Europe : osons la souveraineté !

Par Caroline Galactéros - le 22/06/2016.



L'angoisse montante d'un Brexit, selon son issue, donnera soit le coup de grâce, soit un coup de fouet aux europhiles les plus acharnés. Comme on invoque la Pythie, les cabris iréniques qui nous gouvernent croient faire œuvre salutaire en sautant sur leur chaise au cri de « l'Europe, l'Europe ! » Nous serions, selon eux, à l'aube d'une implosion de l'Union, imputable à des populistes sans scrupules ; une Union menacée aussi d'une nouvelle guerre froide par l'Ogre russe. La Russie, voilà l'ennemi ! À nous l'Otan, la Turquie !

Devant de tels périls, une seule parade : encore « plus d'Europe », plus d'alignement et de renoncement géopolitique. Avec une défiance redoublée envers les peuples et les États, coupables de « souveraineté résiduelle rétrograde ». Les consignes implicites sont claires : toujours plus de gouvernance lointaine et super-structurelle, plus de technocratie, plus de palabres angéliques agrémentées de quelques mesures d'urgence pour colmater les brèches. Et surtout, aucun diagnostic sérieux sur la nature des menaces internes et externes qui rongent l'édifice ou sur certaines utopies destructrices ! Surtout ne pas réfléchir au bien-fondé d'un élargissement ad infinitum, à l'inutilité d'une défense européenne autonome, à la pertinence d'une ouverture béante des frontières.

 

Rebâtir l'Europe avec les peuples

Le problème est qu'un tel diagnostic, structurellement erroné, nous rend incapables de proposer un traitement efficace. En effet, c'est avec la souveraineté, non contre elle, qu'il faut rebâtir l'Europe, avec les peuples et non contre leurs inquiétudes qu'il convient d'imaginer les instruments d'une renaissance de notre continent. Il faut y injecter d'urgence de l'autorité, de la volonté de puissance, de la cohérence stratégique et sécuritaire, de la défense active de valeurs fondatrices, du pragmatisme et de la lucidité, bref, de « la grande politique », celle qui seule donne un corps aux rêves et aux ambitions. Au service des États et des peuples, non d'un idéal démocratique éthéré, déraciné de sa source politique et réduit à un économisme béat. Bref, il faut rebâtir une véritable « Europe des Nations » qui se définisse et s'assume comme sujet politique et stratégique à part entière, et non plus comme un « objet politique non identifié », un otage « stockholmisé » d'intérêts qui ne sont, de toute évidence, pas les siens. « C'est du lourd. » Du gros œuvre. Du travail en somme. Ce peut être le projet d'un mandat présidentiel hors normes qui resterait dans l'histoire de notre pays et du continent.

La France doit être le leader de cette nouvelle Europe forte. Elle en a les atouts. Elle peut initier la constitution d'un cœur fondateur resserré et uni autour d'une vision politique et non plus seulement économique, un cœur relié aux autres États membres et à ses grands voisins incontournables par des artères de coopération économique ou sécuritaire, qui lui permettent de consolider sa place dans l'équilibre du monde et d'étendre son influence. Une Europe qui saurait, sans faiblir, se rapprocher de sa cousine germaine russe trop longtemps méprisée et négligée, pour en faire le pilier oriental d'une intégration eurasiatique lui permettant d'être autre chose qu'une proie dans le nouvel ordre du monde et lui offrant un rouet pour filer sa voie dans la tentaculaire « Nouvelle Route de la Soie » qui va irriguer l'emprise chinoise vers notre continent. Une Europe qui, au lieu de se soumettre à un chantage criminel, réinventerait aussi une relation utile et juste avec la Turquie et une politique africaine de partenariat équilibré et ambitieux plutôt que de livrer cette immensité voisine en explosion démographique à la rapacité chinoise sans coup férir.

 

La gabegie française

Paradoxalement, la crise actuelle offre le kairos, le « moment opportun » d'une telle refondation. Si nous ne saisissons pas cette chance maintenant, nous serons peu à peu engloutis dans l'insignifiance stratégique, la soumission normative et la marginalité économique. Paris n'a donc pas le choix. Au lieu de se gargariser d'un dogmatisme idéologique qui joue contre ses intérêts, notamment au Moyen-Orient, il lui faut redevenir la puissance à la fois centrale et médiatrice qu'elle fut durant des décennies entre Est et Ouest pour structurer sereinement les alliances nécessaires qui doivent faire renaître et s'imposer l'Europe. Ou se résoudre à tomber, en miettes, dans le combat planétaire en cours pour l'imposition d'une nouvelle norme politique, religieuse et culturelle. Un combat où elle figure en première ligne mais semble sidérée. Si la France est si vulnérable, c'est parce qu'elle possède la première communauté musulmane d'Europe – une cible de choix pour la déstabilisation – et parce que le gouffre entre nos postures martiales, notre activisme militaire inconséquent et notre patent déficit d'autorité interne défait aussi notre crédibilité internationale. Depuis quelques années et plus encore depuis trois mois, notre pays et sa capitale offrent le spectacle écœurant d'une gabegie et d'une impuissance publique sans précédent. Aveuglement, cynisme, tactique politicienne délétère ? Quel que soit le choix, il est irresponsable et suicidaire.

