Histoire de maux...

Proposé par le Gal. D. Delawarde

Le 11/12/2021

Bonjour à tous,


Vous trouverez en pièce jointe, un article de deux pages du général (2S) Henri ROURE.
Parfaitement rédigé, cet article évoque l'état de notre pays, en dénonce les responsables et aborde la question de la prochaine présidentielle.

Le général ROURE est, comme je le suis moi-même, très attaché à la souveraineté nationale. A cet égard, il me paraît important de savoir que la représentante LR, a suivi les cours de l'école de formation Franco-US à "l'Atlantisme intégriste" (La "young leaders foundation"). Elle faisait partie des 12 français sélectionnés par nos amis américains pour faire partie de la promotion 2002.

On notera avec intérêt que d'autres candidats à la présidentielle 2022 sont passés par la même "école".
Emmanuel Macron, promotion 2012, Nicolas Dupont Aignan, promotion 2001, Arnaud Montebourg, promotion 2000 et que d'autres hommes politiques de premier plan avaient suivi le même parcours : François Hollande promotion 1996, Edouard Philippe, promotion 2011 ...etc
https://bienvenueenabsurdistan.fr/2021/01/24/les-young-leaders-et-la-macronie/

De là à en déduire que nos amis américains présélectionnent, à la place des électeurs français, les hommes et les femmes qui devront tenir les postes clés de la gouvernance de notre pays, il n'y a qu'un pas que je n'hésite pas à franchir. D'autant qu'après les avoir présélectionné, ils les promeuvent grâce aux médias mainstream qu'ils contrôlent directement ou indirectement.....

Tout cela augure bien mal d'une très hypothétique restauration de la souveraineté de notre pays et d'un retour à l'indépendance nationale.

On peut s'y résigner, mais on peut aussi se révolter dans les urnes contre cet état de fait ......

DD

Histoire de maux...

...par le Gal. Henri Roure

Courage, dignité, vertu, honneur, grandeur, service, loyauté, respect...et quelques autres,

seraient-ils des mots désuets au point que nous ne les entendions plus prononcés en hauts-lieux ?

Leur sens est pourtant toujours connu et le citoyen français sait ce qu’ils recouvrent.

Malheureusement dans un système politique reposant sur l’apparence, la tromperie et la flatterie, il est notoire que l’élévation et la morale qui les sous-tendent ne disposent que d’une place de fond de tiroir.

Ceux qui nous gouvernent ou la plupart de ceux qui ambitionnent de le faire, précisément parce qu’ils présument ainsi mieux paraître, les ont exclus de leur discours et surtout de leur

comportement. Il est vrai qu’ils sous-entendent, tous, effort et volonté; qualités demeurant, pourtant, les puissantes constantes de toute civilisation.

Choyer l’instinct et le bas-ventre ou prendre en considération les pires stupidités des aboyeurs des cités perdues, ne permettra jamais de conduire la nation, victorieusement, face aux menaces d’un monde brutal ni de faire face aux défis d’une société délitée par des aberrations idéologiques et la guerre hybride qui lui est faite. Récuser ces vocables prouve la faiblesse de la pensée et de la morale des dirigeants actuels et leur incompréhension de ce qu’attend le peuple.

Soit il s’agit de mépris, soit de crainte.

 

Or nul ne peut prétendre gouverner avec l’un ou l’autre de ces sentiments. Cette absence

d’ossature provoque d’inévitables conséquences sur l’attitude de la population qui, fatalement,

regarde l’exemple qui lui est présenté et, pour partie, profite des plages d’incohérence, de

reniement, d’inculture, de laxisme ou de défaillance, à moins, plus sûrement, qu’elle ne soit

majoritairement décontenancée et humiliée par des mesquineries d’un pouvoir louvoyant.

 

Si les responsables politiques et médiatiques agissent ainsi; s’ils mentent, s’ils invectivent,

corrompent, se contredisent avec aplomb et montrent, sans gêne, toutes leurs faiblesses et

malhonnêtetés, il est vraisemblable que certaines contraintes que la loi impose au peuple deviennent de plus en plus incompréhensibles. Insidieusement le pays avance vers la désobéissance. Il n’est donc nullement étonnant que les groupes les plus disposés à la contestation, les esprits les moins civiques, et notamment les communautés inassimilables, étrangères et hostiles à la civilisation française, sans plus aucune inquiétude ni retenue, propagent résolument leur idéologie ou leur hargne destructrice.

