ANALYSES ET LIBRES OPINIONS

Aux millions d’abstentionnistes : Tout est votre faute !

...par Manuel Gomez - Le 10/04/2021

Source : Riposte laïque

Environ 47 millions d’électeurs en France et 25 % de ces 47 millions s’abstiennent d’aller voter, soit un électeur sur 4, donc environ 12 millions et ce sont justement ces 12 millions qui pourraient faire la différence.

Les partisans d’Emmanuel Macron iront voter pour lui, ceux de Marine Le Pen se rendront également aux urnes, tout comme les partisans de Mélenchon (s’il y en a encore !), des « Verts » (incapables de nettoyer la Terre et la mer aujourd’hui mais qui prétendent la sauver dans un siècle !) ou encore sur celui des « Républicains », s’ils en trouvent un de valable dans les prochains mois !

Quelques votes s’éparpilleront sur les autres candidats, le communiste, le socialiste (invisible pour le moment), l’incontournable et persévérant Dupont-Aignan, les extrêmes-gauchistes des « luttes ouvrières » et, mais pourquoi pas, le « nouveau » général de Villiers, à moins que ? Mais je n’y crois guère !

L’un de ces candidats sera forcément « l’Élu » bien que « Toi », et les douze millions qui ne se seront pas dérangés, ne soient pas du tout d’accord sur ce résultat.

Or tu avais le droit de voter, ou « contre tous les prétendants », ou pour le moins pire d’entre eux, selon « toi », mais tu ne l’as pas fait ! Tu es resté tranquillement chez toi, devant ta télé, attendant les résultats et poussant tes cris de colère et vociférant contre « l’Élu » qui ne te convient pas et que, pendant les cinq prochaines années, tu vas juger, condamner, insulter, celui qui a été élu pour diriger « ton » pays, oubliant qu’il, ou elle, sera à cette place peut-être par ta faute, parce que, tout comme 12 millions d’autres, tu n’a pas fais l’effort de te déranger, d’aller faire un petit tour jusqu’au bureau de vote, d’avoir tout simplement fait ton devoir de citoyen, ne serait-ce que pour informer de ton désaccord en votant « blanc » (si ce n’est pas « raciste » de le dire !) et à la condition que ton vote « blanc » soit pris en compte.

J’estime que le vote devrait être obligatoire, qu’il devrait être gravé sur ta carte d’électeur, que ton abstention devrait être punie par une amende importante (puisque c’est la grande mode pandémique !) et tes aides sociales, tes allocations familiales, ta Sécurité sociale, enfin toutes les prestations que l’État t’offre devraient être soumises à la présentation de cette carte d’électeur et que si tu n’as pas fait l’effort de participer à l’élection de celui, ou celle, qui va diriger cet État, tu n’y as aucun droit, tu ne les mérites pas.

C’est ton abstention, et celle des douze millions d’autres, qui permet l’élection d’un candidat qui, peut-être, ne mérite pas d’être élu, puisqu’il n’a pas rassemblé la majorité des votants, les 50,01 %.

Que « Toi » et les autres ne soyez pas d’accord ne change rien au résultat final, alors exprimez-vous ou taisez-vous pendant cinq ans ! Jusqu’à la prochaine élection, où vous n’irez toujours pas voter !

Ceci dit, je vous comprends parfaitement : pourquoi voter pour des candidats qui, une fois élus, ne réaliseront pratiquement aucune de leurs promesses électorales :

– Pas d’immigration stoppée ou contrôlée

– Pas d’étrangers condamnés ou clandestins expulsés

– Pas de réduction de parlementaires, sénateurs, fonctionnaires, etc.

– Pas de « proportionnelle »

– Pas d’élimination des « zones de non-droit »

– Insécurité en progression constante

– Racisme anti-France et anti-Blanc autorisé et parfois même favorisé

– Suppression de la nationalité au « droit du sol »

– Expulsion de tous les étrangers « Fichés S »

– Suppression du regroupement familial

– Déchéance de nationalité pour tous les récidivistes

– Éloignement du territoire français de tous les « terroristes et radicalisés condamnés ».

