La pravda américaine.

Les assassinats du Mossad

...par Ron Unz - Le 27/01/2020.

Source Unz Review

De la paix de Westphalie à la loi de la jungle

L’assassinat du général iranien Qassem Soleimani par l’US Army, le 2 janvier, a été un événement d’une importance capitale.

Le général Soleimani était la plus haute personnalité militaire de son pays, qui compte 80 millions d’habitants, et, avec une carrière de 30 ans, l’une des plus populaires et des plus respectées. La plupart des analystes le classaient au deuxième rang en termes d’influence, après l’ayatollah Ali Khamenei, l’ancien guide suprême de l’Iran, et de nombreux rapports indiquaient qu’il était exhorté à se présenter aux élections présidentielles de 2021.


Les circonstances de sa mort en temps de paix ont été également tout à fait remarquables. Son véhicule a été incinéré par le missile d’un drone américain Reaper près de l’aéroport international de Bagdad, en Irak, juste après son arrivée sur un vol commercial régulier pour des négociations de paix initialement proposées par le gouvernement américain.

Nos grands médias n’ont guère ignoré la gravité de ce meurtre soudain et inattendu d’une personnalité politique et militaire de si haut rang, et lui ont accordé une attention énorme. Un jour ou deux plus tard, la première page de mon New York Times du matin était presque entièrement consacrée à la couverture de l’événement et à ses implications, ainsi qu’à plusieurs pages intérieures consacrées au même sujet. Plus tard dans la même semaine, le journal national américain de référence a consacré plus d’un tiers de toutes les pages de sa première page à la même histoire choquante.

Mais même une couverture aussi abondante par des équipes de journalistes chevronnés n’a pas permis de replacer l’incident dans son contexte et d’en mesurer les implications. L’année dernière, l’administration Trump avait déclaré que les Gardiens de la Révolution iraniens étaient « une organisation terroriste », suscitant de nombreuses critiques et même des moqueries de la part d’experts en sécurité nationale consternés à l’idée de classer une branche importante des forces armées iraniennes comme « terroristes ». Le général Soleimani était l’un des principaux commandants de ce corps, et c’est apparemment ce qui a permis d’établir la légalité de son assassinat en plein jour, alors qu’il était en mission diplomatique de paix.

Mais il faut savoir que le Congrès a examiné une loi déclarant la Russie comme un État officiellement parrain du terrorisme, et que Stephen Cohen, l’éminent spécialiste de la Russie, a fait valoir qu’aucun dirigeant étranger depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale n’a été aussi massivement diabolisé par les médias américains que le président russe Vladimir Poutine. Pendant des années, de nombreux experts agités ont dénoncé Poutine comme « le nouvel Hitler« , et certaines personnalités ont même appelé à son renversement ou à sa mort. Nous ne sommes donc plus qu’à un ou deux pas d’entreprendre une campagne publique pour assassiner le leader d’un pays dont l’arsenal nucléaire pourrait rapidement anéantir la majeure partie de la population américaine. Cohen a averti à plusieurs reprises que le danger actuel d’une guerre nucléaire mondiale pourrait dépasser celui auquel nous avons été confrontés lors de la crise des missiles cubains de 1962, et pouvons-nous totalement écarter de telles préoccupations ?

Même si nous nous concentrons uniquement sur l’assassinat du général Soleimani et que nous ignorons totalement ses implications dangereuses, il semble y avoir peu de précédents modernes de l’assassinat public officiel d’une personnalité politique de haut rang par les forces d’un autre grand pays. En tâtonnant pour trouver des exemples passés, les seuls qui nous viennent à l’esprit se sont produits il y a près de trois générations pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque des agents tchèques aidés par les Alliés ont assassiné Reinhard Heydrich à Prague en 1941 et que l’armée américaine a ensuite abattu l’avion de l’amiral japonais Isoroku Yamamoto en 1943. Mais ces événements se sont produits dans le feu d’une guerre mondiale brutale, et les dirigeants alliés les ont à peine décrits comme des assassinats officiels de gouvernements. L’historien David Irving révèle que lorsque l’un des collaborateurs d’Adolf Hitler a suggéré qu’une tentative d’assassinat des dirigeants soviétiques dans ce même conflit soit faite, le Führer allemand a immédiatement interdit de telles pratiques en tant que violations évidentes des lois de la guerre.