Certes la politique est un art difficile car elle est concurrence d’idées et surtout d’ego. Les

pièges tendus, les chausse-trappes, ont toujours été de tactique courante.

Toutefois dans un pays de haute civilisation elle ne peut se passer d’un besoin d’élévation et d’idéal de service exclusif du pays. Cette aspiration devrait transcender l’essentiel des différences.

Or ce n’est plus le cas puisque les gouvernements successifs ont abandonné une grande part de notre indépendance et, pour ce faire, essayé de détruire les ferments de la fidélité populaire à la patrie. Notre drapeau ne flotte même plus, seul, sur les édifices publics.

 

La France est ma patrie, je ne saurais donc lui donner tort et me doit de la défendre. Cette phrase vaut si elle est commune à tous les citoyens français. Malheureusement, le mot patrie, à partir duquel dérivent tous ceux évoqués au début de ce texte, semble banni par une oligarchie suivant une mode déstructurante, cherchant à s’intégrer à des instances étrangères et amenant avec elle le pays.

 

Elle ne peut le faire – c’est une évidence- en conservant ce puissant attachement au sol, à la

civilisation et au peuple d’où, pourtant, elle provient. Elle abandonne le mot qui devient pour elle

obsolète car dangereux et, par voie de conséquence, tous les autres qui lui sont liés. Plus de

références autres que les absurdes idées de mondialisation heureuse, d’abolition des frontières, de droit extérieur supérieur à la Constitution, d’intégration européenne, d’accueil sans limite des

immigrés, de nécessité de parler l’anglo-saxon... Il doit y avoir un terme dans l’un des antonymes

de tous ceux qui sont rejetés pour qualifier un tel comportement...

 

Les conséquences sont potentiellement considérables car des gens venus de ce milieu se

présentent en avril prochain aux élections présidentielles. Après les habituelles faussetés et

manipulations, la France risque donc d’être gouvernée par l’un ou l’autre de ces personnages à la

légitimité bien plus que douteuse, proche de l’usurpation.

Le pays courra alors à la catastrophe car le peuple, dans son immense majorité, une fois encore, et probablement une fois de trop, ne se reconnaîtra pas dans la politique qui sera menée.

Elle ne sera que la continuation de celle que nous avons vue jusqu’à présent, faite de déni, de contradictions, de mensonges, de fuite devant cet amoncellement de menaces que j’ai exposées dans d’autres textes.

 

Nous verrons ainsi se poursuivre les abandons de souveraineté au profit d’une organisation

internationale elle-même fusionnelle avec l’impérialisme états-unien, la faiblesse devant l’islam

provocateur et les minorités agitées, la subordination à la finance d’outre-atlantique, l’alignement

otanien, le délitement de notre économie, la carence éducative, le laxisme vis-à-vis des bandits et

criminels et l’absence d’appui aux forces de sécurité...

 

Nous continuerons ainsi à voir la France s’abîmer dans des repentances suicidaires, des

histrions se pavaner sur toutes les scènes officielles de l’État, se poursuivre l’endoctrinement

médiatique, s’appuyant sur le subliminal autant que sur les poncifs et les clichés.

 

Bref si, lors de cette élection prochaine rien ne change fondamentalement dans le résultat, tout ce qui se trouvait en gestation apparaîtra et ce qui sommeillait se réveillera. La situation du peuple français s’aggravera. Mais un jour, inévitablement, viendra le fracas des révoltes.

 

Je suis inquiet.

 

Je récuserai donc, si les conditions m’amènent à voter, les candidats n’ayant pas l’amour de

la France et des Français comme moteur de leur action.

 

Je rejetterai ceux au passé mensonger ou contradictoire; ceux davantage internationalistes que défenseurs de la souveraineté nationale, comme ceux qui auront daubé le peuple en contribuant

à faire voter le traité de Lisbonne par un Parlement assujetti, alors que ce peuple, prétendument

souverain, avait refusé, par voie de référendum, cette constitution européenne, objet du texte. Tout comme – généralement les mêmes – ceux ayant applaudi au traité de Marrakech et antérieurement aux accords de Schengen.

