Suivez l’argent :

Comment la Russie va contourner la guerre économique de l’Occident

...par Pepe Escobar - Le 02/03/2022.

Source : Rzo International.

 

Les États-Unis et l’Union européenne vont trop loin dans leurs sanctions contre la Russie. Le résultat final pourrait être la dédollarisation de l’économie mondiale et des pénuries massives de matières premières dans le monde entier.

Ainsi, une congrégation de hauts gradés de l’OTAN, installés dans leurs chambres d’écho, ciblent la banque centrale russe avec des sanctions et s’attendent à quoi ? Des biscuits ?

Au lieu de cela, les forces de dissuasion russes sont passées à un « régime spécial de service », ce qui signifie que les flottes du Nord et du Pacifique, le commandement de l’aviation à long rayon d’action, les bombardiers stratégiques et l’ensemble de l’appareil nucléaire russe sont en alerte maximale.

Un général du Pentagone a très vite fait le calcul de base et, quelques minutes plus tard, une délégation ukrainienne a été envoyée pour mener des négociations avec la Russie dans un lieu tenu secret à Gomel, en Biélorussie.

Pendant ce temps, dans les royaumes vassaux, le gouvernement allemand était occupé à « fixer des limites aux bellicistes tels que Poutine » – une entreprise assez cocasse si l’on considère que Berlin n’a jamais fixé de telles limites aux bellicistes occidentaux qui ont bombardé la Yougoslavie, envahi l’Irak ou détruit la Libye en totale violation du droit international.

Tout en proclamant ouvertement leur désir de « stopper le développement de l’industrie russe », d’endommager son économie et de « ruiner la Russie » – faisant écho aux édits américains sur l’Irak, l’Iran, la Syrie, la Libye, Cuba, le Venezuela et d’autres pays du Sud global – les Allemands ne pouvaient pas reconnaître un nouvel impératif catégorique.

Ils ont finalement été libérés de leur complexe de culpabilité de la Seconde Guerre mondiale par nul autre que le président russe Vladimir Poutine. L’Allemagne est enfin libre de soutenir et d’armer les néo-nazis au grand jour – aujourd’hui du type bataillon ukrainien Azov.

Pour comprendre comment ces sanctions de l’OTAN vont « ruiner la Russie », j’ai demandé l’analyse succincte de l’un des esprits économiques les plus compétents de la planète, Michael Hudson, auteur, entre autres, d’une édition révisée de l’incontournable « Super-Impérialisme : La stratégie économique de l’empire américain ».

Hudson a fait remarquer qu’il est « tout simplement abasourdi par l’escalade quasi atomique des États-Unis ». En ce qui concerne la confiscation des réserves étrangères russes et la coupure de SWIFT, le point principal est « qu’il faudra un certain temps à la Russie pour mettre en place un nouveau système, avec la Chine. Le résultat mettra définitivement fin à la dollarisation, car les pays menacés par la “démocratie” ou affichant leur indépendance diplomatique auront peur d’utiliser les banques américaines ».

Ceci, selon Hudson, nous amène à « la grande question : si l’Europe et le bloc dollar peuvent acheter des matières premières russes – cobalt, palladium, etc, et si la Chine se joindra à la Russie dans un boycott des minéraux ».

Hudson est catégorique : « La Banque centrale de Russie dispose bien sûr d’actifs bancaires étrangers afin d’intervenir sur les marchés des changes pour défendre sa monnaie contre les fluctuations. Le rouble a plongé. Il y aura de nouveaux taux de change. Mais c’est à la Russie de décider si elle doit vendre son blé à l’Asie occidentale, qui en a besoin, ou arrêter de vendre du gaz à l’Europe via l’Ukraine, maintenant que les États-Unis peuvent s’en emparer ».

À propos de l’introduction éventuelle d’un nouveau système de paiement Russie-Chine contournant SWIFT et combinant le SPFS (système de transfert de messages financiers) russe et le CIPS (système de paiement interbancaire transfrontalier) chinois, Hudson ne doute pas que « le système Russie-Chine sera mis en œuvre. Les pays du Sud chercheront à y adhérer et, en même temps, à conserver SWIFT – en transférant leurs réserves dans le nouveau système ».

Je vais me dédollariser

Ainsi, les États-Unis eux-mêmes, dans une autre bévue stratégique massive, vont accélérer la dédollarisation. Comme l’a déclaré Hong Hao, directeur général de Bocom International, au Global Times, la dédollarisation des échanges énergétiques entre l’Europe et la Russie « marquera le début de la désintégration de l’hégémonie du dollar ».

C’est un refrain que l’administration américaine a entendu discrètement la semaine dernière de la part de certaines de ses propres plus grandes banques multinationales, dont des notables comme JPMorgan et Citigroup.