Et j’en oublie, puisque rien ne sera tenu et nous le savons !

Et pourtant « il faut voter » parce que tous ceux qui sont concernés par ces promesses non tenues « iront voter » !  

Manuel Gomez


« L’union de la gauche est un champ de ruines, les couches populaires se sont détournées d’elle »

...par Me Régis De Castelnau - Le 13/04/2021.

Source : Bd Voltaire

Renonçant à soutenir Jean-Luc Mélenchon, le Parti communiste français investit son candidat pour l’élection présidentielle de 2022 en la personne de Fabien Roussel. Est-ce la fin de « l’union de la  » ? Ce Parti communiste a-t-il encore une raison d’être dans le paysage  français ?

Analyse de Me Régis de Castelnau au micro de Boulevard 

 

 

Si la gauche parvient à s’entendre pour les régionales, ce n’est pas le cas pour 2022. Le Parti communiste français investit Fabien Roussel comme candidat aux   et il ne soutiendra pas Jean-Luc Mélenchon. Que révèle de la gauche cette candidature ?

La gauche est un champ de ruines. Elle s’est coupée de son électorat traditionnel populaire. Avec le Parti communiste et le Parti socialiste, la gauche était là pour défendre les couches populaires, œuvrait au progrès social, mais elle a abandonné ce terrain depuis assez longtemps. La gauche, et en particulier le Parti socialiste, est le fourrier du néolibéralisme et, par conséquent, aujourd’hui, les couches populaires se sont détournées d’elle. Face aux échéances qui se profilent, les différentes composantes de la gauche essayent de trouver des solutions, elles pensent à l’avenir. Et Fabien Roussel sait très bien qu’il n’a aucune chance, c’est une candidature de reconstruction. Les derniers scores du Parti communiste ont été grotesques avec un candidat grotesque, Yann Brossat. Fabien Roussel a une volonté de revenir aux bases et de parler aux couches populaires. Les luttes d’ego entre , Christiane Taubira ou Jean-Luc Mélenchon n’ont pas grand intérêt. Ce qui serait intéressant, c’est que le Parti communiste cherche à s’émanciper d’une union de la gauche qui lui a coûté si cher.

Le Parti communiste français a-t-il encore une raison d’être en France, aujourd’hui ?

Il a été créé il y a 100 ans, il se disait, à partir de 1934-1935, comme le parti du peuple français dans son ensemble. Avec la disparition de l’URSS et l’échec du socialisme, c’était une survivance qui permettait d’assurer quelques postes grâce à des élus locaux. Aujourd’hui, ce n’est plus suffisant. Ils veulent peut-être en faire un parti fondé sur des bases populistes de gauche, comme ce que Jean-Luc Mélenchon avait en partie réalisé en 2017, avec un score plus qu’honorable de près de 20 %. Depuis, il a complètement abandonné sa ligne stratégique pour se tourner vers l’, l’intersectionnalisme, l’antiracisme de pacotille, ce qui a libéré la voie pour le PCF.

Cet électorat populaire, n’est-il pas déjà parti vers le Rassemblement national ?

Les études d’opinion montrent qu’au premier tour, 50 % des ouvriers votent pour le Rassemblement national, ce que le Parti communisme n’a jamais réussi à faire. Le parti des couches populaires est bien le Rassemblement national. Mais ce n’est pas un parti qui a un tissu municipal très actif, comme le PCF autrefois. Seul le RN, selon ses électeurs, donne des garanties sur la question de l’ nationale et de l’immigration, et le PCF ne va pas sur ce terrain. En 2017, Jean-Luc Mélenchon a rangé le drapeau rouge et utilisé le drapeau tricolore, il avait un discours républicain et il est allé vers les couches populaires. Cela avait marché. Depuis, c’est fini. L’étude récente de l’IFOP montre bien que son implantation dans les couches populaires est calamiteuse. Il est annoncé à 10 ou 11 %, mais sociologiquement, c’est un échec total. Le PCF a envie de venir sur ce terrain, mais ses ambitions sont restreintes.


