Attention à la marche …

...par le Col.Pierre Geoffroy - le 06/02/2017.

 

Conseil d'entreprise en retraite

Officier d'Infanterie, Colonel (er)

 Faculté des sciences de Nancy.

 

Sous-lieutenant, se porte volontaire pour l’Indochine (1953-54)

Chef de section, puis commandant de compagnie en Algérie (1955-57)

Chef de Brigade à l'Ecole militaire de Strasbourg (1957-59)

Officier des Affaires algériennes (1959-62)

Capitaine commandant de compagnie commando au 26e Régiment d'infanterie (1964-66)

Chef de bataillon à l'EM e la 61e Division militaire territoriale à Nancy (1970-74)

Directeur de l'instruction au 26e R.I. (1974-76)

Chef de bureau à l'EM de la 4e Division blindée en 1976

Colonel, fait valoir ses droits à la retraite (1981)

 

Brevet militaire de langue arabe

Cours des officiers des Affaires algériennes de neuf mois à Alger,

Auditeur de l'Institut des hautes études de la défense nationale (IHEDN).

 

Créateur et dirigeant d'un cabinet conseil d'entreprise à Nancy (1982-2002),

 

Président du Comité consultatif de la Ville de Nancy (1977-1983).

Conseiller municipal de Thorey-Lyautey (3 mandats)

 

Président-fondateur de l'Association Nationale Maréchal Lyautey depuis 1980.

Président de la Fondation Lyautey.

Président-fondateur du Syndicat d'Initiative de Thorey-Lyautey depuis 1987.

Président du Groupe Blandan depuis 1985.


 

A l’évidence, l’opinion parait quasi unanime à dire que tout va mal, que ce soit grâce ou à cause de l’invasion du numérique et du virtuel, que tout insulte les habitudes et les traditions, que tout échappe aux prévisions que ce soit dans le domaine moral, social, économique, politique ou sociétal.

Des avis autorisés donnent des explications sur le cas Fillon devenu la victime d’un lynchage politico-médiatique méticuleusement orchestré. Mais qui s’est vraiment inquiété jusque-là des invisibles qui tirent les ficelles et s’en réjouissent en coulisse ? Les analyses, les réflexions, les réactions et les stratégies de ceux qui, par principe, ont le savoir et le savoir-faire, seraient bien différentes s’ils tenaient compte des principes d’action de la guerre révolutionnaire. Encore faut-il les connaître.

 

Sous nos yeux, les "casseurs" de notre civilisation continuent par tous les moyens leur ignoble besogne au service de leur idéologie, avec des complicités connues, mais souvent aussi insoupçonnées qu’insoupçonnables. De nombreuses réactions émanent de citoyens indignés, mais isolés qui composent la majorité dite silencieuse  Elle est silencieuse, non pas parce qu’elle n’a rien à dire, mais parce que les médias les plus influents, rodés à la désinformation, non seulement leur refusent la parole, mais filtrent les réponses sollicitées en "micro-trottoir".

Dans ce contexte de sape et de démolition, il leur fallait, insidieusement et patiemment au fil des années, couper les citoyens de leurs racines en trafiquant l’Histoire. La citation de Foch prend tout son sens : "Les peuples ne perdent la vie que lorsqu'ils perdent la mémoire". Il leur fallait aussi appauvrir et orienter l’éducation, supprimer de la formation des jeunes la faculté de jugement, etc ….. C’est bien le but des directives du ministère de l’Education nationale qui, pour les mêmes raisons, laisse l’illettrisme se développer.

 

Le résultat est là : des femmes et des hommes mûrs pour le lavage de cerveau sont rentrés dans le moule de la massification. Il suffisait alors de leur donner un gourou sachant attirer par une ambiance rockstar pour les mettre "en marche" vers le nihilisme mortifère et la destruction de ceux qui défendent les valeurs fondamentales de notre humanisme. Ce n’est pas le moment de baisser la garde et de se faire voler le résultat de la primaire de la Droite et du Centre.

 

Le mot de la fin peut rester à Aristote : "Le courage est la première des qualités humaines, car elle garantit toutes les autres".

 


Partager : 

Écrire commentaire

Commentaires : 0