 

Je repousserai ceux qui, lors de la précédente élection, ont appelé à voter pour quelqu’un,

fervent acteur de l’internationalisme bancaire, du bradage des atouts de notre puissance et de

l’abaissement de l’idée nationale, ou se sont ralliés à lui, se rendant ainsi co-responsables des

dérives politiques, sociales, philosophiques et morales, que connaît le pays.

Ils demeurent compatibles et coupables avec lui.

 

J’écarterai de mon vote les partisans du maintien dans l’OTAN, de l’intégration européenne

et les négationnistes de la dangerosité de l’islam intégriste.

 

Je refuserai mon vote à ceux qui ne défendront pas la civilisation française, son influence, sa

grandeur, l’intégrité du sol français ou auront dit dans une invraisemblable et symbolique attitude de ralliement à un univers qui n’est pas le nôtre, que la culture française n’existait pas ou que l’anglo-saxon « ne doit pas être considéré comme une langue étrangère ».

 

J’éliminerai du choix possible, ceux formés à la technocratie, exclusivement gestionnaires et

comptables, en totale carence de vision géopolitique pour le pays et évoluant, avec aisance, dans

cette oligarchie qui s’est approprié la gouvernance de notre pays.

 

Il restera, je l’espère, des candidats partageant avec la majorité du peuple l’amour de la France.

 

Mon vote, si l’un d’entre-eux parvient au second tour, ira, bien évidemment, vers lui.

 

Henri ROURE

Télécharger
Histoire de maux.odt
Éditeur Open Office 26.6 KB
Télécharger
Histoire de maux.pdf
Document Adobe Acrobat 34.6 KB
Commentaires: 0

Pour éviter la paix

par Marie-José Monéger - Le 13/04/2022.

L’époque est au « dégagisme » électoral depuis un certain temps. « Sortez les sortants ! » avons-nous entendu quelques bonnes fois. Et aujourd’hui, nous nous retrouvons dans le même cas de figure qu’en 2017, au second tour de l’élection présidentielle !

Pourtant, la « crise des Gilets Jaunes » (2018) et la « crise sanitaire Covid-19 » (2020-22) sont passées par là. Oui mais la « crise ukrainienne » a éclaté à la figure du monde entier, endormi par les médias, le 22 février 2022, et c’est ce qui fait toute la différence !

La « crise des Gilets Jaunes » a fait de trop nombreux blessés parmi les manifestants, mais c’était une crise franco-française et les médias sont rapidement passés à d’autres sujets.

La « crise sanitaire » par contre occupe ces mêmes médias avec une bizarre constance depuis janvier 2020. En effet, cette crise commence à bien répondre à l’objectif premier de la ploutocratie qui nous dirige désormais. Je rappelle brièvement ces objectifs déjà évoqués à plusieurs reprises :

  1. Anéantir l’Union européenne et l’Europe Vieux Continent, objectif quasiment réalisé avec l’aimable appui de la « crise sanitaire » ;
  2. Anéantir la Russie, le plus vaste et le plus riche en matières premières et en sources d’énergie des États du monde, objectif en cours depuis le 20 février 2022 ;
  3. Anéantir la Chine ; et pour le reste du monde, on verra plus tard …

Et tout ceci avec l’objectif ultime pour la ploutocratie mondialiste de parvenir à l’hégémonie sans partage de l’Occident sur le reste du monde, affaibli moralement et dépeuplé par la « crise sanitaire » (cf les Georgia Guidestones : 500 millions d’habitants au maximum).

***

Venons-en maintenant à la crise ukrainienne, dont le but encore quelque peu caché est d’anéantir la Russie dans un conflit Union européenne et OTAN ligués ensemble contre la Russie (cf 2. ci-dessus). Si nous voulons vraiment éviter un embrasement total eurasiatique pour les jeunes générations, il convient aujourd’hui de se poser sérieusement la question : « Quel est le moins mauvais des deux candidats aujourd’hui en lice ? », car je n’ose plus dire le meilleur …

Pour mémoire, je vais rappeler un fait indéniable que je n’ai pas précisé dans la chronologie initiale de mon dernier article

• https://reseauinternational.net/cette-guerre-est-elle-vraiment-illegale

1. Le protocole de Minsk (Minsk I) du 5 septembre 2014 a été signé par :

  • Heidi Tagliavini, envoyée spéciale suisse de l’OSCE, représentante de l’OSCE ;
  • Leonid Koutchma, ancien président de l’Ukraine, représentant l’Ukraine ;
  • Mikhaïl Zoubarov, ambassadeur russe en Ukraine, représentant la fédération de Russie ;
  • Alexandre Zakhartchenko et Igor Plotnitski, dirigeants de la RPD et de la RPL.