Ça y est : La chasse au "Zemmour" est ouverte !


Compliment, baiser volé… Éric Zemmour accusé d’agression sexuelle :

La grande fanfare a-t-elle commencé ?

...par Gabrielle Cluzel - Le 28/04/2021.

 

 

 

Source : Bd. Voltaire

Ça y est, la fanfare commence à donner. Pour le moment, ce n’est pas encore la grosse caisse, plutôt un petit air de flûte, mais cela peut préfigurer de la suite.

« Éric Zemmour accusé d’agression sexuelle lors d’une  à La Rochelle », titrait, mardi, Libération sous le hashtag #MeToo :

« Samedi sur Facebook, la socialiste Gaëlle Lenfant a accusé l’essayiste de l’avoir agressée sexuellement il y a une quinzaine d’années. Les faits se seraient produits à l’université d’été du PS » car « l’affiche géante à l’effigie d’Éric Zemmour, accrochée à un échafaudage par un collectif d’extrême , a opéré chez elle comme un déclencheur, lui rappelant “un instant de sa vie dégoûtant” ». N’ayons pas peur des mots. Les faits sont pourtant… minces. C’était en 2004, ou peut-être en 2006, elle ne sait plus exactement : Éric Zemmour, avec lequel elle avait discuté la veille dans un dîner, renoue conversation avec elle, se lève en même temps qu’elle et, là, l’« attrape par le cou », lui dit « cette robe te va très bien, tu sais ? »… et « l’embrasse. De force. » Dans son témoignage, elle ne précise pas s’il s’agit d’un baiser sur la bouche ou sur la joue. Ce qui n’est pourtant pas tout à fait pareil, convenons-en.

« Je me suis trouvée tellement sidérée que je n’ai rien pu faire d’autre que le repousser et m’enfuir en courant. Trembler, pleurer. Me demander ce que j’avais bien pu faire. » Selon Libération« les faits décrits par la conseillère municipale, aujourd’hui membre du petit parti  républicaine et socialiste, correspondent à la définition légale d’une agression sexuelle ». Une précision d’importance car, soyons très clairs, cela ne saute pas yeux. La dame est sans doute très émotive, sensible et soucieuse de sa vertu, ce qui est tout à son honneur, mais je crois que même ma pudique et pieuse maman, après six ans de scolarité dans un pensionnat de religieuses, ne se serait pas, à 20 ans – Gaëlle Lenfant en avait une trentaine, au moment des faits -, tellement formalisée d’un compliment sur sa robe et d’un baiser volé. Si tout cela est constitutif d’une grave agression, il faut arrêter tout de suite de chanter « La Madelon », à laquelle on peut si facilement prendre la taille ou le menton, et « Perrine était servante », qui encourage dès le premier couplet les grands dadais un peu benêts à s’enhardir dans ce domaine. Cartier doit changer le nom de son parfum et on se demande comment, en 1991, une chanson intitulée « Baiser volé » a pu représenter le Luxembourg à l’… On continue ?

On peut sourire de voir Libération, qui a promu les revendications libertaires les plus débridées et scandaleuses, jusqu’à la , se faire l’écho prude et indigné, telle une douairière boutonnée jusqu’en haut faisant sa vierge effarouchée, de cette privauté insupportable qu’est un compliment poli assorti d’un baiser.

On peut aussi s’attrister, pour celles qui en sont vraiment victimes, de voir la qualification d’« agression sexuelle » galvaudée, banalisée – si tout est agression sexuelle, plus rien ne l’est -, instrumentalisée à des fins politiciennes.