Un article de Bloomberg résume leurs craintes collectives :

« L’exclusion de la Russie du système mondial critique – qui traite 42 millions de messages par jour et sert de lien vital à certaines des plus grandes institutions financières du monde – pourrait se retourner contre elle, faire grimper l’inflation, rapprocher la Russie de la Chine et soustraire les transactions financières à l’examen de l’Occident. Cela pourrait également encourager le développement d’une alternative SWIFT qui pourrait à terme porter atteinte à la suprématie du dollar américain ».

Ceux dont le QI est supérieur à 50 dans l’Union européenne ont dû comprendre que la Russie ne pouvait tout simplement pas être totalement exclue de SWIFT, mais peut-être seulement quelques-unes de ses banques : après tout, les commerçants européens dépendent de l’énergie russe.

Du point de vue de Moscou, c’est un problème mineur. Un certain nombre de banques russes sont déjà connectées au système CIPS de la Chine. Par exemple, si quelqu’un veut acheter du pétrole et du gaz russes avec le CIPS, le paiement doit être effectué dans la monnaie chinoise, le yuan. Le CIPS est indépendant de SWIFT.

En outre, Moscou a déjà relié son système de paiement SPFS non seulement à la Chine, mais aussi à l’Inde et aux pays membres de l’Union économique eurasiatique (UEE). Le SPFS est déjà relié à environ 400 banques.

Avec un plus grand nombre d’entreprises russes utilisant le SPFS et le CIPS, même avant leur fusion, et d’autres manœuvres pour contourner SWIFT, comme le troc – largement utilisé par l’Iran sous sanctions – et les banques agents, la Russie pourrait compenser au moins 50% des pertes commerciales.

Le fait essentiel est que la fuite du système financier occidental dominé par les États-Unis est désormais irréversible dans toute l’Eurasie – et qu’elle se déroulera en tandem avec l’internationalisation du yuan.

La Russie a sa propre panoplie de tours

En attendant, nous ne parlons même pas encore des représailles russes à ces sanctions. L’ancien président Dmitri Medvedev a déjà donné un indice : Tout est sur la table, de la sortie de tous les accords d’armement nucléaire avec les États-Unis au gel des actifs des entreprises occidentales en Russie.

Que veut donc « l’Empire du mensonge » ? (Terminologie de Poutine, lors de la réunion de lundi à Moscou pour discuter de la réponse aux sanctions).

Dans un essai publié ce matin, délicieusement intitulé « Les États-Unis battent l’Allemagne pour la troisième fois en un siècle : les MIC, OGAM et FIRE conquièrent l’OTAN », Michael Hudson présente une série de points cruciaux, en commençant par la façon dont « l’OTAN est devenue l’organe d’élaboration de la politique étrangère de l’Europe, au point même de dominer les intérêts économiques nationaux ».

Il décrit les trois oligarchies qui contrôlent la politique étrangère des États-Unis :

La première est le complexe militaro-industriel, que Ray McGovern a baptisé de façon mémorable MICIMATT (militaire, industriel, congressionnel, renseignements, médias, académie, think tank).

Hudson définit leur base économique comme « une rente de monopole, obtenue avant tout par les ventes d’armes à l’OTAN, aux exportateurs de pétrole d’Asie occidentale et à d’autres pays dont la balance des paiements est excédentaire ».

Le deuxième secteur est celui du pétrole et du gaz, rejoint par l’exploitation minière (OGAM). Leur objectif est de « maximiser le prix de l’énergie et des matières premières afin de maximiser la rente des ressources naturelles. Monopoliser le marché pétrolier de la zone dollar et l’isoler du pétrole et du gaz russes est une priorité majeure des États-Unis depuis plus d’un an, alors que le gazoduc Nord Stream 2 reliant la Russie à l’Allemagne menaçait de relier les économies ouest-européenne et russe ».

Le troisième est le secteur « symbiotique » de la finance, de l’assurance et de l’immobilier (FIRE), que Hudson définit comme « le pendant de l’ancienne aristocratie foncière post-féodale européenne vivant de la rente foncière ».

Alors qu’il décrit ces trois secteurs rentiers qui dominent complètement le capitalisme financier post-industriel au cœur du système occidental, Hudson note comment « Wall Street a toujours été étroitement fusionnée avec l’industrie pétrolière et gazière (à savoir les conglomérats bancaires Citigroup et Chase Manhattan) ».

Hudson montre comment « l’objectif stratégique le plus urgent des États-Unis dans la confrontation de l’OTAN avec la Russie est la flambée des prix du pétrole et du gaz. En plus de créer des profits et des gains boursiers pour les entreprises américaines, les prix plus élevés de l’énergie vont freiner l’économie allemande ».

