La liberté de parole des anciens militaires

...par le Gal. Marc Allamand - le 04/12/2017.

Dire au pouvoir politique ses quatre vérités, quelle que fut son appartenance politique, dès lors que sa politique porte atteinte aux capacités de la défense de la France, est une nécessité impérative pour l’information de tous les Français, notamment lorsque leur sécurité est en jeu.

En effet, quel est le gouvernement au cours de ces dernières décennies qui n’a pas, la main sur le cœur, affirmé que le budget de la défense qu’il soumettait au vote des parlementaires était le meilleur ou à tout le moins, le moins mauvais dans le contexte économique du moment, faisant avaler, année après année, aux responsables militaires, les couleuvres des annulations, reports, gels, sans parler des déflations d’effectifs jusqu’aux attentats de 2015.

Or, qui peut dénoncer ces dérives, si les responsables militaires en exercice peinent à se faire entendre, malgré leurs mises en garde répétées devant les parlementaires des commissions ad ‘hoc des deux assemblées. Seuls les anciens militaires, experts en la matière, connaissant parfaitement une situation qui n’a fait que se détériorer par rapport à celle qu’ils connaissaient lorsqu’ils étaient eux-mêmes en responsabilité, sont en mesure de le faire.

Que le politique soit agacé de voir ses contradictions ou lâchetés être dénoncées, se comprend.

Que les autorités militaires en exercice regrettent les prises de parole des Anciens est plus incompréhensible, sauf si elles subissent la pression du politique qui préfère que la « Grande Muette » ne soit pas un vain mot.

Certes les anciens responsables militaires ont aussi leur part de responsabilité dans cette dégradation, mais peut-on reprocher aux militaires en exercice d’obéir aux ordres des politiques et à leur choix, hier comme aujourd’hui ?

Dans une démocratie digne de ce nom, la parole doit être libre, surtout lorsque l’intérêt supérieur de la Nation est en jeu.  Le devoir de réserve des militaires, en particulier de ceux qui ne sont plus aux affaires, doit se transformer en devoir d’expression, en respectant les fondements de leur éthique.

Général (2S) Marc ALLAMAND

 

Source : http://www.asafrance.fr/item/libre-opinion-du-general-2s-marc-allamand-la-liberte-de-parole-des-anciens-militaires.html

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0