L’assassinat terroriste de l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône d’Autriche-Hongrie, en 1914, a certainement été organisé par des éléments fanatiques des services de renseignements serbes, mais le gouvernement serbe a nié avec férocité sa propre complicité, et aucune grande puissance européenne n’a jamais été directement impliquée dans le complot. Les conséquences de ce meurtre ont rapidement conduit au déclenchement de la Première Guerre mondiale, et bien que plusieurs millions de personnes soient mortes dans les tranchées au cours des années suivantes, il aurait été totalement impensable que l’un des principaux belligérants envisage d’assassiner le leader d’un autre camp.

Un siècle plus tôt, les guerres napoléoniennes avaient fait rage sur tout le continent européen pendant la majeure partie d’une génération, mais je ne me souviens pas d’avoir lu de complots d’assassinat gouvernementaux à cette époque, et encore moins lors des guerres très courtoises du XVIIIe siècle, lorsque Frédéric le Grand et Marie-Thérèse ont contesté la propriété de la riche province de Silésie par des moyens militaires. Je ne suis pas un spécialiste de l’histoire européenne moderne, mais après que la paix de Westphalie de 1648 a mis fin à la guerre de Trente Ans et a régularisé les règles de la guerre, aucun assassinat aussi important que celui du général Soleimani ne me vient à l’esprit.

Les guerres de religion sanglantes des siècles précédents ont eu leur part de plans d’assassinat. Par exemple, je pense que Philippe II d’Espagne aurait encouragé divers complots visant à assassiner la reine Elizabeth I d’Angleterre au motif qu’elle était une hérétique meurtrière, et leurs échecs répétés ont contribué à le persuader d’envoyer à sa perte l’Armada espagnole ; mais étant un catholique pieux, il aurait probablement hésité à utiliser la ruse des négociations de paix pour attirer Elizabeth à sa perte. Quoi qu’il en soit, c’était il y a plus de quatre siècles, de sorte que l’Amérique se trouve aujourd’hui en terrain inconnu.

Les différents peuples possèdent des traditions politiques différentes, et cela peut jouer un rôle majeur dans l’influence du comportement des pays qu’ils établissent. La Bolivie et le Paraguay ont été créés au début du 18e siècle comme des tessons de l’Empire espagnol en déclin et, selon Wikipédia, ils ont connu près de trois douzaines de coups d’État réussis dans leur histoire, la plupart avant 1950, tandis que le Mexique en a connu une demi-douzaine. En revanche, les États-Unis et le Canada ont été fondés en tant que colonies de colons anglo-saxons, et aucune de ces deux histoires ne fait état d’une tentative, même ratée.

Pendant notre guerre révolutionnaire, George Washington, Thomas Jefferson et nos autres Pères fondateurs ont pleinement reconnu que si leur effort échouait, ils seraient tous pendus par les Britanniques en tant que rebelles. Cependant, je n’ai jamais entendu dire qu’ils craignaient de tomber sur la lame d’un assassin, ni que le roi George III ait jamais envisagé un moyen d’attaque aussi sournois. Au cours du premier siècle et d’une bonne partie de l’histoire de notre nation, presque tous nos présidents et autres dirigeants politiques de haut rang voyaient remonter leurs origines jusqu’aux îles britanniques, et les assassinats politiques ont été exceptionnellement rares, la mort d’Abraham Lincoln étant l’une des rares qui me viennent à l’esprit.

Au plus fort de la guerre froide, notre CIA s’est impliquée dans divers complots d’assassinat secrets contre le dictateur communiste cubain Fidel Castro et d’autres dirigeants étrangers considérés comme hostiles aux intérêts américains. Mais lorsque ces faits sont apparus plus tard, dans les années 1970, ils ont suscité une telle indignation de la part du public et des médias que trois présidents américains consécutifs – Gerald R. FordJimmy Carter et Ronald Reagan – ont publié des décrets successifs interdisant absolument les assassinats par la CIA ou tout autre agent du gouvernement américain.

Bien que certains cyniques puissent prétendre que ces déclarations publiques n’étaient que de la poudre aux yeux, une critique de livre du New York Times de mars 2018 suggère fortement le contraire. Kenneth M. Pollack a passé des années en tant qu’analyste de la CIA et membre du Conseil national de sécurité, puis a publié un certain nombre d’ouvrages influents sur la politique étrangère et la stratégie militaire au cours des deux dernières décennies. Il avait initialement rejoint la CIA en 1988, et ouvre sa revue en déclarant :

L’une des toutes premières choses qu’on m’a enseignées quand j’ai rejoint la CIA, c’est que nous ne faisons pas d’assassinats. Cela était enseigné aux nouvelles recrues encore et encore.