Il met en garde contre la hausse des prix des denrées alimentaires « avec en tête le blé ». (La Russie et l’Ukraine représentent 25% des exportations mondiales de blé.) Du point de vue du Sud global, c’est une catastrophe : « Cela mettra sous pression de nombreux pays d’Asie de l’Ouest et du Sud souffrant de carences alimentaires, aggravant leur balance des paiements et menaçant de faire défaut sur leur dette extérieure ».

Quant au blocage des exportations de matières premières russes, « cela menace de provoquer des ruptures dans les chaînes d’approvisionnement de matériaux clés, notamment le cobalt, le palladium, le nickel, l’aluminium ».

Et cela nous conduit, une fois de plus, au cœur du sujet : « Le rêve à long terme des nouveaux adeptes de la Guerre froide américains est de briser la Russie, ou du moins de restaurer sa kleptocratie managériale qui cherche à encaisser ses privatisations sur les marchés boursiers occidentaux ».

Cela n’arrivera pas. Hudson voit clairement comment « la plus énorme conséquence involontaire de la politique étrangère des États-Unis a été de pousser la Russie et la Chine ensemble, ainsi que l’Iran, l’Asie centrale et les pays le long de l’Initiative Ceinture et Route ».

Confisquons un peu de technologie

Comparez maintenant tout ce qui précède avec la perspective d’un magnat des affaires d’Europe centrale ayant de vastes intérêts, à l’est comme à l’ouest, et qui privilégie la discrétion.

Dans un échange de courriels, ce magnat des affaires a posé de sérieuses questions sur le soutien apporté par la Banque centrale russe à sa monnaie nationale, le rouble, « qui, selon les plans des États-Unis, est en train d’être détruit par l’Occident au moyen de sanctions et de meutes de loups monétaires qui s’exposent en vendant des roubles à découvert. Il n’y a vraiment presque aucune somme d’argent qui puisse battre les manipulateurs du dollar contre le rouble. Un taux d’intérêt de 20% tuera inutilement l’économie russe ».

L’homme d’affaires affirme que le principal effet de la hausse des taux « serait de soutenir des importations qui ne devraient pas être importées. La chute du rouble est donc favorable à la Russie en termes d’autosuffisance. À mesure que les prix à l’importation augmentent, ces biens devraient commencer à être produits sur place. Je laisserais simplement le rouble tomber pour trouver son propre niveau, qui sera pendant un certain temps inférieur à ce que les forces naturelles permettraient, car les États-Unis le feront baisser par le biais de sanctions et de manipulations de vente à découvert dans cette forme de guerre économique contre la Russie ».

Mais cela ne semble raconter qu’une partie de l’histoire. L’arme fatale dans l’arsenal de réponses de la Russie a été identifiée par le chef du Centre de Recherche économique de l’Institut de la Mondialisation et des Mouvements sociaux (IGSO), Vasily Koltashov : la clé est de confisquer la technologie – comme dans le cas où la Russie cesse de reconnaître les droits des États-Unis sur les brevets.

Dans ce qu’il qualifie de « libération de la propriété intellectuelle américaine », Koltashov appelle à l’adoption d’une loi russe sur « les États amis et inamicaux. Si un pays figure sur la liste des pays hostiles, nous pouvons commencer à copier ses technologies dans les domaines pharmaceutique, industriel, manufacturier, électronique et médical. Cela peut être n’importe quoi – de simples détails à des compositions chimiques ». Cela nécessiterait de modifier la constitution russe.

Koltashov soutient que « l’un des fondements du succès de l’industrie américaine était la copie des brevets d’invention étrangers ». Maintenant, la Russie pourrait utiliser « le vaste savoir-faire de la Chine avec ses derniers processus technologiques de production pour copier les produits occidentaux : la libération de la propriété intellectuelle américaine causera des dommages aux États-Unis à hauteur de 10 000 milliards de dollars, rien que dans la première phase. Ce sera un désastre pour eux ».

En l’état actuel des choses, la stupidité stratégique de l’UE dépasse l’entendement. La Chine est prête à s’emparer de toutes les ressources naturelles russes, l’Europe n’étant plus que le pitoyable otage des océans et des spéculateurs sauvages. Il semble qu’une scission totale entre l’UE et la Russie se profile à l’horizon, avec des échanges commerciaux limités et une diplomatie nulle.

Maintenant, écoutez le son des bouchons de champagne partout dans le MICIMATT.

Pepe Escobar

source : The Cradle

traduction Réseau International

 

Sanctions et souveraineté

Le 13/03/2022.

Source : RzO International.

 

Vendredi matin 25 février, Sergei Glazyev a publié l’analyse suivante des sanctions américaines contre l’économie russe et des options russes de défense et de contre-attaque.