Car le précédent Fillon est dans tous les esprits, et l’on ne peut tout à fait exclure que les mêmes outils médiatiques puis juridiques – adaptés à un autre registre, un registre crédible aux yeux de l’électorat pour un tribun volontiers qualifié de misogyne – soient utilisés pour mettre hors d’état de « nuire » un autre potentiel candidat de droite dangereux dans les prochains mois. D’autres témoignages allant crescendo – car il faudra qu’ils soient quand même plus convaincants… – vont-ils être distillés, selon l’implacable méthode éprouvée du calendrier de Mediapart ? La partition est-elle déjà écrite ? On est en droit de se poser la question, la stratégie ayant fait ses preuves.


Le pervers Zemmour a agressé sexuellement plein d’autres Gaëlle Lenfant.

...par Pierre Cassen - Le 28/04/2021.

Cela apprendra Éric Zemmour à vouloir postuler à l’élection présidentielle de 2022. N’écoutant que son courage, une vaillante militante socialiste, Gaëlle Lenfant, révèle à la France entière la gravité de l’agression sexuelle qu’elle a subie, même si elle ne se rappelle plus de quand elle date ! Le journaliste du Figaro, lors d’une université d’été du Parti socialiste, a osé essayer de l’embrasser de force sur la bouche ! Et ce n’est que le premier témoignage d’une longue série qui s’annonce…

Le baiser volé, c’était en 2004 ou en 2006, Madame Lenfant ?

...par Josiane Filio - Le 28/04/2021

N’a pas l’air trop traumatisé par la mégère, Éric…

Il est vrai que la bave de crapaud…

Comme toujours chez nos traîtres à la Patrie, après un énième attentat, il est urgent d’attendre, et donc, la seule ou principale mesure pour lutter contre la sauvagerie des tenants de l’islam, sera… « une loi anti-terroriste, actualisée » !

Nous sommes donc pleinement rassurés… non à propos de notre sécurité, mais bien plutôt sur la valeur de notre jugement envers tous ces pleutres, collaborant avec l’ennemi de maintes manières, et surtout en « ne faisant rien » !

https://www.leparisien.fr/faits-divers/cinq-jours-apres-lattentat-de-rambouillet-une-loi-antiterroriste-actualisee-devant-le-conseil-des-ministres-28-04-2021-M3CAQI4D3FADNNFUAFTLBS3BOA.php

Certains pensent que la lettre, écrite au Président élu par magouilles, de la part de généraux et autres gradés, délivrés de leur obligation de réserve puisque à la retraite, sera sans effet, voire même qu’elle aura rejoint le « classement vertical » sans même être lue…

Pourtant, si l’on considère l’affolement général qui semble pointer chez tous les gauchistes dégénérés et autres collabos au pouvoir et ses annexes, on a plutôt l’impression du contraire.

À commencer par le destinataire lui-même, qui pas plus tard qu’hier, si j’ai bien compris les informations « officielles » suivies d’une oreille distraite… recevait « quelques maires » (les autres comptent sans doute pour du beurre !), afin de leur distiller des informations, l’air de rien, sur les pistes pour la réouverture du pays. 

Ne serait-ce pas parce qu’il comprend que cela commence sérieusement à chauffer pour son matricule, et qu’il est donc urgent d’associer ces maires, histoire de les inclure dans la déroute qui s’annonce et leur en faire partager ainsi la responsabilité ?

Il n’a pourtant pas encore assez peur pour consulter directement le peuple, par « le » référendum attendu par tous… en même temps, si c’est pour s’asseoir dessus comme l’a fait cette pourriture de Sarkozy avec le dernier !!!

https://www.leparisien.fr/politique/sortie-de-crise-emmanuel-macron-devoile-encore-de-nouvelles-pistes-27-04-2021-QAQGKNPKLRCAPKVRNFBZHM5TDU.php

Quant à ses troupes, c’est carrément dans le ridicule, soulignant une nouvelle fois l’immensité de leur sottise abyssale, qu’ils allument des contre-feux, à l’image de leurs cervelles dénaturées !

