Kinjal », qui volait vers lui. Ils ont épuisé toutes leurs munitions. 32 missiles se sont envolés, mais n’ont pas touché leur cible. En conséquence, le « Kinjal » a détruit le cœur de ce Patriot – le radar et le centre de contrôle. Et il est devenu inutile.

« Je n’entrerai pas dans les détails, mais nous avons forcé le Patriot à entrer en action », a-t-il expliqué. « Ainsi, la zone de positionnement où se trouvait le Patriot a été découverte et une attaque Kinjal a été lancée dessus. »

Cela prouve que le radar Patriot n’a pas été en mesure de déterminer l’approche du Kinjal. Et ce n’est que lorsqu’il est devenu clair que le Kinjal se dirigeait déjà vers eux, qu’ils ont commencé à riposter. 

Mais le Patriot ne peut pas abattre un Kinjal. 32 missiles représentent une dépense très importante. Cela indique l’inefficacité totale du Patriot par rapport au complexe hypersonique.

source : Izvestia via Bruno Bertez

La guerre en Ukraine. Où en est-elle ?

Source : The Saker francophone - Par M.K. Bhadrakumar – Le 12 mai 2023 – Source Indian Punchline

 

Le président ukrainien Vladimir Zelensky a quelque peu fait tomber le suspense en déclarant jeudi aux médias occidentaux que son armée devait attendre et avait encore besoin “d’un peu plus de temps” pour lancer la contre-offensive tant attendue contre les forces russes.

Il a reconnu que les brigades de combat ukrainiennes étaient “prêtes“, mais a expliqué que l’armée avait encore besoin de “certaines choses“, notamment des véhicules blindés qui “arrivaient par lots” des pays de l’OTAN.

 

Zelensky a expliqué que “nous pouvons aller de l’avant et, je pense, réussir. Mais nous perdrions beaucoup de gens. Je pense que c’est inacceptable. Nous devons donc attendre. Nous avons encore besoin d’un peu de temps“.

Cependant, l’affirmation de Zelensky selon laquelle l’armée ukrainienne a encore besoin de certains équipements est en contradiction avec les déclarations fermes des responsables occidentaux. Le chef de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré il y a quinze jours, une semaine après son retour de Kiev à la suite d’entretiens avec Zelensky et ses principaux collaborateurs, que l’OTAN avait livré plus de 98 % des véhicules de combat promis à l’Ukraine.

Stoltenberg a ajouté : “Au total, nous avons formé et équipé plus de neuf nouvelles brigades blindées ukrainiennes. Cela permettra à l’Ukraine d’être en position de force pour continuer à reprendre les territoires occupés“.

Mardi dernier, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a largement approuvé les propos de Stoltenberg, lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre britannique des affaires étrangères en visite, James Cleverly, tout en prenant soin d’ajouter une mise en garde :

Ils (les militaires ukrainiens) ont mis en place […] ce dont ils ont besoin pour continuer à reconquérir avec succès le territoire qui a été saisi par la force par la Russie […] Il ne s’agit pas seulement des armes, mais aussi de l’entraînement. Il faut s’assurer que les Ukrainiens peuvent entretenir les systèmes que nous leur fournissons, et il est important, bien sûr, qu’ils aient les bons plans pour réussir.

Cleverly est d’accord avec la teneur des propos de Blinken, mais il y a ajouté une perspective politique. C’est tout à fait acceptable, puisqu’il s’agit d’une guerre plus politique que militaire.

Cleverly a déclaré qu’il ne fallait pas s’attendre à une contre-offensive cinématographique de la part de Kiev. Il met en garde : “Le monde réel ne fonctionne pas comme ça. J’espère et je m’attends à ce qu’ils s’en sortent très, très bien, car chaque fois que j’ai vu les Ukrainiens, ils ont dépassé les attentes… (mais nous) devons être réalistes. C’est le monde réel. Ce n’est pas un film hollywoodien.

Pour être juste, Stoltenberg avait également lancé une mise en garde identique, affirmant que “nous ne devrions jamais sous-estimer la Russie“. Il a affirmé que la Russie mobilisait davantage de forces terrestres et qu’elle était “prête à envoyer des milliers de soldats malgré un taux de pertes très élevé“.

Ces trois responsables ont peut-être insisté sur le fait que, quelle que soit l’issue de l’offensive ukrainienne prévue, les pays de l’OTAN “doivent maintenir le cap et continuer à fournir à l’Ukraine ce dont elle a besoin pour l’emporter” face à ce qui semble être un conflit qui va se prolonger. En effet, Blinken et Cleverly sont tous deux en phase avec les propos de Stoltenberg.

En fait, alors même que les deux ministres des affaires étrangères s’exprimaient, les États-Unis annonçaient, le même jour, une aide supplémentaire de 1,2 milliard de dollars à l’Ukraine, destinée à renforcer les défenses aériennes et à maintenir l’approvisionnement en munitions.

Ces dernières semaines, la question de savoir si une contre-offensive ukrainienne est effectivement en préparation a suscité beaucoup d’angoisse. La réponse est un “oui” catégorique. En ce qui concerne le calendrier, il semble qu’il y ait des divergences d’opinion.

Les conditions météorologiques ne sont plus un facteur insurmontable et les sponsors occidentaux de Zelensky veulent qu’il passe à l’offensive – le plus tôt sera le mieux. Leur calcul est que l’offensive a une chance raisonnable de réussir, ce qui contribuerait grandement à apaiser l’opinion intérieure occidentale en lui montrant qu’un soutien aussi coûteux à l’Ukraine n’est pas qu’un gouffre sans fond.

Deuxièmement, l’offensive est utile politiquement pour conforter l’opinion européenne. En effet, la Commission européenne dirigée par sa présidente (et fervente atlantiste), Ursula von der Leyen, vient de confirmer que l’UE se prépare à prendre les premières mesures pour adopter les méthodes américaines en matière de sanctions et imposer des mesures punitives extraterritoriales (et collatérales) aux entreprises de pays tiers, y compris celles des Émirats arabes unis et peut-être de la Turquie.

Il semble que l’UE se concentrera d’abord sur la revente à la Russie des marchandises européennes sanctionnées. À l’avenir, les entreprises seront sanctionnées même si elles ne sont pas basées dans l’UE et ne sont donc pas soumises aux normes européennes.

En effet, une telle application extraterritoriale de son propre système de normes constitue une violation du droit international – et l’UE elle-même avait officiellement défendu cette position jusqu’à récemment – mais Von der Leyen fait pression en faveur d’un “ordre fondé sur des règles” révisé afin d’ajouter un nouvel élément à la stratégie occidentale visant à affaiblir la Russie.

L’hypothèse sous-jacente est que les sanctions affaibliront l’économie russe et créeront un mécontentement social. Cela montre bien que, quel que soit le sort réservé à la contre-offensive de Zelensky, la guerre par procuration contre la Russie ne connaîtra pas de répit. D’un autre côté, personne ne pourra blâmer le président Biden pour une défaite ukrainienne.

Mais il y a un hic : Zelensky a aussi ses priorités – avant tout, sa propre survie politique. Il sait que son discours sur l’imminence d’une défaite russe, etc., s’est effondré et qu’il pourrait devenir le dindon de la farce au lendemain d’une défaite cuisante dans les semaines ou les mois cruciaux à venir.

En effet, le jeu de trônes à Kiev approche d’une phase critique. Sentant le danger, Zelensky tergiverse. Il gagne du temps. (Le général Valerii Fedorovych Zaluzhnyi, chef des forces armées ukrainiennes, n’a pas assisté à une réunion de l’OTAN). Mais combien de temps Zelensky pourra-t-il repousser la pression croissante des États-Unis et de l’OTAN pour lancer l’offensive ? Sa stratégie de sortie aurait pu être d’ouvrir une ligne vers Moscou, mais cette option n’existe plus.

De son côté, la Russie réussit brillamment à ne pas dévoiler ses cartes. La Russie a la capacité de lancer une offensive “en large flèche” vers le Dniepr, mais le Kremlin préfère continuer à broyer l’armée ukrainienne – une stratégie qui s’est avérée rentable en termes humains et matériels, productive et durable.

En fonction de la trajectoire de l’offensive ukrainienne, la Russie a donc la possibilité de passer à une attaque massive pour pulvériser l’adversaire. Actuellement, sa campagne de bombardements intensifs vise à créer la stupeur à Kiev et l’abattement dans les capitales européennes, ainsi qu’à affaiblir la mobilisation ukrainienne. Quant à l’Occident, il est dans l’expectative quant aux intentions russes.

M.K. Bhadrakumar

 

La « contre-offensive » otano-kévienne : Entre le mal et le mal en pis

par Amar Djerrad - Le 09/05/2023.

Contre-offensive, report, attaquera, n’attaquera pas, activisme ou du sérieux ? Les atlantistes et les responsables ukrainiens ne cessent de le crier à qui veut les entendre.

Une offensive équivoque face à une défense redoutable 

Le président Volodymyr Zelensky, dans une interview accordée à la publication finlandaise a annoncé « qu’il était confiant dans son succès et serait en mesure de capturer la Crimée ». Son ministre de la Défense, Alexei Reznikov, a affirmé que l’armée ukrainienne était prête à lancer une contre-offensive et n’attendait que les ordres. 

À ce jeu « du chat et de la souris », on a l’impression que l’on veut faire renaître la tactique de Hitler pour envahir la France en mai 1940 qui a entrainé la débâcle de l’armée française. C’était suite au piège tendu par l’état-major allemand qui avait choisi, pour envahir la France, la direction la plus inattendue à savoir le massif des Ardennes en direction de la Meuse (par Sedan, Givet et Dinan), région insuffisamment défendue par les Français ! Le 15 mai, le pays est occupé ce qui a fait dire au président du Conseil Paul Reynaud à Churchill : « la contre-attaque menée contre les Allemands à Sedan a échoué. La route de Paris est ouverte. La bataille est perdue ». Paris tomba sans combat le 14 juin. L’Ukraine des atlantistes veut-elle adopter la même tactique et ruse de Hitler ? Cependant, la différence fondamentale est que Hitler, pour son offensive, avait des objectifs, les moyens, des dirigeants compétents, en défendant un seul pays qui est le sien, face à une défense française médiocre. 

Ce qui n’est pas le cas de la Russie qui est en position solidement défensive ! La grosse différence est que l’armée russe possède des moyens puissants (artillerie, blindés, avions d’attaque, missiles, drones, satellites d’observation…) que ne possèdent pas les atlantistes sur le théâtre des combats. C’est donc bien une « offensive » que préparent les atlantistes et non une « contre-offensive » ! Selon Poutine, la Russie dispose d’armes hypersoniques, qu’elle « n’utilise pas réellement en Ukraine » ainsi que « d’autres systèmes modernes ». Les Russes, en plus, semblent bien préparés, puisqu’ils le déclarent en précisant qu’ils « surveillent » attentivement tout en se permettant d’attaquer à distance, les centres de commandement, de détruire les « arrières » et les sources d’approvisionnement ainsi que les concentrations des troupes armées en carence déjà de munitions et d’expérience. Une offensive sur plusieurs fronts ne semble pas envisageable au vu des moyens possibles à engager, mais l’on spécule sur la récupération de la Crimée, au regard de la déclaration de Victoria Nuland qui a qualifié les installations militaires en Crimée de « cibles légitimes » et des politiciens ukrainiens qui ne cessent d’aviser, constamment, qu’ils remettront la Crimée sous leur contrôle lors de cette offensive annoncée.

La Crimée, enjeux pour la mer noire

C’est là où se trouve l’enjeu principal, la mer noire, objet de toutes les convoitises, source de tension de longue date entre la Russie et l’OTAN. Une mer que nomme le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba pour en faire « une mer de l’OTAN démilitarisée ». Chose que balai d’un revers de la main Dmitri Peskov en affirmant qu’elle appartient à tous les états côtiers d’une part et que les concepts même « OTAN et démilitarisée » s’excluent mutuellement d’autre part. Une Crimée que Moscou considère comme sienne et stratégique par l’importante base qu’elle abrite à Sébastopol. 

Cette « contre-offensive » planifiée par les autorités otano-ukrainiennes recèle toutefois de grands risques. L’attaque éventuelle nécessite plus de troupes et d’armement que les Russes, en plus d’une organisation assez élaborée pour gérer la suite si l’OTAN prétend gagner la bataille, mais avec aussi le risque de se voir piégée dans un chaudron effroyable ! À ce sujet, le chef de la république, Sergueï Aksyonov , a averti que les tentatives de restitution de la péninsule par la force des armes ne « feraient qu’entraîner la perte de nouveaux territoires et la vie de milliers de militaires Ukrainiens. » 

Pour le chef du parlement de cette république, Vladimir Konstantinov « la botte d’un nazi ukrainien ne mettra jamais le pied sur le sol de Crimée, alors laissez-les continuer à remplir les ondes de toutes sortes de déclarations, crépitant et vides comme un tambour ». Une offensive vers la Crimée ne sera donc pas une mince affaire ! L’un des deux s’effondrera avec la forte probabilité que ce sera l’Europe et l’OTAN, mais sans trop de dommages sur États-Unis, il faut le préciser ! Ils sont trop pragmatiques et égoïstes pour prendre officiellement de tels risques. Ils sont assez malins pour charger les autres d’exécuter leurs sales missions et assez manipulateurs pour convaincre les imbéciles et les cupides d’aller se faire tuer suivant le sentence « prête-moi ton fils pour mourir à la place du mien ». Mis à part les Ukrainiens dont on a fait anéantir l’armée régulière expérimentée, détruire les infrastructures, perdre des territoires, il faut voir les milliers de mercenaires occidentaux tués (surtout des Polonais). Les États-Unis réussissent bien dans ce genre d’entreprise ! 