Glazyev est un fonctionnaire de l’État russe de rang ministériel. Il a été pendant de nombreuses années conseiller en politique économique du président Vladimir Poutine ; depuis 2019, il est ministre de l’Intégration et de la Macroéconomie de la Commission économique eurasienne, le bloc d’anciens États soviétiques coordonnant ensemble les politiques douanières, de banque centrale, de commerce et de gestion budgétaire.

Glazyev, aujourd’hui âgé de 61 ans, est également la plus longue force survivante à gauche de l’élaboration des politiques russes depuis la fin de l’Union soviétique en 1991 et la destruction par Boris Eltsine du Congrès des députés du peuple en 1993. Il a constamment critiqué la politique monétaire. Les politiques de la Banque centrale russe ; et du système oligarque promu par Anatoly Chubais, Alexei Kudrin, German Gref et leurs alliés commerciaux à Moscou, et par les centres financiers de New York et de Londres. Pendant 25 ans, ils se sont montrés plus forts dans le cercle présidentiel que Glazyev ; ils ont persuadé Poutine de l’annuler publiquement, puis de l’ignorer et de le marginaliser. Jusqu’à maintenant.

Depuis le discours de Poutine le 21 février, la reconnaissance des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk et le début de la campagne militaire en Ukraine, la gestion de l’économie russe est passée sur le pied de guerre. Selon l’interprétation d’un banquier européen de premier plan, l’escalade des sanctions des États-Unis et de l’Union européenne (UE) vise à confisquer les actifs de la Banque centrale et à détruire tous les liens financiers entre la Russie et l’Occident. Il commente que rien à cette échelle contre une grande puissance mondiale n’a été tenté depuis que le président Franklin Roosevelt a gelé les avoirs étrangers du Japon le 26 juillet 1941 et a imposé un embargo sur les importations japonaises de pétrole et d’essence six jours plus tard.

Les nouvelles sanctions ont commencé le 22 février en réponse à la reconnaissance par la Russie de l’indépendance du Donbass et à la signature d’un traité de coopération militaire et économique. La première frappe de sanctions visait deux banques d’État ; trois fils de fonctionnaires de l’État russe ; et des obligations d’État à émettre à partir de mercredi de cette semaine.

Les sanctions de la seconde frappe se sont intensifiées le 24 février pour « cibler l’infrastructure de base du système financier russe – y compris toutes les plus grandes institutions financières de Russie et la capacité des entités publiques et privées à lever des capitaux – et exclure davantage la Russie du marché financier mondial ». Les actions ciblent également près de 80% de tous les actifs bancaires en Russie et auront un effet profond et durable sur l’économie et le système financier russes.

En outre, les cibles ont été élargies pour inclure pour la première fois la société d’État Alrosa, le producteur de diamants et le teneur du marché international du diamant ; et Sovcomflot, le plus grand opérateur mondial de flotte de pétroliers. Dans le même temps, le Trésor américain a déclaré qu’il ne bloquerait pas les paiements russes pour « les produits agricoles et médicaux et la pandémie de COVID-19 ; survol et atterrissage d’urgence ; énergie ».

La troisième grève a débuté dans la nuit du 26 au 27 février. La Maison Blanche a annoncé la déconnexion du système de paiements interbancaires SWIFT pour « certaines banques russes ». La presse russe a émis l’hypothèse que Sberbank et VTB seraient déconnectées, ainsi que les autres banques ciblées le 24 février. Il n’est pas clair si Alfa Bank, la principale banque commerciale détenue par Mikhail Fridman, figurera sur la liste de déconnexion SWIFT.

La Maison Blanche a également annoncé le lancement d’un « groupe de travail transatlantique multilatéral pour identifier, traquer et geler les avoirs des sociétés et des oligarques russes sanctionnés – leurs yachts, leurs manoirs et tout autre bien mal acquis que nous pouvons trouver et geler ».

Les responsables américains et européens affirment que « les mesures restrictives qui empêcheront la Banque centrale russe (CBR) de déployer ses réserves internationales » équivalent à un gel des avoirs libellés en dollars américains et en euros de la Banque centrale. Au 31 janvier, la CBR déclarait détenir 469 milliards de dollars en devises. Sur cet agrégat, les données CBR datant d’un an suggèrent que 22% sont en dollars américains ; 29% en euros et 6% en livres sterling.

Des sources bancaires londoniennes et une figure de premier plan du commerce pétrolier estiment que si les sanctions interrompent les paiements en dollars américains et en euros pour le pétrole, le gaz, le charbon, le titane, le palladium, les diamants et d’autres exportations de matières premières russes, ainsi que le service des intérêts et des principaux prêts, la partie russe arrêtera tous les paiements de la dette. Ils arrêteront également toutes les livraisons aux États-Unis et en Europe.