Nous avons la Florence Parly, actuellement ministre des Armées (les pauvres !), savamment épinglée par Jacques Guillemain dans son dernier article :

« Décidément, la tribune des généraux dérange l’exécutif au plus haut point. Dans cette dictature de la bien-pensance qu’est devenue la France, il ne fait pas bon dire la vérité et tirer la sonnette d’alarme sur la menace existentielle qui plane sur le pays. La gauche immigrationniste est bien entendu vent debout contre les “mutins”. […]

Notre ministre des Armées, Florence Parly, descend donc dans l’arène en rappelant à nos étoilés en colère que “les militaires ne sont pas là pour faire campagne”. Ce à quoi Marine Le Pen répond à juste titre “qu’ils ne font qu’alerter sur la situation actuelle”. Et Parly veut des sanctions.

On notera qu’à droite, seule Marine, Philippot et Nicolas Dupont-Aignan ont défendu les signataires de cette tribune. Chez les Républicains, on rase les murs comme toujours. Il est vrai que chez LR, on est souvent plus en phase avec LFI qu’avec le RN. Ce n’est pas nouveau, la droite a toujours fait une politique de gauche, en pire.

https://ripostelaique.com/florence-parly-ne-pardonne-pas-aux-militaires-de-vouloir-sauver-la-france.html

Nous avons la Schiappa qui, au micro de RTL, dénonce Marine Le Pen comme étant une putschiste, pour avoir osé approuver les généraux !

Bien Marlène, ça change un peu du mot « raciste » utilisé à toutes les sauces, qui commençait à être un peu usé…

Encore une fois, il est fort dommage que le ridicule ne tue point, nous serions alors définitivement débarrassés des poncifs de cette gourdasse et de tous ses semblables !

 

https://twitter.com/i/status/1387082001237299202

Mais nous avons aussi en magasin un article de choix en la personne de la niaise socialo (pléonasme !) Gaëlle Lenfant, qui nous la baille belle, en dénonçant carrément l’immense Éric Zemmour… dont la pseudo-candidature à la présidence (pourtant non annoncée) semble terroriser tous les incapables-traître-collabos et associés… détenant actuellement les clefs de la maison France !

Et de quoi l’accuse-t-elle exactement ?

De l’avoir agressée, battue, terrorisée avec ses gros bras musclés… violée même ?

Que nenni ! Ce gros pourceau de Zemmour (pardon Éric !) l’aurait juste embrassée… de force !

Vous imaginez le traumatisme… au point que la petiote en a perdu l’usage de la mémoire, en ne sachant même plus exactement en quelle année cela s’est passé !

Car il a fallu remonter jusqu’à 2004 ou 2006 pour localiser ce scandale… à l’image de celui d’une certaine employée d’hôtel, violentée par un certain DSK… futur candidat à la présidence de la République dis-donc… Quelle coïncidence !

Il est vrai que c’est tout à fait « le genre de la maison », de la part d’un cerveau si bien fait comme Éric Zemmour, d’employer la force pour embrasser une femme, exactement comme DSK, notoirement connu du tout Paris, et d’ailleurs, comme un excité du kiki… présentant donc le parfait profil pour un mégapiège fomenté… par son propre camp ? Allez savoir !

https://ripostelaique.com/viols-apres-la-bonniche-noire-de-dsk-la-gourdasse-socialo-de-zemmour.html

Non mais, vous avez vu le gabarit d’Éric ? Je l’adore sincèrement, mais ce n’est pas du tout pour son physique d’Apollon… et je l’imagine très bien en train de s’en payer une bonne tranche s’il lisait ces mots, exactement comme il se bidonne face à la formidable Sandrine Sarroche dans ses hilarantes et inimitables prestations sur Paris-Première chez « Zemmour et Nauleau ».

https://www.youtube.com/watch?v=s7i_IgrILg4

En revanche, face aux mégaconneries de la donzelle si bien nommée Lenfant (encore que cela soit une injure à certains enfants manifestement bien mieux dotés qu’elle, niveau jugeote !), c’est carrément « silence, mépris » de la part de l’accusé et de son avocat ; l’abrutie ne valant même pas une plainte pour diffamation.