Les atlantistes connaissent parfaitement la situation en Ukraine et sur le front ; ils sont bien renseignés et convaincus des puissantes capacités de la Russie et de son armée ainsi que ses soutiens dans le monde ; ils pressentent les limites et l’issue des combats. Cependant leur engagement éperdu, arrogant et sans réflexion dans cette confrontation avec la puissante Russie, en vue de la réduire, les paralyse à un point où continuer serait destructeur pour eux et y mettre fin serait un échec cuisant, humiliant militairement, politiquement, économiquement, financièrement, socialement et diplomatiquement. Ils se retrouvent donc dans une situation kafkaïenne où comme disent les Maghrébins « très chaude d’un côté et brulante de l’autre ». La seule chance, perdue, qui permettait d’éviter cette situation était les accords de Minsk que les atlantistes avaient bafoué par tromperie (voir les déclarations de A. Merkel, F. Hollande et B. Johnson).

Tout cela à force de prédation, d’injustice, de domination, de sentiment de suffisance et d’invincibilité qui les poussent à continuer à faire, instinctivement et idiotement, encore plus jusqu’au jour où ils se sont retrouvés à gratter l’anus … d’un ours !

Selon des analystes, il semble improbable que l’offensive de l’Ukraine réussisse, car le champ de bataille est entre les mains des Russes dotés d’arsenaux imparables (terre, air, mer) face à un matériel déclassé ou incommode.

L’ancien Premier ministre ukrainien Mykola Azarov a jugé sur sa chaine Telegram que l’OTAN envoie du matériel non fonctionnel « … le problème est qu’ils doivent d’abord être restaurés. Ni l’argent ni la capacité de le faire depuis les pays européens… »

Michael Schwirtz du New York Times a donné cette pénible sentence : « Après 14 mois de combats incessants, les soldats ukrainiens sont épuisés…les missions de combat sont effrayants. »

Au même titre, l’ancien officier du renseignement britannique Philip Ingram dans une interview à Newsweek pense que les frappes des forces aérospatiales russes sur des installations militaires stratégiques en Ukraine (dépôts de munitions et des installations de l’industrie de la défense) peuvent affecter la préparation des actions offensives.

Pour l’ancien chef adjoint des forces de la république populaire de Lougansk (RPL) Vitaly Kisselev (propos rapportés par URA.ru) les attaques d’envergure pourraient être lancées dans cinq ou six directions dont la Crimée, mais elles seront sans effet avec en plus des conséquences négatives qui mèneront Kiev vers le néant, selon ses prévisions !

L’Ambassadeur de Chine en France a enfoncé le clou, sur LCI, quand il a jugé « que la péninsule était tout au début à la Russie ». Ce qui a « consterné » Paris dont la diplomatie n’a pas trouvé une plus forte réaction que de demander à Pékin « de dire (s’il) reflète sa position, ce que nous espérons ne pas être le cas. »

Une armée kévienne « pas prête », des atlantistes qui tergiversent 

L’autre problème, non des moindres, et que quelle que soit la performance des armes occidentales envoyées, elles n’équivalent pas celles des Russes technologiquement plus avancées. L’armée russe est bien plus importante et organisée que lorsque le Kremlin a lancé son opération spéciale. L’armée otano-kévienne doit au moins égaler la force russe pour espérer l’affronter.

Aujourd’hui on ne voit rien de rationnel et de sérieux dans les décisions prises par l’OTAN sous l’égide de Washington et ce, quoiqu’il en coûte à l’Ukraine et à l’Europe ! Toutefois pour se donner « bonne conscience », les politicards américains, amateurs des discours mensongers et de la diversion – pour cacher le réel et en compensation d’une offensive qui stratégiquement et matériellement est vouée à l’échec – peuvent ordonner des pseudos percées, lancer des reconnaissances offensives ou de légères « contre-offensives », sans résultats et trouver motif/prétexte à un éventuel changement de politique vis-à-vis de l’Ukraine et ce, en se préservant surtout d’en être les responsables et surtout la cause. Tout cela dans le contexte des prochaines élections américaines bien sûr !

Selon d’autres analystes, la stratégie américaine actuelle est d’aider l’armée ukrainienne à infliger à la Russie au moins une défaite relative, géopolitique, pour la pousser ensuite à des négociations et la contenter seulement d’un « corridor terrestre » vers la Crimée.

Cette politique est à l’opposé des objectifs Russes qui n’ont pas encore éliminé toutes les racines du mal, ni d’ailleurs les objectifs de Zelensky qui s’est engagé à libérer « tout le territoire ukrainien » avec l’aide « sans limite » de l’Occident !

Il est bien dans un terrible embarras aussi bien vis-à-vis des USA qui peuvent le lâcher s’il refuse, que des siens qui s’en tiennent à ses promesses de succès. Ce qui a fait dire à Scott Ritter, officier du renseignement à la retraite du Corps des Marines des États-Unis, dans une interview accordée à la chaîne YouTube US Tour of Duty « Plus il siège au pouvoir, moins on doute que sa mort soit proche. S’il ne démissionne pas … il ne vivra pas longtemps… que sa popularité chute fortement… ». Lors d’un entretien avec le journaliste américain Danny Haiphong sur YouTube, Scott Ritter va jusqu’à prononcer cette sentence que les « occidentaux massacrent les Ukrainiens en leur envoyant ces armes… les forces armées reçoivent des chars qu’elles ne savent pas manier …chaque char Léopard allemand deviendra un « cercueil sur roues » pour son équipage … Quant aux avions de combat F-16 … leur éventuelle apparition n’aurait aucun impact … Si vous placez des pilotes ukrainiens sur des F-16, ils seront tous abattus, garantie à 100%. » 

Des médias occidentaux jugent, dans le même sens, que l’Ukraine n’est pas prête pour une contre-offensive, mais elle n’a pas d’autres choix !

L’OTAN aussi se retrouve devant un obstacle majeur (sans pouvoir le dire ouvertement aux Ukrainiens). N’étant pas sûre du succès de l’offensive, elle est loin d’envisager une confrontation directe avec la Russie. Ce qui explique sa réticence à admettre l’Ukraine membre de l’OTAN au risque d’activer le principe de défense collective. Lors de sa visite à Kiev, Jens Stoltenberg ne peut donc que réitérer sa « solidarité » pour distraire en hurlant son allocution habituelle « l’OTAN est aux côtés de l’Ukraine », pas plus !

C’est dans ce contexte délétère, que Henry Kissinger, du haut de son siècle d’âge, a réitéré nouvellement sa proposition de négociation d’il y a quelques mois. Selon CBS, que rapporte un média russe, Kissinger aurait déclaré récemment : « maintenant que la Chine a proposé une initiative de paix, tout va se mettre en place. Je pense que d’ici la fin de l’année, nous parlerons du début du processus de négociation ». Kissinger encore « lucide » ? Possible, mais toujours pour les intérêts américains exclusivement, mêmes illégitimes, au détriment des intérêts de tout autre pays souverain y compris européen !

Aussi puissant que soit l’adversaire manipulateur, la vérité l’affaiblira, le réduira, le vaincra, car la vérité est invincible !

À notre sens et au regard de la situation et de l’évolution du conflit, il apparaît net que même si les États-Unis arrivent à compenser toutes les pertes subit par l’Ukraine en doublant la quantité, ils n’arriveront pas à infliger une défaite à la Russie. À ce stade déjà, les pertes otano-kéviennes sont colossales en armes et en hommes pendant que V. Poutine avertit que « les choses sérieuses n’ont pas encore commencé ». Depuis le début de l’opération militaire spéciale en Ukraine, l’armée russe a abattu 418 avions, 230 hélicoptères et 4027 drones. Elle a détruit 421 systèmes de défense sol-air, 9014 chars et autres blindés, 1096 lance-roquettes multiples, 4754 pièces d’artillerie de terrain et de mortiers, et 10 037 autres équipements militaires.

Conclusion

Drôle donc de « contre-offensive » que l’on annonce imminente avec des dates probables que l’on reporte. Preuve que les décideurs politiques atlantistes sont troublés. La faisabilité reste très équivoque et les chances de succès, notamment stratégiques, nulles selon des experts militaires occidentaux. Il suffit de voir les vidéos de soldats ukrainiens qui se plaignent du manque de munitions, de matériel, d’effectif et même de commandement. Un prisonnier ukrainien aurait avoué qu’on leur disait de ne tirer qu’avec des visées pour économiser les balles ; qu’il n’y a pas d’officiers avec eux sur le front. L’échec est donc acté. Cela ne fera que prolonger la souffrance des Ukrainiens en leur causant encore plus de pertes inutiles, sans gain significatif ! Les véritables responsables militaires ne mettront jamais leurs soldats en danger de mort certaine s’ils savent qu’une offensive est d’avance vouée à l’échec.

L’OTAN n’est autre qu’une organisation satanique belliqueuse et génocidaire au service des États-Unis, son promoteur, qui ont trouvé chez les « décideurs » européens des serviteurs inespérés pour défendre leurs seuls intérêts. Si les choses évoluent négativement, ils n’ont aucun scrupule pour rétropédaler ou décamper en leur imputant l’échec. C’est ce que semble exprimer Tamila Tasheva, une représentante de Vladimir Zelensky, dans une interview qu’a rapporté RIA Novosti : « L’Occident exhorte Kiev à ne pas compter sur le retour de la Crimée… ils soutiennent que la Crimée peut être rendue, mais les conséquences potentielles seront énormes à la fois pour les habitants de la péninsule et pour l’Ukraine dans son ensemble. Ils pensent que nous devrions complètement abandonner les tentatives de retour ». On peut comprendre que « l’offensive » demeure hypothétique.

V. Zelensky, le président de l’Ukraine homme de paille des USA (dans une interview avec le journaliste Dmitry Komarov) qui a comparé le conflit avec la Russie à un « gâteau qui doit être divisé en morceaux » risque fort de se voir lui-même éliminer, avec son clan et son pays en lambeaux.

Quand on dépend et imite, en tout, un pays prédateur, cupide, belliqueux, sans morale et sans racines, on perd le sien ! Dans ce cas mieux vaut quitter le « Jardin » du sinistre raciste socialo catalan J. Borrell (qui a été volontaire en 1969 dans un kibboutz) et rejoindre la « jungle » du reste du monde !

Pendant ce temps, même sous quelques passages de drones menaçants, les Criméens se permettent de fêter le 240ème anniversaire du rattachement de la Crimée à la Russie ! C’est en 1783 que ce khanat ottoman de Crimée (sorte d’empire sous l’autorité d’un khan) a rejoint la Russie suite au manifeste de l’impératrice russe Catherine II.

Amar Djerrad

Lire aussi : Havrylov prédit....

En fait Wagner se renforce à Bakhmout

par Bruno Bertez - Le 07/05/2023.

Sur Artemovsk tout au long de la journée :

Des sources ukrainiennes, au lieu de signaler un retrait des forces de Wagner, signalent une grande quantité de renforts de Wagner dans le secteur d’Artemovsk, elles voient également un nouveau détachement de Wagner sur le front de Seversk. Nous verrons s’il s’agit d’une distraction élaborée pour que Wagner ouvre un front secondaire.

1. Renforts de Wagner ; Malgré les récentes affirmations de Prigozhin selon lesquelles la responsabilité de la libération de la zone restante d’Artemovsk relèvera de la juridiction du ministère russe de la Défense et des forces d’Akhmat. Tout au long de la journée, d’importants renforts venus du sud de la Russie sous la bannière du Groupe Wagner sont entrés dans la région d’Artemovsk ; il s’agit très probablement de nouvelles recrues. Le nombre de renforts est important, bien qu’il ne puisse être estimé.

2. Bombardements ; tout au long de la journée ; Wagner a augmenté les bombardements d’artillerie (malgré une prétendue pénurie d’artillerie) d’un pourcentage extrême, bien que Prigozhin ait affirmé qu’aucun de ses appels n’avait été répondu par le ministère de la Défense. Aux premières heures de la matinée, Wagner a pu niveler complètement le secteur restant sous le contrôle de l’AFU avec des munitions au phosphore qui ont empêché la rotation et causé de nombreux ravages pour les Ukrainiens. L’utilisation de munitions au phosphore à cette échelle a été enregistrée plus de 124 fois par jour. De même, des milliers de cartouches d’artillerie ont été tirées.