Pourtant, Pollack note avec consternation qu’au cours du dernier quart de siècle, ces interdictions autrefois solides ont été progressivement réduites à néant, le processus s’accélérant rapidement après les attaques du 11 septembre 2001. Les lois en vigueur n’ont peut-être pas changé, mais :

Aujourd’hui, il semble que tout ce qui reste de cette politique soit un euphémisme.

On ne les appelle plus des assassinats. Il s’agit désormais d' »assassinats ciblés », le plus souvent réalisés par des frappes de drones, et ils sont devenus l’arme de prédilection de l’Amérique dans la guerre contre le terrorisme.

L’administration Bush a procédé à 47 de ces assassinats, alors que son successeur Barack Obama, constitutionnaliste et prix Nobel de la paix, a porté son propre total à 542. Non sans raison, M. Pollack se demande si l’assassinat est devenu « un médicament très efficace, mais qui ne traite que le symptôme et n’offre donc aucun remède ».

Ainsi, au cours des deux dernières décennies, la politique américaine a suivi une trajectoire très inquiétante dans son utilisation de l’assassinat comme outil de politique étrangère, en limitant d’abord son utilisation aux circonstances les plus extrêmes, en ciblant ensuite un petit nombre de « terroristes » très en vue qui se cachent sur un terrain accidenté, puis en faisant passer ces mêmes assassinats à plusieurs centaines. Et maintenant, sous la direction du président Trump, l’Amérique a franchi le pas fatidique en revendiquant le droit d’assassiner tout dirigeant mondial qui ne nous plaît pas et que nous déclarons unilatéralement digne de mort.

Pollack avait fait sa carrière en tant que Démocrate soutenant Clinton, et est surtout connu pour son livre de 2002, The Threatening Storm, qui a fortement soutenu la proposition d’invasion de l’Irak par le président Bush et qui a eu une influence énorme sur le soutien bipartite à cette politique funeste. Je ne doute pas qu’il soit un partisan engagé d’Israël, et il entre probablement dans une catégorie que je qualifierais vaguement de « Néocon de gauche ».

Mais tout en passant en revue l’histoire de la longue utilisation par Israël de l’assassinat comme pilier de sa politique de sécurité nationale, il semble profondément troublé que l’Amérique puisse suivre la même terrible voie. Moins de deux ans plus tard, l’assassinat soudain d’un haut dirigeant iranien démontre que ces craintes ont peut-être été largement sous-estimées.

« Rise and Kill First » / Lève toi et tue le premier

Le livre examiné était « Rise and Kill First » du journaliste du New York Times Ronen Bergman, une étude importante sur le Mossad, le service de renseignement étranger d’Israël, et ses agences sœurs. L’auteur a consacré six ans de recherche à ce projet, qui s’est appuyé sur un millier d’entretiens personnels et sur l’accès à certains documents officiels jusqu’alors indisponibles. Comme le suggère le titre, il s’est principalement intéressé à la longue histoire des assassinats d’Israël, et à travers ses 750 pages et ses milliers de références de sources, il relate les détails d’un nombre énorme de ces incidents.

Ce genre de sujet est évidemment très controversé, mais le volume de Bergman porte des couvertures brillantes d’auteurs lauréats du prix Pulitzer sur des questions d’espionnage, et la coopération officielle qu’il a reçue est indiquée par des approbations similaires d’un ancien chef du Mossad et d’Ehud Barak, un ancien Premier ministre d’Israël qui a lui-même dirigé des escadrons d’assassins. Au cours des deux dernières décennies, l’ancien officier de la CIA, Robert Baer, est devenu l’un de nos auteurs les plus éminents dans ce même domaine, et il fait l’éloge de ce livre comme étant « sans conteste » le meilleur qu’il ait jamais lu sur le renseignement, Israël ou le Moyen-Orient. Les critiques de nos médias d’élite ont été tout aussi élogieuses.

Bien que j’aie assisté à quelques discussions sur le livre lors de sa parution, je n’ai eu le temps de le lire qu’il y a quelques mois. Et bien que j’aie été profondément impressionné par le travail de  journalisme minutieux et méticuleux, j’ai trouvé la lecture des pages plutôt sinistre et déprimante, avec leurs récits interminables d’agents israéliens tuant leurs ennemis réels ou supposés, avec les opérations impliquant parfois des enlèvements et des tortures brutales, ou entraînant des pertes considérables de vies humaines pour des spectateurs innocents. Bien que l’écrasante majorité des attaques décrites aient eu lieu dans les différents pays du Moyen-Orient ou dans les territoires palestiniens occupés de Cisjordanie et de Gaza, d’autres ont eu lieu dans le monde entier, y compris en Europe. L’histoire narrative a commencé dans les années 1920, des décennies avant la création effective de l’Israël juif ou de son organisation, le Mossad, et s’est étendue jusqu’à nos jours.