Curieusement, c’est juste une affiche « Zemmour 2022 » qui aurait brusquement fait retrouver la mémoire à la pov’ ch’tite chose… même si par ailleurs elle prétend y penser tout le temps (gourdasse et maso ; elle cumule !). En tous cas, elle se dit « très perturbée après son témoignage public, et ne souhaite pas s’exprimer plus longuement dessus »…

Faudrait savoir Cocotte… ton contrat s’arrête donc à l’annonce ? 

Peu importe, le poison fait très vite son chemin, puisque les deux grands organes d’informations certifiées que sont Libé et le Huffington Post sont immédiatement au taquet pour traiter le sujet… véritable aubaine pour charger celui qui ose dire ces vérités que tous les charlots de l’info frelatée s’obstinent tellement à vouloir nous cacher !

Les faits remonteraient à 2004 ou 2006 selon Gaëlle Lenfant qui dit ne pas se souvenir exactement de l’année tant les faits sont anciens. Ils se seraient déroulés lors d’une université d’été du Parti socialiste à La Rochelle. […]

Un baiser forcé correspond à la définition juridique d’une agression sexuelle, qui inclut tout attouchement de nature sexuelle non désiré ou forcé… précise le Huffington !

Ben voyons ! Quand c’est un migrant ou un islamiste bon teint (souvent les deux à la fois) qui viole, égorge, ou défenestre une femme, il se trouve que ce n’est jamais de sa faute, mais celle de la méchante société française… ou encore celle d’un chichon fumé juste avant de « s’exprimer » !

Mais pour Éric Zemmour, bien évidemment c’est entièrement de sa faute, et c’est carrément un crime ! Et cela n’a absolument rien à voir avec le fait que ce personnage soit annoncé, encore officieusement, comme possible candidat à la présidentielle de 2002, et scandale suprême, en bonne place.

https://www.huffingtonpost.fr/entry/gaelle-lenfant-accuse-eric-zemmour-de-lavoir-embrassee-de-force_fr_60868261e4b003896e06c62

Libération, quant à lui, emploie  carrément le terme « d’agression sexuelle » dès son titre.

Samedi sur Facebook, la socialiste Gaëlle Lenfant a accusé l’essayiste de l’avoir agressée sexuellement il y a une quinzaine d’années. Les faits se seraient produits à l’université d’été du PS, au lendemain d’un dîner où ont pris part Bartolone et Mélenchon. « Libé » a tenté de retracer le fil des événements.

A-t-il réussi ou non dans sa quête de la vérité ?

Impossible à savoir vu que l’article est « réservé aux abonnés »… et bien que l’on pourrait souligner qu’avec nos impôts participant aux grasses subventions versées à ce torchon, nous sommes forcément tous « abonnés », je me moque tellement de ses dégueulis habituels que je préfère lire les parutions des lanceurs d’alertes, qui ne manqueront pas de brocarder les mensonges qui vont forcément fleurir à la suite de cette grossière accusation !

https://www.liberation.fr/politique/eric-zemmour-accuse-dagression-sexuelle-il-y-a-quinze-ans-a-la-rochelle-20210427_7HBCLUXMGVCBHNBN5FMJMRGX7A/

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle est longue à la détente, la Gaëlle… 15 ans ou plus pour se souvenir d’un traumatisme si douloureux qu’un baiser volé ! Et on ne sait toujours pas si c’était 2004 ou 2006 ! Et pourquoi pas 2005 ?

À l’heure où chaque jour des jeunes filles (parfois même des octogénaires) se font sauvagement violer par des racailles islamistes prenant à la lettre les préceptes de leur prophète pédophile et misogyne… elle nous fait doucement rigoler, la Gaëlle… ou hurler de rage, selon l’humeur.