3. Avances ; Les avances de Wagner étaient d’environ 250 mètres tout au long de la journée, et les Forces aéroportées ont avancé d’environ 70 mètres, les AFU se sont volontairement retirées d’au moins 20 mètres à proximité du Temple des Témoins de Jéhovah. Seulement 2,40% de la ville reste sous contrôle ukrainien. Le retrait continu des unités d’artillerie ukrainiennes de la région de Khromove vers les quartiers de Chasovoy Yar suggère que les AFU se préparent à quitter complètement la ville. Les signes sont là.

4. Pertes ; Malheureusement, tout au long de la journée, environ 96 employés du groupe Wagner ont perdu la vie. Le nombre de pertes confirmées d’Ukrainiens a atteint près de la barre des 600. Nous ne pouvons pas estimer les pertes causées par les tirs d’artillerie, de mines et de phosphore qui ont eu lieu tout au long de la journée.

5. Rotations ; Des unités des forces armées russes ont déjà afflué dans la ville, des amis et des sources que je connais sont déjà stationnés à Artemovsk. Ils aident à l’avancement.

En prime

Prigozhin : Nous commençons à transférer des positions, Bakhmout sera sans aucun doute pris par les forces d’Akhmat.

« Je remercie Ramzan Akhmatovich d’avoir accepté, ayant très probablement la possibilité d’obtenir tout le nécessaire et toutes les ressources nécessaires, de prendre nos positions à Bakhmout. Je contacte déjà ses représentants afin de commencer immédiatement à transférer des positions, de sorte que le 10 mai, à 00h00, exactement au moment où, selon nos calculs, nous épuiserons complètement notre potentiel de combat, nos camarades prendront nos places et poursuivront l’assaut le village de Bakhmout. »

Il reste un peu plus de deux kilomètres carrés à Bakhmout. Bakhmout sera pris, sans aucun doute, par les forces de « Akhmat ».

source : Bruno Bertez

L’Ukraine forcée de reculer après sa tentative d’offensive dans la région de Zaporijia

par Sputnik Afrique - Le 04/05/2023.

L’Ukraine est passée à l’offensive dans la région de Zaporijia mais a dû reculer après que la partie russe lui ait infligé d’importantes pertes, a annoncé le membre du conseil général de l’administration régionale Vladimir Rogov.

Les forces armées ukrainiennes ont lancé une offensive au sud de la ville d’Orekhov de la région de Zaporijia, a fait savoir ce mercredi 3 mai le membre du conseil général de l’administration régionale Vladimir Rogov.

« La bataille bat son plein en ce moment. L’ennemi essuie des pertes en personnel et en équipement. Au moins un char et un véhicule blindé de transport de troupes ont été détruits », a écrit Rogov sur sa chaîne Telegram.

Il souligne pourtant qu’il est trop tôt pour dire s’il s’agit d’une reconnaissance au combat, d’une tentative de percée ou d’une offensive à grande échelle.

Par la suite, Rogov a affirmé que les forces ukrainiennes ont regagné leurs positions initiales.

Précédemment, le responsable a déclaré que plusieurs lignes de défense en profondeur avaient été mises en place dans la région en vue de contrer les éventuelles tentatives des troupes ukrainiennes de passer à l’offensive.

source : Sputnik Afrique

Ukraine SitRep. Offensive en doute – Pas de pourparlers – Rupture sociale

Source : The Saker francophone - par Moon of Alabama - Le 02/05/2023.

 


Par Moon of Alabama – Le 2 mai 2023

Depuis le début du mois d’avril, lorsque des diapositives de briefing du Pentagone sur l’état de l’armée ukrainienne ont  » fuité  » sur le web, les rapports des médias  » occidentaux  » sur la contre-offensive ukrainienne tant discutée sont devenus plus sombres. Il y a trois jours, le London Times publiait un article dans cette catégorie :

 

L’Ukraine n’est pas prête pour sa grande offensive, mais elle n’a pas le choix (version archivée)

Kiev s’est engagé à lancer une offensive au printemps ou à l’été, bien qu’elle ait épuisé ses munitions à une vitesse telle que l’Occident ne peut pas suivre. Heureusement, la Russie est elle aussi à court d’idées

Si les Ukrainiens s’empressent d’assimiler leurs 230 chars occidentaux neufs ou reconditionnés et leurs 1 550 véhicules blindés, ils ne disposent toujours pas des défenses aériennes nécessaires à toute opération offensive d’envergure. Ils sont donc menacés par la puissance aérienne russe. Les sources militaires occidentales ne sont pas sûres non plus que les hauts gradés puissent s’adapter aux nouveaux systèmes aussi bien que leurs soldats sur le terrain.

Pourtant, Kiev n’a pas vraiment d’autre choix que de lancer une grande offensive au printemps ou à l’été. Ses dirigeants sont de plus en plus coincés. Comme l’a déclaré un responsable américain de la défense : « Les Ukrainiens nous ont surpris autant que Poutine par le passé, mais ils ont beaucoup moins de marge de manœuvre aujourd’hui […] et les Russes le savent« .

Le président Zelensky a géré l’Occident avec beaucoup d’habileté, mais pour conserver son soutien, il doit montrer ce que les initiés de Washington appellent, de manière plutôt déplaisante, un « retour sur investissement« .

Il doit également équilibrer la politique intérieure. Des faucons tels que Kyrylo Budanov, le chef du renseignement militaire ukrainien, empêchent toute discussion sérieuse sur les négociations, même si certains membres du gouvernement pensent que le moment est venu de lancer des offres. Un diplomate occidental en poste à Kiev a décrit une « expérience parallèle surréaliste » lorsque ses interlocuteurs « discutent de formats potentiels de négociations un soir« , puis « crient qu’il ne peut y avoir de négociations avec la Russie » en public le lendemain.

Pendant la guerre, Kiev a d’abord achevé le matériel et le personnel de son armée permanente. Elle a ensuite reçu une grande quantité d’équipements de l’ère soviétique provenant d’anciens membres du Pacte de Varsovie et a achevé cette réserve. Elle a maintenant reçu des armes « occidentales » pour une troisième armée qui sera composée en grande partie de civils mobilisés ayant peu d’expérience militaire. Une fois que la contre-offensive aura suivi son cours, quelle qu’en soit l’issue, cette troisième armée sera en grande partie détruite. Il n’y aura plus de matériel ni de personnel pour une quatrième armée.

En revanche, l’armée russe est en grande partie intacte. C’est ce qu’affirme le général Cavoli, le commandant américain en Europe :

Les forces terrestres russes ont subi des pertes importantes en Ukraine. Malgré ces revers et la diminution de leurs stocks d’équipements et de munitions, les forces terrestres russes disposent encore d’une capacité et d’un potentiel substantiels, et continuent de posséder la capacité de régénérer leurs pertes.

La Russie reste une menace redoutable et imprévisible qui défiera les intérêts américains et européens dans un avenir prévisible. Les forces aériennes, maritimes, spatiales, cybernétiques et stratégiques russes n’ont pas subi de dégradation significative dans la guerre actuelle. En outre, la Russie reconstruira probablement sa future armée pour en faire une force terrestre plus importante et plus compétente […] La Russie conserve un vaste stock d’armes nucléaires déployées et non déployées […].

La Russie poursuit un programme de modernisation militaire qui donne la priorité à une gamme de capacités conventionnelles, hybrides et nucléaires avancées afin de contraindre l’Occident. Ces armes constituent pour la Russie des menaces asymétriques pour l’OTAN et posent de nouveaux défis aux options de réponse occidentales.

La question de savoir si et quand la contre-offensive ukrainienne commencera reste ouverte. Les conditions météorologiques sont un facteur important :

Cette année, les pluies de printemps ont été beaucoup plus intenses que d’habitude. Les pluies diluviennes qui se sont abattues sur Zaporizhzhia au cours des dernières semaines ont transformé le champ de bataille en une soupe gélatineuse.

« Le printemps a été inhabituel« , a déclaré un commandant de la brigade. « Il n’y a jamais eu autant de pluie auparavant.« 

Il y a bien sûr aussi la question des munitions. L’Ukraine manque déjà d’un nombre suffisant d’obus d’artillerie. Chaque jour, elle utilise plus qu’elle ne reçoit et ce qu’elle reçoit est supérieur à ce que l’Ouest peut produire. La contre-offensive épuisera les munitions restantes. Que se passera-t-il alors ?

Il peut y avoir d’autres raisons de retarder la contre-offensive. Le ministère britannique de la défense demande à l’industrie de faire des offres pour certains équipements spécifiques. Il s’agit notamment d’équipements de déminage pour les chars de combat principaux, de ponts pour chars d’une capacité de 70 tonnes et de transporteurs pour les chars de combat principaux lourds.

Avec environ 40 tonnes, les chars soviétiques sont beaucoup plus légers que les chars « occidentaux » qui pèsent jusqu’à 70 tonnes. Les Leopard et autres chars récemment livrés ne peuvent pas passer sur les ponts typiquement ukrainiens sans les endommager gravement. Sans l’infrastructure et l’équipement de soutien nécessaires, les chars « occidentaux » sont largement inutiles. Il n’est pas vraiment possible de lancer une contre-offensive contre des lignes de défense russes renforcées sans ces équipements.

Mais il n’est pas non plus possible d’attendre. Il y a non seulement la pression de Washington et des autres partisans de la guerre en Ukraine, mais aussi la menace permanente de frappes russes sur les stocks et les forces accumulés. Plus ceux-ci restent longtemps dans les zones de préparation, plus ils ont de chances d’être détectés et détruits.

Au cours des deux dernières semaines, la Russie a détruit une grande partie des défenses aériennes ukrainiennes dans la région de Kherson et de Pavlograd. Ces systèmes ne sont pas remplacés.

Pourtant, le ministère britannique de la défense semble croire que la guerre se poursuivra encore pendant plusieurs années. Il souhaite également acquérir pour l’Ukraine

Des missiles ou roquettes d’une portée de 100 à 300 km ; lancement terrestre, maritime ou aérien. Charge utile de 20 à 490 kg

La date limite pour cette demande est le 4 mai. Si vous possédez quelques-uns de ces missiles ou si vous pouvez les produire, il vous reste deux jours pour faire votre offre. Mais il est réaliste de penser que ces missiles ne pourront être livrés au plus tôt qu’en 2024/25. On peut se demander si l’Ukraine existera encore à ce moment-là.

Yves Smith examine les chances d’un cessez-le-feu après la fin de la contre-offensive. Il estime qu’il est peu probable que la Russie accepte un cessez-le-feu sans recevoir des concessions très importantes :

Je ne vois pas comment des pourparlers de paix pourraient aboutir. Les faucons sont toujours aux commandes et vont soit refuser les négociations, soit poser des conditions préalables. Rappelons que la Russie a déjà rejeté les conditions préalables ; même si elle les envisageait aujourd’hui, il y a de fortes chances que les demandes initiales de l’Occident, telles qu’un cessez-le-feu immédiat, soient rejetées, ou qu’elles soient rapidement contrées par des réponses russes du type « seulement si vous suspendez les sanctions« . Cela ne signifie pas qu’il n’y aura pas de discussions en coulisses, mais il ne faut pas s’attendre à ce qu’elles aillent très loin.

Supposons charitablement, malgré tout cela, que l’Occident demande effectivement à la Russie de négocier. À moins que la demande ne soit formulée de manière manifestement inacceptable, la Russie doit l’accepter.

Mais je ne vois pas comment cela pourrait aboutir tant que les dirigeants occidentaux n’auront pas vraiment intériorisé le fait que la Russie a la main lourde et qu’elle n’a pas de bonnes raisons de s’arrêter tant qu’elle n’aura pas subjugué l’Ukraine.

Et tout ce que la Russie a à faire pour saboter les négociations, c’est de remettre sur le tapis la demande que Poutine a formulée sous différentes formes depuis la conférence de Munich sur la sécurité en 2007 : des garanties de sécurité.

Qui les donnera ? Les aveux de duplicité de la France et de l’Allemagne concernant les accords de Minsk signifient qu’aucun État de l’OTAN n’est digne de confiance, à l’exception peut-être de la Turquie (et si Erdogan survit, il sera probablement considéré comme trop proche de la Russie pour être acceptable). Les États-Unis ne sont manifestement pas dignes de confiance. La Chine ne serait pas acceptable et n’est pas adaptée à ce rôle (ce n’est pas une puissance terrestre et elle n’est pas présente sur le théâtre des opérations).

Ainsi, à moins que des événements indésirables ne se produisent (et Taleb prévient que les événements indésirables sont importants), il semble que nous soyons toujours sur la bonne voie pour que la Russie poursuive la guerre jusqu’à ce qu’elle soit en mesure d’imposer ses conditions à Kiev.

Entre-temps, la situation socio-économique de l’Ukraine s’aggrave :

La scène du prêteur sur gages illustre la crise de la pauvreté croissante en Ukraine, dont la réalité contraste avec l’agitation superficielle des restaurants et des bars animés de Kiev où il est souvent difficile d’obtenir une table alors que de nombreuses personnes mènent une existence précaire.