Les implications politiques intérieures russes ne sont pas moins dramatiques ; ils sont potentiellement révolutionnaires, mais pas dans la direction que des personnalités américaines comme Antony Blinken, Victoria Nuland et William Burns ont calculée en public. Glazyev est l’un des révolutionnaires russes qu’ils souhaitent le moins voir prendre le pouvoir sur les oligarques maintenant.

Pour rendre compte des réponses de Glazyev à la première série de sanctions américaines en mars 2014, lisez ceci. Pour une archive plus longue sur Glazyev remontant à 1993, cliquez pour ouvrir.

*

Sanctions et souveraineté

par Sergueï Glazyev.

Il serait puéril de supposer que « lorsque nous sommes battus, nous devenons plus forts ». Bien que nous ayons effectivement renforcé notre souveraineté nationale dans le domaine économique sous l’influence des sanctions américaines, mais pas au point que nous n’y prêtions pas du tout attention. Les dommages causés par les sanctions sont bien sûr là et ils sont considérablement renforcés par la politique passive des autorités monétaires.

L’intimidation permanente de la Russie avec de nouvelles « sanctions d’enfer » a depuis longtemps cessé d’exciter l’opinion publique russe. Je me souviens qu’en 2014, comme d’autres de la première liste soumise aux sanctions américaines, j’ai été interviewé et nous avons tous assuré aux journalistes que nous étions fiers d’une telle reconnaissance de nos services à la Russie. Depuis lors, le nombre de personnes physiques et morales sanctionnées par les États-Unis et ses satellites a augmenté à plusieurs reprises et n’a pas eu d’impact notable sur notre pays. Au contraire, les mesures de rétorsion introduites par notre gouvernement en termes de restriction des importations alimentaires en provenance de ces pays ont contribué de manière significative à la croissance de la production agricole nationale, qui a presque complètement remplacé l’importation de volaille et de viande.

Les entreprises des secteurs de la défense et de l’énergie ont appris à contourner ces sanctions en refusant d’utiliser le dollar, et par la même occasion les banques américaines, au profit des monnaies nationales et des banques des pays partenaires. La prochaine étape est le développement d’instruments de monnaie numérique qui peuvent être utilisés sans recourir aux services des banques, qui craignent de tomber sous le coup des sanctions. Le peuple russe suit avec intérêt le retour au pays des capitaux exportés par les oligarques et eux-mêmes, qui ont peur d’être confisqués et arrêtés dans les pays de l’OTAN.

Les sanctions américaines n’ont pas tant touché la Russie que les pays tiers, qui ont subi les pressions de Washington. D’abord nos voisins européens, qui ont écourté la plupart des projets de coopération dans les domaines scientifique, technique et énergétique. Elles ont également affecté les banques commerciales chinoises opérant dans la zone dollar, qui ont préféré cesser de servir les clients russes. Le chiffre d’affaires commercial de la Russie avec l’UE et les États-Unis a naturellement diminué, tandis qu’avec la Chine, il a augmenté. Au cours de la période 2014-2020, en termes monétaires, le chiffre d’affaires commercial de la Russie avec la Chine a augmenté de 17,8%, passant de 88,4 milliards de dollars à 104,1 milliards de dollars. La part des pays de l’APEC [Conférence économique Asie-Pacifique] et de l’OCS [Organisation de Coopération de Shanghai] dans le chiffre d’affaires du commerce extérieur de l’UEE [Union économique eurasienne] est passée de 29 au cours de cette période. 6% à 36,4% et de 16,3% à 24,1%, respectivement. La part de l’UE dans le chiffre d’affaires du commerce extérieur de l’UEE, au contraire, est passée de 46,2% en 2015 à 36,7% en 2020. Le chiffre d’affaires du commerce avec les États-Unis au cours de la période sous revue a diminué de 18,1%, passant de 29,1 milliards de dollars à 23,9 milliards de dollars.

En fait, à l’aide de sanctions, les États-Unis tentent d’évincer les produits russes des marchés de leurs satellites, remplaçant les leurs. Cela s’est manifesté le plus clairement sur le marché européen du gaz naturel, où la part des États-Unis a fortement augmenté, bien qu’il n’ait pas encore été possible de supplanter la Russie sur le marché européen du gaz naturel.

Le principal résultat des sanctions américano-européennes a été un changement de la structure géographique des relations économiques extérieures russes en faveur de la Chine, l’expansion de cette coopération compense pleinement la réduction des relations commerciales et économiques avec l’UE. Les consommateurs européens doivent se tourner vers des vecteurs énergétiques américains plus chers, et leurs producteurs perdent tout simplement le marché russe. Les pertes totales de l’UE dues aux sanctions anti-russes sont estimées à 250 milliards de dollars.