2. Le sommet de Minsk (Minsk II) du 11 févier 2015 s’est tenu au Format Normandie avec :

  • Vladimir Poutine, président russe ;
  • Petro Porochenko, président ukrainien ;
  • Angela Merkel, chancelière allemande ;
  • François Hollande, président français ;
  • Alexandre Zakhartchenko et Igor Plonitski, représentants de la RPD et de la RPL.

La France a donc participé à l’élaboration de l’accord Minsk II, comme l’atteste la présence du président de l’époque, François Hollande. Et Vladimir Poutine a toujours demandé avec beaucoup de patience et de ténacité le respect de cet accord, qui n’a jamais été tenu.

En 2015, la France s’est ouvertement engagée à soutenir la paix en Ukraine. Et aujourd’hui son président sortant dit en public vouloir « éviter la paix », et ce n’est pas un lapsus ! Tous les étudiants en sciences économiques apprennent dès leur première année de Faculté, que ce sont les guerres qui sont le moteur des progrès techniques et industriels : la Première Guerre mondiale a été à l’origine du développement de l’aviation et des communications, la Seconde Guerre mondiale a été à l’origine de la progression de l’informatique et de l’électronique. Le complexe militaro-industriel a périodiquement besoin de faire rentrer des dollars dans ses caisses. L’actuel président veut donc, après avoir renfloué les caisses de Big Pharma, renflouer celles de l’industrie militaire, niant par là même les efforts de paix du précédent président !

Dans ces conditions de reniement de la parole donnée, comment s’étonner que les Russes et leur président Vladimir Poutine, ainsi que les Ukrainiens du Donbass et leurs représentants, considèrent aujourd’hui la France et ses présidents successifs comme des félons ? Le président sortant ne respecte pas la parole donnée par son prédécesseur, mais brigue un second mandat. Le président Poutine est pour moi le meilleur président que la Russie ait eu depuis l’effondrement de l’URSS en 1991, pour le seul et unique motif qu’il aime la Russie et qu’il veut assurer l’avenir de ses peuples hors du carcan hégémonique exigé par la ploutocratie mondialiste et apatride.

Alors selon vous, quel sera le moins mauvais candidat pour sortir d’urgence la France de l’UE et de l’OTAN, et pour traiter au mieux les autres dossiers brûlants qui sont également sur la table ? Quel sera le moins mauvais candidat pour tenter d’assurer, autant que faire se peut, la paix en France, la paix en Europe et la paix en Eurasie ?

Quel sera le moins mauvais candidat pour éviter la guerre ?

Je vous invite à relire la conclusion de mon précédent article, dont vous avez le lien ci-dessus.

Réponse le 24 avril …

Les présidentielles et l'Islam

...par le Gal. Henri Roure - Le 15/04/2022.

 

Ce premier tour des élections présidentielles m’amène à un constat indépendant de tout engagement partisan.

Je ne suis pas politologue, je n’ai aucune compétence en matière de sondages, aussi mes commentaires s’appuieront-ils sur les chiffres présentés par les experts, présentés comme tels par les médias grand public.

Les lire suscite en moi une inquiétude, née non pas d’une déception relative au score d’un candidat que j’aurais pu soutenir, mais du résultat obtenu par Jean-Luc Mélenchon ténor de l’extrême gauche, et surtout, selon les experts pré-cités, candidat appuyé par l’islam. En effet près de 70% des musulmans titulaires d’une carte d’identité française et ayant voté, lui ont apporté leur soutien. Ils ont constitué l’essentiel de son électorat. Nous sommes confrontés à une situation, réelle et grave, qui montre très concrètement qu’une partie de la population refuse de s’intégrer. Elle ne se reconnaît pas dans les usages de la majorité des votants. L’option politique n’ayant aucun sens en terre d’islam, il est logique que les musulmans installés en France votent pour celui qui leur promet de prendre en compte la prééminence d’une vision théocratique sur une laïcité acceptée, quant à elle, par la quasi totalité de l’électorat culturellement chrétien. C’est bien de cela dont il s’agit, car pour draguer les voix musulmanes il n’y a guère d’autre chemin que de consentir aux particularismes de ces électeurs.