La quantité de ces assassinats étrangers était vraiment remarquable, le critique compétent du New York Times suggérant que le total israélien sur les cinquante dernières années environ semblait bien plus important que celui de tout autre pays. Je pourrais même aller plus loin : si l’on exclut les assassinats nationaux, je ne serais pas surpris que le nombre de victimes dépasse le total combiné de tous les autres grands pays du monde. Je pense que toutes les révélations de complots meurtriers d’assassinats de la CIA ou du KGB pendant la guerre froide, dont j’ai entendu parler dans les journaux, pourraient s’insérer confortablement dans un ou deux chapitres du très long livre de Bergman.

Les militaires nationaux ont toujours été nerveux à l’idée de déployer des armes bactériologiques, sachant très bien qu’une fois libérés, les microbes mortels pourraient facilement se propager au-delà de la frontière et infliger de grandes souffrances aux civils du pays qui les a déployés. De même, les agents des services de renseignement qui ont passé leur longue carrière à planifier, organiser et mettre en œuvre ce qui équivaut à des meurtres sanctionnés par la justice peuvent développer des modes de pensée qui deviennent un danger à la fois pour les uns et les autres et pour la société en général qu’ils servent, et certains exemples de cette possibilité s’échappent ici et là dans le récit complet de Bergman.

Lors de l’incident dit d’« Askelon«  de 1984, deux Palestiniens capturés ont été battus à mort en public par le chef notoirement impitoyable de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet et ses subordonnés. Dans des circonstances normales, cet acte n’aurait eu aucune conséquence, mais l’incident a été filmé par un photo-journaliste israélien voisin, qui a réussi à éviter la confiscation de son film. Le scoop qui en a résulté a déclenché un scandale médiatique international, qui a même atteint les pages du New York Times, et cela a forcé une enquête gouvernementale visant à engager des poursuites pénales. Pour se protéger, les dirigeants du Shin Bet ont infiltré l’enquête et ont organisé un effort pour fabriquer des preuves épinglant les meurtres sur des soldats israéliens ordinaires et un général de premier plan, qui étaient tous complètement innocents. Un officier supérieur du Shin Bet qui a exprimé des doutes sur ce complot a apparemment failli être assassiné par ses collègues jusqu’à ce qu’il accepte de falsifier son témoignage officiel. Ces organisations qui fonctionnent de plus en plus comme des familles de criminels mafieux pourraient éventuellement adopter des normes culturelles similaires.

Les agents du Mossad ont même parfois envisagé l’élimination de dirigeants israéliens de haut rang dont la politique leur semblait suffisamment contre-productive. Pendant des décennies, le général Ariel Sharon a été l’un des plus grands héros militaires d’Israël et un homme aux sentiments d’extrême droite. En tant que ministre de la défense en 1982, il a orchestré l’invasion israélienne du Liban, qui s’est rapidement transformée en une débâcle politique majeure, portant gravement atteinte à la réputation internationale d’Israël en infligeant de grandes destructions à ce pays voisin et à sa capitale, Beyrouth. Alors que Sharon poursuivait obstinément sa stratégie militaire et que les problèmes s’aggravaient, un groupe d’officiers mécontents du Mossad a décidé que le meilleur moyen de réduire les pertes d’Israël était d’assassiner Sharon, bien que cette proposition n’ait jamais été mise en œuvre.

Un exemple encore plus frappant se produisit une décennie plus tard. Pendant de nombreuses années, le leader palestinien Yasir Arafat a été le principal objet de l’antipathie israélienne, à tel point qu’à un moment donné, Israël a fait des plans pour abattre un avion de ligne civil international afin de l’assassiner. Mais après la fin de la guerre froide, la pression exercée par l’Amérique et l’Europe a conduit le Premier ministre Yitzhak Rabin à signer les accords de paix d’Oslo de 1993 avec son ennemi palestinien. Bien que le dirigeant israélien ait reçu des éloges du monde entier et partagé le prix Nobel de la paix pour ses efforts de pacification, de puissants segments de l’opinion publique israélienne et de sa classe politique ont considéré cet acte comme une trahison, certains nationalistes extrémistes et fanatiques religieux exigeant qu’il soit tué pour sa trahison.