 

Abandonner la statue de la République souillée de graffitis aux sit-in pathétiques d'une jeunesse qui dort debout et n'a toujours pas compris qu'elle doit se mettre d'urgence au travail au lieu de récriminer et d'accumuler des « droits à » sans jamais aucun « devoir de » ; laisser attaquer à la barre de fer des véhicules de police et caillasser les forces de l'ordre auxquelles on a donné consigne de faire le dos rond, sous les yeux du monde entier ; autoriser, en plein « état d'urgence », alors que la menace d'attentat est au plus haut, que le terrorisme « s'uberise » lui aussi à grande vitesse et que nous manquons d'effectifs militaires et de police, des manifestations gangrénées par des casseurs qui vomissent l'État et la société qui les nourrit ; au profit d'un syndicalisme qui n'a plus qu'un lointain rapport avec la réalité économique mondiale et aucun avec la défense des salariés de ce pays, un syndicalisme lui-même infiltré par un gauchisme ultraviolent qui n'a que faire de l'image de la France à l'étranger ; faire mine d'ignorer que le hooliganisme qui s'invite à l'Euro n'est que l'énième vecteur d'une contestation radicale de l'autorité de l'État et laisser un climat de pré guerre civile se répandre, livrer hôpitaux, espaces publics et privés à la mise à sac, en expliquant que « l'on est prêt à interdire les manifestations si la sécurité des biens ou des personnes était menacée » (ce qu'elle est depuis des semaines !) puis, prenant peur de cette témérité verbale, appeler à une « manifestation statique », genre « fan-zone syndicale» ; enfin, « le pompon » : 48 heures après l'assassinat sauvage « à domicile » d'un couple de policiers sous les yeux de leur enfant, considérer qu'il n'y a rien de plus urgent que d'aller applaudir à tout rompre « Les Bleus » à Marseille, sans doute pour montrer la « résilience » de l'État en son sommet, à défaut de sa dignité...

 

Cette séquence horrifiante témoigne soit d'un renoncement définitif à assurer la sécurité de nos concitoyens – qui fonde pourtant la démocratie –, soit d'un stade terminal d'incompréhension de la menace qui vise notre pays livré à tous ceux qui ont décidé d'en finir avec l'ordre public. En effet, que signifient la démocratie ou la liberté sans souveraineté défendue, sans autorité exercée, sans responsabilité assumée ? L'atomisation des individus et la déconstruction de leurs appartenances les ont jetés dans les bras du communautarisme qui fait aujourd'hui le lit d'un projet politique global usant de la terreur comme de la ruse. Il a le temps pour lui mais sait aussi accélérer si l'occasion se présente. Un projet qu'au même moment, au Moyen-Orient, dans une suicidaire inconséquence, nous aidons naïvement à dépecer d'autres États laïcs, au nom d'une démocratie qui n'y verra jamais le jour.

 

Un ventre riche, mou, pacifique et généreux

Qui peut croire que l'on préserve ainsi une paix sociale pour différer l'explosion ? Les Français comme les autres peuples de l'Union ne s'en laissent plus conter. Ils voient l'Europe se laisser comprimer géopolitiquement, économiquement, culturellement entre Amérique et Chine et ils ne se sentent plus protégés. En perte d'altitude, ils ont ouvert le cockpit et découvert une cabine vide et une Europe sur pilote automatique. Ils redoutent le crash dont ils seront les premières victimes offertes à une modernité multiculturaliste qui les dissout en prétendant les anoblir. À moins qu'on ne les livre distraitement à une hydre plus inquiétante encore, qui étend déjà son emprise au cœur même de nos sociétés et ravit notre jeunesse déboussolée qui ne croit plus en rien et surtout pas en l'État, en l'école, ou en la réussite par l'effort. Bref, ils expriment une inquiétude de bon sens que nos technocraties refusent de voir car elle les contraindrait à repenser leurs édifices, leur système décisionnel et leurs privilèges de gestionnaires incapables d'autorité mais prompts à l'autoritarisme.

 

La « crise des migrants » n'est que le témoin spectaculaire d'une UE complètement hors sol, qui à rebours de la brutalité du monde et des ambitions des autres grands ensembles qui le structurent continue à se penser comme un ventre riche, mou, pacifique et généreux, ouvert par principe et sans contreparties aux pénétrations économiques, à l'accueil – toujours par principe – des populations déshéritées de la planète, convaincue que ses valeurs et son modèle sont si attirants que l'islamisme conquérant et ses boutures internes innombrables ne la déstabiliseront pas. L'aveuglement irénique et le renoncement à l'exercice de l'autorité et de la responsabilité sont les maux cardinaux qui la rongent.

 

Cette pathologie affecte toutefois différemment les membres de l'UE. Les plus « jeunes » sont aussi les plus récalcitrants, les plus immunisés identitairement. Ils ne veulent pas se sacrifier ni disparaître dans le grand « gloubiboulga » du « Multiculti ». Ils sonnent le tocsin. Alors qu'attend-on ? Osons la souveraineté, osons dire ce que nous avons été, sommes et voulons être. À l'intérieur comme à l'extérieur, il faudra « aller au choc » dans bien des domaines. Mais choisir les coups portés est toujours préférable à les parer. On nous objectera qu'il faut complaire en toutes choses à notre Grand Allié qui n'a jamais voulu d'une Europe politiquement puissante. Le double élargissement Otan-UE l'a pleinement servi. Mais l'alliance n'est pas l'allégeance. Et puis, qu'a gagné la France à tant de servilité ? Elle n'a jamais si peu compté ni parlé au monde. Elle n'a plus d'idées ni d'ambitions.

Notre suivisme mâtiné de dogmatisme nous a effacés du jeu. Cessons ces enfantillages.

Il ne s'agit pas d'être pro ou anti-américain, pro ou anti-russe ni de choisir un camp pour ne plus avoir à réfléchir. Ou plutôt si : il n'y a qu'un camp à choisir : le nôtre.


Partager :

Écrire commentaire

Commentaires : 0