Selon un rapport récent de la Banque mondiale, la pauvreté est passée de 5,5 % à 24,2 % en Ukraine en 2022, plongeant 7,1 millions de personnes supplémentaires dans la pauvreté, l’impact le plus grave se situant dans les villages ruraux, à l’abri des regards. Avec un taux de chômage officieux de 36 % et une inflation de 26,6 % à la fin de 2022, le directeur régional de la Banque mondiale pour l’Europe de l’Est, Arup Banerji, avait prévenu que la pauvreté pourrait grimper en flèche.

Derrière sa fenêtre, à Treasure, Stepanov décrit les difficultés rencontrées même par ceux qui ont un travail. « Le prix de tout a augmenté. La nourriture est la plus chère, puis le carburant pour la voiture. Certaines choses ont augmenté de 40 à 50 %. Avant la guerre, ma femme allait faire ses courses au supermarché et cela lui coûtait 200 hryvnias ; aujourd’hui, au même magasin, cela coûte 400 à 500 hryvnias. »

Les milliards de dollars et d’euros que l’Occident a versés à l’Ukraine sont détournés par ceux qui fréquentent les restaurants et les bars chics de Kiev. Ceux qui ne font pas partie des cercles qui reçoivent des pots-de-vin devront s’habituer à avoir faim.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Cauchemar en Ukraine : Des frappes de représailles russes frappent des installations militaires stratégiques

par South Front - Le 03/05/2023.

La fin du mois d’avril a été marquée par la reprise des frappes massives des forces russes en profondeur dans les zones ukrainiennes de l’arrière.

Le 29 avril, au moins dix drones ukrainiens ont visé le territoire de la péninsule de Crimée. L’un d’eux a frappé un réservoir de carburant à Sébastopol. Les tentatives ukrainiennes de détruire les réserves de carburant russes sont une étape importante à la veille d’opérations offensives potentielles.

Les frappes de représailles russes n’ont pas tardé. Dans la nuit du 1er mai, une attaque massive a frappé des installations militaires dans toute l’Ukraine.

Des explosions ont tonné dans différentes régions d’Ukraine, notamment les régions de Kiev, Dnipropetrovsk, Soumy, Kharkiv et Ivano-Frankivsk. Au moins cinq explosions ont tonné dans la ville de Kramatorsk, qui est une importante plaque tournante ferroviaire utilisée pour l’approvisionnement de l’armée ukrainienne dans le Donbass.

Selon les estimations de la partie ukrainienne, plus d’une centaine de missiles de croisière, ainsi que plusieurs dizaines de drones kamikazes auraient été impliqués dans l’attaque. Cependant, Kiev n’est pas pressé de révéler les dégâts.

Les médias ukrainiens ont noté que l’approvisionnement en électricité n’a pas été interrompu dans les régions ukrainiennes ciblées, ce qui souligne que les forces russes ont frappé exclusivement des installations militaires.

Le chef du bureau du président ukrainien a été contraint d’appeler d’urgence les Ukrainiens au milieu de la nuit avec une demande de ne pas publier de vidéos des explosions et de ne pas divulguer le travail de la défense aérienne ukrainienne.

Cependant, certains des coups étaient si forts que les Ukrainiens n’ont pas réussi à les cacher. Une frappe puissante a frappé la ville de Pavlograd dans la région de Dnipropetrovsk. Les autorités locales ont confirmé qu’un missile russe avait frappé une installation industrielle.

On suppose que la cible était l’usine chimique de Pavlograd, qui était l’une des principales usines de l’URSS pour la production de missiles balistiques à combustible solide.

Après le démantèlement, les missiles auraient dû être éliminés dans cette usine. Cependant, au début de 2022, il y avait environ 30 pièces de carburant des premiers étages des missiles, jusqu’à 900 tonnes au total. Les restes de ce carburant non traité auraient pu exploser en raison de l’attaque nocturne.

La cible des frappes russes pourrait également être les ateliers de l’usine, où le carburant est produit pour les nouveaux missiles balistiques ukrainiens à longue portée nommés « Grim ». Si tel est le cas, le programme ukrainien est bloqué.

À Pavlograd, il existe également deux nœuds ferroviaires d’importance stratégique à partir desquels les échelons militaires avec équipement et munitions sont transférés vers les lignes de front.

À en juger par les images de l’endroit, il a été estimé que deux divisions de systèmes ukrainiens S-300 et leurs munitions de secours ont été  détruites lors de l’attaque nocturne. Si tel est le cas, les défenses aériennes ukrainiennes ont subi les dommages les plus importants.

À la veille de l’offensive de grande envergure annoncée par Kiev, l’intensité des frappes russes va continuer à augmenter.

source : South Front via La Cause du Peuple

Une guerre de zombies : Un plan B pour l’Ukraine


Jim Kavanagh – Le 13 avril 2023 – Source The Polemicist - The Saker francophone.

Il faut que quelque chose se passe

Des voix venant de toutes parts – États-Unis, Ukraine, Russie – nous assurent qu’une rupture majeure de la situation militaire en Ukraine est imminente. Alors que les forces russes (FR) progressent régulièrement dans la région de Bakhmut et d’Avdivka, l’armée ukrainienne (FAU) serait prête à lancer une offensive majeure de dernière chance, en direction de la Crimée sur le front sud, qu’elle doit lancer et qu’elle doit gagner.

 

Il est impossible de savoir ce qui est vrai et ce qui est feint dans tout cela, et on ne peut jamais être certain de l’issue une fois que les armées commencent à s’exploser les unes les autres, mais je me sens à l’aise pour dire que : 1) Il y aura une offensive ukrainienne. Les Ukrainiens y mettront tout ce qu’ils ont et feront des avancées territoriales immédiates. 2) Il est très peu probable que l’Ukraine avance suffisamment pour menacer sérieusement de reprendre la Crimée, et il est impossible qu’elle pousse la Russie à capituler. 3) Il est probable que les FAU s’épuisent, que d’énormes quantités irremplaçables de ses effectifs et de son matériel soient détruites et que la force russe massive qui a été retenue jusqu’à présent entame sa propre offensive et soit capable d’avancer à volonté. Il sera évident et indéniable qu’il n’y a plus d’obstacle militaire à ce que les FR aillent aussi loin à l’ouest de l’Ukraine qu’elles le souhaitent.

Je comprends que des surprises peuvent provenir de nombreuses directions – incompétence des principaux commandants, pression politique des citoyens de divers pays, intervention immédiate de l’OTAN, etc. Ce résultat constituera une crise urgente pour les États-Unis, l’OTAN et Kiev, nécessitant une décision et une action immédiates. C’est aussi l’issue qu’ils attendent et redoutent, et pour laquelle ils réfléchissent déjà à leurs choix.

Pour comprendre à quel point ils craignent et attendent cette issue, il suffit de lire attentivement les nombreuses déclarations et analyses des dirigeants et des experts occidentaux, ainsi que de Zelensky et de responsables ukrainiens, qui, même lorsqu’elles sont présentées de manière optimiste, expriment en détail leur inquiétude face à l’épuisement de la soldatesque ukrainienne et des réserves de munitions et de matériel des États-Unis et de l’OTAN, ainsi que leur désespoir quant aux chances de l’Ukraine.

Les déclarations de ce type sont trop nombreuses pour être citées, mais l’une des plus frappantes et des plus convaincantes est un article d’Asia Times rédigé par le pseudonyme « Spengler », qui a assisté à « une récente réunion privée d’anciens soldats américains de haut rang, de responsables du renseignement et d’universitaires dont les CV s’étendent de l’administration Reagan à l’administration Trump » – c’est-à-dire un échantillon représentatif de l’État profond permanent.

Les participants à cette réunion ont exprimé ce que je pense être aujourd’hui l’attitude dominante sur la situation en Ukraine dans les cercles militaires et de politique étrangère des États-Unis. Ils ont « une évaluation sombre des perspectives de victoire de l’Ukraine contre la Russie« . Ils savent que « l’Ukraine semble moins susceptible de vaincre la Russie, même si l’Occident déploie un maximum d’efforts et risque l’escalade« , étant donné que « toute l’armée que l’OTAN a entraînée entre 2014 et 2022 en préparation d’une attaque russe est morte, et que les recrues sont jetées sur les lignes de combat avec trois semaines d’entraînement« . Ils ont également, « à une écrasante majorité« , « penché pour une escalade sous la forme de la fourniture d’armes supplémentaires à l’Ukraine« , y compris, éventuellement, « une ‘légion étrangère’ de combattants d’autres pays« . En effet, et c’est là que réside le danger impossible à exagérer, bien que l’Ukraine sache qu’elle ne peut pas gagner, « la grande majorité des participants était favorable à l’idée de tout risquer pour une victoire absolue sur la Russie« .

Voici donc ce que je prévois et crains :

Au cours de cette année, probablement avant la fin de l’été, l’armée ukrainienne sera vaincue de manière décisive, la Russie établira un contrôle total sur les quatre oblasts (Donetsk, Lugansk, Kherson, Zaporizhzhia) et il ne restera aucune force ukrainienne capable de renverser la situation ou d’arrêter une avancée russe vers Kiev.

À ce moment-là, afin d’éviter d’accepter une défaite qui changerait le monde ou d’entrer en guerre directe contre la Russie, toutes les voix américaines/occidentales qui avaient catégoriquement exclu la possibilité d’un cessez-le-feu, y compris Antony Blinken, se mettront soudain à en réclamer un. Ils seront rejoints, espèrent-ils, par d’autres acteurs mondiaux (par la Chine, espèrent-ils en particulier) et par des voix anti-guerres qui, sans objection forte de la part des Blinken de l’Occident, y verront une concession bienvenue aux demandes sincères des activistes anti-guerre d’arrêter les massacres. En effet, la proposition de cessez-le-feu des États-Unis et de l’OTAN sera saturée de préoccupations pacifistes et de ce qu’il sera facile de présenter – étant donné le changement radical de ton – comme des compromis raisonnables.  En réalité, il s’agira de leur plan B pour poursuivre la guerre qu’ils ont perdue. La « victoire absolue » n’est que reportée.

Cela se passera comme cela :

Arrêtons le combat et que chacun aille dans son coin. Les deux parties cesseront toute attaque militaire. Nous (les États-Unis, l’OTAN et Kiev) suspendrons indéfiniment toute demande d’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. Nous ne contesterons pas le contrôle et la revendication de la Crimée et des quatre oblasts par la Russie. Nous ne les reconnaîtrons pas non plus officiellement. Nous laisserons les questions relatives au « statut final » être déterminées dans le cadre d’un « processus de paix » négocié. Vous ne déplacerez pas vos forces militaires d’un pouce à l’ouest de la ligne x et n’interviendrez pas dans la politique intérieure de Kiev. Pour superviser et faire respecter ce cessez-le-feu, nous introduirons un contingent de forces internationales de maintien de la paix et établirons une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’Ukraine à l’ouest de la ligne x. Ne pouvons-nous pas tous nous entendre ?

Ce à quoi la Russie répondra à peu près ceci :

Non. Il n’y aura pas de Minsk 3. Nous rejetons toute tentative des parties qui perdent, et uniquement parce qu’elles perdent, de repousser à jamais la résolution de ce conflit. Nos objectifs sont clairs et demeurent : Nous exigeons que le gouvernement de Kiev renonce définitivement à tout objectif d’adhésion à l’OTAN ; qu’il retire les infrastructures militaires existantes de l’OTAN, qu’il se sépare de l’alliance de l’OTAN et qu’il se déclare un pays neutre ; qu’il reconnaisse officiellement la Crimée et les quatre oblasts comme faisant partie de la Russie (cela n’aurait pu être que deux si vous n’aviez pas interrompu les négociations l’année dernière) ; et qu’il reconfigure ses politiques politiques et sociales pour éliminer la domination du nationalisme russophobe, fasciste et banderiste meurtrier. Nous exigerons que tout cessez-le-feu pour les négociations et tout règlement soient explicites, signés et supervisés par une tierce partie digne de confiance – c’est-à-dire pas les États-Unis, l’UE, l’ONU ou tout parti dominé par « l’Occident » ou un autre ennemi déclaré (Chine ? Inde ?). (Nous nous battrons jusqu’à ce que nous ayons atteint ces objectifs et nous traiterons toute force armée internationale terrestre ou aérienne introduite sur le territoire de l’Ukraine sans notre accord comme des combattants ennemis et des cibles militaires légitimes.

Je suis convaincu que c’est la situation dans laquelle nous nous dirigeons. Je pense que les États-Unis, l’OTAN et Kiev seront contraints de faire une telle proposition et que la Russie ne l’acceptera pas (et serait stupide de l’accepter). La Russie se battra jusqu’à la capitulation de Kiev, et les États-Unis/l’OTAN ou leurs prétendues « légions étrangères » devront entrer en tant que combattants directs, avec probablement l’utilisation d’armes nucléaires tactiques, ou accepter une défaite existentielle.