Un autre résultat important des sanctions américaines a été la chute de la part du dollar dans les règlements internationaux. Pour la Russie, comme pour les autres pays soumis aux sanctions américaines, le dollar est devenu une monnaie toxique. En traçant toutes les transactions en dollars, les autorités punitives américaines peuvent bloquer les paiements, geler ou même confisquer les actifs à tout moment. Pendant 8 ans après l’imposition des sanctions, la part du dollar dans les règlements internationaux a diminué de 13,5 points de pourcentage (de 60,2% en 2014 à 46,7% en 2020).

Les sanctions sont devenues une puissante incitation au passage aux règlements en monnaies nationales et au développement des systèmes de paiement nationaux. Ainsi, dans le commerce mutuel des États de l’UEE, la part du dollar a diminué de plus de 6 points de pourcentage (de 26,3% en 2014 à 20,0% fin 2020).

Je me souviens qu’il y a dix ans, lors de l’examen des risques pour le système bancaire russe au sein du Conseil bancaire national, j’ai demandé au chef de la Banque centrale de l’époque : « Le risque de déconnecter les banques russes du système international de transmission bancaire SWIFT est-il envisagé, comme l’ont fait nos partenaires occidentaux vis-à-vis de l’Iran ? » À quoi j’ai reçu la réponse : « Nous ne pouvons pas envisager le risque qu’une bombe atomique frappe la Banque de Russie ». Cependant, la direction de la Banque centrale a pris des mesures – aujourd’hui, la Russie a son propre système de transmission de messages électroniques entre banques – le système de transmission de messages financiers (SPFS) de la Banque de Russie, ainsi que son propre système de paiement pour les cartes bancaires Mir, qui est interfacé avec le système Chinese Union Pay et peut être utilisé pour les paiements et virements transfrontaliers. Les deux sont ouverts aux partenaires étrangers et sont déjà largement utilisés non seulement dans les règlements nationaux, mais aussi dans les règlements internationaux. La désactivation de SWIFT n’est plus considérée comme une menace à grande échelle – elle profitera au développement de nos systèmes de paiement et d’informations financières.

Cependant, il serait puéril de supposer que « lorsque nous sommes battus, nous devenons plus forts ». Bien que nous ayons effectivement renforcé notre souveraineté nationale dans le domaine économique sous l’influence des sanctions américaines, mais pas au point que nous n’y prêtions pas du tout attention. Les dommages causés par les sanctions sont bien sûr là et ils sont considérablement renforcés par la politique passive des autorités monétaires.

Depuis 2014, lorsque, avec la connivence du régulateur, les spéculateurs monétaires ont fait baisser le taux de change du rouble en manipulant le marché, ce dernier a été utilisé par les sanctions comme un fusible à toute épreuve de la stabilité macroéconomique. Dans le même temps, c’est en 2014, à la veille des sanctions américaines déjà annoncées, que la Banque de Russie est passée à un régime de change flottant. Et ce n’est qu’après cela que les États-Unis ont introduit leurs sanctions, étant certains que les spéculateurs en multiplieraient l’effet négatif. Lorsque le rouble a chuté de près de moitié, Obama s’est contenté de dire que « l’économie russe est en lambeaux ». À la suite de cette manipulation du marché des devises russe, les revenus et l’épargne en roubles se sont dépréciés et les spéculateurs ont reçu plus de 35 milliards de roubles de bénéfices. Mais cela n’est pas arrivé à cause des sanctions, mais plutôt à cause de la complicité de la Banque de Russie, qui a laissé la formation du taux de change à la merci des spéculateurs internationaux, sur la recommandation des organisations financières de Washington.

Seuls des gens très naïfs peuvent croire à la formation d’un taux de change d’équilibre du rouble en mode flottant. L’exclusion de la Banque de Russie de la réglementation du taux de change du rouble, signifie que les spéculateurs internationaux sur les devises sont engagés dans cette voie. Sur le basculement du taux de change du rouble, qui est devenu l’une des monnaies les plus instables au monde avec une triple provision de réserves de change, les spéculateurs internationaux reçoivent des bénéfices de plusieurs milliards de dollars, et les Russes, la dépréciation de leur épargne et de leurs revenus en roubles ainsi que poussées d’inflation. Dans le même temps, le climat d’investissement se détériore désespérément – l’instabilité du taux de change du rouble crée une incertitude quant aux principaux paramètres des projets d’investissement utilisant des équipements importés et des produits destinés à l’exportation.

Ainsi, les dommages causés par les sanctions financières américaines sont inextricablement liés à la politique monétaire de la Banque de Russie qui est la politique idéale pour eux. Son essence se résume à une liaison étroite de l’émission du rouble aux recettes d’exportation et du taux de change du rouble au dollar. En fait, une pénurie artificielle d’argent se crée dans l’économie et la politique stricte de la Banque centrale entraîne une augmentation du coût des prêts, ce qui tue l’activité des entreprises et entrave le développement des infrastructures dans le pays.