Une chose est sûre en ce qui me concerne : même si effectivement, il y a une quinzaine d’années, Éric Zemmour s’était laissé aller à embrasser cette femme de force, il est clair que cela s’est arrêté là puisque la dénonciatrice elle-même témoigne qu’elle s’est alors éloignée en courant

Nous sommes donc loin des habituelles scènes d’agressions verbales et physiques subies désormais continuellement par la gente féminine, quel que soit son domicile, puisque les envahisseurs sont invités dans tous les quartiers (sauf ceux des élus bien évidemment !), la récente agression au domicile de Bernard Tapie en est la preuve…

Il est donc particulièrement peu ragoûtant d’en faire aujourd’hui un énorme pataquès, précisément au moment où il est fortement question d’Éric sur les rangs des prochains candidats pour 2022, et qui plus est gratifié de sondages à son avantage…

Car c’est bien cela qui est en cause, et rien d’autre… surtout pas un prétendu baiser (ils n’ont rien trouvé de pire !) volé, qui fait s’esbaudir jusque dans les chaumières !

Et ce sera mon dernier mot… pour aujourd’hui !

Josiane Filio, au nom de la Liberté d’expression

Source : Riposte laïque

Faut-il que le discours "souverainiste" fasse peur au petit monde médiatico-politique pour qu'il en vienne à s'abaisser à pareilles magouilles de caniveau...?

Le Bon Peuple ne sera certainement pas dupe !

JMR

En marche vers un deuxième quinquennat Macron

...par Arnaud Florac - Le 02/05/2021.

Source : Bd Voltaire.

 

Élire des gens que l’on déteste, se plaindre d’un régime que l’on ne fait pas changer : la République, elle est ainsi faite. (Important: toujours utiliser le double sujet et ne jamais employer le mot « France ».)

Aussi bien, malgré les gilets jaunesBenalla, la fête de la musique à l’Élysée, les déclarations présidentielles sur l’absence de culture française, la nécessité de « déconstruire l’Histoire » ou encore la  de l’Algérie, malgré le soutien des Français aux généraux patriotes, malgré les audiences de CNews et l’évidence sanglante des banlieues livrées à l’ et à la sauvagerie, malgré la dictature sanitaire et les monstrueux cafouillages du confinement… aussi bien, donc, allons-nous tranquillement vers un second mandat du Président Macron.

Les raisons ? Elles sont simples. Il faudrait à la France un discours de vérité venu de la droite. Xavier Bertrand, le seul candidat crédible du camp LR et assimilés, en serait peut-être capable, mais il se cognera contre sa vieille détestation du , sur les terres de qui il n’ira pas chasser. Marion Maréchal ? Elle évolue brillamment dans le champ intellectuel et métapolitique. Elle ne redescendra pas dans l’arène pour le moment. Philippe de Villiers ? Trop marqué socialement, trop lié à la nostalgie du monde d’avant (et c’est pourtant un compliment). Son frère, alors ? Embauché par un cabinet de consulting le lendemain de sa démission, abonné aux best-sellers à l’eau tiède, c’est en fait un Hervé Morin en tenue Terre de France (et qui vendrait des livres).

Alors, qui ? Eh bien, , comme à chaque fois. Elle aura sans doute un programme solide, une équipe plus au niveau. Elle aura certainement appris de ses erreurs de 2017. Elle sera probablement en tête au premier tour. Elle sera très certainement la seule à poser un constat réaliste de l’état de la France. Ensuite ? Eh bien, ensuite, il y aura le vieil orchestre républicain, le front contre la bête immonde : des chanteurs contre la haine, la crainte de la guerre civile, les bourgeois catholiques qui auront peur pour leurs placements. Et Macron repassera. À la sidération générale. Parce que, comme disait Bossuet, les effets, les causes, tout ça…

On peut toujours s’agiter en rêvant d’un sursaut populaire. Au bilan, « notre pays est le pays des accommodements », comme le prince Salina le disait de la Sicile dans Le Guépard. On vendra un concept de « nouveau monde » en recyclant tous les vieux traîtres. Et ce sera reparti.

Elections 2022 : Pour que les Français ne soient pas encore cocus...

...par Michel Onfray - Le 15/04/2021.

Commentaires: 0