Le syndrome chinois

Veuillez noter comment Blinken et d’autres établissent le cadre qui fonctionnera à leur avantage lorsque cette situation se présentera. Ils refusent catégoriquement un cessez-le-feu maintenant parce qu’ils savent qu’ils en auront désespérément besoin bientôt. Ils se placent dans une position politiquement avantageuse qui leur permettra de passer pour la partie raisonnable, celle qui fait des compromis, lorsqu’ils exigeront finalement un cessez-le-feu et que les Russes le refuseront. Nous sommes les artisans de la paix, Poutine est le belliciste. Nous acceptons le cessez-le-feu voulu par la Chine et les pacifistes occidentaux ; la Russie insiste pour poursuivre la guerre. Qui peut reprocher à la « communauté internationale » d’envoyer des « soldats de la paix » et d’instaurer une zone d’exclusion aérienne, juste pour mettre fin aux massacres ? Vous savez, comme en Libye.

Il s’agit de faire entrer ces « légions étrangères » et ces forces aériennes étrangères – de préférence en tant que « soldats de la paix » plutôt qu’en tant que combattants, mais dans un but similaire : éviter une défaite inévitable en établissant une sorte de « processus de paix » bloqué, à la coréenne ou à la Israël/Palestine. La « résolution pacifique » préférée des États-Unis : Une guerre de Zombies, soutenue par une injection constante d’armes et d’argent jusqu’à ce qu’elle puisse être pleinement relancée.

L’un des principaux éléments de ce dispositif – qui a été avalé tout cru par les voix anti-guerres occidentales – est l’idée que, dans cette situation, les États-Unis accepteront un cessez-le-feu réclamé par la Chine. Lorsque des voix anti-guerres s’élèvent aujourd’hui pour dire : « Pourquoi les États-Unis, l’OTAN et Kiev n’acceptent-ils pas la proposition de cessez-le-feu de la Chine ?« , elles récitent naïvement un scénario écrit par les politiciens et les médias occidentaux en préparation du jour où ils voudront un cessez-le-feu.

Il n’y a pas de « proposition de cessez-le-feu » ou de « plan de paix » de la part de la Chine, au sens d’un plan concret d’action immédiate pour arrêter les combats, et les Blinken qui la rejettent ostensiblement le savent. Ils suggèrent une proposition fictive de « cessez-le-feu » qu’ils pourront rejeter lorsqu’elle recueillera le soutien des voix pacifistes anti-guerre, afin de pouvoir la remplacer, le moment venu, par le véritable « cessez-le-feu » qu’ils prévoient, après avoir préventivement coopté ce sentiment anti-guerre. OK, vous avez obtenu ce que vous et la Chine voulez. Donnons une chance à la paix.

Les États-Unis n’ont aucunement l’intention d’accepter un prétendu cessez-le-feu proposé par la Chine ; ils ont un plan pour en exiger un qu’ils ont eux-mêmes conçu et qui leur est profitable. Mais ils voudront vous faire croire que c’est la même chose.

Quelles que soient les critiques qu’ils méritent, les États-Unis n’empêchent pas actuellement l’instauration d’un cessez-le-feu. Lorsqu’Antony Blinken déclare : « Pour certains, l’idée d’un cessez-le-feu peut être tentante, et je le comprends, mais si cela revient à …, ce ne sera pas une paix juste« , il exprime – avec l’ellipse remplie de manière appropriée – la position de la Russie, ainsi que celle des États-Unis, de l’OTAN et de Kiev. Aucune des parties au conflit ne souhaite un cessez-le-feu aujourd’hui, et aucune ne le souhaitera tant que l’une d’entre elles ne le jugera pas nécessaire (probablement parce qu’elle est en train de perdre).

La Chine le sait et n’a fait aucune proposition pour que chacun mette de côté ses intérêts et objectifs fondamentaux et cesse de se battre maintenant. Voici l’intégralité de la position de la Chine sur la « cessation des hostilités » et la seule mention d’un « cessez-le-feu » dans sa « position sur le règlement politique de la crise ukrainienne » en 12 points :

  1. Cesser les hostilités. Les conflits et la guerre ne profitent à personne. Toutes les parties doivent rester rationnelles et faire preuve de retenue, éviter d’attiser les flammes et d’aggraver les tensions, et empêcher la crise de se détériorer davantage, voire de devenir incontrôlable. Toutes les parties doivent aider la Russie et l’Ukraine à travailler dans la même direction et à reprendre le dialogue direct le plus rapidement possible, afin de désamorcer progressivement la situation et de parvenir finalement à un cessez-le-feu global [je souligne].

Comme l’ensemble du document de position en 12 points, il s’agit d’une déclaration de principe générale et non d’un plan d’action. Il s’agit d’un langage aussi neutre, diplomatique et sans engagement que possible. Je n’ai aucune idée de la façon dont quelqu’un a pu en déduire que c’était un « plan de paix« . (Qu’on le veuille ou non, la Chine évite soigneusement de dire à l’une ou l’autre des parties quand et comment cesser le combat. Exhorter à la « retenue » afin de parvenir « en fin de compte » à un cessez-le-feu n’est pas l’appel à un cessez-le-feu immédiat que les activistes anti-guerres qui prennent leurs désirs pour des réalités voudraient que la Chine lance, et que les néoconservateurs avant-gardistes voudraient vous faire croire qu’ils rejettent.

Il a récemment été question que la Chine s’associe au Brésil pour élaborer un « plan de paix » pour l’Ukraine – encore des spéculations et des vœux pieux qui ne signifient rien de précis pour l’instant. D’après d’autres déclarations et actions, nous savons que la Chine développe une relation précieuse avec la Russie. Mais la Chine est très prudente dans son langage diplomatique concernant le conflit en Ukraine : elle ne prend pas explicitement parti et ne propose pas de plan qui prenne parti. Si la Chine estime qu’elle doit explicitement proposer un plan, elle le fera et il est peu probable qu’elle ait besoin de Lula pour cela.

Tout le monde veut que la Chine soit de son côté. À ce stade de leur délire, certains néoconservateurs peuvent penser, lorsqu’ils proposent leur cessez-le-feu, que la Chine acceptera l’idée qu’il s’agit d’un cessez-le-feu propre à la Chine. Lorsque la Chine ne le fera pas (ce qui est presque certain), les néoconservateurs présenteront certainement cela comme une preuve que la Chine, comme la Russie, est un belliciste malhonnête, qui abandonne son « propre » plan de paix imputé. Encore une fois, c’est une ligne que tous ceux qui disent maintenant « Pourquoi les États-Unis n’acceptent-ils pas la proposition de cessez-le-feu de la Chine » contribuent à établir.

Ainsi, une fois encore, quel que soit le cessez-le-feu proposé par les États-Unis, l’OTAN et Kiev face à la perspective d’une défaite imminente en Ukraine, il ne s’agira pas d’un plan chinois, mais d’une manœuvre des néoconservateurs américains. Il est peu probable que la Chine contribue à imposer une telle chose à l’une ou l’autre des parties. Il est plus probable que la Chine joue un rôle important dans la résolution de ce conflit en tant que tierce partie chargée de superviser les conditions négociées de la reddition de l’Ukraine, conformément à la position russe.

Purgatoire

Veuillez noter un autre élément important des différentes propositions qui seront présentées dans cette situation : La demande la plus difficile de la part des Russes, qui les oblige presque à agir sur Kiev, est l’appel à la « dé-nazification« . C’est la demande à laquelle on s’opposera le plus en la qualifiant d' »ingérence politique« , car elle nécessite effectivement un « changement de régime » au sens le plus profond du terme. J’ai déjà dit à quel point ce sera presque impossible en Ukraine occidentale, où l’idéologie fasciste et banderiste est enchevêtrée dans le nationalisme ukrainien, a de profondes racines historiques et est devenue prédominante depuis 2014.

Mais voilà : même si c’est impossible, c’est nécessaire, tant pour le plan de cessez-le-feu américain que pour le projet russe.

Tout le monde comprend qu’aucun gouvernement à Kiev, même si les États-Unis ne peuvent pas ou ne veulent pas l’arrêter, ne sera en mesure de faire et de maintenir le règlement capitulatoire exigé par la Russie à moins que les forces armées fascistes ne soient purgées. Mais il est également vrai qu’aucun gouvernement à Kiev ne sera en mesure de conclure et de respecter le type d’accord de cessez-le-feu que les États-Unis prétendront vouloir, à moins que les forces armées fascistes ne soient purgées.

Le cessez-le-feu américain sera difficile à vendre aux fascistes ukrainiens. Ils ne seront pas disposés à accepter un report à long terme des combats. Ils sont au moins aussi désireux que la Russie de résoudre rapidement ce problème et doivent désormais douter autant que la Russie de la fiabilité à long terme de l’Amérique. Ils ont vu comment les Américains mettent un pays à feu et à sang avant de rentrer chez eux. Ils peuvent également constater la pression anti-guerre croissante exercée sur les gouvernements européens.

Les fascistes tueront Zelensky ou tout autre dirigeant qui acceptera le type de concession de facto de territoires dans un tel plan, à moins que les États-Unis ne leur assurent qu’il s’agit d’un autre stratagème pour préparer un assaut futur dans peu de temps. S’il n’y a pas de purge des fascistes à Kiev (ce qui nécessitera une bataille), les Russes sauront que c’est exactement ce que les États-Unis ont fait.

Par conséquent, si la Russie n’impose pas un changement de régime « dé-nazifiant » à Kiev, les États-Unis devront le faire pour que l’un ou l’autre plan réussisse. La Russie et les États-Unis le savent. La Russie y fait face. Les États-Unis ne le font pas. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles la Russie ne peut pas faire confiance à un accord de cessez-le-feu américain.

C’est ce que je prévois : Une tentative ratée d’aspirer la Russie dans un processus de paix à jamais dans l’impasse, qui réarme et ressuscite une Ukraine fasciste deux fois vaincue, déguisée en cessez-le-feu « de compromis » que tout le monde (y compris la Chine) appelait de ses vœux. Comme le dit Emmanuel Todd : « Pas plus que la Russie, [l’Amérique] ne peut se retirer du conflit, elle ne peut le lâcher. C’est pourquoi nous sommes aujourd’hui dans une confrontation dont l’issue doit être l’effondrement de l’un ou de l’autre« . La guerre se poursuivra jusqu’à ce qu’une des parties (l’Ukraine) accepte la défaite. Ou que le monde soit incinéré dans un échange nucléaire.

C’est un sale boulot, cette bête ukrainienne. Elle est en train de tuer le monde que nous connaissons, et son cadavre ne pourra pas être ranimé.

Jim Kavanagh

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Le fondateur de Wagner PMC, Y. Prigozhin, a ordonné la remise de soldats de l’AFU captifs à Kiev avant Pâques

Les combattants du Wagner PMC ont remis à la partie ukrainienne les soldats capturés des forces armées ukrainiennes avant les vacances de Pâques, sur les instructions du fondateur de la société militaire, Yevhen Prigozhin.

L’homme d’affaires a demandé aux « musiciens » de préparer les prisonniers de guerre à être renvoyés en Ukraine.

« Préparez tout le monde, donnez-leur à manger et à boire, examinez les blessés et faites-les examiner par des médecins. Et essayez de les amener là-bas avant midi aujourd’hui, pour qu’ils retournent sur le territoire », a déclaré Prigozhin à l’un des commandants des PMC de Wagner.

 

 

 

À son tour, le soldat a déclaré que tous les ordres du fondateur du « bandwagon » seraient exécutés et que les soldats des forces armées rentreraient chez eux à temps. Le « wagnérien » s’est ensuite adressé aux soldats ukrainiens, exprimant l’espoir qu’ils ne seraient plus capturés par le PMC Wagner.

« Camarades prisonniers de guerre, j’ai reçu aujourd’hui l’ordre de mon commandement de vous remettre à la partie ukrainienne avant Pâques pour que vous retrouviez vos familles, vos femmes, vos mères et vos enfants. J’espère que vous ne reviendrez plus vers nous », a souligné le commandant.

Evgeny Prigozhin s’est rendu plus tôt à l’endroit où se trouvaient les combattants du PMC Wagner sur la ligne de front et les a félicités à l’occasion de Pâques. Le fondateur du « groupe » a également allumé une bougie dans la nuit de Pâques à la mémoire des combattants tombés au combat. L’homme d’affaires s’est souvenu de ceux qui sont tombés lors d’opérations spéciales ou d’autres conflits militaires.

source : Riafan

envoyé par Francis Goumain

Bakhmout, les Russes semblent accélérer

Le 12/04/2023.
Extrait du rapport d’aujourd’hui du Ru MoD sur Bakhmout :

En direction de Donetsk, les principales forces des troupes russes étaient concentrées près de la ville d’Artyomovsk. Les groupes d’assaut de Wagner ont continué à se battre pour s’emparer de blocs dans la partie centrale d’Artyomovsk et repousser l’ennemi à la périphérie ouest de la colonie. Sur les flancs, les équipes d’assaut sont appuyées par les Troupes Aéroportées.

Les troupes de missiles et l’artillerie du groupe de forces Yug et de l’aviation opérationnelle et tactique fournissent un appui aérien et de tir à l’offensive. 

Au cours des dernières 24 heures, des avions ont effectué 11 sorties près d’Artyomovsk et les troupes de missiles et l’artillerie ont effectué 48 missions de tir à cet effet. 