Quelques années plus tard, il a effectivement été abattu par un tireur « isolé » issu de ces cercles idéologiques, devenant ainsi le premier dirigeant du Moyen-Orient depuis des décennies à subir ce sort. Bien que son assassin soit mentalement déséquilibré et insiste obstinément sur le fait qu’il a agi seul, il avait une longue histoire d’associations avec les agences de renseignements, et Bergman note délicatement que le tireur s’est glissé devant les nombreux gardes du corps de Rabin « avec une facilité étonnante » pour tirer ses trois coups mortels à bout portant.

De nombreux observateurs ont établi des parallèles entre l’assassinat de Rabin et celui de notre propre président à Dallas trois décennies plus tôt, et l’héritier et homonyme de ce dernier, John F. Kennedy Jr, a développé un vif intérêt pour ce tragique événement. En mars 1997, son magazine politique sur papier glacé « George » a publié un article de la mère de l’assassin israélien, impliquant les services de sécurité de son propre pays dans le crime, une théorie également défendue par le défunt écrivain israélo-canadien Barry Chamish. Ces accusations ont déclenché un vif débat international, mais après la mort de Kennedy Jr lui-même dans un accident d’avion inhabituel quelques années plus tard et la fermeture rapide de son magazine, la controverse s’est vite apaisée. Les archives de George ne sont pas en ligne ni facilement accessibles, je ne peux donc pas juger facilement de la crédibilité des accusations.

Ayant lui-même évité de justesse son assassinat par le Mossad, Sharon a progressivement retrouvé son influence politique en Israël, et ce, sans compromettre ses opinions dures, se vantant même de se qualifier de « judéo-nazi » auprès d’un journaliste consterné. Quelques années après la mort de Rabin, il a provoqué d’importantes protestations palestiniennes, puis a utilisé la violence qui en a résulté pour gagner l’élection au poste de Premier ministre, et une fois en fonction, ses méthodes très dures ont conduit à un soulèvement généralisé en Palestine occupée. Mais Sharon a simplement redoublé de répression, et après que l’attention du monde ait été détournée par les attaques du 11 septembre et l’invasion américaine de l’Irak, il a commencé à assassiner de nombreux dirigeants politiques et religieux palestiniens de haut niveau dans des attaques qui ont parfois fait beaucoup de victimes civiles.

L’objet central de sa colère était le président palestinien Yasir Arafat, qui est soudainement tombé malade et est décédé, rejoignant ainsi son ancien partenaire de négociation Rabin dans un repos éternel. La femme d’Arafat a affirmé qu’il avait été empoisonné et a produit des preuves médicales pour étayer cette accusation, tandis que la figure politique israélienne de longue date Uri Avnery a publié de nombreux articles étayant ces accusations. Bergman ne fait que rapporter les démentis catégoriques d’Israël tout en notant que « le moment de la mort d’Arafat était assez particulier », puis souligne que même s’il connaissait la vérité, il ne pouvait pas la publier puisque son livre entier a été écrit sous la stricte censure israélienne.

Ce dernier point semble extrêmement important, et bien qu’il n’apparaisse qu’une seule fois dans le texte, le déni de responsabilité s’applique évidemment à l’ensemble du très long volume et devrait toujours être gardé à l’esprit. Le livre de Bergman compte quelque 350 000 mots et même si chaque phrase a été écrite avec la plus scrupuleuse honnêteté, nous devons reconnaître l’énorme différence entre « la Vérité » et « toute la Vérité ».

Un autre point a également éveillé mes soupçons. Il y a trente ans, un officier mécontent du Mossad, Victor Ostrovsky, a quitté cette organisation et a écrit « By Way of Deception », un livre très critique relatant de nombreuses opérations présumées connues de lui, en particulier celles qui sont contraires aux intérêts américains et occidentaux. Le gouvernement israélien et ses partisans pro-israéliens ont lancé une campagne juridique sans précédent pour bloquer la publication, mais cela a provoqué une réaction brutale et un tollé médiatique, la forte publicité l’ayant fait passer en tête de liste des ventes du New York Times. J’ai finalement pu lire son livre il y a une dizaine d’années et j’ai été choqué par nombre de ses remarquables affirmations, tout en étant informé de manière fiable que le personnel de la CIA avait jugé son matériel probablement exact lorsqu’il l’a examiné.