Or, avec les musulmans c’est l’approche du divin qui est en cause dans une conception globalisante de la vie. L’État, pour eux, doit s’inscrire dans l’ordre religieux. Nous savons ainsi que dans les 57 pays de l’Organisation de la Coopération Islamique seule la charia est reconnue comme loi et que les seuls droits de l’homme admis, ne sont pas ceux de l’ONU, mais ceux inspirés des textes islamiques où le collectif prime sur l’individu et le musulman sur le chrétien ou le juif. Dans les objectifs de l’OCI nous trouvons la protection des musulmans, partout dans le monde, et l’exigence – ou la recherche-, dans les pays non-musulmans, de l’application, pour eux, du droit islamique.

Dans ce totalitarisme religieux l’individu est soumis à sa communauté et ne peut que difficilement s’en échapper. Pour cette raison le rôle des imams et prédicateurs s’avère déterminant. Ils ont ainsi appelé « les citoyens français de confession musulmane à voter dès le premier tour pour le moins pire des candidats à cette élection présidentielle : Jean-Luc Mélenchon. ».

Il faut en effet savoir que l’islam admet des compromis provisoires tant qu’il est en infériorité. Il s’agit du principe du « moindre mal » qui doit lui permettre de se renforcer. Il est voisin de la taqiya qui est le mensonge légal, une pratique de précaution consistant, face à une menace vraie ou supposée, à dissimuler ou à nier sa foi ou une action pourtant commise.


Le résultat de monsieur Mélenchon, qui a frôlé les 25% de voix, signifie clairement qu’il aurait pu accéder au second tour de l’élection présidentielle grâce au vote des musulmans. Inévitablement il aurait été de plus en plus dépendant de ses soutiens. Le reste de l’électorat de tradition démocratique, s’étant réparti sur les autres candidats en fonction, non pas de l’appartenance religieuse, mais selon une option politique personnelle plus ou moins réfléchie, je suis obligé de constater que la France se partage vraiment en deux communautés.

L’une, la communauté nationale historique, attachée à la démocratie et l’autre, islamique, fidèle à une idéologie religieuse étrangère à la France, qui refuse l’intégration.

Elle agit solidairement comme elle y est obligée par la mosquée. Son poids est de moins en moins négligeable; nous venons d’en avoir la preuve. Nous risquons de rejoindre à moyen terme, le système africain où l’appartenance ethnique détermine la majorité et biaise les principes démocratiques. C’est ce que Bernard Lugan nomme « l’ethno- mathématique ».

Si dans des élections futures cette communauté, avec ses alliés, parvient à obtenir une majorité, il est vraisemblable que l’âme de la France en sera changée. Monsieur Mélenchon a joué avec le feu, mais il aura eu le mérite de nous apporter, malgré lui, une confirmation concrète et incontestable de la dangerosité de cette idéologie religieuse portée par une population dont le nombre ne cesse de grandir. Il est grand temps de réagir.

 


Henri ROURE

Entre légitimité et légalité

par le Gal. Henri Roure - Le 18/04/2022.

 

Un dernier billet avant le 2ème tour. Bon lundi de Pâques à vous tous.

 

-----------


Entre légalité et légitimité.

 

 

La propagande actuelle, sans scrupule, en faveur du président sortant, ou plus précisément ouvertement hostile à son adversaire, dans la presque totalité des médias, me laisse entrevoir, sans grand risque de me tromper, sa réélection. Cette réélection ne se fera pas sans quelques conséquences vraisemblablement préjudiciables à la vie politique, à la démocratie et, au bout du compte, à notre pays.