Les pertes de l’ennemi se sont élevées à plus de 450 soldats et mercenaires ukrainiens, trois chars, trois véhicules de combat d’infanterie, six véhicules de combat blindés, des obusiers D-20 et un MSTA-B, ainsi que deux stations radar AN/TPQ-50 de fabrication américaine.

Rapport du ministère russe de la Défense sur l’avancement de l’opération militaire spéciale
***

par Boris Rozhin

Les déclarations des forces armées ukrainiennes sur les perspectives de détenir les vestiges de la ville reflètent la détérioration systémique de la situation à la suite des actions du PMC Wagner dans la ville et des forces armées russes au nord et au sud de Artemovsk. 

Il n’a pas été possible de débloquer les routes vers la ville ou de rétablir le transfert sans problème des réserves et des munitions vers la ville. Cela conduit à l’épuisement du groupement AFU à Artemovsk et rend un peu plus facile pour Wagner le nettoyage des pâtés de maisons.

Dans le même temps, le miracle attendu associé aux contre-attaques de la région de Chasov Yar et Rai-Alexandrovka ne s’est pas produit, à la fois en raison des contre-mesures du Wagner PMC et des forces armées russes ainsi qu’en raison du mauvais temps pour ces contre-mesures.

Dans ce contexte, les tendances qui se sont formées fin février à Artemovsk persistent et conduisent à la perte définitive de la ville, qui devra être en quelque sorte « vendue » à la société et aux troupes de l’AFU, à qui la propagande a dit depuis longtemps que « personne ne peut prendre Bakhmut » et « c’est le Stalingrad de l’Ukraine ».

À la fin, il y aura une autre défaite et la perte d’une grande ville. C’est pourquoi ils commencent déjà à poser des pailles, même si cela ne les empêchera bien sûr pas de défendre virtuellement pendant un certain temps après la perte d’Artemovsk, comme ils l’ont fait à Soledar.

source : Bruno Bertez

Ukraine SitRep : Fuites de briefings, tenir les routes, un entraînement qui divise

Source : The Saker francophone


Par Moon of Alabama – Le 10 avril 2023

Apparemment, des documents d’information sur la guerre en Ukraine destinés au chef d’état-major interarmées de l’armée américaine ont fait l’objet d’une fuite sur Internet. Jusqu’à présent, je n’ai vu que cinq pages de ces documents. Le nombre total est censé être de 53 ou 56 pages. Si quelqu’un sait où je peux trouver des copies décentes, merci de me le faire savoir dans les commentaires.

J’ai été prudent après que les principaux médias américains ont parlé de la première version. Le premier lot a été utilisé pour démontrer que les États-Unis espionnent avec succès la Russie. J’ai donc pensé que l’ensemble de la diffusion pouvait être une campagne de désinformation. Toutefois, une deuxième série de dossiers examinés dans les médias ces derniers jours brosse un tableau différent.

Yves Smith, de Naked Capitalism, fait un tour d’horizon intéressant à ce sujet :

 

Rappelons que le New York Times a été le premier média à évoquer le fait que ce qui s’est avéré être le premier de (jusqu’à présent) deux groupes de photos venant du Pentagone, axées sur la préparation à l’Ukraine, avaient été envoyées sur un compte Telegram russe. Certains ont prétendu que la première série était une opération psychologique des États-Unis ou de la Russie, mais l’authenticité du jargon et la quantité d’informations peu flatteuses plaidaient contre cette hypothèse. La deuxième série va au-delà de l’Ukraine et est perçue comme préjudiciable aux intérêts américains.

Toutefois, comme l’ont souligné de nombreux observateurs, ces révélations ne semblent pas susceptibles d’avoir un impact important sur l’offensive ukrainienne si largement anticipée. Si le niveau de détail est alléchant, les conclusions générales, comme le fait que les défenses aériennes de l’Ukraine ont été épuisées et que la situation ne fera qu’empirer, sont déjà révélées par des sources ouvertes. Pourtant, certaines affirmations sont bizarres, comme le fait que 97 % des forces russes sont engagées en Ukraine. Rappelons que le ministre britannique de la défense, Ben Wallace, a déclaré cela en février et qu’il semblait alors faire de la propagande pour l’Ukraine. Wallace a-t-il tiré cette information de ces documents ?

Quoi qu’il en soit, cette violation incitera les États-Unis à restreindre la diffusion d’informations sensibles, ce qui ne sera guère utile si près du lancement de la contre-offensive attendue.

Au moins une diapositive de ce deuxième groupe portait la mention « Secret/NoForn », ce qui signifie que la distribution est limitée aux citoyens américains. Cela semble exclure notre idée, basée sur le premier lot (largement distribué parmi les alliés des États-Unis, y compris l’Ukraine), selon laquelle un Ukrainien mécontent de la manière dont la guerre est menée pourrait être à l’origine de la fuite. Ce marquage suggère que ces documents proviennent d’une source du Pentagone, ce qui pourrait inclure les contractants.

La page ci-dessous présente le calendrier de formation et d’équipement de neuf nouvelles brigades.

(D’autres pages que j’ai trouvées sur Twitter sont iciiciici et ici).

Ces brigades auront trop peu de chars modernes et trop peu d’artillerie pour être vraiment efficaces. Il y a également une pénurie de munitions de 122 mm pour les obusiers d’artillerie.

Si la contre-attaque ukrainienne a lieu, elle ne sera pas aussi percutante que certains semblent l’espérer. L’Ukraine a également mis d’autres unités en réserve pour se préparer à cette attaque. Mais certaines d’entre elles ont déjà été utilisées. Dans un article sur Bakhmut, le New York Times écrit :

Mais dans les champs et les villages de la périphérie de Bakhmut, les responsables militaires ukrainiens affirment que les forces de Kiev ont combattu l’armée russe jusqu’au bout pour deux routes clés, l’autoroute T504 et une route connue sous le nom de 506.

Six semaines après le début d’une opération ukrainienne visant à renforcer les lignes de ravitaillement à l’extérieur de Bakhmut et à protéger les routes, les responsables militaires ukrainiens affirment qu’ils ont contrecarré, du moins pour l’instant, les efforts russes visant à couper ces routes et à encercler la ville.

L’autoroute T504 est également connue sous le nom de M-32. Ces derniers jours, l’armée russe s’est déplacée du sud à Bakhmut pour la bloquer physiquement. La T-506 (O0506 sur la carte ci-dessous) est toujours ouverte mais subit des tirs d’artillerie constants.

Une vidéo de drone récemment publiée montre qu’il est difficile de passer :

MilitaryLand.net @Militarylandnet – 8:34 UTC – 8 Avril 2023

📷Véhicules ukrainiens détruits/endommagés, dont des HMMWV, des BTR-4, des M113 et des chars T-72 sur la route reliant #Bakhmut et Chasiv Yar via la colonie de Khromove. #UkraineRussiaWar

Vidéo intégrée

Je compte 16 véhicules détruits dans cette vidéo sur un tronçon de 200 mètres de long.

Mais l’Ukraine a utilisé ses réserves pour la maintenir quelque peu ouverte :

Fin février, l’Ukraine était sur le point de perdre la bataille de Bakhmut, selon une évaluation contenue dans un lot de ce qui semble être des notes opérationnelles classifiées préparées par le Pentagone et l’état-major interarmées et divulguées sur les médias sociaux ce mois-ci. […]

À l’époque, deux manœuvres de flanc russes au nord-ouest et au sud-ouest de la ville étaient sur le point d’encercler Bakhmut. Une seule route d’accès, la 506, restait ouverte pour les forces ukrainiennes et les quelques civils encore présents dans la ville, mais elle était sous le feu de l’artillerie russe. Le général Oleksandr Syrsky, commandant de l’Ukraine dans l’est du pays, a qualifié cette route de « dernier tube respiratoire« .

Les commandants ukrainiens ont décidé de renforcer les défenses des routes plutôt que de battre en retraite, selon les documents divulgués. L’armée ukrainienne a déployé dans la bataille de Bakhmut de nombreux soldats qu’elle espérait garder en réserve pour une contre-offensive prévue dans les semaines ou les mois à venir, et ses forces ont subi de lourdes pertes.

Le hachoir à viande qu’est devenu Bakhmout continue de faire son œuvre.

C’est pourquoi l’armée ukrainienne recrute de plus en plus d’hommes :

Les hommes en uniforme peuvent se présenter presque n’importe où, n’importe quand.

Ils frappent aux portes d’entrée des civils et les arrêtent au hasard des coins de rue, distribuant des bulletins de recrutement qui peuvent bouleverser des vies.

L’Ukraine a besoin de plus de soldats, et vite. Kiev se prépare à un assaut imminent contre les forces d’occupation russes et, bien que l’Ukraine ne divulgue pas le nombre de ses victimes, les commandants sur le terrain ont fait état de pertes importantes.

Auparavant, les fonctionnaires ne pouvaient délivrer les avis de recrutement qu’au domicile des citoyens, et certains les évitaient en demeurant à des adresses différentes de celles où ils étaient officiellement enregistrés. Mais de nouvelles règles ont élargi le champ des lieux où les hommes peuvent être arrêtés et interrogés sur leur statut de conscrit.

Oleksii Kruchukov, 46 ans, réparateur de machines à laver qui fait la queue devant un bureau de recrutement à Kiev, a déclaré qu’on lui avait ordonné de se présenter à cet endroit après que la police eut mis fin à une bagarre qu’il avait eue dans la rue. Il n’avait aucune exemption militaire valable et a déclaré qu’il s’attendait à ce que l’incident lui permette d’être bientôt envoyé à l’entraînement, puis au front.

Oleksandr Kostiuk, 52 ans, réparateur de routes qui a participé à la mise en place de barrières contre les forces russes autour de Kiev l’année dernière, a récemment reçu sa convocation par l’intermédiaire de son service des ressources humaines. Il est prêt à aller au front s’il le faut, mais craint pour sa sécurité. « Maintenant que nous comprenons ce qui se passe, je suis plus nerveux« , a-t-il déclaré.

Les pauvres. Ils seront maltraités pour s’accrocher à des terres qui seront de toute façon perdues.

Ce qui suit est aussi préoccupant :

Depuis le début du mois de février, plus de 5 000 personnes ont demandé à rejoindre ce qui était connu sous le nom de Bataillon Azov, une ancienne milice de droite controversée qui a été incorporée à la garde nationale ukrainienne. L’année dernière, ce groupe aguerri a été qualifié d’héroïque pour avoir résisté à un siège de plusieurs mois de la ville de Marioupol, dans le sud-est du pays.

Puis, en février, le ministère ukrainien de l’intérieur a annoncé qu’Azov deviendrait une brigade d’assaut dans le cadre de la nouvelle Garde offensive.

Selon ses règles, Azov n’accepte que les personnes qui s’engagent de leur propre chef – et non les appelés – et se réserve le droit de rejeter les personnes qui ne lui semblent pas convenir, ce qui, selon elle, lui permet de sélectionner les soldats les plus motivés. Azov a lancé une vaste campagne de recrutement pour son nouveau statut de brigade, et nombre de ses hommes capturés à Marioupol l’année dernière et finalement libérés forment aujourd’hui des recrues.

Le fait de sélectionner ses propres recrues transforme-t-il une « milice de droite controversée » en une « ancienne milice de droite controversée » ? J’en doute. Devinez maintenant qui forme ces nazis :

Pendant ce temps, dans un camp d’entraînement de la région de Kiev, les nouvelles recrues d’Azov s’alignent sur un stand de tir et apprennent à utiliser des fusils C7A1. L’un de leurs formateurs, un ancien marine américain russophone qui a rejoint Azov et se fait appeler Frodo, a déclaré que « la majorité de ces gars, il y a un mois, étaient des civils« . L’un d’eux, assis contre un mur, étudie une traduction d’un manuel militaire américain.

Le fait qu’ils aient été suffisamment motivés pour s’inscrire de leur propre chef signifie qu’ils agissent davantage comme des « guerriers que comme des soldats« , a déclaré Frodo.

La formation condense l’entraînement de base du corps des Marines, qui dure environ trois mois, en quatre semaines seulement. Pendant cette période, les troupes apprennent tout, de l’adresse au tir à la cartographie, en passant par les radios et l’ingénierie. Il est possible, voire probable, qu’ils soient ensuite déployés presque immédiatement sur les lignes de front les plus chaudes du pays.

La formation de base que reçoivent les recrues habituelles ne semble pas avoir la même efficacité :

Lors d’un récent après-midi à Lyman, dans l’est de l’Ukraine, un officier expérimenté s’est plaint de la qualité de la formation initiale des troupes nouvellement arrivées, la décrivant comme négligeant largement les principes fondamentaux nécessaires sur le terrain, qui doivent être enseignés une fois qu’ils sont arrivés dans leurs unités.

« On leur apprend à chanter des chansons et à marcher » lors de la formation de base, a déclaré le chef, sous couvert d’anonymat parce qu’il n’était pas autorisé à parler aux journalistes.

Une fois déployées, les troupes ont besoin d’instructions, même sur la pratique la plus ancienne du soldat : comment creuser, a déclaré le chef. Ils ne savent pas comment tenir leurs pelles ou fortifier les tranchées et les positions de combat. Pour s’entraîner, un groupe de troupes fraîches a creusé avec ses pelles dans une ligne de tranchées voisine.