Les restrictions liées aux sanctions ont entraîné une demande extrêmement élevée de financement des entreprises sur le marché intérieur. Dans un contexte de taux directeur relativement bas et d’accès à des financements moins chers, les grandes banques conservent systématiquement une marge nette d’intérêt supérieure à la moyenne du marché, de 5,4% à 6% ; tandis que pour les plus grandes banques en Chine, aux États-Unis, en Allemagne, en France, en Grande-Bretagne et au Japon, la marge nette d’intérêt varie de 0,8% à 2,3%.

Cependant, ces gains exceptionnels ne sont pas dirigés vers le financement de projets d’infrastructure, mais vers l’acquisition d’entreprises non essentielles disparates qui sont combinées dans des écosystèmes. La plupart de ces entreprises restent non rentables même au niveau de l’EBITDA [bénéfice]. Malgré cela, des milliards de roubles sont encore dépensés pour leur développement. Ces chiffres sont tout à fait comparables au volume des investissements dans un grand projet d’infrastructure dans le secteur réel de l’économie, qui peut apporter à la fois une croissance de l’emploi et une contribution au développement de l’économie. Mais de tels projets (ainsi que le remplissage du budget) sont encore laissés aux entreprises de matières premières, tandis que les plus grandes sociétés financières préfèrent diriger leurs revenus vers la création de chimères.

En fait, c’est la connivence de la Banque centrale qui a fait que la Russie et son industrie ont été exsangues et incapables de se développer.

Si la Banque centrale remplissait son devoir constitutionnel d’assurer la stabilité du rouble – et elle en a toutes les possibilités en raison du triple excédent des réserves de change de la base monétaire – alors les sanctions financières ne seraient rien pour nous. Ils pourraient même être retournés, comme dans d’autres secteurs de l’économie, au profit du secteur bancaire, si la Banque centrale remplaçait les prêts retirés par les partenaires occidentaux par ses propres instruments de refinancement spéciaux. Cela augmenterait la capacité du système bancaire et de crédit russe de plus de 10 000 milliards de roubles. En outre, cela compenserait pleinement la sortie du financement étranger des investissements, empêchant une baisse de l’investissement et de l’activité économique sans aucune conséquence inflationniste.

En évaluant les conséquences des sanctions anti-russes, il est impossible d’ignorer les conséquences de la rupture des liens économiques avec l’Ukraine. L’abolition mutuelle du régime de libre-échange et l’imposition d’un embargo sur une large gamme de produits ont conduit à la rupture des liens de coopération qui ont assuré la reproduction de nombreux types de produits de haute technologie. Le blocage du travail des banques russes a conduit à la dépréciation d’investissements russes de plusieurs milliards de dollars. Le refus des autorités ukrainiennes d’assurer le service de la dette envers la Russie a causé plusieurs milliards de dollars de pertes supplémentaires. Au total, leur volume est estimé à environ 100 milliards de dollars pour chacune des parties. Il s’agit là d’un préjudice réel vraiment important et, à bien des égards, irréparable, que nous avons nous-mêmes aggravé par des sanctions de représailles.

À ce jour, le bilan des conséquences économiques des sanctions anti-russes est le suivant : l’Ukraine a subi les pertes les plus importantes par rapport au PIB, en termes absolus – Les pertes russes de PIB potentiel, depuis 2014, s’élèvent à environ 50 000 milliards de roubles. Mais seuls 10% d’entre eux s’expliquent par des sanctions, alors que 80% d’entre eux résultent de la politique monétaire. Les États-Unis bénéficient de sanctions anti-russes, remplaçant l’exportation d’hydrocarbures russes vers l’UE, ainsi que vers la Chine ; remplacer l’importation de marchandises européennes par la Russie. Nous pourrions complètement compenser les conséquences négatives des sanctions financières si la Banque de Russie remplissait son devoir constitutionnel d’assurer un taux de change du rouble stable, et non les recommandations des organisations financières de Washington.

Considérez les menaces des russophobes américains et européens contre les nouvelles « sanctions d’enfer ». Il a déjà été mentionné plus haut que la menace de déconnexion des banques russes du système SWIFT, largement évoquée dans les médias aujourd’hui, bien qu’elle interférera dans un premier temps avec les règlements internationaux, profitera à moyen terme au système bancaire et de paiement russe.