 

Je ne me focalise pas sur les programmes dont nous savons qu’ils sont, en grande partie, des ambitions présentées cherchant à flatter ou à tenter le maximum de citoyens et excluant les débats fondamentaux. Pour cela ils sont grandement modifiables au gré des circonstances et de la réalité rencontrée. De plus l’élection ne résultera pas de leur lecture et de leur comparaison mais d’a priori et de caricatures obscurcissant l’intelligence et l’objectivité.

 

Je regarderai plutôt les suites possibles de ce qu’il faut bien appeler une manipulation. Si le président actuel est reconduit il le sera, vraisemblablement, avec entre 50 et 55% des suffrages exprimés. En face de lui la candidate, Mme Le Pen, aura attiré à elle un peu moins de la moitié des votes. Nous pourrions dire, dans un constat élémentaire, que la démocratie aura joué son rôle et que la règle de la majorité s’est appliquée.

 

Si mon hypothèse se réalise je pense que la situation sera en fait bien plus complexe.

Madame Le Pen aura reçu des voix très largement d’adhésion et très accessoirement d’hostilité seule à M. Macron. Quant à celui-ci il aura été élu avec les 27% d’électeurs qui se sont déterminés pour lui au premier tour, quelques électeurs de madame Pécresse et sans doute entre 15 ou 20% d’apports de votants de gauche et d’extrême gauche qui lui auront apporté leurs voix par répulsion du RN mais sûrement pas par ralliement à sa vision libérale, otanienne et européenne, ni pour le regard qu’il porte sur le peuple. Ils l’auront fait au nom d’une animosité artificiellement entretenue, d’une haine viscérale incompatible avec la sérénité nécessaire à ce type d’élection.


Au résultat vrai, monsieur Macron sera un président légal mais totalement illégitime, car il aura une opposition, certes hétéroclite, mais bien réelle et rageuse, qui se révélera vite. Elle représentera 65 à 75% des Français, couvrant un éventail allant des deux extrêmes et passant aussi par des modérés réfutant sa politique et sa façon de faire. Paradoxalement, madame Le Pen, battue, serait plus légitime que lui avec un électorat bien plus homogène. Je me demande donc quel équilibre politique va trouver monsieur Macron. Il sera bien évidemment obligé de faire des concessions à monsieur Melenchon, arrivé troisième au premier tour, qui aura, en fait, permis sa réélection. Or nous savons que la communauté musulmane votante a fait le score des Insoumis… Ces compromis s’ajouteront à une politique qui jusqu’à ce jour est bien loin d’avoir satisfait la population.

Pourra t-il agir sans provoquer la colère de ceux qui n’auront pas voté pour lui ou voté pour lui par haine de son adversaire ?

Ceux de monsieur Mélenchon accepteront-ils longtemps de voir mener une politique qui, dans les faits, ne sera pas conforme à leurs intérêts et souhaits ?

En face, chez les partisans de madame Le Pen, il est certain que la défaite va exacerber des sentiments de duperie dont les suites sont difficilement prévisibles.

Quant aux abstentionnistes représentant près de 25% du corps électoral, dont nombreux auraient voté blanc si ce type de vote était reconnu, ils rallieront inévitablement le camp des déçus.


Au total, monsieur Macron sera réélu avec une base d’adhésion que j’estime entre 18 à 20% du corps électoral…


Une minorité risque encore de gouverner la France.


Cependant n’oublions pas que les élections de nos députés vont suivre l’élection présidentielle. Il est probable que le parti LREM ne puisse obtenir la majorité, tant cette fois monsieur Macron a perdu l’image fabriquée qui lui avait permis, après avoir radié monsieur Fillon, de paraître, en 2017, pour un jeune président d’avenir et, ainsi, de recevoir la confiance des électeurs lors des législatives.

Son bilan est aujourd’hui très contesté et les municipales ont valu une défaite cinglante à son parti.

Nous risquons ainsi d’élire une assemblée nationale à la composition bariolée qui traduira les fractures du pays avec des majorités de circonstance qui ne seront pas du bord du président réélu.
L’avenir est incertain et inquiétant, mais nous ne sommes pas à l’abri d’un miracle !


Henri ROURE

 

Télécharger
Entre Légitimité et légalité.pdf
Document Adobe Acrobat 65.1 KB
Télécharger
Entre Légitimité et légalité.odt
Éditeur Open Office 24.5 KB
Commentaires: 0