Des ukrainiens moyens sont envoyés au front sans entraînement ni équipement appropriés. Pendant ce temps, les idéologues reçoivent un entraînement spécial et des Colt M16A3 équivalents fabriqués au Canada. Les conséquences à long terme de cette fracture sociale pour l’Ukraine seront terribles.

Il semble que les diapositives du briefing qui ont été divulguées n’évoquent guère de telles préoccupations. Comme le fait remarquer Yves dans son article sur les reportages qui leur sont consacrés :

[Les bons renseignements perdent de leur utilité lorsqu’ils sont filtrés par des préjugés. Comme nous pouvons le voir ci-dessus, les États-Unis n’arrivent pas à se défaire de l’idée que la Russie cherche à acquérir des territoires, et non pas avant tout à détruire la capacité de l’Ukraine (et maintenant de l’OTAN) à faire la guerre. Les articles contiennent des commentaires dénigrants sur la façon dont la Russie a mené la guerre. On sent qu’il ne s’agit pas d’un simple message médiatique, mais qu’il est bien intériorisé par les décideurs des États-Unis et de l’OTAN. Ce genre de sous-estimation aide beaucoup la Russie. Et la chambre d’écho très solide de la Beltway signifie qu’il est probable que cela continue ainsi.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Fuite des forces armées ukrainiennes de Bakhmout

L’armée ukrainienne continue de se retirer de Bakhmout. Notez au passage le nombre d’équipements ukrainiens détruits par les membres du groupe Wagner.

Frappes russes en Ukraine, un éclair de vérité au détour de l’émotionnel

Source : Le Courrier des Stratèges - par Philippe Migault - Le 09/03/2023.

Frappes russes en Ukraine, un éclair de vérité au détour de l’émotionnel, par Philippe Migault

La campagne de frappe « massive » conduite cette nuit par l’armée russe en Ukraine est une nouvelle occasion pour nos médias, de cultiver l’émotion en lieu et place de la réflexion. Cependant un fait est enfin reconnu : La Russie a toujours des missiles et ses usines n’ont jamais cessé d’en produire.

REUTERS/Stringer TPX IMAGES OF THE DAY

Maîtriser ses émotions, encore et toujours. C’est le b.a-ba de tout homme, soldat, Grand reporter, entrepreneur… faisant profession d’affronter des crises. Non seulement parce qu’on doit garder la tête froide pour prendre les bonnes décisions, mais aussi parce qu’il faut savoir communiquer ses ordres ou ses informations au plus juste, sans divulguer des données destinées à demeurer confidentielles compte tenu de leur sensibilité ou de l’effet contre-productif qu’elles pourraient avoir vis-à-vis de l’action engagée. Mais lorsqu’on choisit de ne couvrir des évènements que sous l’angle de l’émotionnel, il arrive nécessairement qu’on se laisse emporter. Et qu’on en dise trop.

C’est ce qui est arrivé ce matin sur RTL, lors du plateau d’Yves Calvi. Celui-ci interviewait Gallagher Fenwick, récent auteur d’un ouvrage, « Volodymir Zelensky, l’Ukraine dans le sang », dont le titre et le ton de l’auteur laissent à penser qu’il relève plus de l’hagiographie que d’une solide enquête sans complaisance, mais passons. Emblématique de ces journalistes formés au moule de l’audiovisuel public français, donc dédaigneux du principe de neutralité qui est censé être une des bases de la profession, le vibrionnant Fenwick a fustigé « le barrage de missiles » qui a frappé l’ensemble du territoire ukrainien la nuit dernière, accusant le Kremlin de viser sciemment les populations civiles dans le cadre d’une politique de terreur faute de pouvoir gagner la guerre.

Evidemment qu’elles n’ont jamais cessé de tourner !

Bien interrogé par Yves Calvi, le poussant à se montrer plus analytique, le sensible Fenwick a reconnu que ce n’était pas la première fois que de telles frappes survenaient et qu’il fallait en tirer les conclusions. Evoquant la vague de bombardements de la nuit dernière qui a mis en jeu plus de 80 missiles, il s’est interrogé sur le « stock dont la Russie dispose qu’on a énormément de mal à évoluer. On a régulièrement entendu qu’il était proche de son niveau d’étiage, donc finalement il y a peut-être plus de missiles dans les stocks et il y a peut-être une capacité à reconstruire ces missiles, à construire de nouvelles munitions qui peuvent être encore bien vive », a-t-il admis, reconnaissant que la pénurie de missiles russes que l’on évoque depuis un an n’était sans doute qu’un vaste bobard collectif. Relancé par Calvi, l’interrogeant sur les capacités de production des usines russes avec l’air volontairement interloqué du bon professionnel, Fenwick a répondu avec fièvre que les-dites usines n’avaient « évidemment jamais cessé » de produire des missiles. Bref que tout le story-telling médiatique décliné depuis un an sur l’incapacité de l’industrie de défense russe à produire des armes modernes en raison des sanctions occidentales est lui aussi mensonger.

Militant plus que journaliste -il verse les droits d’auteur de son livre au Mouvement interculturel France-Ukraine– Fenwick a donc donné raison à ceux qui contestaient la version communément admise et raté une bonne occasion de se taire. Encore a-t-il eu de la chance que Calvi ne se montre pas trop cruel. Car l’ensemble de son discours était marqué du sceau de l’incohérence. On peut ainsi se demander si Russes mènent réellement une « politique de terreur » visant les populations civiles, alors que le bilan de ces frappes, intégrant rappelons-le plus de 80 missiles, est de moins de dix morts suivant le dernier bilan… Mais sans doute est-il inconvenant de se livrer çà ce type de froide arithmétique.  Tout comme il est sans doute incongru de ne pas partager l’énième vague d’inquiétude autour de la centrale de Zaporojie.

Celle-ci, la plus puissante d’Europe est, rappelons-le, sous contrôle des forces armées russes depuis un an. Et alors que l’on s’indigne que le Kremlin l’ait utilisé pour y installer une base militaire parce que les Ukrainiens n’oseraient pas tirer dessus, on ne cesse par ailleurs de nous dire que les Russes la prennent pour cible, visant sciemment un de leurs meilleurs atouts sur le terrain. Non seulement l’absurdité de l’affirmation n’échappe à personne, mais le dernier incident survenu ne comporte aucun tir sur la centrale.

Certes celle-ci a été coupée du réseau électrique ukrainien et fonctionne depuis sur générateurs, pour la cinquième ou sixième fois depuis le début des affrontements. Mais la coupure a été occasionnée par une frappe survenue sur le réseau électrique ukrainien, détruisant des infrastructures, celles de Zaporojie n’ont aucunement été visées. Lorsque TF1 titre que l’Agence Internationale de l’Energie Atomique juge que l’on « joue avec le feu » à Zaporojie après une frappe russe sur la centrale, il s’agit donc au mieux d’une approximation, au pire d’une faute professionnelle du secrétariat de rédaction privilégiant l’alarmisme à l’exactitude pour mieux capter le lecteur…et les recettes publicitaires. L’émotion fait vendre. Les experts de plateaux l’ont parfaitement compris.

Pourquoi les Ukrainiens ont-ils décidé de résister à Bakhmout à tout prix ?

par Valentin Vasilescu - Le 09/03/2023.

Lors d’une réunion avec les commandants de l’armée ukrainienne, le président Zelensky a décidé que Bakhmout ne serait pas abandonné, quel que soit le nombre de pertes subies. Dire qu’il y a eu une discussion interne est juste une façon de parler, puisqu’il s’agit en fait d’un ordre qu’il a lui-même reçu de Washington.

Quelle est la teneur de cet ordre ?  

Selon les estimations de Prigogine-Wagner, 12 à 20 000 soldats ukrainiens se trouvent à Bakhmout, pris dans un encerclement tactique. La seule route permettant d’entrer et de sortir de la ville, non occupée par les Russes, est sous le feu d’un puissant groupe d’artillerie russe. Les positions d’artillerie russes ne peuvent pas être touchées par l’artillerie ukrainienne, car elles sont hors de portée. Les brigades ukrainiennes au nord et au sud de la ville contre-attaquent par vagues pour empêcher l’avancée des détachements d’assaut de Wagner.

Comment desserrer l’étau autour de la garnison ukrainienne de Bahmut ?

1. Par le sud, en apportant des renforts importants pour attaquer massivement les détachements d’assaut de Wagner. En pratique, c’est impossible, car les Ukrainiens n’ont pas de ligne de forêt pour se camoufler et se retrouvent directement sous le feu de l’artillerie russe.

2. Au nord, la situation est la même qu’au sud, mais elle est encore compliquée par l’existence de canaux d’irrigation et par les récentes inondations causées par l’explosion d’un barrage que les Ukrainiens avaient fait sauter. Cela empêche l’utilisation de blindés.

3. Une percée à 10 km au nord de Bakhmout, le long de la route Sloviansk-Krasna Hora, suivie d’un virage vers le sud et d’un encerclement des détachements d’assaut Wagner constituant le côté nord de l’actuel « chaudron » russe de Bakhmout. Il semble que ce soit la variante choisie.

Pour cette mission, l’armée ukrainienne disposait à l’avance, pour se réapprovisionner et se compléter, au nord et au nord-ouest de Bakhmout, d’une force offensive (sur la carte A,B,C,D,E) d’environ 30 000 hommes. Elle est composée de 10 brigades entraînées (2 de chars, 2 d’artillerie, 2 mécanisées, 1 aéroportée, etc.). On peut maintenant en déduire que la 20e division mécanisée de l’armée russe, déployée dans la région de Soledar-Krasna Hora, avait anticipé le mouvement ukrainien, conservé ses forces et, à cette fin, n’avait pas initié d’action offensive en soutien à Wagner.

Pourquoi les Américains ont-ils pris cette décision ?

Les Américains ont très bien évalué la situation. Le retrait de Bahmut aurait créé un grave problème pour l’ensemble de la défense ukrainienne dans le Donbass et même pour la guerre. En raison de la configuration du terrain, l’armée ukrainienne n’aurait pas pu créer une ligne de défense à l’ouest de Bakhmout et les Russes auraient avancé rapidement vers l’ouest mais aussi vers le sud.

Du sud de Bakhmout à la ville de Donetsk, les Ukrainiens ont créé une solide ligne fortifiée composée de trois segments : Toretsk, Avdiivka et Mariinka. Après Bakhmout, les Russes avaient devant eux un réseau de routes goudronnées sur lesquelles leurs chars pouvaient rouler à grande vitesse. L’avancée des Russes était facilitée par l’important centre de communications de Pokrovsk, qui est également le principal centre logistique des Ukrainiens. La conséquence aurait été l’encerclement du premier et probablement aussi du deuxième segment fortifié, Toretsk et Avdiivka, s’ajoutant au repli des Ukrainiens à l’ouest de Mariinka.

Valentin Vasilescu

traduction Avic – Réseau International

Voici pourquoi Bakhmut est en train de tomber

Source : The Saker francophone - par Moon of Alabama - Le 06/03/2023.


Il y a deux jours à peine, je signalais que Bakhmut était en train de tomber. Les soldats ukrainiens y sont dépassés en nombre dans un rapport de 1 à 10 et meurent sous les tirs d’artillerie sans avoir la possibilité de riposter. D’autres rapports en provenance du front sont arrivés depuis. Ils confirment mon point de vue alarmant.

L’agence de presse allemande pro-ukrainienne Bild a rapporté ce matin qu’il y avait des doutes au sein de la direction militaire ukrainienne :

 

Le président Volodymyr Zelensky et le commandant en chef des forces armées ukrainiennes Valerii Zaluzhnyi ont des avis divergents sur la manière dont les militaires doivent gérer la situation à Bakhmut, selon des sources anonymes au sein de la direction politique ukrainienne citées dans un rapport de Bild.

Bild écrit que Zaluzhnyi avait opté pour un retrait tactique de Bakhmut il y a plusieurs semaines, inquiet pour le bien-être de ses troupes.

Le gouvernement ukrainien a déclaré à Bild que rester à Bakhmut était la bonne décision en raison des graves dommages que cela infligeait au personnel et au matériel militaires russes. Cependant, selon d’autres sources citées par la publication, la situation risque de devenir intenable.

« La grande majorité des soldats à Bakhmut ne comprennent pas pourquoi ils doivent tenir la ville« , a déclaré à Bild un analyste militaire ukrainien sous couvert d’anonymat.

Quelques heures seulement après la publication de cet article, le bureau de Zelensky publiait un communiqué de presse niant tout trouble de ce type (traduction automatique) :

Lundi, le président de l’Ukraine Volodymyr Zelenskyy a tenu une réunion régulière de l’état-major du commandant en chef suprême.

Les commandants des groupes de troupes opérationnelles et stratégiques ont rendu compte de la situation sur les principales lignes de front.