La menace d’interdire les transactions avec des obligations russes nous profitera également, car leur émission dans un excédent budgétaire n’est rien de plus qu’une source de profit pour les spéculateurs étrangers. Et leur rentabilité est surestimée trois fois par rapport à l’appréciation du marché de leur risque. L’arrêt de la politique intéressée des autorités monétaires, qui empruntent de l’argent objectivement inutile au budget à des prix exorbitants, nous permettra d’économiser des milliards de dollars. Si les sanctionneurs essaient d’interdire l’achat des obligations en devises étrangères des sociétés russes, il sera alors possible de compenser le financement manquant pour l’achat d’équipements importés en les rachetant au détriment d’une partie des réserves de change excédentaires. Si les prêts étrangers leur sont coupés,

Il existe également un risque potentiel de saisie des biens de l’État russe. Mais nous pouvons y répondre de manière symétrique en imposant un embargo sur le service de la dette envers les créanciers occidentaux et en saisissant également leurs actifs. Les pertes des parties seront à peu près égales.

Il reste, en fait, une menace : retirer les avoirs étrangers des oligarques russes. Malgré toute sa popularité parmi les gens ordinaires, cela stimulera le retour des capitaux exportés du pays, ce qui aura également un effet positif sur l’économie russe.

Dans le même temps, nous devons nous protéger autant que possible de l’escalade attendue des sanctions américano-européennes. L’endroit le plus vulnérable pour notre économie est sa délocalisation excessiveJusqu’à la moitié des actifs de l’industrie russe appartiennent à des non-résidents. Il y a plus d’un billion de dollars de capitaux exportés du pays à l’étranger, dont la moitié est impliquée dans la reproduction de l’économie russe. Le gel simultané de ces avoirs peut vraiment aggraver dramatiquement la situation d’un certain nombre d’entreprises stratégiquement importantes dépendantes du marché extérieur. Les Américains ont montré comment cela se fait en utilisant l’exemple de Rusal, en établissant leur contrôle sur celui-ci sous la menace d’arrêter les activités de commerce extérieur. On pourrait y répondre en nationalisant au moins les centrales hydroélectriques géantes transférées à cette corporation pour une chanson et sur des bases douteuses, sur le fonctionnement desquelles repose la part du lion de ses bénéfices. Mais pour une raison quelconque, ils n’ont pas protégé cette branche structurelle de notre économie de la saisie par le Trésor américain.

De ce qui précède, il s’ensuit la nécessité de mesures efficaces pour une réelle déoffshorisation de l’économie, ainsi que pour aligner la politique de la Banque de Russie sur ses obligations constitutionnelles. Les mesures visant à renforcer la réglementation monétaire afin de stopper l’exportation de capitaux et d’étendre les prêts ciblés aux entreprises ayant besoin de financer des investissements et des fonds de roulement, ne l’empêcheront pas non plus. Il convient d’introduire une taxation de la spéculation monétaire et des transactions en dollars et en euros sur le marché intérieur. Nous avons besoin d’investissements sérieux en R&D afin d’accélérer le développement de notre propre base technologique dans les domaines touchés par les sanctions – en premier lieu, l’industrie de la défense, l’énergie, les transports et les communications. Il faut achever la dédollarisation de nos réserves de change, en remplaçant le dollar, euro et livre avec de l’or. Dans les conditions actuelles de croissance explosive attendue du prix de l’or, son exportation massive à l’étranger s’apparente à une trahison et il est grand temps que le régulateur l’arrête.

Or, trajectoire des prix sur un mois

Il est nécessaire d’introduire dès que possible un rouble numérique, qui pourrait être utilisé pour les opérations de paiement et de règlement transfrontières en contournant le système bancaire soumis à la pression des sanctions. Nous devrions nous dépêcher de créer notre propre espace d’échange et des mécanismes de tarification du rouble pour les marchandises produites en excès ici. Inviter les partenaires en Asie à introduire une monnaie mondiale de paiement et de règlement basée sur l’indice des monnaies nationales et des biens échangés. Il est possible de lever unilatéralement les sanctions imposées aux entreprises ukrainiennes, tout en facilitant la situation de la population russe employée par celles-ci. Il est peut-être possible d’en ressortir avec l’initiative d’un espace économique unique de Lisbonne à Vladivostok, encourageant une partie saine de l’élite économique et politique européenne.

D’une manière générale, beaucoup reste à faire pour renforcer la souveraineté nationale dans l’économie. Les sanctions américaines sont l’agonie du système économique mondial impérial sortant, basé sur l’usage de la force. Afin de minimiser les dangers qui y sont associés, il est nécessaire d’accélérer la formation d’un nouvel ordre économique mondial – intégral – qui rétablisse le droit international, la souveraineté nationale, l’égalité des pays, la diversité des modèles économiques nationaux, les principes d’avantage mutuel et de volontariat dans la coopération économique internationale.

source : Expert.ru

traduction John Helmer

via Échelle de Jacob

 

Commentaires: 0