Les membres de l’état-major ont notamment examiné la situation à Bakhmut. En évaluant le déroulement de l’opération de défense, le Président a questionné le Commandant en chef des forces armées ukrainiennes, Valeriy Zaluzhnyi, et le Commandant du groupement opérationnel et stratégique de troupes « Khortytsia », Oleksandr Syrskyi, sur les actions futures dans la direction de Bakhmut. Ils se sont prononcés en faveur de la poursuite de l’opération de défense et du renforcement de nos positions à Bakhmut.

Je ne crois pas que Zaluzhnyi et Sirskyi aient donné de tels conseils. La situation des Ukrainiens à Bakhmout (Ru : Artyomovsk) est désespérée et ils le savent certainement. Les pertes seraient moindres si les troupes se retiraient vers la prochaine ligne de défense située sur les hauteurs à l’ouest de Bakhmut.

Source : Live US Map – Agrandir

La situation actuelle est un désordre :

Source : Live US Map – Agrandir

Pour sortir de Bakhmut ou y acheminer du ravitaillement, il faut traverser un corridor de 10 kilomètres de long et de 6 kilomètres de large seulement, entièrement couvert par l’artillerie et les tirs terrestres russes. Les résultats des tentatives de franchissement de ce couloir peuvent être lus dans le rapport quotidien du ministère russe de la Défense :

Dans la direction de Donetsk, l’action active du groupe de forces « Yug » et l’opération d’artillerie ont permis d’éliminer jusqu’à 225 ukrainiens, cinq véhicules de combat d’infanterie, neuf véhicules de combat blindés, cinq pick-ups, quatre véhicules à moteur, un MLRS Uragan et un obusier D-30.

Un dépôt de munitions de la 55e brigade d’artillerie des forces armées ukrainiennes (FAU) et un radar de guerre anti-batterie AN/TPQ-37 de fabrication américaine ont été détruits respectivement près de Dachnoye et de Chasov Yar (République populaire de Donetsk).

La perte de 23 véhicules de transport en une journée, plus les personnes qui s’y trouvaient, est assez grave. Il a cessé de geler à Bakhmut et les champs sont maintenant trop boueux pour qu’on puisse y circuler. Voici une vidéo de quelques pickups qui ont essayé et ont été endommagés par des tirs d’artillerie. Toutes les routes de sortie sont sous le feu direct des Russes. La meilleure façon d’entrer ou de sortir est donc probablement une longue marche à travers les champs boueux.

Une autre carte de Bakhmut :

Source : Military Land – Agrandir

La carte ci-dessus date de deux jours. Elle indique la présence de 9 équivalents-brigade ukrainiennes dans la zone. Je ne sais pas si les informations sur les positions de ces unités sont fiables. La carte générale de la même source montre un total de 13 équivalents-brigades dans la même zone.

Source : Military Land – Agrandir

Une brigade complète compte environ 3 000 à 3 500 hommes. Il y a donc probablement 30 000 à 40 000 soldats ukrainiens impliqués. Cependant, toutes ces brigades ont subi des pertes. Certaines ont même subi des pertes extrêmes et ne sont plus qu’à 30% de leur taille initiale.

Dans le résumé de samedi, les auteurs de Military Land parlent de Bakhmut :

Un pont routier a explosé dans la colonie de Khromove, à l’ouest de Bakhmut. La seule route restante de/vers Bakhmut est à travers les champs et Ivanivske. (source)

Compte tenu de la situation dans la région de Bakhmut et des rapports sur le terrain, on peut supposer que les forces russes ont capturé le reste de la périphérie nord et la zone située au nord de l’usine de viande de Tavr.

La situation à Zabakhmutka (partie est de Bakhmut) est actuellement couverte par le brouillard de guerre. Il est possible que les défenseurs ukrainiens se soient retirés de la zone.

Voici une autre carte basée sur des sources russes.

Source : Rybar – Agrandir

Hier, le Kyiv Independent rapportait, depuis la ligne de front, la mauvaise situation des troupes ukrainiennes qui s’y battent :

Soldats ukrainiens à Bakhmut : « Nos troupes ne sont pas protégées« 

L’assaut incessant de la Russie sur Bakhmut sacrifie des vagues et des vagues d’hommes non préparés qui sont envoyés à la mort.

Mais de nombreux défenseurs de cette ville assiégée de l’Oblast de Donetsk ont le sentiment d’être dans la même situation, selon des entretiens avec plus d’une douzaine de soldats combattant actuellement à Bakhmut ou dans ses environs.

Lors de leurs brèves visites dans la ville voisine de Kostiantynivka, les fantassins ukrainiens ont raconté au Kyiv Independent que des bataillons mal préparés et mal entraînés étaient jetés dans le broyeur à viande qu’est la ligne de front pour survivre du mieux qu’ils pouvaient avec peu de soutien de la part des véhicules blindés, des mortiers, de l’artillerie, des drones et des informations tactiques.

« Nous ne recevons aucun soutien« , déclare un soldat nommé Serhiy, qui a combattu sur les lignes de front à Bakhmut, assis avec son ami, également nommé Serhiy, pour une conversation dans un petit café du marché de Kostiantynivka. Les deux hommes ont la quarantaine, mais l’un d’eux est un peu plus âgé que l’autre.

Les soldats manquent à peu près de tout ce qui pourrait soutenir leur défense :

Ils disent que l’artillerie, les véhicules de combat d’infanterie et les véhicules blindés de transport de troupes russes frappent les positions ukrainiennes pendant des heures ou des jours sans être arrêtés par les armes lourdes ukrainiennes. Certains se sont plaints d’une mauvaise coordination et d’une mauvaise connaissance de la situation, ce qui a permis que cela se produise ou l’a aggravé.

Les artilleurs ont parlé de l’extrême rareté des munitions et de la nécessité d’utiliser des armes datant de la Seconde Guerre mondiale. Les drones qui sont censés fournir des informations de reconnaissance essentielles sont également rares et disparaissent à un rythme très élevé dans certaines parties du champ de bataille.

Tout cela conduit à des pertes terrifiantes de morts et de blessés. « Le bataillon est arrivé à la mi-décembre… entre les différents pelotons, nous étions 500« , raconte Borys, un médecin de combat de l’oblast d’Odessa qui combat autour de Bakhmut. « Il y a un mois, nous n’étions littéralement plus que 150« .

« Quand vous allez sur la position, il n’y a même pas une chance sur deux que vous en sortiez (vivant)« , dit Serhiy, plus âgé. « C’est plutôt 30/70.« 

Les soldats décrivent l’opération russe comme une sortie de reconnaissance suivie de tirs d’artillerie. Cette opération est répétée encore et encore jusqu’à ce qu’elle ait atteint le résultat souhaité. L’application très raisonnable de cette tactique est la raison pour laquelle je ne tiens pas compte des affirmations de « vagues ou de chair à canon russe déferlant en avant » ou de « pertes russes élevées« . Ce sont manifestement des absurdités :

Le vieux Serhiy dit que l’ennemi aime envoyer une équipe de trois ou quatre fantassins non indispensables pour attaquer et obliger les Ukrainiens à s’exposer en leur tirant dessus. À ce moment-là, les forces d’élite se concentrent sur la position des défenseurs.

Une fois qu’elles commencent à échanger des coups de feu, les Ukrainiens sont frappés par des armes plus lourdes comme les mortiers et les roquettes russes des systèmes de lance-roquettes multiples Grad ou les véhicules de combat d’infanterie BMP et les véhicules blindés de transport de troupes BTR équipés de mitrailleuses.

« Ils repèrent les positions où nous sommes, établissent les coordonnées, puis ils nous frappent à sept ou neuf kilomètres de distance avec des mortiers« , ainsi que de plus près avec des lance-grenades, explique Serhiy, plus âgé. « Ils attendent que la maison tombe pour que nous devions sauter. Le bâtiment prend feu et ensuite ils essaient de nous achever. »

« Leurs oiseaux sortent et ils nous poursuivent à coup de tirs« , ajoute le plus jeune Serhiy, faisant référence aux drones russes, comme les quadcoptères et les Orlan-10 à aile fixe qui repèrent les armes lourdes éloignées. « Ils frappent avec précision« .

Alors que les Russes détruisent de plus en plus de bâtiments, les Ukrainiens perdent de plus en plus d’endroits où ils peuvent s’abriter de manière fiable. Borys, le médecin, raconte que des personnes ont été perdues lorsque leurs positions retranchées se sont effondrées sous le feu nourri des Russes, les étouffant.

« Je vais le dire comme ça, nous devrions faire sortir nos gens parce que si nous ne décollons pas, alors dans les prochaines semaines, ça va être mauvais« , dit Oleksandr. Un artilleur nommé Illia convient que Bakhmut est « pratiquement encerclé« .

Par manque de munitions, il n’y a pas de contre-artillerie ukrainienne. Les véhicules de combat d’infanterie sont retenus loin du front. Les brigades territoriales, peu entraînées, sont envoyées la nuit pour être tuées le lendemain matin :

De nombreux soldats affirment que les troupes de Bakhmut ont à peine le temps d’apprendre à tirer au fusil – parfois leur formation ne dure que deux semaines, avant qu’elles ne soient lâchées dans les zones les plus chaudes de la bataille actuelle la plus intense de la guerre. Ils auraient préféré que les troupes reçoivent un minimum de deux ou trois mois d’entraînement avant d’être déployées dans un tel point chaud.

« Deux semaines d’entraînement en direct et on les envoie ici. On ne peut pas faire ça« , dit le plus âgé des Serhiy. « Ou alors c’est une personne qui a déjà servi dans l’armée, il y a combien de temps ? Manifestement, ils ont tout oublié. »

« On nous avait promis qu’on ne nous enverrait pas tout de suite à la ligne zéro, qu’au début on nous enverrait en deuxième ou troisième ligne« , poursuit-il. « Et puis nous sommes arrivés ici au milieu de la nuit et ils nous ont immédiatement envoyés à Bakhmut« .

Selon les deux soldats nommés Serhiy, la plupart des brigades ne sont pas suffisamment entraînées et manquent d’expérience pour un environnement aussi brutal que Bakhmut. Les gens sont amenés de nuit dans un endroit qu’ils n’ont jamais vu auparavant et la bataille commence dès le matin.

« C’est pourquoi les positions sont abandonnées, les gens sont là pour la première fois« , dit le plus jeune Serhiy. « Je suis allé trois fois sur une position et on m’a donné six personnes qui n’avaient pas du tout combattu auparavant. Nous avons eu quelques morts et blessés qui ont dû être évacués… Notre peuple n’est pas protégé. »

Oleksandr confirme que si certains bataillons combattant à Bakhmut sont bien entraînés et prêts, la plupart ne le sont pas et beaucoup ont été amenés de nuit sans grande préparation. « Oui, c’est vrai, mon bataillon n’était pas préparé« , dit-il. Après cinq mois sans la moindre pause dans les combats, il ne reste plus que la moitié du bataillon d’Oleksandr, dit-il.

« Ils n’auraient pas dû se précipiter pour jeter tout le monde là-dedans« , dit le plus jeune Serhiy. « Il vaut mieux abandonner ces positions, qui s’en soucie ? Il vaut mieux former correctement les gens. »

Le journaliste de Kyiv Independent n’a pas demandé, ou n’a pas rapporté, quelle est l’opinion des soldats sur les discours d’encouragement et les slogans irréductibles de Zelensky.

Je ne pense pas qu’ils le remercieront pour les expériences qu’ils ont acquises. Ils s’en serviront plutôt pour expliquer leur dégoût à son égard.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

 

Repli ukrainien de Bakhmut au 5 mars 2023 : Quelles unités ?

Selon les rapports, les unités des forces armées ukrainiennes ayant subi les pertes les plus importantes ont reçu le feu vert pour se retirer d’Artemivsk (Bakhmut).

Selon Milchronicles, les unités des 24e et 63e brigades mécanisées, du 21e bataillon d’infanterie motorisée et de la 3e brigade ont reçu l’ordre de rassembler les armes et les munitions restantes afin d’être évacuées de la ville avec leur équipement léger, d’ici lundi (6 mars) et de commencer à se retirer par petits groupes de la taille d’une section à intervalles de 25 minutes.

Vraisemblablement, le matériel lourd et gravement endommagé de ces unités sera laissé sur place par crainte des frappes aériennes et de l’artillerie russes, tandis que les groupes importants (compagnies et bataillons) ne seront pas autorisés à partir.

Selon les rapports, les unités de la 93e brigade mécanisée qui n’ont pas été en contact seront laissées dans la ville, ainsi que les unités de la 241e brigade de défense territoriale, qui pourrait être renforcée par les unités restantes des 4e et 17e brigades blindées.

source : Milchronicles via Veille Stratégique

À confirmer, neutralisation des drones

Aviation Ukrainienne, questions-réponses avec un général

 

par Francis Goumain - Le 07/02/2023.

Quelques remarques et questions sur l’armée de l’air ukrainienne toujours en activité.

En préalable, il faut dire que les bilans de pertes donnés par les états-majors sont toujours majorés pour l’adversaire et minorés pour son propre camp. C’est une règle toujours vérifiée dans les conflits militaires. Pour avoir pu mesurer concrètement les écarts lorsque j’étais aux affaires dans les crises du Kosovo ou de la Bosnie, je peux affirmer que les occidentaux mentent bien davantage que leurs adversaires.